Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Assurance-vie : les retraits des épargnants pourront être bloqués

En prime, le programme électoral de la Banque pour 2017

Pour voir la vidéo, cliquez sur le lien de l’article.

« On bute sur un rythme de réformes qui est moins fort que chez nos voisins »

C’est en ces termes que le gouverneur de la Banque de France passe le message aux futurs finalistes de l’élection présidentielle. Mais nous sommes sûrs qu’ils sont déjà briefés sur l’injonction du système bancaire : il faudra donner plus de souplesse à l’économie, c’est-à-dire plus de précarité aux Français.

 

« Il y a moyen d’avoir des réformes qui produisent davantage de croissance, et qui produisent davantage d’emplois »

Cela s’appelle le dérèglement, et ça ne marche pas – pour les peuples – comme prévu. En revanche, ce qui marche, c’est bien la recapitalisation boursière, et les peuples qui mettent la main à la poche pour que les profits des puissances économiques ne baissent pas trop. Une nouvelle preuve en sera donnée à la fin de l’interview...

« La dette qui naît des déficits, il faut la rembourser ! En 1980, la France avait 20% de dette par rapport à son PIB. Aujourd’hui, nous sommes à presque 100% ! »

Pas besoin d’avoir fait HEC pour comprendre que les banques vivent, entre autres, du remboursement de la dette... qui, au final, est imputée au peuple travailleur. Qui n’a pas la chance de voir la charge de la dette baisser, car toute inflation a été jugulée. L’inflation est l’ennemie du système bancaire, pas des gens.
Le gouverneur de la BdF rappelle que son institution est indépendante, alors qu’elle est historiquement gérée par le lobby bancaire, par définition, soit des représentants des grandes banques privées, déguisés en techniciens « républicains ».

Le non-remboursement de la dette reste la seule arme des peuples contre la banque, contre « leur » banque. Ce que les Islandais ont fait, pour leur plus grand soulagement. Premier refus à l’échelle d’un (petit) pays du chantage oligarchique. Mais pour cela, il faut une volonté politique forte. C’est justement pour cette raison nos dirigeants sont choisis parmi les plus veules, les plus souples, ou les plus pénétrés par le lobby bancaire. Qu’on pense seulement à Balladur, Sarkozy ou Macron, et leurs accointances avec les banques Lazard ou Rothschild. La continuité du pouvoir profond (pléonasme) !

« Mais notre problème à nous Français, c’est le coût de ce modèle social ! Il nous coûte en France 56% de dépense publique par rapport au PIB, nos voisins européens c’est 47%. La différence entre les deux, c’est 180 milliards d’euros. Je dis pas qu’on peut les économiser du jour au lendemain mais c’est ça qu’il faut que nous regardions. »

Tiens, le programme de Fillon... Il est toujours bon d’écouter le patron des banques plutôt que ses affidés, les hommes politiques. Toujours s’adresser à Dieu plutôt qu’à ses saints : l’information est plus brute, moins ripolinée.

Quand Stéphane Soumier évoque la possibilité qe vous aurez vous, François Villeroy de Galhau, à travers l’ensemble des organismes de régulation, de bloquer notre épargne pendant six mois s’il devait y avoir une remontée violente des taux d’intérêt », le banquier en appelle au Haut conseil de stabilité financière, décrété « indépendant », et à la protection des petits épargnants... Les banquiers ne manquent pas d’humour. Soumier traduit la chose à sa façon :

« Il est quand même étrange que ce soit les épargnants qui garantissent les risques des assureurs, d’habitude c’est le contraire... »

On sent que la prochaine livraison de Jovanovic va être velue.

- La rédaction d’E&R -

 


 

La Banque de France sera-t-elle conduite un jour à bloquer les retraits que souhaiteraient opérer les détenteurs d’un contrat d’assurance-vie ? Elle en a en tout cas désormais le droit. Ce jeudi, le Conseil Constitutionnel a validé la disposition de la loi Sapin 2 qui lui en donne le droit dans certaines circonstances exceptionnelles.

 

Invité ce matin [vendredi 9 décembre 2016] sur BFM Business, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a tenu à expliquer les modalités de mise en oeuvre de cette disposition.

 

« Il y a eu sur ce sujet des réactions tout à fait excessives. Premièrement, c’est une disposition exceptionnelle en cas de crise grave. Ensuite, elle ne m’appartient pas à moi seul. C’est [une décision qui appartient au] Haut conseil de stabilité financière, une instance collective présidée par le ministre de l’Économie qui est aussi constituée par des économistes indépendants. »

[...]

En attendant, comme l’a signalé Stéphane Soumier, directeur de la rédaction de BFM Business, « cette disposition a choqué les épargnants et a eu des effets immédiats sur la collecte d’assurance-vie ».

Lire l’article entier sur bfmbusiness.bfmtv.com

Comprendre la Banque avec Pierre Jovanovic chez Kontre Kulture

 

Pierre Jovanovic, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • beaucoup de signaux d’alarme qui sonnent les uns apres les autres. les prochains signaux a surveiller amha : 19 decembre election de trump par les grands electeurs, continuation du brexit. la liberte a un cout,il faut la meriter...


  • L’épineux problème sera toujours de trouver comment créer plus de misère sans que les gens prennent les armes.
    Des solutions ont déjà été testées :
    1-Faire adopter des lois antisociales par des élus socialistes.
    2-Désarmer les populations en leur faisant croire que les armes c’est dangereux et que la vaseline est le meilleur ami de l’homme et de la paix
    3-Créer tout sortes de divisions parmi ces gens
    4-Désarmer intellectuellement ces populations
    5-Créer la confusion en important des populations exogènes pour affaiblir économiquement celle qui aurait encore un semblant d’unité sociale
    6-Saturer l’espace public de débats existentiels sur le racisme , le safesex, l’antisémitisme, le mariage gay, le droit a tuer un foetus après un coup d’une nuit etc
    Reste a développer le terrorisme, timidement pour l’instant mais il est évident
    que pour maintenir un système inique ça reste une solution d’avenir qui permet de ne rien changer et de mobiliser les population contre un ennemi qui ne risque pas de remettre en question le pouvoir en place ni les institutions.
    On est en plein syndrome de Stockholm..


  • je ne voudrais pas être à la place des "banquiers" quand les français (comme moi) auront compris une bonne fois pour toutes (et ce temps est très proche) que leur épargne de toute une vie est menacée dans ses fondements (et quand je dis fondement, les fils de p... de banquiers savent de quoi je parle)

     

    • Cela s’est déjà produit en d’autres temps et d’autres lieux : une partie des épargnants manifestera dans la rue en tapant sur des casseroles, tandis que l’autre se résignera en silence. Rien ne changera.

      Sortez-vous de la tête cette idée révolutionnaire fallacieuse du "peuple souverain". Le peuple n’est pas souverain. En bien comme en mal, les changements se font par le haut et non par la base.
      Priez plutôt Dieu de susciter une génération de saints, une élite capable de reconquérir les esprits et d’imposer par l’exemple une droite vision des choses.


    • @ole
      D’accord avec vous sur le fond, mais je ne m’interdis pas un petit mouvement d’humeur de temps en temps.


    • Je pense aussi que la solution proposée par Ole est la seule viable.


  • Epouvantable !! !


  • Nous sommes très heureux d’avoir été "libérés" en 1945...

     


  • Le non-remboursement de la dette reste la seule arme des peuples contre la banque, contre « leur » banque.



    Pour info, la part de la dette de l’Etat Français détenue par les banques était de 10% de 2015. Croire que les Etats sont principalement financés par les banques est un poncif très tenace sur les sites de ré-information et/ou dissidents.
    http://www.lefigaro.fr/economie/le-...

    En fait ce qui dit le Monsieur c’est que les AV peuvent dorénavant êtres bloqués selon le bon vouloir du Prince si les intérêts supérieurs de la Nation l’exigent. Or les AV c’est une partie importante de l’épargne des Français. Si l’Etat Français décidait de faire défaut sur sa dette détenue dans les AV, ce sont les épargnants qui seraient lésés et non les banques.

    Pour rappel, la Pologne a déjà expérimenté cette mesure en 2013 sans que les agences de notation ne bronchent puisque ces dernières défendent les intérêts du système financier et non des petits épargnants polonais.
    http://www.atlantico.fr/decryptage/...

     

    • d’apres ton lien figaro :extrait avant l’adjudication, l’AFT annonce le montant qu’elle veut emprunter. En face, il y a des « Spécialistes en valeur du Trésor (SVT) ». Ils sont exactement 20, parmi lesquels quatre banques françaises : BNP Paribas, Crédit agricole, Natixis et Société générale. Parmi les étrangers : Goldman Sachs, Citigroup, JP Morgan, UBS, etc. Pour voir la liste : c’est ici. Ces SVT montent les enchères en disant quel montant de dette ils souhaitent et à quel prix. Des propositions qui sont ensuite classées par prix. Plus il est élevé (et donc le taux faible), plus l’AFT sera satisfaite et fera « affaires ». Une fois que ces SVT ont acheté des obligations, ils vont en revendre à leurs clients, qui vont à leur tour émettre et acheter des obligations auprès de leurs propres clients, etc. Cela se passe sur les marchés financiers, plus précisement sur le « marché secondaire ».(bref des intermediaires parasites et comme chacun le sait les banques sont absolument pas le genre a s’entendre sur les prix a proposer)

      • Qui détient de la dette française ?

      Il n’existe pas d’information publique détaillée sur la décomposition des détenteurs de la dette de la France. ( MDR...)


  • Oui, notre modèle docial coûte cher, mais en grande partie parce qu’il est mal géré par un Etat impécunieux et qu’il ne favorise pas la responsabilité des citoyens.
    Idem pour notre fonction publique encombrée de postes inutiles.
    Notre dette est due à la lâcheté de nos politiciens qui ont laissé filer...


  • Tout simplement monstrueux.

    Ils veulent voir jusqu’où on accepte de se faire vampirirser, dépouiller, humilier, avant l’envoi à l’abbatoir final.

    Ignobles flibustiers.
    Pharisiens maudits !!!


  • limiter et ensuite interdire les retraits d’argent sur les fonds placés en assurance-vie voilà ce qui explique la prolongation sans fin de l’état d’urgence en France.
    le terrorisme n’est qu’un prétexte.
    grace à l’état d’urgence le petit peuple se laissera tondre sans pouvoir se rebeller.

     

    • Je partage votre avis sur la raison profonde de l’instauration de l’état d’urgence. Il s’agit pour les traitres qui ont accédé au pouvoir de se protéger, d’avoir tous les artifices nécessaires pour mater la rébellion. Loi renseignement, contrôle de la presse, etc ... C’est ignoble.


  • Le problème, c’est que les Financiers veulent couler le modèle français. Ainsi Bruxelles endette notre Sécurité Sociale, en distribuant à tour de bras les allocs aux étrangers, même en situation illégale ! (sur mon formulaire CAF, il y a une rubrique spécifique pour étudier leur cas, c’est dire si c’est institutionnalisé...).

    Notre modèle qui marchait bien avant, aurait pu inspirer les autres pays européens... mais ça nos "financiers" ne le voulaient pas.

     


    • Le problème, c’est que les Financiers veulent couler le modèle français.



      Vous avez malheureusement raison dans la mesure où ils veulent réduire les dépenses sociales, c’est à dire les prestations, au détriment du peuple et au bénéfice exclusif d’une minorité qui n’en aura jamais besoin.

      1) les dépenses sociales représentent 24% de la richesse nationale

      2) Elles représentent environ 10% de l’endettement alors qu’ils ne parlent que de ça dès qu’on parle d’endettement !
      On voit bien que ce n’est pas du tout le problème principal de l’endettement d’une part, et que d’autre part, ils ne feront jamais rien pour corriger les 90% de l’endettement.

      3) L’écart supérieur des dépenses sociales françaises avec la moyenne européenne est un mensonge manipulatoire : voir la démonstration dans cet article au § "tout est dans les retraites" http://www.inegalites.fr/spip.php?p....

      Merci, Mr le Gouverneur. Il est bien clair que cette institution financière éminente est aujourd’hui d’une indépendance exemplaire ...


  • A JL 69
    les francais spoliés mettront des bougies et des nounours devant leur banque, et ce n’ira pas plus loin.
    Ce qui est absolument énorme dans cet interview et que aparrement peu de monde à entendu , c’est que ce banquier, tout en voulant rassurer les "petits épargnants" qui pourraient ne pas récupérer leurs économies si les gros(mieux informés) se servent en premier, confirme involontairement que les fonds euro des AV sont une méga pyramide de Ponzi. Ceux qui n’ont pas encore compris ca ont maintenant l’info de première main de la part du gouverneur de la BdF.
    A bon entendeur...


  • Le racket des élites bancaires sur le peuple travailleur ira jusqu’à son terme, jusqu’à la confiscation totale de toutes les épargnes si personne ne met fin à l’immense et ignoble escroquerie de l’emprunt que les banques privées ont mise en place sur l’économie des nations, avec la complicité de nos dirigeants véreux.
    Il faut déchirer le contrat qui nous lie avec ses crapules et récupérer l’argent de notre travail en exigeant le remboursement des sommes colossales qui nous été volées.
    Le travail rend libre, la dette rend esclave.


  • Petite précision : Une très grosse partie de la dette Française est en réalité "matérialisée"... En assurance vie.
    Eh oui, vous ne croyiez quand même pas que les banques allaient prendre le risque sur leur dos, non ?

    Bloquer les montants des Assurances vies et ratisser ce type d’épargne revient donc... à faire défaut sur la dite Dette.
    Chose avec laquelle pas mal de gens seraient d’accord.


  • "Pas besoin d’avoir fait HEC pour comprendre que les banques vivent, entre autres, du remboursement de la dette.."
    C’est plus vicieux que cela , ce ne sont que les intérets de la dette .A vérifier ,mais je crois que c’est le premier poste de dépense .


  • Et bien voila , ils ont vidé les caisses de l’état et maintenant,
    ils vont faire les poches des épargnants , ça va toujours plus loin...
    par contre ils ne remettrons jamais en compte le coûte des élites ,
    et la fraude sociale en distribuant l’argent au premier venu....

    Là aussi , il y a des milliards à récupérer plutôt que de toucher au
    bas de laine des Français qui souvent se sont privés pour avoir ces
    économies et penser à l’avenir de leurs enfants.....


  • Et pendant ce temps la, en 2015 , les top 1% les plus riches ont augmentés leurs revenus de 25%. Elle a un drole de gout cette "crise".


  • Si en bas de votre relevé de compte bancaire apparait la phrase suivante :

    « Fonds de Garantie des Dépôts.
    Votre compte est éligible à la garantie du Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution selon les textes en vigueur. »

    Cela signifie que le gouvernement a donné dérogation aux banques pour vous piquer jusqu’à 60 % de votre épargne.La dette d’état est passée à une dette publique après la crise de 2008.

    Voilà des années déjà qu’Olivier Delamarche s’abime les cordes vocales pour nous expliquer que posséder « une assurance vie », c’est de la dette, « un plan retraite », c’est de la dette, etc.

    Olivier Delamarche alerte ! « Monnaie de singe » en vue... ! (Hd 720)
    https://www.youtube.com/watch?v=ZWp...


  • Excellent !!!
    ER a parfois louvoyé sur les questions économiques, mais là j’approuve.

    Il faut politiquement défendre l’inflation, au besoin par une dévaluation massive. Ou plus simple : refuser de payer.
    La seconde solution est meilleure mais a le défaut de geler le chiffre de la dette, qui pourrait ressortir avec un changement de majorité.


Commentaires suivants