Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Face à la juge, DSK l’économiste plaide l’incompétence en matière financière

Empêtré dans l’affaire de la faillite de la société qu’il avait créée avec un homme d’affaires sulfureux, DSK plaide l’incompétence et l’inconséquence. Face à la juge, l’ancien patron du FMI a raconté qu’il ne savait rien de la société dont il était pourtant le président.

 

Le 23 octobre 2014, le suicide de Thierry Leyne à Tel-Aviv fait éclater l’affaire « LSK ». La société avait été créée à peine un an plus tôt par l’homme d’affaires franco-israélien, associé à Dominique Strauss-Kahn alors à peine sorti de l’affaire du Sofitel de New York, mais pas encore de celle du Carlton de Lille. La faillite de LSK (Leyne Strauss-Kahn & partners) laisse un trou béant de 100 millions d’euros de dettes. La banque d’affaires et le fonds d’investissement annoncés n’ont jamais vu le jour.

Mais que savait DSK de la situation financière d’une société qui était en état de quasi-faillite au moment où il en devient le président ? La cellule investigation de Radio France a eu accès au contenu de son audition par la juge d’instruction le 3 juillet 2019, ainsi qu’à de nombreux documents qui apportent un éclairage sur son rôle dans cette affaire.

Placé sous le statut de témoin assisté à l’issue de son audition, l’ancien ministre de l’Économie affirme que son ex-associé lui avait caché la réalité comptable de son groupe. Pour autant, pouvait-il ignorer que Thierry Leyne gérait des fonds issus de la fraude fiscale et avait des clients parfois peu recommandables ? Dans ce dossier qui le menace toujours, cinq ans après le début de l’enquête, les oligarques russes côtoient les chefs de guerre sud-soudanais, les veuves richissimes et les escrocs usuriers. DSK affirme qu’il n’a rien vu.

 

« Un garçon intelligent, très séducteur »

Le 3 juillet 2019, dans le bureau de la juge d’instruction Charlotte Bilger, Dominique Strauss-Kahn apprend qu’il va être placé sous le statut de témoin assisté dans l’affaire LSK. Ce statut intermédiaire entre « simple témoin » et mis en examen signifie que la magistrate estime qu’il existe « des indices rendant vraisemblable » sa participation aux infractions visées par l’instruction : escroquerie en bande organisée, abus de biens sociaux et abus de confiance. Il doit donc se défendre.

Alors il raconte sa rencontre en 2012 avec Thierry Leyne : « Il m’a paru être un garçon intelligent, très séducteur, et faisant état d’une expérience réussie dans la finance en général », explique-t-il. L’homme d’affaires lui a été présenté par Nathalie Biderman. La nouvelle compagne de Leyne est aussi une proche collaboratrice de DSK. C’est elle qui gère les conférences que l’ancien directeur général du FMI donne un peu partout dans le monde. À l’époque, DSK, est un pestiféré : « J’avais songé pouvoir m’associer dans une grande banque d’affaires, raconte-t-il. J’avais eu d’ailleurs des contacts avancés avec la banque Lazard. Or, à l’issue de ces négociations, l’association n’a pas été acceptée compte tenu de mes problèmes judiciaires et de leur médiatisation. (…) Ce sont autant de circonstances qui ont fait que la proposition de Thierry Leyne m’est apparue comme un salut, comme une bouffée d’oxygène. »

 

« Je dois reconnaître que j’ai fait peu de vérifications »

La « proposition » de Thierry Leyne prend forme dans un mail que celui-ci envoie à DSK à l’été 2013 : « J’adore l’idée d’avoir la chance de t’avoir comme associé ! » s’enthousiasme le financier franco-israélien. « J’ai besoin d’un associé qui donne une autre dimension à mon petit groupe. Ensemble nous pouvons avoir l’ambition de créer une banque d’investissement telle que nous la pensons. » Thierry Leyne a une réputation de franc-tireur dans le monde de la finance. Il est connu pour avoir réussi un « gros coup » en revendant sa société de courtage en ligne, Axfin, à la fin des années 90.

En 2013, le « petit groupe » de Thierry Leyne est alors réuni au sein de sa holding « Anatevka ». Il est constitué d’une quinzaine de sociétés spécialisées dans la gestion d’actifs et l’assurance. Toutes sont basées dans des juridictions connues pour leur « souplesse » en matière fiscale (Suisse, Monaco, Luxembourg, Israël...), et opèrent sur des marchés peu contrôlés. Pour autant, l’économiste, autrefois célébré pour la finesse de ses analyses, semble ne prendre aucune précaution avant d’accepter l’offre de Leyne. La juge d’instruction s’étonne même que les mails que DSK envoie montrent qu’il croyait que la trésorerie de la société, exsangue, était excédentaire : « Ce n’est pas glorieux de ma part, concède Dominique Strauss-Kahn devant la magistrate. Je dois reconnaître que j’ai fait peu de vérifications, j’ai eu une confiance sans doute exagérée dans ce que disait Thierry Leyne. »

 

Un groupe en état de quasi-faillite

Comme nous l’avions révélé dès 2015, le groupe LSK était déjà dans une situation financière catastrophique au moment où Dominique Strauss-Kahn en prend la présidence. Les comptes arrêtés au 31 décembre 2012 (que DSK n’aura en main qu’en octobre 2014) font apparaître une perte de 18 millions d’euros et un endettement de près de 37 millions. Avec le recul, le liquidateur de la société estimera que la société était en cessation de paiement dès le mois de mai 2014.

En décembre 2013, le cabinet d’audit Ernst & Young avait d’ailleurs démissionné de sa fonction de « réviseur », sorte de commissaire aux comptes à la sauce luxembourgeoise, des sociétés de Leyne. Face à la juge, DSK explique qu’il croyait que cette démission était liée à son arrivée dans le groupe et à son « statut de personne politiquement exposée ». Quelques semaines plus tard, le cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) refuse de reprendre le mandat. Devant les enquêteurs luxembourgeois, après la faillite, les représentants de PwC expliquent qu’ils avaient pris leurs renseignements auprès de leurs prédécesseurs et que ceux-ci leur avaient déconseillé d’y aller en leur donnant un avis négatif sur la gestion du groupe.

DSK, lui, semble n’avoir eu aucun des doutes qui ont éveillé les suspicions des experts-comptables. Lorsqu’il est interrogé par la juge sur les acrobaties financières de son associé, il plaide l’incompétence : « J’avais très peu connaissance des activités de l’entreprise de Thierry Leyne (…) ce n’est pas ma compétence, ma compétence c’est celle d’un économiste spécialiste de macro-économie, c’est ce que j’ai fait au ministère des Finances, c’est ce que j’ai fait au FMI... »

Lire la suite de l’article sur francetvinfo.fr

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • j’espère que cette grosse merde va tomber , on dirait maintenant qu’il se croit supérieur aux juges qui l’interrogent ….
    après weinstein , ça serait une bonne chose

     

    • N’y comptez pas Cher Ami. Là on parle fric, pas galipettes qui font la une des merdias assoiffés de Q pendant des semaines et des semaines. Non, c’est comme pour d’autres, ce sera retransmis mais finalement anodin.
      Il est bon ce cuistre, « J’vous encule ! » (humour d’humoriste). Oublions, le ni pardon ni oubli, c’est une autre catégorie.


  • juge d instruction chalotte bilger......par toutatis. ;pas la fille de l abrutis du mur des cons...repentis . ;mais caution magistrale sur les plateaux foireux des merdias contrôlés ! ! !

    Y A QU EN FRANCE QU ON PEUT ETRE ORATEUR ET ZOZOTER OU BAFOUILLER !!!!


  • l’incompétence en matière financière ? ça va faire rire les Juges !!! lui , un économiste, qui a été présenté comme une lumière par tout le système et qui a été président de la commission des Finances , nommé ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie , directeur général du Fonds monétaire international - s’il avoue son incompétence , pourquoi avoir donné autant de job lié à la Finance ? faudra nous expliquer tout ça ….

     

  • Il y a du déambulateur dans l’air, ça tombe bien, balkany n’a pas eu besoin de celui de weinstein. Les douleurs lombaires ne vont pas tarder. La ’’justice’’ à Moloch, cette machine à impunité ripoublicane, va encore laver plus blanc que blanc

     

  • 100 millions d’euros ont disparu : dans quelles poches ?


  • l’économiste plaide l’incompétence en matière financière - si c’est vrai , faudrait peut être revérifier le cas de Lagarde avant que ça dégénère et qu’on se retrouve en slip


  • L’article-roman est tout simplement incroyable. On n’apprend que DSK (diplômé de HEC Paris et d’IEP Paris, avocat d’affaires et ancien DG du FMI) ne sait pas lire un bilan consolidé. Ahahah, sa spécialité, c’est la macroéconomie dit-il puis ajoute avoir voulu s’associer avec la banque Lazard. Incohérence totale. La rigolade dans la salle d’audience au moment de l’argumentaire, ça dû être quelque chose.

    On comprend vite que ce genre d’individu mente constamment.
    L’objectif réel de tout ceci était de blanchir de l’argent à travers des structures immatriculées au Luxembourg et dans d’autres endroits, pour des personnes, très souvent de la communauté d’ailleurs. L’article en devient presque antisémite.

    Le journaliste conclut en insinuant que DSK était redevable à Leyne parce que celui-ci lui avait prêté de l’argent pour son procès Lafarge à Lille et pour son immense riad à Marrakech dans un quartier huppé. Pour un type qui n’a pas d’argent, s’acheter ce type de bien paraît bien difficile. C’est encore une fois, tout simplement incohérent.

    Conclusion : Ils ont joué au con avec l’argent de gens qui ne rigolent pas. L’un est mort, l’autre reste en vie mais va devoir se prostituer pour eux, un petit moment. Il aurait remboursé l’ukrainien et la Wildenstein. Il doit aujourd’hui de l’argent à un peu moins de 200 mafieux, il ne doit pas dormir sur ses deux oreilles toutes les nuits.


  • Bon, essayons de voir le bon côté des choses : ce mec a failli présider la France... quand on voit comment il a présidé LSK, on est rassuré qu’il soit tombé pour une histoire de pipe.


  • Séquence suivante : DSK en déambulateur invoquant la "souffrance et les persécutions de ses grands-parents".
    Conclusion : s’il est traduit devant la justice, c’est parce qu’il est victime d’antisémitisme pardi !


  • Incompétence en matière financière, pour un mec qui a été président du FMI, elle est bien bonne.

    Les mecs n’ont honte de rien et osent tout, c’est à ça qu’on les reconnaît.


  • C’est absolument inouï de voir et d’entendre ,ça dépasse l’entendement .

     

  • Dire qu’on rencontre encore des gens lors des "dîners en ville" qui vous disent que c’est un type du calibre de DSK qu’il aurait fallu pour gouverner la France. Il y en a vraiment qui ont de la béchamel dans le cerveau.
    En réalité nous sommes ici devant une "petite" affaire Maddof version franco-israélienne, DSK s’est fait ferré comme le dernier des caves et ensuite il a participé au montage frauduleux. Qu’il soit encore en liberté me sidère...


  • Ah, ah, ah !

    Si un Français du quotidien crée et dirige une entreprise et s’il commet la moindre escroquerie, il se fera détruire rapidement par l’institution judiciaire Républicaine française, même s’il plaide l’incompétence et l’inconséquence.

    https://fr.sputniknews.com/intervie...


  • Les médias majeurs nous ont dit, durant des années, que DSK est agrégé d’économie, qu’il est Directeur du Fond Monétaire Internationale, que c’est l’un des plus grands économistes de sa génération, qu’il connait la solution à la crise financière internationale de 2008, qu’il a donné des conseils financiers à des hautes personnalités,...

    Maintenant, ce monsieur nous raconte qu’il est incompétent en matière financière.

    Le Tribunal chargé de le juger relèvera-t-il cette énorme contradiction ?


  • DSK l’économiste "distingué",incompétent !
    Quelle poîlade !
    On le savait !


  • Tout ca montre bien que l’on a juste a faire a une mafia, des bouffons bien organises sans competences particulieres mais immunises par la shoah ce qui leur permet toutes les escroqueries, toutes les pervesions, toutes les malversations, et toutes les nuisances sand aucune vergogne


  • Ne vous inquiétez pas pour lui ça va continuer à traîner (on parle d’une affaire de 2014 là) de procédure en procédure jusqu’à qu’il ait une incompétence de santé avec l’enfermement.


  • Il y a des associations de mots qui éveillent des soupçons : suicide, défenestré, Tel-Aviv, DSK, 100 millions etc...

    Thierry Leyne n’était-il pas ce que l’on appelle un "fusible" ? DSK soudain incompétent ? Un futur candidat à la présidence, ancien du FMI !

    Dites donc, le DSK, a t-il porté plainte pour abus de confiance ?


  • C’est ca, c’est comme feu Chirac : il est chef mais ne sait rien, ne voit rien, n’est au courant de rien....


  • En France tu fais l’ENA pour ensuite devenir un homme de paille qui s’ignore.
    V’la le niveau !

    Bon ce type se fout de la gueule du monde !


  • « Quand un homme trompe, il est invinciblement forcé d’entasser mensonges sur mensonges, ... » - Honoré de Balzac « Le père Goriot ».


  • Sputnick ce jour ’’Empêtré dans l’affaire LSK, du nom de la société qu’il avait fondée en compagnie d’un homme d’affaires, Dominique Strauss-Kahn a placé près de 21 millions d’euros dans un paradis fiscal, rapporte l’hebdomadaire L’Obs ce mardi.’’
    Encore un, un de plus. La ’’justice’’ à Moloch qui lave plus blanc que blanc ne va plus savoir où donner de la serpillière. Celui-là, ancien ministre de l’économie de goche plaide l’incompétence financière dans la gestion de son entreprise et l’amnésie...bientôt les douleurs lombaires aussi, avec déambulateur probablement (ils se le repassent). Les traîtres au Peuple et à la Nation à la solde de ces pourritures finissent pas sentir le cadavre. Pouah ça commence à chlinguer dur en ripoublique !


  • Sputnick ce jour ’’Empêtré dans l’affaire LSK, du nom de la société qu’il avait fondée en compagnie d’un homme d’affaires, Dominique Strauss-Kahn a placé près de 21 millions d’euros dans un paradis fiscal, rapporte l’hebdomadaire L’Obs ce mardi.’’
    Encore un, un de plus. La ’’justice’’ à Moloch qui lave plus blanc que blanc ne va plus savoir où donner de la serpillière. Celui-là, ancien ministre de l’économie de goche plaide l’incompétence financière dans la gestion de son entreprise et l’amnésie...bientôt les douleurs lombaires aussi, avec déambulateur probablement (ils se le repassent). Les traîtres au Peuple et à la Nation à la solde de ces pourritures finissent pas sentir le cadavre. Pouah ça commence à chlinguer dur en ripoublique !


  • "C’est dans la plus grande discrétion et sans faire de vagues que Dominique Strauss-Kahn a monté en 2013 sa société, qui affiche aujourd’hui une santé éclatante. D’après les informations de L’Obs, l’ancien candidat à la présidentielle de 2012 aurait gagné pas moins de 21 millions d’euros entre 2013 et 2018. Installé au Maroc, à quelques kilomètres de la capitale économique Casablanca, l’homme d’affaires a lancé Parnasse International, dont il est le seul actionnaire et employé."

    Mais comment est ce possible ? Rien ne l’arrêtera donc jamais ? faut il donc avoir la Foi pour ne pas baisser les bras...


  • Pour la petite histoire, dsk et son comparse ont gruge beaucoup de retraite franco israéliens, dont la plupart n’ont pas porté plainte car ces fonds ainsi placés devaient échapper au fisc. Bref comme dans l’affaire Madoff, c’est deux cupides qui ont voulu gruger beaucoup de cupides qui croyaient en l’argent facile. Surpris qu’Enrico Maccias ne soit pas dans le lot.


  • Sacré DSK...Ces 5 dernières années, il a empoché 21 millions avec sa société Parnasse basée au Maroc...Il souffre, c’est évident.


  • #2396793

    DSK incompétent en économie, c’est un peu comme BHL en philosophie, ou Hazziza en journalisme, ou Bruel en chanson, ou Angot en littérature, ou Sarkozy en politique, ou Buzyn en médical, ou Fabius en bon boulot, Élie Semoun en humour, ou Patrick CoHaine en liste, ou Anne Frank en stylos bille, ou Élie Weisel en tatouage, ou Simone Veil en maternité, ou Zemmour en bodybuilding, ou Goldnadel en virilité, ou Maurice Gutman en loisir.... Bref que d’incompétence !
    Est-on certain que c’est de l’incompétence ??

     

Commentaires suivants