Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Macron démission

Le combat perdu de la gauche sociale

Le petit coin d’E&R

Gérard Filoche, la survivance gauchiste du PS, se bat contre des moulins pour obtenir la tête de la nouvelle coqueluche du tout-Paris. Peine perdue : Filoche est tout ce que le socialisme salonnard exècre, tandis que beaucoup voient dans le « surdoué » ministre de l’Économie, un futur président de la République, plus moderne, plus jeune, plus tout. Une sorte de Kennedy français.
C’est vrai, Macron est aimé des patrons, du lobby, des banques, des médias. Et le peuple ? Bof, ça compte pas, en politique. Sauf la dernière semaine avant les élections. Là, on s’occupe un peu de lui : on le brosse dans le sens du poil, on lui dit qu’il est beau, et on lui lustre ses... cornes !

 


Trop c‘est trop ! Ras le bol !

De déclarations en déclarations, Emmanuel Macron est devenu un obstacle criant à la défense élémentaire d’une politique de gauche.

Il s’en est pris en quelques semaines aux 35 heures de tous les salariés, a permis la multiplication des CDD pour les jeunes, et le voilà qui propose de mettre fin aux statuts des salariés du privé comme du public.

Il trace, en fait, la voie d’une « société sans statut » : alignement vers le bas pour tous, flexibilité généralisée. Faut-il énumérer, outre les 308 articles de sa loi de déréglementation libérale tout azimut, les plus notables de ses provocations contre la gauche :

  • appelant les « jeunes à avoir envie de devenir milliardaires  »
  • expliquant que «  son job n’est pas de défendre les emplois existants  »
  • affirmant que « les Britanniques ont la chance d’avoir eu Margaret Thatcher »
  • « le chômage de masse en France c’est parce que les travailleurs sont trop protégés » dit-il en Allemagne en vantant les lois Schröder-Hartz
  • « la France est en manque d’un roi », écrit-il en philosophant dans la revue des «  Deux Mondes  »
  • il qualifie ceux qui s’opposent à sa loi au sein du PS de « foyer infectieux »
  • ses sorties contre le CDI, contre le droit protecteur des licenciements…
  • enfin sa dernière sortie brutale contre le statut de la Fonction publique.

Stop, Stop, Stop !

Des ministres ont été écartés pour bien moins que cela ! Ce n’est pas supportable d’avoir des mises au point modérées, ou pire, des « je le soutiendrai jusqu’au bout  ».

Si l’on veut sauver la gauche du désastre, il faut la sauver de Macron.

Si l’on veut l’unité de la gauche, ça ne peut être que sans Macron.

Nous appelons à ce qu’il parte, qu’il soit démissionné ou qu’il démissionne. Ce serait LE signal positif, indispensable, pour « changer de cap », revenir à des positions saines et unitaires pour toute la gauche.

Lire la suite de la pétition sur macron-demission.fr

L’homme qui incarne tous les lobbies, à découvrir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1292089
    le 14/10/2015 par francois desvignes
    Macron démission

    La gauche mourra de Macron mais la droite aussi, par son équivalent à droite.

    La Répulique elle-même mourra de Macron et de ses homologues partout à Bruxelles.

    Et l’UE enfin mourra de Macron, et de ses homologues, partout à Washington.

    Il ne faut pas dire que trop c’est trop quand trop ne fait que commencer.

    Et si vous ne vouliez pas que trop fut trop, il ne fallait pas couver la société libertaire depuis 1968 où tout est dû et rien ne se paie, car sa contrepartie nécessaire sur le plan économique est l’ultra libéralisme apatride.

    Soit notre mise en esclavage

    Qui ne fait donc que commencer.


  • #1292133
    le 14/10/2015 par Lavrov
    Macron démission

    Le voilà, le fameux grand remplacement.
    On y est.
    Lavrov
    Ne varietur.


  • #1292146
    le 14/10/2015 par jedgreen
    Macron démission

    Même Cambadélis l’a traité de "ministre d’ouverture". C’est dire.
    Mais bon, c’est quand même l’arbre qui cache la forêt ce Macron. Celui qui va prendre pour que les autres se refassent une virginité.

     

    • #1292444
      le 14/10/2015 par VORONINE
      Macron démission

      Macron , c’est le "bouc émissaire"....qui finira par etre chassé dans le désert, chargé des erreurs, fautes, pèchés , incompétences de la gauche ....Les autres ne l’aiment pas, il est intelligent, brillant , il a réussi dans le privé , il s’exprime sans tics , il n’a pas besoin de changer de chemise après ses allocutions, ses propos sont à débattre , mais il ne raconte ni betise ni ne fait de promesses stupides et pitoyables : Il est le contraire des guignols de ce gouvernement, on peut se demander ce qu’il fait avec ces comédiens .


    • #1292703
      le 15/10/2015 par Incendiaire
      Macron démission

      @ VORONINE

      Finalement le grand mérite de Macron c’est d’avoir une expérience de l’entreprise suffisamment importante pour se moquer des analyses grotesques des socialistes qu’il côtoie au gouvernement. Il est visiblement très "droite du travail", mais gauche de pas grand chose....


  • #1292154
    le 14/10/2015 par Propero money
    Macron démission

    Le ministre vous le dit sur la tronche, bande de loose, " soyez milliardaire", au lieu de faire vos pleureuses.
    Quand à ce bon Filloche,il faudrait qu’il ne s’arrête pas aux appellations, vu que le signifiant à changé de camp.
    Gauche = ultra-libéraux, mondialisés promoteurs du précariat de masse et amis de la haute finance.
    Petits marquis narcissiques ayant strictement rien à braire du peuple.
    FN = Socialistes vrais, et défenseurs de la nation, c’est pourtant simple à comprendre.

     

    • #1292231
      le 14/10/2015 par dixi
      Macron démission

      FN = Socialistes vrais, et défenseurs de la nation, c’est pourtant simple à comprendre.
      Très très juste ,si les électeurs étaient plus réfléchis le FN passerait a plus de 80% ,mais pour certains ils se rendront compte de leurs erreurs et oui c’est pourtant simple à comprendre .


  • #1292166
    le 14/10/2015 par listener
    Macron démission

    Mais l’analyse historique et politique de syndicats et des partis de gauche est très défectueuse. Ils partent de l’idée apprise à l’école que la révolution française leur a apporté le bonheur. Ils se trompent. Si la société hiérarchisée d’ancien régime a duré pendant 1.500 ans et a multiplié les protections pour les pauvres (église, liens féodaux, franchises, coutumes) la bourgeoisie qui a pris le pouvoir en 1789 a tout démoli et n’a pas été tendre vis à vis de pauvres ; ce fut un désastre et c’est de cela qu’il faut partir pour comprendre où nous en sommes.

    Les "luttes syndicales" n’ ont fait que remettre en cause les conséquences atroces de la révolution française. En effet, le "droit social" n’est qu’une remise en cause du libéralisme qui a laissé les pauvres sans protections. Et le "code du travail" n’est pas le code du "travail" : c’est le code de la "subordination", des rapports hiérarchiques entre maître et commis, et l’ensemble des ses règles est donc para-constitutionnel, puisqu’il suppose la hiérarchie. Il suppose la supériorité du maître sur l’employé. Tout simplement. Soyons clairs. C’est pourquoi Macron qui ne semble pas bien comprendre cela est dangereux et pré-révolutionnaire ;

    Et en plus l’on verrait alors que l’affaire d’Air France fait s’opposer non les "patrons" et les "ouvriers" mais les employés subalterne du bas de l’échelle avec des employés supérieurs du haut de l’échelle, des "cadres" , des "salariés" ! Dévoiement du contrat de travail ? Militarisation de l’entreprise ? L’armée peut fonctionner dans l’égalité et a besoin de répartir les hommes en trois catégories. Les généraux (peu exposés aux balles), les officiers subalternes c’est à dire les "officiers" (articulation du système qui fait comprendre au peuple pourquoi il faut obéir aux chefs et qui doit montrer le plus de qualités humaines) et la troupe dont les sort est assez peu enviable.

     

    • #1292280
      le 14/10/2015 par Prospero money
      Macron démission

      Bien vu pour le "para-constitutionnel" et pour le reste je pense comme toi, la cocotte chauffe à blanc, et c’est ce qu’ils souhaitent au fond, l’épreuve de force, envoyer les tortues Ninja pour mater la gueusaille, l’histoire se répète nous aurons notre mur des fédérés du XXIeme.


    • #1292401
      le 14/10/2015 par listener
      Macron démission

      Merci à Prospéro money. Le terme paraconstitutionnel convient assez bien au "droit du travail" (ce qui donne d’ailleurs l’adverbe "paraconstitutionnellement", premier mot le plus long ex æquo du dictionnaire).

      La question est d’une importance considérable. Le code du travail ne parle pas du travail "en soi" mais du travail "en tant" qu’il est s’effectue dans le cadre d’une hiérarchie sous les consignes d’un autre homme qui vous est supérieur, le patron, l’employeur, le maître. Beaucoup de gens "travaillent" qui ne relèvent pas des règles de ce code.

      De son côté le droit constitutionnel est en fait aussi un "code" comme le premier mais qui organise les pouvoirs publics séparés sous la pression d’hommes libres et découle de principes "supraconstitutionnels", au dessus des constitutions (qui passent, qui cassent et qui lassent).

      Et c’est là que le droit se révèle quelque chose d’étrange : ni le principe d’égalité, ni le principe de hiérarchie ne sont vraiment exprimés dans les textes et ce sont les tribunaux qui les rappellent et les appliquent : le principe d’égalité est en fait non un article de la déclaration des droits de l’homme (article 1) qui ne l’énonce qu’avec une grande ambiguïté mais se retrouve seulement dans la devise de l’état français, en un seul mot sans autres commentaires "égalité". Heureusement.

      De même, en aucun endroit du code du travail, l’on ne retrouve le principe de hiérarchie clairement exprimé alors que ce principe l’explique tout entier ! Ce principe qui conditionne l’existence d’un contrat de travail découle d’une analyse prétorienne, ce sont les juges qui ont bien été obligés de lâcher le morceau. Étrange, n’est-ce pas ? Il y a donc un bloc de droit, le "droit du travail" qui est "à côté" ("para")du droit civil et constitutionnel, non qu’il "autorise" des dérogations à l’égalité, mais qu’il est fondé tout entier sur l’inégalité entre des hommes.

      Pour être concret, vous êtes dans la rue et vous relevez du droit commun. Vous poussez la porte de votre entreprise et vous entrez dans un autre monde.

      C’est dire que les analyses qui ont été faites sur le code du travail sont ineptes ! Code et un trou noir qui n’a que peut de mot utiles. L’un qui devrait rester, c’est celui de "justice", et c’est celui que l’on veut abolir car le patronat veut rendre les juges partieaux et brider leur jugement. C’est un retour au code napoléon ;


    • #1292485
      le 14/10/2015 par Prospero money
      Macron démission

      Intéressant développement @ listener
      Je résumerais de cette façon et de manière politique, le propriétaire du moyen de production, peut s’acheter une marchandise "le travailleur", dans un système capitaliste du tout marchandise les hommes sont aussi du bétail à produire.
      Le droit selon le rapport de force, adoucira ou pas, les conditions de celui qui doit se vendre.
      De mon point de vue, on est en plein dans la loi du marché, offre et demande, à force d’avoir favorisé, l’armée de réserve, le capitaliste dispose de tellement de mitraille,qu’il peut dicter sa loi et balancer les protections aux poubelles de l’histoire.
      Sauf que tout de même tout cela s’inscrit globalement dans une baisse de la valeur, le capitalisme est en crise,non pas tant à cause de la cavalerie financière, mais plutôt du fait de la concurrence acharnée et des gains de productivité,qui font baisser la survaleur, en Chine c’est le même topo, ce que l’on voit, c’est les conséquence d’un système obsolète, sauf bien sûr pour les 1% les plus riches, Le capitalisme sauvage et festif, montre sa vraie gueule et se comporte comme un gangster cela passe de la casse générale de la civilisation aux guerres permanentes,et installation de Quartel de trafiquants. Dérober des richesses sous divers prétextes, et s’approprier quelques marchés solvables, on le voit d’ailleurs aussi avec les fusions acquisitions, et l’appropriation des industries par un tas de magouilles, où se mêlent les états les services d’espionnage industriel etc.
      Je suis assez proche dans ce contexte de bordel général, d’un Christofer Lasch, qui fait la remarque suivante, les élites ne font que se parler à elles mêmes.
      Bien à toi


    • #1292607
      le 14/10/2015 par listener
      Macron démission

      Tout à fait juste, mais pour comprendre la déroute actuelle du syndicalisme et l’écrasement des classes populaires et la chute de la valeur travail, il faut tenir compte du fait que les riches désormais n’ont plus peur d’une révolution bolchevique. La crainte des communistes les tenait réellement en respect et ils se sentaient par intérêt obligé de ménager le bétail humain. Maintenant, ils n’ont plus peur de rien et ont peut voir peur de ce qui va arriver. Le fait que le Medef ait cru pouvoir exiger que les juges soient neutralisés devant un licenciement fautif (c’est à dire que l’on oublie le principe de séparation des pouvoirs qui les rend en principe souverain pour apprécier le fait) est pour un juriste un signe annonciateur funeste.

      Le "manifeste des soixantes" en 1864 a notamment demandé à l’empereur Napoléon II l’abrogation de l’article 1781 du Code civil, ainsi rédigé : « Le maître est cru sur son affirmation pour la quotité des gages, pour le paiement des salaires de l’année et pour les acomptes donnés pour l’année courante ». Pas mal, n’est-ce pas, comme loi ! Même le Medef est épaté.

      "Le maître est cru sur son affirmation" ! Car le domestique renvoyé injustement aurait pu encore lui déférer le serment et apporter ses preuves ! Et le "maître" risquait de se retrouver en situation délicate ! Donc il est "cru sur son affirmation". Même pas de preuves et de contre preuves !

      Bonjour, Monsieur Macron ! C’est donc ce que veut votre "Medef" : "Le maître est cru" dès que le préjudice né de son licenciement injustifié dépasse un montant donné de préjudice, c’est à dire quand le préjudice est énorme. A partir d’un certain montant, zéro. Clopinettes. Plus de preuve, rien. "Le maître est cru" ! C’est vrai que "les investisseurs ont horreur de incertitudes" comme dirait BFM.

       ;


    • #1292730
      le 15/10/2015 par Prospero money
      Macron démission

      @lister
      Le communisme n’est pas sorti de nulle part, il s’est construit en opposition au capitalisme libéral et aux journées de travail de 16 heures dans des conditions ignobles.
      Le pauvre Macron est distancé face aux enjeux sociétaux, d’ailleurs il n’en a pas le pouvoir à lui seul il n’est pas Solon sans tant est qu’il sache qui fut Solon.
      Le capitalisme n’a ni morale, ni compassion, c’est un procès en fonction, si il n’y a pas de force ou de volonté d’opposition, il n’y a pas de raisons, qu’il n’instaure pas les conditions qui lui soient favorable.
      Il est de facto hégémonique, il avale et digère tout, contestations, mode, culture, et le CCCP.
      Cette reconquête des possédants n’a pas de fin, c’est pourquoi intuitivement, depuis le tournant de la rigueur de Mitterrand, et l’apothéose de la chute du mur, je n’ai aucune illusion, sur l’avenir qui nous est promis dans la continuation de ce système archaïque.
      Sauf que, tout de même au 19ème, le capitalisme était en plein essor et ne venait pas comme aujourd’hui s’écraser devant le mur écologique, et la perte globale de survaleur deux impasses, qu’il faut résoudre, ou l’implosion qui elle nous rendra les conditions d’existence plutôt problématique.
      De mon petit point de vue, le capitalisme a une double face tel Janus, le légal et l’illégal, tout cela au final se retrouve dans les coffres plus blanc que neige printanière.
      C’est pourquoi une des dernière industrie productrice de valeur et prohibée, c’est le trafic, ce n’est pas pour rien que l’on protège par exemple la culture du pavot en Afghanistan.


  • #1292171
    le 14/10/2015 par Epicier
    Macron démission

    Ce qu’ils aiment, c’est les gros contrats bien juteux, au nom de la France, avec des pays pratiquants les droits de l’homme, dont les contreparties sont lourdes pour le contribuable lambda.
    Le ’soyez milliardaires’, auquel j’ai envie de répondre sur le mode humoristique, si j’avais la France comme fond de commerce ça m’aiderai bien à le devenir milliardaire.


  • #1292175
    le 14/10/2015 par cernunnos
    Macron démission

    " Une sorte de Kennedy français. " avec la même fin !


  • #1292224
    le 14/10/2015 par listener
    Macron démission

    Faut-il chercher des références historiques, des "Vies Parallèles" comme un Plutarque, à ces personnages obscènes, comparer Hollande à Louis-Philippe et Macron à son fameux ministre Guizot, l’homme du "Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne et vous deviendrez électeurs" ?

    Macron, c’est encore pire : "n’essayez même pas de vous enrichir", comme le disait en fait Sarkozy, en travaillant la nuit comme des esclaves en sous-sols comme dans un film de Murnau. "Vous ne parlez pas l’anglais et vous ne savez peut-être même pas lire. Vous êtes des sots" ! You’re fired !" ("Vous êtes virés !")".

    "You’re fired !" Le cri du riche d’aujourd’hui qui a traversé l’atlantique et ravage nos vieilles société civilisées. Au moins, les esclaves ne pouvaient être "fired" ! Mais enfin, une seconde de sincérité, de vérité ! Même un lord anglais du temps de la reine Victoria n’aurait pas eu ce culot. Les héritiers de Monsieur Thiers, oui. !

    "Mais il vous reste le droit de vote et on va le rendre obligatoire car vous avez le culot de dormir de fatigue et de déprime les jours de vote et vous menacez par votre paresse civique la "räpublique et la démokrassie").

    Mais le petit monsieur fait dans le "tout propre sur lui", mais au fond, c’est du Donald Trump dans le texte. Comme le disait justement Céline, en politique, "il n’y a toujours eu que deux partis, le parti de pauvres et celui des riches. Et il ajoutait : ‘’ Quand on n’a pas d’argent à offrir aux pauvres, il vaut mieux se taire »…Tais-toi, Macron !


  • #1292243
    le 14/10/2015 par boby
    Macron démission

    Bien pratique ce macron sorti de nul part et qui finalement totalise le mécontentement ....
    une fois parti mimollette va repouvoir etre de gauche ....
    j’ai comme l’impression que tout cela est déja scénarisé

     

    • #1292410
      le 14/10/2015 par "Chevalier Lefebvriste"...
      Macron démission

      @boby
      Comment ?
      « Bien pratique ce macron sorti de nul part »
      Si sorti de chez Rowtchild !
      Tu ne le savais pas !
      Heureux de te l’apprendre !


  • #1292491
    le 14/10/2015 par Nettoyeur
    Macron démission

    Macron est un agent en service commandé. Pour détruire notre système fort et puissant, avec cette subtile hypocrisie qu’il tente soigneusement de dissimuler mais qui le caractérise malgré tout très bien. Derrière son petit sourire narquois et manipulateur de jeune premier. On sait pour qui il roule de toute façon. Rien a rajouter si ce n’est qu’il aille au diable lui et tous les encartés du PS.
    Ils sont nuls et font mal au peuple français comme jamais.
    Il est grand temps que notre pays redevienne souverain et fasse le ménage en son sein. A commencer par tous les pourris de la politique qui trompent les français.
    La seule qui en parle très ouvertement ? Marine Lepen, alors j’espère qu’elle sera présidente de la République même si la campagne de diabolisation ultra abusée contre son parti me font craindre un retour de la droite de sarkozy ou pire un valls comme président ...
    J’espère un éveil citoyen aux prochaines élections..


  • #1292500
    le 14/10/2015 par monopsome
    Macron démission

    Macron le banquier socialiste....
    Travailler plus pour gagner moins, c’est beau l’alternance...

     

    • #1292851
      le 15/10/2015 par listener
      Macron démission

      Faire attention. Macron n’est pas exactement un "banquier". C’est un "employé de banque". Il ne faut pas confondre. C’est tout le problème.

      Le vrai banquier est un type finalement assez acceptable, voire utile sinon sympathique. C’est un type qui prend des risques personnels et peut finir à poil. Mais l’employé de banque même surpayé a toujours la ressource de se rattacher aux règles... mais à quelles règles ? Mais aux règles ... du code du travail ! Ben voyons ! Et à son "contrat de travail" mirifique qui protège ses droits de salarié ! Hé oui. Tous les scandales de gros salaires ont pour fond l’application non du "capitalisme odieux" mais des règles du droit social étendu à des connards surpayés.

      Donc je pense qu’il faut en fait prendre la défense des "banquiers", mais des vrais banquiers, à savoir ceux qui juridiquement étaient "en commandite simple" ou "par actions" devant leur actionnaires, et non en "société anonyme". Responsables indéfiniment sur leur patrimoine comme un épicier du coin de la rue. Et qui ne mélangent pas contrat de travail et mandat social comme aujourd’hui. C’est cela qui a disparu... Macron n’est pas vraiment dans ce système. Il évolue dans un univers protecteur du droit social, en fait le droit du travail dévoyé. Et il a le culot, un fois devenu ministre, de le foutre en l’air avec un cynisme de hyène.

      C’est un point que les syndicats n’ont absolument pas compris. Ils sont largement infiltrés par les cadres fayots. Ils s’en prennent confusément aux "patrons". Ils feraient mieux de comprendre que la trahison est venue de leurs rangs, des hauts cadres, des salariés administrateurs qui ont astucieusement mis au point un système d’irresponsabilité et de protection en leur faveur. Il vaut bien mieux être salarié richissime que patron ruiné. Et le droit du travail strictement réservé aux pauvres. Il ne devrait pas être fait pour protéger les riches.


  • #1292538
    le 14/10/2015 par felteyn
    Macron démission

    Si ces militants de gauche étaient intelligents et s’il se mettaient enfin à tirer tous les enseignements de l’épisode Syriza , ils ne perdraient pas leur temps à signer des pétitions à la con pour essayer de remettre le PS sur les bons rails. Sans volonté clairement affichée de rompre avec l’Europe cette gauche mélencho-filochiste se condamne à l’impuissance et aux jérémiades stériles.


  • #1292796
    le 15/10/2015 par listener
    Macron démission

    Lorsque Macron insinue avec la bouche en cœur qu’il faut revenir sur la règle - qui a une portée juridique immense - de la "disposition la plus favorable au salarié", (lorsqu’un contrat de travail se trouve soumis à un empilement de normes : loi, règlement, convention collective, contrat privée de travail, on applique dans tout cela ce qui favorise le plus le salarié)...

    Lorsque Macron excipe de ces suspects "contrats collectifs d’entreprise" (loi qui fleure bon la pègre patronale qui règne aujourd’hui en France ou même la néo-féodalité, une féodalité qui n’oblige pas le suzerain mais écrase le vassal) et leur donner "force de loi"..

    Macron anéantit d’un trait de plume cent cinquante années de syndicalisme tendant à sortir le faible de la peur et de la soumission, voir de l’humiliation et de la misère. .

    La question du droit du travail n’est nullement sa complication. Il n’est pas plus compliqué que les autres droits et certains principes directeurs le rendent au contraire assez facile à comprendre.

    Ce à quoi veut s’attaquer Macron et le patronat dont il est ouvertement le féal, c’est à l’intervention de la JUSTICE, des tribunaux dans les rapports entre salariés et employeurs.

    D’ailleurs les conseils de prud’hommes, de forme paritaire, seraient supprimés car supposés favorables aux salariés, ce qui est assez faux (ces gens n’ont jamais mis les pieds dans un CPH évidemment).

    Ils veulent par des lois anticonstitutionnelles obliger les JUGES à trancher pour eux au détriment de celui qui est évidemment en état de faiblesse. Evidemment, n’est-ce pas le rêve de tous les hommes d’avoir des juges à son service ? Tout est réglé et les investisseurs sont rassurés.

    Or l’institution prud’homale dénote qu’il y avait suspicion sur le juge de la part des syndicats, qui estimaient que le juge de droit commun avait tendance à incliner pour le patron. La paritarisme devait permettre d’aboutir à l’impartialité.

    Ce qui est curieux, c’est qu’en définitive avec le temps, les CPH sont parvenus à juger à peu près comme les autres juges. Et les autres juges ont fini aussi par juger assez impartialement car assez coupés du monde syndical comme du monde patronal, étant fonctionnarisés.

    Donc il y a danger pour les patrons à se soumettre à un juge de droit commun (soupçonné de gauchisme) après suppression des CPH. Il faut donc des lois préalables qui les brident.

    La suspicion a changé de camp. Ce qui explique le malaise actuel.

     

    • #1292893
      le 15/10/2015 par Prospero money
      Macron démission

      Pour faire suite à tes observations, le TTIP risque de changer complètement la donne, puisque désormais on parle de tribunaux "indépendants", où pourraient être assignés les états, si les transnationales le jugent nécessaire, pour entrave à la liberté.
      Imaginer que le code du travail constituerait une entrave à cette dite liberté, il ne faut pas être très imaginatif pour concevoir la suite logique et donc à partir de ce constat, on peut imaginer sans être complotiste ou parano, que le droit national du travail, pourrait devenir illégal sans problème.
      A partir de ce constat, je reviens vers tes premières observations, où a ce moment là les nations devenant de simples territoires, les constitutions partiraient en fumées de facto non ?


    • #1293331
      le 15/10/2015 par listener
      Macron démission

      Ben sûr les constitutions partiraient en fumée mais il faut savoir de quoi on parle car la conception constitutionnelle du droit d’inspiration française et le droit constitutionnel américain divergent profondément.

      Le droit français plus ou moins étendu à toute l’Europe (c’est ce qui lui reste des conquêtes de la révolution et de l’empire) s’est construit à partir du "jus-naturalisme", qui est une manière de constat censé entraîner un complet consensus sur ce qu’est un "homme" et un homme "dans sa nature". La question est certes peu claire. Ensuite, l’homme en question s’affronte nécessairement aux "pouvoirs" et pour rester un homme "libre et égal" il veille à leur stricte séparation. Les constitutions écrites sont comme feuilles mortes et peuvent changer, le principe de séparation des pouvoirs demeure. (Ce n’est pas un détail puisque cette séparation des pouvoirs n’existe pas par exemple au sein des instances européennes, quoiqu’on en dise. L’Europe est tout entière anticonstitutionnelle).

      Le droit américain, c’est tout autre chose. Il est "consensualiste" à savoir que par "contrat", les hommes peuvent dire ce qu’il sont et décider de ce qu’ils font mais ce qui importe surtout, ce sont les hommes qui sont habilités à dire ce qu’il en est ! Ce droit a donc évolué en un pouvoir suprême donné à des juges constitutionnels, ce que la France avait toujours refusé . (Sauf l’Allemagne soumise à un droit américanisé). Leur vision du droit est donc bien différente. Ils font confiance aux "juges" alors que la France avait la plus grande méfiance envers ces personnages. (je pense qu’elle a raison)

      Il ne faut pas rechercher dans la constitution actuelle quelque chose d’intéressant pour le citoyen puisque cette constitution n’intéresse que "les pouvoirs publics". Il faut examiner quels sont les principes supra constitutionnels dont le respect conditionne l’existence d’une ordre constitutionnel dans la Société. C’est tout autre chose. Il faut donc relire attentivement les 17 articles de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen dont on ne fait pas une lecture "au karcher" et qu’on croit gentillet alors qu’ils referment toute la problématique du droit.

      Il en résulte que les tribunaux prévus par un traité international (signé par des corrompus) sont évidemment une forme de tyrannie judiciaire particulièrement virulente. Devant de tels tribunaux, une seule chose à faire, y foutre le feu.


    • #1295573
      le 18/10/2015 par Prospero money
      Macron démission

      Peut être le point clé, de la coupure du droit, serait à rattacher à la "Magna Carta" dite charte du Roi Jean, où les barons ne voulant plus financer les guerres du Roi, ont convenues qu’elles se feraient par contrats.


  • #1293742
    le 16/10/2015 par Prospero money
    Macron démission

    Ce que tu exprimes de manière juridique, sur le droit naturel et le droit par contrat, et sur les juges, c’est quelque chose qui me paraît clair, c’est la césure des deux mondes de part et d’autre de l’Atlantique.
    Pourtant je dois avouer mon ignorance dans ce domaine, mais j’ai toujours senti en tant que Français, que l’Amérique Countries of merchants, où je n’est jamais mis les pieds, est un pays totalement différent où je n’aimerais pas y vivre, c’est un pays d’où est sorti la plus grande vulgarité(Certainement son avance dans le capitalisme y est pour quelque chose).
    Le désir de seulement devenir riche et de tout y subordonner, me paraît être le maximum de l’ignorance en tant qu’être humain.
    Une personne qui aime la liberté, ça doit passer par l’égalité (en droit).
    Et je vais te faire un aveu dans mon ignorance, pour moi chaque fois que se présente le droit international, quelque part c’est le droit Américain qui pose ses jalons, l’ensemble d’États de la communauté internationale (droit positif) est la plus part du temps un droit des puissances, on l’a vu maintes fois subverti à des fins, de "forbanterie", d’où d’ailleurs il découle, il faut se rappeler des zones de non affrontements que s’accordaient par contrat les puissances coloniales du nouveau monde,c’est brut de décoffrage mais c’est ce que je pense.
    Tout en étant parfaitement ignorant du droit.
    Le droit naturel en ce sens est plus proche de la vie quotidienne de la nature de l’homme et sa finalité dans le monde, que le droit par contrat, qui est finalement en te lisant un coup d’état permanent des puissants, ce qui appelle le constat suivant : c’est le réel et ce qu’il comporte comme psyché qui est forcé de se soumettre.


  • #1295423
    le 18/10/2015 par anonyme
    Macron démission

    Tiens, en parlant de Droit Social... "Chez Darty (Sebaoun), ce syndicat a signé l’accord qui autorise le travail dominical. C’est à n’y rien comprendre. "Environ deux-tiers des salariés y sont favorables", justifie Isaac Allouche, délégué du personnel."
    http://www.challenges.fr/challenges...


Afficher les commentaires suivants