Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Des petites Anglaises au pays des SS

Une interview de Rachel Johnson, la sœur de Boris Johnson, parue sur le Spiegel online (version anglaise) en 2013. À l’époque, Boris n’était que maire de Londres, depuis, il est devenu Premier ministre et sa sœur a dû trouver d’autres moyens d’attirer l’attention en montrant ses seins dans les médias. […]

 

Dans les années 30, il était de bon ton dans les familles de la bourgeoisie anglaise, d’envoyer les filles terminer leurs études dans l’Allemagne nationale-socialiste. Rachel Johnson, la sœur du maire de Londres, a recueilli le témoignage de plusieurs d’entre elles et en a tiré la trame d’un roman récemment publié. Elle raconte au Spiegel online l’enthousiasme de la Grande-Bretagne pour le Reich de Hitler.

[…]

« Il y a deux ans, la BBC a réalisé une émission sur mon frère Boris et sur l’histoire de notre famille. On nous avait toujours dit que notre grand-mère paternelle était française mais il s’est avéré que c’était une allemande dont le nom de jeune fille était von Pfeffel. En tant qu’étudiante, ma grand-mère maternelle est allée en Bavière dans les années 1930. Plus tard, quand je me suis mariée, j’ai découvert que ma belle-mère s’était aussi rendue à Munich à peu près à la même époque. »

[…]

« Le plus étrange, c’est que ma belle-mère est partie d’Angleterre pour Munich en avril 1938, alors que Hitler se préparait déjà à envahir la Tchécoslovaquie et la Pologne. Elle a assisté à l’annexion de l’Autriche et elle a même couru derrière la voiture d’Hitler. »

[…]

« À l’époque, l’Allemagne était sans doute notre plus proche partenaire européen. Et n’oubliez pas que George V n’a changé son nom de famille de « Saxe-Coburg and Gotha » en « Windsor » qu’en 1917 durant la Première Guerre mondiale. Dans l’entre-deux-guerres Il y avait toujours des liens d’amitié entre la noblesse des deux pays. Deux journaux s’étaient spécialisés sur les relations anglo-allemandes et faisaient des articles pour dire à quel point l’Allemagne était merveilleuse, ses paysages splendides, et Hitler exceptionnel. Les Anglais trouvaient que l’Allemagne était très propre. »

[…]

« Ma grand-mère maternelle était en Bavière dans les années 1930, elle était juive. Elle adorait aller à l’opéra de Munich, faire du ski dans les Alpes, et est par la suite tombée amoureuse d’un moniteur de ski qui venait de Fribourg et qui était membre du Parti national-socialiste : sa famille l’appelait « die Jüdin, » la juive. Leurs relations se sont vite gravement détériorées et elle est rentrée en Angleterre. Au cours de mes recherches, j’ai fait la connaissance d’une douzaine d’Anglaises qui ont séjourné en Allemagne entre 1935 et 1938, la plupart avaient plus de 90 ans au moment où j’ai recueilli leur témoignage. »

[…]

« [Elles m’ont dit] Que "cela avait été le meilleur moment de leur vie". Que cela avait été fantastique pour elles d’être allées en Allemagne pendant le troisième Reich. "C’était le point culminant de ma vie" m’a confié l’une d’entre elles. »

[…]

« Elles ne soupçonnaient rien du tout. Si à la piscine elles voyaient un panneau "pas de juif" elles se demandaient "c’est quoi un juif ?" elles n’en avaient jamais vu. De toute façon, c’étaient des filles de la bourgeoisie moyenne supérieure, ce qui veut dire que leur père était plus que probablement antisémite. En ce temps-là, l’antisémitisme régnait partout, pas seulement en Allemagne. Chez nous, nous avions aussi notre montée de l’extrême droite avec ses chemises brunes et un Oswald Mosley à la tête de la British Union of Fascists. Ma belle-mère était un bel exemple de l’attitude très pro-allemande de l’aristocratie de l’époque. Le père de ma belle-mère était président de l’Alliance anglo-allemande qui s’était donné pour but de rapprocher les deux pays. Il faisait volontiers des discours à la chambre des Lords pour dire que Hitler était un type bien. »

[…]

« "Hitler était merveilleux, le problème c’est qu’il est allé un peu trop loin" m’a dit l’une d’entre elles. D’autres m’ont dit qu’elles ne pouvaient pas croire que ces gens formidables avec lesquels elles avaient passé de si bons moments aient pu être capables de faire des choses pareilles. Il faut se rappeler qu’à l’époque, l’Angleterre était plongée dans un profond marasme et ces filles débarquaient en Allemagne où en apparence tout allait pour le mieux. Elles ne connaissaient pas les agissements du régime, elles ne connaissaient pas les lois de Nuremberg. L’une d’elles m’a quand même parlé de son professeur de musique qui avait soudainement disparu : il était juif et il avait dû fuir. Personne ne voulait se poser de questions, c’était de l’aveuglement volontaire. »

[…]

« Les Anglais ont déclaré la guerre à l’Allemagne en septembre 1939, après l’invasion de la Pologne. La plupart des Britanniques ont dû quitter l’Allemagne durant cet été. La seule à être restée à Munich c’était Unity Mitford, une figure de proue du nazisme anglais, grande admiratrice de Hitler et qui faisait partie de son cercle rapproché. En quelque sorte, Unity était l’exemple extrême de la fascination et de l’admiration en Angleterre pour Hitler. Ses parents se sont rendus en Allemagne pour essayer de la ramener mais elle a refusé : ils ont dû partir sans elle. »

[…]

 

Mieux comprendre l’Allemagne d’avant-guerre, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2295264
    le 10/10/2019 par listener
    De petites Anglaises au pays des SS

    C’est une des clés de la seconde guerre mondiale : cette sympathie étrange et réciproque qui existait entre les nationaux socialites et les anglo-saxons. Hitler a toujours ménagé les anglais et parlait d’eux avec un certain respect même alors qu’il se faisait injurier par Churchill. Étrange. Hitler aurait pu les pulvériser dans le réduit de Dunkerque. Il ne l’a pas fait. Ce qui a permis la reconstitution d’une armée anglaise. Les français de Dunkerque sont partis piteusement en camps de prisonniers soigner les coups de rames qu’ils avaient reçus des anglais dont ils avaient protégé la fuite. .

    Une de ses pensées dénotant l’autodidacte était : "détruire l’empire britannique serait une crime digne d’Erostrate" (Erostrate était celui qui a mis le feu au temple d’Artémis à Éphèse, une des merveilles du monde, pour se faire remarquer) .

    Mais en fait les anglais, on les connaît depuis la bataille d’Azincourt. Des brutes sans principes. Obsédé par la "route des Indes" et l’équilibre des puissances continentales. Tout leur a pété au nez et il n’y a plus d’empire des Indes et de Lanciers du Bengale. Ils s’effondrent maintenant pour des questions d’épicerie. Bien fait !

    Ce sont les américains qui ont été responsables des deux massacres successifs des deux guerres mondiales : en effet, leur non interventionnisme en 14-18 alors que les français était massacrés et leur retard à l’allumage dans le second conflit mondial étaient dus au lobby allemand aux Etat Unis ! Il y a plein d’allemands aux Etat Unis. Tout simplement. Les présidents étaient comme toujours obsédés par leur réélection.

    Les anglais eux-mêmes ont compris ce mode de fonctionnement au moment de le crise irlandaise. Ce sont les irlandais américains qui ont fait pression pour l’indépendance. Sans eux, ils seraient toujours colonie anglaise. !

    Le monde entier est concentré aux EU. Ainsi va le monde dominé par les horribles yankees. Or il n’y a pas de lobby français aux Etat unis. A terme, on est mort. On ne compte pas.

     

    • #2295410
      le 10/10/2019 par John Titor
      De petites Anglaises au pays des SS

      La vraie question ici serait de savoir pourquoi les américains auraient dû intervenir plus tôt et surtout pourquoi dans le camp des français plus particulièrement ? Après tout les guerres européennes ne les concernaient en rien et ils ont même été forcé a y entrer dans le même camp que la France dès suite de manœuvre politiciennes et de false flag en tout genre. La chose étant d’ailleurs particulièrement flagrante en ce qui concerne la seconde guerre mondiale, Neville Chamberlain lui même disant que sans l’influence de Roosevelt et de la communauté organisée la seconde guerre mondiale aurait probablement été évitée.

      Finalement les yankees étaient bien tranquille de l’autre côté de l’Atlantique et rien ne les forçaient à débarquer en France combattre l’Allemagne, la population américaine étant plutôt isolationniste contrairement à ses dirigeants. En fait il aurait été bien plus logique pour les américains de combattre du côté allemand, un bon tiers de la population de celle ci étant originaire d’Allemagne.

      Avec l’antigermanisme, l’antiamericanisme primaire est l’une plus grosse pathologie mentale qui ronge ce pays, en concurrence avec l’antifascisme et le tiers-mondisme .


    • #2295451
      le 10/10/2019 par zuleya
      De petites Anglaises au pays des SS

      Pourquoi les usa seraient ils intervenus est effectivement leur choix. Et de la même façon les francais n’auraient pas du intervenir en 1776 pour les faire naître. ..
      Comme cela la question ne se posait même plus...parceque cela va dans les 2 sens...nenous serine t-on pas sans arrêt sur notre alliance...Et ne nous culpabilise t- on pas constamment sur le fait qu’ils "sont venus nous sauver" ?

      "Anrigermanisme et anti américainsme", et en plus "primaire"...pour une simple remarque somme toute raisonnable de listener...

      Si c’est pas là le mal de notre pays ? Avoir des termes tout prêts pour interdire la moindre critique des autres pays. Quiconque a vecu à l’étranger, et en particulier dans les pays anglophones sait très bien que le niveau du discours antifrancais y est incroyablement plus virulent que les remarques de patriotes français contre les autres pays. Mais ces pays n’ont pas des chiens de gardes qui sautent à la gorge de leur concitoyens pour une remarque jugée "xenophobe"...Et ils n’ont finalement pas d’équivalent à la remarque " d’antiamericanisme primaire" pour les attaques antifrancais. Ceci explique d’ailleurs cela...

      Pauvre pays. Si il est un mal français c’est bien son universalisme bobo maladif et sa haine de soi.


    • #2295575
      le 11/10/2019 par listener
      De petites Anglaises au pays des SS

      L’américain possède un caractère particulier : il est incroyablement chauvin. Et par fierté, il veut transformer ses faiblesses évidentes en force. Ainsi, il abhorre l’ancienne civilisation européenne parce qu’il s’adore trop et c’est là qu’il diverge des romains qui, ayant vaincu les grecs, se sont mis à les aduler. Or la civilisation, c’est cela : admirer les vaincus et tenter de les égaler. On en est loin avec eux.

      Mais les américains sont tellement chauvins qu’il nient la réalité : l’amérique est tout simplement un pays européen. Alors ils traitent l’Europe en vieille tante gâteuse avec mépris. L’innovation innovation etc ! Mais la vieille Europe et surtout la France (qu’ils détestent) a seulement été pillée par ’l’Amérique, qui ne sous a renvoyé que ses saloperies et ses banqueroutes à répétition.

      On aurait pu voir s’établir une classe sociale américaine se refusant à suivre la grossièreté populaire dans son chauvinisme et son ignorance du monde, mais justement cela ne s’est pas réalisé. Les anglais d’ailleurs les savaient dégoûtés. Trump est le symbole de cela. En une génération (c’est un petit fils de paysan écossais), on voit apparaître une mutation vers l’horrible. Pendant longtemps leur prestige venait de leur société massifiée. Maintenant, c’est destructeur. L’américain appartient-il à l’espèce humaine ? On peut se poser la question mais à cela il répond qu’il est en effet étranger à la vieille humanité !


    • #2295637
      le 11/10/2019 par Gopfdami
      De petites Anglaises au pays des SS

      Georges Clémenceau disait : l’Amérique est le seul pays à être passé de la barbarie à la décadence sans passer par la civilisation ! À méditer.


    • #2295667
      le 11/10/2019 par Gopfdami
      De petites Anglaises au pays des SS

      - "Mais en fait les anglais, on les connaît depuis la bataille d’Azincourt. Des brutes sans principes." -
      J’ai appris récemment que ce n’était pas les nazis, mais les anglais qui ont inventé les camps de concentration, au 19ème siècle, lors de la guerre des Boers en Afrique du Sud.


    • #2295821
      le 11/10/2019 par Nono
      De petites Anglaises au pays des SS

      Les Anglais n ont pas laissé les prisonniers de guerre allemands crever de faim dans des camps comme l on fait les Us et les Français, c est une justice à leur rendre .


    • #2295851
      le 11/10/2019 par zuleya
      De petites Anglaises au pays des SS

      Oui. On se souviendra juste de mers el kebir côté francais. Ou encore de Dresde pour les allemands.
      C’est vrai rendons justice aux gentils Anglais héroïques de la 2ème guerre contre les méchants français. Ou ricains.


  • #2295280
    le 10/10/2019 par Ezra
    De petites Anglaises au pays des SS

    Voila pourquoi la séquence 1933-1945 est balisée et que le pouvoir en place fait bien comprendre aux historiens-révisionistes de ne pas s’attarder.
    Les informations qu’on récolte sur cette période vont toutes contre la version officielle.

    Une petite caste cosmopolite mène une guerre raciale contre l’européen.
    L’UE c’est le projet de la Kalergisation de l’Europe.


  • #2295285
    le 10/10/2019 par Jacques
    De petites Anglaises au pays des SS

    Le IIIe Reich était une création anglo-saxonne de plus et le führer a fait ce qu’on lui demandait, de grands massacres dans la tradition du capital. Le problème, ce furent les ruines. A l’avenir, ils décidèrent soit de détruire ce qu’on ne voulait pas reconstruire donc loin de chez soi ou de génocider les humains sans trop toucher à leurs huttes genre Afrique-Asie.
    C’est quand même plus hygiénique.
    Dommage que l’atome soit décidément trop salissant, la bombe à neutrons c’est mieux.

     

    • #2295354

      Jacques, sérieux ? ?? 3ème reich création anglo saxonne et hitler un laquais. ..
      Revise l’histoire avec reynouard ça évitera ce genre d’inepties. .


    • #2295424
      le 10/10/2019 par John Titor
      De petites Anglaises au pays des SS

      Bref Jacques est un idiot politique se croyant malin à répéter les inepties martelées depuis des décennies par tout ce que la France compte de marxistes pour justifier leurs domination sur ce pays. Bien évidemment le fait que celle-ci prenne sa source dans le résultat de la seconde guerre mondiale et qu’elle a eu pour conséquence la situation actuelle n’est rien d’autre qu’une fâcheuse coïncidence.


    • #2295512
      le 11/10/2019 par Antonio
      De petites Anglaises au pays des SS

      Ca se voit que vous n’avez pas lu le livre d’Anthony Sutton sur l’arrivée au pouvoir d’Hitler dans la traduction des éditions “retour aux sources”
      Ma grand-mère disait souvent qu’il faut tourner 7 fois sa langue dans bouche afin d’éviter de dire n’importe quoi


    • #2296198

      .Antonio, que des financiers aient soutenus hitler dans sa montée au pouvoir personne ne le conteste, mais que le 3e reich soit une création anglo saxonne et qu’en suite hitler est oeuvré pour des intérêts extra allemand est une bêtise absolue. Écoute reynouard un peu pour avoir un autre aspect de l’histoire de la 2nde guerre mondiale. .


  • #2295287
    le 10/10/2019 par The MZW
    De petites Anglaises au pays des SS

    L’histoire est assez simple quand on consulte les bonnes sources : les élites de l’époque étaient toutes pro-nazies, puis se sont retournées et ont tenté de focaliser à l’extrême sur Hitler pour masquer leurs saloperies, tout en se parant de toutes les qualités une fois qu’il n’y eu plus personne pour affirmer le contraire.
    Pile je gagne, face tu perds.
    Ça marche encore aujourd’hui, mais les effets ont tendance à s’estomper. Personne ne peut gagner contre le temps.


  • #2295288
    le 10/10/2019 par yul
    De petites Anglaises au pays des SS

    Entre la société sous le régime national-socialiste et celle d’aujourd’hui dans notre belle démocratie de fiottes, je n’hésiterai pas une seconde...

     

    • #2295547
      le 11/10/2019 par AirFire
      De petites Anglaises au pays des SS

      J’ai lu Sutton et le financement d’Hitler et je suis d’accord sur cette démocratie de Fiottes. cependant, prudence ! Dans Le Coeur Conscient, Bettelheim, un psychanalyste juif pas du tout dans le victimat, qui fait un an dans un camp avant de fuir aux USA, explique le changement qu’il s’est produit en Allemagne dans la vie quotidienne quand la Gestapo a commencé son travail de surveillance des citoyens et de propagande vers 1935. C’était une véritable dictature de la pensée, qui avait pour but de s’immiscer dans l’intimité des foyers et des familles. Chacun devenait l’ennemi de l’autre. A tout moment, juif ou pas, vous pouviez être embarqué de nuit dans un camp de travail. Il y avait un climat permanent de suspicion et de doutes, de peur diffuse et d’angoisse savamment entretenue et élaborée par la Gestapo. Les enfants étaient encouragés à dénoncer leurs parents s’ils voyaient qu’ils critiquaient le parti, et même ceux qui soutenaient Hitler, pouvaient devenir l’ennemi du parti au moindre doute sur leur fiabilité. En fait, il y avait à l’oeuvre un grand plan d’ingenierie sociale basée sur la peur et l’angoisse perpétuelle mis en place par la Gestapo. Donc ne fabulons pas la réalité et n’espérons pas non plus quelque chose que nous vivrions très très mal. Hitler était malgré tout un psychotique, ne rêvons pas non plus. Voyez l’analyse que fait Alice Miller de on enfance et vous verrez qu’il était devenu un mégalomane suite à des maltraitances très graves et au fait que son père alcoolique et violent Alois, vivait mal de ne pas connaitre ses origines et frappaient tous ses enfants jusqu’au sang. Je pense que nous ne serions pas prêt à vivre un tel régime dictatorial, malgré le fait que celui que nous vivons est un mensonge absolu. Idem avec la Syrie. Je soutenais Bachar contre les américains. Jusqu’au jour où j’ai relativisé en ayant eu le plaisir de discuter avec un réfugié syrien. Le régime de Bachar n’est pas du tout ce que l’on peut penser. Il ne faut rien dire de négatif sur le régime en place, il n’y aucune opposition possible. Là aussi la police peut vous embarquer de nuit et vous foutre dans les prisons surchargées où vous ne pouvez tenir que debout, tellement il y a de prisonniers, si un voisin ou un proche ou même votre enfant vous dénoncent au moindre mot critique ou suspicion envers le régime. Relativisons malgré tout, et mesurons notre engouement parce que vivre sous de telles conditions au quotidien, n’est point une sinécure. Le réel !


    • #2295844
      le 11/10/2019 par bergamotte
      De petites Anglaises au pays des SS

      @Airfire

      Merci pour la référence au livre "Le coeur conscient" de Bruno Bettelheim.

      Mais vous le qualifiez de "psychanalyste juif pas du tout dans le victimat".
      Je ne sais si le nombre de ses propres victimes (enfants atteints d’autisme et leurs parents) dans le monde, notamment aux Etats-Unis et en France, a jamais été comptabilisé. Il a fallu attendre sa mort en 1990 pour que certains osent lever le voile, par exemple le journaliste américain Richard Pollak ("Bruno Bettelheim : la fabrication d’un mythe" - 1995) dont le frère avait été "traité" par le fameux docteur.
      Il faut se demander pourquoi Bruno Bettelheim a reçu une promotion massive dans les medias français (hebdos et TV) au début des années 1970.
      Il a fallu attendre la décennie 2005-2015 pour que les idées qu’il a diffusées sur l’autisme commencent à perdre leur valeur de "parole d’évangile", si l’on peut dire.

      Le fait, discuté, qu’il ait été ou non psychanalyste n’a guère d’intérêt que pour les spécialistes.


    • #2295900
      le 11/10/2019 par dolf
      De petites Anglaises au pays des SS

      Bettelheim, : un charlatan patenté


    • #2295927
      le 11/10/2019 par bergamotte
      De petites Anglaises au pays des SS

      @AirFire

      Vous citez aussi Alice Miller, auteur très intéressant certes et icône aujourd’hui de ceux qui font la promotion en France de la lutte contre les Violences Educatives Ordinaires (VEO, en clair la "fessée" et aussi les promesses ou menaces faites dans un but éducatif).

      Mais son fils Martin Miller a dressé, après la mort de sa mère, un portrait d’elle assez terrifiant dans "Le vrai "drame de l’enfant doué". La tragédie d’Alice Miller" (2014). Selon lui, elle l’a plus que mal traité.

      Et pour ceux qui se souviennent d’avoir entendu Françoise Dolto dire à la radio qu’il fallait laisser les enfants faire ce qu’ils voulaient, le psychiâtre Didier Pleux explique dans la biographie qu’il lui a consacrée que c’était M. Dolto (Doltovitch à l’origine) qui donnait les râclées quand les enfants dépassaient les bornes. Didier Pleux s’appuyait sur les mémoires du chanteur Carlos, enfant du coupe Dolto. Le titre de la biographie est "Françoise Dolto : la déraison pure" (2014).


  • #2295315
    le 10/10/2019 par Un ploemeurois
    De petites Anglaises au pays des SS

    Beaucoup d’allemands et d’anglais voient les anglais comme de simples germains sur l’île de Grande-Bretagne, dont Rudolph Hess parti en avion en 1941 espérant un accord de non-agression avec le Royaume-Uni. Les soeurs Midford s’étaient effectivement quelque chose.

     

  • #2295349
    le 10/10/2019 par Warox
    Des petites Anglaises au pays des SS

    Cette photo de jeunes et (plus ou moins) jolies femmes pratiquant la quenelle inversée en souriant a quelque chose de troublant...

     

    • #2295415
      le 10/10/2019 par John Titor
      Des petites Anglaises au pays des SS

      Troublant lorsque l’on a été totalement conditionné à réagir de manière totalement pavlovienne dès lors qu’il s’agit de dénoncer le fascisme. Autrement cela ne suprendra pas grand monde dès lors que l’on connait un tant soit peu les réalités de l’époque.


    • #2295655
      le 11/10/2019 par Warox
      Des petites Anglaises au pays des SS

      Mon message se voulait une boutade, mais difficile d’y mettre le ton à l’écrit. La "quenelle inversée" aurait toutefois dû vous mettre sur la piste. Et oui, j’ai été conditionné par l’école de la république, je ne le nie pas, ce n’est pas vraiment comme si j’avais eu le choix. Cependant j’ai commencé à ouvrir les yeux il y a 20 ans environ pendant ma licence d’Histoire. Ce n’est pas pour ça non plus que j’irais jusqu’à idéaliser le nazisme ou le fascisme.


  • #2295383
    le 10/10/2019 par toto la ciboulette
    Des petites Anglaises au pays des SS

    "ces filles débarquaient en Allemagne où en apparence tout allait pour le mieux" entre 1932 et 1939, quand AH est arrivé il y avait eu 275000 suicides dans l’année et entre les deux guerres, on parle de 4 000 000 de morts de famine !!!.

    L’angleterre à forcé la Pologne à être intransigante pour les offres de paix d’Hitler à propos du corridor de Dantzig, qui renoncait à des parts importantes de l’Allemagne prise à la fin de la première guerre mondiale. On parle d’une fourchette de 10 000 et 50 000 morts allemands en Pologne tués et torturés par des Polonais.

    On ne peut pas faire de devoir de mémoire si on continue à maudire un pays qui n’était pas entièrement responsable de la déflagration.

    Ce devoir de mémoire est une escroquerie qui nous conduira à nous anihiler un de ces quatre matins et le monde redeviendra un espace sur pour le monde animal comme disait Frank Zappa


  • #2295386
    le 10/10/2019 par e voila
    Des petites Anglaises au pays des SS

    Que signifie ce bras tendu sinon "droit devant, vers le soleil" ? il indique une direction...


  • #2295387
    le 10/10/2019 par cousin-cousine
    Des petites Anglaises au pays des SS

    Rien d’étonnant à la fascination des petites Anglaises pour l’Allemagne.
    L’Angleterre fut peuplée d’Angles et de Saxons, pour le malheur des Celtes sensibles, mystiques, artisans et artistes. L’Angleterre est donc un pays cousin de l’Allemagne, la France aussi, mais au second degré.
    L-F Céline est allé en Allemagne lors de son adolescence, étudier la langue dans une famille. Il aimait bien les Allemands, trouvait ce peuple débonnaire et bien ordonné. Il est allé aussi en Angleterre pour les mêmes raisons (langue), et trouvait ce peuple un rien loufoque.
    Conclusion : entre cousins, il vaut mieux s’entendre, et laisser parler sans jamais leur prêter l’oreille ni le moindre euro, les infiltrés malveillants, attiseurs de jalousies et colporteurs de ragots, qui parlent d’or et finissent par vous le siffler, dans les décombres de la maison de famille.


  • #2295425
    le 10/10/2019 par Le Malicieux
    Des petites Anglaises au pays des SS

    Alice au pays des merveilles... ;-)

     

  • #2295466
    le 11/10/2019 par gossip
    Des petites Anglaises au pays des SS

    C’est curieux que cet article ne parle pas des fameuses soeurs Mitford. Elles étaient six soeurs de la très haute société, extravagantes et des beautés célèbres. Jessica, Nancy, Diana, Unity, Pamela et Deborah Mitford, qui toutes ont fait scandale. Jessica et Nancy ont été des romancières à succès. Jessica poussa l’extravagance jusqu’à être communiste, ce qui ne l’a pas empêché d’épouser un neveu de Winston Churchill. Deborah a épousé le duc de Devonshire qui était aussi le neveu du premier ministre Mac Millan, mais cela n’a pas empêché le couple de s’engager à gauche dans le parti socialiste britannique. Pamela a fait moins de politique que ses soeurs et s’est contentée de gérer ses propriétés à la campagne, mais elle avait la réputation d’être très antisémite.

    Les deux plus marrantes de la famille étaient Unity et Diana, qui toutes deux étaient des admiratrices passionnées et des amies d’Adolf Hitler, Joseph Goebbels et compagnie.

    Diana avait épousé en premier mariage Bryan Walter Guiness, le richissime proprétaire des brasseries du même nom, une des plus garndes fortunes britanniques, mais comme elle s’ennuyait un peu avec lui elle l’a quitté pour Oswald Mosley, lui aussi issu de la haute noblesse british et leader de la British Union of Fascists. Leur mariage eut lieu en Allemagne avec comme témoins de noce Adolf Hitler et Joseph Goebbels. Unity était elle aussi fasciste et nationale socialiste encore plus enragée que sa soeur Diana et elle était vraiment intime d’Hitler qu’elle aurait souhaité épouser. Malheureusement pour elle il lui préféra la petite bourgeoise Eva Braun.

    Bref, et le plus drôle de toute l’affaire c’est que la petite fille de Diana Mitford, Daphne Guiness, une richissime excentrique très connue dans la jet set, la mode, etc., a été pendant des années le grand amour du petit juif parisien snob Bernard-Henri Lévy. Ca ne se sait pas beaucoup, mais ils étaient fous l’un de l’autre et la pauvre Arielle Dombasle en a beaucoup souffert. Je me demande si en tête à tête avec BHL la belle Daphné portait la magnifique broche en diamants en forme de croix gammée que sa grand mère portait quand elle voulait énerver le monde.

    On s’étonnera que BHL se soit entiché d’une femme ayant une hérédité aussi chargée. Eh bien, ce serait mal connaître la mentalité d’un juif du Sentier, socialement complexé et snob avant tout. Coucher avec une femme comme ça, pour un Juif c’est un manque de dignité et c’est ridicule, mais c’est valorisant.

     

  • #2295646
    le 11/10/2019 par OTOOSAN
    Des petites Anglaises au pays des SS

    De jeunes Anglo-saxonnes qui retournent sur les terres des Angles et des Saxons, drôlement original ....


  • #2295950
    le 11/10/2019 par Bakloe
    Des petites Anglaises au pays des SS

    Une militante fasciste italienne m’a racontée que jeune étudiante, elle était partie étudier à Londres, Berlin et Paris. Son plus beau souvenir était Paris et le pire, Berlin.


  • #2296136
    le 11/10/2019 par nico
    Des petites Anglaises au pays des SS

    En ce temps-là, l’antisémitisme régnait partout, pas seulement en Allemagne




    Évidemment sans aucune raison. Un peu comme l’anti-norvégianisme qui lui aussi revient fréquemment de manière irrationelle.


Commentaires suivants