Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Eva Joly : le ver est dans le fruit...

De l’étonnante et atypique candidate Europe Ecologie - Les Verts, qui débarque ce samedi à La Réunion, on ne connaît pas la face cachée. La presse française, dans sa très grande majorité et curieusement, n’a jamais vraiment fouillé dans son passé, même récent, comme s’il suffisait d’avoir permis à quelques racailles du CAC 40 d’être jugés et condamnés pour être estampillé au-dessus de tout soupçon et nappé de vertus républicaines.

En effet, Eva Joly, alors en disponibilité de l’administration judiciaire française et pour le compte du Norad (organisme public norvégien d’aide au développement), a été, pendant 4 ans, conseillère personnelle du président de Madagascar Marc Ravalomanana pour l’état de droit, la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption... On ne rit pas !

Par exemple, conseillère, elle l’était quand Olivier Péguy en 2005, correspondant de RFI, Sylvain Urfer en 2007, missionnaire jésuite également politologue, et moi-même en 2006, journaliste et vivant depuis 55 ans dans le pays, avons été expulsés sans raison ni motif officiellement motivé.

Mais, le plus grave pour la réputation de cette magistrate que l’on dit juste, équitable, intègre et intraitable sur l’indépendance de la justice : une dizaine de paysans malgaches ont été condamnés à mort (peine suprême mais symbolique car jamais exécutée), sous son autorité, au moins morale, de conseillère, pour s’être opposés au vol de leurs terres par le glouton tyranneau Marc Ravalomanana qu’elle conseillait...

Il faut savoir qu’Eva Joly est norvégienne et que Marc Ravalomanana doit beaucoup de son succès d’homme d’affaires aux milieux économiques norvégiens. Eva Joly est calviniste, de cette église protestante réformée, tout comme Marc Ravalomanana et la plupart des soutiens financiers de ce dernier allemands, suisses, américains, sud-africains, norvégiens, etc. Enfin, et comme sa conseillère pour une meilleure justice à Madagascar, Marc Ravalomanana est connu pour ne pas porter les Français dans son cœur, ce qui rend la candidature Mme Joly à la présidentielle française d’autant plus surprenante.

Enfin, il faut l’avoir entendue sur Radio Notre-Dame, il y a quelques années, expliquer que la justice malgache était plus indépendante que la française, que Ravalomanana, lui, ne nommait pas les magistrats, comme Chirac, pour s’interroger sur la crédibilité politique et morale de cette dame qui nous vient du froid et ne manque pas de culot.

Bref, je voulais juste savoir si Eva Joly avait vraiment la conscience tranquille pour donner des leçons d’éthique politique ? Elle n’ignore sans doute pas que l’omelette norvégienne est aussi le dessert le plus trompeur qui soit : doux et tiède à l’extérieur, froid et glacé à l’intérieur...

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #77581

    La charge de F. Berléand contre Eva Joly
    AFP Publié le 22/12/2011 à 21:25 Réactions (2)
    S’abonner au Figaro.fr
    Eva Joly "ne devrait pas être candidate" à la présidentielle car elle n’est pas née en France, a déclaré aujourd’hui le comédien François Berléand sur RMC, disant ne pas comprendre qu’elle "ne parle pas le français sans accent", une opinion suscitant de vives réactions sur le net.

    Interrogé au cours de l’émission des "Grandes Gueules !" sur l’accent norvégien de l’ancienne magistrate et des polémiques que cela a déjà suscité, François Berléand a d’abord répondu sur un ton apparemment léger : "Ma grand-mère était russe et elle avait un accent russe. Mon père est né en Russie, il n’en avait pas. Il y a des gens qui s’intègrent plus ou moins bien en France".

    "Cela fait quand même quarante ans qu’elle est en France. Comme Jane Birkin, elle n’est pas douée pour les langues", a-t-il continué. "Mon père est arrivé à 18 ans en France, et au bout de dix ans, il parlait le français sans absolument aucun accent. Quand on a envie de s’intégrer, on s’intègre".

    Puis le comédien, actuellement à l’affiche de "Quadrille" de Sacha Guitry au Théâtre Edouard VII à Paris, a continué : "On va encore me traiter d’affreux machin, mais je ne comprends pas qu’une candidate à la présidentielle ne parle pas le français sans accent. C’est vraiment quelque chose qui me choque (...)". "Aux Etats-Unis, dans la Constitution, si quelqu’un n’est pas né sur le territoire américain, il ne peut pas accéder à la présidence. Ca me gêne un peu. Je trouve qu’elle ne devrait pas être candidate. Ca me choque vraiment profondément", a-t-il également souligné.

    Un des animateurs lui fait alors remarquer qu’il avait plaidé pour l’Europe quelques minutes auparavant. "La Norvège n’est pas dans l’Europe (au sens de l’UE, ndlr). Si elle était italienne, elle aurait le droit", rétorque-t-il. Au cours de l’émission, François Berléand a assuré qu’il voterait pour François Bayrou au 1er tour de la présidentielle.

    Au début du mois, une chronique de Patrick Besson dans Le Point qui contrefaisait phonétiquement l’accent norvégien d’Eva Joly avait fait polémique. "C’est une attaque raciste, une forme d’ostracisme", avait alors dénoncé la candidate écologiste".