Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des parents d’enfants disparus dénoncent les carences de la justice française

Estelle Mouzin, Marion Wagon, et plus récemment Maëlys de Araujo… Derrière ces noms, des affaires d’enfants disparus, depuis des mois ou des années, ayant suscité une vive émotion et mobilisé d’importants moyens d’investigation. Mais une fois les premiers mois passés, il est parfois difficile pour les familles d’avoir un vrai suivi de la justice sur ces « cold cases ».

 

« Les premières heures sont déterminantes »

C’est le commentaire que bien des policiers rappellent souvent lors de l’annonce d’une disparition. Recueils de témoignages, réquisitions des données téléphoniques et bancaires, battues dans la zone de disparition… Les moyens mis à la disposition des forces de l’ordre sont alors conséquents. Ils ont « fait la démonstration de leur efficacité », reconnaît Fabien Rajon, avocat de la famille de Maëlys.

Mais pour la famille d’Estelle Mouzin, disparue il y a bientôt quinze ans, ces investigations sont déjà loin. Depuis, sept juges différents se sont transmis le dossier. Et chaque fois, le même « combat » des proches pour réactiver l’enquête. Une situation que dénonce aujourd’hui la famille de la disparue de Guermantes (Seine-et-Marne). « Il faudrait une continuité sur ces affaires. La justice végète sur ces dossiers sensibles », regrette au Figaro Corinne Herrmann, l’une des avocats de la famille Mouzin et criminologue.

[...]

« Nous ne savons pas combien il y a d’enfants disparus en France »

[...]

De son côté, le ministère de la Justice assure que « les disparitions d’enfants signalées au parquet font l’objet d’une inscription au Fichier des personnes recherchées (FPR) ». Mais il n’est pas dédié exclusivement aux enfants et ne concerne que les affaires en cours, pas les dossiers prescrits, ni les tentatives d’enlèvement. Pourtant, d’après Corinne Herrmann, la clé est là : rassembler les affaires, les comparer, établir des liens géographiques…

Cette prise de conscience sur ces disparitions à caractère criminel est rendue difficile par un « certain tabou français », selon les mots de la présidente du CFPE.

« Quand un enfant ou un adolescent s’évapore, il y a un risque qu’il tombe dans un trafic sexuel ou de délinquance, même local. Mais en France, on n’ose pas vraiment parler de ces sujets, à l’inverse d’autre pays européens. »

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

Une justice française qui préfère réprimer la pensée que la criminalité sexuelle,
lire sur Kontre Kulture

 

La France et les tueurs en série, sur E&R :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1869952

    1985 , LYON , je discute avec un client de mon club de remise en forme ; il est fonctionnaire de police rue Marius Berliet Lyon 8° dans le service (à l’époque) de Recherche dans l’intérêt des Familles , et ce qu’il me dit est terrible sur le nombre de disparitions définitives . Déjà !

     

    Répondre à ce message

  • #1870031

    En 2014, 50 793 enfants ont été inscrits au Fichier des Personnes Recherchées :

    - 455 ont été victimes d’un enlèvement ou détournement

    - 49 261 enfants ont fugué

    - 1077 disparitions inquiétantes de mineurs déclarés.

    (source Ministère de l’Intérieur).

    La Police devrait pourtant retrouver les corps s’ils ont été victimes de meurtres « ritualisés » ? Plus de 1000 corps par an, ça laisse des traces, non ?

    Étonnant non ? Ils disparaissent sans laisser de traces nulle part alors ?

    Ils n’ont quand même pas quitter la planète Terre :)

     

    Répondre à ce message

    • #1870229

      À moins qu’ils ne finissent dans une autre arborescence du « réseau » : celui du don d’organes...

       
    • Regardez la fin du film "viols d’enfants, la fin du silence" de Lucet. On y voit la procureure Martine Bouillon qui parle de charniers d’enfants....
      Depuis cette dame a été mutée. D’après ce que j’ai entendu, elle a été intimidée et on lui a expliqué que si elle aimait ses enfants et petits enfants, elle devrait la fermer ... depuis ... même Lucet a compris et esquive le sujet ... les satanistes sont à tous les niveaux de la société et comme le dit Stan Maillaud, ils sont très puissants.
      https://www.youtube.com/watch?v=2ER...
      Pour terminer, voyons l’énergie déployée contre les automobilistes et l’énergie déployée contre les meurtres et disparitions d’enfants (ne parlons pas des adultes !) , on comprend qu’ils sont partout à toutes les strates de la société.

       
  • #1870036
    Le 29 décembre 2017 à 21:11 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Des parents d’enfants disparus dénoncent les carences de la justice (...)

    « Quand un enfant ou un adolescent s’évapore, il y a un risque qu’il tombe dans un trafic sexuel ou de délinquance, même local. Mais en France, on n’ose pas vraiment parler de ces sujets, à l’inverse d’autre pays européens. »

    Accusés, levez vous !
    Y’aurait plein de tronches connues, non ?

    ( je ne parle pas des intermédiaires )

     

    Répondre à ce message

  • #1870041

    Dans notre belle langue française, belle et compliquée, il y a des fois où carence veut dire complicité......

     

    Répondre à ce message

  • #1870159
    Le 29 décembre 2017 à 23:49 par Le balle des vampires
    Des parents d’enfants disparus dénoncent les carences de la justice (...)

    La marque d’une société démoniaque tout simplement !

     

    Répondre à ce message

  • #1870195

    Ce n’est pas en restant les deux pieds dans le même sabot à se morfondre que les parents feront changer quelque chose à cette horreur ! Il serait temps que tout ces parents dont un mineur a définitivement disparu sans laisser aucune trace se regroupent en une association afin de faire pression sur les autorités par différents biais : organisation régulière de conférences sur ce phénomène (en restant dans le sérieux, tout devra être minutieusement étayé par des faits afin d’éviter toute accusation de complotisme), campagne de sensibilisation avec distribution de tracts, "sittings" réguliers devant les instances judiciaire avec distribution de documents informatifs aux passant...ces parents doivent former un réseau, harceler le système et faire un travail d’information et de sensibilisation auprès de la population générale. Sinon s’il s’agit juste de petit groupe marginaux de jeunes militants, ou d’individus isolés...leur voix ne porte guère et ils sont aisément étiquetés comme dingos. En revanche une association de 10000 pères et mères victimes d’une de ces étranges disparitions auraient une capacité de pression, sensibilisation beaucoup plus sérieuse non seulement de par leur nombre mais aussi par la plus parfaite légitimité de leur engagement ayant eux-mêmes été victimes d’une de ces abominations.

     

    Répondre à ce message

  • #1870216

    La France est un pays civilisé, pour preuve il n´y a pas de peine de mort, comme dans les pays arriérés, type Corée du Nord ou Chine. Un homme qui a torturé et tué des enfants a le droit d´avoir un traitement médical ; et d´obtenir une seconde chance.

    Parents, vous devez regarder avec attention les livres disponibles dans les CDI des écoles, ou certaines nouvelles activités pédagogiques. La séxualité y est sous-entendue très souvent. Quand aux jeunes professeurs, vu le salaire proposé, donc le niveau de recrutement ; et donc la soumission aux injonctions les plus folles, il faut surveiller autant que possible ce qui se passe en classe.

     

    Répondre à ce message

  • #1870343

    "on n’ose pas vraiment en parler" mais qui nous interdits de le faire ??? Au nom de quoi est ce que l’ont devraient se taire ??? Toute cette pseudo justice maçonnique protège les réseaux pédophiles quand elle ne condamne ce genre de criminel à de petite peine de prison !

     

    Répondre à ce message

  • #1870402

    le scandale absolu...ment dégueulasse est :
    L’absence de fichier et de statistique...
    On en parle depuis quarante ans, et depuis le pullover rouge ... mais rien, suivi de rien !
    Tout est analysé sauf... le nombre de gosses disparus tous les ans depuis quatre décennies.
    A qui profite la négligence ?

     

    Répondre à ce message

  • #1870742
    Le 31 décembre 2017 à 05:10 par MagnaVeritas Molon Labe
    Des parents d’enfants disparus dénoncent les carences de la justice (...)

    Il faut putscher la justice française. Un renvoi de toute la magistrature, de tous les policiers, tout le personnel juridique et policier, médecins compris d’ailleurs. Et tous les hommes de droit aussi, pendant qu’on y est : avocats, notaires, etc. à la trappe. On arrête tout et on recommence, c’est tout.
    Hors de question de laisser le Réseau reprendre pied après avoir été partiellement évincé : c’est pourquoi il faut décapiter toute la justice française. Tabula rasa.

    Non seulement la pseudo-justice ne fait pas ce pourquoi elle existe, elle ne fait pas son boulot, mais en plus ça fait des décennies qu’elle se retourne contre les honnêtes citoyens français.
    En effet, combien d’affaires où la légitime défense est niée ? Combien de victimes la pseudo-justice française a-t-elle fait passer pour des coupables et des criminels ? La pseudo-justice français est spécieuse, sournoise et malveillante.
    Une vieille dame ferme la porte sur les doigts de l’agresseur qui cherche à pénétrer chez elle ? en taule ! Un indépendant qui s’est fait piller d’innombrables fois son commerce décide de se défendre seul avec son fusil ? en taule ! Un homme décide d’assurer sa propre sécurité en portant une arme, afin d’éviter de se laisser carnager comme au bataclan, car il accorde de la valeur à sa propre vie ? en taule ! Un homme a quelque velléité de revanche suite au meurtre abominable de sa fille par des bandes armées importées ? placardé sur le Mur des Cons du Syndicat de la magistrature, au sein même du ministère de la justice !

    Voilà la justice « française », ce gros foutage de gueule. Et je n’ai pas parlé des tribunaux de sections spéciales-spécieuses, de la glorification de l’avocat des pointeurs et des charniers d’enfants (un gros porc franmac que pas mal de gens auront reconnu), des magistrats qui refusent de suivre la procédure simplement en déclinant leur identité, etc.

    La liste est tellement longue des infractions phénoménales de la justice française ! Il faudrait attaquer l’ensemble de la justice française devant la cour internationale des droits de l’homme ou autre super-tribunal afin de mettre en évidence ces crimes, qui sont pour moi des crimes contre l’humanité.

    MV

     

    Répondre à ce message

    • #1872678
      Le 3 janvier à 14:00 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Des parents d’enfants disparus dénoncent les carences de la justice (...)

      @ MagnaVeritas Molon Labe

      Tant que nos contemporains continueront à parler de carences ou de dysfonctionnement de la justice, ils ne risquent pas de comprendre ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il y a parfois des articles de presse qui entretiennent cette illusion pour bien détourner l’attention de la plèbe.
      Ainsi, il ne faut pas perdre de vue que le rôle objectif de la justice maçonnique est d’être le verrou du pouvoir réel.
      Dans une société comme la nôtre où le totalitarisme le dispute à l’illégitimité totale de ses zélus (la démocratie est là pour promouvoir la médiocrité et faire l’éloge du vice), il ne saurait en être autrement.
      Si je ne peux qu’être en accord avec votre propos sur la nécessité de purger cette institution pourrie par la vermine qui s’y est développée, il faut aller encore plus loin dans la compréhension de ce phénomène.
      En effet, après les réseaux FM qui organisent la pédophilie et l’implication (compromission) de hauts fonctionnaires et agents subalternes de l’Etat pour mieux les tenir, il faut voir par-delà l’horizon et comprendre qu’à un niveau encore supérieur (au-dessus des gouvernements, ONG donc), il n’est plus question de pédophilie "classique" mais de crimes rituels où la torture (prélèvement in vivo d’organes génitaux en particulier) et le cannibalisme (Pizza Gate et autres affaires comme celle de la petite Maddie au Portugal) sont au menu des festivités.
      Cela fait partie des effets de cette spiritualité inversée (par nature luciférienne) qui anime les tenants du pouvoir occulte.
      Malheureusement, l’impossibilité pour le plus grand nombre de franchir certaines limites intellectuelles et psychologiques ne permet pas à la masse de s’émanciper et le système s’emploie d’ailleurs activement à la maintenir dans cet état... En faisant notamment passer les véritables prophètes (il paraît qu’il faut dire lanceurs d’alertes aujourd’hui) pour des fous. Bon d’accord, passer pour un fou dans une société inversée est plutôt un gage de salubrité mentale !

      En réalité donc, la justice remplit parfaitement son rôle. Et comme la Constitution est elle-même sous le contrôle exclusif de l’Etat profond, les choses ne risquent pas de s’améliorer.

       
Afficher les commentaires précédents