Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des CDI d’un nouveau genre chez PSA à Sochaux

Avancée sociale ou dérèglement ?

Une trentaine de CDI intérimaires ont été signés depuis le début du mois. Au total il y en aura 100 d’ici la fin de l’année. Peugeot doit faire face à une demande d’activité face au succès de la 308. Les salariés sont embauchés en CDI par une agence d’Intérim et travaillent chez Peugeot.

 

Un statut plus sur pour le salarié et avantageux pour les entreprises. Un statut qui était devenu indispensable pour Christian Boloniesi, directeur secteur Manpower pour la région Franche-Comté.

« On a besoin d’avoir les meilleurs chez nous et pour avoir les meilleurs il faut leur donner un autre cadre de vie et les clients nous remercieront pour ça. Les travailleurs peuvent rester 36 mois chez le client et ensuite on les mettra ailleurs et on s’assure de les mettre ensuite dans un périmètre de 50 km de chez eux. »

Un type de contrat qui présente ses avantages pour les salariés et pour l’entreprise. L’exemple avec Aurélie Bari qui vient de signer un CDI Intérim, pour lui c’est un soulagement, il est papa de deux enfants.

« On a les mêmes avantages que si on signait un CDI, 5 semaines de congés payés, le 13ème mois etc. donc c’est aussi bien pour moi que pour ma femme et mes enfants. »

Lire la suite de l’article sur francebleu.fr

Menaces non virtuelles sur les lois sociales françaises, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1333296
    le 28/11/2015 par ite de construction
    Des CDI d’un nouveau genre chez PSA à Sochaux

    Ben là franchement je ne vois rien à redire, excepté qu on peut etre changer d entreprise et de lieux de travail regulierement. Mais bon aujourd hui dans beaucoup de secteur c’est la meme chose. Moi je bosse dans une "grosse" boite de construction, et bien je bouge en fonction des chantiers et ce sur toute la region du Languedoc. Donc parfois à 100 km de chez moi...
    Au niveau de l’interimaire il y gagne en prestation sociale et l’entreprise cliente embauche sans risque de sur effectif pour le futur, en fait c’est presque de la sous traitance classique. Il y a peut etre une arnaque, mais la franchement je ne vois pas ou....

     

    • A part d’être pris pour ce que vous êtes : un esclave ; corvéable à merci dans le temps et dans l’espace...


    • #1333381

      A mon avis, il faut continuer à chercher, il y a forcément un os quelque part .Il n’est pas dans les habitudes du patronat , quel qu’il soit , privé ou publique , de prendre des mesures favorables aux salariés, ou dont ils ne tirent pas , auparavant les avantages . Entre autres, ce qui me dérange c’est cette mobilité imposée après 36 mois dans un rayon de 50 kms.Ce n’est pas un simple déplacement , et le déplacement n’est pas rémunéré comme sur un chantier mobile .Le salarié risque de se retrouver à bosser à 40 kms de son domicile pour 36 mois , et ce n’est pas forcément drole pour les finances familiales ...Enfin , , il faut voir , peut etre le patronat a t il été touché par la grace , et manquant de main d’œuvre ( !) a t il décidé de s’attacher ses salariés .REVONS .


    • #1333386
      le 28/11/2015 par Rahan Abitbol
      Des CDI d’un nouveau genre chez PSA à Sochaux

      @ ite de construction



      Il y a peut etre une arnaque,



      Je crois qu’un des buts de la manœuvre, c’est de faire sauter l’indemnité de précarité d’emploi qui compte pour 10% des salaires versés en intérim ou en CDD.
      Elle saute car l’employé n’est plus “officiellement” en situation de précarité puisqu’il est en CDI pour la boite d’intérim !

      Il y a quelques années, on a déjà vu apparaître un CDI Bâtiment pour remplacer les CDD traditionnels, et faire sauter l’indemnité de précarité.
      En fait, c’est un CDD maquillé en CDI.
      L’argument c’est qu’on ne sait jamais vraiment à l’avance quand un chantier va finir, alors un CDD, demandant des dates de début et de fin bien précises, n’est plus adapté. Par conséquent, il est nécessaire de passer dans la catégorie CDI...
      Pourtant le chantier finissant fatalement et l’employé retournant à terme au chômage, il ne peut pas s’agir vraiment d’un CDI.
      La précarité est toujours là, mais l’indemnité (qui était là pour la compenser) , elle, a disparu...ni vu ni connu.


    • #1333654

      L’indemnité de précarité saute mais les ITT s’engagent à utiliser les montants pour financer les périodes d’intermission. Cela revient à dire que votre argent servira à vous rénumérer.

      Pendant les périodes d’intermissions, le salarié devra être joignable aux heures d’ouverture des agences d’ITT (même le dimanche ?). Une agence d’ITT est-elle ouverte seulement 7 heures par jour ?

      Le salarié devra être opérationnel dans la demi-journée.

      Les congés payés devront être pris de préférence durant les périodes d’intermissions.

      Le salarié ne pourra refuser une formation professionnelle durant les périodes d’intermissions.

      Le smic mensuel est quand même garanti (sur une base de 151,70 heure) mais le salarié ne pourra refuser une mission dont le salaire horaire est au minimum égal à 70% du salire horaire de la dernière mission

      Vous ne voyez toujours rien à redire ?

      Alors un exemple :
      1ere mission 100€ de l’heure.
      2éme mission 70€ de l’heure.
      3éme mission 70% de 70€ de l’heure.
      4éme mission 70% de 70% de 70€ de l’heure.
      etc. etc. ...


  • #1333414

    un intermediaire de plus entre employe et employeur , et surement , une protection du CDI, moins forte au passage.


  • #1333460

    Rien de nouveau ça fait des années que cela existe dans les SII (recherche sur wiki pour plus d’info).
    Une entreprise vous embauche en CDI et elle vous place en qualité de consultant chez un client ( une autre entreprise).
    C’est extrêmement courant pour les cadres (ingénieur, commerciaux, etc).
    J’ai des collègue qui ont fait leur carrières ainsi.

     

    • #1333632

      Et quand PSA veut virer 3000 CDI-intérimaires, il lui suffit de résilier le contrat de la boite d’intérim, qui se retrouve avec 3000 salaires à payer chaque, et fait faillite instantanément, sans plan social à payer pour le véritable employeur, sans indemnité de précarité pour le salarié, et sans boulot non plus à la fin !

      Quand au banquier il sera effectivement ravi de vous prêter, puisqu’il est sûr de vous piquer votre appart dans 36 mois !


    • #1334116

      En effet c’est le modèle des SSII (infogérance : les migrations de parc informatique par exemple) et pour connaître le milieu, quand on passe par une société de service, l’employé-esclave n’espère une chose : se faire embaucher chez le client final...

      Quand votre mission est terminé et que votre SSII ne vous trouve rien à faire elle peut soit vous envoyer en formation si elle estime que vous en valez la peine sachant que vous êtes dans une période dite « d’intercontrat » c’est la porte ouverte à tout les abus contre les salariés : au dela de plusieurs semaines sans missions on trouvera le moyen de vous faire démissionner...


  • #1333601

    C’est un type de contrat très commun chez les informaticiens. Pour ma part, je fais parti d’une société de consultants, et je suis employé par une ssii dans une grande entreprise. Donc j’ai 2 intermédiaires. Pour donner une idée je suis payé plus ou moins 160€ la journée et suis facturé entre 500 et 800€ à la société finale. Simplement pour donner une échelle de grandeur. Et ce qui laisse songeur, c’est que les sociétés trouvent ça plus intéressant que d’employer quelqu’un directement. Je vous laisse interpréter.


  • #1333886

    C’est pour faire gagner du fric aux boîtes d’intérim, les esclavagistes sionistes vont y trouver leur compte .


  • #1333956

    Donc si j’ai bien compris, c’est un contrat à durée indéterminé à durée déterminée.
    Donc pas d’ indemnité emploi précaire, aucune prime d’ancienneté ni de jour de repos supplémentaire, pas de je congés la première année tous les trois ans, il doit il y avoir encore pleins d’avantages, mais j’en oublie.
    Pour un emprunt immobilier, il va falloir bien argumenter.
    Le but étant de faire disparaître ce foutu CDD que les banquiers et les agents immobiliers apprécient pourtant beaucoup.


  • #1333973

    Je pense qu’un des intérêts est de fidéliser l’intérimaire. Laisser partir un bon intérimaire c’est prendre le risque de reformer une nouvelle personne lors d’une prochaine ré-embauche, cela coûte.