Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

Extrait de l’Histoire de France de Jacques Bainville

Le 1er septembre 1715, Louis XIV s’éteint dans son lit au château de Versailles. Dans son Histoire de France, Jacques Bainville tire le bilan de son règne. Extraits.

 

« Si Louis XIV n’a pas fondé l’État, il l’a laissé singulièrement plus fort. Il en avait discipliné les éléments turbulents. Les grands ne songeaient plus à de nouvelles ligues ni à de nouvelles frondes. Pendant cinquante ans, les parlements n’avaient ni repoussé les édits ni combattu les ministres ou le pouvoir. Il n’y avait plus qu’une autorité en France. Les contemporains surent parfaitement reconnaître que la force de la nation française, ce qui lui avait permis de résister aux assauts de l’Europe, venait de là, tandis que le roi d’Angleterre devait compter avec sa Chambre des communes, l’empereur avec la Diète de Ratisbonne et avec l’indépendance des princes allemands garantie par les traités de Westphalie.

Tout ne marchait pas aussi bien dans le royaume de France que l’avait rêvé Colbert, dont les vastes projets d’organisation n’avaient pu être réalisés qu’en partie, les grandes tâches extérieures s’étant mises en travers. Du moins la France avait l’ordre politique sans lequel elle n’eût pas résisté à de si puissantes coalitions, ni résolu à son profit les questions d’Allemagne et d’Espagne. On a dit que Louis XIV n’avait laissé que les apparences de l’ordre, parce que, trois quarts de siècle après sa mort, la Révolution éclatait. Ce qui est étonnant c’est qu’après les cinquante-quatre ans de calme de son règne, il y en ait eu encore soixante-quinze. Notre histoire moderne ne présente pas de plus longue période de tranquillité. [...]

Louis XIV a sa légende, inséparable de son histoire et de la nôtre. Versailles, la Cour, les maîtresses du roi, la touchante La Vallière, l’altière Montespan, l’austère Maintenon qui devint sa compagne légitime, sont encore un fonds inépuisable pour le roman, le théâtre et la conversation. Tout à tour, si ce n’est en même temps, les Français ont admiré ou blâmé cette vie royale, commencée dans le succès et la gloire, achevée dans les deuils de famille et les revers. Ils ne se sont pas lassés de s’en répéter les détails, partagés entre le respect et l’envie qu’inspirent les grands noms et les grandes fortunes. Cette curiosité n’est pas épuisée de nos jours, tant la France, à tous les égards, a vécu du siècle de Louis XIV, tant les imaginations ont été frappées par le Roi-Soleil. Versailles est resté un lieu historique, non seulement pour nous, mais pour l’Europe entière. Ce palais, dont la coûteuse construction arrachait des plaintes à Colbert, où Louis XIV se plaisait d’autant plus que les souvenirs de la Fronde lui avaient laissé une rancune contre Paris, a été le point que des millions d’hommes regardaient, l’endroit d’où partait une imitation presque générale. Versailles symbolise une civilisation qui a été pendant de longues années la civilisation européenne, notre avance sur les autres pays étant considérable et notre prestige politique aidant à répandre notre langue et nos arts. Les générations suivants hériteront du capital matériel et moral qui a été amassé alors, la Révolution en héritera elle-même et trouvera encore une Europe qu’un homme du XVIIIe siècle, un étranger, l’Italien Caraccioli, appelait “l’Europe française”. »

Jacques Bainville, Histoire de France, 1924, éditions Kontre Kulture, p. 254-255

 

Illustration : détail de la statue équestre de Louis XIV sur la place d’Armes du château de Versailles.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1257637

    il serait marrant de voir la réaction du roi sur notre époque et l’état du pays

     

    • #1257723
      le 01/09/2015 par Amadis de Gaule (Alceste)
      Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

      Il se retirerait dans un endroit à l’abris des regards pour pleurer...

      Reposez en Paix Louis XIV le Grand, Roi des Francs.

      Vive le Roi.


    • #1257839

      Il serait marrant de voir la réaction du peuple de notre époque avec un roi pareil... C’était pas un tendre.


    • #1257955

      c’était pas un tendre....c’est vrai qu’il ont était tendre après les têtes d’ampoules (lumiere)
      depuis 1793 ils ne font que foutre le foutoir, j’ai des ancêtres protestant sous louis XIV en effet cela n’a pas du être facile
      mais aujourdhui la France est divisé religieusement ethniquement socialement est ce mieux ?

      surtout quand vous avez le sentiment de ne pouvoir agir,
      alors je ne suis pas royaliste mais le passé de mon pays j’en suis fier !


    • #1258067

      @ras
      Excellente, votre expression : "les têtes d’ampoules" ! Je la fais mienne, dorénavant, s’il m’est donné de parler des "Lumières" avec d’autres ! C’est le cas de le dire, vous avez illuminé ma soirée !


  • #1257644

    J’espère qu’ils n’oublieront pas d’en parler lors de cette rentrée scolaire... A moins que les non-laïcards et les non-républicains est de moins en moins de place dans nos programmes scolaires.

     

    • #1257739

      Louis XIV a disparu du programme de 4ème, il a été remplacé par un "thème" : "l’absolutisme" . Il ne faut surtout pas que les petits français sachent que la France a été la reine de l’Europe, de Rocroy (1643) à Waterloo (1815) .


    • #1257780

      En parler oui c’est certain. Mais en bien ou en mal ?


  • #1257743

    Impossible de trouver l’indispensable livre de Voltaire "Le siècle de Louis XIV" dans les bibliothèques municipales, j’ai essayé...

     

  • #1257755

    Chamfort remarquait que Louis XIV avait été moins un grand roi que le roi d’un grand règne : il a cinq ans quand Louis de Bourbon, prince de Condé (à 21 ans !) remporte l’éclatante victoire de Rocroy sur les Espagnols, dont l’infanterie des Tercios dominait les champs de bataille depuis 80 ans . L’armée française devenait, et de très loin, la plus puissante d’Europe, ses effectifs atteindront 600 000 hommes pendant le règne, ce qui a permis à la France de "tenir" pendant la terrible guerre de succession d’Espagne (1701-1714) .

     

    • #1257857

      Ce que vous dites est juste. Cependant, sans rien enlever au mérite du Grand Condé dont la victoire qui renversa définitivement l’hégémonie espagnole justifia amplement le surnom, il ne faut pas oublier les mérites militaires de Louis XIV.

      En l’occurrence, si la France a pu soulever de telles quantités d’hommes et résister aux pressions extérieures, elle le doit aux grandes annexions accomplies par Louis XIV (Flandre et Franche-Comté) qui lui donnèrent (Corse et Savoie exceptées) son territoire actuel. Elle le doit aussi au système défensif mis en place par Vauban sur volonté du roi.

      Chamfort, s’il a de l’esprit, n’en dit pas moins quelque chose d’incorrect. Si le règne de Louis XIV fut grand, c’est parce que le roi était grand. Ses contemporains ne s’y trompèrent pas de Jean de La Fontaine à l’ambassadeur de Siam, Kosa Pan.

      Ayant reçu une éducation parfaite de sa mère et de Mazarin, Louis le Grand réunissait en sa personne toutes les qualités qu’un homme et un prince peuvent désirer. Doté d’un goût sûr, c’est lui, en personne, qui a donné essor à l’art classique français - qui a assuré à la France le rayonnement que l’on sait. Pourvu d’un sens quasi inné de l’État, conforté par une autorité naturelle exceptionnelle, c’est lui qui a su s’entourer d’hommes de valeur comme Colbert, Séguier, Louvois, Vauban. Quand on connaît les rivalités entre Louvois et Colbert, on peut être sûr que si ces deux-là ont travaillé aussi longtemps de concert, ce fut bien par l’effet d’une volonté royale claire sur les fins et suffisamment attentive aux moyens.

      Aussi, quand Jacques Bainville dit que "Louis XIV n’a pas fondé l’État mais qu’il l’a laissé singulièrement plus fort", c’est peu dire ! Il l’a organisé, ce qui veut dire qu’il l’a assis sur des bases lui permettant de durer dans le temps. C’est mieux ! D’où l’expression de monarchie administrative que François Bluche préfère à celle de monarchie absolue, concept parfaitement galvaudé.

      Mais si Louis XIV a pu faire tout cela, il le doit d’abord à la conscience qu’il avait de sa tâche. Un État n’est fort et juste que si celui qui en détient le pouvoir l’est. Ces qualités, il les a exposées dans ses Mémoires pour servir à l’instruction de Monseigneur le Dauphin, qui est un écrit authentique résumant admirablement non seulement sa pensée mais ce qu’il était lui-même. Et la plus belle conclusion, il l’a donnée sur son lit de mort. Ses derniers mots furent en effet « Je meurs, mais l’État demeurera toujours ».


  • #1257790

    On a calculé que le château de Versailles avait coûté le même prix que le porte avion Charles de Gaulle - qui disparaîtra dans quelques dizaines d’années alors que Versailles est admiré depuis trois siècles...

     

    • #1257847

      Bonjour,
      Auriez-vous une référence étayant cette assertion ?
      Merci.


    • #1258119
      le 02/09/2015 par Francois Desvignes
      Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

      les dépenses faites pour Versailles n’ont jamais dépassé 5% du budget de l’Etat, toutes causes confondues (construction entretien, personnel)

      Sa fonction outre de "civiliser la fronde" jouait le rôle de foire au profit des arts et de l’industrie française, tout et le meilleur de ce que produisait la France y étant concentré voire étalé à l’admiration de toute l’Europe solvable qu’on y invitait

      Cette politique "commerciale" était doublée d’une politique fiscale : les meilleurs techniciens de toute l’Europe étaient recrutés à Versailles et pour les attirer on leur accordait une franchise fiscale totale de leur vivant sur tous leurs revenus de source française et étrangère : grand succès !

      Les étrangers étaient ainsi privés de leurs meilleurs éléments et condamnés à nous acheter leurs productions devenues les nôtres : du Colbert tout craché.
      (...)

      J’ai bien peur que la république soit une conne jalouse et mesquine.


  • #1257869
    le 01/09/2015 par Mathieu Priscilla
    Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

    D’un point de vue humain, Versailles est sans aucun doute le royaume de l’humilité... où au bout de sa course effrénée, la gangraine a fini par pourrir ce miroir aux alouettes... Dans ce royaume de la fange, ’’le pouvoir sur’’ transpire par tous les pores de la peau, mélangeant le catholicisme reconnu d’état à une certaine ’’influence spirituelle’’ gréco-romaine revisitée versets sataniques sauce batracienne...

    Bref, pendant que le peuple de France continue de se saigner les veines du cul pour assurer à cette grandiloquente esplanade de guignols, emplumés façon dindes farcies, de quoi parader au nom de Dieu, la démesure civilisationnelle continue de battre son plein, au rythme cardiaque des tenants du manche et de leurs amusements à jouer leur pièce favorite : ’’tout tourne autour de mon nombril et ma connerie m’aveugle chaque jour toujours un peu plus.’’

    Il y a une grande différence entre avoir ’’le pouvoir de’’ (autorité naturelle, réelle légitimité) et ’’avoir le pouvoir sur’’ (depuis le temps que ça dure)... Quand l’humain aura saisit ça, peut-être alors que les Lois de l’humanisme seront entendues et appliquées au premier degré par un grand nombre... Et le Soleil sûrement se mettra alors à briller dans le coeur de tous.

     

    • #1257951

      L’homme est un animal social. Quand on a compris çà, on a tout compris. Et Louis XIV n’est que le reflet, certes exacerbé, de cela...Inutile de tomber dans un pédantisme alambiqué...


    • #1258015

      Belle plume Mathieu, de la forme au service du fond.

      ah bas les tyrans, c’est pourtant simple non ?


  • #1257873

    Bainville parle de Louis XIV comme ces gens qui ont connu la richesse avant de devenir pauvres...


  • #1257931

    repose en paix louis XIV rien que pour versailles la merveille des merveille merci et respect grand roi !!!

     

    • #1259743
      le 04/09/2015 par Le Corbusier
      Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

      N’oublions pas que Versailles n’est qu’une copie en plus grand et en moins parfait que Vaux le Vicomte.
      Moins parfait car moins maîtrisé en raison de la trop grande échelle, alors que les perspectives mises en œuvre par Le Notre à Vaux le Vicomte conservent toute leur précision et leur effet car l’échelle est parfaitement maîtrisée.

      C’est un architecte qui vous parle.
      Bien à vous,


  • #1257932

    Hommage à notre roi Louis le Grand, la classe française incarnée.

    Spéciale dédicace à sa mère Anne d’Autriche et à Mazarin, puis à de La Porte, à Séguier, à de Lionne, à la famille Le Tellier, à de Lorraine, à Bourbon-Condé, à de La Reynie, à de Mesmes, à de Pomponne, à Fouquet, à Colbert et ses frères de Croissy, de Torcy, aux de Vendôme, à Le Prestre de Vauban, à de La Tour d’Auvergne, à Boileau, Lebrun, Le Nôtre, Lully et Molière.

    Le meilleur pool de ministres, la meilleure équipe que la France ait connue.


  • #1258017
    le 01/09/2015 par AbouAdam Al-chaouia
    Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

    Le roi qui a ruiné la France et par l’endettement a vendu le trône aux usuriers.
    Par sa politique de dinguo il a certes élévé des palais mais a ruiné et poussé son peuple à la misère totale pour enrichir une clique de vautours !.

    La suite on la connait ...

     

    • #1258169

      Oh la malhonnêteté !
      Dire que Louis XIV a ruiné la France, quand on sait tout ce qu’il lui a apporté de son vivant et sur le long terme, cela relève du mensonge.

      Que lui a-t-il apporté ? Un agrandissement considérable et la sécurité du territoire, l’essor du commerce, de l’industrie nationale, des arts et des métiers, une marine puissante, des constructions civiles et militaires qui témoignent de la richesse et de la bonne santé du pays, une administration équilibrée et protectrice contre les abus des puissants, les prémices d’un droit social pour les faibles, une justice sociale et fiscale (capitation et dixième pour les nobles).
      Bref, une amélioration globale incontestable du niveau de vie des Français qui était le meilleur d’Europe (oui, le meilleur de l’Europe, et il l’est resté longtemps !), de même que de leur niveau d’instruction, de leur patrimoine, etc.

      Toutes choses qui se sont traduites dans la vitalité du peuple français qui, malgré les temps rudes de la fin (certes, et Louis XIV n’en est pas le seul responsable) a non seulement témoigné son soutien au roi en participant volontairement à l’effort de guerre (levée de milices) pour défendre la patrie, mais a même continué à faire des enfants. Quel meilleur indice de confiance en l’avenir qu’une bonne démographie ?

      Non, la France n’était pas ruinée. Les finances publiques, oui, guerre oblige*. Mais certainement pas la France (ni le peuple).

      * Si vous étudiez un peu la question, vous verrez que ce n’était pas forcément lui qui voulait la guerre - et dans tous les cas, avant de demander des efforts aux Français, comme il l’a fait en 1709, il donnait d’abord l’exemple lui-même, en vendant toute l’argenterie de Versailles et en mettant la Cour au pain sec. Dans les dernières années du règne, il n’y avait même plus de Cour pour ainsi dire.


    • #1258684
      le 02/09/2015 par AbouAdam Al-chaouia
      Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

      @Andrée

      Louis XIV le faussaire ! le multirécidiviste en manipulation monétaire qui volait le travail du peuple en dévaluant les pieces de monnaies.
      Louix XIV le roi qui a introduit la plus grande tare qui éduque nos économiste : la planche à billet !
      Louis XIV qui a ouvert la boite de pandore et qui permit de creer un monstre : le system de law et l’effet boule de neige de l’addiciton de la creation monétaire exnihilo.

      Le roi soleil : nos illuminés lui ont certes discerné ce titre à juste raison.

      Quand à sa politique des grandeurs ce ne fut le fruit que d’un system de Ponzi importé de Londres qui s’effondra ruinant les masses au profit de nos usuriers.


    • #1259667

      @AbouAdam al-chaouia

      Bientôt vous rendrez Louis XIV responsable du capitalisme ? Celui-ci est né à la fin du Moyen-âge quand des drapiers flamands et toscans se convertirent en banquiers et comme système, avec la découverte des richesses du nouveau monde. Ce fait a bouleversé nos économies ancestrales et les rapports de forces entre nations. Bien ou mal, c’est ainsi.

      Vieille nation de paysans, la France a donc dû, pour survivre en tant qu’entité libre, résister à celles qui tenaient leur puissance de l’or (Espagne) de la banque (Hollande) et de la piraterie (Angleterre). N’ayant d’or que celui d’Amérique qu’elle se procurait dans les ports espagnols, la France de Louis XIV veillait scrupuleusement à son stock, à l’augmenter et surtout à ne pas le faire sortir.

      Mais pour que la balance des paiements fût positive, il fallait cesser de faire reposer les ressources des finances publiques sur le crédit et créer/exporter des richesses. Louis XIV supprima donc la surintendance des finances (1er acte de son règne) pour un contrôle sain. Quant aux ressources, les industries, manufactures (cf St-Gobain) et métiers dans lesquels les Français excellaient ont permis à la France d’exporter assez de produits pour avoir une bonne balance commerciale et supplanter ses concurrents dans bien des domaines. Cela a assuré des revenus à l’État et enrichi la France tout entière au point que le niveau de vie des Français était le meilleur d’Europe.

      Ce système ne reposait pas sur l’investissement étranger mais sur l’État qui œuvrait en soutien à une nation industrieuse. Le niveau d’investissement public était élevé (cf les compagnies commerciales) car les Français sont peu portés à l’esprit de négoce, un peu plus à celui de la rente. Il est donc malhonnête de parler d’enrichissement abusif de l’État (le système fiscal étant globalement équilibré, avec une exemption d’impôts pour les plus pauvres) et d’appauvrissement du peuple. La dévaluation monétaire Desmarets (1709) pour critiquable qu’elle fût, compensait en partie les dépenses exceptionnelles de l’État (guerre et grande famine) et était justifiée par la baisse de nos exportations (mêmes causes), la guerre étant alors la 1ère industrie du pays. Il fallait bien se défendre.

      Law, Louis XIV l’avait chassé de France. Il a dû attendre la mort du Roi pour revenir avec son papier-monnaie. Preuve que le Roi veillait à l’intérêt de la France. Votre ignorance fanatique me prouve, quant à elle, votre mépris de son histoire.


  • #1258029
    le 01/09/2015 par chris 777
    Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

    Avec le recul , et la manière dont il a fermé les yeux sur l’affaire des poisons ,signe la fin de la france...Où en sommes nous aujourd’hui ? Dans la continuité de cette affaire qui a pris des proportions mondiale ...


  • #1258036

    Autre ouvrage à lire pour comprendre l’homme, la période, l’absolutisme français : "La France espagnole - Les racines hispaniques de l’absolutisme français", de Jean-Frédéric Schaub.


  • #1258050
    le 01/09/2015 par mik ezdanitoff
    Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

    Louis XIV se cognait de son bon peuple,comme des autres d’ailleurs(l’invasion de la Hollande,le ravage du palatinat,sont des exemples frappants du début de la francophobie en europe),et la révocation de l’édit de Nantes reste un des pires fiascos de l’histoire de France.Allez voir avec quelle hargne les descendants des huguenots émigrés en Allemagne combattirent la France par la suite.

     

    • #1258201

      C’est bien parce qu’il ne s’en cognait pas de son bon peuple qu’il a fait la guerre à ceux qui voulaient lui nuire. Ses réalisations administratives, économiques, industrielles et sociales prouvent qu’il lui voulait le plus grand bien, à son peuple, et qu’il n’a eu de cesse de travailler à son intérêt. Concrètement, pas dans la démagogie.

      Quant aux guerres, les reproches forgés par la République (qui n’a jamais été belliqueuse pour rien, c’est bien connu) finissent par devenir lassants à la longue. Les guerres du début du règne s’inscrivent dans la continuité politique de Louis XIII, Richelieu et Mazarin, pour contrer l’hégémonie de l’Espagne qui était la puissance impérialiste d’alors. Elles ont permis des annexions importantes (Roussillon, Flandre, Hainaut, Franche-Comté). Sans parler de l’outre-mer. Le traité de Nimègue (1678), comme le traité de Westphalie (1648), prévoyait une politique de "réunions" de territoires à effectuer dans le temps, avec le consentement des parlements des territoires concernés. De cette manière, la France a pu s’adjoindre la basse Alsace (la haute ayant été acquise en 1648) et une partie de la Lorraine.

      La guerre de la Ligue d’Augsbourg, ce n’est pas Louis XIV qui l’a voulue. Comme son nom l’indique, elle résulte d’une coalition montée pour faire obstacle à ces politiques parfaitement légales, du point de vue du droit international, d’annexions (plus légales encore que la Crimée pour la Russie, pour comparer, car prévues dans des traités). Mais le vrai but de cette coalition européenne était de mettre un terme à "une France trop peuplée, trop riche, trop bien administrée, trop industrieuse et désormais trop marchande". Ce n’est pas moi qui le dis c’est François Bluche, protestant de surcroît. Alors, dans pareil contexte, révocation de l’édit de Nantes ou pas, la guerre aurait eu lieu, et pas par volonté de Louis XIV. Mais bon, désolé quand même pour le Palatinat (qui fut un crime de guerre, c’est vrai). Quant à la guerre de succession d’Espagne, elle était légitime.

      La révocation de l’édit de Nantes, bien qu’appliquée de manière maladroite, répondait aux circonstances et au droit de l’époque (cujus regio, ejus religio). Derrière le protestantisme, il y avait une idée politique constituant un danger pour l’unité de la nation. Déjà Louis XIII, face à leur révolte, avait été près de révoquer cet édit, s’il n’avait été allié aux Provinces-Unies. Il s’était contenté d’abroger ses clauses politiques.


    • #1258306

      @mik

      preuve que visiblement tu ne connait point ce roi qui surement n’était point parfait, mais o combien il est prétentieux de nos jours de vouloir critiquer alors que nous sommes dirigé par des vipère pour rester poli
      je le cite s’adressant au jeune louis XV :

      "vous allez être le plus grand roi du monde...n’oubliez jamais les obligations que vous avez à dieu, ne m’imitez pas dans les guerres tachez de maintenir la paix avec vos voisins, de soulager votre peuple autant que vous pouvez ce que j’ai eu le malheur de ne pouvoir faire par les nécessités de l’état suivez toujours les bon conseils et songez bien que c’est à dieux que vous devez tout ce que vous êtes !"

      pour finir je ne suis pas du tout royaliste mais pragmatique


  • #1258065
    le 02/09/2015 par Pèpère Chouinchouin
    Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

    C est top cool ! J’ignorais que Louis XIV etait mort le jour calendaire de ma naissance (1979), ce qui fait de moi le nouveau roi élu d’office (j’attends de pied ferme les hordes de gueux et autres lepreux sans-dents qui voudraient me ravir la couronne).
    Mais au fait, attendez, vu que je suis le nouveau roi soleil, qu’est ce qu’il y a au dessus de moi ?

     

  • #1258193

    Un personnage clé de l’histoire de France....qu’on redécouvrirait mieux si on réhabilitait la notion de roman national !
    C’est sans doute le premier vrai "despote éclairé" de notre histoire, avec le recul historique que nous avons (formidable documentaire sur Arte, l’autre jour).
    D’ailleurs, il ne faut pas juger a posteriori son personnage, car l’époque différait, et le monarque était pétrit de contradictions, propre aux grandes figures de l’histoire (artiste et guerrier, réfléchi et impulsif, pompeux et naif, etc...) ; il serait donc ridicule de vouloir le juger en le "normant" ou le "rationalisant" (zemmour disant que Richelieu reste Richelieu, son action comme celle de st Louis ou Napoléon reste décisive, quoi qu’on pense d’eux...)


  • #1258216

    De nos jours encore, à Dunkerque, on rend hommage (et pas seulement pendant le carnaval) au grand marin Jean Bart, enfant de cette ville. Voici le récit d’une de ses plus glorieuses actions, réalisée sur volonté personnelle du Roi, en 1694.

    « Afin de nourrir le royaume, si éprouvé par la rudesse de deux hivers et une disette générale, Louis XIV avait fait acheter en Pologne une énorme quantité de blé. “Pour en assurer le transport, on l’embarqua sur des vaisseaux suédois et danois, que la neutralité mettait en état de trafiquer librement par toute l’Europe.”

    Lorsque, le 29 juin, Jean Bart partit au-devant de ce convoi avec six frégates, il le surprit arraisonné par huit vaisseaux hollandais qui le détournaient vers des ports ennemis. Sans se préoccuper de son infériorité en navires, en hommes et en artillerie, sans même répondre à la canonnade, Bart aborda le vaisseau du vice-amiral néerlandais et s’en empara après une demie-heure de combat. Sa petite escadre prenait deux autres vaisseaux, mettant le reste en fuite.

    Nos frégates ramenaient à Dunkerque les trois vaisseaux de prise et trente marchands. Quatre-vingts navires céréaliers continuaient sur Calais, Dieppe et Le Havre à la barbe des croisières anglaises. "Cette action, commente le marquis de Dangeau, est très glorieuse pour Bart, très utile pour l’État et a fait grand plaisir au Roi." Au Grand Siècle, il est accoutumé, en effet, de faire passer la gloire avant l’utilité dans les récits de guerre. Mais il n’est pas sans intérêt, de nos jours, de souligner combien, ici encore, se confirme le souci de Louis XIV de tout faire pour diminuer la famine ».

    in François Bluche, Louis XIV, Fayard, 1986, "La guerre de dix ans".

     

    • #1258301

      Allez, on va ajouter pour finir un petit parallèle avec des sujets qui nous occupent aujourd’hui.

      On sait que le tournant des XVIIe-XVIIIe siècles fut marqué par des hivers particulièrement cruels qui causèrent, en France, avec de mauvaises récoltes, des famines terribles. Une véritable catastrophe climatique et humaine, pour le coup. On laisse aux climatologues le soin d’en évaluer les origines et de discuter du "petit âge glaciaire". Mais en rendre responsable Louis XIV (par ses guerres ou autre) est aussi grotesque que lorsque l’on s’acharne à nous faire admettre notre responsabilité première dans les "changements" climatiques actuels ! C’est dans la nature-même du climat que d’être changeant, par définition, et indépendamment de nous.

      En revanche, une politique de grandeur (sur les fins et les moyens humains) n’est pas incompatible avec la recherche du bien commun. Par la constitution d’une marine dynamique établie d’ailleurs sur des règles bien plus humaines que chez nos adversaires, Louis XIV a contribué non seulement à réduire l’impérialisme espagnol puis anglais sur les mers, non seulement à développer et protéger nos débouchés commerciaux de la rapacité des mêmes (la guerre économique est toujours sans merci), mais aussi, on le sait moins, à atténuer les effets des rigueurs du climat sur la population française, en assurant un approvisionnement quasi constant, malgré la guerre. Comme on le constate par cet épisode ici relaté.

      Voilà ce qui s’appelle penser et agir pour l’intérêt général. Louis XIV ne s’est pas mis en tête de changer le climat et n’a pas fait des discours en disant au peuple que c’était de sa faute. Il a fait tout son possible pour en diminuer sur ce dernier l’impact. Obama et Hollande devraient en prendre de la graine, s’ils étaient honnêtes, au lieu d’essayer d’endormir les populations en les nourrissant de discours creux. S’ils étaient honnêtes... On ne peut que constater, en tout cas, avec cet exemple, le fossé d’obscurantisme intellectuel et politique dans lequel nous avons sombré aujourd’hui, malgré toute notre "science", par rapport à l’époque de ce grand roi.


  • #1258260

    Hélas si Louis XIV avait écouté cette petite en 1689, la France serait aujourd’hui bel et bien royale et très chrétienne...mais ceci aurait été une autre histoire car l’Apocalypse a bel et bien été écrite par Saint JEAN.
    PAIX


  • #1258362

    Tout petit français devrait savoir que Perpignan, Lille, Strasbourg, Besançon, ne sont des villes Françaises que depuis le règne de Louis XIV . Et puis ce qui explique Versailles c’est le culte que le Roi rendait à la Beauté . Hier soir 3 heures de "Secrets d’Histoire" consacrées au grand règne, beaucoup d’ images de cette splendeur inégalée, même si les commentaires étaient forcément "grand public" . Stéphane Bern charmant, il faut le reconnaître, même sur E&R !

     

    • #1258521

      Louis XIV a été viré des programmes scolaires mais la télé célèbre avec faste et talent le 300 ème anniversaire de sa mort : ceci compense - en partie- cela .


  • #1258669

    Je ne comprends pas trop la quasi dévotion des français pour ce roi.

    En ce qui me concerne, j’ai énormément de respect et d’affection pour les rois Louis 13 et charles VII.

     

    • #1258948
      le 03/09/2015 par Louis Delga
      Il y a 300 ans s’éteignait le Roi-Soleil

      Puisqu’on en est au comparatif de rois de France, je me permets de préciser ma préférence pour Saint Louis (Louis IX), Philippe Auguste et Philippe le Bel.
      « (...) Versailles symbolise une civilisation qui a été pendant de longues années la civilisation européenne, notre avance sur les autres pays étant considérable et notre prestige politique aidant à répandre notre langue et nos arts (...) »
      J’espère que bon nombre de lecteurs ont pris conscience que nous sommes en train de perdre aujourd’hui non seulement la beauté et la grandeur de la France mais aussi l’essence même de notre civilisation...


  • #1258737

    Peut être le dernier Roi sacré avec de la couille, le XVème ça commençait à être la cours s’amuse avec une odeur de Frankisme, le XVIème peut être un bon gas mais pas assez dur et la révolution était mure et a tout balayé.

    Avec le recul : que de dégats en 300 ans.

    Bon avis aux nostalgiques, c’est dommage mais l’Histoire ne repasse pas les plats.


  • #1260651

    "Pendant cinquante ans, les parlements n’avaient ni repoussé les édits ni combattu les ministres ou le pouvoir."

    Louis XIV avait compris que le parlementarisme est le pire des fléaux. Aujourd’hui, le Parlement nuit toujours autant à l’intérêt général. Louis XIV déclarait "l’Etat, c’est moi !" Dans une France démocratique les Français s’écrieraient "l’Etat, c’est nous !"

    Cela dit, une monarchie démocratique serait envisageable si la France redevenait un pays catholique. Les prérogatives du roi seraient définies dans un des articles de la constitution démocratique.


Afficher les commentaires suivants