Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Belgique : une affaire pédocriminelle étouffée liée au réseau Dutroux

Revenons un peu sur une affaire connexe à l’affaire Dutroux. Une histoire d’enfant enlevée et morte dans une malle, quelque part à Bruxelles, en 1992. Une histoire étouffée comme il se doit, pour la simple et bonne raison qu’elle risquait de mouiller le gratin. Là aussi, de nombreuses questions restent en suspens, et l’acharnement qui a été mis à ne pas investiguer convenablement ce dossier est impressionnant.

Le 5 août 1992, la petite Loubna Benaïssa, 9 ans, est enlevée non loin de chez elle, alors qu’elle circulait rue Wéry, à Bruxelles. C’est un quartier du centre-ville où l’on trouvait à l’époque une boîte échangiste appelée Le Dolo, et dans laquelle se retrouvaient des types comme Michel Nihoul, Marc Dutroux, des membres de la bande de Patrick Haemers, quelques politiciens, des flics, des magistrats…

Ratés de l’enquête

C’est seulement en mars 1997 que l’on finit par trouver le corps de Loubna dans une malle, dans la cave de la station Q8, une station essence exploitée par le père Derochette, où travaillent ses fils Patrick et Thierry, au deuxième étage de laquelle se trouvait un bordel.

L’un des fils, Patrick, avait déjà été condamné en 1984 pour des faits de pédophilie : un employé de la station l’a surpris alors qu’il se trouvait dans la cave en compagnie d’un jeune garçon, nu et effrayé, une barre de fer à la main. La victime a dû rester huit jours à l’hôpital. Le jeune homme qui a trouvé Derochette dans la cave avec les enfants a déclaré que celui-ci était « prêt à tout pour s’en sortir », et qu’il aurait probablement tué ses victimes pour ne pas être pris.

Lire l’intégralité de l’article sur dondevamos.canalblog.com

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.