Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

En attendant Bégaudeau

En attendant Godot (1952) est une célèbre pièce de théâtre du dramaturge irlandais – récipiendaire du prix Nobel de littérature en 1969 – Samuel Barclay Beckett qui a notamment acquis « notoriété et aisance financière » grâce au succès de cette pièce. Si cette œuvre visait à illustrer la misère et l’errance humaines dans un monde en quête de sens et d’événements, son petit côté cynique et désabusé, voire dandy, nous rapproche de la posture médiatique du néo-marxiste François Bégaudeau, en promotion pour son nouveau livre Notre joie...

 

Notre joie, c’est l’essai du « radical » Bégaudeau qui prétend démontrer que les « extrêmes ne se rejoignent pas en politique ».

Définissons les termes pour que ce soit clair pour tous : selon Bégaudeau, les « extrêmes » sont d’un côté son fantasme d’une extrême droite autoritaire et raciste (dans laquelle il amalgame notamment Éric Zemmour et Alain Soral, nous y reviendrons) et de l’autre son ambition égocentrée d’incarner la « véritable » extrême gauche, celle d’un néo-marxisme humaniste et féministe qui semble être une version mainstream et mondaine d’Étienne Chouard, voire de Francis Cousin.

Pour faire court et concret, le cinquantenaire Bégaudeau a passé une soirée à picoler et débattre avec trois « jeunes hommes d’extrême droite » à Lyon après l’une de ses conférences et il en a pondu un bouquin sur les « différences fondamentales qui ne peuvent en définitive que séparer ces deux orientations politiques »...

Passons sur le énième et perverse réactivation du clivage droite-gauche et entrons dans le vif du sujet : au travers de ces trois « identitaires de 25 ans » qu’il imagine « soraliens », Bégaudeau pense croiser le fer avec Alain Soral, dont l’ombre semble finalement planer sur le parcours et la réflexion du critique littéraire vendéen.

Soral c’est le Bégaudeau qui a réussi, le Bégaudeau qui a été au bout de ses idées, le Bégaudeau qui s’est émancipé du Système, le Bégaudeau courageux.

Comparez plutôt : à 26 ans déjà, Alain Soral démontrait magistralement les limites des mouvements de mode quand à 29 ans, François Bégaudeau baignait encore dans l’anarcho-marxisme de fac avec son groupe de punk rock nantais (rires) Zabriskie Point (un nom de poseurs libertaires et idéalistes qui fait référence aux Pink Floyd et à Michelangelo Antonioni...)

 

Alain Soral en 1984 pour sa première télé :

 

François Bégaudeau en 2000 (avec 25 ans de retard sur les Sex Pistols...) :

 

Bégaudeau, c’est un peu le Yann Moix de gauche : jaloux du talent des autres et plus précisément du succès des autres... Et encore plus précisément du succès avec les femmes ! La question du physique a son importance, ce n’est pas un matérialiste comme Bégaudeau qui le contredira. Voyez plutôt cette envolée sur Marlon Brando qui suinte la jalousie :

 

 

Pas besoin d’avoir fait hypokhâgne comme Bégaudeau pour comprendre qu’il fantasme sur le président d’E&R, qui est devenu au fil des années l’adversaire numéro 1 du Système :

- Soral était engagé au Parti communiste français dans les années 90 quand le fils d’enseignants agrégé de lettres Bégaudeau votait Besancenot en 2002 ;

- Soral le spécialiste de la drague a eu (et a encore) du succès avec les femmes quand Bégaudeau est un torturé de la relation homme-femme (comme le prouve son roman de 2011 La Blessure, la vraie dans lequel il conte l’histoire d’un puceau léniniste de 15 ans ; ouvrage qui donnera le film Mektoub, my love : canto uno d’Abdellatif Kechiche, autre frustré des femmes qui aurait aimé avoir accès au mouvement libertaire) ;

- et surtout Soral ne se couche pas devant la patrouille qui le persécute alors que le « radical » Bégaudeau n’a jamais été attaqué par le Système qu’il prétend combattre ! Il a même été primé par ce Système : Palme d’or du Festival de Cannes 2008 et César 2009 de la meilleure adaptation cinématographique pour Entre les murs du gauchiste Laurent Cantet...

 

D’ailleurs Bégaudeau reconnaît son admiration, à demi-mot :

« Soral est un très bon orateur, un bon rhéteur, c’est un producteur de pensée. (...) Il a de beaux restes du marxisme. »

On le comprend en l’écoutant, pour Bégaudeau l’auteur de Comprendre l’Époque (que Bégaudeau serait bien inspiré de lire, lui qui débute la vidéo par une critique de « l’époque ») n’est pas un agent du Système comme Zemmour (bien qu’il fasse de trois « identitaires bourgeois » des « soraliens »... bêtise ou malhonnêteté ?) mais plutôt un marxiste qui se serait fourvoyé. Nous encourageons donc l’antifasciste Bégaudeau à relire Sur la question juive de Karl Marx ! Quant à sa critique de « l’essentialisme » et du « concret », un abonnement à Faits & Documents semble de rigueur...

Invité par un Frédéric Taddéi en préretraite sur RT France (au moins il n’a pas rejoint l’équipe de Cyril Hanouna pour continuer à exister, à la différence d’Éric Naulleau), le néomarxiste qui défend les « minorités » va tout de même jusqu’à affirmer que le « plan » d’Alain Soral serait « l’extermination » et la « solution finale » (à partir de la 35e minute). Une accusation digne de BHL...

Prétendant lutter contre le « confusionnisme », le militant Bégaudeau prouve surtout à travers cet entretien qu’il est resté un parolier, un beau parleur en quête de posture, un apprenti artiste qui refuse l’action politique en tentant par tous les moyens de calquer les aspirations du peuple sur les siennes.

On ne t’attendra pas, Bégaudeau !

 

L’entretien en intégralité :

 

À relire, sur E&R !

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

81 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2809743
    Le 16 septembre à 22:47 par FREDERIQUE
    En attendant Bégaudeau

    Faiblesse, voire pire, malhonnêteté intellectuelle de Bégaudeau ?

    Passé les premières minutes de l’entretien, on ne peut plus que verser du côté malhonnêteté.

    Il plaide ainsi pour la critique d’une bourgeoisie "circonstanciée et située" dans son "Histoire de ta bêtise " et prétend en faire "une situation historique", mais refuse le même procédé intellectuel à A.S, celui-ci invitant pourtant à ne jamais confondre le "Juif de tous les jours" avec cette poignée sioniste et délétère qui déteste la France - "Ce pays mérite notre haine !"... - et la mène au chaos, pas plus qu’à pratiquer l’amalgame de tous les musulmans avec les petites racailles des banlieues, le tout étant précisément situé/expliqué/argumenté !?

    Comment peut-il pourfendre l’autorité des uns dans leur lutte contre un système mortifère, et défendre l’action des écologistes arguant qu’il s’agit "d’imprimer une autorité sur les autoritaires " ?!

    Quant à son absurdité relevant de la diffamation allant "jusqu’à affirmer que le « plan » d’Alain Soral serait « l’extermination » et la « solution finale » - rappelons-lui, à toutes fins utiles, que son site s’appelle Égalité et Réconciliation" - là, il touche carrément le fond des marécages putrides, dans lesquels se vautrent avec une délectation haineuse/victimaire/revancharde les criflicra et autres cohenhazizamendès...

    Alors, pourquoi ce coup de pied de l’âne contre quelqu’un dont il a par ailleurs conscience de la valeur intellectuelle - " « Soral est un très bon orateur, un bon rhéteur, c’est un producteur de pensée. (...) Il a de beaux restes du marxisme" ?!

    Serait-ce une provocation de sa part à l’adresse d’A.S, dans le but d’un duel oratoire ?
    D’autant qu’il était nettement moins vindicatif en juin : https://www.youtube.com/watch?v=ypd...

    Le mystère demeure entier !

    Quoi qu’il en soit, si son "Histoire de ta bêtise" m’avait paru être un pamphlet aussi pertinent que saignant sur cette bourgeoisie exécrable, méprisant tout ce qu’elle estime lui être inférieur, ce nouveau livre, malgré sa centaine de pages supplémentaires, ne me comptera certainement pas parmi ses acheteurs !

     

    Répondre à ce message

    • #2810365
      Le 17 septembre à 17:27 par Tetar 1er
      En attendant Bégaudeau

      . Quoi qu’il en soit, si son "Histoire de ta bêtise" m’avait paru être un pamphlet aussi pertinent que saignant sur cette bourgeoisie exécrable, méprisant tout ce qu’elle estime lui être inférieur



      Gates est un bourgeois ? Shwab ? Rothschild ?

      Le bourgeois ne croit en rien, sinon en la préservation de ses intérêts dans les règles qu’on lui fixe. A la limite, on lui reprochera par moments son pharisiaïsme, mais ce n’est pas lui le grand prêtre des pharisiens. Changez l’élite, et vous pourrez peut-être même en faire un chrétien (avec ses défauts, comme tout chrétien, prolo ou entrepreneur).
      Cette obsession anti-bourgeoise est dérisoire et ridicule. Il peut aussi faire un bouquin sur les commerçants ou les fonctionnaires, si ça lui dit.
      Rebel de pacotille issu de l’idéologie punk des années 90-2000 (rien à voir avec le punk originel venant d’Angleterre qui singeait les valeurs de l’aristocratie en les inversant, et n’aurait pas perdu une seconde à se bricoler un intellectualisme professoral issu lui même des valeurs bourgeoises, soit dit en passant, avec cette façon agaçante de poser, de rechercher les égards, l’honorabilité, len proposant un code de respectabilité morale pleine de ce mépris pour les mal pensants).

       
    • #2810490
      Le 17 septembre à 20:45 par FREDERIQUE
      En attendant Bégaudeau

      @ Tetar 1er

      "Gates est un bourgeois ? Shwab ? Rothschild ?"

      Aucun des 3 n’est Français, et je ne vois pas bien la raison de les citer ici, le pamphlet en question éreintant les électeurs de macron - donc, des français exclusivement ! - lesquels méprisent - comme macron - tous ceux qu’ils jugent leur être inférieurs, et dont Bégaudeau écrit : "Tu es un bourgeois. Mais le propre du bourgeois, c’est de ne jamais se reconnaître comme tel"...

       
    • #2810749
      Le 18 septembre à 09:53 par Tetar 1er
      En attendant Bégaudeau

      @FREDERIQUE
      le bourgeois est une figure du XIXème qui a périclité lentement jusqu’à la fin des années 60. Sa "critique" n’a plus vraiment de sens, et l’on sent que ce mot pourrait être facilement remplacé par un autre dans la bouche de ceux qui aiment mâcher cette viande faisandée, preuve que sa réalité n’est plus. On a affaire à une espèce de créature fantastique sur laquelle on se défoule.
      Macron est un bourgeois ? Les bourgeois sniffent de la coke, font des soirées travelo, nient la culture de leur pays ? Macron est anti-bourgeois en réalité. Macron arrive quand la bourgeoisie, au moins garante d’une certaine décence (et moquée parfois pour cela) a disparu, pour laisser place à l’indécence, à l’obscène, au grotesque et à l’anarchie.
      Ce n’est pas votre compte en banque qui fait de vous un bourgeois, c’est le milieu et l’époque où vous êtes né. C’est l’aventure sociale à laquelle vous avez participé, et qui a formé votre esprit. L’aventure bourgeoise s’est arrêtée il y a qqs décennies, pour laisser place à une autre ère, annoncée par des Clouscards ou des Passolini. Mais cet imb4cile de Begaudeau ne peut pas attaquer le "libéral-libertaire", puisqu’il se revendique au moins d’un de ces deux noms. Du coup il sabote le travail, et s’entête à parler du "bourgeois", ça lui ouvre toutes les portes des médias gauchistes (pléonasme)...

       
    • #2811602
      Le 19 septembre à 10:15 par Alençon
      En attendant Bégaudeau

      excellent commentaire Tetar 1er , tu as tout fait raison.

       
  • #2809761
    Le 16 septembre à 23:27 par fajs
    En attendant Bégaudeau

    Le pauvre Rochedy c’est fait humilier par Youssef Hindi sur ERFM,
    Après ça, le Bégaudeau fait sa prestation miteuse chez Frédéric Taddéi,
    et certain ici voudraient le voir interviewé sur E&R !
    [ sérieusement, est-ce que E&R a vocation à organiser des dîners de cons ? ]

     

    Répondre à ce message

    • #2810071
      Le 17 septembre à 11:42 par Rémisansfamille
      En attendant Bégaudeau

      Oh ouiiii !!

       
    • #2810736
      Le 18 septembre à 09:38 par Esteban
      En attendant Bégaudeau

      D’ailleurs...son nom à lui, c’est François, c’est juste ?

       
  • #2810017
    Le 17 septembre à 10:24 par leperigourdin
    En attendant Bégaudeau

    Tout penseur qui ne voit pas le changement démographique est une merde.

    Tout penseur qui voit le changement mais qui ne fait pas le lien entre la surcharge qui pèse sur les entreprises à encore une marge de progression. Il suffit de prendre un simple calculatrice...

    Pour moi ça fait déjà un tri. Comment tu peux prétendre éclairer quoique ce soit alors que tu ne voies même pas le réel ?

    Bégaudeau parle bien, y’en a d’autres comme Onfray ou Zem. Les trois ne verront jamais les mains invisibles de la communauté qui n’existe pas alors que, c’est le préalable pour demander sérieusement à le REMIGRATION.

     

    Répondre à ce message

  • #2810138
    Le 17 septembre à 13:10 par Maneki
    En attendant Bégaudeau

    Sans surprise, la baudruche Bégaudeau se dégonfle.
    C’était déjà évident l’année dernière, mais beaucoup ont été séduits par l’imposture, y compris ici (voir les commentaires) :

    https://www.egaliteetreconciliation...

     

    Répondre à ce message

  • #2810388
    Le 17 septembre à 18:00 par Boblagratte
    En attendant Bégaudeau

    François Bégaudeau c’est le réalisateur qui confond prolétaire et vulgaire ?

     

    Répondre à ce message

  • #2810484
    Le 17 septembre à 20:28 par jean jean
    En attendant Bégaudeau

    Palabrer dans les médias et écrire des bouquins, c’est bien. Mais ça n’a rien de subversif. Comme dirait l’autre, si les gens se mettaient à faire la révolution après avoir lu des livres, ça se saurait.

    Ah ouais... et les paysans devraient lui faire remarquer qu’il a une tête de prof à se faire mettre à l’amande par une classe de 3e.

     

    Répondre à ce message

  • #2810813
    Le 18 septembre à 10:50 par Antoine
    En attendant Bégaudeau

    Ce genre de gauchiste qui aime les immigrés ne souhaite au fond de lui qu’une seule chose : qu’ils le guérissent de son gauchisme à grand coup de tatannes dans la tronche. Il parle du réel comme s’il était légitime à en parler. Il n’y a qu’à le voir faire mumuse avec son micro pour se rendre compte qu’il ne l’a peut être jamais effleuré.

    En tout cas un débat avec Soral ce serait intéressant, il a plein de choses à dire et personne en face pour lui répondre.

     

    Répondre à ce message

  • #2810843
    Le 18 septembre à 11:29 par stephane
    En attendant Bégaudeau

    Pour angoisser l’assemblée prétendument acquise à sa cause ? (dont j’étais, après l’Histoire de ta bêtise).
    Pour donner à son texte l’épaisseur qu’il n’a pas, et lui non plus ; mais au final, ça sonnait comme un aveu et une reconnaissance :
    « Il faut bien prendre conscience que Soral a formé toute une génération ! »
    François Bégaudeau, samedi dernier au salon du livre de Nancy.
    Par ailleurs, dévoiler que M n’est ni Maurice ni Maxence mais un camarade d’origine maghrébine : c’est l’effondrement de la thèse identitaire...
    L’animatrice, gourmande : « - On peut dire qui est M ? F.B. - Non. »
    Amitiés cordiales à Victor et à Mohammed le béni !

     

    Répondre à ce message

    • #2811251
      Le 18 septembre à 19:17 par Terres froides
      En attendant Bégaudeau

      Je ne.comprends pas la démarche de bégaudeau de choisir un arabe comme identitaire et d’en faire le sujet de son livre... Quel intérêt ?
      On se retrouve qd même face à une tromperie envers son public, ainsi qu’envers M, un jeune homme qui avait de la considération pour lui... Quel manque de respect, quel tartuffe... Et pour quels bénéfices ? C’est absurde... Je dois être con mais qqch m’échappe là... Le plaisir de tromper son monde ? La mythomanie ? Autant dire d’emblée que son livre est une fiction. Pourquoi prendre le risque de mentir et dire qu’il a bu des bières avec des identitaires si ce n’est pas le cas.
      Et Usul qui dit qu’il a reconnu tout de suite qu’il avait à faire à des "faf" ...en s’appelant Mehdi/Mohamed ? Il était complètement bourré c pas possible. À moins de voir des fafs de partout...

       
  • #2811417
    Le 19 septembre à 01:12 par penseur prolo
    En attendant Bégaudeau

    A la fin il doit quand même se rendre compte de sa propre problématique quand il finit par être obligé de dire la phrase de l’identitaire qui l’a tué :
    "Un enfant ça a besoin d’un père"
    Et la bégaudeau bégaye. Lui qui s’est élevé sans père au milieu de la bourgeoisie bohème ultra féministe et devirilisée , en refusant lui même d’être père ou de pouvoir être perçu comme tel par sa propre haine du père, voir par extension sa propre haine de Dieu et de l’Ordre établi, donc de la Tradition.
    Pour un homme comme lui qui voudrait inventer sa propre tradition sans père , le père est un caillou dans la gaudasse de son progressisme néo bourgeois libéral libertaire...oui dans ce cas il ne faut surtout pas lui parler de PMA GPA , pour lui c’est secondaire, non essentiel à son combat pour ne surtout jamais avoir à devenir un père responsable d’une projeniture, il doit savoir au fond qu’il n’aurait rien de bon à leur inculquer et que ça en ferait des adultes comme lui, haineux des pères et de l’autorité virile qu’ils représentent encore trop à son goût, même si le féminisme leur a déjà presque totalement retiré tout autorité réele sur quoi que ce soit, pas seulement sur leurs propres enfants.
    Donc en tant que père interdit de l’être, je dirais à Bégaudeau qu’un homme sans enfant ne pourra jamais être un model à suivre ou a écouter. Car si il a les capacités physiques de l’être mais qui le refuse par rebellion post adolescente à l’ordre établi, il en devient forcément un individualiste qui ne vit que pour prolonger ses petites jouissances égocentriques, et ne peut donc finalement penser ses solutions qu’en ce sens. Essentiellement.
    Sa peur de la solution finale en réalité c’est sa peur que la nation qui l’a vu naître retrouve un père aimé et respecté de tous, son cauchemard de penseur gauchiste qui méprise l’autorité du père, et donc de Dieu.

     

    Répondre à ce message

  • #2811899
    Le 19 septembre à 17:23 par Zen Julien zen
    En attendant Bégaudeau

    Quand il dit que l’outil marxiste c’est la défense des minorités, le gars est un sacré débile qui n’a rien compris
    Petit exemple
    “Tradition étrangère à la classe ouvrière”, “vice d’aristocrate”, “perversion bourgeoise et occidentale”, l’homosexualité “ne saurait être défendue puisqu’il nous faut une position acceptable par les masses”...
    Courrier entre Marx et Engel de 1869
    Nul doute que Bilal Hassani aurait été porté au pinacle et érigé en modèle idem pour le frèro de Assa Traoré, celui qui jouait avec ses codetenus

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents