Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Damien Viguier : "La destruction du père, c’est une destruction sociale"

En marge de sa conférence « GPA, PMA, destruction de la famille » du 28 octobre 2017 à Nantes, Damien Viguier a répondu aux questions d’E&R Pays de la Loire.

 

 

Retrouvez Damien Viguier chez Kontre Kulture :

Voir aussi sur E&R :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La dernière phrase est assassine, on peut dire que je ne m’y attendais pas... Mais c’est une bonne analyse...

     

  • L’autorité, c’est le mâle, le chasseur, celui qui est à l’entrée du village avec son arc ou sa lance, celui qui repousse les intrus, mais qui est aussi et surtout un père de famille, qui reconnaît et respecte l(intérêt des siens.

    Les lois écrites par une caste, les religions qui s’y inscrivent, ont toujours eu pour but de détruire cela pour contrôler les peuples.

    La femme est évidemment centrale dans ce processus, car c’est elle qui fait le ménage, le foyer..

    De la Genèse à l’exogenèse, en passant par l’Immaculée Conception.

    https://youtu.be/ZwhOd9FCNVA


  • Je voudrais remercier Maître Viguier pour son engagement entier pour la justice car je mesure combien cela doit être difficile d’être l’avocat de personnes que le système semble avoir déjà condamnées ; il faut donc, à n’en point douter, être doté d’un immense courage pour ne pas dire d’un moral et d’une morale exemplaires. Je m’interroge cependant, en écho à sa dernière réponse à la question sur la note d’espoir si, par la foi,nos prières ne sont pas bien plus importantes que je n’ai cru le comprendre dans sa réponse ; est-il vraiment nécessaire de prier si l’on ne croit pas ou si l’on doute d’avoir une réponse qui nous permette d’agir avec la certitude de la victoire du bien sur le mal, car il me semble que c’est pour empécher les peuples d’avoir la foi que le système a, depuis des siècles, combattu le christianisme par exemple afin de casser ce qui était le fondement des sociétés occidentales. Aujourd’hui, si nous ne croyons plus en la force de ce qui a fait notre cohésion par le passé,si nous disons juste que prier c’est bien mais que ça ne suffit pas, pourquoi le faire ? Prier un homme de répondre à nos attentes ne suffit peut-être pas, mais s’adresser à Dieu, ce n’est pas la même chose et le système en a parfaitement conscience. Sans doute devrions-nous y réfléchir...

     

    • Faudrait déjà s’entendre sur ce que prier veut dire, et comment s’y prendre... Tout le monde n’a pas eu une éducation religieuse.
      Pour la morale, et pour nous orienter à travers de bonnes réponses vers un esprit droit, je recommande « le catéchisme de Saint Pie X » (celui-ci mort pile en 1914).
      Moi-même je ne viens pas du tout de là, et jamais j’aurais penser lire ce genre de livre un jour, mais je ne vois pas d’autre voie. C’est bien le pouvoir temporel et spirituel mis en pratique qui ont fait la "France douce", la "France des vertus", dont les légendes parlent, et que la Révolution "française" a fini de décimer à coup de hâches sur les habitants et de canons sur les bourgs !


    • Prier est essentiel mais agir aussi. Il faut les deux ; la prière sert à joindre notre volonté à celle du Père dans un but d’action ; faire sa volonté, pas seulement l’espérer, la penser, mais la faire.


    • @Igor
      Hélas non, une seule chose est nécessaire selon le Christ (luc 10 , 42) et ce n’est pas l’action.


    • Dans ce passage de Luc Marthe s’occupait du service de la maison. Elle n’était pas dans l’action de Foi mais dans l’occupation terrestre sans souci d’écouter la Parole. C’est de cela que le Christ parle en disant que Marie a choisi "la meilleure part", et qu’il est reproché à Marthe de s’agiter pour rien. Cette part est nécessaire car pour agir il faut d’abord avoir écouté, mais l’action est conséquence logique pour celui qui a entendu et compris le message délivré.


    • @Igor
      Conséquence logique n’est pas nécessité, sinon les pères du désert et les moines cisterciens n’aurait pas de raison d’être. Une seule chose est nécessaire.


  • houla ! quelle chute ! ça va faire du bruit dans Landerneau !
    la pilule rouge ou la pilule bleue ?


  • Mais le féminisme est immoral, point. C’est pas une question d’espoir, il s’agit de virer hors de France tout ce qui n’est pas moral !
    Comment dépasser les Droits de l’homme ? qui produit le féminisme etc., voilà la question.
    De Benoist a sorti un "Au-delà des droits de l’homme" l’année dernière, mais pas lu.


  • Pas compris en quoi le catholicisme a participé à la destruction de la famille.

     

    • Toi ? T’as l’air plutôt catholique...


    • Quoi "toi" ? puis faut se méfier des apparences. C’est pas que j’aie l’air catholique, c’est surtout que j’ai l’air d’argumenter dans ce que je publie. Donc je repose la question : en quoi le catholicisme a participé à la destruction de la famille ? il fait référence à Carl Schmitt et au fait que ce soit une religion ambigüe, si quelqu’un peut renseigner sur ce que veut dire Maître Viguier par là.


    • Je n’en suis pas sûr mais dans la doctrine catholique, le droit repose sur la vérité et non pas sur le père comme dans le droit romain (pater familias). Par conséquent un fils doit avant tout se battre pour la vérité, plus que pour sa famille. C’est ce qui explique la parabole de Jésus concernant la division qu’il est venu amener dans le monde.
      Sauf que cette vérité est dans le catholicisme la personne même du Christ, dès lors c’est le Christ qui est le sommet des droits et des devoirs.
      Ainsi tu peux voir que le docteur des docteurs de l’Eglise (Thomas d’Aquin) était lui même en conflit avec sa famille, car sa vocation religieuse entrait en contradiction avec la volonté de son père. Pourtant dans une vision catholique, il est juste qu’il le fasse, dans une vision romaine, il contredit son père et n’est pas juste. La famille devient secondaire par rapport à la personne du Christ. " Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi"
      Un tel message aurait fait hurler un notable romain, il détruit la famille au sens naturel du terme, mais dans une compréhension catholique il affirme la force de la famille surnaturel. Le père étant Dieu, la mère étant l’Eglise, et les hommes sont frères et sœurs en Jésus Christ le Fils unique.
      En espérant que cela vous aide dans votre compréhension.


    • @ Igor

      Je pense qu’il s’agit d’une mauvaise interprétation de Me Viguier (je ne connais pas Carl Schmitt). Le catholicisme a participé à la destruction du clan, de la tribu... mais n’a jamais remis en cause, ni dans l’Evangile, ni par aucun des Pères de l’Eglise, cette cellule sans laquelle il n’y a ni sécurité ni transmission.



  • la morale,

    le contexte.
    les moeurs.
    l’organisation tripartite
    la permaculture.
    la survie d’une l’espèce dépend de de sa capacitée à s’entraider.
    on peux définir l’évolution spirituel d’une espèce,à sont comportement par rapport à une "créature" plus faible.(humain,animeaux,végétaux)
    la pratique de tout échange équitable rends obsolète,(fini toujours ,sur le court et moyen long terme par rendre obsolète toute armée.
    l’équateur...
    une présence armée se réduit au métier de pompier,la facilité d’accès à une infirmerie d’urgence.
    la sécurité est la base,le corps étant limité par la chaire...
    il faut recréer nos activités en symbiose avec la nature,intégrer nos activités au biotopes,en resepectant,voir promouvant,la vie de sa plus grande diversitée ;
    apparence tailis sous futaie,7 étages végétales...l’humain aime vivre en lisière de forêt.
    (et on est bien dans les arbres)
    et la vie devient si simple et saine.
    et paradoxallement,au risque de choquer,le naturisme (vivre nue), a ses vertues psychologiques,sur l’expression du dépouillement symbolisant la transcandance des limites esthétique et de faiblaisse (collectivement vécu),de la réalité de la chaire.


  • Une chose fondamentale pour que les gens comprennent.
    C’est d’avoir un esprit sain, puis un corps à peu près pur.
    Arrêter de consommer de la drogue, quel soit légales ou non. (Cigarette, cannabis, alcool anxiolytique ect..)
    Car la meilleure dictature est la sommission de ces citoyens.


  • Comme quoi les parents ont aussi un rôle fondamental dans l’éducation de LEURS enfants (pas ceux de l’état..) Merci Mtre Viguier toujours pertinent !


  • « La société a toujours été mâle ; le pouvoir politique a toujours été aux mains des hommes… Le triomphe du patriarcat ne fut ni un hasard ni le résultat d’une révolution violente. Dès l’origine de l’humanité, leur privilège biologique a permis aux mâles de s’affirmer seuls comme sujets souverains. » Simone de Beauvoir.

    Domination sioniste, LGBT, GPA, PMA, Homo-Zoo..., Immigration, Consommation, Infantilisation etc... Ne sont que la conséquence de la destruction du patriarcat.

    La solution ? Autorité du père sur les femmes de son foyer, transmission de l’identité et de la nationalité par le père et prééminence de l’homme dans les postes à responsabilités .

     

    • Instaurer un patriarcat sans contrôle, c’est prendre le risque d’une société de despotes sans retenue ni conscience. Il n’est que de constater les dégâts societaux et l’arriération globale dans les sociétés patriarcales musulmanes, indiennes et tribales ( Indonésie, Afrique...).
      Des Pater Familias accompagnés par des femmes instruites et intelligentes dans un partage des tâches prenant en compte les spécifités de chacun.


    • Je suis totalement d’accord avec votre dernière phrase. Par patriarcat, je n’entends pas misogynie où il faille institutionnalisé l’infériorité de la femme, mais un retour à une échelle, tout d’abord, familiale à l’autorité naturelle du chef de famille.
      La présence forte et l’autorité paternelle structurent profondément ce que deviendront les enfants.
      On voit aussi à travers le comportement des femmes, qui souvent dépasse les bornes, une volonté de retrouver une fermeté chez l’homme.


  • Les derniers mots de Me VIGUIER sont juste jubilatoires !
    MERCI sincèrement pour votre courage !
    Ça risque de faire beaucoup de bruit. Les chiens de gardes vont attaquer.


  • Si l’homme avait été un véritable guide pour sa famille, on en serait pas là aujourd’hui.
    Si les maris des femmes battues, trompées, avaient été sermonnés par la police et les femmes protégées, on en serait pas là aujourd’hui.
    C’est ce laxisme à tous points de vue qui a organisé ce fiasco.
    Comment rattraper ça ?
    Les gens devraient travailler sur eux mêmes mais hélas ils n’en prennent pas le chemin.

     

    • C’est pas du laxisme, c’est un projet autoritaire et totalitaire supra-naturel, comme le monothéisme qui le précède et dont il découle (unifs)..

      Tant que vous (tous) n’aurez pas intégré ça, vous serez victimes de ceux qui décident pour vous..

      Soit vous soutenez les cultures traditionnels du monde (ceux que vous qualifiez d’inférieurs), soit vous soutenez la civilisation (raciste et fasciste européenne), There Is No Alternative.


  • Je perçois des propos très dur sur l’Eglise catholique, j’ai peut-être mal interprété...

    Mais bon à la différence de Guillemin : "La France fille ainée de l’Eglise", je prend sans souci .... mais l’Eglise du Christ alors... pas celle du Vatican.

    Par ailleurs, destruction de la famille, ca veut dire aussi destruction de la lignée, de la mémoire collective.. le projet c’est d’effacer la mémoire collective à commencer par celle incrite dans les monuments d’ailleurs : le projet c’est un reset de l’humanité

     

    • La destruction de la mémoire collective est le propre de l’écriture, qu’il s’agisse d’Histoire, d’économie, de religion ou de cybernétique (science de gouverner).

      Mais si le peuple devaient s’en affranchir, on aurait pas rendu l’école obligatoire, et toute la merde qu’on nous injecte directement dans le crane.


Commentaires suivants