Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Dans certaines régions en Afrique des hommes se nourrissent au sein de leur épouse

Rumeur ou pratiques cachées ? Le très sérieux journal britannique The Guardian rapporte une pratique « qui n’est pas rare » dans certaines régions d’Ouganda, de Tanzanie ou du Kenya. Des hommes se nourrissent au sein de leur épouse.

 

Une jeune femme de vingt ans, maman d’un bébé de six mois, témoigne dans le journal :

« Il me dit qu’il aime le goût. Et que c’est bon pour sa santé. Il se sent bien après. »

On savait très peu de chose sur cette pratique jusqu’à ce que la ministre de la Santé de l’Ouganda, Sarah Opendi, brise le silence devant le Parlement en 2018. Elle alertait contre une pratique en plein développement, qui mettrait en péril l’allaitement des enfants. Leur père deviendrait en effet un concurrent.

[...]

L’étude s’est concentrée sur un district rural de Buikwe en Ouganda. Les scientifiques ont rencontré quatre hommes qui reconnaissent boire au sein. Mais si la pratique semble courante, expliquent les chercheurs, elle est socialement rejetée. Autant dire que personne ne se vante de téter. Une pratique que confirme cependant un professeur lors d’une réunion publique sur l’allaitement. « C’est sérieux, c’est une pratique très répandue. »

Selon une spécialiste de santé publique de la région, Joséphine Zziwa, « les hommes de Buikwe sont en compétition avec leurs bébés pour le lait maternel. Cela compromet le régime des nouveau-nés et leur croissance ». Il se raconte que le lait maternel permettrait de se remettre d’une gueule de bois, mais aussi de soigner l’impuissance, voire le cancer. Cette pratique existerait également en Tanzanie, dans la région d’Iringa.

[...]

Mais la menace pour l’enfant a en fait d’autres origines. L’allaitement est surtout abandonné par les mères. Elles sont 50 % dans la région de Buikwe à ne pas vouloir donner le sein. Nombreuses travaillent et les raisons sont parfois plus triviales. Elles craignent pour l’esthétique de leur poitrine.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 

JPEG - 67.8 ko
Allaiter ou séduire, il faut choisir ?

Sur le sujet, ou presque :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Voilà une façon qu’a trouvée la cruelle Nature pour réduire une natalité galopante.
    Tant que la mère allaite, elle n’enfante pas.
    Plus elle donne à téter, plus elle produit de lait, donc prolonge la stérilité.
    Tant que l’homme fait concurrence au nourrisson, il cesse d’être un homme, et par ricochet, de coucher partout. Il ne travaille pas ou plus, ne nourrit aucune famille égarée en haillons dans des townships en Afrique et ailleurs.
    Que du bonheur !
    Moralité : il faut laisser l’Afrique se livrer en paix à ses coutumes. Ce n’est pas notre affaire.

     

    • Et j’ajouterais que ce n’est pas partout en Afrique. Au Maroc, totalement interdit, sinon l’homme devient frère de lait avec son bébé et sa femme devient sa mère.


    • Ah là non ! Montaigne n’a jamais fait ça !


    • Bon commentaire, auquel nous pourrions ajouter que nos réfrigérateurs pleins et nos estomacs repus doivent nous inviter à une forme de compassion pour ces adultes que la faim pousse à des pratiques infanticides. Un capitalisme redoutable génère ce vampirisme alimentaire contre-nature, qui bouleverse les fondements de l’anthropologie : comment le patriarche peut-il remplir son rôle tutélaire et protecteur si son descendant devient un rival dans la lutte acharnée pour la survie ?


    • @giustizia : Là où l’Afrique subsaharienne a été correctement évangélisée et islamisée, ces pratiques ont disparu il y a des siècles, car les monothéismes sont puissamment civilisateurs. On parle ici de l’Afrique restée animiste et fétichiste.


    • #2380482
      le 04/02/2020 par Protégeons l’honneur avant la Palestine
      Dans certaines régions en Afrique des hommes se nourrissent au sein de leur (...)

      @ProtégeonslaPalestine
      Ouais sauf que je suis pas un expert et j’ai pas lu beaucoup d’articles sur le sujet mais à aucun moment il n’est fait référence à la faim ? Juste des questions de gout et de santé apparemment, donc non, l’excuse du gentil africain qui crève la dalle n’a pas l’air de coller cette fois... C’est ptet juste une pratique d’abruti (et il y a pas que les africains qui aient du potentiel en la matière).
      N’empêche, je sais pas qui tu es comme genre d’homme "ProtégeonslaPalestine" mais même sans avoir rien bouffer pendant deux jours (deux jours d’affilées sans nuit sinon ça compte pas), je serais pas aller têter ma mère, un peu de décence, sinon ça sert à rien de vivre...


    • Céline regrettait l’époque - avant 14-18 - où les femmes allaitaient, ce qui leur donnait une superbe poitrine .


    • En Afrique la régression est massive .


    • @protégeonslapalestine

      Commentaire bidon. La faim n’a rien à voir. C’est une histoire de mœurs et sans doute en rapport avec leur croyances magiques. Pour avoir fréquenté l’afrique francophone je peux vous dire que cette histoire est du petit lait par rapport à ce qui se fait ĺà-bas. Et au fait. Il ne faut pas en vouloir au européens d’avoir encore à manger malgré les sommes monstrueuses détournées vers l’afrique. Bisous.


    • “”Tant que la mère allaite, elle n’enfante pas.“”
      Ne sachant pas si la phrase est à prendre au sens littéral, je me permettrais juste de souligner le fait que l’allaitement ne réduit en rien les chances de tomber enseinte à nouveau !
      Et celui-ci pouvant durer 2 ans ou plus, on se retrouve à allaiter 2 enfants.

      Ces idées fausses ont bien la vie dure !


    • Le sein est un organe à la fois érotique et nourricier qui, lorsque le père le dispute à l’enfant, remplit au plan de la spiritualité animiste, un rôle anthropophagique de captation et de détournement des énergies vitales destinées à l’enfant, et au plan psychanalytique, un rôle de détachement œdipien prématuré. La faim et la lutte pour la survie qui en découle, reste bien le tropisme symbolique sous-jacent propre à l’Afrique.


    • Bien entendus qu’il s’agit de la « faim »... la nutrition... s’accaparer un produit très nourricier.

      C’est comme voler du miel à la ruche. Je suis sure qu’en période de guerre et de dénutrition des hommes ont du trouver l’idée « alléchante »... comme un ours qui tombe sur du miel. Et effectivement, c’est en concurrence avec le nouveau née.


  • En France beaucoup d’africains se nourissent au sein de la république.

     

  • #2380375
    le 04/02/2020 par l’homme qui préfère les normales
    Dans certaines régions en Afrique des hommes se nourrissent au sein de leur (...)

    Mais n’est-ce pas ce que préconise une certaine Marie Minelli (attention pseudonyme) dont la couverture d’un livre nous montre un homme représenté en enfant, tétant un sein de femme.


  • aux USA aussi , regardez Weinstein en privé …..


  • Alors là... je tombe des nues ! J’en apprends tous les jours.
    Je ne sais plus quoi dire... juste mon sentiment du moment :
    - quelle misère humaine ! Quel manque de conscience !
    Mon chat est plus éveillé, je peux vous l’affirmer.
    Bonne journée... il faut que je digère l’information.

     

  • Des pov’types.... (en ce qu’ils prennent le lait des bébés).
    Voilà bien le comble de la minablerie de l’homme.

    En papouasie, dans certaines tribus, les enfants se nourrissent avec ..... nan c’est trop dégueu, je préfère la boucler.
    Bref, ce n’est pas nouveau et il y a bien pire que tout ça...

     

  • La femme en photo a une sorte de dispositif anti-tétée...

    Sinon, que les hommes africains fassent concurrence à leur propres enfants au sein de la mère, c’est complètement anecdotique. L’Afrique prouve chaque jour que l’humanité peut vivre dans le pire foutoir et même y prospérer, il n’y a pas de limites...

    https://www.youtube.com/watch?v=FPT...

    les mères africaines repassent les seins de leurs filles...

     

  • La photo de la dépoitraillée : Les clous dans les tétons, c’est un dispositif anti-tétée ?


  • On sait comment ça commence, mais on se doute comment cela fini .Mais bon bref, voilà des femmes qui finissent comme pompe à lait, on n’arrête pas le progrès .Pauvres femmes, lorsqu’ils auront tout pompé, qu’est-ce qu’elles deviennent, ils s’en servent après comme appât pour la pêche ou la chasse ?


  • Effectivement, c’est dangereux pour le bébé
    J’ai déjà entendu dans les PMI (structures dédiées à l’accueil de parents de nourrissons) qu’une mère ne peut pas allaiter 2 enfants d’âge différent car le lait maternel s’adapte aux besoins d’un seul bébé.

    En effet l’accouchement provoque une modification hormonale qui sécrète la survenue du colostrum (substance dorée bourrée de vitamines/nutriments -que la science n’arrive d’ailleurs pas à reproduire- qui permet d’avoir un allaitement particulièrement riche les 2 premières semaines pour immuniser le nouveau né. Ensuite, toujours sous l’influence naturelle des hormones, le corps de la mère sécrète un lait dont la composition va constamment évoluer pour nourrir/renforcer l’organisme du bébé au fur et à mesure de sa croissance.

    Donc l’allaitement multiple (bébés d’âges différents, ou comme dans l’article d’un adulte) est dangereux pour l’enfant (ou un des enfants) qui n’aura pas un lait de bonne qualité, source de graves carences.

    Décidément, il ne faut pas contrarier la Nature !

    Je vous dis pas le bordel sanitaire quand les LGBT (transexuels sous traitement hormonal de féminisation/lesbiennes trans masculinisées par la grâce des hormones /hommes gays ou hétéros voudront allaiter grâce à un traitement hormonal. Car oui ça existe !

     

    • Et les nourrices de jadis chez nous ? Autrement, en vous référant à Germinal (les GJ de l’époque), le cas d’un vieillard allaité a déjà été évoqué... Ceci dit, triste monde.
      Bien aimé votre commentaire cependant.


    • En général, en cas de co-allaitement, le bébé est prioritaire sur son grand frère ou sa grande sœur. Et comme vous le soulignez, après l’accouchement le lait est adapté au nourrisson puisqu’il y a eu grossesse. Le plus âgé, qui en principe tète beaucoup moins souvent que le nourrisson, reçoit donc un lait adapté à un nourrisson (donc très riche). De plus, à partir de 18-24 mois, l’enfant tète surtout pour s’endormir ou se rassurer et non pour se nourrir (c’est l’alimentation solide qui comble l’essentiel de ses besoins). En fait, si carence il y a c’est plutôt à cause de l’état de santé et l’alimentation de la mère (y compris pendant la grossesse) que du nombre d’enfants allaités.

      Je ne pense pas que ce soit dangereux qu’un homme tète les seins de la mère de son enfant, c’est plutôt sur le plan moral que ça peut se discuter. Et franchement, une maman normalement constituée n’a aucune envie d’allaiter son conjoint...


    • Où téter, Papa où téter ?
      Où t’es où t’es Papa ou téter... ♫


  • Je n’ai jamais entendu parler de cette pratique dans l’ancienne AOF/AEF....Il s’agit certainement d’une de ces nombreuses pratiques introduites par les anglais , comme : rouler à gauche, scalper les ennemis ( indiens d’Amérique, coutume de l’armée GB),filer à l’anglaise, boire de la bière chaude ,et du thé glacé, etc...

     

  • #2380718

    Putain de mâles et de patriarcat , d’extrême droite ....euh ! Non la ça marche pas !


  • Si cela ne prive aucun bébé, où est le mal ? ce qui est bon pour la santé de l’homme sans nuire à celle de son partenaire féminin (favoriser régulièrement la lactation est-il mauvais ou bon ? il faut l’avis des experts médicaux...) , cela est "moral", puisque de toute évidence, avec "certains", la morale doit avoir le mot de la fin.

     

    • Sans parler de morale vous semblez être de ceux qui n’ont ni honneur ni fierté quand à votre dignité vous la piétinez tout seul allègrement...

      En arriver à un tel niveau de bassesse et de degeulasserie ne serait- ce qu’en pensé ou en réflexion c’est vraiment un signe d’appauvrissement intellectuel et d’éducation.

      Comme cette gauchiasse bien pensante vous osez en plus de ça critiquer " certains" qui ont un peu trop tendance à avoir une " morale"...

      On est en plein dans l’inversement de valeurs, comme d’habitude.


    • C’est l’homme qui doit fournir les subsistances à la femme et non le contraire. Ne pas s’apercevoir de l’incohérence ne serais qu’au niveau symbolique est une bonne indication qu’il faille tirer la sonnette d’alarme ?



      Si cela ne prive aucun bébé, où est le mal ?




      Ça n’est pas comme si ça va finir à la poubelle ?..

      Laisse les bons nutriments dans ta femme et les chèvres seront bien gardées.. "que chacun s’exerce dans l’art qu’il connaît"... pour faire plus court, ça n’est pas du tout viril...

      J’imagine bien par contre, un proxénète se booster en vampirisant des femmes.

      Ça ressemble à de l’exploitation... et dans les religions abrahamique, c’est l’homme qui est supposé se sacrifier... spoiler femme et enfants de bons nutriments, vous devez bien comprendre qu’il y a là une inversion des valeurs.


    • Rem : vous raisonnez comme un occidental, avec nos valeurs, notre morale, mais pour les autres pays non occidentalisés, ils en sont encore à des pratiques qui ne les choquent pas eux donc aucun rapport avec la dignité, bassesse, etc de votre commentaire que vous attribuez à Rectalophobe. Puisque d’autres pratiques moralement condamnables pour nous, sont morales pour eux, comme l’excision, le voile, la polygamie, la pédophilie ( qui n’en est pas pour eux ), le cannibalisme, les sacrifices humains hélas encore pratiqués, et bien d’autres horreurs encore, il est évident que ces mots ne peuvent pas les concerner en tant que tels, mais il est vraiment temps en effet qu’on leur explique qu’être civilisés c’est un peu autre chose. Enfin, je parle des vrais civilisés évidemment, car on a nous-aussi nos tarés.


    • @domus : Pour ne rien changer, vous dites encore et encore n’importe quoi devant l’éternel. Si vous lisez l’article, au lieu de vous contenter du titre, vous y verrez que ces hommes refusent de reconnaître publiquement leur pratique, preuve qu’ils ont parfaitement conscience d’enfreindre une règle de la morale et que cela leur pose un problème de conscience. Votre commentaire est bidon, mais à un point !


  • Pour qu’il y ai concurrence, il faut que ce soit une mère vraiment sous nourrie.
    Sinon il ne peut pas y avoir concurrence car la quantité se produit à la demande !
    Si il y un papa en plus du bébé qui tète alors elle reproduira la quantité têtée par le père.
    C’est pour ça que vous ne pouvez pas aisément combiner biberon et tété car la demande est interrompue donc la production réduite.
    Mais il y aura diminution des naissances puisque moins de fertilité durant l’allaitement.

     

    • @Element87 : c’est effectivement la tétée qui commande la production de lait, mais ce n’est pas tellement la question. Le lait maternel, c’est du lait très liquide en début de tétée pour hydrater en premier lieu l’enfant, et de plus en plus épais au fur et à mesure de la prise. Sachant qu’une femme qui allaite son nourrisson le mettra au sein, les premières semaines, toutes les 2 ou 3 heures, parfois même plus souvent... Il faut le temps que le lait se reconstitue (le sein n’est jamais parfaitement vide, en revanche si vous avez déjà vu un sein plein, hein... vous me comprendrez), et que la mère s’alimente correctement, parce qu’allaiter puise énormément d’énergie. Bien sûr, techniquement, une femme peut augmenter sa production de lait très facilement, mais ce n’est pas sans conséquences sur sa santé et son état de fatigue !

      Bref, à partir du moment où un homme téterait régulièrement les seins de sa femme, je ne suis pas d’accord avec vous, il y a bien concurrence. Le lait maternel n’est pas destiné à des adultes, et le bébé a besoin d’un lait "complet". Imaginez s’il passait juste derrière l’adulte...


    • Bonjour, un bébé tète mais pas l’homme. Le réflexe de succion se perd des qu’on arrête de téter ou obligatoirement vers 7 ans. C’est le réflexe de succion qui stimule le sein pour produire le lait. L’homme adulte n’ayant plus ce réflexe ne peut que profiter du "travail de bébé". Du coup le sein étant mal stimulé produira de moins en moins de lait. Il y a bien concurrence. Je dirai même vol parce que l’homme ne fait que profiter de la relation mère enfant.


  • #2380850

    Punaise ces noirs sont trop fort ,madame allaite un bébé de 35 ans et ici ,on a des mineurs isolés de 35 ans , toujours jeune les noirs

     

  • Une pratique détestable pour l esthétique des seins : faire porter dans le dos des bébés à,leurs filles de moins de 18 ans .


  • Comme aucune statistique fiable et qui ferait suffisamment consensus sur cette pratique, j’aurais plutôt tendance à la considérer, à priori, comme marginale.

    Qui plus est l’Ouganda n’est pas un pays exempt de lobbies féministes... donc là encore méfiance.

    Etant donc réduit à n’en parler quasiment que dans l’absolu, je pense :

    1/ qu’il y a comme un "léger" défaut éducationnel, structurant et de "détabouisation" latent au sein d’une population... ;

    2/ qu’un tel biais cognitif et comportemental, s’il devait s’étendre, en dirait long sur la qualité des individus mâles de ce pays... à fortiori si ces "têtards" sont des époux et pères de famille. Car à moins qu’ils se cachent complètement de leurs progénitures, ce qui m’étonnerait fort, quelle image renvoient-t-ils à leur entourage, dont les enfants qui sont sous leur responsabilité ? Il faudrait être bien naïf et ignorant pour croire que ces hommes peuvent exercer leur autorité. En effet, quand un enfant grandit avec une image du père aussi "maternelle", s’il n’y a pas un contexte compensateur et résilient, il risque d’avoir lui-même un manque d’équilibre mental.

    3/ ces hommes abdiquent donc leur fonction familiale et sociale, par faiblesse, manque de structuration mentale ou vice. De la sorte, ils passent à coté non seulement de leur rôle mais aussi de leur état profond en phase avec les lois que prodigue l’ordre naturel ; à se laisser aller à de telles pratiques, ils se mettent donc ainsi en mode dysfonctionnel, porteur d’immaturité, d’inaptitude à se construire et se dimensionner en tant qu’Homme apte à porter, conduire et à protéger les siens, et ce au sein d’un pays qui n’a rien d’un eldorado (pour le moment...) ;

    4/ que cette pratique, en psychologie comportementale, s’apparente intrinsèquement à une forme de cannibalisme, une sorte de vampirisation du corps de chair féminin (à l’instar de toute "sexualité digestive" ; les seins sont considérés par l’OMS comme une fonction sexuelle secondaire). En soi, c’est tout sauf anodin, même si de nos jours cela ne choquerait plus guère, vu l’abyssale perte de repères que le mondialisme déconstructeur et ensauvageant inflige implacablement aux peuples humains ;

    5/ qu’on ne peut que craindre aussi un effet d’addiction, à ingurgiter de l’hormone de l’attachement (ocytocine), la bien nommée pour le coup... avec un "avantage" putatif pour leur femme : exit le mariage puisque fini les infidélités conjuguales ! - :)

     

    • Votre point N°3 est central : en tétant à des fins d’ingestion nutritionnelle, l’homme adulte abdique son rôle de pourvoyeur et de producteur pour n’être que récepteur et consommateur : est-ce que cette féminisation complaisante et castratrice du mâle subsaharien par lui-même pourrait avoir son origine dans le rejet inconscient de l’injonction capitaliste de production ? Cette passivité régressive et transgressive de la tétée adulte serait-elle une volonté non avouée d’inscrire sa consommation dans un parasitisme opposé au productivisme ? Il est loisible de penser que la mondialisation perturbe les équilibres traditionnels jusqu’en Afrique. Ce cas anthropologique montre comment le détournement du rôle canonique d’un organe favorise l’émergence de l’hyper-femme et précipite la décroissance du masculin. En effet, l’homme adulte s’invente un besoin, se crée une dépendance à l’égard de l’économie domestique du sein nourrisseur. Ce faisant, il formalise son impuissance.
      Moralité : Les outrances du féminisme ne sont donc pas les seules responsables de la dévirilisation. La maternité n’engendre pas que des bébés. Elle est l’autre nom du complexe inaugural d’infériorité masculine.


  • Comme l’écrirait Marie, si le gonze est un type bien, il n’avale pas...
    Pour ma part, sur mon « Continent », même si elle n’a pas de lait, cela me nourrit : l’esprit et le reste, puisque cela me file ma dose de dopamine.


  • Ma mère a accouché de huit enfants ; elle a nous tous allaités jusqu’à l’âge de 2 ans. Elle n’avait pas le choix : ni Guigoz, ni Nestlé, ni Régilait dans mes Aurès natales dans les années 1940 à 1970 ! Mes nièces n’allaitent pas, car elle travaillent et ont peur de perdre leurs seins (!), bien qu’elles aient été allaitées. Nous verrons bien dans quelques années qui se porte le mieux de leur mère ou de leurs enfants. Le lait maternel protège. Certains pays comme le Canada subventionnent les mères qui allaitent. Traitement préventif !

     

    • Awrassi : Et vous avez raison, car la nature sait très bien ce qu’elle fait. Et en effet, rien d’étonnant à ce que des enfants ne soient plus en si bonne santé, et pire, on a remplacé le vrai protecteur des bébés d’une façon naturelle, par la monstruosité que sont les vaccins pour nourrissons.


  • La seule vraie et utile nourriture pour un bébé est le lait de sa mère, et non pas celle des vaches, la nature a tout prévu jusqu’à ce que le mauvais côté du féminisme - occidental - intervienne, on connait la suite.
    Pour eux, si ce sont des coutumes, il est clair que chaque pays a les siennes, et quand on voit les femmes-girafes ou autres monstruosités, on peut comprendre que cela choque, c’est une question de moeurs, ce qui peut faire comprendre qu’il est temps pour certains pays d’arrêter de ne vivre qu’en fonction de la tradition, superstition, sorcellerie, comme cela est monnaie courante en Afrique, et qui semble quelque peu arriéré.

     

    • Traditions ?!
      ...franchement j’en doute...

      Si il y avait un fond anthropologique comme vous le pensez, il y aurait eu des ethnologues qui auraient investis le phénomène depuis belle lurette...

      Je pense tout simplement qu’il y a un effet de prédation sur un boost nutritionnel... et JUSTEMENT à cause d’une disparition des traditions... Il y a une flagrante disparition de tabous élémentaires...

      Nous pouvons facilement imaginer par exemple que par le passé dans des villes assiégés des combatants avec des stratégies de résilience dans le combat (acharnement), ils n’hésiteraient pas à réquisitionner le lait de sevrage au dépend d’un nouveau née. Le fort sur le faible.

      Il y a un côté anthropophagie... Et dans le passé ça pouvait être un dernier recours pour la survie avec plus ou moins une pensée magique.... et donc les dérives dans l’occultisme...

      Cette pensée magique n’ai pas toujours liée à la sorcellerie.... les stratèges en marketing utilisent beaucoup la naïveté et la pensée magique... Ce produit est fait pour « VOUS » et non pas pour enrichir le vendeur (la pensée première chez un consommateur sain). Comme par hasard vous y pensiez et le produit se trouve là sous vos yeux sur l’étagère du magasin (à porté de main). Matraquages publicitaire... et emplacements de produits. Omniprésence, hasard et coïncidence..

      Légendes urbaines ou réalité, les élites occultistes sont supposées boire le sang de nouveau nées comme si c’était une source de jouveance.

      Si la pratique de boire le lait de nouveau née se passe dans des régions du monde où il y a des pénuries alimentaires... ce qui est important à mon avis, c’est la rupture d’un tabou...

      J’imagine bien la pratique adopté dans d’autres endroits sur terre... La mère donnant du lait de vache à l’enfant et vendant le lait précieux sur Ebay ?

      En Chine, ils imaginent toutes sortes de pouvoir à des produits terrestre comme des cornes de rhinocéros... Ceci me parait être la maladie du riche, il peut (presque) tout obtenir mais à une peur fondamentale de la mort et fatalement cette échéance ils ne peuvent l’ignorer... c’est la finalité des plaisirs terrestres chez les athées... La destruction des limites... des tabous qui en résulte ?

      Le judaïsme, il est dit que lui aussi n’a pas de paradis dans l’aude-là.. cette façon de différer la récompense... le Talmud incitant à croire que leur paradis est sur terre, le lieu où il faut tout acquérir...


Commentaires suivants