Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Drones : le futur sans pilotes de l’US Navy

Les propos qu’a tenus le secrétaire américain à la Marine, Ray Mabus, lors d’un discours prononcé à l’occasion de la conférence Sea-Air-Space 2015, ne manqueront pas de susciter le débat sur l’avenir de l’aviation de combat… Et des pilotes.

Selon lui, le F-35C (la version navale de l’appareil développé par Lockheed-Martin) « devrait être – et même sera certainement – le dernier chasseur-bombardier avec un pilote à bord que l’US Navy achètera » et que ce type d’avion sera remplacé par des drones de combat furtifs, capables d’effectuer des frappes aériennes de façon autonome, comme le prévoit le programme UCLASS (Unmanned Carrier Launched Surveillance and Strike).

Dans le même temps, M. Mabus a annoncé la création d’un nouveau poste de vice-secrétaire adjoint de la Marine pour les systèmes d’armes pilotés à distance ainsi qu’un bureau spécialisé dans ce domaine. Toutefois, il a estimé que les avions de supériorité aérienne – avec un équipage à bord – seront encore nécessaires pour assurer la protection d’un groupe aéronaval.

Dans le domaine des drones de combat embarqués, les États-Unis ont pris de l’avance avec le démonstrateur X-47B de Northrop Grumman. Cet engin est en effet capable d’être mis en oeuvre depuis un porte-avions et il vient de montrer qu’il est aussi en mesure d’être ravitaillé en vol. Étant donné que le F-35C devrait rester en service jusqu’aux années 2050, il y a encore de la marge avant de voir se réaliser la prédiction de Ray Mabus.

Il est vrai, que, au vu des sommes dépensées pour la mise au point du F-35, le développement de son successeur devrait être hors de prix si l’on en croit la loi de Norman Augustine.

« Le coût unitaire des produits aéronautiques militaires a crû à un rythme étonnant et intenable tout au long de l’histoire. Considérons l’exemple des avions tactiques. Comparant l’évolution du coût unitaire par rapport au temps, [...] nous observons que le coût d’un avion tactique a été multiplié en moyenne par 4 tous les dix ans. En extrapolant le budget de la défense selon les tendances de ce siècle, on découvre qu’en 2054 la courbe du coût d’un avion rejoindra celle du budget. Ainsi, au rythme actuel, le budget de la défense entier ne permettra d’acheter [en 2054] qu’un seul avion tactique », dit-elle.

En outre, le recours à des drones de combat – autonomes comme l’est le X-47B - permettrait de ne pas exposer la vie des pilotes et de revoir la configuration des porte-avions. Cependant, outre les considérations éthiques qui se poseront, et même s’ils pourront exécuter toute une série de tâches (frappes sur des objectifs préalablement identifiés, suppression des radars de défense aérienne adverses, brouillage, renseignement), ils ne pourront pas effectuer toutes les missions actuellement assurées par des chasseurs bombardiers « classiques », notamment pour tout ce qui touche à l’appui aérien rapproché. Et, ne bénéficiant pas de supériorité aérienne, ils seront probablement vulnérables. Toutefois, s’agissant de ce dernier point, le Centre interarmées de concepts, de doctrines et d’expérimentations estime que l’aptitude d’un drone de combat (UCAV) « à s’approcher des aéronefs adverses pour les identifier ou les engager sans compromettre sa survivabilité est à évaluer » et elle « dépendra du type de capteurs et d’armements embarqués ainsi que des capacités cinématiques ».

Cependant, il faudra aussi composer avec les évolutions technologiques à venir qui permettront de trouver une parade à ces drones de combat. Ainsi, par exemple, l’amiral Jonathan Greenert, le patron des opérations de l’US Navy, estime que le concept de « furtivité » est sur-estimé. « Si quelque chose se déplace rapidement et perturbe les molécules de l’air et émet de la chaleur, alors ce sera détectable », a-t-il dit, en février dernier.

Quoi qu’il en soit, pour son prochain budget, le Pentagone a demandé des crédits pour la mise au point d’un avion de 6e génération destiné aussi bien à l’US Air Force (F-XX) que pour l’US Navy (F/A-XX). Il s’agit, pour cette dernière, de trouver un successeur aux F/A-18 Super Hornet actuels. Tout ce que l’on sait pour le moment est que ce futur appareil devra être ne mesure d’opérer depuis un porte-avions et fournir une suprématie aérienne, tout en ayant des capacités de frappe dans un environnement A2AD (anti-access/area denied). Mais aura-t-il un équipage à bord ?

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1166894

    1/ "outre les considérations éthiques qui se poseront"
    2/« dépendra du type de capteurs et d’armements embarqués ainsi que des capacités cinématiques ».
    3/« Si quelque chose se déplace rapidement et perturbe les molécules de l’air et émet de la chaleur, alors ce sera détectable »

    1/ De ce côté, rien a craindre, ce serait même surprenant que des ’considérations d’ordres éthiques’ frôlassent de leurs ailes la ’conscience’ d’un des pervers qui sévissent aux usa...
    2/ et 3/. Ce doit être rassurant, pour une Nation, d’avoir, pour hauts gradés, des hommes, des soldats, dotés d’aussi étonnantes facultés de raisonnement, de déductions...C’est beau un soldat qui pense...On en deviendrait, si c’était possible, presqu’aussi intelligent que lui. On comprend mieux, à ce constat, ce qu’a été l’histoire militaire récente de l’endroit où ils gitent.
    4/ Enfin, finalement, la seule chose qui soit réellement furtive chez un avionneur, c’est la présence de son lobby...


  • #1166912

    Bah bien sur et la marmotte etc...... Deja que l’an dernier un sous marin chinois à emerger au milieu des navires US sans être reperé et créant un moment de panique, que dans un exercice conjoint entre americain et francais, notre sous marin d’attaque a coulé le fleuron des portes avions US (simulation en grandeur reelle pas derriere un ecran d’ordinateur).... Alors je ne vous parle même pas des sous marins russes capable d’envoyer par le fond l’ensemble des portes avions US en moins d’une semaine (voir l’interview du vice amiral US)...
    En conclusion les americians peuvent bien avoir les drones les plus perfectionnés au monde si le porte avion depuis lequel ils doivent etre lancé coule, cela leur fera une belle jambe....


  • #1166988

    Le peuple étasunien n’a évidemment pas son mot à dire : vive la démocratie étasunienne !


  • #1167034

    Les arabo-musulmans ont du souci à se faire : il suffira aux sionistes d’appuyer sur un bouton pour les massacrer par centaines, partout où il le jugeront "nécessaire" .


  • #1167046

    Le drone bombardier furtif c’est le graal du false flag.
    1/ Je construit un drone bombardier furtif
    2/ Des "pirates" le détournent et nous frappent.
    3/ On identifie d’ou est venu le piratage
    Impeccable, on a même plus besoin de prétendre qu’on a pas fournis aux terroristes des armes.


  • #1167125
    le 20/04/2015 par je sais pas
    Drones : le futur sans pilotes de l’US Navy

    Les drones de combat, armes des lâches absolus, DESHONORENT les armées qui s’en servent : les US et Israel, dont les armées sont les plus IMMORALES du monde . Jusqu’à présent il semble que l’armée française aie répugné à les utiliser, ce qui est tout à son honneur .

     

    • #1167262

      "Les Américains savent construire des voitures et des réfrigérateurs, mais pas des avions." Hermann Goering


    • #1167309

      Pour info , les français ont des pilotes de l’armée de l’air en reconversion comme pilotes de drones aux USA , ou ils suivent les stages de formation de l’air force . On peut noter que , apparemment le pilotage des drones de combat dans un shelter climatisé à l’abri des coups est plus traumatisant, à long terme que de risquer sa vie aux commandes d’un avion car le nombre de démissions dans ces spécialités est important.La conscience ne suit pas !