Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Enquête : l’ère de la femme enfant

A 10 ans, elles portent déjà des sacs à main, s’habillent, se maquillent, s’épilent comme des femmes. Des études soulignent l’apparition plus précoce des signes de la puberté. Par Marie Vaton, avec Charline Blanchard

Elles arrivent en classe en minishorts et leggings moulants, cheveux lissés. A la récré, elles ne lâchent pas leur sac à main griffé, pianotent sur leur iPod, les yeux dissimulés sous leur grosse paire de Ray-Ban. Ne leur parlez pas de cartables ou de robes à smocks, elles ne savent pas ce que c’est. Elles ne connaissent que les minirobes à dentelle et froufrous de chez Jennyfer ou H&M. "C’est une véritable épidémie ! se désole une jeune prof de français de la région parisienne. Parfois, on se demande si elles n’ont pas redoublé trois fois tellement elles font âgées. "

Léa, 11 ans et demi, est l’une de ces créatures mi-femme, mi-enfant qui pullulent dans les cours d’école. Face au miroir, elle scrute ses jambes un peu trop maigres, sa poitrine un peu trop plate et ses hanches de gamine. " A cet âge, ils ont de ces complexes ! " s’attendrit sa mère, mi-excédée, mi-ravie devant les minauderies de sa chérie. Il y a d’abord eu les " poils", le fin duvet qui recouvrait ses jambes, et qu’elle a insisté pour épiler. Ensuite les cheveux : "Elle voulait des mèches blondes. " Et puis le maquillage. "Toutes ses copines le faisaient. Alors... " Alors ? Sa mère a cédé." Tant que ça ne fait pas vulgaire ", se justifie-t-elle. Léa pose, bouche en cul de poule, devant la cabine d’essayage. Toute trace de sa fraîcheur enfantine a disparu, mangée par les couches de fond de teint et les traits de crayon noir autour des yeux. Où sont passées les petites filles ? Dès 6 ans, elles réclament un deux-pièces pour la plage, minaudent sur les photos de classe et se trémoussent comme la chanteuse colombienne Shakira. A 10 ans, elles rêvent de se faire tatouer et voient leurs premières images coquines en cachette avec les copines.

Ados avant d’être pubères

A 12 ans, elles se font faire des "épilations intégrales" et affichent sur leur profil Facebook des photos d’elles à moitié nues. Les psychiatres et sociologues sont unanimes : les enfants sont ados de plus en plus tôt, plongés de plus en plus vite dans un univers ultrasexualisé (voir encadré). "Aujourd’hui, il n’est pas rare de voir des fillettes de 10 ans déjà formées, constate le professeur François Gouraud, chef du service pédiatrie au CHU de Meaux. Cela crée une maturation sexuelle plus précoce chez les fillettes. " Mais les changements physiques ne sont pas les seuls en cause. Pour le sociologue Michel Fize (1), " l’adolescence est culturelle et psychique avant d’être biologique, et commence bien avant l’entrée au collège". En clair : en 2011, on est ado avant même d’être pubère. La période chère aux disciples de Freud, dite de "latence ", parenthèse enchantée où l’enfant, studieux et obéissant, se préparait gentiment à grandir, se rétrécit comme peau de chagrin.

Hyperstimulé dès le berceau par ses parents, l’enfant d’aujourd’hui évolue saturé d’écrans, connecté au monde 24 heures sur 24. Le soir, il regarde en streaming les séries pour ados américaines et zappe sur les programmes de télé-réalité. Ses idoles ? Les mêmes que ses aînés, de vraies femmes hyperprovocatrices, soumises ou dominatrices, Rihanna, Lady Gaga, Shy’m ou Miley Cyrus, l’ex-lolita de la série ado culte "Hannah Montana" devenue it-girl branchée. Ce sont les Chantal Goya version 2011. Le lapin est plutôt du genre "Play-Boy". "Des années de luttes féministes pour en arriver là", soupire la sociologue Catherine Monnot (2).

Tout est prévu pour piéger les fillettes dans cette voie : les soutiens-gorge rembourrés taille 7 ans, les gammes de maquillage, les ministrings... Aux Etats-Unis et en Angleterre, des parents ont même découvert dans les rayons enfants une ligne de cosmétiques anti-âge et un kit de barres de pole dance (si, si !)... A Noël dernier, le magazine "Vogue" a mis en scène, pour sa campagne de pub, des petites filles ultramaquillées posant lascivement en talons aiguilles et robes lamées sur des sacs de luxe. Indignés, 200 pédiatres ont signé une pétition dénonçant "l’érotisation et l’hypersexualisation des enfants dans la publicité". "Dès lors qu’on valorise le sexy à outrance, il n’est pas étonnant que les petites filles veuillent se conformer au modèle dominant", explique Catherine Monnot. Piquer le rouge à lèvres ou les chaussures à talons de sa maman est vieux comme le monde. Ce qui l’est moins, c’est lorsque certains parents eux-mêmes, poussés par leur narcissisme, deviennent complices du travestissement. "En croyant mettre en valeur leurs fillettes, ils les exhibent pour se valoriser eux-mêmes", décrypte le psychiatre Didier Lauru (3). L’enfant-roi devient une projection d’eux-mêmes. Une petite poupée qu’ils peuvent modeler à leur guise.

Le délire peut aller très loin, exemple avec cette Anglaise prête à tout pour faire de sa fille la nouvelle lolita des magazines. A 8 ans, sa "petite Britney" a déjà subi de multiples injections de Botox et en redemande. "Avant, ça faisait mal, mais maintenant je ne pleure plus tellement...", explique la fillette au "Sun". Un cas extrême illustrant la folie qui parfois s’empare des mères. "Ce qui est triste derrière tout ça, soupire le pédopsychiatre Serge Hefez, c’est de voir certaines gamines jouer sur des codes qu’elles ne comprennent pas pour faire plaisir à leur maman. Pourront-elles un jour se positionner autrement qu’en objet sexuel ?"

Une génération d’enfants perdus

Margot (4) a 11 ans. C’est une jeune fille timide, sans histoires. Les garçons ? Elle dit qu’elle " n’a pas encore l’âge". Mais que, dans sa classe, en 6e, "tout le monde parle que de ça". Ca ? Le sexe. "La baise. Le cul", comme ils disent. Tout le monde, dans la cour de récré, sait qui "l’a fait " ou va le faire. Les pros sont vite fichées "putes" : ce sont celles qui s’enferment dans les toilettes avec des garçons. Les "filles à réputation", Margot les méprise. Mais, dans son collège, mieux vaut encore être une pute qu’une "bolosse" ou un "cas social", ces filles un peu ternes à qui personne ne parle. "N’avoir jamais eu de petit ami, ça, c’est vraiment la honte", soupire-t-elle. Sur les forums adolescents, on se plaint déjà de sa misère sexuelle : "J’ai 12 ans, je suis en 5e et je n’ai jamais eu de copain de toute ma vie ! C’est grave ?" Sous le pseudo " Petite-Miss", une plus grande, 14 ans, interroge : "Pensez-vous que la fellation est obligatoire la première fois avec un garçon ?" En CM2, un élève sur deux a déjà vu des images pornographiques.

Pour le psychiatre et psychanalyste Patrice Huerre, "c’est une génération entière d’enfants perdus, court-circuités en plein vol vers leur adolescence". Ce qui se dévoilait par petites touches avant, au hasard d’un magazine, d’un coin de tableau ou d’une cabine d’essayage, survient d’un coup, au hasard d’un simple clic sur internet. Encombrés par ces images sexuelles dont ils ne savent que faire, les enfants tenteraient alors de les évacuer en s’y frottant aussi vite que possible. En faisant un petit tour sur les blogs de Skyrock, on découvre des lolitas de 11 ou 12 ans qui posent, en soutien-gorge, culotte, comme des pros du X. "Je cherche un mec", écrivent-elles. D’autres s’inventent une vie sexuelle imaginaire pour être "populaire". Laura (4), 11 ans, sage queue de cheval et sac à dos, a prétendu en rentrant en 6e qu’elle avait couché avec plein de garçons, allant jusqu’à décrire que "le sperme ressemblait à du lait".

Etrange norme sociale que celle qui sévit dans les cours de récré : s’afficher si tôt comme une femme d’expérience alors qu’on ne rêve, au fond, que du prince charmant ! Car il ne faut pas s’y tromper : "Bien heureusement, ce n’est pas parce qu’elles en parlent comme des pros que ces petites lolitas passent à l’acte", insiste Patrice Huerre. L’âge moyen des premiers rapports reste le même depuis plusieurs années : 17 ans pour les filles. Selon le psychiatre, plus elles en rajoutent, moins elles en savent. "En exhibant leur corps de presque femmes, elles veulent se prouver qu’elles ne sont plus des gamines." Et dans vingt ans elles regretteront d’avoir quitté trop vite leur vie d’enfant.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #11050

    Affligeant.


  • #11051

    Je dirais plutôt l’ére de l’enfant femme ,ou l’enfant adulte.C’est l’influence américaine.Je comprend mieux pourquoi certaine veulent porter le voile et échapper à cette marchandisation dégénéré.


  • #11055
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Un pas de plus vers le mur !


  • #11063
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Cause = Le libéralisme. Société de consommation pornographique quand tu nous tiens...


  • #11065
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    aie aie ça donne vraiment pas envie d’avoir un enfant ... en tous cas les adeptes pedophiles doivent etre enchantés plus besoin d’aller vers une gamine vu comment ça va c’est la gamine qui viendra a lui ..... on va droit au mur merci le feminisme et la laicité


  • #11068
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    on peut mettre aussi la majorité sexuelle a 8 ans tant qu’on y est ,non mais serieux c’est quoi ça on va ou . franchement on peut etre pour ou contre les religions mais en detruisant celles ci on detruit le peu de valeurs qui reste et tout ça pour en arriver là


  • #11073
    le 24/04/2011 par Une jeune mère qui s’inquiète du futur
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Je connais assez bien le sujet car j’ai fait les mêmes erreur ( mensonge ) tout en détestant ce qu’elle représente ! Au final "plus elle en parle moins elle savent " phrase vrai !
    C’est triste de voir que les parents laisse faire c’est de leur faute ! Un parent qui aime son enfants ou qui a un minimum d’intelligence ne laisserais pas faire ca ! ( En tant que mère je sais de quoi je parle ) quand on vois qu’un enfant de même pas 1 ans porte des marques comme Nike ( qui je le rappelle sont fait pas des gosses !) ! On ce pose des questions sur son éducation futur ! Et sur l’intelligence des parents ...
    La télé voilà le problème enfin un des problèmes ( avec les parents )
    Sujet sur le quel j’ai beaucoup a dire mais je m’arrête la car ça me désole...

    Ps : Aujourd’hui j’ai vu un gamine de 15 ans portée un short plus court que mon boxer en dessous de mon jeans ! ( Un jours des claques vont volée pour les parents )

    Pourquoi ils ne leur arrive rien a eu et pourquoi les personnes comme moi doivent subir leurs conséquence ?


  • #11075
    le 24/04/2011 par Pour la compréhension religieuse et l’amitié entre les peuples
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Rien d’étonnant a cela, puisque dans le Talmud, il est permis d’avoir des rapports sexuels avec les filles de moins de 3 (!) ans, les sages Talmudiques l’expliquant en disant que ce n’est pas grave, puisque la virginité leur revient comme les larmes reviennent a un oeil quand on met le doigt dedans. Tractate Ketuboth feuillet 11b, consultable sur www.halakhah.com. Il est aussi permis de sodomiser des garcons de moins de 9 ans sans culpabilité aucune, voire la tractate Sanhédrin, feuillets 54b-55a, consultables aussi sur www.halakhah.com.

    On remerciera BHL, le CRIF, Attali et tous leurs amis d’injecter cette infinie sagesse Talmudique dans la société Francaise.


  • #11076
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Vous etes marrants vous dans ce contexte mondialisé d’hyperconcurrence sans cette prise en charge de vos bambins de plus en plus précoce qui alors pour continuer a tapiner pour notre reluisante elite ???


  • #11077
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Cet article me fait penser à une anecdote de plage. On se baladait sur le sable et entre les mares quand un gosse de 7 ou 8 ans s’exclame : "Oh regarde ! Ils font l’amour !" "Qui ça ?" "Les bigorneaux !" Sur le coup c’est marrant, et puis après on se regarde l’air dubitatif, se demandant si on parlait comme ça à cet âge là. Moi à l’école on m’apprenait des trucs du style "la reproduction des bigorneaux" si on veut, et encore c’était au collège.
    Alors où diable a-t-il été cherché ça ... les bigorneaux qui font l’amour... cte blague.
    A mon avis ça doit être une vision prophétique, des bigorneaux, aux yeux de l’élite on l’est déjà mais je pense qu’une conscience dont la consistance s’approche dangereusement d’un bulot cuit est la prochaine étape dans le programme.

     

    • #11176
      le 25/04/2011 par franck
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Ceci est je pense également représentatif du libéralisme philosophique où dans un premier temps tout se vaut pour finir par aboutir à une inversion totale des valeurs. Ainsi dans un premier temps on a prétendu l’égalité des hommes et des bêtes, pour ensuite réduire l’humain à une machinerie biologique dénué de toute forme de sacralité, une simple marchandise...à l’inverse les animaux et robots dotés d’intelligence artificielle se voit attribuer le statut traditionnel d’humain ou de quasi humain...L’inversion des valeurs ! L’homme est bestialisé puis réifié, tandis que l’animal et la machine sont humanisés, sacralisés !


  • #11080
    le 24/04/2011 par Stephane
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    "A 12 ans, elles se font faire des "épilations intégrales" et affichent sur leur profil Facebook des photos d’elles à moitié nues."

    Ceci est la conséquence d’une domination à la fois de la pornographie (via la stimulation des fantasmes de pédophilie devant la vue d’un sexe de femme totalement rasé) et à la fois d’un marché croissant, celui de l’épilation. Toutes choses qui puent quand même pas mal pour justifier qu’aujourd’hui les filles dès 12 ans (mais celles de 25 aussi) doivent, sous la pression sociale, environnementale, ou du petit copain éduqué par la pornographie, tout faire disparaitre ! Un nouveau site dénonce cette dangereuse déviance http://www.telechatte.fr (attention contient du contenu explicite) et on trouve aussi quelques poches de résistances ci et là sur le Net.

    Là encore, le salut viendra des femmes, tous les garçons de cette génération ayant de façon irréversible fabriqué leurs fantasmes sur des standards de peaux totalement lisses et des femmes soumises à leurs délires.

     

  • #11081
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    pauvre monde. en gros, ce qu’il faut comprendre c’est que si on veut faire un enfant équilibré, il faut lui interdire la télévision, internet et l’éducation nationale jusqu’à l’âge de la majorité... mais l’article aurait pu aller plus loin sur l’évolution de la sexualité des nouvelles générations, il suffit de regarder autour de soi, l’homosexualité ainsi que le nombre de partenaire différent a explosé. et pour finir l’étude a sans doute un gros temp de retard en ce qui concerne l’âge du premier rapport sexuel qui a bien rajeuni et qui d’ailleurs est une conséquence logique de toute cette dépravation


  • #11098

    Moi personnellement, je vois qu’une solution, mettre mes enfants dans une école catholique traditionaliste, pas d’internet ni radio dans la chambre, pas de console de jeu, très peu de télévision et sous surveillance... résultat j’en viendrais à peut être fréquenter que des parents qui fonctionneront comme moi et de même obédience quitte à être un peu sectaire mais au moins j’aurais des enfants qui vivront avec leur age. Et pourtant j’ai 23 ans, j’ai pas était le dernier à vouloir jouer le curieux et être en avance quand j’étais enfant, ect mais je veut pas ca pour mes futurs enfants.

    Petite anecdote : En ce jour et repas de Pâques, mon neveu qui est en CE2 nous à demander en famille si il était bien de dire "P.U.T.E" ? et nous apprend que son copain de classe montre sa zigounette aux filles...

     

    • #11156
      le 24/04/2011 par Mansur
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Oui il faut faire un cercle de parents aux mêmes valeurs, et faire en sorte que les enfants se fréquentent. De cette manière ils côtoieront des enfants comme eux et ne seront pas vus comme "anormaux", contrairement à ce qui se passe lorsqu’ils fréquentent les masses dégénérées. Je ne vois pas d’autres solutions.


  • #11099
    le 24/04/2011 par Mansur
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Comme cela a été dit plus bas, pour qu’un enfant ne finisse pas dégénéré il faut l’éloigner au maximum de toute l’horreur médiatique et de la mode. Le problème est qu’il sera vu comme un "bolosse" par ses pairs (comme dit dans l’article) avec qui il aura de sérieux problèmes relationnels (surtout avec les filles, ce qui peut faire souffrir). Au final il sera malheureux... Société de dégénéré. La lecture de cet article a renforcé mon hostilité à la mixité au collège (qui a littéralement détruit ma scolarité et m’a rendu haineux), cette véritable catastrophe.

    En lisant cette article, je me dis aussi que les parents souhaitant avoir des enfants devraient passer un permis. Non mais c’est quoi ces abrutis qui font de leur filles des objets sexuels et de leurs garçons des gros beaufs habillés en Nike dès 1 an ! Sûrement le genre de parents qui appellent leurs enfants avec des noms anglo-saxons et/ou italiens pour faire "cool"... Pauvre France !

    Et pendant ce temps le pouvoir interdit le voile intégral... Drôles de priorités. Ce système est intégralement dégénéré.


  • #11112
    le 24/04/2011 par vérité.amère
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    La France favorise le fait que les filles soient de plus en plus dénudées et fait des lois pour celles qui se couvrent...
    "Une fille sans pudeur est un fruit sans saveur"

     

    • #11154
      le 24/04/2011 par Mansur
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Il y a des femmes habillées comme des prostituées plein les rues, et de plus en plus jeunes, des milliers de femmes en string-seins nus sur des plages publiques, de la pornographie plein les médias, mais au lieu de s’en prendre à cet ouragan d’horreur et d’immoralité aux conséquences désastreuses (notamment sur le désir masculin et les relations hommes-femmes), le régime sioniste en place s’attaque aux quelques centaines de femmes portant le voile intégral...


  • #11119

    Un point très intéressant vient d’être soulevé dans l’un des commentaires. En tous cas, ça m’intéresserait de lancer un mini débat car je suis sûre que beaucoup sur ce site, étant logiquement plus conscient que la moyenne, y ont pensé mais personne n’en parle vraiment. Et oui, après ça, quand on lit ça, et qu’on est dans la force de l’âge, en fait quand on fait la synthèse de tout, comment on peut encore avoir envie d’en avoir une, de famille ? On se dit mais comment on va protéger ses enfants de toutes ces attaques psycho-trauma-pathologiques, et nous avec, infligées le système vu qu’on ne voit pas les coupables.
    D’un côté on a un Freysinger qui nous dit "faites des gosses" pour sauver l’occident et de l’autre on se dit que c’est limite criminel de faire naître un humain dans ce monde... Cette réflexion c’est la première que mon père s’est faite dès qu’il m’a eu dans les bras après que je naisse, quand il a vu ce machin tout petit, tout rose, tout fragile (c’était à l’époque Tchernobyl je précise) . Je ne voudrais pas que mon propos ait l’air défaitiste, en plus ce n’est pas mon tempérament. Mais j’avoue me poser ces questions maintenant. Soral, il devrait peut être se pencher sur "la misère de la reproduction" aussi, moi j’aimerais bien avoir son point de vue, parce que je crois que c’est une question qu’on peut se poser légitimement. Et j’aimerais bien aussi avoir quelques avis justement.

     

    • #11132

      je comprend ton désarois nyny moi meme n’ai pas de gosses à 29 piges,cela dit le commentaire est vraiment flippant et je pense que ses parents aux profils psychologique inquiétant ont une par de responsabilité énorme ;EDUCATION !!!!


    • #11147

      Même si ces cas sont hardcore, je pense que petit à petit ils finiront par quasiment se généraliser.

      S’en prendre aux parents n’est pas inutile mais ça ne suffit pas en soit. Il n’y a pas que les parents dit en grande précarité sociale qui sont touchés. C’est un phénomène plus large.

      Les deux parents au boulot c’est "bien" mais si t’as pas les moyens de te payer une nourrice, qui surveille les gosses ? La télé-réalité et Youporn, entre autre, en tout cas s’ils le veulent. Et avec les portables actuels...
      Je ne dis pas que les gamins sont obsédés, je dis que plus rien les empéchent de le devenir.
      Internet, télé, éducation, téléphone...

      La pression sociale dans la cour de récré : On a tous été gamin, à cet age on veut être comme les autres. Ceux qui l’on "déjà fait". Ceux qui ne sont pas des "boloss" pointés du doigt.

      L’éducation parentale ne suffira pas à contrer ça car ce qui aura été appris à la maison sera balayé par l’extérieur et le numérique

      Merci Vatican
      II, merci laïcité, merci Mme Badinter...


    • #11152
      le 24/04/2011 par Une jeune mère qui s’inquiète du futur
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      J’ai ( enfin je vais avoir) 20 ans je suis mère d’une fille de ( bientôt ) 2 ans ! il faut bien faire la part des choses ! Car tout est encore et toujours différents de tout ! Je comprend la crainte mais a vous d’agir face a tout ca avec vos enfants ! Pour moi il y a une chose de sûr c’est que ma fille n’aura jamais de hello kitty ou je ne sais quoi a la mode ...Je suis une jeune femme avec des convictions très carrée est strict j’aime mon enfants et je ne le priverais pas de ce qu’elle aime sauf si ca ne rentre pas dans le cadre du correct ! La télé ? hors de question de toute façon on ne la pas ! Mais en aucun cas elle est privée , ca dépend de la personne que vous êtes bien sur^^ . Elle a même sans la télé , des dessins animé ( non abrutissant ) a regardé elle fait les choses comme tout les autres sauf que chez moi il ca ne marche pas comme chez les autres ! Rien que revendiqué mes droits de mère pour rester au près de ma fille me sont limite interdit je mène un combat pour faire ce que j’aime élevé ma fille est mes futures enfants ! Ils est sur que tout les jours je me pose des questions sur comment je vais faire demain ? Es ce que je peu m’en sortir ? Mais encore une fois c’est nous qui décidons de quoi sera fait demain ! Il est hors de question que je me laisse faire parce qu’ils ce suivent tous !
      Si demain tu veut des enfants tu en fait ! La femme n’ai plus respecter en tant que tel est surtout n’ai plus respecter en tant que mère porteuse de la vie est ca c’est triste car maintenant moi femme est mère il me faut me battre pour faire ce qui met destiné est c’est la qu’il faut ce posé la question ! Pourquoi n’avons nous plus le droits d’élevé nos enfants ? Car si nous le faisions toute aucun enfants agirai de cette sorte !


    • #11249
      le 25/04/2011 par anonyme
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Pourquoi n’avons nous plus le droit d’élever nos enfants ? Parce que le consortium a décidé qu’ils avaient besoin d’eux pour fabriquer des consciences calibrées. Et le système est tellement bien fait que les non calibrés s’expulsent d’eux-mêmes.
      Et puis il n’y a pas que ça. Aimer ses enfants c’est leur donner à manger des bonnes choses, on va les nourrir avec quoi bientôt ? Parce qu’un enfant mal nourri avec des poulets aux antibiotiques ou aux salades atomiques ça agit sur le corps et l’esprit, et aussi sur le génome des générations suivantes. On est ce qu’on mange. Bref, je ne veux pas des enfants pour dire "j’ai fait des enfants", y’a rien de plus simple en plus, c’est le corps qui fait tout le boulot, il est programmé pour ça. Pour moi on fait des enfants quand on se sent vraiment adultes et qu’on est prêt à prolonger la vie dans le respect de tout ce que cela implique. donc non, ce monde n’est pas, plus assez accueillant. Du coup il faut vraiment être courageux, donc je tire mon chapeau à ceux qui envisagent de lutter en famille !


  • #11126
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Le monde va finir...
    http://zeio.free.fr/poesies/baudela...

    "Ton épouse, ô bourgeois ! Ta chaste moitié dont la légitimité fait pour toi la poésie, introduisant désormais dans la légalité une infamie irréprochable, gardienne vigilante et amoureuse de ton coffre-fort, ne sera plus que l’idéal parfait de la femme entretenue. Ta fille, avec une nubilité enfantine, rêvera dans son berceau qu’elle se vend un million. Et toi-même, ô bourgeois — moins poète encore que tu n’es aujourd’hui — tu n’y trouveras rien à redire ; tu ne regretteras rien."


  • #11135
    le 24/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    je le redis ça donne vraiment pas envie d’avoir un enfant dans ce monde de dégénéré a mes yeux c’est la meme chose que de prendre un credit sur 20 ans dans les 2 cas tu deviens esclave de l’enfant et de la banque cela dit quelques parents elevent leurs enfant dans la normalité dieu merci

     

    • #11150
      le 24/04/2011 par Mansur
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Oui mais ces enfants élevés dans la "normalité" (je dirais plutôt dans la "moralité", la normalité étant aujourd’hui la dégénérescence) sont bien souvent vus comme anormaux par leurs pairs, de qui ils subissent moqueries et offenses (l’article en parle), et finissent par se considérer eux même comme anormaux. D’après ce que j’ai constaté, en grandissant ils finissent bien souvent déprimés et renfermés sur eux même, ou à l’inverse totalement débridés et encore plus décadents que la moyenne... On est véritablement dans une société satanique. Le vice est valorisé, tandis que la vertu est vue comme une chose honteuse.


  • #11143
    le 24/04/2011 par danouche
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Il y a vraiment un dilemme chez les parents à cause de ça, même les bons parents qui font attention. Parce que, d’un côté ils veulent que leur enfant puisse être heureux au milieu des autres, et donc être intégré à l’école, et de l’autre côté, ils ne veulent pas faire rentrer leurs gosses dans ce monde totalement délirant et insensé qui est le nôtre. C’est horrible ce qui se passe. C’est le diable qui gouverne la France ! N’ayant que 18 ans, j’ai encore le temps de songer à cela. Mais c’est vrai que ça fait peur pour l’avenir, et ça fait franchement hésiter à avoir des enfants (pourtant j’ai très envie de fonder une famille plus tard). Pour qu’ils soient des gens sensés, la seule solution aujourd’hui, c’est de les couper du monde, car ce monde est insensé. C’est démoniaque ! et je partage complètement l’avis de Mansur sur le voile. Je pense que si j’étais une fille musulmane (je suis un mec chrétien^^) j’aurais répondu en portant un foulard.

     

    • #11173
      le 25/04/2011 par franck
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Il faut dire aussi que la tâche des mercanti est d’autant plus facilité que les parents d’aujourd’hui sont dans bien des cas de véritables larves faibles d’esprit.
      A titre personnel le niveau de dégénérescence et de corruption est devenu tel que mon épouse et moi même avons décidé de ne pas faire scolariser les enfants que nous aurons. Nous socialiseront l’enfant en le faisant participer activement des activités où il pourra se retrouver avec d’autres enfants dans le cadre d’activités épanouissantes.
      J’ai la chance de vivre à l’étranger et d’être marié à une institutrice ce qui facilitera grandement la chose car en France l’autorité parentale fait partie du passé, c’est l’Etat, représentant des intérêts du marché et de l’hyperclasse, qui décide de tout à notre place...


  • #11149
    le 24/04/2011 par Lapraline
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Soral le disait il y a quelques années déjà - Idéologie du désir - on réduit, par la stimulation marketing, la liberté au désir et le désir à l’acte marchand. pour que tout ça profite au marché.C’est la société philosophiquement libérale où tout est marchandises...Même les enfants doivent profiter au marché. Petite citation de Stuart Ewen inspiré du travail de Lippmann, Lasswell et Bernays. : " le contrôle hors travail" revient à transformer les gens en robots dans tous les domaines de leurs existence, en leur inspirant un philosophie de la futilité, en concentrant leur attention sur les choses les plus superficielles, comme une consommation dictée par la mode". La on arrive bientôt au bout de cette philosophie...avec une perte total du sacré : l’enfance, le respect du corps etc....


  • #11168
    le 25/04/2011 par franck
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Article traitant d’un grave sujet de société mais très mal écrit. Notamment on ne doit pas dire "femme enfant" mais "enfant femme". Il s’agit d’enfants sexualisés avant leur maturité par la société marchande et non pas de femmes infantilisées.
    Ce phénomène ne touche pas seulement les filles mais aussi les petits garçons qui sont habillé par leurs parents comme des petits "maquereaux". Rencontrer ce genre d’enfants suscite chez les sains d’esprit le même malaise que l’on ressent face à un animal comme un chien ou un chien habillé ; on ressent très nettement que la dignité de l’être est bafouée, que son essence est niée en faisant de lui une chose qu’il n’est pas.
    Donner les attributs de l’adulte à l’enfant est un véritable viol. Une violence faite à son statut d’enfant, être immature, en devenir...
    Ce phénomène est l’aboutissement logique de la société libéral libertaire qui considère tout comme marchandise. L’enfant est accepté comme tel tant qu’indirectement il consomme par le biais de ses parents des couches-culottes, des petits-pots hors de prix...mais dès lors que l’enfant approche de l’autonomie les marchands veulent qu’ils rentrent au plus vite dans le monde des adultes afin de le conditionner à être un parfait petit consommateur abruti...


  • #11198
    le 25/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Quand des islamistes fanatiques nous menacent de coloniser la France, je me demande si c’est pas encore la meilleure chose qui pourrait nous arriver...

     

    • #11212
      le 25/04/2011 par franck
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Certes votre propos est outrancier mais je comprends parfaitement votre sentiment ! Face à cette dégénérescence généralisée de notre civilisation on en vient à se demander si une "talibanisation" de la France ne serait pas nécessaire ! Le mal est grave et seul un remède de cheval semblerait pouvoir remettre les choses à leur place.
      Il est dur d’être témoin de l’agonie d’un peuple et de la fin d’une civilisation !
      Il est indiscutable que l’idéologie libérale libertaire franc-maçonne a gagné la bataille, les résultats sont là et omniprésents, on ne peut le nier. Mais gagneront-ils la guerre ? Peu probable ! Un système autant contre-nature est voué à l’extinction. Si le monde naturel tolère les aberrations tant que ces dernières restent minoritaires, dès lors qu’elles se généralisent un processus de purification se mettra tôt où tard en branle. Ces "babyloniens" si arrogants et sûrs d’eux vont se prendre un formidable retour de manivelle !


  • #11204
    le 25/04/2011 par anonyme
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Enquête : l’ère de la femme enfant

    reponse à ...."Quand des islamistes fanatiques nous menacent de coloniser la France, je me demande si c’est pas encore la meilleure chose qui pourrait nous arriver..."

    desolé mais c’est pas en tenant des propos pareil que tu nous aideras nous les musulmans .Je suis d’accord , dans l’islam y’a encore de vrais valeurs nos parents nous ont tous elevés dans la pudeur et le respect ,je dois reconnaitre une chose je suis contre la burqua mais surtout contre les tenues provocatrices (surtout des petites gamines ) mais faut reconnaitre aussi que la burqua n’attire jamais le regard pervers des hommes a l’inverse des tenues trop sexy donc c’est vrai l’islam avec ses valeurs protege la femme , mais on est dans un pays ou y’a des lois meme si elles sont contraire a nos principe bref on va dans le mur un grand merci aux feministes


  • #11207
    le 25/04/2011 par mister cocktail
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Eh, oui ! C’est l’extension de la consommation à tous les âges de la vie.


  • #11209
    le 25/04/2011 par ben quoi ?
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    Erreur de sens dans le titre ! Il eût fallu que vous écrivassiez : "L’ère de l’enfant femme".


  • #11221
    le 25/04/2011 par danouche
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    En tout cas, le "front de la foi" prôné par Soral semble devenir de plus en plus urgent.


  • #11225

    En même temps je n’en vois pas tant que ça moi dans la rue des gamines de 11 ans qui ressemblent et s’habillent comme des femmes sexy...de temps en temps sans plus et même rarement...alors du calme et rangez les burqas !


  • #11248

    Y a un moment où il faut arrêter de déconner aussi. Ce qui est en cause ici et que je trouve tout aussi horrifiant que vous, c’est la sexualité précoce et les attitudes vulgaires qui se généralisent ainsi qu’une perte de la valorisation de la culture. Mais de là à dire toutes en burka... Vous pensez que la burka vaut mieux que le string ? Personnellement non ! Il y a un juste milieu dans tout ça. On peut tout à fait être une femme moderne dans le sens cultivée, indépendante, qui s’habille de façon décontractée mais élégante (n’est ce pas la spécificité française ?). Je veux dire même Soral a profité de sa jeunesse et a clairement dit que la liberté sexuelle est une bonne chose.
    Je suis parfaitement d’accord avec lui. Cela n’a rien à voir avec la perte des valeurs religieuses, c’est une perte du sacré et de la morale généralisée et pas seulement dans le domaine de la religion. Le problème est plus large. Regardez même en politique, aujourd’hui il n’y a plus d’idéologie, plus de principes claires.

    Une société excessivement libérale (libertine même) et une société de frustration sexuelle comme on en trouve dans les pays musulmans, ce sont les deux faces d’une même monnaie !

    Je suis de culture musulmane mais pas pratiquante du tout et je connais la situationn dans ces pays où pour rien au monde je n’irais vivre. La frustration sexuelle y conduit au viol, à la malhonnêteté (sexe annal avant le mariage pour pas déchirer l’hymen), à la pédophilie de la part d’un certain nombre de journaliste-prédicateur qui font leurs choux gras sur la religion et qui ensuite couchent avec des fillettes de 12 ans en payant leur mère (fait divers en turquie).
    Je ne parle même pas des mariages de 24 heures pour aller se payer une prostituée ou des saoudiens qui viennent faire des partouzes à Paris...

    Je pense que le mal est beaucoup plus profond qu’une simple histoire de string vs burka car les jeunes filles éduquées et les plus relâchées au niveau des moeurs ne sont pas forcément celles qui en ont l’air. D’où la frontière avec la vulgarité.

     

    • #11402
      le 26/04/2011 par anonyme
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Totalement d’accord avec toi ! Les extrêmes ne sont jamais bons. La burqa est aussi incohérente que le string à 11 ans. Laissons les femmes être des femmes. c’est tout. et les enfants être des enfants.


  • #11269

    Il faut pas non plus exagérer le nombre d’enfants femme.
    L’hyper-sexualisation marketing est le prolongement de la consommation du désir et du culte du désir. Il est alimenté socialement je pense, par l’hyper-communication et le "mimétisme", soit l’hypersociabilisation qui pousse à en faire (toujours) plus dans un soucis de normalité (pré)adolescente.
    Je vois que le rapport à l’autre tourne presque uniquement (souvent chez les filles et jeunes femmes) autour du narcissisme du désir en tant que fin en soi, chose naturelle exacerbée par le féminisme libéral.
    On ne peut vouer un culte au désir de "jeunesse sexuelle" dont l’essentiel de la société adhère et se plaindre des conséquences (le fameux les hommes sont des violeurs pervers latents).


  • #11295
    le 25/04/2011 par avrelarmor
    Enquête : l’ère de la femme enfant

    message à tous les inquiets de l’avenir de leurs gosses (normalement tout le monde),
    je suis père d’une gamine de (presque) 7 ans et je me suis posé (me pose encore) cent mille fois la question : dans quelle mesure élever ton (tes) gamin(s) dans le respect des valeurs qui te sont chères sans qu’il(s) passe(nt) pour des cons à l’école ?
    et ben plus tu passes de temps avec, plus tu leur expliques, plus tu recherches les réponses aux questions dont tu n’as pas la réponse et plus ton (tes) mômes se fout(ent) complètement des conneries de pokémon ou autres saloperies. je constate même que ce sont les autres gosses qui sont en demande vis à vis d’eux (elle) par rapport à tout ce qu’elle (ils) connait(ssent) :relation à la nature, rapport à l’argent et son utilité, respect de la réciprocité dans les relations humaines....etc...
    l’attrait pour le miroir aux alouettes est inévitable, il survivra même à l’empire, l’important est qu’il ne dure pas plus longtemps que l’adolescence.

     

    • #11405
      le 26/04/2011 par anonyme
      Enquête : l’ère de la femme enfant

      Sauf que le 4 X 4 à 40 ans passés, la poussette toute équipée ou le dernier ordinateur à la mode ça équivaut bien à des caprices de gosses. Et même en campagne tu trouves encore des agriculteurs suffisamment bêtes pour acheter le dernier tracteur toutes options pour faire mieux que l’agriculteur du champ d’à côté.
      Si la connerie ne durait que le temps de l’adolescence on vivrait dans un monde formidable.
      Quand ta gamine aura 12 piges, on en reparlera. En attendant il va falloir lui expliquer le pourquoi de chaque chose, lui plus précisément possible. Pourquoi ça c’est bien, pourquoi ça c’est pas bien etc.


  • #11311

    "Des années de luttes féministes pour en arriver là", soupire la sociologue Catherine Monnot



    Le féminisme a sans aucun doute contribué au phénomène dont parle cet article. Comme la société refuse totalement de le remettre en question, on ne risque pas de voir les choses s’arranger.