Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

États-Unis : des sénateurs républicains font pression sur la FDA pour généraliser l’hydroxychloroquine

Le débat sur l’hydroxychloroquine s’est estompé alors que la « Big Tech » s’efforçait de supprimer les informations et de faire taire les voix des médecins et des chercheurs qui en faisaient la promotion. Cependant, il semble que la controverse sur le médicament a encouragé certains sénateurs à y regarder de plus près, et il semble qu’ils posent les bonnes questions à la Food and Drug Administration (FDA).

 

Les sénateurs Ron Johnson (R-Wis.), Ted Cruz (R-Texas) et Mike Lee (R-Utah) ont envoyé une lettre au commissaire de la FDA, Stephen Hahn, demandant explicitement comment l’agence traitait les informations concernant le médicament et son utilisation pendant la pandémie. Les médecins et les chercheurs qui préconisent l’hydroxychloroquine recommandent son utilisation chez les patients ambulatoires à haut risque.

Dans la lettre adressée à Hahn, les sénateurs posent des questions sur les mesures spécifiques que l’agence a prises concernant l’hydroxychloroquine. Les directives actuelles de la FDA indiquent qu’elle ne doit pas être utilisée en dehors du milieu hospitalier pour le COVID-19, et l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) a été retirée. Compte tenu du profil de sécurité du médicament et du fait qu’il est utilisé quotidiennement en ambulatoire dans le monde entier pour la prévention et le traitement du paludisme, de la polyarthrite rhumatoïde et le lupus, ces conseils sont ridicules à première vue.

 

Combien de vies coûtera la campagne de désinformation bizarre menée par les « Health Experts » contre l’hydroxychloroquine ?

La durée recommandée du traitement à l’hydroxychloroquine pour le COVID-19 se situe entre cinq et sept jours aux doses approuvées par la FDA. Dans un monde sain d’esprit, un médecin peut prescrire des médicaments off-label, à des doses approuvées, s’il pense qu’un médicament peut être utile pour les symptômes d’un patient. Cependant, l’an 2020 n’est pas sain d’esprit, et maintenant l’interférence de la FDA a conduit les conseils médicaux, les systèmes hospitaliers et les politiciens à interdire l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour le COVID-19. Ces actions sont sans précédent dans la relation médecin-patient.

Enfin, ces sénateurs défendent cette relation et exigent des éclaircissements de la part de la FDA. Extrait de la lettre :

Cependant, nous avons entendu des médecins agréés qui ont eu une expérience bien différente de l’approche de la FDA. Les médecins sont préoccupés par la décision de la FDA de révoquer l’Autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) du 28 mars pour HCQ et CQ pour le traitement de la COVID-19. Ils ont décrit les différences nettes entre les traitements hospitaliers et ambulatoires et comment cette décision a affecté leur capacité à traiter les patients dans différents contextes. Les médecins ont averti que la révocation de l’EUA pour HCQ et CQ par la FDA a conduit à la désinformation et à la confusion dans tout le pays. Certains États ont limité la capacité des médecins à rédiger, et aux pharmacies de remplir, les ordonnances HCQ et CQ en vertu d’une autorité de longue date et bien établie pour prescrire des médicaments approuvés par la FDA off-label avec le consentement éclairé du patient et selon son jugement clinique.

 

La politisation du COVID-19 est dangereuse et inexcusable

Pour mieux comprendre les actions de la FDA, la lettre demande quatre informations spécifiques :

- Des études ou des données qui montrent définitivement que la prescription d’hydroxychloroquine ou de chloroquine dans les sept jours suivant les symptômes du COVID-19 est inefficace ou nocive.

- Produire des études ou des données sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine pour le COVID-19 en ambulatoire sous les soins d’un médecin, y compris à titre préventif. Ils excluent spécifiquement les études de stade avancé impliquant des patients hospitalisés.

- Fournir toutes les déclarations publiques émises par la FDA pour clarifier que l’agence ne réglemente pas la pratique de la médecine, et expliquant que les gouvernements des États ne peuvent pas réglementer ou interdire la vente des médicaments.

- Donner des informations sur les traitements potentiels de la COVID-19 qui ont été utilisés à l’échelle internationale et si la FDA a approuvé ceux-ci pour une utilisation aux États-Unis. Sinon, les sénateurs veulent savoir quelles mesures sont prises pour s’assurer qu’elles le sont.

Ces demandes sont un coup de pied dans les fesses de la bureaucratie. Il est inadmissible pour la FDA de ne pas clarifier son rôle dans la pratique de la médecine et encore pire pour eux de garder le silence face à d’autres entités qui tentent d’interférer avec elle. Bien qu’il ne semble pas qu’ils aient jamais fait une déclaration comme celle que les sénateurs demandent, j’espère qu’une telle déclaration sera bientôt disponible.

 

L’hydroxychloroquine aide à contenir les cas de COVID-19 : de nouvelles preuves et une rétractation majeure

Ce serait encore plus inquiétant si l’agence retirait l’EUA sur la base de l’étude démystifiée du Lancet. Dans une recherche approfondie, je ne trouve aucune étude indiquant que l’utilisation ambulatoire à court terme d’hydroxychloroquine à des doses approuvées est dangereuse ou mortelle. Il serait surprenant que la FDA en ait une.

Le Dr Harvey Risch, un épidémiologiste de Yale, a passé en revue ces études et est arrivé à la conclusion que le traitement par hydroxychloroquine est efficace pour les patients ambulatoires à haut risque. Le Dr Risch a déclaré dimanche à Mark Levin dans l’émission La vie, la liberté et Levin que c’était l’une des données les plus convaincantes qu’il a vues dans sa carrière :

 

 

De toute évidence, le président Trump n’a pas renoncé au potentiel que cette combinaison de médicaments peut détenir. L’évaluation du Dr Risch est claire. Pour les patients à haut risque de plus de 65 ans ou avec des conditions préexistantes, l’utilisation ambulatoire de l’association hydroxychloroquine, zinc et azithromycine a montré une réduction significative des hospitalisations et des taux de mortalité.

Il affirme que nous avons laissé la politique l’emporter sur la science, et cela coûte des milliers de vies. Espérons que les sénateurs faisant pression sur la FDA entraîneront un mouvement et une clarification importants. La FDA doit sa réponse d’ici demain. Si la désinformation peut être dissipée efficacement, cela changera la donne. Les sénateurs doivent continuer à faire pression sur la FDA et restaurer la relation médecin-patient.

 

Les médias devraient faire un mea culpa car une analyse française offre une observation étonnante sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine

 

 

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il est évident que tout va péter et que ce sera "sanglant" pour paraphraser le Pr Raoult.

    La ré-élection de Trump est par contre impérative.

     

    • Vous n’avez pas fini votre phrase.
      "La réélection de Trump est par contre impérative" ... pourquoi ?

      Bin, pour que cela soit sanglant.
      C’est prévu, c’est juste un compte à rebours et les journalopes tel Bourdin (qui invite Raoult sur son plateau de RMC), commencent à serrer les fesses.

      A rebours !
      Amen_


  • #2541221

    J espère que leur demande va aboutir et que l hydroxychloroquine va se généraliser et du coup ça va faire une onde de choc en France en sachant qu’ elle a été interdite des l annonce de son efficacité par le pr Raoult au mois de janvier(le 14). J espere aussi que le gouverne-ment va en payer le prix fort en ayant laissé mourir des patients alors qu a Marseille le pr Raoult lui, sauvait des vies. Petit a petit la verite éclate sachant que ces ordures du gouverne-ment se contredisent dans leurs mensonges
    Toute la clique Bouzyn, Philippe, Varan, CacheSexe sans oublier macaron au gibet.

     

    • Le ton mesuré ne correspond pas aux crimes dont il est question. Il est question de chantage à la mort en hôpital, de tyrannie pure et simple suite à un attentat sanitaire terroriste et de la situation socio-économique dramatique et explosive que cela engendre. De toute façon volens nolens le Réel va passer. Le Pr. Raoult fait de la médecine mais le Régime Pourri fait de la politique. Il faut appeler les choses par leurs noms ; il est quand même question de meurtres prémédités, de chantage, d’agressions, de séquestrations et de racket ; le tout, en bande organisée.


  • La vraie question :
    La FDA admet elle des financements privés ?
    Si oui, alors rien n’arrivera.
    Au passage, il faudrait lister toutes les agences fédérales et regarder lesquelles reçoivent des financements privés, auxquelles cas elles ne sont pas fédérales, elles sont privées.

     

  • Spécial dédicace à la fine équipe du Covid
    Hainetovhaine, Conne-bendit, Lacombe,
    Patrick liste noire cohaine, Alexcendre,
    etc...
    Quand les gens vont comprendre que le traitement
    du Pr Raoult est appliqué partout y compris aux USA,
    je me marre d’avance des séances de contorsions
    des journaleux et autres experts,
    pour expliquer que ça ne marche pas uniquement
    en France.
    Les médias en France pensent-ils qu’ils n’auront pas
    de comptes à rendre à la populace sur la
    manipulation de la plandémie ?


  • L’hydroxychloroquine c’est le caillou dans la chaussure du mondialisme totalitaire.


  • C’est simple :
    Un professionnel sait de quoi il parle, un médecin sait implicitement de quoi il s’agit.
    Ceux qui ont choisi de tuer des gens pour promouvoir carrière et autres fantaisies devront rendre des comptes sans préjuger de leur culpabilité.