Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Finkielkraut vs Cohn-Bendit : sioniste de droite contre sioniste de gauche

Des paroles et des actes, le grand débat 100% communautaire

Le 21 janvier 2016, les têtes pensantes de l’info de France 2 nous ont gratifiés d’une nouvelle forme de débat politique : le débat sans débat, et entre amis d’une même tribu, s’il vous plaît. Cela n’a pas empêché David Pujadas de faire semblant d’y croire à fond les potirons, et de prendre les téléspectateurs pour des jambons.

 

« Les deux hommes qui vont se faire face ce soir ne briguent pas des suffrages, ils n’ont pas d’intérêt à défendre, ils n’ont que des convictions, et des valeurs, ils ont aussi la France dans la peau, mais ce n’est pas la même. »

Quelle personne normalement constituée du point de vue de l’intelligence et de la culture politique, peut un instant croire que Finky et Dany vont s’écharper en plateau ? Ce n’est pas un débat, mais une mise en scène en forme de débat d’un dialogue forcément courtois entre deux représentants de la même tendance, disons le sionisme – et ils vont le prouver, chacun à leur tour –, avec sa version de gauche (pour les humbles), et sa version de droite (pour les nantis).

Pour justifier un peu le budget élevé de cette émission, on a droit à des reportages. Dans le premier, Finky, sous bonne escorte, est invité à discuter avec des Français au cœur d’une cité de Pierrefitte-sur-Seine (93). Dans un local, devant des Français dits de la diversité, il récite sa litanie : «  La France a un ennemi, c’est l’islamisme… L’injure sale Français, c’est pas moi qui l’ai inventée ! »

On le retrouve ensuite en plateau. L’avantage de ne pas lui offrir de contradicteur méchant, du type Abdel Raouf Dafri ou François Bégaudeau (les deux prédateurs officiels du Finky), c’est qu’il peut laisser libre cours à ses obsessions. Les attentats de janvier et novembre 2015 sont tombés à point nommé pour monter d’un cran sa peur de l’islam et des islamistes :

«  Nous avons cru pendant de longues décennies que puisque nous ne voulions pas d’ennemi, nous n’avions pas d’ennemi. […] D’ailleurs le slogan du 11 janvier c’était je suis Charlie, je suis juif, je suis la police, je suis la République. »

 

 

Un amalgame intéressant, et ce ne sera pas le premier. Tout au long de cet interminable monologue – Cohn-Bendit ne mangera le micro que 20% du temps à peine – Finky multipliera les amalgames et généralisations, tout en se défendant de le faire :

« Toute généralisation est absolument dangereuse et même, criminelle. Mais revenons-en quand même à la différence fondamentale, entre le monde musulman et le monde européen et occidental, qui est la question du statut des femmes. »

Une tactique qui passe bien en direct, quand la phrase suivante prononcée par l’invité ne laisse en général pas le temps au public de réfléchir à la phrase précédente. Mais par écrit, après avoir laissé le soufflé reposer, c’est une autre affaire. Finky a beau rectifier, se rectifier lui-même – « Non pas l’islam, mais l’islamisme » – il ne peut pas s’empêcher de retomber dans son islamocentrisme.

 

Islamocentrisme, ou le mouvement perpétuel de Finkielkraut

Ne comptons pas sur Cohn-Bendit, qui a l’air de s’ennuyer comme à un congrès de vendeurs de chaussettes, pour porter le fer dans le cœur du discours de son « opposant » :

« Je ne serais pas trop loin d’Alain Finkielkraut. La France a été choquée. Ça a été aussi bien janvier que novembre, ce sont des actes barbares, moi-même j’ai parlé d’islamofascisme, et face à ces horreurs y a eu la réaction d’une partie de la société. D’une partie de la société qui a dit “Nous sommes Charlie”, malheureusement, “Nous sommes juifs” c’était beaucoup moins, ça a été assez dur de le faire arriver.  »

 

 

Il n’aura pas fallu 20 minutes à nos deux amis pour mettre leur thème préféré sur la table. Mais à ce petit jeu, Dany sera plus malin que Finky, trop émotif pour camoufler ses passions.

« C’est ça que nous avons énormément de mal à penser, c’est cette réalité du choc des cultures dont nous avons encore une manifestation particulièrement traumatisante, même s’il ne s’agit pas de terrorisme, même s’il faut hiérarchiser les problèmes, la nuit de la Saint Sylvestre à Cologne et dans d’autres villes allemandes. C’était, a dit Jean-François Bourlanges, le choc des civilisations au quotidien. »

Nos deux amis sont d’accord sur quasiment tout, et surtout sur un préalable : l’évacuation de toute question sociale dans le malaise français.
Finky  : « On a cru que le choc des cultures était soluble dans la question sociale. »
Dany  : « Alain a raison… Y a pas de déterminisme social… Ben Laden n’était pas pauvre… Mais les idéologues surfent sur la pauvreté, surfent sur les inégalités. »

Heureusement, Finky est républicain et nous prévient des dangers qui menacent de disloquer la France :

Finky : « La stratégie des djihadistes, Gilles Kepel l’a montré, c’est de créer en France les conditions d’une guerre civile… C’est très grave et il faut évidemment tout faire pour ne pas tomber dans ce piège. […] C’est en 2002 qu’est paru le livre “Les Territoires perdus de la République”. Dans ce livre-là, on apprenait des choses absolument effarantes… Contestation des cours, mais aussi misogynie virulente, antisémitisme, très profond, et même francophobie ! Dans les banlieues… les deux injures les plus répandues, sont “sale juif” et “sale Français”. »
Dany  : « Sale pédé aussi. »
Finky  : « Il faut savoir que de plus en plus d’élèves juifs sont exfiltrés des lycées et des collèges de banlieue. »
Pujadas résume la démonstration : « C’est-à-dire que c’est culturel en l’occurrence, plus que social d’après vous. »

 

L’intervention de la terroriste musulmane sexy

Elle aura fait couler beaucoup d’encre, cette Wiam Berhouma, sur laquelle Causeur et consorts se jetteront pour nous expliquer pourquoi elle a agressé le pauvre Finky. Elle a effectivement défilé aux côtés des Indigènes de la République, mais elle va moucher le philosophe sur son islamocentrisme. Nous résumons ici son propos, car sa tirade a duré six bonnes minutes.

 

 

« Il y a a une islamophobie institutionnelle… Je pense aux discriminations au logement… à l’éducation, à l’emploi, etc. […] Des médias qui traitent l’information de façon totalement biaisée de sorte à faire du musulman l’ennemi de l’intérieur. »

Elle s’adresse alors directement au philosophe, déjà détruit par tant d’impudence :

« Vous vous êtes octroyé le droit de parler de l’islam, de parler des musulmans, et de parler des quartiers populaires, alors que vous n’en avez ni les compétences, ni la légitimité… Je vous rassure monsieur Finkielkraut, et vous n’êtes pas le seul à jouer à ce jeu-là, j’interpelle aussi les médias qui vous font tribune et qui vous permettent de parler, à vous et à d’autres personnes comme monsieur Zemmour, comme monsieur Bernard-Henri Lévy… »

Pujadas, dont le sourire passe du jaune au vert, intervient : « Eux ils sont pas là pour répondre, il est là lui, il vous répond. »
Alors qu’on n’a jamais entendu un tel argument dans sa bouche quand il s’est agi des autres personnes visées dans ce débat, sans même parler des communautés sur la sellette…

Réponse de Finky, habituelle pour les habitués :

« Je suis-je dois vous le dire absolument accablé par ce que je viens d’entendre. […] Il y a malheureusement, parmi les musulmans, je dis bien parmi les zumilmans, une tendance tout à fait contraire on se replie sur une susceptibilité à fleur de peau, et on cherche à toute chose un coupable extérieur… Une remise en question de l’islam par lui-même est absolument indispensable. […] Le problème principal de l’islam ne vient pas du mal que lui fait l’Occident mais précisément… de l’oppression des femmes en terre d’islam. »

Et de citer une émission diffusée sur France 3 le 23 octobre 2015 :

« Et dans ce documentaire, Smaïn Laacher, un sociologue algérien, parlait de l’antisémitisme dans les familles arabes, et il disait qu’il est présent dans l’espace domestique qu’une des réprimandes, une des insultes des parents quand ils veulent réprimander leurs enfants, c’est de les traiter de “juifs”. Et il dit cet antisémitisme il est comme l’air qu’on respire… Évidemment il ne s’agit pas d’incriminer toute une population, toute une culture, toute une communauté, la preuve, c’est Smaïn Laacher qui le dit.  »

 

La parenthèse hébraïque

Alors qu’un vrai débat incendiaire a été éteint illico presto par un Pujadas semi-paniqué, le faux débat a repris ses droits. Et là, il va se passer quelque chose qui restera dans les anales de la télévision (française), même quand l’Homme aura disparu. Un échange en hébreu (à 1:02:20) entre les deux débatteurs. On est loin de la violence de Gaza. Nous l’avons traduit, après de longues recherches, pour vous. Heureusement, il ne dure que le temps d’une réplique, mais n‘échappera pas à un Pujadas estomaqué.

Dany  : « Toda raba, merci (merci beaucoup). »
Finky : « B’vakacha (je vous en prie). »
Dany  : « Merci, LeHitra’ot (au revoir). »
Pujadas, dans un sourire gêné : « Bon, si on vous, si on vous gêne on peut se retirer ! »

 

 

Mais non, tu ne gênes personne, David, sinon il y a longtemps que tu aurais été viré de cette télé israélienne ! Quatre minutes plus tard, assistant à l’étrange collusion entre ses deux boxeurs – un combat truqué d’une force... – il tente de mettre le feu lui-même : « J’essaye de faire apparaître au grand jour vos divergences !  »

Le seul petit point d’achoppement – soyons honnêtes – entre les deux cousins de la tribu d’Israël, c’est la société multiculturelle. Un bienfait pour l’un (Dany), une malédiction pour l’autre (Finky). Pour Dany, « aujourd’hui nous avons des pays mélangés, des pays multiculturels, c’est une réalité !  » Oui, sauf en Israël. Mais Dany n’est pas israélien, concédons-lui cela, il est allemand, et se sent européen (et français quand les Bleus gagnent la Coupe du Monde ou l’Euro). Il pose à Alain une question simple : « Tu as raison, qu’est-ce qu’on fait des 5 millions de musulmans en France, qu’est-ce qu’on fait des 14 millions de musulmans en Europe ? »

Réponse d’Alain, on vous la fait courte : les musulmans doivent renoncer à ce qui n’est pas compatible avec notre civilisation. Il va alors (à 1:26:50) nous en servir une sévère :

« Joachim Gauck [l’ancien président allemand]… en pleine merkelmania, au moment où madame Merkel disait on va y arriver, vive la “Willkommenkultur” [la culture de l’accueil], nous allons effacher, effacer la tache du nazisme, apologie de la force vitale, nous allons accueillir sans faiblir les réfugiés, il a rappelé tout d’un coup le credo de l’Allemagne, les quatre articles du credo de l’Allemagne : respect de l’identité des homosexuels, égalité des hommes et des femmes, refus de tout antoutisémitisme, reconnaissance de l’État d’Israël. Pourquoi rappeler ce credo en pleine vague migratoire ? Parce qu’il était convaincu qu’un nombre important de nouveaux arrivants ne partageait aucun de ces principes aucune de ces valeurs. »

Réponse de Dany (1:31:19) : « Mais un million de réfugiés, un million, Alain, chapeau, non ? »

 

Reductio ad judeorum

Finky : « Je préfère madame Merkel à Victor Orban… Mais il y a un mot de Victor Orban qui m’a déchiré le cœur… Il a dit moi je ferme les frontières parce qu’il y a une chose dont j’ai pas envie, c’est que la Hongrie devienne la Marseille de l’Europe centrale. Et c’est une phrase terrible parce que ça veut dire que la France qui faisait tellement envie autrefois et naguère, fait aujourd’hui pitié. Et Marseille c’est quand même le lieu où revient, mais sous une guise tout à fait nouvelle, l’esprit du pogrom. Il y a des pogromistes à Marseille. »
Dany  : « Il y a des pogromistes en Hongrie ! »
Finky : « Il y a des pogromistes à Marseille qui poursuivent des juifs à kippa mais pas parce que la kippa serait comme l’a dit Rony Brauman fort malencontreusement, un signe d’allégeance à la politique raciste d’Israël, parce que ça voudrait dire que les les les les les les les cibles sont elles-mêmes coupables, car racistes, non, ils poursuivent des juifs à kippa parce que eux ils en veulent aux juifs et et et la kippa est un moyen comme un autre des les identifier. […] Sur les réseaux sociaux islamiques, pour dire les choses par leur nom, on s’est moins ému de ce pogrom que de cette idée qu’il y aurait deux poids deux mesures entre la kippa et le voile, voilà. On défend la kippa en France, le droit à la kippa, mais on interdit le voile. Ce qui est faux : on permet le voile dans l’espace public, et si une femme voilée est attaquée, c’est aussi ignoble. Mais voilà ce qui a été dit en quelque sorte comme si encore une fois il fallait penser que les juifs se tirent toujours d’affaire et que même dans ce cas-là, où ils sont des cibles, ils sont les rois du monde. »

 

 

Ouf, il a lâché le morceau, enfin. L’antisémitisme, les pogroms, on n’était pas loin de Vichy et de la Shoah. Maintenant Alain va mieux, même si sa main droite tremble, comme celle de Valls (lui c’est la gauche). Il aura fallu 90 minutes pour que Finky expulse ce qu’il avait sur le cœur. Le débat aurait pu porter au départ sur la chute du nombre de rhinocéros en Afrique, on en serait arrivé au même endroit, probablement au même moment. Hélas, c’est le moment choisi par l’arbitre Pujadas pour « qu’on aborde un autre temps de ce débat  ». Cela n’empêche pas Dany d’en placer une dernière sur la tribu :

Dany  : « Sur les juifs, en 30 secondes. Quel est le pays où la plupart des juifs veulent aller quand ils partent d’Israël ? C’est l’Allemagne, et Berlin. »
Finky  : « Et c’est pas la France. »
Dany  : « Et c’est pas la France. »
Finky  : « Et ils quittent la France ! »
Dany : « Et c’est les Allemands qui reçoivent le plus de réfugiés ! Et la France n’en reçoit pas ! Donc c’est quand même pas mal l’Allemagne de madame Merkel. »
Finky  : « On verra dans 10 ans. »

 

Le petit coin pour les goys

On vous passe la fin de l’émission, la dernière demi-heure consacrée aux problèmes des goys avec deux hommes politiques « nouveaux », l’élu montpelliérain Philippe Saurel (sans étiquette, quelle avancée), et l’ex-PDG d’Endemol (!) Virginie Calmels, passée dans les bagages de Juppé à Bordeaux. Face aux deux géants de la tribu régnante, ils feront logiquement pâle figure.

 

 

À la toute fin, Karim Rissouli, l’homme qui assénait le catéchisme officiel aux invités récalcitrants du Grand Journal, la nouvelle recrue de l’info de France 2, vient faire sa revue de tweets, l’idée bateau censée intégrer la participation des téléspectateurs. Tu parles d’une interactivité… Karim osera quand même évoquer poliment à Finky son « obsession de l’islam », ce à quoi l’immense philosophe rétorquera :

«  Le concept d’islamophobie vise si vous voulez à réprimer toute pensée libre et parole sur l’islam. Je condamne et j’ai condamné tout au long de l’émission les généralisations, les amalgames, le racisme antimusulman, j’ai pris bien soin de distinguer l’islam en général de l’islamisme… Ceux qui m’accusent d’être islamophobe refusent que ces distinctions soient faites et veulent soustraire l’islam à la critique et cela, je ne m’y résoudrai jamais. »

La question drôlatique du « débat » échoira à Pujadas, qui se tourne vers Rissouli : « Les temps forts de l’émission ? »

La conclusion appartiendra au présentateur du 20 Heures, fier comme un coquelet : « Qui a gagné, c’est évidemment une blague, personne n’a gagné personne n’a perdu, on est là pour essayer d’éclairer un peu et que surtout que chacun se fasse son idée… »

Si si, les Français ont perdu 135 minutes et 300 000 euros, dépensés en pure perte par France 2. Enfin, pas pour tout le monde : tout cela a servi à flatter l’ego de ces deux personnalités médiatiques, l’une, politique à moitié intellectuelle, l’autre, intellectuelle à moitié politique. Qui se complètent parfaitement sur le linéaire idéologique proposé par le Système : une gauche libérale libertaire, suivie d’une droite réactionnaire, toutes deux résolument contre le « social » mais pour le sionisme.

 

L’émission est ici :

 

Le système médiatique étouffe sous la consanguinité, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Toutes les têtes creuses sur le plateau font du bon boulot... pour le sionisme, mais c’est pas grave puisque c’est l’État qui paye.


  • Trop LOL au début le pujadass."Ils ont la France dans la peau".Le pire même dans la poche !! Evidemment qu’on se respecte nous sommes des potes sionnistes.

     

  • L’excité actif, le tripoté passif et le petit garçon pujadas... Ça devait être drôle en coulisse, à la fin tout le monde se plait en politesse ?


  • Ayant tenté de regarder l’émission en entier...pas possible, on pourrait avant le débat écrire dans les grandes lignes ce qui va s’y dire et comparer à la fin avec la réalité la distance entre la prévision et cette réalité l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette devrait y suffire. Toujours les mêmes, toujours le même ton, marteler et marteler pour les imposer par l’usure et la lassitude des arguments dont les 3/4 des gens du quotidien ne veulent pas et desquels ils ne sont plus dupes, pas de contradicteurs sérieux et solides et ça rabâche et ça rabâche...Hommes du passé ? Hommes du passif ? :-)..... Décidément... une bonne murge fait nettement moins mal au casque....


  • Le concept d’antisémitisme vise si vous voulez à réprimer toute pensée libre et parole sur le judaïsme ?

     

  • Finie : "ça voudrait dire que les les les les les les les cibles" 7 "les" record battu :-)


  • Pour booster l’audience de cette non-emission il y avait un questionnaire a répondre a la fin de l’émission, pour les aficionados des produits 100% remboursés . On pouvait gagner des bons d’achat.


  • parodie , simulation ou repetition de débat ?
    comment dit on ?

     

  • l’intro est d’anthologie !
    "bonsouar , il y a des momments ou on a besoin d’y voir claaaaiiiireuh ..."

    pujadas le roi du teaser !
    j’ais mis sur stop , je me materais ce spectacle un jour ou j’aurais rien mais vraimment rien à foutre .

    star wars devrait introduire l’intro de pujadas ( à la place de "il y a longtemps dans .."etc) , ça met l’eau à la bouche .

    bon big mac à ceux qui n’ont pas mis sur stop .
    des paroles et de la jacte .


  • Je dirais plutôt : "Sioniste de droite contre sioniste de droite".

     

    • ..plutot" sioniste "vs" sioniste"..droite et gauche c’est pour les gosses !lol


    • J’ai du mal à saisir le terme de sioniste de droite. Les deux se réclamant tout d’abord de la gauche, étant favorables au projet européen, et acquis à la démocratie libérale. La droite la vraie, s’appuie sur un corpus de valeur, sur une réalité historique, celle du territoire, de ses traditions, et est antilibérale. La droite libérale aujourd’hui n’étant qu’une émanation du libéralisme instillé par la gauche depuis 200 ans...
      Etre sioniste peut être par contre considéré comme étant intrinsèquement de droite, mais alors autant dire sioniste tout court et ne pas utiliser la rhétorique gauchiste assimilant droite, libéralisme, racisme !


  • Deux vieilles horreurs au service du dépeçage de notre vieille patrie.


  • A 37:20’’

    Il y a aussi la version magnifique édulcorée à la sauce « Bisounours » de Cohn-Bendit sur les événements de Cologne et dont la conclusion vaut son pesant de cacahuètes : « Il n’y a jamais qu’une exactitude, là est le problème car nous sommes devant de multiples exactitudes . »

    Ferait-il du révisionnisme ?


  • Où l’on apprend qu’avoir la France dans la peau et parler en hébreux ... C’est la même chose ! Faut évoluer les gars, comme dirait Manu, c’est l’avant-garde ! :-)


  • Si il est sur que l’Islam doit se réformer sur le statut de la femme, il en est de même pour les juifs orthodoxes. Quand aux deux compères le jour où ils mettront de l’eau dans leur vin tribal, ce n’est pas pour demain.

    quand le rédacteur de l’article dit qu’il n’y a pas de multiculturalisme en Israël, je connais bon nombre de juifs qui disent le contraire, et en s’en vantant mais en oubliant de préciser deux choses ...

    1) Les palestiniens catholiques ou musulmans sont toujours menacés de se faire foutre dehors.

    2) Quand aux reste de la population, ils la considèrent multiculturelle parce qu’il y a des éthiopiens noirs, des juifs russes bien blancs, sauf que c’est la même culture judaïque.

    Pour ce qui est de l’intervention de la prof, c’est vrai qu’il est plaisant de voir Pujadas faire la gueule, son monologue était aussi interminable que celui de Finkie, qui est de toutes les manières d’une grand malhonnêteté intellectuelle, quand il ose dire que Dieudonné ment à propos de la traite négrière.

    Ils s’honorerait de remettre les pendules à l’heure sur cette période de l’histoire, mais cela reviendrait à abattre le mur de calomnie déversés en permanence sur les Français qu’ils peuvent se permettre d’ériger.

    Ramener la traite à quelques individus dégueulasses des deux communautés torpillerait le discours culpabilisateur et protecteur pour leur petite maison dans la jungle arabe.

    Et pour finir le petit échange de politesses en hébreux, top, c’est aussi malpolis que deux arabes qui dans une soirée parlent leur langue devant toi.


  • Allez, je reprends la formule de Finkie avec d’autres termes, juste pour l’inviter à la réflexion :
    « Le concept " d’antisémitisme " vise si vous voulez à réprimer toute pensée libre et parole sur " le sionisme ". Je condamne et j’ai condamné tout au long de l’émission les généralisations, les amalgames, le racisme, " l’antisémitisme " , j’ai pris bien soin de distinguer " l’antisionisme " en général de " l’antisémitisme " … Ceux qui m’accusent d’être " antisémite " refusent que ces distinctions soient faites et veulent soustraire " le sionisme " à la critique et cela, je ne m’y résoudrai jamais. »
    Moi non plus, Finkie !


  • On est à fond dans "La Controverse de Sion" de Douglas Reed.


  • L’un les fait rentrer, l’autre les critique, pour jérusalem.


  • Le passage en hébreu est invraisemblable

     

  • Moment de gène immense quand les deux sbires parlent une langue étrangère lors d’un débat sur la France à la télévision publique. Imaginez un peu les reactions dans un debat similaire ou deux interlocuteurs parlerait en arabe...


  • Merci pour le petit "décryptage" !

    Cependant, je ne suis pas convaincu que le "français moyen", puisse encore avaler toutes ces fadaises sans sourciller !

    Ce qui manque aux Français dorénavant, ce n’est ni la culture, ni l’envie, mais les outils pour désosser (au propre comme au figuré d’ailleurs...) cette caste qui, hier, mentait élégamment, et qui aujourd’hui méprise ceux qui sont tombés dans le panneau de la "démocratie à l’Européenne".


  • "Ils ont la France dans la peau...che" :o(((((


  • Bon les gars. Goys est un terme francisé. Utilisez le terme hébreux correct : goyim. Autant je n’apprécie pas trop le français "modernisé" (inculte serait trop politicaly uncorrect), smsisé ou tweeterisé (pas très français non plus huhu), autant quand on parle étranger autant utiliser les bons termes :)

     

  • Allez, je reprends la formule de Finkie avec d’autres termes, juste pour l’inviter à la réflexion :
    « Le concept " d’antisémitisme " vise si vous voulez à réprimer toute pensée libre et parole sur " l’antisionisme ". Je condamne et j’ai condamné tout au long de l’émission les généralisations, les amalgames, le racisme, " l’antisémitisme " , j’ai pris bien soin de distinguer " l’antisionisme " en général de " l’antisémitisme " … Ceux qui m’accusent d’être " antisémite " refusent que ces distinctions soient faites et veulent soustraire " l’antisionisme " à la critique et cela, je ne m’y résoudrai jamais. »


  • Ils ont vraiment des sales gueules...


  • Les deux sur le même plateau ??

    Le système est à bout de souffle ou quoi ?

     

  • Perso, je trouve qu’on en fait un peu bcp de cette Wiam Berhouma. Elle a eu son heure de gloire et tant mieux pour elle, mais la question reste : qu’est-ce que tu fous là ? Se retrouver là c’est faire partie du système en l’alimentant, et en dit long sur la personne. Cette émission n’a pas plus de valeur que The Voice, Confessions intimes et autres grosse merdes abrutissantes.

     

    • Je ne suis pas d’accord, la présence Wiam Berhoum est certes un gage pour les organisateurs de nous bassiner avec la diversité, néanmoins son intervention avait une certaine pertinence. Elle a remis une grosse cylindrée à propulsion sioniste dans sa case, celui de bonimenteur et pseudo philosophe, c’est déjà pas mal sur cette émission. Je pense qu’elle a déjoué les plans de la production qui l’on briefé pour la préparation du direct.


    • Elle nous a resservi le racisme institutionnel de la France comme la mère Houria Bouteltruc alors qu’en tant que Professeur d’Anglais elle est sans doute fonctionnaire. Quelle terrible ségrégation !

      On ne sort pas du paradigme de la pleurniche.


  • Dani n aime pas la Marseillaise parce que trop sanguinaire !!! pour un révolutionnaire de carrière , allemand , tout juste naturalisé français , l ’ hymne français c’ est encore compliqué !! on croit réver ! la suite ? j ’ai zappé .....

     

    • Aimer la Marseillaise c’est aimer la Révolution Française et ce qui en découle....C’est donc ne rien avoir compris du coté "diabolique de cette période".....
      La France c’est pas la Marseillaise . La France c’est AVANT la Marseillaise...C’est l’ancien régime avec ces valeurs Chrétienne et le Respect de tout ce qui "parle " de Dieu.


    • Si on va par là... J’ai envie de dire que la véritable Europe (celle des Indo-Européens) ce n’est pas le Christianisme.

      La France est un héritage, on ne choisit pas selon ses humeurs ou ses petits penchants de chapelle.

      Tout ce qui est national est nôtre disait Maurras.

      http://af-aquitaine.over-blog.com/a...


    • adile111 ka la marseillaise c’est au delà de la révolution ! Après on peut critiquer, amis ça fait partie de la France m !! Je trouve ça assez cocasse de ce revendiquer patriote et considéré que la marseillaise ce n’est pas la France ! C’est une drôle de manière d’etre patriote !


    • @sylvano
      La marseillaise est un chant né en 1792 et adopté par la convention pendant la Révolution Française, Révolution qui est ( excusez moi de me répéter ) un événement Majeur pour l’entrée de la France dans le monde anti-traditionnel qu’est le monde moderne avec ces valeurs bidons.....
      Si vous ne l’avez pas compris c’est tant pis pour vous !
      Quant au qualificatif de "patriote" dont vous voulez m’affublez , vous pouvez vous l’agrafer sur la poitrine et le garder pour vous....c’est une "vertu" qu’on a inventé pour envoyer le peuple au casse pipe dans l’intérêt des gouvernants....
      Les valeurs de la Foi , pour moi, sont les seules qui me parlent.....A chacun son Idéal !
      Bonsoir !


  • Une chose est sûre : Ils se sont compris les Finky Danny


  • donc c’était ça le grand remplacement dont parlait renaud camus ?


  • #1381413

    Des sionistes qui parlent de la France au français sur une chaine francaise, fallait y penser. vive la FRONCE.


  • Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’antisémite…


  • Incroyable Monsieur Cohn Bendit ! Vers la minute 22, vous dites que la cause du terrorisme islamique, c’est :
    1) l’immigration de musulmans depuis les années 60 qui aurait accouchée du terrorisme !

    2) la destruction de l’autorité du père de famille, causant la déstructuration mentale de cette jeunesse d’origine familiale immigrée (propagation de pervers narcissique).

    3) la télévision, qui a détruit l’effort de l’apprentissage culturel et religieux.

    Il est subtil Dany le rouge, mais pour un soixante-huitard qui a l’arrogance de s’approprier le mouvement « Mai 68 » intégralement (oublié la grève générale !!!), c’est bien se foutre de la gueule des français et cela 40 ans après !!!
    C’est un opportuniste subtil et il sent le vent tourner.....


  • Ils ont la France dans la peau ? Ah bon !!! T’es sûr Pupu ? Moi je connais un Finkielkraut qui déclarait au journal El Haaretz il y a quelques années de ça concernant la France que, je cite, " ce pays mérite notre haine " (oui, vous avez bien lu). S’agirait-il d’un frère jumeau ? En effet, comment imaginer une conversion si brutale à l’amour d’une patrie dont nul ne l’a entendu chanter les louanges ? Il n’est pas possible que ce soit le même personnage qui siège aujourd’hui à l’Académie française. Perso, je n’ai jamais entendu de sa part autre chose que des rappels aux zeures les plus zombres et autres collabos vichystes. Idem pour Con-Bandit. On nous raconte vraiment n’importe quoi. En même temps ce n’est pas grave, ils n’ont plus aucun crédit et on ne les écoute plus, sinon pour les démonter et se foutre joyeusement de leurs gueules. La preuve ici encore. Finalement on vient tous ici (enfin, c’est mon cas) pour lire et partager des commentaires. Merci donc pour tous ces moments de réflexion et de rigolade.


  • ca fait du bien de voir cette demoiselle... la france a besoin d’humain comme elle , calme, belle , intelligente, reflechis et reveillé.. bravo mademoiselle...
    ces philosophes sont des criminels et des hypocrites intellectuel


  • Que des francais de papiers lamentables et grossiers. Cela devient penible !


  • Finkielkraut en s’appuyant sur les propos d’un sociologue algérien (inconnu des algériens) dit :



    ...une des insultes des parents quand ils veulent réprimander leurs enfants, c’est de les traiter de “juifs”. Et il dit cet antisémitisme il est comme l’air qu’on respire…




    Tous les jours l’ insulte " espèce de mongole" est utilisée en France des milliers de fois... As t’on un jour entendu le peuple mongole s’en plaindre ?


  • #1381634

    J’ai regardé l’émission et franchement on peut se moquer de pays comme la Corée du Nord concernant la propagande mais nos médias ne sont pas mieux. Sinon au moment du "débat" entre Finkie et Wiam Berhouma le "Taisez vous" renvoie à l’émission ce soir ou jamais de Taddei à une altercation entre Finkie et un certain Abdel Raouf.


  • Cet article me met mal à l’aise, et ce n’est pas à cause et cela n’a rien à voir avec sa qualité rédactionnelle, mais plutôt à cause du cynisme, culot et inversion accusatoire qu’il souligne, le tout dans un sandwich à la pleurniche et l’entre-soit.

    Qu’ils fassent une émission vantant les biens faits de l’alya, en commençant par leurs petites personnes ainsi que tous ceux à qui la France et l’Europe ne plait pas avec ses dangereux musulmans, tellement organisés qu’ils arrivent à foutre des guerres partout, tout le temps, en tuant au passage enfants et vieillards ... ah mince, c’est les autres ça.

    Ce que je note au passage, c’est que des juifs sionistes parlent des "musulmans" avec des "musulmans" dans un pays chrétien (au pire, laïc) sur une chaine publique payée grassement, ils auraient invité un curé qu’il n’en aurait probablement pas placé une...que viendrait y foutre un curé d’ailleurs ?

    Est-ce qu’ils trouvent réellement un public à leur cirque ?


  • Il faut juste constater chez tous ces intellectuels juifs monopolisant la sphère médiatique, qu’ils n’ont en fin de compte le plein exercice de leur raison que dans un but unique : servir le motif profondément ancré dans leur nature inconsciente, qui asservit leur libre-arbitre et leur objectivité, au service exclusif d’un instinct de de domination et de préservation de caste, ’de race’.

    Ce qu’il faut toujours avoir à l’esprit avec les intellectuels de cette communauté : Ils utiliseront systématiquement tous les artifices de dialectiques pour en préambule camoufler sous des atours d’objectivité et de raison, la subjectivité inhérente, le parti pris ethnique inavoué, qui motivent immanquablement toute leur réflexion. Dans un deuxième temps, ils chercheront alors à introduire dans le débat, quasiment en toute circonstance et quelque soit le sujet, les éléments de langages permettant de relier le décor de la discussion à leur sémantique de prédilection : la souffrance juive, la Shoah, tous les prétextes tirés de l’histoire et exploités ad vitam aeternam pour imposer leur hégémonie sur les peuples de l’Europe par un stratagème massif de culpabilisation.

    Car finalement, la plus grande angoisse reliant derrière le décor de la joute théâtrale, Finkelkraut et Cohn Bendit dans une connivence viscérale, ce n’est même pas directement le fait que l’antisémitisme, leur fond de commerce sémantique, soit à l’évidence devenu aujourd’hui l’apanage de sémites musulmans (et non plus d’européens inventeurs du nazisme), ces allogènes européens jadis parés de toutes les vertus par ces intellectuels juifs, instrumentalisés avec la complicité intéressée du patronat, pour dissoudre plus avant encore la cohésion ethnique des nations européennes et briser la possibilité d’une résistance post-traumatique des européens.

    Non, ce qu’il craignent avant tout, ces petits soldats de la domination juive, c’est tout simplement de ne plus pouvoir asséner méthodiquement au public, la dialectique rodée depuis soixante-dix ans, cette rente intellectuelle garantie-or, qui leur permettait d’asseoir leur pouvoir et d’exonérer à priori tous les excès hégémoniques d’Israël, sur la culpabilité immortelle de l’occident, la faute originelle des chrétiens, travestie par ces manipulateurs-nés en arme massive de dissuasion de toute résistance à leur pouvoir. Manque de chance, l’histoire est en train de se retourner sur ces pompiers pyromanes.

     

    • Je viens enfin de lire ce superbe article, merci la rédaction, encore du bon boulot.

      Et bon commentaire, ou tu as bien résumé dans ton premier paragraphe :
      « Il faut juste constater chez tous ces intellectuels juifs monopolisant la sphère médiatique, qu’ils n’ont en fin de compte le plein exercice de leur raison que dans un but unique : servir le motif profondément ancré dans leur nature inconsciente, qui asservit leur libre-arbitre et leur objectivité, au service exclusif d’un instinct de de domination et de préservation de caste, ’de race’. »


  • Pour savoir qui sont ces deux personnages et leur degré d’amour de la France, je vous suggère d’aller sur Média press info, il y a une interview intéressante de M. Vernochet et d’un invité.


Commentaires suivants