Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des voix s’élèvent contre le projet mondialiste de "modernisation" de Notre-Dame

Modernisation égale déchristianisation

Un article du Figaro en date du 23 mai 2019 met le feu aux poudres (et pas aux poutres) : trois spécialistes du patrimoine, « Jean-Michel Leniaud, directeur d’études à l’École pratique des hautes études et spécialiste de Viollet-le-Duc, Philippe Plagnieux, professeur à l’université de Paris-I Panthéon-Sorbonne et spécialiste d’architecture médiévale, Françoise Vielliard, professeur émérite à l’École nationale des chartes et secrétaire générale de la Société des amis des Notre-Dame de Paris, expliquent les raisons de leur très vive inquiétude envers le projet de loi d’exception examiné ce vendredi au Sénat ».

 

Où l’on comprend que le projet de commercialisation de Notre-Dame ne sera pas si facile à faire passer pour le pouvoir profond. De toutes parts, la culture française prend l’eau sous les agressions du mondialisme, en gros l’idéologie franc-maçonne américano-sioniste. Peu à peu, après l’incendie de Notre-Dame du 15 avril 2019, la population prend conscience que quelque chose cloche dans le pack « incendie-projet ».

Ce regroupement rappelle l’abjecte GPA – c’est-à-dire la marchandisation des corps – qui a suivi la loi « inoffensive » sur le mariage gay : le corps céleste après le corps physique n’échappe pas au rouleau compresseur du transhumanisme marchand. La culture du progrès a été tellement enfoncée dans la tête des Français que ces derniers ont voulu être les champions du monde du progressisme, qui est évidemment le contraire du progrès humain ou social : c’est un déclin de la culture, des mœurs, de la morale, bref de la colonne vertébrale d’une nation.

 

Reconstruction égale destruction

Voici un extrait du débat crucial autour de la « modernité » de la reconstruction, sous-entendu la déchristianisation de Notre-Dame, avec l’intervention de l’architecte et agent mondialiste Dominique Perrault et son « projet plus large » :

 

Il a donc fallu l’attentat accidentel contre Notre-Dame et le vol (double sens) concentrique des vautours autour de la carcasse pour que des Français ouvrent les yeux sur le remplacement en cours, le remplacement d’une religion majoritaire par une religion minoritaire.

Devant l’empressement du pouvoir exécutif à proposer, dans un délai incroyablement court après « l’accident », un plan tout fait du remodelage du cœur du christianisme national – un « geste architectural contemporain » –, selon des critères très économico-francs-maçons, des résistants au Nouvel Ordre français commencent à s’élever contre cette destruction programmée de l’esprit d’une nation.

« On comprend mieux les dessous cachés du projet de loi que le Parlement doit voter en urgence, “pour la conservation et la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris et instituant une souscription nationale à cet effet”. Son article 9 ordonne de déroger à la quasi-totalité des codes qui s’imposeraient en pareil cas : en particulier le Code du patrimoine et les codes environnementaux. En d’autres termes, le chantier de Notre-Dame, peut-être aussi celui de l’Hôtel-Dieu, bénéficieraient de privilèges, au sens Ancien Régime du terme. En plaçant les travaux hors la loi de la République, le gouvernement énonce l’inutilité pour lui de discuter avec les experts. Il a bien sûr oublié que Louis XIV lui-même avait dû battre en retraite lorsqu’il avait entrepris une réorganisation complète du chœur de la cathédrale. »

Traduction pour ces spécialistes : « la loi créerait un nouveau maître d’ouvrage alors que le ministère de la Culture en dispose de trois... » En gros un maître d’ouvrage qui fonctionnerait avec des dons privés, donc un faux maître d’ouvrage public. Une coquille vide pour la vraie puissance privée. Et pas mue, évidemment, par le bien public et la protection du patrimoine (on a vu les effets de l’appétit des multinationales pour le patrimoine d’une Grèce endettée). C’est-à-dire des grands groupes économiques intéressés par la marchandisation du temple, mais du temple chrétien, pas celui des francs-maçons ou des juifs, au sens littéral et historique du terme.

« Enfin, les souscripteurs devraient s’appuyer sur l’exemple donné par la famille Rockefeller. Dans l’entre-deux-guerres, elle fut généreuse pour Versailles, nous le savons tous. Mais elle se méfiait de l’administration française et de sa rigueur, peu anglo-saxonne : elle créa un comité de surveillance… Le Sénat qui examine ces jours-ci le projet de loi reste le dernier rempart de la démocratie patrimoniale en danger. Pourquoi faudrait-il créer un établissement public nouveau, fût-ce pour la collecte des souscriptions ? Un comité de surveillance composé des principaux donateurs ne suffirait-il pas ? Notre-Dame s’en portera mieux. »

Ne soyons pas naïfs, ne soyons pas prudents : tout est louche dans l’agenda gouvernemental, un gouvernement qui, on le sait en démocratie parlementaire, a moins de pouvoir que son acolyte profond. Peu à peu, on distingue les envoyés du pouvoir profond sortir du bois pas très sacré pour remodeler la France à leur image.

 

Rappel : Le Parisien appartient au milliardaire Bernard Arnault...

 

« L’enquête sur l’accident » pour les nuls...

À ne surtout pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2205645

    Et le pape il en pense quoi ? Qu’on fasse des logements pour migrants ?

     

    Répondre à ce message

  • Ce type de feu - feu de comble - grand ou petit volume d’ailleurs, est le type même du feu dit : feu ignoré.
    Pourquoi un tel tel vocabulaire ,
    Tout simplement parce que le feu - naissant , puis ensuite qui couve et enfin qui
    "ronfle " est totalement INVISIBLE de l’extérieur .
    Et enfin quand il devient visible "les carottes sont cuites "
    Il faut mettre des lances en pagaille pour abattre les flammes.
    Sans un "grand maximum de précautions " et surtout au cours de chantier de rénovation de toiture ou d’éléments de construction proches ,tous les combles des bâtiments sont susceptibles de connaître la même fin .

    " Le feu dans les bâtiments et constructions." Editions SOS 1950

    Les trois périodes de la combustion.

    Toute combustion passe par trois stades différents ,de DUREE VARIABLE suivant les conditions de l’opération et la nature du combustible ,mais qui se manifestent toujours ,et toujours dans le même ordre :

    1 : LA DISTILLATION : période dans laquelle le matériau est exposé à une source de chaleur . On peut l’l’observer sur une allumette ,une bûche de bois plaçée à proximité ou mieux au dessus d’une source de chaleur proportionnée à leur importance.
    Au bout d’un certain temps ,la surface exposée se modifie ,se carbonise légèrement et laisse échapper de petits jets fusants ,que l’on pourrait prendre pour de la fumée ,mais qui sont, en grande partie ,composés de GAZ COMBUSTIBLES ,et ,d’un peu de vapeur d’eau dans certains cas.
    Lorsque le phénomène se produit EN LIEU CLOS ,on ne note pas encore de tirage établi,On se trouve devant un feu "au premier degré "

    2/ l ’ INFLAMMATION : Les gaz combustibles ,mélangés à l’air en proportion convenable ,s’enflamment et la combustion "tend à s’étendre à la plus grande surface possible ;en même temps ,elle progresse en profondeur dans la matière du combustible " Cette période est celle de la manifestation du "tirage actif " dont la direction et l’orientation commandent l’évacuation de la plus grande partie de la chaleur produite. On se trouve devant le feu "au 2iem degré"

    Commandant André ETIENNE (1905 -1971 )

    Quel que soit l’origine du feu , ce feu a couvé durant des heures à l’insu de tous.
    Lorsqu’il s’est manifesté à la vue des témoins , une très grande partie du bois de la charpente avait distillée ,toute prêt à s’enflammer et la situation était désespérée.

     

    Répondre à ce message

    • C’est une blague ?
      Lors de la première alerte, un pompier est venu inspecter les combles et n’a rien constaté d’anormal. Une demi-heure après, la toiture s’embrase comme on le voit sur les vidéos...
      Expliquez nous comment, la charpente dans son ensemble a pu être exposée à une chaleur telle qu’elle s’est mise en si peut de temps à "distiller une grande quantité de "GAZ COMBUSTIBLES" pour produire l’inflammation en question sur des poutres de chênes de plusieurs siècles et d’une consistance semblable à de la pierre !
      Vous ne faites que "distiller" un scenario théorique, sans vous demander si cela s’applique au cas présent. Ce que vous dites fait plausible puisque s’appuyant sur des connaissances techniques générales, mais le seul intérêt de votre exposé c’est qu’il va dans le sens du "C’est FORCEMENT un incendie accidentel" officiel, dans lequel il puise sa force !
      Permettez nous de ne pas vous suivre...

       
    • #2207132

      Invisible de l’extérieur ... mais pas de l’intérieur !
      Matériau exposé à une source de chaleur ... mais quelle source de chaleur ?
      Vous dite 3 stades différent et vous n’en citez que 2 !
      Le feu a couvé durant des heures ... ben voyons ... et personne n’a rien vu , c’est ballot .
      Ça n’a aucun intérêt d’expliquer le déroulement d’un feu , ça n’explique en rien le départ de celui-ci et aussi rapidement !
      Les spécialistes ne se l’explique pas ( comprendre se taisent ! ) , mais " cyprien " c’est la cause et le mobile qui nous interpellent !

       
  • Question pratique ?
    entre nous on pourrait pas envoyer 10 gars courageux extirper les preuves plutôt qu’un robot ?
    Ce n’est pas un accident nucléaire non plus.
    Il faudra bien dégager tout ça pour reconstruire quoique ce soit, non ?
    Avec les techniques actuelles n’avons nous pas moyen de connaître les risques d’effondrement des lieux ?
    Enfin tout ça est ridicule et incohérent.
    ils ne voudrait pas que nous trouvions de la Termite ils ne s’y prendrai pas autrement. Je blague...oups mais je suis complotiste.

     

    Répondre à ce message

  • Un toit en verre ce serait bien pour faire des selfies suffisamment éclairés.
    Et dans ce grand espace intérieur quasiment inoccupé, un KFC pour une pause "chicken wings"/Coca bien méritée. (Les bancs pour s’assoir sont déjà là, autant en profiter)

     

    Répondre à ce message

  • Brûler Notre Dame c’est brûler le cœur de la France, mais c’est aussi s’attirer les foudres du créateur. Notre Dame n’est pas une cathédrale comme les autres ! c’est une œuvre mystique et spirituelle qui a mobilisé des millions d’âmes, donc des alchimistes, muent par l’amour de Dieu. Elle est habitée par les prières de ses fidèles, imprégnée de sacres. On ne peut brûler un tel lieu sans subir le feu par lequel on l’a brûlé et c’est justement se qui attend Macron et sa clique.

     

    Répondre à ce message

  • 40% des cathos pratiquants ont voté LREM Macron aux européennes ! C’est pas avec ça qu’on va sauver Notre-Dame !

     

    Répondre à ce message

  • Un Grand centre commercial avec sex-shop , banques , tout ça peint en arc-en-ciel pour rappeler la gay-prid et "baptisé" la revanche des marchands du temple "
    De quoi déboussolée les archéologues des temps futurs !

     

    Répondre à ce message

  • #2209185
    Le 31 mai à 12:41 par Il neige ce 21 MAI 19 dans le Colorado
    Des voix s’élèvent contre le projet mondialiste de "modernisation" de (...)

    Je propose de remplacer les statues des apôtres dont les tétes ont été coupées( pour
    faciliter leur protection !) par des sculptures porn de Nicki de saint Phallus .

     

    Répondre à ce message

  • Jeudi dernier, soit le 30 mai, la chaîne RMC découvertes diffusait, tard dans la soirée, un documentaire sur l’Ile de la Cité qui se concluait sur l’évocation des projets de modernisation à venir qui comprennent notamment un rétrécissement de la Seine pour élargir les quais, et ceci dans l’intention d’y placer des œuvres d’art contemporain. Le tout énoncé sur un ton péremptoire surtout lorsqu’il fut question de préciser la nécessaire adaptation des monuments au XXIe siècle qui doivent "vivre" en harmonie avec le siècle actuel... je n’en suis toujours pas remise...

     

    Répondre à ce message

  • Plutôt une mosquée que cette transformation en lieu dépourvu de tout caractère sacré, et consacré en fait aux forces les plus contraires à celles qui présidèrent à sa construction. Pour moi il est évident que l’incendie est volontaire puisque le rire approbateur gras de plusieurs politiciens marrons dont Macron l’a sanctionné hors de tout doute.

    Alors deux solutions. La première et la plus simple est de consacrer le lieu en mosquée après l’avoir flanqué de quatre minarets, ce qui permettrait de garder voire de refaire en mieux les vitraux dont le style symbolique est tout à fait conforme aux normes de l’art islamique (même que cet art fut copié de ce qui se faisait à l’époque au Levant et en Perse) : seules les statues seraient de trop et de toute façon elles ne sont pas d’époque. La raison pour laquelle je suis ouvert à une telle transformation est que dans la grande région parisienne, sans même compter les immigrants, l’immense majorité des "blancs" qui ont gardé ou redécouvert une certaine forme de foi croient en des propositions sur Dieu et sur l’homme beaucoup plus proches de celles de l’Islam que celles de la Chrétienté : personne entre autres ne sait plus même chez les Chrétiens en quoi consiste au juste la trinité. De plus le Catholicisme a pour base le renoncement à toute opinion philosophique propre au profit de celle de l’autorité, aujourd’hui que l’autorité même religieuse est satanique ce n’est plus tenable. Seul l’Islam parmi les grandes religions interdit à un prêtre ou à un gourou de s’interposer dans la relation entre Dieu et vous, or c’est la liberté à laquelle les croyants actuels tiennent le plus et pour cause à voir les facéties du pape présent.

    La deuxième solution serait de rendre (oui rendre) les territoires de l’Île de la Cité et de la Butte Montmartre à la Russie (qui devait avoir soin de ces lieux à perpétuité en vertu du congrès de Vienne, mais s’abstint de les réclamer suite à la guerre de Crimée et à la Révolution de 1917) : la Russie actuelle est un territoire redevenu chrétien traditionaliste et donc le mieux à même de restaurer et de prendre soin de Notre-Dame en tant que lieu sacré en premier lieu et non en tant que lieu touristique : ils ont sû restaurer la basilique votive de Moscou après sa destruction par Staline, alors ils peuvent prendre soin de Notre-Dame et aussi du Sacré-Coeur. Le seul inconvénient pour la population locale est qu’elle devrait avoir des passeports ou des laisser-passer en territoire russe.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents