Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Damien Viguier à partir de Sheikh Imran Hosein – Qu’est-ce que l’argent ?

Dans le cadre de sa chronique juridique pour MPI-TV, Maître Damien Viguier tente de donner une définition de l’argent à l’aune de la vision de Sheikh Imran Hosein.

 

 

Se procurer l’ouvrage de Sheikh Imran Hosein chez Kontre Kulture :

Retrouvez Damien Viguier chez Kontre Kulture :

Damien Viguier, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si on parle de métal on sait ce que c’est.
    Si on parle de convention, l’argent est ce qui est convenu.

    Dans le second cas il faut savoir ce qui est convenu. Si c’est une comptabilité de la valeur économique du travail cela ne peut pas être autre chose.

    Dans tous les cas l’argent est incapable de travailler...


  • Le sang du pauvre, c’est l’argent.
    Léon Bloy

     

    • Même le prix du pétrole est faussé et sa rareté inventée de toute pièce pour ramasser plus de dollars.
      (vu que les transactions ne se font bizarrement qu’en dollars).
      Dès l’alignement du dollar au pétrole... le prix avait alors immédiatement quadruplé.
      On s’est rendu compte "subitement" que le pétrole était "rare".


  • Le livre à lire sur le sujet, livre très intéressant et passionnant, est celui de David Graeber - "Dette 5000 ans d’Histoire". Un américain qui renvoi à Proudhon, Marx ou Marcel Mauss, c’est pas courant. Il pose la question de ce qu’est l’argent.

    "Qu’est ce que l’argent" est une question philosophique ; il n’y a pas de réponse claire (l’argent comme dette primordiale ? comme projection objectivée de nos pulsions et désirs ? comme objectivation de notre aliénation ?).

     

    • Là est bien le problème, il n’y a pas de consensus clair sur ce qu’est l’argent.
      C’est donc une question structurelle.


    • Si l’argent est là pour la domination, de facto il devient illégitime mais légitimé par un système bien entretenu par certains à tous les niveaux afin de ne pas y perdre leur argent. C’est le cas de nos jours, les autres questions ne sont que loisirs pour riches.


    • Contrairement à l’or ou l’argent, connaissez-vous la différence entre un billet de 1$… et un billet de 100$ ?
      Aucune. Ils font tous les deux 1g.
      Tout dans ce monde est poids-mesure-quantité.
      Trois notions faussées aujourd’hui.
      Il n’est évidemment pas question de se balader avec de l’or dans ses poches. La quantité de l’or (car tout est poids-mesure-quantité) ne doit que transposer sa valeur sur le billet.
      Or, ce n’est plus l’or qui fixe la valeur des billets.... mais les billets qui fixent la valeur de l’or.
      En gros, devant une telle montagne de billets, on veut faire croire que l’or ne vaut plus rien.
      C’est donc que c’est le billet qui fixe la valeur de l’or... et non ce qui devrait être le contraire.


  • Un sujet fondamental pour le bien de l’humanité !


  • En quoi la valeur de l’argent métal n’est pas soumise à une convention ? A part les bijoutiers et quelques collectionneurs de pierre, cet objet n’a aucune espèce d’emprise qualitative sur le quotidien des hommes qui pourrait justifier d’une valeur objective et stable.

     

    • L’argent métal est une matière première, et comme pour les autres matières premières, sa valeur est fixée par le jeux de l’offre et de la demande.
      Le fait que cette matière première là serve de monnaie d’échange est une autre question.


    • C’est une réflexion que je me fait également. La valeur qu’on attribue aux métaux dit précieux est elle-même une convention. Par extension à votre remarque, je ne vois pas en quoi un stock d’or dans les coffres d’une banque centrale reflèterait l’activité économique d’un pays. Je ne vois pas non plus pourquoi une monnaie nationale devrait être raccroché à une ressource dont la production est sous le contrôle d’entités financières apatrides. L’important c’est que la monnaie ne doit plus être générée par l’usure, que le support monétaire ai une valeur intrinsèque ou non importe peu. Après quelques lectures j’ai du mal à considérer l’or comme l’alpha et l’oméga du système monétaire. J’ai tendance à croire que la monnaie la plus efficace et juste est celle décrite par Francis Delaisi dans La Révolution Européenne, à savoir l’étalon-travail. D’ailleurs il y décrit l’étalon or comme une invention de marchant et non de producteur.


    • Je crois que ce qu’il essaye de dire que dans un cas on a quelque-chose de réel,matériel,
      et dans l’autre une simple reconnaissance d’un objet hypothétique.


    • Un billet, quelque soit sa valeur conventionnelle, ne vaut réellement, que le coût du papier et de l’encre soit quelques centimes...



    • L’important c’est que la monnaie ne doit plus être générée par l’usure, que le support monétaire ai une valeur intrinsèque ou non importe peu



      Tout à fait d’accord. C’est bien cela le problème fondamental. Si on convient par exemple que l’argent est une comptabilité de la valeur économique du travail, il ne peut pas se reproduire, sinon ce n’est plus une comptabilité du travail.
      Imran Hosein explique par ailleurs que si l’or fait défaut on peut prendre par exemple du riz ou des dattes comme monnaie. Mais à ce moment il devient interdit d’échanger par exemple 2 kg de dattes de mauvaise qualité contre 1 kg de dattes de bonne qualité car cela casse la convention de l’usage de dattes comme outil de comptabilité. (1kg de dattes qui devient 2kg de dattes lors d’un échange correspond à une "reproduction" de la monnaie qui est aussi fausse qu’illicite).


    • @ Enkidou

      Certes mais la valeur que l’on attribue a l’or ou à l’argent est également une convention car au fond ce n’est que du métal.

      @ Bromélia

      Effectivement. C’est pourquoi je pense qu’une bonne monnaie ne peut être à la fois valeur d’usage et valeur d’échange. Elle doit être, comme vous le dite, un outil comptable du travail de la nation et sur cette base servir les 3 fonctions d’une monnaie définie par Aristote a savoir unité de compte, réserve de valeur et intermédiaire pour les échanges.


  • L’argent moderne ?
    C’est fait pour acheter, pour vendre, pour acheter...

     

  • Maître Viguier dit :

    « … on est face à un mystère… »

    Je pose la question aux juristes s’il était possible de contraindre la justice à se prononcer sur la légalité d’un système monétaire reposant sur des notions aussi « fumeuses » (Lorsqu’il s’agit de convention humaine et non d’un phénomène naturel je préfère le terme de fumeux).
    Si la monnaie était clairement définie comme la comptabilité de la valeur économique du travail, il deviendrait possible de déclarer l’usure illégale sur une base rationnelle.


  • L’argent c’est du temps en symbole.
    Du temps de vie au travail contre de l’argent.
    Du temps de vie mis en jeu dans un combat.
    La vie est la seule chose que l’on possède vraiment, car on peut tout nous prendre et nous laisser en slip sur le trottoir (en vie) ou même nous piquer nos organes et nous laisser en vrac dans un coin (en survie) mais quant on nous la prend, la vie, on nous élimine aussi, nous, l’être vivant.

    C’est pourquoi l’argent est au croisement entre la possession et la dette, c’est une transcription symbolique d’une partie (le temps) de la seule chose vraiment possédée (la vie) pris ou dû à autrui. On ne peut posséder de l’argent (c’est un symbole) par contre on peut accaparer le temps des autres ou échanger son temps (promesse de travailler). L’argent c’est le choix de l’usage qu’on fait de sa vie : d’où la fragilité du système qui repose sur la confiance. Il faut motivé les choix des gens pour qu’ils oublient qu’ils ne sont pas immortels et fassent tourner la roue dans laquelle ils sont enfermés, plutôt que de songer à la renverser, ou simplement en sortir...au risque de sa...vie.

    Bref, la seule valeur c’est le temps. Temps de travail. Temps pour réunir de l’or. Temps gagné ou perdu par un combat. Ce temps est une dépense ou une économie de vie. La preuve, lorsqu’on a de l’argent on fait gaspiller par d’autres leur vie pour faire des tâches subalternes. Lorsqu’on a de l’argent on vit sa vie, et le manque d’argent oblige à perdre sa vie à la gagner.


  • Une monnaie dont la valeur serait intrinsèque à elle même, permettrait des échanges divers à grande échelle ? Si la datte a une valeur nutritive et donc indispensable, pourra t’on l’échanger contre un smartphone qui n’a qu’une durée de vie limitée ou de le monnayer contre de l’or indestructible par le temps ?
    Y aura aussi des choix à faire dans ce qui est vital ou superflu pour considérer et mettre en équation le moyen de paiement avec sa valeur intrinsèque des choses à payer, donc en donner une définition car sans ce facteur de mise en valeur, la chaîne du producteur, marchand et consommateur, la monnaie restera celle qu’on connait. L’obsolescence pour y revenir, permet de maintenir le système argent qu’on connait, les banques se sucrent au moyen de crédit complètement immoral, mais ça permet de consommer comme nous le connaissons avec toutes les conséquences et tension sur les peuples et toujours la croissance en ligne de mire comme une finalité, un jeu permis par notre moyen d’échange, l’argent papier et l’usure pour l’acquisition de "biens".


  • Il faut reconnaitre qu’ils sont très forts les Alchimistes qui ont réussi autrefois à transformer des bouts de papiers (et aujourd’hui des bits dans des serveurs informatiques) en "or"...


  • "Aujourd’hui, les gens savent le prix de tout et ne connaissent la valeur de rien."
    Oscar Wilde.

    J’ai vu cette citation affichée dans le métro parisien...

    Pour une fois que quelque chose d’utile est affiché pour le grand nombre


  • L’argent c’est le pouvoir, il est donc convoité.

    Celui qui a le pouvoir de "créer" l’argent (l’argent-dette, le papier-monnaie, la pierre philosophale, etc...) détient un pouvoir plus grand encore... pouvoir de le distribuer à sa guise, et donc de faire des hommes puissants tout dévoués à son créateur.

    C’est la convoitise du pouvoir qui nous mène à la convoitise de l’argent. Mais le maître suprême, créateur de cette convoitise, qui semble aujourd’hui illimitée, est le véritable maître. Vous aurez deviner son nom.

    L’argent c’est aussi la fascination. L’argent métal, l’or, la valeur intrinsèque de ces deux métaux a toujours exercé une fascination sur l’homme, de tous temps, sous toutes les latitudes. Ils ont fait leur preuve, comme on dit. En eux réside la véritable valeur "argent" (valeur "refuge") celle qui demeure éternelle pour l’homme.

    1or/12argent, c’est un rapport qui se tient bien au cours des âges... sauf le nôtre1or/73argent, c’est vous dire comme l’argent métal est déprécié aujourd’hui... comparé à l’or métal lui-même déprécié (il se vend en ETF environ 300 fois plus d’or papier que d’or physique aux dernières nouvelles, faites donc un petit calcul sur l’argent métal... 6 fois plus déprécié par rapport à l’or... on arrive à 1800 fois plus déprécié de sa valeur réelle, la valeur de l’argent métal étant intimement liée à celle de l’or)

    Le jour où le papier monnaie aura la valeur du PQ, votre or et votre argent vaudront leur valeur réelle, sans subir les spéculations diverses, en cela on peut légitimement considérer ces métaux comme le "vrai" argent, sonnant et trébuchant, comme dirait l’autre...


Commentaires suivants