Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Grande-Bretagne : un député travailliste dénonce l’antisémitisme de son parti

Frank Field, âgé de 76 ans et élu député du Labour depuis 1979, a claqué la porte, ce jeudi, de son parti en raison des accusations de complaisance face à l’antisémitisme qui touche les dirigeants du parti. Et regrette que sa formation soit devenue « une force pour l’antisémitisme  ».

 

Nouveau coup dur pour le parti travailliste britannique. L’expérimenté député Frank Field, âgé de 76 ans et élu à la Chambre des Communes depuis 1979, a annoncé, ce jeudi, qu’il claquait la porte du Labour et siégerait désormais comme indépendant, pour dénoncer la gestion par la direction du parti des accusations d’antisémitisme portées contre certains de ses membres. Une démission qui pourrait, selon les médias anglais, en amener d’autres dans les prochains jours. Le vice-président du Parti Tom Watson a regretté la décision de Frank Field, la qualifiant de « coup de semonce ». « Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre des personnalités d’un tel poids », a-t-il ajouté.

Dans une lettre aux allures de réquisitoire adressée au leader des travaillistes à la Chambre des Communes, Nick Brown, Frank Field a accusé le Labour d’entretenir une «  culture de l’intolérance, de la méchanceté et de l’intimidation » en son sein. «  La Grande-Bretagne a combattu durant la Seconde Guerre mondiale pour bannir l’antisémitisme, mais ce succès surhumain est aujourd’hui l’objet d’attaques internes considérables et soutenues », poursuit-il. Et d’ajouter : « Les dirigeants du Labour ne font rien pour s’attaquer à cette érosion de nos valeurs fondamentales. Cela m’attriste que nous soyons de plus en plus considérés comme un parti raciste ».

Depuis son élection à la tête du Labour en septembre 2015, le député socialiste a été accusé à plusieurs reprises de ne pas avoir réagi avec suffisamment de fermeté aux propos antisémites tenus par certains élus travaillistes. L’attitude adoptée par le Labour à l’égard de l’ancien maire de Londres, Ken Livingstone, par exemple, est très contestée, notamment par les membres du mouvement travailliste juif. Ken Livingstone, qui avait déclaré en 2016 que Hitler « soutenait le sionisme avant de devenir fou et de finir par tuer six millions de juifs », a été suspendu pendant deux ans. Ses critiques souhaitent qu’ils soient exclus du Labour à titre définitif.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

Aller plus loin avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants