Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Hilarion Cabbougi : Hares al Qods, ou Le Gardien de la cause sacrée

Hommage de la Syrie résiliente à l’un de ses illustres fils, l’Évêque de Jérusalem, icône de la résistance contre l’occupation israélienne. En choisissant de produire et présenter à la télévision nationale tout au long du mois sacré de Ramadan, un feuilleton de grande facture dont le héros est un prêtre syrien natif d’Alep, devenu évêque de l’Église melkite de Jérusalem, la Syrie envoie au monde un message de clairvoyance, de tolérance et d’universalisme citoyen.

 

Entre la pandémie des sanctions, les incendies criminels ici et là (l’oasis de Palmyre est à nouveau en feu) et les menées tortueuses du mégalomane Mamamouchi, le Ramadan n’a amené aucun répit à la Syrie martyrisée. Gavée de blocus et d’embargos, harcelée par des agresseurs pourtant sinistrés, elle attend de pied ferme les lois « Caesar » bêtes et méchantes de l’oncle Donald.

L’intox et l’infox ayant fait très bon ménage avec le coronavirus, il est toujours dans le vent d’ostraciser la Syrie et de lui prêter tous les péchés du monde, y compris celui d’intolérance. Certes il serait vain d’attendre des « dévots » qu’à l’instar de saint Paul il y a deux mille ans ils trouvent leur chemin de Damas, mais on pourrait rêver que le Ciel éclaire leur lanterne en leur rappelant le lien indestructible entre le christianisme et son berceau syrien. Ils comprendraient alors pourquoi le « cœur battant du monde arabe », haut lieu d’un islam prestigieux et œcuménique, respecte tant une diversité religieuse qui fait partie de son patrimoine. La vénérable Grande Mosquée des Omeyades n’héberge-t-elle pas le tombeau de saint Jean le Baptiste tandis que son minaret de Jésus veille sur la « perle de l’Orient » ? Non, les chrétiens – au nombre de 2,5 millions (10 % de la population) au début du conflit – n’ont pas été persécutés par le gouvernement, n’en déplaise aux imposteurs. Ceux-ci seraient-ils amnésiques ou aveugles au point d’absoudre les fanatiques travestis en démocrates, qui à l’été 2011 promettaient le tombeau aux alaouites (le « tabout ») et sommaient les chrétiens de partir « à Beyrouth ».

Il semble donc juste de saluer les hardiesses d’un État mal traité mais résilient, où l’on sait avoir du courage et de la tenue. En témoigne la décision de produire et présenter à la télévision nationale une série dont le héros est un prêtre syrien natif d’Alep, devenu évêque de l’Église melkite de Jérusalem. Il fallait en outre de la détermination et de la clairvoyance pour choisir un calendrier porteur d’une symbolique si lourde : il n’est pas anodin d’avoir choisi le Ramadan pour proposer un feuilleton tel que Hares al Qods (Le Gardien de Jérusalem). Mais le personnage vedette n’a rien de banal.

Ordonné prêtre en 1947, Hilarion Cabbougi est nommé archevêque de Césarée en Palestine et vicaire patriarcal melkite de Jérusalem en juillet 1965. Sa « consécration » épiscopale par le patriarche d’Antioche intervient en septembre. S’imposant vite comme une icône de la résistance palestinienne et une figure de proue de la cause arabe, il est arrêté en 1974, emprisonné et torturé par l’occupant israélien, il est libéré en 1977 après des tractations difficiles entre Tel-Aviv et la papauté qui lui imposent un exil à vie loin de la Palestine et de tout pays arabe. Il sera donc propulsé de poste en poste jusque dans la lointaine Amérique du Sud. Bien que son nom soit déjà célèbre, c’est grâce à l’impact de cette série à succès en trente épisodes qu’un certain grand public arabe ou arabophone verra désormais en Mgr Cabbougi, le gardien d’un lieu saint pas comme les autres.

Lire la suite de l’article sur afrique-asie.fr

 

Un retour historique sur la Palestine, sur E&R :

Un retour sur le drame actuel de la Syrie, avec E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Définition de dhimmi donné par Omar Ibn Al Khattab au patriarche de Jérusalem :
    « Lorsqu’une personne entre sous la protection d’un autre homme ou un autre clan, il est prémuni contre toute attaque ou injustice. S’il est agressé c’est comme si son protecteur était agressé. Il devra le défendre comme il l’aurait fait pour lui, sa famille et son honneur. S’il ne le fait pas il sera couvert de honte pour toujours. En cela consiste la dhimma d’une personne ou d’un clan. Alors que dire de la dhimma que Dieu et Son Messager vous à accorder. Quiconque est injuste avec vous aura violé le gage de Dieu et de Son Messager.C’est un ennemi de Dieu et de Son Messager. Quiconque entre en guerre contre Dieu et Son Messager, nous lui déclarons la guerre même si nous devons tous périr. »


  • Nous espérons à l’avenir voir cette série des plus intéressante sous titrée en français, car il serait dommage que les francophone ne puissent en profiter.
    Merci d’avance pour ceux qui voudront bien entreprendre ce travail, notre maîtrise de l’arabe étant trop limitée.