Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Au Kenya, une école numérique qui tient dans une valise

La solution à la pauvreté éducative ?

A l’école Lighthouse Grace de Kawangware, un bidonville de Nairobi, les écoliers portent des T-shirts avec la mention « Craindre Dieu est signe de sagesse », mais ils tiennent dans leurs mains un outil de connaissance bien moins abstrait : des tablettes informatiques.

 

Dans sa salle de classe bondée, au sol en ciment et aux murs de tôle sur lesquels est accrochée une vieille horloge en panne, Blessing, âgé de 7 ans, pianote sur sa tablette et apprend à épeler les mots. « C’est amusant, je n’ai plus besoin d’écrire, je regarde une vidéo, j’écoute l’histoire », dit-elle avec un large sourire.

Reigner, sept ans également, est tout aussi enthousiaste. « C’est génial, je peux lire des histoires, répondre aux questions et faire des jeux de calculs », explique-t-il.

La tablette est un élément du « Kio Kit », un ensemble d’outils numériques utilisés depuis peu pour l’enseignement et qui tiennent dans une valise. Un système qui a vocation à toucher bien plus que les quelques écoles privées ou soutenues par des donateurs dans lesquelles il est utilisé depuis peu au Kenya.

Destiné aux milieux scolaires, ce kit est développé par la société kényane BRCK qui a lancé il y a deux ans un modem mobile et robuste adapté aux environnements poussiéreux et humides et servant de borne wifi, sur laquelle 20 appareils peuvent se connecter à Internet via le réseau 3G.

« Le Kio Kit est le moyen de transformer chaque salle de cours en classe numérique », assure Nivi Mukherjee, de BRCK Education, la filiale qui a lancé le produit en septembre.

« Vous ouvrez la valise et il y a 40 tablettes à l’intérieur, il y aussi un modem BRCK et un serveur Linux, ce qui nous permet de stocker du contenu éducatif et de le renvoyer vers les tablettes », vante-t-elle.

Ce modem et ces tablettes sont conçus au Kenya pour répondre à des problèmes kényans : « Les coupures de courant, les problèmes de connexions à Internet, voilà la réalité de nos infrastructures... Alors nous devons trouver des solutions pour faire face à ces réalités-là, plutôt qu’importer des solutions venues d’ailleurs », estime Mme Mukherjee.

De nombreuses écoles au Kenya manquent en effet d’électricité et a fortiori d’installations pour enseigner l’informatique.

Mais le pays ne manque pas d’idées en matière de high-tech et de télécommunications : le Kenya a une scène florissante de start-up, dont est issu notamment le système de transfert d’argent mobile M-Pesa – un succès – qui permet aux clients d’envoyer de l’argent avec leurs téléphones.

Lire la suite de l’article sur france24.com

Les élites mondiales et locales ont-elles intérêt à une Afrique indépendante ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1360822

    Ils devraient essayer un truc plus low-tech : on appelle ça un cahier en papier tactile 12 pouces, son crayon tactile ( des centaines d’heures d’autonomie), et le professeur en 3D haute résolution qui va avec


  • #1360826

    Pas d’électricité, pas de routes et que sais-je encore, mais des tablettes informatiques. Il est vrai que les livres c’est horriblement dépassé.


  • Si c’est Fernand Nathan qui fait les logiciels, on sait où cela mène.


  • C’est une arnaque : cela donnera, tout au plus, des enfants diplômés...analphabètes !!!
    les ordinateurs ne rendant pas service aux enfants, toutes les études l’ont démontré jusqu’à l’absurde - voir les études de Michel Desmurget, à ce sujet...
    Il y aura toujours une grosse tête qui arrivera à percer, mais les autres seront sacrifiés sue l’autel des bonnes intentions et du " numériquement correct ". Avez vous l’impression que les enfants actuels, depuis l’avènement des ordinateurs, sont plus intelligents et cultivés ? Bien sûr que non !!!

     

    • Bien utilisé internet c’est l’accés à a peu prés 99% de la connaissance humaine.
      Je n’ai jamais appris autant que sur le net.
      C’est aussi un outil formidable d’information et de politisation.
      Ou serait E&R sans internet ? nul part. Idem pour Dieudonné ou d’autres artistes anti-systéme comme Keny Arkana.


    • Je rejoins et complète le commentaire de Lf en précisant que comme pour tout progrès technique ou technologique en général, tout dépend de ce que l’on en fait.

      Internet est capable du meilleur (mise à disposition d’un savoir considérable, rapidité de la communication…) comme du pire (pseudo-apprentissage si l’enfant est laissé livré à lui-même et pas curieux et structuré de nature, pornographie à portée de clic…).

      Ne tombons pas dans la réaction au sens péjoratif du terme, c’est-à-dire pavlovienne, comme un vulgaire Finkielkraut (lui-même opposant au méchant Internet pas bô ; il avait tenu des propos en ce sens à Arrêt sur images, et on voyait qu’il était de mauvaise foi et n’y connaissait pas grand-chose !).


    • #1361715

      D’accord avec la pythie
      L’utilisation des ordinateurs ; des tablettes ;portables etc...(TV) altère le développement du système cognitif ; cela a été prouvé ; d’ailleurs ils ne sont pas utilisés par les enfants dans les écoles (genre Montessori) de la "silicone Valley" !
      N’oublions pas que ce sont des enfants en plein développement et ne confondez pas la richesse des informations que l’on peut obtenir sur le net et la nocivité de l’appareil en lui même pour un enfant !
      Vous pouvez trouver un super reportage animalier à la télé ;mais un enfant a bcp plus a y gagné en ouvrant un livre sur ce sujet voire même un autre...
      On ne retient que 10% des informations d’un reportage bien moins que si vous ouvriez un livre sur le même sujet !


  • quand tu penses que certains francais n’ont jamais touché un ordinateur !