Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Carlton de Lille : l’affaire du « piège » tendu à Washington

Un directeur de la sécurité publique espérait parler avec DSK. Il a préféré rentrer en France. Vendredi, le commissaire Lagarde a été mis en examen.

Le but de la mission n’était pas celui annoncé. Telle pouvait être la conclusion du patron de la sécurité publique dans le Nord lorsqu’il reprit l’avion de Washington pour la France.

Officiellement, l’objectif du déplacement était d’aller discuter sécurité et politiques publiques avec le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn.

Parmi les compagnons du voyage aller de Jean-Claude Menault se trouvaient le commissaire Lagarde, chef de la Sûreté départementale de Lille, un chef d’entreprise et un responsable d’une filiale du groupe de BTP Eiffage dans le Pas-de-Calais et « deux secrétaires d’Eiffage », du moins étaient-elles ainsi présentées.

Arrivé dans la capitale américaine, en cette mi-décembre 2010, Jean-Claude Menault aurait compris que l’avenir de la police française n’allait sans doute pas être le principal sujet de conversation…

Au bout de huit heures, il retraversa l’Atlantique, laissant ses compatriotes en compagnie de DSK.

Puis, il rédigea un rapport à l’intention de sa hiérarchie. Le directeur départemental de la sécurité publique a été interrogé discrètement par l’IGPN à Paris en début de semaine sur cet épisode.

Lire la suite de l’article : lefigaro.fr

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.