Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Ils ont lu Rimbaud, Char, Descartes, Giono : les bergers érudits (1967)

 

Les bergers, sur E&R :

 






Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Il n’est pas bon que les classes populaires lisent tout et n’importe quoi ! Surtout Descartes… mieux vaut savoir peu et bien que picorer ça et là et connaître imparfaitement… i

     

    Répondre à ce message

    • Réflexion de libéral anglais... Dans mon cas, il m’est arrivé souvent de me tromper d’auteur, car forcément quand vous cherchez dans l’obscurité, vous pouvez tomber dans un trou. Vous vous relevez et vous cherchez ailleurs.
      Mais notez que paradoxalement, dans ce monde emplit de mensonges, la vérité est de plus en plus facile à trouver.

      La voie traditionnelle du héros nous apprend qu’elle se termine toujours tragiquement : ce qui compte n’est pas de réussir à trouver la Vérité ultime, car par définition absolue et supérieure à l’homme, inaccessible, mais d’aller en ce sens, autrement dit ce qui compte c’est la quête, qui est la Voie elle-même, dont personne même les anges n’ont vu le bout paraît-il.

      Autrement dit encore : c’est l’intention (qui compte). Par amour de la vérité, d’ailleurs vous retrouvez Éros dans héros. Intention et attention sont très proches... Et comme dit la sagesse populaire, l’important n’est pas de gagner mais de participer.

       
    • Humus…en cherchant une vérité par définition inaccessible , on risque aussi de trouver l’ersatz de vérité et de vivre ainsi dans l’erreur ( voir le communisme, par exemple…). Qu’un gars du peuple lise, pourquoi pas, mais que des milliers suivent son exemple est très dangereux…

       
    • #2786089

      Vous avez entièrement raison, mieux vaut laisser les intellectuels lire tout et n’importe quoi !

       
  • Les bergers sont au plus près de la nature et il est normal que les questions existentielles les accompagnent.

    Lire les philosophes est une façon pour eux de chercher des réponses.

     

    Répondre à ce message

  • J’ai déjà visionné cette vidéo ce matin sur twitter et quel plaisir de voir les vrais intellectuels qui côtoyaient la nature et la culture en même temps... L’art de vivre dans toute sa splendeurs. De nos jours la télévision et autres IPhone ont pris le dessus et rendus les gens complètement débiles.

     

    Répondre à ce message

    • Même sans le smartphone..ils sont débiles.
      Impressionnant ces bergers...quand je regarde ceux et ceusses...qui sont autour de moi...houlala...

       
    • #2739845
      Le 5 juin à 21:54 par Le vrai luxe n’est pas de ce monde
      Ils ont lu Rimbaud, Char, Descartes, Giono : les bergers érudits (...)

      C’est très éprouvant d’entendre les discussions des gens d’aujourd’hui... Les voir, les entendre, les cotoyer, on a nul part où aller ils sont partout... Des fois des miracles partagés apparaissent tout de même quand on s’y attend le moins. Mais très vite ils sont noyés dans la masse de merde... Il faut tâcher de s’en souvenir des miracles des situations humaines préservées de l’infâmie bestiale.
      J’ai remarqué une chose dans mes méditations de berger sans moutons, de mari sans épouse, de père sans enfant, d’enfant sans famille, c’est que lorsque une situation propice à la "communion" hors de la solitude se présente, très vite des turbulances grotesques nous obligent à redescendre, on dirait que le mal en personne teleguide des perturbateurs pour gâcher la situation miraculeuse, voila pourquoi quand je veux m’élever je m’éloigne des foules et je ne prend pas mon portable avec moi...
      Aujourd’hui j’ai rencontré une fille intéressante, chose de plus en plus rare, forcément son portable a sonné et une de ses copines boulet a voulu l’a rejoindre, elle est arrivée comme teleguidé par l’infra monde infernal ... C’est très souvent comme ça, comme si l’infra monde verrouillait toute véritable élévation entre humains qui le méritent peut-être plus que les autres...

       
  • Magnifique ! merci !

     

    Répondre à ce message

  • Juste avant la révolution de 68.

    Comme quoi "cultivateur" est un terme bien large à comprendre traditionnellement ; je comprends exactement ce qu’il dit, même la qualité, préférable, mais pas forcément enthousiasmante - il faut lire à son niveau - et peu à peu on découvre, par l’observation de ces idées, certaines rejetées, les autres reliées... C’est tout spirituel, c’est l’esprit français, le goût des lettres et du déchiffrement de la vérité, du Verbe...

    C’est un peu égoïste vis-à-vis de ceux qui ne voient pas et qui ne veulent rien voir, avec qui on ne s’entend plus depuis qu’on a compris ça ou ça... c’est intime comme chemin, mais il y a quand même ceux qui connaissent les livres et ceux qui ne les connaissent pas et qui ne veulent rien savoir !

    À ceux-là, tant pis, mais leur vérité ne doit pas être d’un éclat très brillant !

     

    Répondre à ce message

  • #2739842

    On a l’impression d’être sur une autre planète ! Et pourtant...

     

    Répondre à ce message

  • Le petit mouton qu’il caresse c’est trop mignon on sent toute la confiance de cet animal et l’Amour que ce berger porte à ses bêtes.

     

    Répondre à ce message

  • Tiens, la voix de Polac, jeune.

    Polac, on pouvait le critiquer, mais il avait de la culture et il faisait des émissions de haute tenue où on échangeait vivement (même si les micros se coupaient parfois !). Même le Professeur y fut invité. Pour parler littérature.

     

    Répondre à ce message

  • Bel exemple sociologique ! Nous pouvons constater concrètement (mm si ces bergers ne sont pas complètement représentatifs du niveau des citoyens)la décadence de la société d’aujourd’hui, les bergers d’autrefois avaient plus de niveau que les philosophes d’aujourd’hui.

     

    Répondre à ce message

  • Avant les moutons étaient gardés par un berger philosophe.
    Maintenant les moutons sont gardés par l’âne Houna et l’entarté botulique.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents