Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Crise de l’UE : George Soros tente de sauver les meubles du mondialisme

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont la meilleure vision de l’Europe à venir : c’est en substance ce qu’a déclaré George Soros lors d’une conférence devant l’ECFR (European Council on Foreign Relations, un think-tank favorable à une plus forte intégration européenne, sans lien avec le CFR mais semblable par ses objectifs), mardi à Paris. On s’en serait douté mais c’est toujours intéressant de l’entendre dire par le milliardaire de gauche adepte de l’abolition des frontières.

 

Sa vision de l’UE est avant tout une feuille de route pour sauver l’Union européenne de sa « crise existentielle ». Le promoteur de toutes les aberrations de la culture de mort a voulu en exposer les causes et proposer des solutions.

« Tout ce qui pouvait aller de travers est allé de travers », a assuré George Soros en ouvrant son discours d’une demi-heure sur l’Europe, du plus haut intérêt pour ceux qui suivent les avancées du mondialisme. Il n’est pas inutile de noter ici que l’ECFR rassemble 18 anciens chefs d’État, de nombreux ministres des Affaires étrangères en exercice ou non, des commissaires européens, des élus…

D’emblée Soros, l’homme-lige des Rothschild, a expliqué qu’il a toujours « personnellement considéré l’Union européenne comme l’incarnation de l’idée de l’Open Society » : « C’était une association volontaire d’États égaux qui se sont réunis en sacrifiant une part de leur souveraineté pour le bien. L’idée de l’Europe en tant que société ouverte continue de m’inspirer. »

 

George Soros voit l’Europe comme Macron et Merkel

C’est la crise financière de 2008 qui est selon George Soros responsable de tous les malheurs de l’UE, enfoncée dans un programme d’« austérité fiscale » qui a conduit les jeunes Européens à accuser l’Union de les priver de leur avenir. D’où le succès des « populistes », qu’il déplore.

Deuxième facteur de déclenchement de cette « crise existentielle » : la crise des réfugiés de 2015. D’abord bien accueillis, ils ont été perçus comme responsables des problèmes des services sociaux, assure Soros, en même temps que les autorités ont manifesté leur incapacité à gérer la crise. D’où le succès de l’AfD en Allemagne et des partis anti-européens en Italie.

« C’est l’ensemble de l’Europe qui a été en proie à la disruption du fait de la crise des réfugiés. Des leaders sans scrupules l’ont même exploitée dans des pays qui n’ont quasiment pas accueilli des réfugiés. En Hongrie, Viktor Orbán a fondé sa campagne de réélection sur de fausses accusations à mon encontre, affirmant que j’avais le projet d’inonder l’Europe, Hongrie comprise, de réfugiés musulmans » : c’est le coup de pied de l’âne. Et d’accuser Orbán de vouloir prendre la tête des chrétiens-démocrates en majorité au Parlement européen.

Autre tête de Turc de George Soros : Donald Trump, qu’il accuse de détruire l’Alliance transatlantique à travers sa dénonciation du traité nucléaire iranien. « Cela va ajouter une pression d’une force imprévisible sur une Europe déjà assiégée », selon Soros. Comment cela ? Il ne l’a pas précisé.

 

L’UE : une « Open Society » telle que la rêve Soros

Mais pour Soros il ne fait pas de doute que le règlement de la crise des migrants est la première mesure à prendre, assurant que dans ce domaine, la distribution des réfugiés à l’intérieur de l’UE doit être « entièrement volontaire ». À la fois pour les États qui accueillent et les réfugiés que l’on répartit.

Mais on se demande bien comment. Ces assurances verbales s’accompagnent de propositions concrètes qui porteraient atteinte encore davantage aux souverainetés. Après la révocation des règlements de Dublin qu’il appelle de ses vœux parce qu’elles font peser un poids trop lourd sur l’Italie et les pays de l’UE riverains de la Méditerranée, c’est bien une répartition des réfugiés sur l’ensemble du territoire qu’il vise.

« L’UE doit protéger ses frontières externes mais les laisser ouvertes aux immigrants légaux. En retour, les États-membres ne doivent pas fermer leurs frontières internes. L’idée d’une "forteresse Europe" fermée aux réfugiés politiques comme aux migrants économiques viole aussi bien la loi européenne que la loi internationale et elle est de toute façon totalement irréaliste », affirme le fondateur d’Open Society.

Aider l’Afrique pour réduire le flux ? Là, Soros est d’accord, à condition de mettre en place une sorte de plan Marshall européen, dans le cadre d’une politique d’immigration intégrée, et visant non à faire affaire avec des « dictateurs » que l’on paie pour qu’ils empêchent les flux de migrants de passer, mais à financer le développement de l’Afrique.

 

Devant l’ECFR George Soros propose à l’UE de déverser des milliards en Afrique

Soros en évalue le coût à « au moins 30 milliards d’euros par an pendant nombre d’années ». Au nom de la nécessité de trouver une « solution européenne » à la crise des migrants, il propose que l’UE mette à profit sa notation élevée sur le plan du crédit et de la capacité d’emprunt. « Quand utiliser cette capacité sinon au cœur d’une crise existentielle ? Tout au long de l’histoire, la dette nationale a toujours crû en temps de guerre. C’est vrai, augmenter la dette nationale va à l’encontre de l’addiction actuelle à l’austérité : mais la politique d’austérité elle-même est un facteur qui contribue à la crise dans laquelle se trouve l’Europe. »

Donc Soros veut voir l’Union européenne s’endetter solidairement pour éviter la nouvelle crise financière qui s’annonce selon lui du fait de la perte de contrats avec l’Iran et de la destruction de l’alliance transatlantique.

Soros n’a pas détaillé sa solution, mais il a assuré qu’il fait une proposition « qui contient un dispositif ingénieux permettant à l’Union européenne d’emprunter sur les marchés à un taux très avantageux sans encourir d’obligations directes ni pour elle-même, ni pour ses États-membres, avec un intérêt comptable considérable », déjà utilisé aux États-Unis par diverses municipalités. Et demain, on rase gratis ? L’essentiel est bien sûr dans la démarche fédéralisée et l’injection de fonds en Afrique, une technique qui jusqu’ici n’a pas réglé nombre de problèmes du continent noir…

 

George Soros expose sa vision globaliste partagée par Macron et Merkel

Pour le reste, Soros se tourne vers Emmanuel Macron et Angela Merkel. Il veut voir mis en œuvre la proposition de consultations citoyennes mises en avant par le président français afin que l’UE soit désirée par le peuple (et surtout par l’électorat). C’est tout le principe de la démocratie participative qui n’est pas sans lien avec la dynamique de groupe.

Reste le danger de dislocation, déjà entamée avec le Brexit. Soros n’a pas renoncé à l’idée que les Britanniques pourraient être privés de leur sortie à travers une intervention du Parlement. Il ose affirmer que « à la fin, c’est au peuple britannique de décider ce qu’il veut faire » – mais non sans tout mettre en œuvre pour inverser le résultat d’un référendum où ce peuple a déjà affirmé ce qu’il voulait faire. Quitte à mettre en place une « Europe multi-pistes » laissant aux États différents niveaux de choix de participation. L’objectif restant, à travers ces coopérations volontaires, de rendre la « participation universelle » désirable et possible, notamment en matière de défense, grâce aux « initiatives pro-européennes de la base ».

« Moi et mon réseau d’Open Society Foundations ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider à soutenir ces initiatives », a conclu George Soros. Son activisme n’a pas changé d’objectif. Il s’agit désormais de mettre à profit des « disruptions » entièrement prévisibles pour faire avancer le mondialisme.

À ne surtout pas manquer, sur E&R :

Soros le visage de l’Empire, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’est impressionnant d’avoir pu obtenir toutes ses informations, j’imagine que ce genre de réunion n’est pas ouverte au grand public... on voit là qui est le véritable marionnettiste, qui le le vrai Président de la politique occidental... c’est effrayant de le voir exposer son plan aussi tordu devant tous ces politiques béas qui boivent ses paroles... Espérons qu’il lui arrive le même sort que son copain Rockefeller avant d’accomplir son projet satanico-messianique.

     

    Répondre à ce message

  • Les commentaires des uns et des autres sont pathétiques de mauvaise foi et de par la détresse qu’ils inspirent . Vous êtes tellement angoissés par votre quotidien que vous êtes Prêts à vous jeter dans les bras du premier démagogue venu et à embrasser la première idéologie qui s’offre à vous sans réfléchir le moins du monde.

    vous ne cherchez pas la liberté mais juste un nouveau maître (Poutine, Trump, Orban...) qui vous dise Quoi penser, quoi aimer et quoi abhorrer. Vous quittez tel système politique pour entrer aussitôt dans un autre système, tout aussi totalitaire mais dont vous ne sentez pas encore le poids des chaînes. Et lorsque vous serez déçus de Trump ou Orban, vers qui vous tournerez-vous alors ?

    Si vous n’êtes pas prêts à tout remettre en cause, alors vous repartirez vers les mêmes mirages et au final les mêmes désillusions...

     

    Répondre à ce message

    • #1977205

      @Le King Toi en revanche tu m’a l’air d’être
      un sacré pisse froid, sort de ta caverne un peu ça t’aéras les chakras. Avec des nationalistes maniaco-dépressifs comme toi on serait encore à la botte de l’Allemagne ou pire, annexés par les États-Unis. Pendant que t’es occupé à te chercher des ennemis imaginaires sur le net d’autres se bouge le cul pour rompre leurs chaînes. Les russes, les américains, les hongrois et les italiens n’ont aucune leçon à recevoir de quelqu’un qui a Macron comme président. Aussi je te conseille d’aller débattre sur se sujet avec leurs électeurs qui se feront une joie de remettre le petit péteux que tu es à sa place. Quand on est pas en position critiquer, on la boucle.

       
  • Eux,les représentants de l’oligarchie,infatigables et indéboulonnables-jusqu’à ce que mort s’en suive-ne laisse passer aucune occasion ( d’ailleurs,quand il n’y a pas d’occasion,ils en créent une série ) pour marteler ce que"doit"être l’UE et le reste du monde selon leurs diktats. Assurés de ce qui leur semble comme passivité des
    peuples,la discrétion n’est plus de mise qui,avant l’effondrement du bloc de l’Est en 1991,était une obsession maladive,qui les obligent à inventer mille et une ruses pour dissimuler leur supercherie.
    Aujourd’hui,les résistants à l’oligarchie sont plus que jamais invités à changer le fusil d’épaule. Devant cette insolence,doublée d’arrogance,une autre stratégie d’action ,inscrite sur la droite ligne du combat actuel,doit être échaudée en termes de propositions. Il ne s’agit pas de reprendre les litanies électorales qui,ont perdu largement de leur crédibilité,mais de bâtir une Vision en rupture avec le cataclysme qui s’abat sur les peuples. Quelques principes simples,de nature à guider
    le nouveau souffle :
    - la convergence des luttes nationales et la nécessité de les ancrer dans l’horizon européen : l’Europe ne doit,en aucune manière,être le monopole de l’oligarchie.
    L’Europe du renouveau,est celle appropriée par les peuples européens.Une Europe qui se laisse inviter par les nations,pour prodiguer conseils et soutien,non celle transfigurée en monstre qui impose sa tyrannie financière prédatrice des nations.
    - au niveau national,dire non à la prédation d’une caste,usant de réseaux mafieux,de ruses,de chantage et d’intimidation pour s’accaparer la quasi totalité de la richesse du pays. La liberté est un noble concept,il est de première urgence d’en dénoncer le
    détournement pour faire passer les plus viles intentions. Le retour à une économie libre,oui libre,au sens sacré du terme,à visage humain,respectueuse des principes de solidarité et de partage. Il n’est évidemment pas question de cette solidarité qui se manifeste à"la ligne d’arrivée",et qui s’apparente plutôt à l’aumône,mais cette solidarité et ce partage qui met la dignité du citoyen au dessus de la voracité et de la cupidité. Cela se décide à la "ligne de départ",en fixant les principes immuables de ce que le citoyen a droit en termes économiques,sociaux ,éducatifs,valeurs morales,...( À suivre )

     

    Répondre à ce message

  • ( Suite et fin )
    Il est évident que les"philosophes"de l’oligarchie ont déjà aiguisé les armes de riposte contre tout projet à caractère national et visant l’intérêt des populations. Ces armes sont puisées dans l’arsenal de la guerre froide pour attaquer systématiquement tout ce qui menace l’anarchie "libérale". On les trouve aussi dans l’arsenal des médias mainstream qui,depuis des décennies,les ont utilisé massivement contre les militants anti système oligarchique avec habilité et fourberie.
    Il est aujourd’hui indécent,et irresponsable ,de voir la"légalisation"passer en force,pour"aller jusqu’au bout". Le renouveau ne viendra jamais par ce clan,porteur d’un projet étranger aux intérêts de la population.
    Des livres blancs,diffusés en ligne ou directement aux populations,et fruit de débats citoyens,au sein d’ateliers tenus au plus près du peuple. De tels documents doivent s’imposer par des idées novatrices comme alternatives crédibles,proposées par des combattants dotés d’un visage,d’un cœur et d’une âme et non de bureaucrates,sans légitimité aucune,manipulés par des forces obscures qui font passer sur les nations les souffles sinistres des vampires et les grondements horrifiant des guerres. ( Fin )

     

    Répondre à ce message

  • Le problème c’est que l’Europe de Macron c’est l’Europe de la sodomie au gros sel. Alors George, vu que t’es philanthrope t’aurai pas un billet de 100000€ à me donner, je pourrais constituer un stock de lubrifiant et d’anus artificiels. Je pense que dans quelques années cela fera un tabac !

     

    Répondre à ce message

  • #1977209

    Une crise financière à laquelle il a largement contribué.

     

    Répondre à ce message

  • Soros and co,

    "Proposer à l’Union européenne un dispositif
    ingénieux pour emprunter sur les marchés à
    des taux avantageux sans obligations directes..."

    Le baratin ou l’escroquerie classique de l’extrême
    gauche au service de Wall Street pour augmenter
    la dette et la dépendance et financer les guerres,
    et les révolutions démocratiques de couleur !
    Un plan d’émission de fausse monnaie qui ne
    coûte rien au créancier , ruine et asservi
    les pays et les peuples .

     

    Répondre à ce message

  • #1977239

    Il faut se souvenir que Soros a, pendant la guerre (il avait 14 ans et était très précoce), collaboré avec les Allemands pour récupérer des biens immobiliers juifs à Budapest. Somme toute, Soros, en promouvant de façon absurde et autoritaire la société ouverte de Karl Popper obtient le résultat inverse (la fermeture des nations européennes sur elles-même). Etant donné la rouerie du personnage, je me demande s’il n’est pas tout comptes faits resté fidèle à son engagement de jeunesse...

     

    Répondre à ce message

  • Demander son avis politique à un prédateur psychotique et sénile, investit dans l’hyperspéculation à l’échelle planétaire, c’est se définir en tant qu’hôte. Et c’est se définir en tant qu’ennemi des populations victimes de cette tyrannie internationale qui sévit sous l’acronyme UE. La seule préoccupation du capitalisme c’est la préservation dans l’illimité de sa marge de profit, et pour cela il doit pouvoir déplacer ses capitaux là où c’est possible, sans jamais se préoccuper des dégâts. Les friches industrielles sont là pour matérialiser ce fait, qui ont draînées un temps et jusqu’à épuisement l’énergie de l’endroit, puis l’ont abandonné pour un autre. C’est de cela que l’UE est le nom.

     

    Répondre à ce message

  • 511 millions d’européens dépendent de la volonté d’un seul homme... sacrée belle démonstration de la démocratie dont on nous pourri les oreilles...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents