Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Burkina Faso : le changement dans la continuité

Vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin, loin de l’opulence des pays riches, la diplomatie occidentale continue de frayer avec les dictateurs qu’elle paye grassement pour engager des guerres par procuration. En clair, pour lutter contre ses propres ennemis. Le dernier exemple en date est celui de l’ex-Président du Burkina Faso Blaise Compaoré, déposé à la faveur d’un soulèvement populaire.

Le curriculum vitae de l’ex-dictateur retrace l’une des périodes les plus sombres de l’Afrique contemporaine. Le Burkina Faso s’appelait la Haute-Volta et était encore une colonie française lorsque naquit dans une petite ville au nord de Ouagadougou Blaise Compaoré, en 1951. Fils d’un ancien tirailleur, il s’engage dans l’armée de son pays après être passé par des écoles militaires, au Cameroun, au Maroc puis à l’École d’infanterie située à l’époque à Montpellier. Le beau Blaise comme on l’appelait à cette époque en raison de son physique avantageux est affecté en 1981 à la tête du centre national d’entraînement commando, où il succède à un certain Thomas Sankara. Celui-ci est son aîné de deux ans. Les deux hommes s’étaient liés d’amitié lors d’un stage d’instructeur parachutiste à Rabat, en 1978. Au sein de l’armée voltaïque, le duo fonde avec d’autres camarades de promotion le Regroupement des officiers communistes.

La Haute-Volta est alors en proie à des coups d’État militaires à répétition depuis son accession à l’indépendance, le 5 août 1960. Cette instabilité chronique profite aux courants progressistes, dont l’idéologie influence la génération montante des officiers subalternes à laquelle appartiennent Thomas Sankara et Blaise Compaoré, principaux acteurs de la Révolution de 1983.

Le premier nommé parvient finalement au pouvoir le 4 août 1983 et préside par la même occasion le Conseil national de la Révolution. Thomas Sankara fait rapidement changer le nom de la Haute-Volta, nom issu de la colonisation, en un nom issu de la tradition africain, le Burkina Faso, ce qui signifie le pays des hommes intègres. Il définit son programme comme anti-impérialiste, notamment dans son discours d’orientation politique. Ce dernier, comme son nom l’indique, est la référence théorique de la révolution. Blaise Compaoré est ministre dans ce gouvernement qui entend privilégier les éléments les plus fragiles de la société.

Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est assassiné dans un énième coup d’État.

Lire la suite de l’article sur resistance-politique.fr

Pour en savoir plus sur Thomas Sankara, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1025340

    "Burkina Faso" : "le pays des hommes intègres" : défense de rire. Quoique.. piller les caisses de l’état au profit de sa famille est bien moins grave que brader en bloc les intérêts des français au profit des yankees sous prétexte de libre échange mondialisée. Qui dit "mondial" dit américain. Au Burkina, au moins, cela reste en famille et quand quelqu’un devient ministre et qu’il ne distribue pas sa richesse dans les alentours familiaux immédiats, il est coupé en morceau. Les africains ont beaucoup à nous apprendre quant à la "démocratie économique". Vive le Burkina Fasso ! Vive Compaoré ! Vive la junte au pouvoir ! Venez tous en France avec vos coupe-coupe démocratiques !

     

    • #1033296

      Ce discours de Thomas Sankara à l’ONU, vous permettra d’appréhender à sa juste valeur
      cette nécessité et l’espoir dans le fait de renommer la Haute Volta en Burkina Faso. Malheureusement il y a eu son assassinat....
      Les Bukinabes sont fière de ce maigre héritage...le nom de leur pays et le souvenir de l’homme Sankara.

      https://www.youtube.com/watch?v=Mv5...


    • #1034299

      Tout à fait d’accord. Ce sont des hommes libres et plutôt intègres. Mis on ne peut pas dire quelle autorité est capable de le vérifier et si elle est elle même intègre..Mais je veux dire, intègre, oui, mais par rapport à quoi ?