Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Attouchements envers de jeunes garçons mineurs : les accusations se multiplient dans les conservatoires

Jérôme Pernoo, qui enseigne au CNSMD de Paris, a été suspendu mi-mars, selon les informations de Mediapart qui publie une longue enquête. Plusieurs accusations similaires ont émaillé l’actualité dernièrement, interrogeant une nouvelle fois les méthodes d’enseignement au sein des conservatoires.

 

Le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris a suspendu mi-mars le professeur de violoncelle Jérôme Pernoo à la suite d’accusations de violences sexuelles, révèle Mediapart dans une longue enquête sur laquelle son auteur, Antoine Pecqueur, reviendra sur France Musique ce jeudi 10 juin dans Musique Matin.

Dans le cadre d’une enquête interne, consultée par Mediapart, sont décrits des attouchements envers de jeunes garçons mineurs. Le parquet de Paris confirme au média d’investigation qu’une enquête préliminaire a été ouverte le 20 avril 2021 du chef d’« agression sexuelle sur mineur », enquête menée par la Brigade de protection des mineurs. Les faits présumés auraient eu lieu en dehors du conservatoire et se seraient déroulés sur plus d’une dizaine d’années. Jérôme Pernoo enseigne au CNSMD de Paris depuis 2005. Nous avons essayé de le joindre, sans succès.

Interrogé par Mediapart, le violoncelliste Bruno Philippe, élève de Jérôme Pernoo entre ses 14 et 21 ans, prend la défense de son professeur. « Des prises de bec entre prof et élève pour des questions d’ordre purement technique, oui. Mais tout ce qui est dit dans l’article, non, jamais il n’y a eu ce genre de dérives ».

(...)

Si les deux hommes sont présumés innocents, cette affaire rappelle d’autres accusations et condamnations. France Musique détaillait le mois dernier le cas du trompettiste Guy Touvron, professeur au Conservatoire à rayonnement régional de Paris jusqu’en 2015, visé par une enquête préliminaire pour « viol » à la suite d’une plainte déposée par une musicienne de 25 ans. Guy Touvron avait déjà été accusé d’agression sexuelle par une autre femme, et avait été condamné en septembre à six mois de prison avec sursis, constatait France Musique dans une copie détaillée du jugement correctionnel. Les faits s’étaient produits en 2017 dans un appartement, en marge des rencontres musicales des Monts Dore à côté de Clermont-Ferrand. Pour étayer sa décision, le tribunal correctionnel évoquait les « déclarations constantes et très circonstanciées » de la plaignante, « tant dans la plainte que dans ses récits aux différents témoins ».

À Rouen, une ancienne élève flûtiste accuse aujourd’hui son professeur de l’avoir harcelée sexuellement courant 2019. Elle a déposé une plainte, à la suite de laquelle le parquet de Rouen a ouvert une enquête. À Tours, le chef de chœur du conservatoire Francis Poulenc, Pierre-Marie Dizier, avait été poursuivi pour viols et agressions sexuelles sur mineurs, notamment dénoncé par des élèves à qui il aurait tenté de faire ingérer des pilules d’anxiolytiques. Pierre-Marie Dizier s’était suicidé en prison il y a trois ans.

Lire l’intégralité de l’article sur francemusique.fr

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • il existe en effet une longue tradition de la relation d’amour maître à disciple... rien à voir avec les coucheries entre professeurs et élèves...

    La musique classique, comme l’Armée ou l’Eglise, est un monde hérité d’une autre époque et d’autres valeurs... c’est un monde lié à la Tradition... La transmission maître-disciple concerne d’ailleurs de jeunes adultes (majeurs et vaccinés, si j’ose dire)... c’est une relation initiatique et mystique... rien à voir avec la pornographie mondaine du cinéma et du show-biz... Michel Ange c’est pas la même chose que Weinstein, faut pas tout confondre !

    Par contre, il existe en effet des pervers et des violeurs dans la musique classique comme ailleurs. Deux catégories principales à mon avis : les administrateurs d’institutions (philharmonies, conservatoires, jurys), et les pédocriminels maladifs dans les cours avec enfants.

    Les artistes sont (généralement) plus intéressés par leur art que par une coucherie avec une semi-musicienne névrosée qui essaye de se faire valoir. Ca n’interdit pas la bagatelle, mais c’est pas leur premier but. Par contre, les administrateurs ou jurys, sans aucun talent artistique (ou artistes ratés), peuvent être de vrais pervers monnayant une place contre une coucherie. Tout en diffusant le politiquement-correct par ailleurs, bien hypocrites.

    Pour les cours avec les petits enfants, il faut une vraie vigilance. On m’a déjà demandé des conseils : il faut que les parents soient sensibilisés et attentifs. Le risque zéro n’existera jamais, et les parents doivent rester rationnellement vigilants sur la question. Souvent un bon "cadrage" évite en amont le dérapage éventuel : certain(e)s profs de musique sont immatures affectivement, et sans être agressifs ont besoin d’être subtilement mais fermement "cadrés". Il faut aussi former ses gamins, pour qu’ils sachent réagir (parfois une simple réaction du gamin arrête ce genre d’agresseur "mou"). Reste les vrais prédateurs, parfois bien cachés, qu’il faut en effet détecter et éjecter.

     

    Répondre à ce message

  • #2743166

    Le système s’auto-détruit...

    Obligé de sortir des dossiers secondaires pour ne pas qu’on parle des dossiers principaux (Epstein, Fauci, les Clintons, et en France, les machines à voter et le QR code....).

    Mais les dossiers secondaires donneront de l’appétit à une partie du peuple pour s’intéresser aux principaux....

     

    Répondre à ce message

  • #2743181

    Quand jouer une partition en raie mineure prend soudain un sens nouveau.

     

    Répondre à ce message

  • Il s’agit donc bien d’homosexuels prédateurs ?

     

    Répondre à ce message

  • Quand je pense à ce pauvre cardinal Barbarin qui a tout perdu après avoir été blanchi par la justice. Tout ça à cause de Walls et des franc-macs lors du mariage pour tous. On verra au contraire comment les mêmes étoufferont l’affaire du coservatoire.

     

    Répondre à ce message

    • Le « journaliste » Antoine Pecqueur de Médiapart, officine de délation au service du régime, s’exprime à la radio :



      « sur le fond, euh... évidemment, on a eu des alertes, euh... qui nous... qui nous... qui nous sommes remontées... »



      Cette phrase n’a pas de sens. Le « contenu » de son enquête, c’est « des alertes qui nous sommes remontées »... et une tentative de lier l’accusation à d’autres affaires ayant eu lieu ailleurs (comme si d’autres affaires prouvaient quoi que ce soit). L’argument c’est : on t’accuse de vol à l’étalage et d’ailleurs il y a eu déjà beaucoup de vols à l’étalage nous disent les statistiques... donc tu es coupable. Rien de réel, rien de concret, rien qui ressemble à une preuve. Tout est parti d’une dénonciation et ensuite rien.

       
  • #2743251

    Interrogé par Mediapart, le violoncelliste Bruno Philippe, élève de Jérôme Pernoo entre ses 14 et 21 ans, prend la défense de son professeur.



    « Au-dessus de 14 ans c’est dégueulasse ! »
    F. Mitterrand

     

    Répondre à ce message

    • #2743859

      En même temps, en prenant cette phrase sortie de son contexte est sans connaître son origine, elle est vrai.

      Et je rajouterai maintenant la degueullasserie c’est même pour les gamins même pas encore pubères, via la pornocratie pour tous, même pour eux.
      L’âge moyen de premier visionnage d’un film porno doit être dès l’école primaire, grâce aux smartphones pour tous. Et c’est pas les films porno des années 90 auquels ils ont accès libre... Il suffit d’un seul smartphone dans une classe pour que tout les gamins aient vu au moins un porno avant même de rentrer au collège...
      Adieu l’innocence des enfants de plus de 8 ans qui vont à l’école de la raie publique , tous dans la saloperie organisée.
      Le Mal est fait, et il n’y aura plus de retour en arrière possible. Tous coupables les adultes, à plus ou moins haut degrés dans l’infamie... Du laissé faire au pedosatanisme, quelque part il n’ y a que des maîtres et des suiveurs... La tradition ne s’est donc pas perdue, c’est simplement que l’on a inversé le bien et le mal dans la transmission des valeurs. Et que la majorité adore fermer les yeux, quand ils ne participent pas directement à l’ignominie. Les uns et les autres me dégoûtent tout autant, même hypocrisie de part et d’autres, de l’ignorance crasse donc impardonnable sur la durée, aux vices les plus abjectes. Étrange que les féministes n’aient toujours pas réussi à faire interdire le porno pour tous... À croire que c’est leur fond de commerce.

       
    • @tous damnés
      mais si vous voulez sauver votre âme, selon vos critères, vous êtes parfaitement libre de le faire, personne ne vous en empêche.
      Au fait, vous en regardez, vous, du porno ?

       
    • #2744200

      Plus besoin d’en regarder, Dieu merci j’ai la chance d’avoir toujours un cul généreux et très conciliant sous la main pour décharger la tension accumulée par la pornocratie généralisée. Pas vous ?
      En ce qui concerne le fait de sauver sa propre âme, si on est incapable d’avoir du soucis pour celles de tout les enfants, on peut être sûr qu’on a déjà une place réservée en enfer. Je garde bien évidemment l’espérance du Salut de mon âme, de celle de ma généreuse et plentureuse femme, ainsi que celles de tout les enfants salopés par les adultes dans votre style, par la Grâce du Très Haut.
      Si ça répond à votre question tant mieux.

       
  • Certains commentaires sont tout à fait indigne d’ER : jeux de mots débiles et insinuations sans preuves.

    Il faut savoir que la troupe de ballet de l’Opéra de Paris et les Conservatoires supérieurs de musique sont depuis des années sous attaque mondialiste. Lisez le sous-titre de l’article :



    interrogeant une nouvelle fois les méthodes d’enseignement au sein des conservatoires.



    C’est cela qui est visé comme à Oxford où le département de musicologie a dû réduire les heures d’enseignement consacrées à Bach et Beethoven. Le régime mondialiste qui sévit en France a même nommé un type pour briser la troupe de ballet de l’Opéra, Benjamin Millepieds, venu de New York, et qui choisissait une débutante pour le premier rôle d’un ballet (intentionnellement pour scandaliser et écoeurer les danseurs étoiles)... Millepieds a fini par être expulsé par la troupe qui s’est défendue comme contre un corps étranger. Mais ça n’en finit pas, il y a toujours de nouvelles attaques.

    Avec Parcoursup, c’est le même écoeurement pour les lycéens qui veulent faire des études supérieures.

    Les mondialistes attaquent toutes les institutions nationales permettant de sélectionner des élites et de les faire grandir en développant leur talent.

    Je ne crois pas un instant aux accusations relayées par Médiapart. Ce qui est certain, c’est Macron niant l’existence de l’art français et de la culture française, et Apathie souhaitant raser Versailles. C’est cela, le réel dont on peut parler. Le directeur du Centre de musique de chambre de Paris, lui, défendait la musique, le talent et le travail, il résistait (et avec succès) à ces attaques... c’était une cible, un homme à abattre (comme l’architecte des Monuments historiques qui défendait la reconstruction à l’identique de la flèche de Notre-Dame, celui que le général Georgelin avait insulté en disant qu’il devait « fermer sa gueule »).

    Et pour les crétins qui parlent de « bourgeoisie », apprenez que les seules carrières respectables dans la bourgeoisie sont le commerce et le droit, surtout pas les carrières artistiques. Ce sont des enfants de la classe moyenne cultivée qui peuplent l’école de danse de l’Opéra de Paris et les Conservatoires de musique, pas des enfants de la bourgeoisie.

    Il y a quelques restes de haute culture française mais les ennemis de la France veulent tout balayer, que tout disparaisse.

    C’est désolant de lire des commentaires idiots sur ER qui vont dans le sens de cette destruction.

     

    Répondre à ce message

    • #2743752

      C’est désolant de lire des commentaires idiots sur ER qui vont dans le sens de cette destruction.




      @Clemens, vous décrivez la réalité de la situation, telle que je la connais également. S’il est toujours possible, comme dans n’importe quelle institution, que de tels faits se produisent, ce n’est pas du tout ce que décrit Mediapart.

      Le but est la déconstruction de qui subsiste encore d’exigence artistique. Demain le Lac des Cygnes avec Yseult dans le rôle d’Odette ?

       
    • Entièrement d’accord avec Clemens.
      Le ballet national de l’opéra de Paris a subi depuis le mécennat de Pierre Bergé une refonte progresso-mondialiste totale. Et maintenant il leur reste la musique classique, dernier bastion, à démolir.

       
    • #2744088

      totalement avec vous Clemens dans cette analyse, tout est organisé en douce pour saper la culture française et la faire entrer dans le moule Marvel, Disney Netflix, etc. L’exemple actuel en est cruellement frappant dans la programmation de la chaîne "culturelle" 14 ... ceci sans s’attarder sur la dégaine et le verbiage de ses animateurs..

       
    • @ Canis aureus @ Theway

      Merci pour vos réponses. Le microcosme français de l’excellence artistique est si réduit, si fragile et si attaqué qu’on ne devrait même pas en parler sur ER, on ne devrait même pas citer de noms. C’est un trésor, le reste d’un trésor, qui nous appartient à tous, et qui ne fait pas de politique bien qu’il soit dans le viseur des mondialistes et de leurs larbins. Nous, avec nos gros sabots militants, nous ne pouvons que leur faire du tort en nous occupant de leurs problèmes. Ils ne nous demandent rien, si ce n’est le respect, le silence, de l’attention si nous sommes touchés individuellement.

      Soral avait fait preuve de sagesse dans un de ses discours récents en disant qu’il ne voulait pas aller sur le terrain artistique, il avait mille fois raison : c’est du cristal avec devant une armée de blindés américains lancés à pleine allure... Ce monde va disparaître, nous, nous ne pouvons faire qu’une chose : ne pas contribuer à sa destruction.... Ne pas en rajouter mais plutôt, individuellement, écouter, lire, regarder, et si nous avons une descendance, raconter à nos petits-enfants ce qu’a été le monde d’avant, à quel point il était beau et étaient beaux les hommes qui savaient le chanter...

       
    • Merci Clemens, votre mise-en-garde est parmi les plus éminents posts que j’ai lus sur E&R, ces derniers jours. Ce que vous expliquez si bien en quelques phrases, est littéralement effrayant. Naîvement nous imaginions quelques citadelles imprenables, quelques "monuments" impérissables, comme "La Culture" si riche si puissante en toutes ses branches, Littérature, Philosophie, Musique, Peinture, Architecture....Tout sera mis à bas, à peine en restera-t-il quelques miettes...je viens d’écouter un professeur, à la radio : il constate que les "élèves" de Terminale, pour nombre d’entre eux, savent à peine lire et écrire, il ne faut même pas attendre d’eux le moindre effort de réflexion ! Ils n’ont jamais ouvert ni lu un livre in extenso, de toute leur "scolarité"...

       
  • Je savais par instinct que ces lieux étaient des repères de pédocriminels

     

    Répondre à ce message

  • C’est terrible car on salit la carrière et la personnalité d’un excellent violonceliste, alors que cela ne concerne que les enquêteurs. Où est la présomption d’innocence ? Cela va tellement vite de monter en mayonnaise des détails à cause d’un problème relationnel totalement indépendant de l’accusation, et c’est pour cela que je me refuse de garder en mémoire cette image de Jérôme Pernoo tant que les faits n’auront pas été prouvé, et ce sur des bases plus solides que celles des témoignages à charge uniquement : cela rappelle désagréablement Nuremberg...

     

    Répondre à ce message

  • #2810572

    Un article vient de tomber sur le site du Figaro : https://www.lefigaro.fr/culture/le-...

    On peut y lire :

    « la direction du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris a notifié [au professeur] sa décision “d’abandonner le projet de licenciement pour faute grave (le) concernant” »

    « L’enquête interne n’a pas permis de prouver les agressions reprochées »

    « Si les faits reprochés n’ont toujours pas été prouvés, l’intéressé a été suspendu de son poste pour une autre raison. »

    Et bien d’autres choses très intéressantes concernant l’implication de féministes et d’artistes ratés dans cette affaire.

    « L’autre raison » dont il est question dans l’article, c’est tout bonnement le talent de l’intéressé, sa droiture et sa fierté de grand artiste, refusant de se plier aux médiocrités du politiquement correct.

    On relaie les calomnies mais pas la vérité quand elle est enfin restaurée ? La rédaction d’ER fera-t-elle son mea culpa ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents