Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Économie : l’entre-deux-tours vu par les Éconoclastes

Avec Charles Gave, Philippe Béchade, Olivier Berruyer, Olivier Delamarche et Jean-Pierre Corbel.

 

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1715156
    Le 30 avril à 15:36 par becalme
    Économie : l’entre-deux-tours vu par les Éconoclastes

    Débat et analyses très instructives pour ceux qui doute encore sur l’intérêt de voter MLP. Tout est dit et très clairement sur le DANGER MAC ROND.

     

    Répondre à ce message

  • #1715164
    Le 30 avril à 15:49 par Anthony
    Économie : l’entre-deux-tours vu par les Éconoclastes

    Emission de qualité

     

    Répondre à ce message

  • #1715182

    Extraordinaire émission, la peur de payer les retraites par exemple, il y en a qui dit que l’état n’a qu’à payer, un autre que les travailleurs n’ont plus rien à épargner...

     

    Répondre à ce message

  • #1715184
    Le 30 avril à 16:11 par paramesh
    Économie : l’entre-deux-tours vu par les Éconoclastes

    débat très instructif,
    1) on a avec Gave l’idéologie pure du libéralisme historique (le risque c’est bien : si tu refuses de te mettre en danger t’es qu’une merde, normal qu’on te plume)
    et bien sûr énorme contresens sur la parabole des talents, parabole christique qui parle de talent spirituel et moral et non d’accumulation capitalistique.
    2) le problème des retraites (des vieux, de nos parents) montre l’impossibilité pour des économistes (progressistes par essence) de gérer une réalité qu’ils ont crée.
    car il y a une chose qui leur échappe c’est que la retraite est un invention progressiste d’à peine un siècle et que, jusque là, le monde a très bien vécu sans. De nos jours on trouve normal qu’une famille assure l’existence de ses enfants et pas de ses anciens.
    pourtant c’est un juste retour des choses, c’est cela la vraie solidarité et c’est comme ça que fonctionnent encore les sociétés traditionnelles d’aujourd’hui, (vous croyez peut être qu’en Inde il y a un système de retraites ? si 10% de la population a droit à une retraite, c’est vraiment le maximum). donc la retraite un progrès ? non, une innovation certainement mais dont les conséquences sociétales sont catastrophiques : la dégénérescence des liens familiaux et donc du lien social le plus fondamental.le vieux est devenu inutile alors qu’il était le sommet de la hiérarchie (et non du pouvoir) familliale, d’où sa dégénérescence intellectuelle (les vieux cons).
    3) leur vision exclusivement économique de l’immobilier alors que l’immobilier pour 80% des français c’est son toit, son abri, sa protection et non un placement pour faire du fric.
    dans la tradition tamoule (une des plus vieilles du monde) quand on parle des trois nécessités primordiales on dit : unnavu,hillam,calvi
    (nourriture, toit,éducation), hillam veut dire maison mais plus précisément refuge (ashram en sanskrit). comme quoi ces économistes n’ont rien compris au problème : l’immobilier est un patrimoine, le premier patrimoine et non une épargne et encore moins un placement. (et ce pour encore 80% des français)
    Patrimoine si on veut employer le langage des oiseaux c’est patrie et moi, ma patrie (oui je sais c’est facile mais c’est rigolo à utiliser. l’origine étymologique de patrimoine en disant tout autant).
    Faire des français des locataires c’est objectivement les pousser à être nomade.

     

    Répondre à ce message

  • #1715208
    Le 30 avril à 16:46 par giraudoux
    Économie : l’entre-deux-tours vu par les Éconoclastes

    LE CAPITALISME N’EST PAS VERTUEUX, monsieur Charles Gave. Nous ne vivons pas dans un monde capitaliste idéal. Nous sommes face à un système dysfonctionel ou une mafia financière veut imposer un éclatement des pays et des lois, pour avoir les mains libres. L’Europe se révolte et l’Asie majoritairement musulmane et orthodoxe ne se laissera pas faire. Quand il parlait d’argent Jesus interdisait l’Usure et favorisait la vertu. Ne tordez pas ses propos pour faire passer votre cupidité sans âme.

     

    Répondre à ce message

    • #1716773

      Exact le vrai liberalisme c’est la réunion des vendeurs et des acheteurs a une heure dite sous le contrôle du garde champêtre et attention à toute transactions avant l’heure le garde verbalise comme sur le marché de Puylaurens 81 plus vieux marché de france , au fait pourquoi l’ont-ils fermé ???

       
  • #1715224
    Le 30 avril à 17:06 par Capitaine
    Économie : l’entre-deux-tours vu par les Éconoclastes

    Ce sera effectivement difficile dans tous les cas, mais je préfère une situation ou l’état ne sera pas à priori contre le peuple puisque du côté de la finance apatride ! En terme d’emploi des moyens de répression, cela change beaucoup de choses !
    La conversation des Econoclastes est toujours très intéressante car ils n’oublient pas de faire l’effort de penser plus haut que leur domaine professionnel, ils s’efforcent de penser avec plus ou moins de réussite en politiques...
    Plus ou moins, hein, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit !

     

    Répondre à ce message

  • #1715377

    L’exubérance gauloise des convives est un mets de choix, trop rare, assurément. Mais pourquoi ne parlent-ils pas de la directive de la commission européenne qui prévoit la suppression du cash en 2018, relayant celle du FMI ? Car finalement on obtiendra sous peu une monnaie de compte exclusive de tout autre moyen de paiement, la question des déficits passant à la trappe, dans un nuage électronique. Mais ce qui va rester pour longtemps c’est la servitude.

     

    Répondre à ce message

  • #1715402
    Le 30 avril à 21:14 par Ali baba
    Économie : l’entre-deux-tours vu par les Éconoclastes

    J’ai tenté de donner mon avis point par point , sur les sujets traités , mais en une ligne pour ne pas lasser , Je m’aperçois ce soir , que mon com n’´est pas retenu . En résumé , chaque intervenant est intéressant et à mon avis apporte un éclairage
    disons plus incisif que ce que l’on entend habituellement .

     

    Répondre à ce message

  • #1715472
    Le 30 avril à 22:59 par georges
    Économie : l’entre-deux-tours vu par les Éconoclastes

    Charles Gave est à l’ouest quand il se réfère à Milton Friedman.

    Friedman est une sombre merde qui a participé à renverser des régimes pour installer des dictatures (Pinochet par exemple). L’école de Chicago ! Il faudrait peut être se réveiller...

    Il a l’air sympathique, mais notre génération et celle qui vient derrière auront à se préoccuper autrement des "affaires", on se gavera moins, et on devra faire preuve d’éthique (c’est une chose qui échappe aux oportunistes du baby boom).

     

    Répondre à ce message

  • #1716756

    Dans l’aude tous ceux qui ont des ferraris ne payent pas l’isf, par contre le lambda qui a hérité de 6 ha de sapin paye l’isf.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents