Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Hjalmar Schacht, le banquier d’Adolf Hitler, était un génie"

Entretien avec l’économiste Jean-François Bouchard

Bien sûr, vous connaissez Joseph Goebbels ou encore Heinrich Himmler. Mais sans doute pas Hjalmar Schacht (prononcez Yalmar Charte). C’est pourtant « grâce » à lui qu’Adolf Hitler est arrivé au pouvoir et surtout, qu’il s’y est maintenu. Dans Le Banquier du diable, tout juste publié aux éditions Max Milo, l’économiste Jean-François Bouchard dresse le portrait de cet homme, brillant et glaçant.

 

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à Hjalmar Schacht ?

Alors que les dirigeants actuels sont incapables de redresser nos économies, cet homme a réussi à sauver l’Allemagne de la ruine… à trois reprises ! D’abord en 1923, en mettant fin à l’hyperinflation. Puis en 1924 et en 1929, en arnaquant les Alliés sur le paiement de la dette de guerre allemande. Enfin, dans les années 1930, en réduisant le chômage à néant. En cinq ans, il a remis 7 millions de demandeurs d’emploi au travail…

 

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris chez cet homme ?

Son œuvre après la Seconde Guerre mondiale. Il a été –étrangement– l’un des trois acquittés du procès de Nuremberg. A sa sortie de prison, il a 74 ans et le sentiment qu’une nouvelle vie s’ouvre à lui. Ce sera le cas : il va devenir le conseiller économique de plusieurs pays en voie de développement. Il a notamment accompagné l’Iran dans la renégociation de ses contrats pétroliers avec des compagnies américaines et britanniques. Au cours de ces discussions, il sera menacé physiquement à plusieurs reprises. Ces intimidations n’entameront pas sa détermination. Il a consacré la fin de sa vie –il est mort à 93 ans dans son lit– à œuvrer pour le développement d’une économie plus harmonieuse et plus respectueuse du bien-être des populations. [...]

 

On sent chez vous une certaine admiration pour cet homme…

C’est difficile à reconnaître dans la mesure où, sans lui, le régime hitlérien et ses atrocités n’auraient jamais existé… Mais oui, j’admire sa détermination. Sur le plan économique, il a été un véritable génie. Il a transformé un pays arriéré, handicapé par le paiement de la dette de la Première Guerre mondiale en un État doté d’équipements extraordinaires –autoroutes, barrages, centrales thermiques, réseau téléphonique, etc. Il a transformé une ruine historique en une réussite historique… En 1940, grâce à lui, l’Allemagne serait devenue la première puissance économique au monde si elle n’était pas partie en guerre.

Lire l’intégralité de l’article sur 20minutes.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

Sur l’œuvre (économique !) de Hjalmar Schacht,
chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai lu "La Révolution européenne" de Francis Delaisi tout ceci y est expliqué en details. C’est l’etalon travail qui a été mis en place à cette epoque qui a permi le redressement de l’Allemangne mais qui a failli provoquer - par voie de consequence - la ruine de la dynastie Rothschild....

     

    • Ouais et dans Hong Bing Song la guerre des monnaies, on apprends que c’est rotschild et compagnie qui ont financé la prise de pouvoir d’Hitler et permis de rembourser la rente faramineuse du traité de Versaille, en échange de quoi Hitler devait faire la guerre en Europe en évitant la Suisse, car c’est là que se trouve la BRI, qui est la banque des banques centrales.


    • @derp
      Sur quelles sources ce Chinois se base-t-il pour dire ça ?

      Comment expliques-tu qu’un Chinois ait pu prouver le financement de Hittler par Rothschild et leur mutuelle complicité alors qu’aucun historien occidental sérieux n’en a trouvé la moindre petite indication ?

      As-tu pensé au fait que ce Chinois a pu se fourvoyer dans le choix de ses sources ? As-tu pensé qu’il a pu se baser sur des sources pas fiables, ne sachant pas départager le vrai du faux dans tout le fatras de sources contradictoires disponibles en Occident ? Les auteurs étrangers commettent souvent de graves erreurs dans la sélection de leurs sources.

      Cela me fait penser à ces Français et ces Iraniens qui prennent encore au sérieux le fou à lier Gordon Duff, parce qu’ils ignorent que Duff est complètement discrédité en Amérique...


    • Pour connaître les sources de Hongbing Song, allez aux sources en lisant "La guerre des monnaies".
      En outre, les relations entre le IIIème Reich et la finance cosmopolite sont assez largement documentés au-delà des recherches de Song, notamment chez Eustace Mullins, Anthony Sutton, Benjamin Freedman, Pierre de Villemarest ou dans l’article ci-dessous :
      « Comment Londres et Wall-Street ont mis Hitler au pouvoir »
      http://m.solidariteetprogres.org/do...


  • Je doute que M. Bouchard, conseiller du FMI, soit la bonne personne pour analyser ce qu’a réalisé Schacht. Il n’a pas les concepts qu’il faut. Mieux vaut lire Delaisi ou Jacques Dartan.

     

    • #1141756

      Cher Monsieur, le doute étant le propre de l’homme intelligent, je respecte totalement ceux que vous émettez à propos de ma capacité à analyser l’oeuvre de Hjalmar Schacht, mais j’espère seulement que vous avez lu le livre avant de formuler votre opinion afin de vous forger une véritable religion sur les concepts dont je dispose ou dont je ne dispose pas.

      Très cordialement à vous,
      Jean-François Bouchard


    • Monsieur Bouchard, je profiterai alors de votre présence pour vous poser la question directement : sur quels points précis l’analyse de Delaisi et la vôtre divergent concernant l’économie de l’Allemagne des années 40 ?

      Et question subsidiaire qui n’attend pas forcément de réponse, étant bien trop politiquement incorrecte : que Adolf Hitler ait mis toute l’économie allemande entre les mains d’un homme si vertueux, ne prouve t-il pas qu’Hitler ne pouvait être ce diablotin parfaitement mauvais qui nous est toujours dépeint ?

      Cordialement.


    • où je trouve que mr Bouchard pousse le bouchon un peu loin c’est quand il donne une dimension morale à un banquier et financier peut être extrèmement doué mais totalement issu du moule de l’oligarchie financière. car Schacht était introduit à Wall street et à la city et considéré comme un pair et il a participé à toutes les réunions qui ont entre autres provoqué les crises économiques si utiles pour redistribuer les cartes, les manipulations sur l’or pour influer sur la politique monétaire des états, et la création de la BRI (où il a eu un rôle déterminant or la BRI est le proxénète ultime du racket de la monnaie privée), Schacht est un pur produit du monde de la finance, qui a peut être aidé l’Allemagne, mais selon des intérêts communs à tous les grands financiers de wall street et de la city.
      je trouve moi aussi l’analyse de Delaisi plus complète et plus pointue


  • La force du troisième Reich sur le plan financier et économique est tout simplement d’avoir acquis à sa cause, non seulement la classe ouvrière allemande (que les bourgeois franco-saxons supposaient faussement être définitivement bolchévisés et irrécupérables - et on en est encore là - !) , mais aussi - et pourquoi non - les patrons et les banquiers allemands et même les économistes - qui se sont révélés tout aussi patriotes que les simples ouvriers et pouvant agir eux-aussi dans l’intérêt collectif sans se transformer en mafia ou en lobby.

    Imaginons la France actuelle peuplée de chefs d’entreprise patriotes et compétents (on peut rêver !) et nullement soucieux de trahir leur pays pour leurs intérêts immédiats, de banquiers nullement gangsters et américanisés ? Qui se sentiraient solidaires avec toute la population française toutes classes sociales confondues, et peu disposés à trahir leur pays sur un coup de fil de Chicago ou de New-York ? Imaginons - là on va loin dans l’onirisme - un Medef patriote ! Vous comprendrez alors le personnage d’Halmart Schacht.

     

  • “Au lendemain de la Grande Guerre, son pays doit payer 130 milliards de marks-or aux Alliés. Grâce à Schacht, il ne versera en tout et pour tout qu’une dizaine de milliards de marks-or et encore, en empruntant cet argent aux Américains et aux Anglais…”

    je suis en train de lire "la guerre des monnaies" de Hongbing Song.

    A partir de la page 184, "l’Allemagne nazie financée par Wall Street", où l’auteur explique que :
    - après la 1ere Guerre mondiale, l’Allemagne est surendettée à cause des miliards qu’elle doit payer au titre des réparations de guerre
    - l’Allemagne subit l’huperinflation

    et qu’à partir de 1924, Wall Street, par l’intermédiaire de 2 plans (plan Dowes en 1924 et plan Young en 1929) accorda 138 milliards de marks de prêts à l"Allemagne.
    86 milliards furent reversés par l’Allemagne au titre des réparations de guerre
    les 52 milliards restant furent utilisés pour permettre le développement de l industrie militaire allemande...

    toutefois, l’auteur ajoute avec honnêteté (Page 187) :
    "Pour être juste et exhaustif, il faut noter qu’en plus du soutien massif de Wall Street, le redressement de l’Allemagne dut aussi beaucoup à la réforme du système financier impulsée par les Nazis, notamment quand la banque centrale privée allemande récupéra le pouvoir de attre monnaie"

    Primo, ce monsieur Hjalmar Schacht était sans doute très doué. Mais c’est sans doute plus facile de l’être quand des forces extérieures vous arrosent de pognon.
    Secondo, encore un nouvel exemple démontrant qu’un pays, état doit être maitre de sa monnaie.
    Tertio, comment Hitler a pu faire un redressement si spectaculaire de son pays ? vous savez maintenant qui sont les bons samaritains qui l’ont aidés. Je vous laisse lire le livre pour savoir pourquoi.

     


    • Grâce à Schacht, il ne versera en tout et pour tout qu’une dizaine de milliards de marks-or et encore, en empruntant cet argent aux Américains et aux Anglais…”



      Rembourser la dette avec leur propre argent ! il est trop fort ce mec !


    • Faire confiance en un bouquin écrit par un obscur coco... Pas très sérieux tout ça, je préfère me baser sur des faits, des témoignages sur le redressement incroyable et unique de l’Allemagne. Ou encore de relire le Delaisi que de croire cette fameuse fable du financement par les rotschild propagé par les rouges depuis 45...

       

      • Il y a beaucoup de suppositions, principalement parce que cette mafia agit toujours en empruntant le bras de quelqu’un d’autre.
        Quant à Hongbing Song, il ne fait que compiler ce qui se dit sur le net par des chercheurs de vérités occidentaux, et ainsi, vulgarise tout cela dans son pays (livre lu à plusieurs millions d’exemplaires, y compris par des hauts cadres du Parti communiste chinois).
        Evidemment il y a beaucoup d’intox, car des trolls polluent cette sphère de la réinformation. C’est pourquoi il faut toujours se méfier et douter des informations et de ceux qui les délivrent (ce que beaucoup d’internautes ne font pas, malheureusement, encouragé par des pseudo-documentaires TV sur les reptiliens, les illuminatis, ect.).
        Cela étant dit, il y a donc du vrai dans tout ce qui se dit (comme le financement des guerres par la mafia financière, mais il ne faut pas trop s’emmêler les pinceaux en se focalisant sur les détails, souvent confus et parfois contradictoires du point de vue d’un profane).


    • Ayant participé à la traduction de "La guerre des monnaies" de Hongbing Song, je peux dire qu’il ne dit pas tout dans son livre, notamment le fait que Hjalmar Schacht ait été inité à la franc-maçonnerie. Schacht était aussi en famille avec Montagu Norman, autre banquier franc-maçon qui fut gouverneur de la banque d’Angleterre, donc premier employé des Rothschild, entre 1920 et 1944. Il est assez clair que Wall-Street, la Fed et la City avaient besoin que l’Allemagne se redresse rapidement pour pouvoir repartir en guerre le plus vite possible, au bénéfice de Wall-Street, la Fed et la City. Ce qui explique certaines faveurs et que la réussite économique allemande de ces années-là relève un peu du mythe.


    • Ce qui explique peut être aussi pourquoi il a été –étrangement– l’un des trois acquittés du procès de Nuremberg.


  • Il n’y a pas de recettes magiques quel que soit l’étalon choisi en économie de marché ou capitaliste et il y’ a une grande différence entre une économie en développement et une économie développé. Quand on est en développement, le marché interne peut suffire mais après il faut prendre de l’expansion et chercher des marchés externes. Tout le reste est un bavardage creux, à moins de changer de paradigme et se tourner vers une économie antithèse de l’économie de marché, qui, pour le moment, est foudroyé à chaque fois qu’un pays s’essaye à cette perspective. Hitler n’était pas fou, s’il avait fait la guerre, c’est parce qu’il cherchait un espace vital à l’expansion de l’économie de son pays et que d’autre pays n’étaient pas prêts à lui céder ou qu’ils ne voulaient pas partager avec lui tout simplement.

     

    • Ne pas oublier de lire ou d’écouter sur youtube quelques vidéos intéressantes dans un ordre chronologique :

      Le Traité de Versailles (dette énorme à rembourser par les allemands après la première guerre mondiale ! (Clémenceau et ses copains n’y ont pas été de main morte)
      Puis arrive Adolf Hitler dans une allemagne hyper pauvre avec la négociation avec les dirigeants polonais du Corridor de Dantzig, Polonais à priori piloter par l’Angleterre et la France qui n’ont jamais voulu de ce couloir allemagne vers prusse ! Sans doute un des éléments déclencheur de la 2ème guerre mondiale... Corridor de Dantzig pour que l’allemagne puisse traverser la pologne sans contrainte pour rejoindre la prusse et que les polonais aient toujours accès à la mer comme le souhaitait Hitler... Et oui !

      Le 30 août 1939, le consul d’Allemagne à Cracovie est assassiné...

      Dans la continuité des lectures de Francis Delaisi, un livre de Frédéric Clavert - Hjalmar Schacht Financier et diplomate (1931-1950) Attention ce bouquin n’est pas donné.
      Ensuite Tome I et II de Charles Bettelheim - L’économie allemande sous le nazisme. (collection FM / Presse collection maspero) Livres rares aussi...

      Voilà pour ces Détails de l’histoire ! Et comme dit Dieudo, 1919, le peuple allemand a pris perpète avec ce traité de Versailles ! Même les Ricains ont trouvé que cela était éxagérer...

      Sinon pour en revenir à Hjalmar Schacht, s’il y a des économistes aujourd’hui qui seraient à même de nous dire si on peut appliquer çà aujourd’hui, cela serait intéressant...

      Je remercie E&R d’avoir pris un p’tit risque avec cette page d’histoire ! Pas évident d’enseigner l’histoire du IIIème Reich sans être disqualifié à l’entrée ! Il y a encore pas mal d’hystériques à l’annonce du sujet, la Shoah servant de paravent ! Un gros arbre qui cache la forêt...

      Maintenant, bienvenue dans la forêt et dans le monde de l’économie !
      Après ces lectures, tout est possible, retour de l’industrie, contrôle de la circulation des billets, protectionnisme, troc produits finis/matières premières... Evidemment va falloir qu’une autre équipe se mette au boulot !

      Les carnets de commandes "plug anal" pour toutes les places de Mairie, terminé !


  • Certains parallèles avec Salazar...


  • Hjalmar Horace Greeley Schacht est le fils d’un américain naturalisé et qui était éditeur de journal. Donc un banquier d’origine américaine !

    Le vrai responsable de la reprise allemande est Gottfried Feder, dont le nom était utilisé pour les billets émis durant cette époque. C’est lui qui a impressionné Hilter lors d’une conférence lorsque Hitler était encore dans le petit Parti des Travailleurs. Hitler à compris qu’il fallait retirer le pouvoir de battre monnaie aux banques privées. Il a utilisé Hjalmar Schacht qui était dans le milieu bancaire pour rassurer le milieu bancaire et des affaires. Schacht évitait de parler de Feder et appelait ces billets des MEFO. Feder sera mis sur la touche.
    Schacht sera licencié par Hitler lorsqu’il ne voudra plus soutenir le Reich en 1939.

    Schacht ne sera pas condamné par le tribunal de Nuremberg : il sera acquitté. Bizarre pour quelqu’un qui a financé les camps. Cela demande réflexion.

    Il continuera donc une carrière de banquier en créant sa propre banque.

    Pour ceux qui lisent l’anglais, je vous conseille de lire "The Lost Science of Money" de Stephen Zarlenga. Ce livre est une mine de renseignements sur la Monnaie de l’époque des sumériens jusqu’à la création de la BCE. Tout est entièrement sourcé. L’auteur a écrit plusieurs chapitre sur la période allemande et y parle de Schacht. A lire absolument.

    L’auteur ne fait évidemment pas partie des écoles d’économie subventionnées par le système.

    Vous aurez compris que Schacht n’était pas plus génial que DSK, Greenspan,Bernanke, Yellen, Trichet et autres marionnettes.


  • Ou veut en venir ce herr Bouchard et E/R dans leur apologie systématique du "miracle" économique national socialiste ?...????
    1/ l ’ hyper inflation et l’hyper déflation de Schacht and co furent des moyens "kabbalistiques" pour ruiner et déposséder la classe moyenne allemande, au profit des banquiers/grands industriels rhénans sous contrôle de Wall Street/Hariman bro, prescot Bush, jp Morgan, G E, etc..
    Et larguer les millions de chômeurs ainsi crées dans les bras d une économie "nationale socialiste" (qui était ni "nationale"...ni "socialiste"....) basée sur le travailleur/esclave... larbin hyper appauvri de la Grande Industrie germaine "nationale patriote" (bossant en fait pour les trusts US via ...).
    Soit selon cet inconséquent Bouchard :" Enfin, dans les années 1930, en réduisant le chômage à néant. En cinq ans, il a remis 7 millions de demandeurs d’emploi au travail…". Délire ou propagande éhontée du Medef ??...
    Je parle là d une époque et d un pays que me grands parents rhénans ont vécu concrètement... Pour ce mister Bouchard : le travailleur esclave embrigadé comme projet de société nouvelle ?..

    2/ Quant au ridicule :"Alors que les dirigeants actuels sont incapables de redresser nos économies, cet homme a réussi à sauver l’Allemagne de la ruine… à trois reprises ! D’abord en 1923, en mettant fin à l’hyperinflation. Puis en 1924 et en 1929, en arnaquant les Alliés sur le paiement de la dette allemande".....
    Et pour cause !... Je me contente de citer ici le post d un internaute sur l article du "miracle économique" "nationale" " socialiste"....

    "le 05/09/2014 par TITI2000

    D’accord avec "Nico" la préparation de la guerre a grandement aidé.
    Il faut rappeler qui finançait Hitler et le national-socialisme et pourquoi...
    Les plus gros industriels d’Allemagne en autres Américains... Étaient aux anges (démoniaques) avec Hitler.
    Les travailleurs Allemands ont du travail certes, mais avec des cadences et des heures de travail digne de forçats.
    Choses qui trait prochainement seront le lot quotidien des Français qui auront la "chance" d’avoir du travail.
    Le capitalisme ultra-libéral ne peut pas rêver mieux (les voltairiens modernes).
    Les congés pour tous, mis en avant pour faire rêver du miracle national-socialisme d’accord, mais encore une fois à quel prix, après quel dévouement pour le grand capital.
    Je pense que le FN sera entièrement d’accord cette fois avec A. Soral sur le sujet, car ils ont toujours œuvré pour le capital. "..

     

    • Lis F Delaisi "la revolution européene" tu auras ta reponse....


    • il faudrait peut être un peu vous sortir les doigts du cul de l’idéologie marxiste, Marx n’a jamais dit un mot sur la monnaie, et pour cause, le communisme est un capitalisme d’état mais un capitalisme quand même abreuvé par la finance privée.
      le fond du problème est que la méthode Schacht a peut être aidé l’Allemagne mais pour d’autres intérêts supérieurs.
      Dire que le miracle Allemand lui revient est malhonnête car le vrai virage se situe justement quand Hitler ne joue plus le jeu et qu’on risque de lui couper les vivres financiers, d’où le virage génial du Mark-travail et l’indépendance de fait envers la finance internationale. ce qui, de fait est la seule vraie révolution monétaire, et qui a donc été la seule cause incontournable de la guerre pour que surtout personne n’ose envisager de reprendre l’idée.


  • “Il a notamment accompagné l’Iran”

    Oui, et les états unis ont accompagné Hitler.

    Les priorités changent, l’objectif reste le même.

     

    • @webster tarplay

      J’étais persuadé que la rubrique d’E&R "Hjalmar Schacht, le banquier d’Adolf Hitler, était un génie" allait faire encore de la polémique...

      Quoique on en pense aujourd’hui, à l’époque en Allemagne il y avait un contexte de chômage de masse énorme... Et je suis sûre que ceux qu’on trouvé du boulot pouvaient manger à leur faim... Cela ne veut pas dire qu’il faille choisir les mêmes options aujourd’hui... L’ouvrier allemand était-il moins ou plus heureux que le russe, le français ou l’anglais ? Et aujourd’hui ?
      Y’a eut un projet allemand comme disait Dieudo... Mais la guerre y a mis un terme, sauf si on avance l’éventualiré qu’Hitler n’était qu’un pion pour l’invasion de l’Europe par les Zuniens... Y’a des thèses aussi là-dessus, Hitler avait lu les protocoles des sages de Sion d’ailleurs... Antony C. Sutton l’a précisé dans une vidéo... Alors complot de l’international capitaliste ou pas ?

      http://www.mondialisme.org/spip.php...

      LA CLASSE OUVRIÈRE SOUS LE TROISIÈME REICH 1933-1939

      Extrait d’un site où vous découvrirez la Grande Compléxité dans la mise en place d’un projet économique...

      ...Les décisions politiques confuses mais importantes de 1933 peuvent seulement être effleurées ici et aucune tentative n’est faite pour étudier la mobilité sociale dans l’Allemagne des années 1930. On peut seulement noter qu’une des prétentions les plus orgueilleuses des dirigeants nazis était d’avoir créé une communauté nationale dans laquelle le talent et non l’origine sociale était déterminant pour la carrière d’un homme ; pourtant, sur cette question d’ascension sociale dans la classe ouvrière, on ne trouve pratiquement aucune indication sur laquelle on pourrait fonder une telle assertion générale.


  • #1142226
    le 17/03/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
    "Hjalmar Schacht, le banquier d’Adolf Hitler, était un génie"

    L’avantage avec les sciences qui n’en sont pas est que l’on peut dire tout et son contraire en ayant l’air intelligent et instruit ! L’économie... un truc de bonne femme qui aurait dû le rester !
    Il parait même, selon un humoriste communautaire, qu’Adolf Hitler était lui aussi un génie, c’est dire !


  • Bonjour a tous,
    je n’ai pas assez de connaissance sur le sujet pour avoir un avis clair (grâce a vous je m’y emploie) , mais ce que je souhaite par ce message c’est remercier tous ceux d’entre vous qui participent au débat.
    quel autre site que ER peut se vanter d’avoir un tel niveau chez ses intervenants et une telle liberté sur les sujets abordés ?

    encore merci a tous.


  • #1142370

    "Et s’il était le ministre de l’Economie de la France, que ferait Schacht ?
    Sa priorité ne serait sans doute pas de restaurer les comptes publics mais de résorber le chômage. Pour atteindre cet objectif, il mettrait au point un véritable plan de guerre au service de la transition énergétique. Il ferait émerger de grandes industries capables de produire des panneaux solaires, des piles à combustibles, etc. La Banque publique d’investissement (BPI) pourrait financer ce plan… A condition de ne pas respecter certains traités européens, qui interdisent aux Etats de financer directement leur économie productive."

    C’est sûr qu’avec les bons outils, on peut déjà travailler correctement.



  • 15 mars 2015
    Cher Roland Dumas,
    Votre ouvrage "Politiquement incorrect" m’a touché. Je l’ai lu lentement,
    attentivement et la seule réserve qu’il m’inspire tient à vos sentiments
    envers l’Allemagne que résume la phrase "Ma haine des Allemands en était
    sortie un peu plus avivée" (p. 483). Votre drame personnel peut l’expliquer
    mais ne devrait pas marquer l’homme de paix que vous êtes.
    Je me permettrai de rappeler que CE FUT LA FRANCE, NULLEMENT MENACÉE,
    QUI DÉCLARA LA GUERRE A SON VOISIN, que celui-ci se répandit durant des mois
    en offres de paix, qu’il fut en quelque sorte contraint d’engager réellement
    le conflit. Notre armée, apparemment peu motivée par le couloir de Dantzig,
    fut écrasée. Le vainqueur accorda à notre pays des conditions d’armistice
    relativement magnanimes, lui laissant la disposition d’une partie de son
    territoire, ses colonies et sa flotte, lui offrant même de collaborer à
    l’occasion de la poignée de mains de Montoire.
    L’Occupation ne fut pas, aux dires d’un politicien français,
    particulièrement inhumaine. Seuls les actes de terrorisme à l’encontre des
    militaires allemands entraînèrent des mesures de répression (conformes
    d’ailleurs aux usages martiaux). Si des citoyens français furent déportés ce
    ne fut qu’en raison d’actes de résistance, illégitimes en raison de la
    signature d’un armistice.
    Quant à juger le comportement du régime national-socialiste à l’égard
    des Juifs, thème sensible s’il en est, il convient de noter que, dès
    l’accession de Hitler à la chancellerie, leurs dirigeants internationaux
    déclarèrent la guerre "expressis verbis" à l’Allemagne (cf. le "Daily
    Express", Londres 24 mars 1933 : "JUDEA DECLARES WAR ON GERMANY") et
    proclamèrent le boycott radical des intérêts allemands dans le monde, auquel
    Berlin répondit par une journée d’action contre les commerces juifs, à quoi
    s’ajouta, de la part des Juifs, une campagne permanente de dénigrement.
    Peut-on encore s’étonner, après cela, que ceux-ci (l’amalgame faisant ses
    ravages) SOIENT CONSIDÉRÉS COMME DES ENNEMIS, surtout si l’on sait que les
    instances dirigeantes mondiales demandèrent à tous les Juifs, où qu’ils
    soient, de combattre le IIIe Reich ?


  • Ne pas rembourser la dette c’est ce qu’on fait en France donc rien d’exceptionnel.
    Mais ce qui est surprenant c’est d’arnaquer les "créanciers" qui sont les méchants plus forts et de pas s’aligner sur leur ligne ! ça fait robin des bois.

    Sachant que c’était une époque ou y avait pas encore d’ogives nucléaires, car à un créancier frileux, tu pouvais pas encore le menacer de se prendre un prune radioactive si il se faisait pas un peu plus gentil.



  • En 1940, grâce à lui, l’Allemagne serait devenue la première puissance économique au monde si elle n’était pas partie en guerre.



    Il aurait été plus juste de dire que l’on a fait la guerre à l’Allemagne précisément parce qu’elle avait opté pour un modèle économique (étalon travail)qui mettait en danger le système Anglo-saxon (étalon Or & Usuraire). Contrairement à l’escroquerie Marxiste Léniniste qui fonctionnait comme un épouvantail sans réel danger car s’agissant d’un marché "captif" comme l’explique très bien Sutton.


  • http://egaliteetreconciliationaix.f...

    Petit travail de fond sans pretention sur l’étalon travail présenté par la section E&R d’Aix en Provence.


  • Nous évoluons dans un nouveau concept.
    La dette sera perpétuelle, comme cela nous perdons notre souveraineté et nos créanciers sont assurés de nous posséder et d’acquérir nos biens selon leur volonté leur désir, à moindre frais.
    Cela sans guerre. On "l’a profond" grâce à la complicité active de nos dirigeants qui nous détruisent par volonté car ils haïssent la France réelle.
    tout le reste est du vent car la monnaie ne repose plus sur rien,


  • Schact est aussi un des fondateurs de la BRI, avec Norman (Banque d’Angleterre) et Strong (FED)


  • En fait, Schacht a sorti l Allemagne de la crise sans faire appel a la finance internationale.C est a dire a l argent dette(l emprunt avec interets) mis en place par la FED en 1913 et 1914 pour la France et de nouveau le 3 janvier 1973.Ces emprunts sont la cause premiere de notre faillite ;il semblerait que tous les ans nous remboursions 300/350 milliards(annuites +interets) ?Malheureusement,le succes economique de Schracht,nous a amene a la 2eme guerre mondiale ;La finance internationale ne pouvait accepter qu un pays puisse sortir de la crise sans son aide(argent dette) ?Pour le corridor de Dantzig,les anglais ont-ils fait capoter la reunion mise en place par les Italiens ????????????


  • Après avoir lu Anthony Sutton j’étais plutôt resté sur l’impression que Shacht était une belle pourriture de Wall Street et que le redressement économique de l’Allemagne entre 1924 et 1940 s’était plutôt joué sur la préparation de l’Allemagne à l’effort de guerre ainsi que l’avancée technologique notamment en chimie grâce au partage des brevets américains et d’IG Farben et surtout de tous ces finanicers de Wall street qui ont financé le nazisme et la dette allemande, et sans qui d’ailleurs l’effort de guerre allemand eût été impossible(d’ailleurs une grande partie de la dette a été remboursé à travers les actifs qu’avaient les prêteurs de Wall Street sur les sociétés allemandes) mais de nos jours on peut vraiment dire de n’importe qui que c’est un génie en déformant la réalité.
    En tout cas la version de Sutton me paraît plus plausible, documents officiels à la clé.
    Dire qu’"en 1940, grâce à lui, l’Allemagne serait devenue la première puissance économique au monde si elle n’était pas partie en guerre" c’est vraiment d’une pauvreté intellectuelle phénoménale.
    Enfin c’est un torchon qui fera plaisir aux nostalgiques du 3eme Reich et de leurs petits copins les corporatistes socialistes de Wall Street.
    Pour ma part je reste convaincu après avoir lu Sutton que le nazisme n’était qu’une belle mascarade et qu’Hitler n’était qu’un pion de Schacht et d’IG Farben ainsi que de leurs amis de Wall Street, notammment Messieurs Dillon et Morgan.

     

    • @Afromonk

      Pour alimenter encore ce débat... Patite parenthèse après relecture de tous les postes, je n’ai vu pour ma part aucune nostalgie du IIIème Reich - Ici on y parle de l’économie allemande sous le nazisme et non d’une économie nazie !

      Par contre pour avoir d’autres perspectives, un bouquin plein de rebondissements que Kontre Kulture ne vend pas d’ailleurs... Je ne donnerai pas l’adresse ici de l’Editeur, par un "certain" respect de Kontre Kulture... (D’ailleurs Comprendre l’Empire y est vendu chez cet autre éditeur, donc c’est sans doute une bonne référence, c’est mon opinion, soit, mais c’n’est pas l’sujet !)

      Pour 19,95€, "La symphonie rouge" - de Josef Landowsky (auteur), Henry Makow (postface)... Je ne sais pas ce qu’en pense les membres d’E&R...

      Peut-être feront-ils une rubrique au sujet de ce livre et de cet interrogatoire ! De quoi remplir le serveur d’un forum.

      Bonne soirée à tous... Toujours un plaisir de lire ici.


  • Je suis dubitatif ! sans doute l’homme fut-il brillant dans son domaine, mais c’est oublier un peu vite que les anglo saxons ont remis à flot les banques allemandes - par un accord dont j’ai oublié le nom - au milieu des années 20 afin de relancer l’Allemagne et d’en faire un ennemi crédible...


Afficher les commentaires suivants