Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Destruction méthodique de la pensée

Les Français font de plus en plus de fautes de grammaire

La maîtrise des règles de référence, et plus particulièrement celles de grammaire, a baissé au cours des cinq dernières années, selon le Baromètre Voltaire.

Les Français sont décidément fâchés avec l’orthographe. Et selon un baromètre paru jeudi dans Le Parisien, la tendance n’est pas à une amélioration. Cette étude se base sur les résultats à un test proposé dans le cadre du Projet Voltaire, premier service en ligne personnalisé de remise à niveau. Depuis 2008, 2 millions de personnes ont suivi ce programme. Ainsi, en 2010, 5000 personnes ont été interrogées sur 84 règles d’orthographe jugées de référence. Résultat : ils ont obtenu une moyenne de 10,13 sur 20. Cinq ans plus tard, la note au même examen est à présent de 9,08 sur 20. Cette tendance est certes à relativiser, le nombre de participants à ce test ayant dans le même temps bondi pour s’établir à près de 85.000 en 2015.

En première ligne : les règles grammaticales. C’est dans ce domaine que le niveau a le plus baissé. « Les Français retiennent plus facilement les règles lexicales que les règles grammaticales, et pour cause : il est plus aisé de mémoriser l’orthographe d’un mot, indépendamment du reste, que de prendre en compte les liens qu’entretient ce mot avec les autres en mobilisant des connaissances », expliquent les auteurs du baromètre. Les « élèves » éprouvent plus particulièrement des difficultés quand il est par exemple question d’accorder un participe passé suivi d’un infinitif ou de différencier indicatif et conditionnel. Il faut en moyenne près de 10 exercices aux participants du programme Voltaire pour déterminer s’il faut écrire « je ferai » ou « je ferais ».

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Sur le travail de sape de l’Éducation nationale,
chez Kontre Kulture :

La rigueur de la langue, à découvrir chez les auteurs classiques
avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’idiocratie est programmée.

     

    • D’ailleurs voir ce film américain très peu connu : Idiocracy.

      Le protagoniste est un homme moderne au QI moyen (100) qui se trouve accidentellement en état d’hibernation et qui revient à la vie dans un futur pas si lointain où le président est choisi dans un match de MMA, où plus personne ne boit d’eau et où parler correctement vous fait passer pour un homo.


  • exact..nous sommes venus en Irlande en 2008..et depuis avec juste 3 heures de cours par semaine, nos 3 enfants ont progressé en Francais d’une manière ahurissante..

    il s’agir bien de destruction programmée ...

     

    • #1205397

      Il serait intéressant d’étudier la méthode irlandaise pour observer les différences.


    • en Irlande il y a très peu de grammaire comme pour l’enseignement de l’anglais d’ailleurs et le niveau ici en anglais est très très bon ...l’approche est peu " mathématique", plus inclue dans la vie courante..
      l’enseignement du français est juste l’équivalent du gavage des oies........tu n’aimes pas cela ? tant pis pour toi..

      cela dit ,si une personne n’a rien à dire de profond, ce qui est le cas de l’humanité tout entière sauf exceptions ,quelque soit la forme, cela n’a plus trop d’importance..
      Le langue est nécessaire pour communiquer,mais qu’avons nous à communiquer ?

      Notre exemple , après 4 ans en Irlande, nous sommes revenus une année en 2012 avant de repartir à toute vitesse, bien que habitant un endroit magnifique dans les hautes Pyrénées, gens sympa etc etc et bien nos enfants étant deja bilingues..très bon niveau en anglais genre 90% (les notes sont sur 100)..la méthode de l’enseignement de l’anglais en France très basé sur trop d’intellect et de grammaire les a gonflé totalement.....cependant ils ont trouvé le niveau des autres élèves très correct en anglais ..cela implique donc encore une fois de plus la volonté de détruire le français ....mais le phénix renaîtra de ses cendres.....


  • C’est pas grave, ils connaissent par cœur le langage SMS !


  • Les jeunes médecins, les étudiants actuels d’une grande école scientifique et les jeunes journalistes font une faute par phrase. Quant à leur écriture manuscrite, elle ressemble à celle des gosses de maternelle.


  • Je suis toujours très étonné quand on nous passe des reportages télé des années 50 ou 60 où l’on interroge des gens ordinaires dans la rue.
    Le niveau de langage y est bien meilleur qu’aujourd’hui et les accents sont bien plus marqués.
    Le vocabulaire y est choisi et on prend chaque mot pour son sens véritable, pas d’approximation comme maintenant. Pourtant, ce sont des "petites gens" qui n’avaient, pour une majorité, pas de poste de télé, et a fortiori pas internet pour "s’ouvrir l’esprit".
    Jolie musique d’époques révolues.

    Il suffit de lire les commentaires sur les sites de réinformation pour se rendre compte de l’hécatombe. On peut même se demander bien souvent s’il n’y a pas un concours pour le pire parfois.
    Ici, sur E&R, on est relativement épargné.

    Ce que je trouve le plus terrible ce sont les modes de langage qui ne sont que des calques de l’anglais et qui sont censés faire bien dans la conversation. Ils ne révèlent en fait que d’un manque d’assurance dans le maniement du français. Les professeurs des écoles parlent tellement mal... mais les champions à ce sport sont les journalistes, toujours eux, et ceux qui assurent la traduction des films et séries qu’on nous assène sans discontinuer. Puisque ça vient de la "téloche" c’est forcément un modèle à imiter.
    Et nos politiques eux-mêmes nous recrachent tout ce charabia sans ciller. Le respect à un pays ou à un peuple peut aussi se mesurer au respect pour sa langue. Ce sont les premiers à nous faire des pataquès minables.
    Une bonne expression vous fait passer pour ringard le plus souvent.
    Pour illustrer ça rapidement, me vient très vite à l’esprit ce qui suit ; vous retrouverez les expressions ou tournures françaises qu’on a ainsi remplacées :

    - il est moqué
    - dernières 24 heures
    - il est en charge de ....
    - ça le fait
    - ça fait sens

    Vous en trouverez d’autres, ça ne manque pas.
    Comme ceci ne correspond pas au canons du français, les phrases deviennent difficiles à construire et le locuteur s’y perd assez régulièrement, la honte !
    Tout ça sonne la fin d’une belle langue..

     

    • Ton commentaire est juste excellent ! ;)

      Blague à part, je crois que le palme revient aux "journalistes" sportifs, avec des expressions telles que "untel joue machin", ou encore "tel club a signé tel joueur" (à moins que ce ne soit le contraire).


  • #1205175
    le 11/06/2015 par goran
    Destruction méthodique de la pensée

    J’enseigne dans un lycée, et mes collègues de français me semblent légèrement condescendantes avec l’orthographe et la grammaire ; ce qui importe, dorénavant, c’est l’énergie théâtrale et la conviction orale des élèves ! A les entendre, écrire sans faire de fautes est une obsession de névrosés !

     

    • #1205233

      Je confirme ! Heureux de constater que je ne suis pas le seul !


    • #1205379

      Tu n’as pas fini de subir l’indécente fatuité des "enseignants". Chaque jour je me pince les lèvres pour ne pas hurler face à mes "collègues" tous plus bien-pensants et superficiels les uns que les autres. Les pires étant (de loin) les (pseudo-)profs d’histoire-géo, suivi des matheux éthérés et nombrilistes que talonnent les lettreux, leurs éternels paquets de livres d’Anne Franck sous le bras (j’ai vu dernièrement un nouvel opus des pleurnichards de la tribu des élus qu’on imposait à nos pauvres élèves ; je n’ai pas retenu le titre mais, à la lecture de la quatrième de couverture, c’était corsé et très anti-France, comme d’habitude).
      Les gamins prennent leur mal en patience et ricanent. C’est beau à voir et ça met du baume au coeur.


    • #1205442

      Pourquoi fait-on de moins en moins de dictées dans l’Education Nationale ? Tout simplement parce que cela em... les profs de les corriger . Les chers collègues me l’on dit benoitement . Dans la décadence de l’enseignement il y a un facteur que l’on oublie : la paresse des profs qui saluent toutes les réformes pourvu qu’ elles leur permettent d’en foutre encore moins .


  • #1205203
    le 11/06/2015 par Hacène
    Destruction méthodique de la pensée

    On se rend parfaitement compte de l’évolution catastrophique de la langue française avec le sort fait à la liaison. Si l’on trouve encore des gens pour mal la faire, en prononçant par exemple "cent z’euros", elle est globalement et de plus en plus ignorée. Par tout le monde : politiques, présentateurs, journalistes, commerçants et clients. C’est de pire en pire. L’irruption des euros a été à la fois déclencheur et révélateur de la perte de contact avec le monde de l’écrit. La langue française rend en effet l’oral dépendant de l’écrit. Avec la progressive disparition de la liaison, qui ne concerne plus les seuls euros, les français, qui faisaient jusqu’à présent des fautes d’orthographes à l’écrit parviennent à réaliser l’exploit d’en faire aussi à l’oral.

     

    • #1205477
      le 12/06/2015 par MaxdeCannes
      Destruction méthodique de la pensée

      Commentaire pour ceux qui n’auraient pas compris que vous faites du style en écrivant "C’est de pire en pire".
      Dans une copie et même à l’oral je crois qu’il vaut mieux écrire
      "C’est de mal en pis" ou même d’autres expressions que je n’entends plus beaucoup
      http://fr.wiktionary.org/wiki/de_pi...


  • #1205218

    Et on ne peut guère compter sur les migrants africains naturalisés rapidement "français" pour relever le niveau...

     

    • #1205269
      le 11/06/2015 par Pouet
      Destruction méthodique de la pensée

      Les bourgeoises qui emploient des nounous africaines finissent par le regretter.

      Les enfants s’expriment dans un français très approximatif, quand il s’agit de français, et certaines
      lettres difficiles pour les étrangers disparaissent de leur capacités. Le R est en tête de liste.

      Les gamins parlent alors comme nos "Incoyables et Pécieuses" du Directoire.
      Amusant !


    • #1205667
      le 12/06/2015 par listener
      Destruction méthodique de la pensée

      Observation pour Pouet : Sans oublier que ceux qui parlent le français le plus pur du monde sont les haïtiens. Enfin, de la bourgeoisie haïtienne qui ne veut pas du parler créole.


  • #1205237
    le 11/06/2015 par Paul82
    Destruction méthodique de la pensée

    Avec les méthodes mise en place à partir des années 1970, faut-il s’étonner du résultat ? Non, bien sur que non. On récolte ce qu’on a semé....


  • #1205246
    le 11/06/2015 par SamWang
    Destruction méthodique de la pensée

    Pour vous aider à maîtriser la grammaire, vous pouvez adopter la suite bureautique libre, gratuite et multi-plateformes Libre Office (comportant le traitement de texte "Writer") et installer Grammalecte, un correcteur grammatical.

    Grammalecte est né en janvier 2011. Il est fonctionnel. Il est en cours de portage sur Firefox et Thunderbird (logiciel de gestion de courriel), cf. cette dépêche détaillée, publiée sur Linuxfr.org le 22 avril dernier (à l’occasion du lancement d’une campagne de financement participatif).


  • #1205253
    le 11/06/2015 par Gotfried
    Destruction méthodique de la pensée

    Le problème avec le français, c’est qu’il n’a aucune règle, que des exceptions. Toutes sortes de graphies coexistent pour un même son, parfois des archaïsmes qui remontent au XVe siècle, plus encore. L’orthographe des mots (des "radicaux", disons) est des plus irrégulières, souvent complètement arbitraire. Les "règles" de la grammaire ressemblent à celles du trictrac. Le français semble conçu dans le but de marquer très lourdement les différences sociales.

    A l’époque de l’alphabétisation massive, qui a aussi été celle de l’extermination des cultures traditionnelles locales et des particularismes (à la majorité des citoyens français, la langue française telle que parlée et écrite par les élites a été imposée comme à des colonisés), la fureur civilisatrice a permis de transformer le petit breton, le petit provençal, le petit auvergnat, le petit niçois, le petit basque, le petit alsacien, et même le petit parisien en "bon français", qui sait recevoir les ordres de son instituteur à l’école, de son patron dans la vie civile ou de son officier à la guerre, et lui répondre "Oui monsieur !" poliment.

    Mais cette époque coloniale-nationale étant révolue, le français ne pouvant plus être imposé en remplacement de quoi que ce soit, il est réapproprié par le peuple. Pour l’instant, on oscille encore entre l’orthographe "classique", hérité des siècles passés, et un "orthographe" modernisé, c’est à dire "refondu" pour être pratique et cohérent avec l’usage qu’on en fait, et en particulier systématiser le lien entre graphie et prononciation. L’allemand se prononce comme il se lit. L’italien se prononce comme il se lit. L’espagnol se prononce comme il se lit. L’anglais est bien plus compliqué, mais le français est pire encore. A terme, on obtiendra probablement une langue moins "étymologique" (conservant les vestiges de l’évolution des mots), mais beaucoup plus transparente et pratique d’usage, marquant beaucoup moins les disparités sociales et culturelles.

    En attendant, ça pique quand mêmes les yeux quand on a eu une instruction "classique".
    J’en profite pour demander aux ignares de ne pas mépriser l’anglais, qui est une langue à peu près aussi riche que la nôtre, sinon plus (cohabitation permanente de racines latines et germaniques), tout à fait apte à l’expression d’une pensée complexe (moins que l’allemand, cela dit ; mais l’allemand triche : il est agglomérant), et qui s’illustre dans une littérature ancienne, variée, et de qualité.

     

    • #1205330
      le 11/06/2015 par krissy59
      Destruction méthodique de la pensée

      Votre commentaire est intéressant et juste. Sauf sur un point précis.
      L’italien ne se prononce pas comme il se lit.
      Exemples (entre autres) : ch = k / gl = ly / z = dz. Etc.
      Et c’est sans parler de l’accent tonique qui s’appuie sur certaines syllabes et pas d’autres, invisible (ou plutôt inaudible) dans un texte écrit.
      Salutations fraternelles.


    • #1205409
      le 11/06/2015 par Gotfried
      Destruction méthodique de la pensée

      @Krissy59

      Je vous remercie de le faire remarquer. La limite de 2500 signes par commentaire oblige souvent à simplifier un peu le propos. Il est évident qu’il est extrêmement rare qu’une langue se lise rigoureusement comme elle s’écrit, ne serait-ce parce que les caractères latins ne sont pas, en eux-même, des sons, mais seulement conventionnellement associés à des sons. Certaines langues sont cependant plus systématiques que d’autres : la même graphie produira le même son quel que soit son contexte (votre exemple du z "dur" en italien : dz). Quand un son est toujours représenté par la même graphie, la régularité est encore supérieure. L’exemple de l’accent tonique est aussi excellent. Cela dit, peut-être qu’on complétant un peu la graphie, on pourrait le transcrire. Le vietnamien s’écrit bien en alphabet latin enrichit de signes diacritiques.

      Ce sont des détails d’importance, et plus on accumule d’irrégularités, plus une langue est difficile à maîtriser, en particulier à l’écrit. Je pense qu’il est plus aisé de maîtriser convenablement l’italien que le français, de ce fait. De là à s’exprimer aisément, voire galamment, c’est une autre histoire, en particulier compte tenu de la musicalité de l’italien.


    • #1205411
      le 11/06/2015 par Zitrone
      Destruction méthodique de la pensée

      Très juste. Le vocabulaire anglais possède plus de mots que le français.


    • #1205447
      le 12/06/2015 par listener
      Destruction méthodique de la pensée

      Vos commentaires me rendent perplexe. On peut être encore plus méchant avec l’orthographe française. C’est une croix que tout français porte, un marqueur pédagogique et social. Les mots sont presque des idéogrammes, uniques en leur genre, avec leur histoire. Cela est venu des premiers ateliers d’imprimerie de Paris et de Lyon, et de leurs protes demi-savants et cuistres qui se sont ingénié à bourrer les mots de consonnes inutiles pour montrer qu’ils s’y connaissaient, les faisant ressembler à des pelotons de hallebardiers. (Lire les premières éditions de Rabelais ou c’est poussé jusqu’à l’illisible) Parfois, l’étymologie était fausse et controuvée. On écrit "puits" avec un t et un s inutiles, au prétexte que cela viendrait de "puteus", "puits" en latin. On pourrait écrire "pui" puisqu’on prononce "pui". (on se demande ce que l’orthographe serait devenue si les premiers imprimeurs avaient admiré la langue sanskrite ou le védique ancien !)

      Tenter de rattacher la langue française aux anciennes étaient une démarche humble et en fait fructueuse à long terme. Le concept de "culture" ne s’est toujours entendu qu’en terme de soumission. Ce n’est pas notre culture et notre langue qui sont admirables, mais d’autres, plus anciennes,plus grandes, en l’occurrence les cultures antiques. Les romains étaient culturellement soumis aux grecs et en étaient fiers. Voltaire parlait de "Welches". "L’homme moderne veut surpasser l’homme antique mais il échouera", semble nous dire la minable orthographe française dont personne ne parvient à se passer.

      Les tentatives d’affranchissement d’une langue moderne aboutissent parfois à des flamboyances, mais sans lendemains (Dante, Shakespeare.. ). Affranchir la langue française des traces antiques laissées par les cuistres de la renaissance serait arrogance.Paradoxalement, ceux qui veulent le faire (le fameux : "Qui nous délivrera des grecs et des romains") sont dans la ligne de certains auteurs français anciens (La Fontaine) et radicaux (L. F Céline) qui voulaient revenir au lyrisme du français médiéval. C’est une démarche osée mais nationaliste et qui aboutit à des impasses. Il est plus raisonnable d’en rester aux bonnes vieilles racines grecques.

      Le cas de l’anglais est particulier : il s’agit d’une langue "voleuse" qui utilise l’alphabet latin mais n’y est pas adaptée. Les anglais devraient créer un alphabet. Comme les coréens l’ont fait en abandonnant les idéogrammes chinois. Ou les russes...


    • #1205453
      le 12/06/2015 par goy pride
      Destruction méthodique de la pensée

      La langue française a permis de créer de prestigieux philosophes, mathématiciens, scientifiques, écrivains, historiens, poètes de renommée internationale...et surtout plusieurs générations d’ouvriers et de paysans qui ont été parmi les plus instruits du monde ! Du 19 ème siècle jusqu’aux années 70 du siècle précédent notre système d’instruction formait des têtes bien faîtes, la France était une des rares nations où l’on pouvait rencontrer des cul-terreux et mineurs parfaitement lettrés, instruit, ayant une connaissance du monde et une conscience politique sans égal...et puis dans les années 70 du siècle dernier vinrent ces réformes mortifères sous prétexte que le français était trop dur, trop irrationnel, trop élitiste...résultats des comptes après 30 ans de réformes nous sommes passés du statut d’un des peuple les plus instruits au monde à un des plus abrutis ! On a encore de la marge avant d’en arriver au stade ultime du grand modèle américain mais on s’en rapproche ! On progresse !
      La difficulté de la langue française est un point faible dans le cadre de son enseignement à des étrangers adultes...mais en tant que langue maternelle son apprentissage est très formateur. Il nécessite de la discipline, de la rigueur, des efforts et ceci dès la plus jeune enfance. La langue française stimule la curiosité et le goût de la recherche (pourquoi ce mot se prononce comme tel autre mais s’écrit différemment ? Pourquoi cette exception grammaticale... ?) L’apprentissage du français en lui même permet de cultiver des vertus bénéfiques pour un peuple.
      La perfection n’existe pas ici bas, tout est une question de compromis, la langue française n’échappe pas à cette règle universelle, certaines de ses qualités se font sur le dos d’autres qualités...une langue ne peut pas être à la fois simple et riche... Tout comme pour les qualités athlétiques (on ne peut pas être à la fois champion du 100 m et de marathon...) une langue ne peut pas avoir toutes les qualités...


    • #1205537
      le 12/06/2015 par goy pride
      Destruction méthodique de la pensée

      Je tiens à insister sur le fait que le français a été l’outil linguistique ayant permit de former intellectuellement l’un des peuples les plus instruits et polyvalents au monde ! Jamais dans l’histoire humaine on avait vu un peuple capable de généraliser l’instruction à l’ensemble de la population, paysans et prolétaires inclus. L’Eglise catholique entama cette mission d’instruction du peuple et la république pris la suite.
      Les Français édifièrent une des civilisations les plus équilibrés. Si nous n’avons pas excellé en tout nous avons toutefois été bons dans pratiquement tous les domaines de l’intellect humain ; nous avons eu de bons poètes et écrivains, d’excellents physiciens, mathématiciens, ingénieurs, agronomes et médecins...sur le plan industriel nous maîtrisions absolument tout ! Nous n’avions certes pas le niveau d’excellence atteint par les Allemands mais notre industrie a toutefois été dans le peloton de tête de ce qui se faisait le mieux !
      La langue française est le reflet de ce génie. C’est une langue effectivement élitiste dans le sens que son apprentissage n’est pas fait pour les branleurs ! Nous avons tous soufferts petits lors de l’apprentissage approfondi de cette langue ! Mais que cela a été formateur ! Une école de la vie ! La langue française avec sa complexité, sa richesse, ses multiples exceptions grammaticales mystérieuses, son orthographe qui a bien des égards s’apparente parfois à des quasi idéogrammes est un défi pour l’enseignant et les apprenants que seul la discipline, la rigueur, le goût de l’effort, la curiosité intellectuelle permet de relever. Or toutes ces vertus sont effectivement devenues caduques en cette époque de dégénérescence anthropologique généralisée.
      Maintenant et surprenant je ne suis pas non plus complètement hermétique a l’idée d’une réforme de la langue française, après tout le français d’aujourd’hui est aussi le produit de réformes. Mais ce projet ne doit pas être entrepris en cette époque chaotique où des incompétents dégénérés, des fous dangereux traîtres à la nation, idéologues hystériques ont usurpé le pouvoir ! Ces gens vont vandalisé la langue française comme il l’ont fait avec notre industrie, culture... ! Ne laissons pas entre les mains de ces tueurs de civilisation notre héritage ! S’il doit y avoir réforme il faut attendre que des gens compétents, sincèrement amoureux de la France reprennent le pouvoir


  • #1205266

    Pour moi, le français je l’avais étudié dès la CE2 en Algérie, de retour en France (mon pays natal), j’étais choquée mais vraiment par certains français et leurs façons de martyriser la langue de Molière ( verlan, l’argot)

     

    • #1205331
      le 11/06/2015 par jedgreen
      Destruction méthodique de la pensée

      Le verlan et l’argot supposent généralement de connaître un minimum la langue, pour jouer avec. Je trouve ça plutôt sympa (tant que cela reste justement un jeu).

      Mais aujourd’hui ce n’est même pas l’argot actuel des banlieues le problème, c’est le manque de connaissances grammaticale. En découle un manque de logique dans la construction des phrases. Beaucoup alignent des bouts de mots, des idées et enrobent le tout avec un ton faisant, grosso-modo, comprendre le but de leurs propos à leurs interlocuteurs ; et pour ne pas passer pour des imbéciles les interlocuteurs font souvent semblant de comprendre ! La prochaine étape c’est le retour au borborygme...

      Mais à l’écrit là c’est la véritable catastrophe.
      Il est des fois même impossible de savoir ce que les gens veulent dire... L’autre jour je "discutais" politique sur youtube (!) avec un type. Honnêtement j’ai prolongé la discussion plus longtemps que prévu juste parce qu’il était visiblement certain de parler comme un comme un commentateur politique de haut vol alors que ses propos n’avaient ni queue ni tête. J’ai honte, mais cela m’amusait bien.
      Le mec ne savait pas se faire comprendre (et parlait donc tout seul) et il ne s’en rendait pas compte.

      je n’ai jamais été très bon en français, mais quand je vois ce qui existe aujourd’hui j’ai l’impression d’être Alexandre Dumas.


  • #1205315
    le 11/06/2015 par Aiguiseur de guillotines
    Destruction méthodique de la pensée

    Vous inquiétez pas. Si ça vous console, je vis en angleterre et je vous confirme qu’ici les anglais ne savent plus ecrire ou parler l’anglais correctement. C’est absolument honteux quand on connait la facilité de l’anglais.
    C’est moi, "l’immigré" qui doit leur montrer comment ecrire.
    Pour le Francais, si vous voyez des fautes dans mon commentaire, dites le moi je ne demande qu’a etre parfait, merci.

     

    • #1205374

      Je ne suis pas très doué en ortographe mais je crois pouvoir faire mieux :

      "Ne vous inquiétez pas. Si cela vous console, je vis en Angleterre et je vous confirme qu’ici les Anglais ne savent pas écrire ou parler l’anglais correctement. C’est absolument honteux quand on connaît la facilité de l’anglais. C’est moi, ’l’immigré’ qui doit leur montrer comment écrire. Pour le français, si vous voyez des fautes dans mon commentaire, dites-le moi, je ne demande qu’à être parfait, merci."


    • #1205418
      le 11/06/2015 par MagnaVeritas
      Destruction méthodique de la pensée

      Commentaire inutile de Toto.

      Il n’y a pas vraiment de faute dans ton commentaire, à mon sens.

      Angleterre.
      « Anglais » prend une majuscule lorsqu’il s’agit d’un nom et pas d’un adjectif et qu’il désigne le membre d’un peuple, nation, etc. C’est pourquoi je pense que dans ta dernière phrase « français » doit être en minuscules.
      Tu as probablement un clavier sans accent mais les guillemets français sont le plus souvent les guillemets chevrons (et l’usage en est facilité par l’interface ER grâce au bouton présent juste au-dessus du champ). On réserve l’emploi des guillemets soixante-neuf lorsqu’on met quelque chose entre guillemets dans quelque chose déjà entre guillemets (comme les citations dans les citations, les expressions dans les citations, etc.).
      Je pense que la virgule après « c’est moi » est juste mais facultative.
      « Dites-le » moi prend un tiret mais je ne connais plus la règle.


    • #1206376

      @Toto : « Je ne suis pas très doué en ortographe ». En effet !


  • #1205318

    Dans l’établissement médical où je travaille, le constat est similaire. Un agent de service hospitalier proche de la retraite écrira des transmissions sans faute alors qu’un jeune médecin en sera tout bonnement incapable. Et cet état de fait n’est pas dû au "manque de lecture" ou de curiosité intellectuelle. Alors, cherchez l’erreur...

     

    • #1205419
      le 11/06/2015 par MagnaVeritas
      Destruction méthodique de la pensée

      Ce que tu dis n’est pas vrai dans tous les cas. Pour ma part, je suis un scientifique et j’ai battu bien des lettreux en maîtrise de la langue. Profs compris ! :)


  • #1205325
    le 11/06/2015 par Mister Mayo
    Destruction méthodique de la pensée

    Jeu sui allergik ô faut d’ortograf ! MDR !

     

    • #1205632
      le 12/06/2015 par L’Australien
      Destruction méthodique de la pensée

      Sais tairible tout ses meques qui ne save pas écrirre, sa donne mâle aux zieux....

      Blague à part, je constate vu l’époque, que globalement le niveau orthographique des commentaires sur E&R est plutôt correct.


    • #1205807
      le 12/06/2015 par wallace
      Destruction méthodique de la pensée

      @ l’Australien :
      voir la chartre de modération :

      « - Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d’orthographe »

      Les modos d’ER sont sans doute impitoyables :)


  • #1205333
    le 11/06/2015 par Georges 4bitbol
    Destruction méthodique de la pensée

    Première victime : le pseudo-journaliste Aziza, dont l’orthographe est aussi indigente que la pensée.

     

  • #1205370
    le 11/06/2015 par Romano
    Destruction méthodique de la pensée

    Dire qu’il y a 100 ans on était plus intelligents ! Nouvelle preuve que Darwin disait de la m... !

     

    • #1205539
      le 12/06/2015 par jedgreen
      Destruction méthodique de la pensée

      Mais l’évolution ce n’est pas forcément évoluer vers le "meilleur". C’est juste s’adapter à son environnement.
      Et quand votre environnement comprend une école de merde, vous avez un niveau de merde.
      La théorie de l’évolution s’en sort donc renforcée.


    • #1205572
      le 12/06/2015 par howakhan
      Destruction méthodique de la pensée

      d’accord romano...darwin était un agent de l’empire..chargé de trouver des justifications à posteriori de la démence , de la sauvagerie, de la barbarie de celui ci...
      genre je te tue et je te vole mais je me pardonne...je n’y suis pour rien , la preuve : ???? le gros singe vole la banane des autres........


  • #1205395
    le 11/06/2015 par MagnaVeritas
    Destruction méthodique de la pensée

    Combien de décennies que la déséducation antinationale échoue dans son rôle malgré les dizaines de milliards injectés dans cette pseudo-institution ?


  • #1205444

    Quand à la télé au cours d’un reportage en Afrique on interroge un africain on est souvent étonné de constater qu’il s’exprime dans un français plus pur que celui des gens de l’hexagone . C’est touchant et réconfortant .


  • #1205480
    le 12/06/2015 par Zizijeanmerd
    Destruction méthodique de la pensée

    Sur les forums de discussion ou les réseaux sociaux, si vous reprenez un intervenant pour une faute grammaticale assez lourde, vous vous faites traiter de nazi de la grammaire, argument imparable pour justifier l’idiocratie ambiante......


  • #1205497
    le 12/06/2015 par Beubeu la frite
    Destruction méthodique de la pensée

    L’important, c’est de continuer à faire baisser les heures de français en primaire, comme on le fait depuis trente ans, parce qu’on manque d’analphabètes dans les bétaillères publiques du secondaire. Et que le contrôle de la population exige des sacrifices de la part des pauvres (cf. Brighelli, bien relayé sur E&R).

    "C’est le moment d’apprendre à coder" (en python ou en html, pour commencer), comme dirait Najat.

    Il faut aussi bien sûr continuer à recruter, dans le public toujours, des aimables plaisantins sous-éduqués en guise d’instituteurs-trices (incapables d’écrire un mail sans fautes quand ils s’adressent aux parents d’élève - et qui vous sermonnent tranquillement quand vous le leur faites remarquer, parce que vous remettez leur "statut en jeu").

    Snif ;(


  • #1205516
    le 12/06/2015 par Langelet
    Destruction méthodique de la pensée

    S’il faut réduire les (nombreux) problèmes de l’orthographe du français par les pratiquants de celle qui fut une belle langue, je la condenserai ainsi :



    Méconnaissance de l’infinitif et confusion avec le participe passé



    Moi, qui ne suis pas de souche, je ne peux que déceler ce manque fondamental dès que la personne utilise un verbe du 1er groupe.
    Ma femme, prof d’allemand, se demandait comment faire pour faire comprendre certaines articulations à ses élèves. Je lui donnais la clé en lui disant de leur apprendre l’infinitif en français, car comment voulez-vous vous y retrouver dans une autre langue si vous ne savez même pas ce que vous dites et comment cela s’articule ?
    On se plaindra que les français sont mauvais en langues étrangères. Encore faut-il qu’ils sachent parler la leur...
    Dans pas longtemps, vu l’évolution de l’Education nationale, le style texto sera admis en classes, si vous connaissez bien la théorie du Genre, ça suffira.

     

    • #1205591
      le 12/06/2015 par listener
      Destruction méthodique de la pensée

      Très juste. Et d’autant plus que la langue allemande aime l’infinitif, l’être en soi, "l’Etre en tant qu’Etre" dirait Heidegger.

      On est surpris de constater qu’avec sa complexité, orthographe et grammaire françaises s’imposent. Par l’autorité d’un groupe de gens se prétendant les meilleurs, les académiciens, qui ont fait en France une sorte de coup d’état sur le langage dont tout le monde rit mais qu’on admet. Il se sont arrangés pour qu’il y ait en France cette autorité diffuse et collective pour empêcher qu’un auteur ne s’impose individuellement. "Les autres peuples disent : Homère, Dante, Shakespeare. Nous disons : Boileau ! " écrivait rageusement Victor Hugo qui n’a pu parvenir lui-même que l’on dît du français qu’elle est "la langue de Hugo". La langue française n’est la langue de personne et on suggère qu’elle est donc la langue de tout le monde .. Elle n’a en effet pas de patronage évident. L’autorité sur la langue est diffuse. Elle n’a pas de référent.

      Et il suffit d’étendre les règles de la langue à l’histoire et à la politique. Les français n’aiment pas les "patronages". Politiquement aussi.


    • #1205641
      le 12/06/2015 par L’Australien
      Destruction méthodique de la pensée

      C’est exact, je rajouterai également la confusion avec les adjectifs possessifs et adjectifs démonstratifs.


  • #1205563

    A contre-courant...Si la grammaire/syntaxe peut effectivement influer sur l’expression d’un raisonnement, en quoi l’orthographe influence-t-il les facultés mentales ? Qu’est-ce que l’orthographe (ortografe) si ce n’est l’utilisation du principe alphabétique afin d’écrire des mots parlés. Il faut bien admettre qu’en matière de dévoiement des principes élémentaires de cette méthode, le français a multiplié les cas particuliers à l’infini, jusques à venir souvent en contradiction(contradixion) avec elles. En fait pour ce qui regarde certains vocables spécifiques le dévoiement est tel qu’un étranger ne peut pas lire correctement. Redoublements de consonnes, lettres à multiprononciations, plusieurs lettres pour un même usage ect...ect...pas un mot sur dix qui ne soit également un piège par l’aberration orthographique qu’il renferme, et fait passer celui qui l’a ’mal écrit’ pour un imbécile alors que la chausse-trappe provient d’une absence de logique élémentaire chez ceux qui ont DÉCIDÉ de la façon dont il doit l’être. Pseudonime, adrèce, comentère, modéracion, aplicons, frencè corecte, entouziasme, axèpté...En Anglais, en Espagnol cette difficulté inepte n’existe pas. Le français écrit, sans avoir le mérite de l’idéographie chinoise, a transformé nombre de mots en autant de spécificités orthographiques inutiles et tyranniques, sans aucun lien avec leur sens. C’est à la limite de la perversité, du vice, et pour le coup, est-ce vraiment un hasard si c’est une des caractéristiques de la population où ce ’sport’ est pratiqué...Ne serait-ce pas un marqueur psychologique admettant un pouvoir arbitraire illimité ? Ce qui ressemblerait avec la manière dont on rend la ’justice’ à certaines époques, dans cet endroit du monde.

     

    • #1205618
      le 12/06/2015 par Gotfried
      Destruction méthodique de la pensée

      Je vous rejoins entièrement quand à l’absolue irrégularité de l’orthographe, que je ne maîtrise pourtant pas trop mal. Lisez un peu plus haut, j’ai moi-même posté un commentaire allant dans ce sens.

      Cependant, l’anglais est à peu près aussi horrible que le français quand aux infinies variations de prononciation d’une même graphie, et à l’arbitraire des prononciations. Pour l’illustrer, je vous renvois à cette petite vidéo :
      https://www.youtube.com/watch?v=tfRSvTSY0d4

      Systématiser le rapport entre graphie et prononciation faciliterait indéniablement l’apprentissage et la maîtrise du français. Vu que chaque son élémentaire ne serait transcrit que par une seule lettre, éventuellement accompagnée d’un signe diacritique (un accent, quoi), on se libérerait des lettres pour remplacer les diphtongues. Exemple : si tout son "ss" (de Seprent) s’écrit "s", et si tout son "qu" (de QUenelle) s’écrit "k", alors on libère le "c" pour l’utiliser comme "ch" (de CHat). Ainsi, on écrirait "cercé" pour "chercher", "kacé" pour "cacher" (à ne pas confondre avec "kasé" pour "casser", lui-même à ne pas confondre avec "kazé", pour "caser"). On aurait cependant des problèmes avec tout ce qui est "on", "en", "in", qui sont toujours retranscrits sous formes de diphtongues, et on conçoit mal comment les symboliser autrement, sinon à multiplier inutilement les signes diacritiques.

      On commencerait à avoir des grandes difficultés quand on en vient à la conjugaison. En effet, "mangé" et "manger" ses prononcent pareil, et parfois même "mangeais"/"mangeait"/"mangeaient" se prononcent de la même façon. Ce n’est pas censé être correct, mais on se comprend sans problème, et c’est "admissible" : j’ai un ami lyonnais qui prononce les mots très bizarrement comparativement à ce que j’ai toujours appris et entendu en région parisienne (lui dit "jône", et il se fout de ma gueule quand je dis "jaune", caricaturant mon "accent pointu"). Pour en revenir à la conjugaison, les marques écrites des temps nous sont quand même assez indispensables, sinon on se retrouverait avec tout au plus deux ou trois temps simples, et tous les autres temps devraient être composés.


    • #1205935

      @gotfried

      l’ortographe des noms communs suffit amplement à entretenir l’indignation contre l’ineptie, prenez le dictionnaire, on y passe d’insoumission (en fait 2 c) à isotope (en fait un z) et dans l’absolue que lit-on içotope pour izotope, et inzoumicion pour inçoumicion sans parler de doublement imbécile de consones sans raisons intelligibles ou une quelconque logique. De plus il y a beaucoup trop de mots qui commencent par ’con’, ce qui finit par influencer gravement la situation globale.


  • #1205597
    le 12/06/2015 par listener
    Destruction méthodique de la pensée

    L’orthographe et la grammaire, en écrit, c’est très important mais c’est maîtrisable. Mais il est une chose plus difficile à maîtriser et plus large car elle intéresse aussi les analphabètes, qu’un de vos commentateurs évoque très justement et qui me paraît devoir être examinée attentivement : c’est la PRONONCIATION du français, et notamment de ses voyelles ! C’est là qu’on souffre !

    C’est le phénomène de la "aï-sation" qui ravage les ondes radiophoniques :

    On ne dit plus "liberté, égalité, fraternité" mais "libertai, égalitai, fraternitai" ! On ne dit plus "la rentrée des classes est terminée" mais "La rentrai dai classes ai terminai". Et parfois on a même droit à des "ai" prononcés "é" !!! Ha ! Je vé cassai le poste !" Vous entendai !

    "é" se prononce "é". Les finales "er" "ez"se prononcent "é" ! merde !

    Je pense (sans en être certain) qu’il s’agit d’une prononciation à l’anglaise du français car en anglais les voyelles mangent les consonnes tandis que le français est -comme le japonais - consonantique. Les consonnes arrêtent et encadrent les voyelles. .

    En tout cas, les mongoliens incultes qui causent dans le poste nous font savoir par leur prononciation qu’ils méprisent la langue française et qu’ils préfèrent nous donner le mal de mer en décrochant ainsi les voyelles de leurs amarres.


  • #1206036
    le 12/06/2015 par le ylar
    Destruction méthodique de la pensée

    Tous les lettrés (faut-il plutôt parler de bobos gavés ??) qui profitent de leur maitrise de la langue pour rire aux dépends de moins bien lotis, les pensant incapables de saisir la subtilité de leur "bons mots", sont une honte pour la culture française.
    Ils redoutent - ces clowns là - toute forme de réconciliation qui conduirait à plus de justice sociale craignant pour le statut usurpé de sachant.
    Pour ce que j’ai pu en voir (et en entendre) ils sont légion dans l’enseignement et c’est bien désolant.


Afficher les commentaires suivants