Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Crise du logement en Israël : Nétanyahou veut contenir « la révolte des tentes »

Alors que les Israéliens protestent contre la hausse excessive du prix des logements, le premier ministre Benyamin Nétanyahou a annoncé mardi un plan d’urgence pour tenter de résoudre la crise et d’apaiser les tensions.

En un an, les prix du logement ont grimpé de 32 % à Tel-Aviv et de 17 % à Jérusalem. Cette tendance est perceptible dans l’ensemble du pays, alors que les salaires stagnent.

« Les membres des classes moyennes ont beaucoup contribué au développement du pays et ne parviennent plus aujourd’hui à boucler leurs fins de mois », a déclaré mardi le chef de l’État, Shimon Peres.

La semaine prochaine, le Parlement doit donc voter une importante réforme législative qui permettra « de faire sauter les verrous freinant la planification et la mise sur le marché des logements », a affirmé mardi M. Nétanyahou lors d’une conférence de presse.

Le premier ministre a notamment dénoncé le monopole que détient l’Administration foncière sur les terrains à bâtir, qu’« elle libère au compte-gouttes ».

Sous la pression de l’opinion publique et des médias, le premier ministre consent ainsi à une intervention limitée de l’État. Il a annoncé la construction en un an et demi de 50 000 logements, dont 10 000 à prix réduit « avec l’aide du gouvernement ».

Une subvention des transports publics pour les étudiants « afin qu’ils puissent facilement se rendre aux universités » sur l’ensemble du territoire national est également prévue.

Il a indiqué que ces mesures seront mises sur pied « en faveur des étudiants, des soldats libérés de leurs obligations militaires et des jeunes couples ».

Une réaction à « la révolte des tentes »

L’annonce de cette nouvelle réforme survient en réaction à « la révolte des tentes » déclenchée par des dizaines de milliers de jeunes Israéliens qui descendent dans les rues tous les jours depuis près de deux semaines.

Les manifestants ont construit des campements de toile dans plusieurs grandes villes du pays. Celui installé à Tel-Aviv compte plus d’une centaine de tentes et s’étend sur plus d’un demi-kilomètre.

Samedi soir, plus de 30 000 personnes ont crié leur colère en bloquant la circulation automobile et en scandant le mot d’ordre : « Nous luttons pour un toit ».

Selon un sondage publié mardi par le journal Haaretz, 87 % des Israéliens soutiennent le mouvement, et 54 % se disent « mécontents » de la gestion de la crise par M. Nétanyahou, contre 32 % qui l’approuvent et 14 % qui restent sans réponse.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.