Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Coupable de "négligence" mais dispensée de peine, Christine Lagarde reste à la tête du FMI

JPEG - 50.9 ko
Levez la main droite et dites « je le jure »

 

Un « escroc » à la tête du FMI ?

 

C’est ce que va penser le petit peuple de France, pas très au fait des subtilités de la justice. Car si Lagarde a été déclarée coupable, ce n’est que de négligence dans l’affaire des 404 millions d’euros attribués par son cabinet à Bernard Tapie, dans l’arbitrage du dossier Adidas/Crédit Lyonnais.

D’aucuns y verront la main de puissants réseaux, qui ont exfiltré l’ancien ministre de l’Économie d’une position délicate. En vérité, un personnage haut placé, dans le cas de magouilles entre l’État et une entité privée, fait toujours en sorte que la justice ne puisse remonter jusqu’à lui. C’est pour cela qu’on a un directeur de cabinet, et une nuée de subalternes. La faute ou la preuve resteront à ce niveau.

Voilà pourquoi on verra rarement un ministre avec un poste régalien en taule. Alors que du côté du bas de France, on se fait pincer et parfois entauler pour un dépassement de vitesse de 10 km/h, ou une exhibition de paire de fesses en public (à des policiers).

Un internaute résume tout cela avec une comparaison relativement meurtrière (pour la justice) :

Voilà. Si la révolution vient un jour, c’est à partir de ce genre de violence. Une violence sans arme, sans éclat de sang, sans visage, mais qui est l’injustice.

Le message de solidarité de la grande famille LRPS de la finance européenne :

 

- La rédaction d’E&R -

 


 

Christine Lagarde reste directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). Le conseil d’administration de l’institution monétaire en a décidé ainsi après avoir été informé du verdict embarrassant dont l’ancienne ministre fait l’objet. Le FMI a en effet pour mission de donner des leçons de gouvernance à ses 147 pays membres. Or la Cour de justice de la République établit que Christine Lagarde, il y a huit ans, s’est rendue coupable d’une négligence qui a coûté 404 millions d’euros aux contribuables français.

 

Pour autant, les 24 membres du conseil qui représentent les pays actionnaires du fonds expriment de nouveau leur « pleine confiance dans la capacité de la directrice générale de continuer de s’acquitter efficacement de ses fonctions ». « Le respect » et « la confiance largement accordée dans le monde » à Christine Lagarde sont cités dans le communiqué du « board » qui s’est réuni spécialement lundi après-midi à Washington pour trancher de l’avenir de l’ancienne ministre française.

[...]

Risque d’instabilité

Mais même si le conseil avait jugé la condamnation de Christine Lagarde suffisamment infamante pour demander à cette dernière de mettre un terme à son second mandat, son remplacement rapide aurait posé beaucoup de problèmes.

[...]

Ensuite parce que la crise financière est loin d’être résolue, surtout pour la zone euro. Le FMI ne peut se permettre quelques mois de flottement, alors que le système bancaire italien est fragile, tandis que la Banque centrale européenne est obligée de pratiquer une politique ultra-généreuse pour éviter une rechute en récession.

Enfin parce que la question de la sélection d’un successeur se serait posée au pire moment : c’est-à-dire alors que Donald Trump, nouveau leader populiste et protectionniste, arrive à la Maison Blanche. La philosophie nationaliste du futur président américain est peu compatible avec la tradition multilatéraliste et libre-échangiste du FMI. La question du soutien financier des États-Unis au FMI va donc se poser de manière encore plus grave au cours des prochains mois. Dans ce contexte, il vaut mieux pour la direction du fonds soit solidement en place.

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

La France, la dette et la finance mondiale sur Kontre Kulture

 

Christine Lagarde, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants