Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

En Louisiane, avec les Cajuns qui veulent préserver leur identité

Les Français sont partout

 






Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • L’Empire va les aider à se développer pour détruire la communauté nationale étasunienne.

     

    Répondre à ce message

  • #2699285

    Merci pour cet hommage à un peuple attaché à son terroir, oublié, voir méprisé (white trash ou l’hypocrite expression red neck) qui parle français avec un accent canadien qui ressemble à une véritable filiation. Ils existe des festivals culturels entre québécois, cadiens (autre filiation entre l’état du Maine et la région du même nom en France) et cajuns, ..
    Pour finir la country cajun prend aux tripes, fait danser et donne de la joie. Pourvu que ça dure malgré Biden et Harris.

     

    Répondre à ce message

  • #2699302
    Le 3 avril à 20:36 par Palm Beach Post : "Cult !"
    En Louisiane, avec les Cajuns qui veulent préserver leur identité

    Sans retour (Southern Comfort) est un film américain réalisé par Walter Hill, sorti en 1981

    - En 1973, neuf membres de la garde nationale de Louisiane participent à un exercice militaire banal dans un bayou. Pressés de finir au plus vite cet exercice, dont le sens leur échappe, ils volent des barques aux Cadiens* afin d’accéder plus rapidement au point de ralliement. Intrigués par cette incursion et par la prise de leur matériel, les habitants des marais se manifestent, alors que les militaires ont déjà commencé à quitter le rivage à bord des embarcations.

    - Dans la scène de la fête au village, le titre de la chanson est Parlez-nous à boire. Elle est interprétée par un groupe composé de Marc Savoy, Frank Savoy, Dewey Balfa et John Stelly.

    *(« Cajun » est l’orthographe utilisée dans le monde anglophone et reprise à tort par la plupart des francophones hors de Louisiane car c’est en fait une déformation péjorative d’« acadien »)

     

    Répondre à ce message

    • #2699737

      Sans Retour est le film un bon divertissement mais c’est aussi anti Cajun par excellence, cliché, caricature et diabolisation. Le film a fait un bide et c’est bienfait. En grande partie par le tollé qu’il a suscité en Louisiane et les réactions médiatisée des Cajuns militants.

       
  • #2699397

    C’est magnifique ! Je ne connaissais pas du tout ! Impressionnant ! Ils recrutent ?

     

    Répondre à ce message

  • C’est comme Bolsonaro qui reproche à Macron de se comporter en colon... ;)

    Bref, quand on est con, on est con mdr

     

    Répondre à ce message

  • #2699546

    Ce qui m’a marqué et ému c’est cette complicité et l’amour transparaissant entre ce fermier et sa fille. Cette scène où ils chantent tous les deux est d’une beauté incroyable ! On sent aussi que cette gamine grandit dans un milieu sain ; elle est rayonnante de santé physique et mentale ! De magnifiques êtres humains comme on en voit rarement de nos jours ! Putain ! Cela me ferait presque chialer !

     

    Répondre à ce message

  • #2699602
    Le 4 avril à 12:26 par Louise Yanna-Mar
    En Louisiane, avec les Cajuns qui veulent préserver leur identité

    Le fermier cajun a obtenu d’excellents résultats économiques et familiaux, bref il a réussi sa vie, car :
    il est resté génétiquement français ou du moins blanc.
    il est fier de ses origines.
    il mène une vie saine pour le corps et l’esprit.
    Personne ne souhaite que la France devienne un jour une Louisiane, avec une population mélangée et une langue pauvre qui ressemble à un patois antillais, des chansons tristes aux sanglots de violon évoquant un passé de fuite, de refuge, de déplacement et de marais, dans un environnement anglobisch, une langueur tropicale et des sang-mêlé partout.
    La France, pour ce fermier, pour nous, c’est le panache et la gloire, le travail qui a un sens, le christianisme partagé, le clocher, le champ et le jardin pour tous, un climat varié, peu souvent extrême, une langue précise et subtile.

     

    Répondre à ce message

  • Cajun et acadiens sont les memes personnes...

    cest pourquoi ils ont un accent un peu quebecois

    A-Cadien A-Cadjun Cajun...donc les francais du 17eme

     

    Répondre à ce message

  • #2699890

    Je suis gascon et mes grands-parents, arrière grand-parents ont connu la même chose, avec une hargne toute particulière de la part de la République. A l’école, l’instituteur demandait aux enfants de dénoncer leurs camarades qui parlaient "patois". Il y avait le "signal", un petit bout de bois dont les enfants parlant "patois" héritaient. Le dernier qui l’avait en fin de journée était puni. Anecdote racontée par ma vieille voisine ; une institutrice avait demandé aux enfants le nom d’un champignon et un gamin, qui ne connaissait que le nom gascon, avait été humilié devant la classe par la brave dame.
    Et la Fronce qui s’émeut sur le sort des pauvres Cajuns martyrisés par les méchants Anglais ! De qui se moque-t-on ?

    Je conchie la République française. Qu’elle crève !

     

    Répondre à ce message

    • la Republique d’accord mais la langue...ton commentaire n’est pas ecrit en patois que je sache...imagine le bordel...la Nation doit etre unie...le regionalisme est un projet de l’europe anti-francaise et anti-chretienne

       
    • #2700109

      Dev

      Tu n’as pas compris le projet universaliste républicano-franc-maçon. Le but est l’éradication de toute altérité, de toute société traditionnelle ancrée. Tu es dans la matrice parce que tu cautionnes la destruction de la diversité des langues et des cultures humaines. La Nation française ? C’est une construction de la Révolution et de la bourgeoisie franc-maçonne. Le roi se foutait pas mal que ses sujets parlent basque, breton ou picard, il parlait de ses peuples.
      L’universalisme à la française est la boite de Pandore qui a mené au mondialisme. La seule différence c’est que l’universalisme ne parle plus français mais anglais. L’arroseur arrosé en quelque sorte.
      Dire que les "patois’ sont anti chrétiens est un grave contresens et c’est aussi méconnaître l’Histoire puisque l’Eglise s’appuyait justement dessus et cela a toujours servi d’argument aux franc-maçons de 1789 pour les stigmatiser comme vecteurs de l’obscurantisme ou du fanatisme (cf. les discours anti patois des Révolutionnaires).. Ce n’est pas pour rien que beaucoup de dialectologies étaient des prêtres et que les sermons se faisaient non pas en français mais dans le dialecte du coin. Et puis le français est entré dans les familles surtout par les femmes, alors que les hommes restaient fidèles à la langue ancestrale.
      Si on va au bout de ton raisonnement, pour éviter le bordel planétaire, il faudrait que l’humanité parle une seule et même langue. C’est un peu gauchiste comme idée. Je pense que Cédric Herrou pense la même chose.Mais aujourd’hui ce ne sera plus le français.
      Ton esprit est trop pollué par la République, à ton insu. La Nation, c’est une construction franc-maçonne et un projet mondialiste avant l’heure. Il n’y a que les nations, celles qui s’appuient sur une véritable identité ethnolinguistique. Le reste c’est du hors sol et c’est la porte de l’enfer globaliste totalitaire vers lequel nous allons à grands pas. Quand on parle tous pareil, on n’est pas loin de penser tous pareil et l’anglo saxonisation du monde a aussi cet objectif tout comme la francisation forcée de notre pays l’avait en son temps. Comme disait Frédéric Mistral : "Qui tient la langue tient la clef". La langue est un outil de pouvoir et de domination et le monolinguisme est un des outils du totalitarisme.
      Alors, pourquoi trouver abject ce que font les anglo-saxons aux francophones de là-bas et se pâmer devant les même méfaits quand ils sont commis en frrançais en les parant de toutes les vertus, parce que français ?

       
  • le terriotire de la Nouvelle France s’etendait bien au dela de ce que la carte a bien voulu nous montrer la...en Ontario on parle français aussi la...y a pas qu’au nouveau brunswik nouvelle ecosse et ile du prince edouard la

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents