Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

France : la mafia géorgienne pille tout ce qu’elle trouve

C’est pas la seule

L’homme qui comparaît devant le tribunal de Nancy (Meurthe-et-Moselle) à partir du 4 juin est une légende : Kakhaber Shushanashvili, 46 ans, serait l’un des chefs d’un redoutable gang criminel venu du Caucase, les Vory v zakone, ou « Voleurs dans la loi ».

 

Condamné à quinze ans de prison en Espagne l’an dernier, le Géorgien a été extradé vers la France, qui le soupçonne d’avoir commandité l’assassinat de l’un de ses compatriotes à Marseille, en 2010. Détenu à la prison des Baumettes, il est placé sous haute surveillance et cantonné à l’isolement 23 heures sur 24. « On le traite comme un monstre ! » s’insurge son avocat, Silvio Rossi-Arnaud. Voilà dix jours, « Kakha » a été extrait de sa cellule phocéenne. Direction la Lorraine, où il est accusé de recel de vol en bande organisée et d’association de malfaiteurs.

 

Mythes et codes

Kakhaber Shushanashvili affronte les juges nancéiens en bonne compagnie. Ils sont trente-quatre dans le box vitré du tribunal, dont quatre femmes. Des Géorgiens pour la plupart, mais aussi quelques Azerbaïdjanais et Arméniens, tous membres du puissant clan de Tbilissi sur lequel règnent « Kakha » et son frère Lasha. Ce réseau de voleurs et de receleurs sévissait entre l’Alsace, la région parisienne, la côte atlantique, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse. Parmi eux figurent, outre Kakhaber, trois autres « boss » des Voleurs dans la loi : Zaza Elikashvili, Georgyi Elerdzhiya et Bidzina Bakuridze.

C’est dans les geôles soviétiques que la confrérie des Vory v zakone a forgé son mythe et ses codes. Ses membres s’engagent à ne jamais travailler, à ne pas coopérer avec la justice, à ne pas s’enrichir et à ne pas fonder de famille. En théorie du moins. Dans leur monde, les tatouages tiennent lieu de serment : une croix sur l’annulaire, pour dire « Je suis né voleur » ; une rose des vents sur les genoux, signe du refus de la soumission face à l’autorité ; un couteau sur l’avant-bras, promesse de représailles contre les responsables d’une éventuelle incarcération ; une étoile à huit branches, marque des voleurs de haut rang et synonyme de rejet de toute coopération avec la police et le personnel pénitentiaire.

 

« Pourquoi on vit si on ne vole pas ? »

Les Voleurs dans la loi obéissent à une organisation quasi militaire : les hommes couronnés « vor » par leurs pairs donnent leurs ordres aux « smotryachi, » les responsables régionaux, qui surveillent le travail des « chestiorki », les « pions », ces sans grade chargés d’amasser le butin à coup de larcins et de cambriolages. Depuis le milieu des années 2000, ils mettent en coupe réglée l’Europe de l’Ouest, avec net penchant pour la Grèce, l’Espagne, l’Italie et la France.

L’enquête menée par les gendarmes de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante, avec les policiers de la Sûreté départementale du Bas-Rhin, offre une plongée saisissante dans ce drôle d’univers. La vie des petits soldats du réseau ne fait pas rêver : presque tous toxicomanes, ils végètent officiellement grâce aux aides sociales et à quelques boulots au noir. Souvent munis de faux papiers lituaniens, ils bénéficient parfois d’un titre de séjour pour raisons médicales.

Voler est leur métier. Eux disent « courir » ou à « aller aux courses ». « Pourquoi on vit si on ne vole pas ? » s’interroge l’un d’eux sur une écoute. L’un de ses comparses se plaint même de ne pas avoir le temps d’effectuer des démarches administratives. Moyennant quoi, depuis cinq ans qu’il est en France, il ne touche toujours pas d’allocation. « Ils vivent chichement ici, mais transfèrent leur argent vers la Géorgie », pointe un bon connaisseur du dossier.

[...]

Un considérable trésor de guerre

Derrière les barreaux, ils peuvent compter sur la solidarité des « frères » : l’« obschak », la caisse commune alimentée par un prélèvement de 20% sur le produit des vols, assure le soutien aux détenus, finance la logistique de l’organisation, rémunère les cadres voire, dit-on, quelques politiciens géorgiens. « Amassé dans toutes les villes où les Vory v zakone sont implantés, ce considérable trésor de guerre remonte jusqu’aux patrons de la confrérie », précise un enquêteur.

Lire l’article entier sur lexpress.fr

 

Une émission de radio de Jacques Pradel sur les mafias qui sévissent en Europe (4 janvier 2013) :

 

Le reportage en deux parties diffusé à la RTBF dans Questions à la une :

Sur le sujet, chez Kontre Kulture

 

Les satellites de l’ex-URSS sont lancés contre la Russie par l’Empire,
lire sur Kontre Kulture

 

La Géorgie ou la collusion mafia-CIA, voir sur E&R :

 






Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1979247

    La nature a horreur du vide...
    Et comme il n’y a plus de crime organisé français (le milieu, comme on disait à l’époque), la place est libre.
    Au Japon, les yakusas sont tolérés par le gouvernement et les forces de l’ordre pour peu qu’ils respectent certaines règles. Aucune mafia étrangère sur leur sol...
    A méditer !
    Ceux qui prétendent que l’on peut éradiquer les mafias sont des rêveurs, il est simplement préférable qu’elles soient françaises et qu’elles respectent certaines règles.
    Les "films de gangster" français des années 50-60 sont assez édifiant à ce sujet (concernant le rapport entre la police et le milieu).

     

    Répondre à ce message

    • #1979354
      Le 4 juin à 21:31 par Palm Beach Post : "Cult !"
      France : la mafia géorgienne pille tout ce qu’elle trouve

      Il serait tout-à-fait possible d’éradiquer les comportements mafieux, les logiques criminelles.

      Mais il n’y aurait alors plus personne pour apporter le café.

      N’écoutez pas ceux qui promettent le Kärcher, alors qu’ils n’ont même pas les droits d’exploitation.

       
    • #1979486

      lesYakusas ont été mis au pouvoir par l’administration US de Mac Arthur pour faire redécoller l’économie japonnaise en squeezant les élites nationalistes traditionnelles. tous les grands groupes financiers japonais (Mitsubishi, Honda etc) ont eu des dirigeant historiques issus des Yakuzas (c’est un secret de Polichinelle au Japon) la collusion entre mafia économie et politique est inextricable au Japon

       
    • #1979514

      Des criminels, oui, mais francais monsieur !
      Un comm qui vaut son pesant de cahouètes...
      Ca me rappelle une réplique de Coluche dans tchao pantin tiens, "tricolore jusqu’au slip".
      Vu sous cet angle...

       
    • #1979806

      @paramesh
      La mafia japonaise trouve son origine au XVIe - XVIIe siècle...
      Ils sont effectivement très liés aux zaïbatsus mais depuis bien plus longtemps que la période de la seconde guerre mondiale.

      @reymans
      Comme les légumes, je préfère ceux du coin !
      Occupant le terrain avec l’aval de la police, il dissuade tout autre groupe criminel de s’installer (notamment la mafia juive, il n’y a pratiquement pas de juifs au Japon).
      Si tu es satisfais de ce qui se passe, qu’est-ce que tu commentes cet article et mon com ?

       
    • #1980113

      Y avait il une maffia sous Staline, Hitler ou Mussolini ? Et pourquoi ? A méditer !

       
    • #1980133

      Ah.
      Déjà je ne t’ai pas donné un os.
      Te concernant, tu préfères remplacer une mafia par une autre, or si tu lis bien ce qui se commente ailleurs (tiens juste au dessus par exemple), il est mentionné qu’un pouvoir fort a tendance à éradiquer les mafias.
      Mon point du vue étant pas de criminels du tout autant que possible, en tout cas la moins organisée possible.
      Remplacer une mafia par une autre parce que francaise c’est du chauvinisme mal placé, un bandit en vaut bien un autre.
      D’après toi le gars qui viendrait te cambrioler, s’il est francais il t’apporterait des fleurs ? Ca glisserait mieux pour toi ?
      Pour le reste, en dehors de me prêter des propos que je ne tiens pas, t’as l’air un peu à cran.

       
    • #1980575
      Le 7 juin à 03:35 par Antipocrite
      France : la mafia géorgienne pille tout ce qu’elle trouve

      Autrement dit : "Entre le pire et le moins pire, je préfère le pire..."
      Vu comme ça, ça vole pas plus haut qu’une cahuète, ce qui explique toute cette fioriture.

       
    • #1980749

      Vous vous trompé sur le Japon. Outre de petits malfrats vietnamiens ou thaïlandais agissant de plus en plus nombreux, la mafia chinoise s’impose de plus en plus dans certains coins. Le quartier Susukino de Sapporo, par exemple, grouille de membres de cette mafia chinoise. Au grand dam des yakuzas évidemment, mais aussi d’ une partie de la population japonaise.

       
    • #1981433

      @reymans

      Moi aussi , je préférai une société sans malfaisants !
      Mais de deux maux, il faut choisir le moindre...
      Quand au cambrioleur qui viendrait chez moi, ii serait reçu comme il se doit qu’il soit français ou autre.
      Renseigne-toi sur le milieu du banditisme, celui d’avant les années 70/80.
      Pour faire court, très peu de dégâts collatéraux pour le citoyen lambda...cette fameuse délinquance qui pourrit la vie de nombreuses personnes au quotidien.

       
    • #1982548

      Aucune mafia tout court est possible. L’Italie fasciste en est la preuve.

       
  • #1979271

    En Géorgie,par contre,la délinquance est inexistante....Quel que soit le lieu,même une vieille cité stalinienne.... !!

     

    Répondre à ce message

  • #1979323

    Questions diverses pour un spécialiste :

    - Flux financiers identifiés : Espagne, France, Georgie, Allemagne, Pays-Bas, Suisse, Côte Atlantique, ...

    - Régions Françaises d’investigation : PACA, Lorraine, Nancy, Alsace, Région Parisienne, ...

    - Identification des membres par leurs tatouages :

    . une "croix" sur l’annulaire : "Je suis né voleur"
    . une "rose des vents" sur les genoux : signe du refus de la soumission face à l’autorité
    . un "couteau" sur l’avant-bras : promesse de représailles contre les responsables d’une éventuelle incarcération
    . une "étoile à huit branches", marque des voleurs de haut rang et synonyme de rejet de toute coopération avec la police et le personnel pénitentiaire

    - Saisie des comptes bancaires de l’« obschak » et ceux des "smotryachi" : Est-ce si compliqué pour les autorités ?

    Merci pour vos réponses.

     

    Répondre à ce message

  • #1979325

    Ses membres s’engagent à ne jamais travailler, à ne pas coopérer avec la justice [...] à ne pas fonder de famille.



    Ça vous rappelle rien ce concept ?

     

    Répondre à ce message

    • #1979362

      Il y a pas besoin d’aller en Géorgie pour en trouver un paquet comme ça...

       
    • #1980568

      Ça ne me rappelle rien. Qu’est-ce que c’est censé évoquer ?

      De plus je suis rentier, je ne travaille pas (oui, je vis bien, même très bien).

      Je ne peux pas blairer les institutions (judiciaires & autres).

      Je ne souhaite pas fonder de famille (j’ai 36 ans et bien en forme).

      Et donc ? Ah, mince alors, je suis mafieux sans le savoir... zut et re-zut !

       
  • #1979345
    Le 4 juin à 21:16 par jeandelalune
    France : la mafia géorgienne pille tout ce qu’elle trouve

    pas vu pas pris, mais pris pan ! pan ! rip

     

    Répondre à ce message

  • #1979357

    J’ai cru qu’ils se tatouaient le drapeau de l’OTAN, ça aurait pu si c’était des kosovars...

     

    Répondre à ce message

  • #1979361
    Le 4 juin à 21:40 par Palm Beach Post : "Cult !"
    France : la mafia géorgienne pille tout ce qu’elle trouve

    lol, les tatouages, c’est pour le bétail, la racaille...

    Il a des tatouages, Jacob Rothschild ?

     

    Répondre à ce message

  • #1979396

    Shushana... C’est moi ou il y a bien ça dans le nom... ce qui veut dire que...

     

    Répondre à ce message

  • #1979424
    Le 4 juin à 23:28 par Britanovitch
    France : la mafia géorgienne pille tout ce qu’elle trouve

    Mème la mafia elle est pas française dans ce pays. La France n’existe plus c’est un terrain vague pour les racailles étrangères

     

    Répondre à ce message

  • #1979434
    Le 5 juin à 00:16 par Mafia albanaise
    France : la mafia géorgienne pille tout ce qu’elle trouve

    La mafia la plus puissante d’Europe, c’est la mafia albanaise.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents