Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Birmanie : les Rohingya sacrifiés par le Royaume-Uni et l’Arabie saoudite ?

Alors que le conflit ethnique dans l’État de Rakhine est très ancien, il s’est transformé au cours des dernières années en une guerre de guérilla djihadiste financée et dirigée par l’Arabie saoudite.

 

La zone a un intérêt géostratégique :

L’État de Rakhine joue un rôle important dans OBOR [la nouvelle route de la soie chinoise], car il s’agit d’une sortie vers l’océan Indien où sont prévues des réalisations chinoises pour un montant d’un milliard de dollars : une zone économique sur l’île de Ramree, et le port en eau profonde de Kyaukphyu qui a des pipelines de pétrole et de gaz naturel reliés à Kunming dans la province du Yunnan.

Les pipelines qui vont de la côte ouest du Myanmar vers la Chine à l’est permettent l’importation d’hydrocarbures du golfe Persique vers la Chine tout en évitant le goulet d’étranglement du détroit de Malacca et les sites de la mer de Chine méridionale qui font l’objet d’une contestation.

C’est « l’intérêt de l’Occident » d’entraver les projets de la Chine au Myanmar. Encourager le djihadisme dans l’État de Rakhine pourrait y contribuer. Il existe un précédent historique d’une telle guerre par procuration en Birmanie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les forces impériales britanniques ont incité les musulmans Rohingya du Rakhine à se battre contre les bouddhistes nationalistes birmans alliés aux impérialistes japonais.

 

 

Les Rohingya immigrent dans les régions du nord d’Arakan, l’État actuel du Rakhine au Myanmar, depuis le XVIe siècle. Il y a eu une grande vague d’immigration sous l’occupation impériale britannique, il y a environ cent ans. L’immigration illégale en provenance du Bangladesh s’est poursuivie au cours des dernières décennies. Au total, environ 1,1 million de Rohingya musulmans vivent au Myanmar. Le taux de natalité du Rohingya est plus élevé que celui des Bouddhistes locaux d’Arakanese. Ces derniers se sentent sous pression dans leur propre pays.

Alors que ces populations sont mélangées dans certaines villes, il y a de nombreux hameaux habités à 100 % par les uns ou les autres. Les Rohingya sont généralement peu intégrés au Myanmar. La plupart ne sont pas reconnus officiellement comme citoyens. Au cours des siècles et des dernières décennies, il y a eu plusieurs épisodes violents entre les immigrants et les populations locales. Le dernier conflit entre les musulmans et les bouddhistes a éclaté en 2012.

Depuis lors, une insurrection clairement islamique s’est développée dans la région. Elle a pris le nom d’Armée du Salut des Rohingya de l’Arakan (ARSA) et elle est dirigée par Ataullah abu Ammar Junjuni, un djihadiste pakistanais. (ARSA s’appelait auparavant Harakah al-Yakin, ou Mouvement de la paix.) Ataullah est né dans la grande communauté Rohingya de Karachi, au Pakistan. Il a grandi et a été éduqué en Arabie saoudite. Il a reçu une formation militaire au Pakistan et c’était un Imam wahhabite en Arabie saoudite avant son arrivée au Myanmar. Depuis, en lavant les cerveaux, il a recruté et formé une armée locale de guérilla d’environ 1 000 Takfiris.

Selon un rapport de 2015 du journal pakistanais Dawn, il y a plus de 500 000 Rohingya à Karachi. Ils sont arrivés du Bangladesh au cours des années 1970 et 1980 à la demande du régime militaire du général Zia ul-Haq et de la CIA pour lutter contre les Soviétiques et le gouvernement de l’Afghanistan :

La communauté Rohingya [à Karachi] est plus religieuse et elle envoie ses enfants dans les madrassas. C’est une des principales raisons pour lesquelles de nombreux partis religieux, en particulier l’Ahle Sunnat Wal Jamaat, le JI et le Jamiat Ulema-i-Islam-Fazl, ont leur base organisationnelle dans les quartiers birmans.

« Un certain nombre de Rohingya vivant à Arakan Abad ont perdu des proches dans les attaques bouddhistes de juin 2012 au Myanmar », a déclaré Mohammad Fazil, un militant local de la JI.

Les Rohingya de Karachi recueillent régulièrement des dons, le Zakat 1 et des peaux d’animaux sacrifiés, et les envoient au Myanmar et au Bangladesh pour aider les familles déplacées.

Reuters a noté, à la fin de 2016, que le groupe djihadiste était formé, dirigé et financé par le Pakistan et l’Arabie saoudite :

« Le groupe de musulmans Rohingya qui a attaqué les gardes-frontières du Myanmar en octobre est dirigé par des gens qui ont des liens avec l’Arabie saoudite et le Pakistan », a déclaré le groupe International Crisis Group (ICG), jeudi, en donnant quelques noms.

« Bien qu’on en n’ait pas de preuves, il semble que [Ataullah] soit allé au Pakistan et peut-être ailleurs, pour s’entraîner à la guérilla moderne », a déclaré le groupe. Il a noté qu’Ata Ullah était l’un des 20 Rohingya d’Arabie saoudite qui dirigeaient les opérations du groupe dans l’État de Rakhine.

Par ailleurs, un comité des 20 émigrés Rohingya influents supervise le groupe qui a son siège à La Mecque, a déclaré l’ICG.

Les djihadistes d’ARSA affirment qu’ils n’attaquent que les forces gouvernementales, mais des civils bouddhistes arakanais ont également été pris dans des embuscades et massacrés. Des hameaux bouddhistes ont également été brûlés.

Le gouvernement du Myanmar prétend qu’Ataullah et son groupe veulent instituer un État islamique indépendant. En octobre 2016, son groupe a commencé à attaquer la police et d’autres forces gouvernementales dans la région. Le 25 août de cette année, son groupe a attaqué 30 postes de police et des avant-postes militaires et a tué environ 12 policiers. L’armée et la police ont répondu, comme toujours dans ce conflit, en brûlant des communes Rohingya soupçonnées de cacher des forces de la guérilla.

Pour échapper à la violence croissante, beaucoup de bouddhistes locaux arakanais fuient leurs villes et se réfugient dans la capitale du Rankine. Des musulmans Rohingya locaux fuient vers le Bangladesh. Seuls les derniers réfugiés semblent retenir l’attention internationale.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Aujourd’hui est un grand jour pour les Anglais : de ce jour le droit britannique prime sur le droit européen, Brexit oblige . Je les envie .


  • C’est une guerre civile soutenue par l’OTAN, donc meurtrière et évidemment dévastatrice. En France aussi, il y a de plus en plus d’incendies d’immeubles depuis les caves, c’est une arme très puissante pour terroriser les populations.

     

    • Ce n’est pas une guerre civile. Les Rohingyas sont des migrants du Bengladesh qui n’ont pas la nationalite Birmane et ne sont pas voulu dans le pays. Il faut donc qu’ils repartent chez eux. Ce que l’empire veut c’est la soumission de la banque centrale Birmane qui est aux mains des de l’armee il me semble.


    • "Les Rohingyas sont des migrants du Bengladesh" d’où vous tenez cet information ?


    • tout simplement parce qu’ils sont ethniquement et culturellement (la langue) d’origine bengali (province de chittagong) ils ont émigré par vagues successives et surtout grâce aux anglais


    • @paramesh,




      Les Rohingya immigrent dans les régions du nord d’Arakan, l’État actuel du Rakhine au Myanmar, depuis le XVIe siècle. Il y a eu une grande vague d’immigration sous l’occupation impériale britannique, il y a environ cent ans.




      Pas suffisement précis... voir pas tout à fait vrai ??!!




      Les Rohingya, sont un peuple indo-aryen, comme en atteste leur langue. Leur présence en Arakan est au moins antérieure au VIIIe siècle après Jésus-Christ.




      Je suis vraiment en panique... J’ai un nom de famille d’origine Wisigoth et vu que la présence de ces tribus barbares en France remonte au VIIIe siècle, j’espère qu’on ne me confondra pas avec un migrant... Ni qu’on m’accusera de collusion avec l’ennemi « allemand ».. bon, la nation allemande n’existait pas certes, mais vous voyez ce que je veux dire.

      Sur le fond, la région de Arakan est mitoyenne du Bangladesh... Le royaume d’Arakan comme entité indépendante (!) fut annexé par un roi Birman en 1785.. Clairement, la présence Rohingas est établi depuis au moins le 8ie siècle....
      Que sait-on de ce petit royaume ?




      Des récits racontent qu’au xvie siècle le roi Minbin ouvrit les écluses des réservoirs de la ville pour repousser les envahisseurs birmans




      Le nom habituel de Birmans présente l’ambiguïté de désigner aussi les citoyens de la Birmanie.. en réalité c’est le groupe ethnique majoritaire à 75%. Il y a d’autres pays multietniques d’Asie, où le nom du pays est tiré de celui de l’ethnie majoritaire (Laos, Malaisie, Thaïlande, Viêt Nam).

      La vérité c’est que l’état Birman reconnaît 135 groupes ethniques car ils ne peuvent nier leur présence avant l’arrivée des anglais en 1824... Ils font une exception concernant les Rohingyas qui est un dialecte distinct dans la région, leur langue se différenciant nettement du bengali parlé au Bangladesh... Pareil pour leur écriture...
      Rohingyas signifie « habitant du Rohang », nom donné anciennement à l’Arakan par les musulmans de ces régions.... le terme « Rohingyas » apparaît dans un texte écrit en 1799 par un géographe et botaniste écossais... Es-ce suffisant ?

      Ps : les premiers habitants connus de la Birmanie furent les Pyu et les Môn... quant à l’ethnie birmane, ils sont originaires du Tibet.... Le premier état birman fut fondé en 849 et il faudra attendre le XIe siècle pour qu’ils conquièrent le territoire des Môns (Basse-Birmanie).


  • Depuis 2 siècles, les chrétiens d’orient sacrifiés au nom de l’impérialisme de l’homme blanc chrétien. Ah bah non c’est pas pareil...


  • Il n’y a pas que le pipeline qui relie le port birman à la Chine. Il y a aussi une autoroute pour les camions, et un axe ferroviaire. Ces trois "tuyaux" datent déjà de plusieurs années.

    Il s’agit évidemment pour la Chine de contourner la "ligne Maginot" que lui opposent les USA sur sa façade Pacifique, c’est à dire le chapelet Corée, Japon, Taiwan, Philippines, Indonésie. La Navy pouvant ainsi à tout moment imposer à la Chine un blocus naval.

    Cela fait plusieurs années que de ci, de là, sont diffusées des nouvelles des malheurs des Rohingya, comme si on gardait le plat au chaud en attendant le moment de le servir.

    Notons que le Pakistan est dans un problème similaire. Il ont également le kit complet : port, pipeline, autoroute et chemin de fer en voie de construction (peut-être même terminé) construit par et pour la Chine.

    Rajoutez à cela que Duterte aux Philippines, en envoyant paître les US a fait un gros trou dans la "ligne Maginot", et l’on se demande comment les US peuvent encore espérer contenir la Chine, sauf à basculer dans la guerre ouverte.

    En passant, sacrée coincidence, Duterte a vu l’ISIS s’incruster aux Phillipines récemment. Mauvaise surprise pour les commanditaires de l’ISIS : par une manoeuvre diplomatique digne de Poutine, Duterte a simplement signé un pacte d’alliance militaire avec les rebelles "traditionnels" musulmans du Sud des Philippines.

    Les plans de l’Empire foirent les uns après les autres. La seule chose qui à mon avis maintient encore le dollar en vie, c’est que les grands acteurs de l’économie mondiale ne sont pas encore parvenus à s’accorder sur un plan qui leur permettrait de sauver leurs billes.


  • Quand les pleurnicheries sur les Rohingyas ont commencé j’avais immédiatement reniflé une entourloupe. En effet on nous servait la même soupe réchauffée d’une minorité opprimée gratuitement, sans raison par un état tortionnaire sadique... Aucune analyse geo-politique sérieuse était fournie, juste une explication "psychologisante" d’un conflits où des gentils étaient harcelés par des méchants....il circulait aussi de grossiers photos montages de prétendus massacres, dont les mises en scène étaient identiques à ce qui circulait sur le conflit syrien : faux sang, amoncellement de faux cadavres (personnes vivantes feignant d’être mortes...)

    Toutefois il y a eu de vraies massacres, des villages entiers ont bien été rasés, des milliers de personnes ont été contraintes à l’exil...mais tout ceci n’a absolument rien à voir avec une sorte sadisme bouddhique anti-musulman mais est bien le résultat d’un affrontement armé entre une guérilla rohingyas et l’état central birman. Il s’agit d’une énième opération de déstabilisation d’un état souverain en utilisant une de ses minorités ethnico-religieuse.
    La Birmanie est très proche de la Chine, il y a beaucoup d’affinités entre ces deux pays et depuis déjà plusieurs années l’Empire tente de foutre la merde...


  • Le bouddhiste en période de paix c’est bisous et compassion obligatoire pour toutes les créatures vivantes de l’univers...mais en tant de guerre il applique la loi du kharma à la lettre ! C’est à dire qu’il peut t’attacher à une chaise pour t’arracher les ongles et les yeux sans aucun sentiment de culpabilité, tout simplement parce que si tu te retrouves entre ses mains à endurer un tel supplice cela signifie que dans une vie antérieure tu étais un gros enculé qui donc mérite son châtiment ! Loi du kharma oblige !
    Y’a pas à chier je préfère la foi helléno-chrétienne !

     

  • Quant aux Karens, silence total : ils sont chrétiens.

     

    • Personne ne vous empêche de plaider pour cette cause.

      Que je sache, le massacre en Birmanie n’est pas défendu par les médias. Je ne vois pas les grands groupes médiatiques en faire une cause nationale.

      Donc cette pleurnicherie à deux francs c’est très moyen.

      Personne ne peut cautionner ce qui se passe en Birmanie, donc les pseudos arguments sur le origine ethnique ne justifie pas ce massacre de masse.

      Pour les chrétiens d’Orient, personne ne peut tolérer ce qu’ils vivent, mais venir écrire un commentaire en opposant deux massacres en raison de leur différence éthnico-religieuse je trouve cela d’une bassesse abyssale.

      Merci au revoir.


    • @Aurélien Exact, mais les types comme Olivier sont dans une logique de cerveaux lavés qui vivent dans le luxe occidentale et qui sont nourrit à la propagande de leurs merdias de masses qui leurs expliquent que les ’’misants de l’histoire’’ étaient les nazis et aujourd’hui ’’lé muzulmans’’.
      Du coup ces trolls devraient allez vivre dans les pays chrétiens du Honduras, du Salvador de Colombie ou du Brésil, des pays chrétiens et admirer les taux de crimes et de meurtres colossales de ces civilisations non-musulmane !!


    • Qu’ils repartent chez eux au Yunnan, comme dirait l’autre folle.


  • Les Rohyngyas se sacrifient eux même en envahissant un pays étranger et ensuite comble de la chutzpah en essayant d’y imposer leurs traditions "islamiques" (dont le viol des "kouffars" fait partie apparemment).


  • Le monde entier ferme le yeux sur le martyr des Chrétiens d’Orient et on devrait pleurer sur le sort de musulmans exogènes à ce pays, qui ne veulent pas s’intégrer et qui sont instrumentalisés par les puissances pétrolières. De qui se moque t-ton ?


  • La guerre c’est bien , ca allège le fardeau de la terre, ca crée de nouvelles perspectives, de l’ interaction , ca relance l’industrie de l’armement, beaucoup s’enrichissent, ca donne du taf aux journalistes, de nouveaux scénarios pour Hollywood, ca créé des héros, fabrique de l’histoire, fait pleurer dans les chaumières, fait progresser la chirurgie, et paradoxe ultime ca fait chanter la paix a l’unisson . Bon ok il y a des morts , mais avec ou sans guerre il y a des morts , et puis les morts sont moins chiants que les vivants .Moi " j’aime l’odeur du napalm au petit matin " et" voir les ailes de la mort dans l’oeil de l’ennemi qu’on achève et entendre les lamentations des femmes de sa famille "mais sinon je suis pour la paix, et quoi de plus paisible qu’un cimetière ?