Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Écologie ou emploi ? Sous la pression "verte", Center Parcs abandonne son projet à Roybon (Isère)

Préambule – Si des lecteurs peuvent se demander ce que cet article somme toute très local vient faire en actu brûlante, c’est parce qu’il s’agit d’un point crucial de l’économie politique de notre pays.

 

En effet, les deux plaques tectoniques représentée par les écologistes en mal de protection de la nature et les mairies en mal d’emplois et d’activité sont appelées à se heurter de plus en plus à l’avenir, générant des conflits comme celui de la ZAD de Nantes, avec ce 2e aéroport dont les habitants et/ou les squatteurs ne voulaient pas, à l’inverse des autorités économico-politiques de la région.

Une nouvelle sociologie humaine est en train de se dessiner dans ce que nos énarques parisiens appellent nos territoires, qui ne sont que la France périphérique, celle des campagnes et des petites villes, et qui est de plus en plus lâchée par l’État. On l’a vu avec le néolibéral Macron qui se fiche du résultat des élections municipales – où son camp n’a pas brillé – et surtout de ses habitants, qui sont vus de Paris tous des Gilets jaunes séditieux impossibles à réformer, c’est-à-dire à plier au néolibéralisme économique américain. Il y a 1000 ans d’histoire à effacer pour en faire de bons petits consommateurs de l’Empire...

Le bobo des villes (il est vrai soutenu par des écolos locaux, ne les négligeons pas) n’a pas les mêmes intérêts que le maire qui lui a besoin de revitaliser sa localité. On le sait, les écoles ferment, les bureaux de Poste rétrécissent, l’industrie périclite, seul le tourisme laisse une chance à ces endroits qui font la beauté de la France. C’est le cas de l’Isère, qui tente de transformer son « or blanc » (la neige et son économie) avec une diversification économique.

Certains Français veulent vivre tranquilles dans des endroits où ils sont nés ou qu’ils ont choisi, et d’ailleurs la parenthèse du confinement a poussé des milliers de citadins très solvables à une migration de l’intérieur, vers justement ces sites magnifiques dont le foncier est abordable. Ils viennent avec leurs moyens dans des lieux parfois délaissés par les jeunes locaux, mais ils viennent aussi avec leur double pouvoir, d’électeur et de contribuable. Ceux-là veulent vivre dans un environnement authentique, pas dans une France carte postale.

Pour 750 000 euros, ce qui est le prix d’un petit 3 pièces à Paris, un nanti peut s’offrir la Chartreuse du Glandier à Beyssac (Corrèze), un monastère de 16 000 m2.

 

 

Il semble, dans l’optique de la multiplication des conflits à venir, que l’exemple corse peut servir à la métropole. La Corse, pour des raisons qui lui sont propres, a sauvegardé son littoral, mais au détriment de son développement économique.

 

 

Si personne ne veut voir des champignons géants pousser comme à la Grande Motte, beaucoup de Corses ont dû aller chercher fortune hors de leur île.

 

 

L’équation est donc complexe entre emploi et écologie. Peut-on couper la poire en deux, et éviter que les Gaulois se foutent en permanence sur la gueule ?

– La Rédaction d’E&R –

 


 

La succession de recours déposés depuis 2010, principalement par des associations de défense de la nature et de protection du milieu aquatique, et la transformation, en 2014, du terrain en « zone à défendre » (ZAD), auront finalement eu raison de l’investissement. Le groupe Pierre et Vacances a annoncé mercredi l’abandon de son projet de domaine Center Parcs à Roybon en Isère, lancé en 2007.

 

Un projet de mille cottages

Le projet, d’un montant de 390 millions d’euros, prévoyait la construction dans la forêt de Chambaran de mille cottages, de commerces et de restaurants autour d’un espace aquatique, sous la forme d’une bulle transparente maintenue à 29 degrés avec piscines, toboggans et jacuzzis.

« Depuis plus de dix ans, des procédures judiciaires contestant les autorisations administratives ont fait obstacle à la réalisation du projet. L’autorisation de défrichement, indispensable à sa réalisation, [est] devenue caduque, et l’accès du site [est] bloqué par des zadistes occupant illégalement le terrain depuis 2014 », explique le groupe pour justifier sa décision.

Pierre et Vacances-Center Parcs, qui insiste sur son « engagement en faveur d’un tourisme responsable et durable », met en avant le fait que le projet de domaine « a reçu un soutien constant de toutes les collectivités locales pour ses qualités environnementales, ses retombées en termes d’emplois et de revenus ».

« Ce n’est pas de gaieté de cœur » que le groupe jette l’éponge, a commenté Gérard Brémond, président et fondateur de Pierre et Vacances. « Mais on était dans une impasse, c’était devenu inextricable entre l’occupation du site, les changements de réglementations, les autorisations pour les permis de construire, pour le défrichement, la loi sur l’eau, la préservation des espèces, et les lenteurs de la justice dans les différents stades, la cour d’appel, le tribunal administratif, le conseil d’État. Tout cela se superposait, c’était interminable », a-t-il résumé.

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

 

 


 

Le groupe va donc développer son concept en Bavière et au Danemark. Les associations écologistes applaudissent, les maires voient 700 emplois directs et le double en emplois indirects partir à l’étranger.

L’article suivant a été diffusé le 21 novembre 2017 sur un site de BTP, évidemment favorable au projet du groupe Pierre et Vacances.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Initié en 2007, le projet de Center Parcs en Isère est destiné à s’implanter à Roybon, au sein du Massif des Chambaran, sur une parcelle de 150 ha. « Soit ½% du massif forestier », souligne Éric Magnier, directeur du développement chez Pierre & Vacances. Ce domaine piétonnier devrait accueillir 990 cottages de 54 à 170 m² habitables, plus de 30 activités de sport et de loisirs intérieurs et extérieurs dont un espace aqualudique, ainsi que des restaurants et des boutiques au Centre Village.

 

« Nos études de marché ont montré que le meilleur emplacement pour implanter un Center Parcs dans la région Rhône Alpes était dans le triangle Lyon/Grenoble/Valence, pour capter la clientèle lyonnaise, de Grenoble, de Chambery et du sud de la France », poursuit le dirigeant. Un avis partagé par le département Isère qui réagit alors très positivement à l’idée de rééquilibrer l’offre touristique jusqu’à présent essentiellement développée à l’est du département avec les stations de sports d’hiver. Ayant déjà manifesté son intérêt pour un dossier similaire, la commune de Roybon a été retenue fin 2007.

 

L’environnement pris en compte

« Pierre & Vacances a lancé ce projet avec l’objectif de répondre aux critères environnementaux les plus exigeants. Des engagements concrets en matière de performance environnementale sont précisément fixés dans les accords avec les collectivités locales partenaires et font partie intégrante du cahier des charges  », assure Éric Mégnier. Aussi, l’implantation des cottages et des équipements est étudiée en fonction d’études de l’écosystème menées pendant cinq ans et du recensement des espèces et habitats présents.

[...]

« Pendant la phase de construction, le déploiement d’une charte et d’une démarche “Chantier vert” garantiront le respect des zones sensibles, des habitats et des espèces à préserver, la limitation des pollutions des sols et des eaux du site, la consommation d’eau et d’énergie, la limitation des nuisances et des risques pour les ouvriers et les riverains, sans parler d’une gestion optimisée des déchets », énumère Éric Magnier.

Un coup de fouet pour l’emploi local

En phase d’exploitation, Pierre & Vacances évalue à 700 le nombre d’emplois créés. « 85 % d’entre eux seront des CDI et 63 % seront à temps plein », précise Éric Magnier. En marge de ces emplois pérennes et non délocalisables, il faut également compter les quelque 1 000 postes qui seront créés ou maintenus.

[...]

En plus des ressources fiscales annuelles de l’ordre de 2,85 M€ (hors redevances eau et assainissement et hors taxes d’urbanisme), le projet promet des retombées économiques locales estimées à 25,7 M€ : 19,5 M€ d’achats pour l’exploitation du parc et 6,2 M€ de dépenses de consommations des résidents à l’extérieur du domaine. Les producteurs locaux pourraient avoir leur part du gâteau grâce à la création de filières courtes favorisant les échanges commerciaux directs.

Lire l’article entier sur constructioncayola.com

L’économie verte, leurre ou réalité ?

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ben non, justement, il est à craindre que les Gaulois préfèreront se foutre sur la gueule plutôt que de se réunir et discuter autour d’une table, afin de réfléchir à un compromis (chose due, comme disait Coluche) qui pourrait faire l’affaire de tous, ou du moins, du plus grand nombre...

    L’écologie et l’économie peuvent faire bon ménage, ce que refusent obstinément les ayatollahs des deux bords ! et comme ce sont trop souvent ceux-là qu’on voit pérorer dans les merdias...


  • #2500166

    "Les Gaulois" pourquoi toujours cette référence païenne ?

    Il me semble que la morale chrétienne (celle du christianisme social) a répondu sur l’usure des marchands et sur l’écologie (en la dépassant), donc pour moi la solution à l’équation est toute trouvée, à chacun de refuser ces deux escroqueries, pour aller vers une économie humaine du don pour ceux qui veulent construire autre chose de pérenne.

     

  • On ne peut pas justifier n’importe quoi par les emplois que çà crée.
    J’habite à quelques kilomètres d’un Center parc. Je constate qu’ils ont saccagè un superbe site, ou les gens du cru pouvaient aller se promener en famille et faire des activités de pleins tous les jours de la semaine. Aujourd’hui tout est grillagé autour d’un superbe lac, D’un côté un golf international, de l’autre les infrastructures du center parc avec son énorme piscine tropical.
    Quand on passe sur la route près du lieu, on constate que personne n’est dehors ... tous le monde s’ébat dans la piscine. Quand on est sur la route qui surplombe l’endroit on peut même voir qu’il n’y a personne sur les terrasses des maisons . Alors pourquoi saccagé un tel endroit pour des bobos friqués qui n’en profite même pas ?
    Je suis le premier à m’insurger contre les dérives d’une écologie manipulée par les gauchos-mondialos-réchauffistes, mais cette écologie là je la soutiens ...non on ne peut pas laisser n’importe qui saccager la nature pour faire du fric, pour le plaisir des citadins friqués !
    Ca ferait aussi le plus grand bien à ces gens de s’apercevoir qu’on ne peut pas tout acheter !


  • Je suis pas dans ce délire écolo mais pas de center parcs à Roybon tant mieux. J’habite pas très loin, c’est un joli coin qui mérite pas d’être dévasté. Y’a déjà quelques éoliennes ça suffit. Les center parcs c’est juste pour le plaisir de bobos citadins en manque de verdure, c’est cher et artificiel.


  • Ce n’est pas le développement à gogo du littoral pour construire des hôtels à bobos, des résidences secondaires pour friqués, des casinos...qui développe un pays. Si la Corse n’est pas développé c’est parce qu’il n’y a jamais eu de politique industriel, il n’y a pas de grands centres de recherches...La Corse ne se prête pas non plus à une "cash crop agriculture" de type productiviste et puis bien entendu les Corses en ont rien à foutre.

    Pour en revenir à ce center parcs tant mieux que cela fut annulé ! Il y a des milliers d’hectare de terre agricoles et d’espaces naturels qui sont massacrés pour construire ce genre de merde typique de la civilisation moderne. Ce genre de machin cela demande des espaces gigantesques et cela ne produit rien à part pomper le fric des gogos qui vont là dedans. Par ailleurs la prolifération de ce business improductif et destructeur d’espace est typique de la tiers-mondisation d’un pays. On remplace les emplois industriels perdus avec du sous-job dans le tertiaire.
    Il y a d’autres moyens de développer la filière du tourisme dans une région peu développée sans avoir à construire des camps de concentration de vacances. Je pense entre autre à ce que fait Marco me semble-t-il dans les Pyrénées. Mais bien entendu ce genre business basé sur les autochtones cela ne profitent pas aux grands groupes financiers et donc l’Etat ne cherche pas à développer cela.


  • Rien que le nom "Center Parcs" me donne envie de fuir.

     

  • Si on veut préserver la nature, on est forcément un bobo ?

     

  • La Grande Motte est une grande réussite, il faut y avoir vécu pour comprendre et cest mon cas...

     

  • Pas de Center Parc : et c’est tant mieux.


  • Seuls les plus naïfs prendront au sérieux le discours des promoteurs lorsque ces derniers annoncent une majorité d’emplois en CDI et à temps plein. Qui pense réellement que Pierre & Vacances ou Mulliez (triangle de Gonesse, "Europa City") ont l’ambition de fournir des emplois pérennes aux français périphériques ?

    Avec ce type de rentiers aux commandes, c’est l’intérim et les CDD payés au lance-pierres qui attendent les locaux. L’argument du "ça va faire venir des emplois" pour défendre des projets d’artificialisation des sols en Ile-de-France (Gonesse) ou en Isère (Roybon) est d’une dégueulasserie sans nom.


  • Le problème, ce n’est ni l’emploi, ni l’économie, ni l’écologie : c’est la culture, et que chacun ait le temps de déployer son métier, si possible un métier qu’il aime.

    Ce qui est vraiment durable, c’est la connaissance, la méta-connaissance, et le sens.

    Rappelons que le sens, c’est ce qui donne raison d’être au temps vécu ...

    Lorsqu’un coutelier, un couvreur, un maçon, un cuisinier, un jardinier, un agriculteur, etc., fait son boulot avec passion, il crée quelque chose.

    Lorsque des couteliers, des couvreurs, des maçons, des cuisiniers, des agriculteurs, etc., ensemble, dans une région, travaillent, ils créent de la culture et donnent du sens.

    De même, les ingénieurs et chercheurs, créent de la connaissance, c’est-à-dire de la culture.

    > La seule chose qui importe, c’est que les gens aient foi en l’avenir et aient une passion, quelque chose pour laquelle ils sont prêts à se bouger.

    > Et il faut qu’il y ait l’envie d’être ensemble et de travailler ensemble.

    Rappelons aussi que les activités touristiques ne créent pas de culture : on n’a jamais vu un hôtel (ce à quoi Attali veut voir réduites les nations) créer de la culture.

    Enfin, l’écologie émerge spontanément quand des gens normaux (non-névrosés) ont des enfants et aiment l’endroit où ils vivent, et y créent de la culture, justement.

     

  • De toute façon un center parc n’est pas rentable avec le confinement. Ils ont surtout chercher et créer une fausse excuse pour ne pas se lancer dans cette construction. La dictature sanitaire ne s’arretera que lorsqu’il n’y aura plus de gilet jaunes, c’est à dire soit jamais soit quand le grand remplacement sera terminé.

     

    • C’est quoi le rapport avec le grand remplacement ?


    • Le grand remplaceur accuse le blanc quand le blanc accuse le système..
      Le grand remplaceur a la haine du blanc et de la france, lui se réjouira de sa destruction, tout en continuant d’accuser le blanc de ses malheurs...
      Voir le projet rivkin, nom de ce lobbyiste mondialiste déguisé en ambassadeur américain qui en 2010 est venu sur le territoire francais afin d’organiser le remplacement des francais aux postes administratifs par une "élite" maghrébine afin d’avoir une flopée d’idiot utiles anti france dans les rouages de l’état...
      Minc chassait les charmantes putes serviles dévouées a la banque pour les mettre ensuite aux commandes, ses successeurs chasserons les putes hallal anti france dressées par julien dray... et si t’est encarté chez les frères musulmans, ca pourrait accélérer ta carrière...


  • La Corse est à part depuis son rattachement à la France. Pour le reste, ces activités ludiques ne font que sortir des sous de poches de bobos locaux, il vaut mieux FABRIQUER dans le respect de la qualité. Aux EU, j’avais lu il y a quelques années un entrepreneur faisait tracer tous ses circuits électroniques en chine alors qu’il y avait à deux pas de chez lui un sous-traitant qui faisait mieux et moins cher.


  • Chère équipe d’E&R,



    L’équation est donc complexe entre emploi et écologie.



    Il me semble que la question n’est pas si bien posée que cela, ou en tout cas qu’elle manque de recul. Je m’explique...



    la construction dans la forêt de Chambaran de mille cottages, de commerces et de restaurants autour d’un espace aquatique, sous la forme d’une bulle transparente maintenue à 29 degrés



    Ce projet de Center Parcs en Isère est surtout un symptôme, celui d’une crise de civilisation, crise que nous pouvons observer dans sa phase terminale. Installer des pistes de ski en Arabie saoudite et des plages tropicales en Isère, c’est le même symptôme, la même lésion... Cela n’a rien à voir ni avec l’écologie, ni avec le tourisme, ni avec l’emploi...

    Les pistes de ski en Arabie, la plage tropicale en Isère, le mariage homosexuel, les droits des animaux, les adultes en tee-shirt, bermudas et sneakers, Sibeth Ndiaye au gouvernement, Jeff Koons à Versailles, c’est un même phénomène : l’ordre du monde est brisé... le temps, l’âge, le sexe, la température même, ont perdu leur place et s’agrègent au hasard, en composant une chimère...

    Une des grande leçons de Soral, c’est de prendre du recul et se faire une image panoramique et surtout profonde de la situation...

    Le projet de Center parcs échoue, c’est l’équivalent de ce que Poutine vient de faire en inscrivant Dieu et le refus de l’homosexualité dans la constitution russe, l’équivalent de Raoult punissant Frouville, d’une famille dont les parents ne divorcent pas et dont les enfants savent lire et écrire... l’ordre du monde, localement, n’est pas encore complètement effondré.

    Les prétendus « emplois perdus » du fait de l’abandon du projet de Roybon n’étaient même pas des « emplois parasites », c’était des emplois irréels, bannissant ceux qui les occupent de la réalité... Un Isérois qui travaille à chauffer une plage tropicale près de chez lui, c’est quoi ? C’est un banni, un schizophrène, un suicidé...

     


    • « Le projet de Center parcs échoue, c’est l’équivalent de ce que Poutine vient de faire en inscrivant Dieu et le refus de l’homosexualité dans la constitution russe... »



      Parlant de leçon, comme je place mes pas dans celles de Prof. l’Exactitude, Vladimir Poutine n’inscrit pas Dieu dans la Constitution pour ce que vous sous-tendez mais pour une raison de continuité historique (de la Fédération de Russie) au regard de la transmission ancestrale « d’idéaux et de la foi en Dieu », en intégrant tout autant, dans cette chronologie, l’URSS.
      Cependant, la Fédération n’en reste pas moins laïque : l’astuce reposant sur le fait que nul ne peut dire de quel Dieu nous parlons. C’est un peu du De Gaulle et son fumeux « Je vous ai compris » ou chacun, dans son camp, croyait avoir été compris...
      Pour deuxième partie, il ne fait pas inscrire « le refus de l’homosexualité » mais « le mariage est une union entre un homme et une femme » ce qui rend à Dieu ce qui est à Dieu - l’homosexuel étant l’une de ses créations - et à la société humaine, la gestion de ce qu’elle croit lui revenir.
      Pour la macagne, Dieu doit rigoler qu’un petit bonhomme, aussi grand le trouve-t-on, comme c’est mon cas, l’ait fait entrer dans la Constitution russe : l’omniscience, l’omnipotence et l’omniprésence du gaillard Créateur doivent s’en trouver renforcées.

      Plus loin, d’une nation devenue région française au gré de l’Histoire, je trouve au contraire que l’analyse soulève très bien la question essentielle de la résolution de l’équation. Parce qu’il semblerait que vous n’ayez pas la moindre idée de ce que c’est que de se projeter (Projet) au sens où il est entendu ici : il est bien évident que tout ce qui se trouve sur le plan, lors de l’établissement d’un projet, est putatif (étude de marché, business plan, etc) : que ceux qui s’y jettent depuis leurs ingénieries respectives essayent de faire au mieux de ce qu’ils savent faire et de leurs intérêts au regard du cahier des charges. Parce que le réel, comme vous le dites, au-delà des chômeurs qui grossissent les files d’attente, c’est 700 000 jeunes qui sortent de l’école chaque année et auxquels il faut offrir du travail (abstraction faite, ici, des conditions sociales).
      Aussi, en terme d’écologie (au sens de la nature comme celui social), mieux vaut-il que les Français se rendent à Djerba-la-Fidèle ou à Roybon, tandis que les stations de ski de l’Isère seront concurrencées par celles d’Arabie Saoudite que vous mentionnez ?


    • 100% d’accord ! La France a besoin de conserver ses richesses et ses terres agricoles. La France est un potager, ne le saccageons pas mais préservons-le, et proposons des emplois épanouissants et durables.


    • Cher Sedetiam,



      Vladimir Poutine n’inscrit pas Dieu dans la Constitution pour ce que vous sous-tendez mais pour une raison de continuité historique (de la Fédération de Russie) au regard de la transmission ancestrale « d’idéaux et de la foi en Dieu », en intégrant tout autant, dans cette chronologie, l’URSS.




      Je ne sous-entend aucune « raison » impliquant une intention, aucune une volonté ayant une efficience... Les motivations et les efforts des uns et des autres, à ce stade, sont tout à fait indifférents. Vous ne mesurez pas le pessimisme du constat que je fais... Je dis juste que localement, parfois, on peut observer une persistance des formes humaines, alors que partout ailleurs, elles fondent, comme de la cire.



      Pour deuxième partie, il ne fait pas inscrire « le refus de l’homosexualité » mais « le mariage est une union entre un homme et une femme »




      Cela ne change rien, la Russie résiste à la fusion des genres et des espèces. Le sketch de Dieudonné sur la gaypride ne ferait pas autant rire les Russes que nous car il n’a pas pour eux la même charge subversive... ;-)

      https://www.youtube.com/watch?v=fN9...



      Parce que le réel, comme vous le dites, au-delà des chômeurs qui grossissent les files d’attente, c’est 700 000 jeunes qui sortent de l’école chaque année et auxquels il faut offrir du travail (abstraction faite, ici, des conditions sociales).




      Avant même de leur offrir du travail, il faut leur offrir une forme humaine, un monde, une identité sociale, une réalité. Et plus qu’un travail, un métier. Tropicaliseur de haute-montagne ou frigoriste de désert ne sont pas des métiers, ce ne sont que des symptômes et des décompositions.

      Bien cordialement


    • Je partage l’avis de Sigebert. J’ai soutenu la ZAD à NDDL. Il était inadmissible de détruire des km2 de zones humides et agricoles pour que des abrutis aillent passer le trois quart de leur temps à Marrakech ou à Porto.

      L’activité humaine a une dépense énergétique qui n’est pas illimitée. Il faut l’admettre.


  • manifeste
    j’habite seul depuis 1999 dans un ancien moulin auvergnat construit en 1798 au bord d’un ruisseau et que j’ai restauré à l’ancienne et comme j’ai pu.
    ma contribution à l’écologie :
    - je me chauffe et cuisine au bois à la saison froide.
    - j’ai huit poules pour les oeufs, un coq pour le renouvellement du cheptel, le renard s’occupant du reste
    - j’ai un potager
    - j’ai un jeep srt8 pour le plaisir et me sortir de ce trou l’hiver
    - j’ai quatre chats qui traînaient par là et quatre altdeutsch schäferhund pour perpétuer l’héritage de blondi
    tout ça avec une petite retraite, maigre compensation d’avoir gâché ma vie en rp durant 50 ans en étant plus ou moins soumis à diverses hiérarchies arbitraires.
    ha oui aussi ! je n’ai jamais voté, et, cerise sur le gâteau je porte maintenant fièrement le tee shirt de Bigard.

     

  • Il est impossible de satisfaire tout le monde mais détruire la biodiversité est détruire notre avenir à tous. Même si vous construisez à tort et à travers vous ne comblerez jamais le vide d’emplois par contre vous faites crever l’humanité à petit feu. Nous ne sommes pas obligés de détruire pour créer ou maintenir de l’emploi. Et ce n’est pas un bobo écolo qui s’exprime. Je prendrai l’exemple du CGO, ce scandaleux contournement autoroutier de Strasbourg pour quelques camions étrangers qui ne passent plus en Allemagne parce qu’ici ils ne paient pas de taxes ou moins, qui a fait raser des forêt exceptionnelles avec des spécimens de chênes rares de plus de 100 ans. Lorsque l’on voit le monde de vie dont regorge un seul chêne, c’est hallucinant que l’on se pose encore ce genre de question entre emploi et nature ! Cela n’a créé aucun emploi, tout juste maintenu des ouvriers occupés et quelques intérimaires pendant quelques mois.. et tout ça pour quoi ? Toujours plus de béton et de routes. Et pour déloger des protestataires (pas du tout du même profil d’idiots de Nantes), Vinci a fait envoyer les gendarmes mobiles, leur tonfa et leur gaz lacrimo...

     

    • Oui c’est vrai...
      Et puis tout ça pour se faire d’enfoncer toute l’année et puis prendre ses congés payés de merde pour aller à centerpark.... Qui nourrira comme d hab une poignée d’actionnaire..

      Ce dit j’en ai visité deux et il faut reconnaître la qualité des projets et l’intégration dans le milieux naturels..

      On peux penser ce qu’on veux mais quand on voit les furoncle de la grande motte, cap d agde vias et tout cet partie immonde de la côte en comparaison c’est chiadé..


  • Les centers parcs j’ai l’impression que ce genre de business est plus proche de l’industrie du divertissement que de l’industrie touristique.
    Puisque tout est construis sur place puis encagé afin d’en interdire l’accès à ceux qui n’ont pas payer.
    Envahir ces vertes contrées à l’état naturel, pour y foutre des bungalows... pardon des cottages électrifié tout confort autour d’une grande piscine chauffé en permanence ne pourrait plaire qu’a des bobos en mal de verdure et d’authenticité.
    Je sais que les gens qui aiment vraiment la nature évitent soigneusement de l’enterré sous des tonnes de béton.

    « plus de 30 activités de sport et de loisirs intérieurs et extérieurs dont un espace aqualudique, ainsi que des restaurants et des boutiques au Centre Village. »

    Avec tout cela, c’est sur, les clients du center parc n’auront plus le temps de visiter les vrais commerces locaux.
    Mais je comprends qu’il est plus simple pour un maire d’accepter ce genre projet livrer "clé en main", peut être agrémenter de quelques dessous de tables aussi, plutôt que de le faire lui même en s’appuyant sur les ressources locale voir nationale.
    Philippe de Villiers à montrer que c’est possible avec le Puy du Fou.

     

    • A mon avis, si vous aviez été en dessous de la table de l’élaboration du Puy du Fou, de sa première évocation jusqu’à sa première ouverture, c’est vous qui auriez écrit : « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu », et bien avant 2015 !
      Et vous écrieriez encore au gré de l’expansion (ou pas, au gré cette fois des interdictions choisies)... que ce soit en termes de lits alentour ou tables, ou autres : selon que vous soyez ou non, dans les petits papiers.

      En revanche, j’irai d’ailleurs le visiter - hors saison - dans quelques années, pour le fun et l’aspect culturel, mais surtout parce que j’ai des amis dans les environs de Cholet dont la dernière est trop petite pour saisir le sens de l’Histoire : et puis surtout, voilà un parc qui manque au palmarès des « clichés ».


    • Oui, la réalité finale c’est une nature stérilisée de sa faune, du béton, du macadam, des arbres abattus, des km d’assainissement et branchements, pour quelques mL de foutre et d’ovaire au fond d’une cuvette de Bungalow.


  • Voilà une nouvelle qui me réjouit en ces temps plutôt moroses. Que des hommes et des femmes de bonne volonté aient encore assez de bon sens dans cette société qui a complètement perdu les pédales me réchauffe le coeur. Il y a en effet assez de m... de ce genre en France, assez de bétonnage qui rapporte toujours aux mêmes, laissez nos paysages tranquilles, cessez de faire de la France un "bronze-cul" au prétexte de créer des emplois (tout relatifs, d’ailleurs) ! Il y a d’autres façons bien plus nobles de relancer l’économie : remettre l’apprentissage dans l’orientation des jeunes au lieu de les pousser vers un bac qui ne vaut plus rien et ainsi relancer l’artisanat, sans parler des métiers d’aide à la personne ; à condition, bien sûr, de rémunérer correctement ces professions... Pour faire bref, on ne peut pas adorer Dieu et Mammon...


  • On massacre la nature depuis 40 ans sous prétexte "d’emplois " et pour que les bobos des villes puissent se dorer les fesses ! Ça suffit ! Yen a marre ! Leurs "complexes" de merde, avec boutiques et restos, après abattage des arbres et bétonnage, participent aux sécheresses récurrentes avec pleurniches sur le "réchauffement climatique" ! Et après, les cons votent écolo pour se donner bonne conscience !

     

  • putain quelle bonne nouvelle !plein d’autres comme ça !merci les zadistes !


  • que dire ? que dire ?
    « Avant d’être économique, l’aliénation est politique, le pouvoir est avant le travail, l’économique est une dérive du politique, l’émergence de l’État détermine l’apparition des classes ».

    pierre clastres, la société contre l’état

     

    • Arrêtez avec vos classes, il y a toujours eu des "classes" mais on appelait ça des ordres : clergé, chevalerie, corporations (guildes).

      Ce n’est pas une question de classe ni même d’État, mais d’orientation (d’intention) spirituelle : le Pouvoir spirituel doit décider du Pouvoir temporel, c’est-à-dire l’organisation de la société concernée.
      C’est tout.

      Quelle est l’orientation spirituelle de ce Pouvoir actuel ? Le fond de l’histoire est religieux, désolé de le rappeler. S’en tenir aux classes c’est se limiter au pouvoir temporel, matériel, c’est ce que font les syndicats. Mais ils ne proposent pas de solution, or les philosophes depuis la nuit des temps, savent très bien que l’homme ne peut s’épanouir qu’en se fixant un but qui les dépasse, c’est donc la primauté de la transcendance qui doit être rétablie.
      L’ordre des classes suivra naturellement, car chacun est appelé à servir selon ses capacités, certains sont plus bagarreurs peut-être chevaliers, d’autres créatifs plutôt artisans, c’est naturel... mais il faut un guide. Il s’appelle Jésus, pas Marx. Bordel.


    • @ hajime
      je vous trouve bien catégorique et péremptoire !
      « qu’est-ce qu’il faisait dieu avant d’inventer l’homme ? »
      Samuel Beckett
      hajime* ? judoka ? karatéka ?
      cdlt
      * commencez


  • Cette société de loisir est un désastre pour la France. Ce sont des usines qu’il faut implanter et fabriquer des biens de consommation qui durent 20 ans comme autrefois. Mais ça personne n’en veut en France ! Pays en fin de vie : des entreprises industrielles profitent de la crise pour dégraisser ou quitter le pays ! On fait travailler les autres car on est soit disant riche !


  • Tous ces enculés te défendent pas ? quand tu te lances en agricole qui te défend ?
    Il te reste une seule structure qui t’appuie , la FNSEA
    Comment faire, mis a part le blabla internet ?
    Merci a tous ceux dont Laurent qui m’ont conseillé et merci aux JA
    On a qui nous autres ?
    la perma c’est pas viable , moi j’ai une famille a faire vivre des charges et des credit , qui ??
    Les écologistes vivent tous en metropole

     

    • Les agriculteurs crèvent la gueule ouverte et personne ne fait rien



      https://www.facebook.com/cr.lozere/...




      En 1955, il y avait 6,3 millions d’agriculteurs en France
      On constate une baisse moyenne de 880 000 hectares par décennie entre 1960 et 2010 avec un record établi entre 1980 et 1990 où les surfaces agricoles ont diminué de 1,13 million d’hectares
      En 1990 on est 1.456.000 agriculteurs ... 2018 ...il reste 448 500 agriculteurs
      Avec 2 suicides par jours et on compte pas les faillite et saisi d’exploitations
      Un conglomérat diversifié chinois RG a confirmé mi-février à l’Agence France-Presse avoir racheté « environ 3 000 hectares »



      -L’exode rural et la détresse du monde paysan en France ? Une aubaine pour les Chinois dont un puissant consortium vient d’acquérir discrètement près d’un millier d’hectares de terres agricoles dans l’Allier. Créé en 1995, Reward group international a vocation à « combler sans cesse les lacunes du marché chinois au moyen de diverses ressources et technologies internationales » et à « développer l’industrie au service de la patrie »




      On verra si les écolo-bobos & les vegans s’en prendront aussi facilement aux chinois qu’aux petits paysans du Comminges ou du Quercy
      Et Agriculteurs Live Matter c’est pour quand (pas assez noir, pas assez gay, pas assez féminin c’est ça ?)


  • chaque décennie une surface équivalente a celle d’un département meurt, artificialisée par les beaux ouvrages de ceux qui ne souhaitent qu’apporter du bonheur .... payant

    les espaces naturelles sont devenus des putes qu’il faut contraindre a l’abattage sous la houlette des proxos de claques cotés sur les marchés, et dont l’unique finalité est de toucher les dividendes

    lorsque F Cousin emploie le terme d’aliéné, il reste parfaitement fondé, c’est un monde de fou
    ripoliner en vert la merde du capital, et ces aliénés trouvent ça bien


  • Je pense que ceux qui veulent détruire l’économie française (et le reste) se servent des mouvements écologistes et autres zadistes, et même de ceux qui, à raison sans doute, détestent le tourisme artificiel.
    La planète peut se remettre d’un village de vacances. Je refuse d’apporter ma voix au "camp d’en face".
    L’économie française, elle, ne se remettra pas de l’écologisme.


  • On n’a pas à détruire, saccager la nature sauvage les écosystèmes fragiles interdépendants riche en diversité nécessaire à la vie, au nom de l’emploi,du développement économique et tout le baratin fallacieux des pouvoirs publics et entreprises de bétonnage. Un métier qui nuit à la société est un sot métier ! L’emménagement du territoire langue de bois des maires n’est rien d’autre que l’artificialisation de notre cadre de vie. L’industrie du tourisme de masse (comme toute industrie) est une activité polluante, elle doit être sérieusement réglementée.Les parcs center pour hollandais et autres bobos incapables d’organiser eux mêmes leurs séjours constituent une menace tant environnementale que culturelle. Pour rappel il y a prés de 20 ans un organisme public dont j’ai oublié le nom, évaluait la disparition sous le béton de l’espace naturel à la surface d’un département tout les 10 ans environ. Les gens sont ils favorables à sauver les crapauds,telle plante (par exemple) au détriment de leur smartphones et du relatif confort moderne ? Une minorité oui, la majorité ayant fait le choix de la consommation,des voyages et du routard(gauche milliardaire) des autoroutes,du pognon et des maladies dégénératives d’un système dégénéré.


  • Quasiment tout les commentaires parlent de Center Park comme d’un lieu de Bobo, pour y être déjà aller j’ai juste vu des familles, des beaufs, des racailles (dans celui proche du 93) mais rarement des bobos.
    Les commentaires ne sont pas en prise sur le réel par rapport à ce sujet.
    Les bobos globalement méprisent center park car c’est trop grand public.


Commentaires suivants