Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Il organisait des soirées dans une discothèque illégale au sous-sol, en plein confinement

Dans la soirée du 8 avril, les gendarmes de Saint-Ambroix, dans le Gard, se rendent au domicile d’un individu de 37 ans, suspecté de violences conjugales, à Allègre-les-Fumades, comme le rapporte nos confrères de Midi Libre. L’homme, sous l’emprise de produits stupéfiants, s’en serait pris à sa compagne, devant leurs deux enfants, à son retour du travail.

[...]

Mais le trentenaire, connu de la justice, faisait par ailleurs l’objet d’investigations depuis janvier pour travail dissimulé. Il aurait en effet créé, dans les sous-sols de la propriété qu’il loue, une discothèque illégale. Selon les gendarmes, l’homme aurait régulièrement posté sur internet des photos de son « club » dans le but d’organiser des soirées, sans déclaration ni règle de sécurité.

Au cours d’une perquisition, les enquêteurs ont découvert une discothèque de 140m² avec quatre salles aménagées comprenant espace informatique, matériel hi-fi et de gestion du son et lumière, pole dance, piste de danse, bar et espace détente avec vidéoprojecteur. Le lieu pouvait accueillir jusqu’à cent personnes.

[...]

Il sera jugé pour violences conjugales devant le tribunal judiciaire en septembre. Aucune date n’est fixée en vue d’un procès concernant la boîte de nuit clandestine, l’enquête des gendarmes de Saint-Ambroix étant toujours en cours. Ayant fait l’objet de plusieurs condamnations, l’homme a été incarcéré pour une durée de 26 mois à la maison d’arrêt de Nîmes.

Des infractions liées au non-respect du confinement ont également été relevées.

Lire l’article entier sur ladepeche.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.