Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Hypocrisie mémorielle : les descendants d’esclaves n’ont pas droit à la "réparation"

Le recours déposé par des descendants d’esclaves contre la loi de 2001, qui a fait de l’esclavage un crime contre l’humanité mais ne leur permet pas de demander réparation, a été rejeté aujourd’hui par la Cour de cassation.

 

La plus haute juridiction française a jugé « irrecevable » cette question prioritaire de constitutionnalité (QPC), déposée par le Mouvement international pour les réparations (MIR) en Martinique, le Conseil mondial de la diaspora panafricaine et des descendants d’esclaves.

En mai 2001, une loi, dite loi Taubira, reconnaissait l’esclavage et la traite comme crimes contre l’humanité. Le texte est cependant exempt de toute référence à la notion de réparation des crimes de traite et d’esclavage : il ne prévoit pas et ne permet pas d’indemnisation.

Pour la Cour de cassation, « cette disposition (...) ne saurait être revêtue de la portée normative attachée à la loi, de sorte qu’elle ne peut être utilement arguée d’inconstitutionnalité ». Il s’agit d’une loi mémorielle, sans impact juridique, et ne peut donc pas faire l’objet d’une QPC, selon la Cour.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

Sur l’esclavage et le devoir de mémoire à deux vitesses,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Deux poids, deux mesures...

     

    • Encore heureux, il ne manquait plus que l’on doivent payer pour l’ensemble du monde de manière supplémentaire... Déjà que l’on nous soustrait suffisamment d’argent par l’intermédiaire de la CAF, des subventions aux DOM-TOM, de l’aide au développement en Afrique, des tarifs préférentiels lors des ventes à Israël, des "compensations" pour la déportation, sans oublier la repentance qui ne s’arrête jamais que l’on demande constamment de faire preuve....

      Je pense qu’il est plus que temps d’arrêter la casse et d’envoyer paître tout ce beau monde.


  • L’autre aurait dit : selon que vous soyez riche ou pauvre les jugements de cours...
    Sans blague, ils ont pas pigé la hiérarchie de la souffrance les plaignants ?
    Ils pensent que tout se vaut ?
    Je me demande mème si leur requète n’est pas significative d’un nouveau nouvel antisémitisme, que je qualifierais d’antisémitisme à trois bandes.
    Comment ose t ils comparer leur relatif inconfort à la souffrance suprème ?
    Par inconscience ? Par irrespect ?, ou pure provocation gratuite ?


  • Nous autres descendants des Gaulois, nos ancêtres ont été martyrisés par César et ses légions, allons nous demander un petit sou aux ritals ?

     

    • On pourrait élargir à l’autre côté de la méditerrannée, et l’esclavage de millions d’européens pendant des siècles, ce qui explique pourquoi le drapeau corse représente une tête de maure...

      Mais les européens avaient oublié, non par manque de mémoire car ils auraient pu choisir de se transmettre le souvenir de génération en génération, mémoire larmoyante, les yeux bien mouillés du désir de revanche, comme d’autres, mais simplement parce qu’ils étaient passés à autre chose et n’avaient pas VOULU se figer dans la pleurnicherie victimaire, faible attitude révélatrice d’un cœur haineux rongeant son frein.

      L’attitude agressive, conquérante, envieuse, intéressée d’une petite clique issue de l’immigration, pleine de rancoeur, à l’esprit colonisateur, est en train de contraindre les européens à se souvenir et ranime les vieux dossiers de l’Histoire jusque lors poussiéreux.

      C’est cette fallacieuse certitude que l’européen est plus coupable que d’autres, et qu’ainsi il n’aurait rien à rétorquer aux accusations puisque l’Histoire en a jugé, qu’il resterait coi, baissant ses yeux embués de la honte sur ses chaussures merdeuses, cette niaise certitude qui a fini par faire croire à certains qu’ils pouvaient se permettre d’exiger, alors que le fait est que l’européen a bien des choses à répondre.


    • Martin : Pas faux, et ça commence à nous gonfler tous ces gens qui se réclament de l’esclavage. 1000 ans d’esclavage des blancs par les musulmans ! est-ce qu’on demande réparation ? Donc Au lieu de s’occuper de celui du passé, que font tous ces gens pour lutter contre l’esclavage actuel ( 45 millions d’esclaves dans le monde) et entre eux, les blancs n’y sont pour rien.


  • Voir le sketch de Dieudo sur la compétition victimaire.....

     

  • Ayant habité il y a pas mal d’année aux antilles française, Je n’ai jamais remarqué que la population locale demande des comptes aux "békés", et je dit bien jamais, quelque soit le lieu . Et pourtant se sont eux les véritables esclavagistes. Amusant non ?
    Mais les antillais savent bien comment la mafia béké de tout l’arc antillais contrôle les affaires. Si ces mecs se barrent tout le monde crève plus de boulot.
    Voilà pourquoi on demande réparation financière au peuple français qui n’a rien fait.

     

    • Vous n’avez rien compris alors. Les demandes de réparation de l’esclavage, sont l’apanage de quelques uluberlus, fonctionnaires et pratiquement tous de gauche. Lorsque l’un d’entre eux se présente à une élection, il fait un score équivalent à ceux de Besancenot ou de Laguillier. Et pourquoi la population locale de demande rien aux békés ? Parceque eux ne font pas de bruit, sont antillais comme les autres,et travaillent à l’économie de l’île, et pour se faire emploient des locaux.
      Et que surtout, les réparations n’intéressent que les 3 à 5% d’électeurs qui supportent les quémandeurs. Et petite anecdote : à un sommet des Etats de la Caraïbe, Alfred Marie Jeanne (anti réparation) a déclarer que si réparation il y avait, elles devraient servir en priorité le développement des pays. Ce fut un tollé. Parce que bien évidemment, le développement des pays n’intéresse pas les mendiants. Devinez ce qui les intéresse.


  • Toute réparation est strictement impossible et surtout impossible à calculer : Les descendants d’esclaves sont des dizaines de millions. Comment les indemniser et surtout comment évaluer leur préjudice moral ?
    Ensuite, pourquoi ne pas universaliser ce principe aux descendants de Vendéens, aux descendants d’Ecossais et d’Irlandais etc ? Pourquoi ne pas demander des comptes aux Italiens pour l’esclavge de masse pratiqué des siècles durant tout autour du bassin méditerranéen ? Quid de l’empire Ottoman ?

     

  • #2078276
    le 09/11/2018 par Le plus grand pouvoir, c’est le juge.
    Hypocrisie mémorielle : les descendants d’esclaves n’ont pas droit à la (...)

    La cours de cassation vient de faire une différence entre la loi, et les dispositions contenues dans une loi.

    Soit. Admettons et analysons.

    Pour qu’une loi ne soit pas totalement invalidée, il faut qu’au moins une de ses dispositions ne soit pas invalidée. Il faut aussi que la disposition ait un effet, car il est de jurisprudence constante, qu’entre 2 interprétations de la loi, c’est celle qui donne un effet à la loi qui doit être retenue.

    D’où ma question : Quelle est l’autre disposition, ayant un effet, qui serait contenue dans cette loi.
    Ah, il n’y en a pas.

    Si le sommet de la magistrature se comporte ainsi...

     

  • Ce qui me choque n’est pas le deux poids deux mesures, mais le fait de savoir dans le cas de réparations accordées, qui va payer ? Ah c’est vrai, encore cet ignoble blanc caucasien à qui on fait tout payer sans jamais rien demander et qui est de toutes les manières responsable de tout ce qui est arrivé avant sa naissance et tout ce qui arrivera après sa mort.

    Le fromage des réparations est trop bien gardé pour le partager, et comme nos amis descendants d’esclaves ne comptent pas se contenter de miettes, la facture risque de couler le business.


  • Avec MIR couleurs, fini le tri...

    [...]

    Code noir. La première version élaborée par Jean-Baptiste Colbert (1616 - 1683).

    Article 1 : Voulons que l’édit du feu Roi de Glorieuse Mémoire, notre très honoré seigneur et père, du 23 avril 1615, soit exécuté dans nos îles ; ce faisant, enjoignons à tous nos officiers de chasser de nosdites îles tous les juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme aux ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons d’en sortir dans trois mois à compter du jour de la publication des présentes, à peine de confiscation de corps et de biens.

    Mais au fait, pourquoi eux ?

    Réparations... ? Eux se sucraient-ils sur le dos de cette Eminence Grise du Royaume ? Sortaient-ils du cadre juridique de l’époque ?
    Dans le commerce du détail (1)
    Maîtres de Cases en 1664 :
    Jacob Gabaye, Aaron Lopes, Abraham d’Olliveira, Aaron France, Aaron Bueno, Jacob Luis, Abraham Samuel, Abraham Colair...
    Tous d’ailleurs ayant un ou plusieurs esclaves...

    (1). Du TERTRE, t. III, p. 315

    Sinon lire : Les Juifs à la Martinique sous l’ancien régime de Jacques Petitjean-Roget

     

  • Il est évident que si on suivait intégralement la logique de ce "jugement", il faudrait exiger le remboursement des sommes versées aux juifs déportés et à leurs descendants .....
    Dieudonné avait évoqué cette hypothèse dans un de ses spectacles il y a quelques années ..... Comme quoi, la réalité rejoint souvent la fiction !!!!!


  • Avec toutes ses réparations, il va falloir monter un garage, il va y avoir du monde au guichet ,mais un chèque suffira .


  • Evidemment qu’ils n’ont pas droit à la réparation, les noirs ne font pas parti de l’avant-garde, seuls les descendants de déportés y ont droit.


  • "Selon que vous serez élu ou goy,
    Les jugements de cour vous rendront puissant ou misérable."
    (Les goyim malades de la Peste sioniste)
    Redsniper06


  • #2078374

    C’est dingue, de se considérer comme "descendant d’esclave".

    Dans ta vie à toi, dans ta chair, tu es esclave ?
    Ou bien, à une autre époque, tu as été en esclavage ?

    Tu as vécu ça ?
    Ok :
    puisque c’est une scène de crime,
    où ça se situe, et qui sont tes maîtres ?

    Désigne tes maîtres, donne les noms.

    lo, en fait, t’as juste tourné dans un clip de Rihanna...


  • Moi je ne suis pas descendant d’esclavagiste ça ne me regarde pas leurs sombres histoires.


  • Puis quoi encore ? Mes ancêtres en ont assez bavé pour survivre comme paysans dans une région bien pauvre. Et maintenant, je devrais payer pour quoi ? Je vous signale que les esclaves ont tous été achetés à des négriers africains ; si on est logique, c’est en grande partie aux africains de payer pour ça. La plupart des africains d’aujourd’hui descendent de trafiquants ; ils devraient donc raquer pour les antillais et les noirs américains...... alors m..... arrêtez de nous faire ch... avec ces histoires qui n’ont d’autre but que de semer la discorde.

     

    • "semer la discorde", et surtout ramener un max de fric.


    • La question n’est pas de débattre si ces dédommagements sont légitimes ou non . Mais simplement de mettre en évidence que pour la même qualification de " crime contre l’humanité", certain on droit a des dédommagement éternels , et d’autres ont juste le droit d’aller se faire foutre.
      Ce qui est valable pour les uns , devrait l’être pour les autres , car nous sommes sensés être tous égaux devant la loi .
      Et si certain évoquent une "relativité temporelle" ( l’esclavage étant un crime moins récent) On peut leur répondre que les juifs revendiquent également leurs "droits" sur la Palestine , sur la base d’arguments qui datent d’avant J.C .
      La "relativité temporelle" c’est pas pour eux non plus donc .
      Comme disait Mitterrand : " Dans cent ans encore " - "tout cela c’est l’entretien de la haine"


  • Ne serions-nous pas TOUS des esclaves de quelque chose ou de quelqu’un ?
    Sauf, bien sûr les blancs (enfin mis à part les ouvriersclaves de la révolution industrielle qui étaient irlandais, écossais, anglais, français, allemands, belges...).
    Plein le cul de ces conneries !


  • Par contre les haïtiens eux, ils paient et rubis sur ongle ... et galette d’argile dans l’estomac !
    Après, cela dit, si toutes les communautés se prennent ou veulent les mêmes droits que LA communauté, on ne s’en sort plus !


  • Pas de réparations peut-être mais un créneau horaire sur les chaînes de la TNT ça irait. Bon c’est pas gagné c’est que ça se bouscule déjà pas mal.


  • C’est l’ "itinérance mémorielle", elle ne fait pas toutes les stations.


  • Ces réparations demandées par les descendants d’esclaves sont absurdes car ces derniers sont le produit de l’histoire de l’esclavage. C’est comme des enfants qui feraient reproche à leurs parents de les avoir mis au monde.

     

  • Moi je demande réparation pour les 5000 saxons décapités par Charlemagne ! Et pour le populicide de la Ripoux Blique en Vendée !

     

  • "les descendants d’esclaves n’ont pas droit à la "réparation"

    Pour la simple raison que sans notre aide ( de nous les Noirs) l’esclavage n’aurait jamais pu se produire.


  • Les réparations, une voie de garage.
    Il aurait fallu parler des organisateurs de la traite.
    Et là, techniquement, on ne peut poser la question.


  • Liberté, Fraternité.

     

  • Me revient en mémoire Hollande déclarant "L’esclavage est un crime si grand que les souffrances induites n’ont pas de prix".
    Et là c’est à prendre au sens strict, puisque ça n’a pas de prix il n’y aura pas de compensations financières point barre.

    En revanche pour la shounia, là ça n’a toujours pas de prix mais c’est à prendre au sens figuré, les compensations financières ne seront jamais suffisantes et il faudra les payer éternellement.

    En prime ces "assocs victimaires" et leurs adeptes, au lieu de s’en prendre aux décideurs continueront de cracher sur la France et le peuple qui en attendant payent leurs subventions.
    C’est quand même hallucinant ce triste spectacle... et en plus c’est pas près de s’arrêter.

     

  • Ils vont demander aux africains droit de réparation ?
    Oui car il s’agit bien des africains, les razzias, la capture pour mettre en esclavage c’était leur truc,ce qui a d’ailleurs permis l’enrichissement de pas mal de monde.
    L’ironie est que ceux qui réclament réparation aujourd’hui sont peut être les descendant de ceux qui ont esclavagé.


  • Si la faute est personnelle , le préjudice également.

    Si le préjudice est personnel, le préjudice moral est intransmissible.

    Si le préjudice moral est intransmissible, le business du racisme est une escroquerie.

    En plus d’être une hérésie.

    Les descendants de victimes n’ont droit à rien sauf à reconnaitre qu’étant en vie, leurs ascendants étaient moins victimes que ceux qui n’ont pas survécu à la répression.


  • Ces passéistes de merde qui passent leur temps à chialer n’auront pas un denier de notre poche, que vos ancêtres reposent en paix, allez pleurnicher plus loin.
    Dans votre pays.


Commentaires suivants