Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Incendie dans la cathédrale de Nantes : le Rwandais bénévole passe aux aveux

Une semaine plus tôt, le dimanche 19 juillet 2020, le recteur de la cathédrale de Nantes, le père Hubert Champenois, s’exprimait devant le micro de France 3 :

« L’homme "est un Rwandais, venu se réfugier en France il y a quelques années. Il a fait quelques démarches pour avoir ses papiers comme des centaines d’autres".

Le recteur ajoutait bien connaitre cet homme de 39 ans, "servant d’autel" qui a été le dernier à avoir quitté la cathédrale à la veille de l’incendie. "Je le connais depuis quatre ou cinq ans", ajoutait le père Champenois, avant d’ajouter : "J’ai confiance en lui comme en tous les collaborateurs". »

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Comme l’a révélé au quotidien Presse-Océan le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès, le Rwandais déjà arrêté et relâché la semaine dernière a reconnu « avoir allumé les trois feux dans la cathédrale ». Il encourt une peine de 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

 

Une semaine après l’incendie dans la cathédrale de Nantes, un bénévole du diocèse est passé aux aveux et a été placé en détention provisoire dans la nuit du 25 au 26 juillet pour « destructions et dégradations par incendie ».

« Mon client a coopéré », a affirmé au quotidien Presse-Océan l’avocat du mis en examen, Me Quentin Chabert. « Il regrette amèrement les faits et évoque que cela a été pour lui une libération. Mon client est aujourd’hui rongé par le remords et dépassé par l’ampleur qu’ont pris les événements », assure-t-il.

L’homme « a reconnu, lors de l’interrogatoire de première comparution devant le juge d’instruction, avoir allumé les trois feux dans la cathédrale : sur le grand orgue, le petit orgue et dans un panneau électrique », a précisé le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès au quotidien.

Cet homme de 39 ans, qui était chargé de fermer la cathédrale la veille de l’incendie, a été mis en examen « des chefs de destructions et dégradations par incendie et placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention », a indiqué dans un communiqué le procureur.

 

Un « Rwandais venu se réfugier en France »

Le recteur de la cathédrale de Nantes, le père Hubert Champenois, avait expliqué la semaine dernière que le bénévole était un « Rwandais venu se réfugier en France il y a quelques années ».

Selon le recteur, le bénévole est « servant d’autel » et il le connaissait « depuis quatre ou cinq ans ». « J’ai confiance en lui comme en tous les collaborateurs », avait-il expliqué à l’AFP.

Le bénévole avait été placé en garde à vue le 18 juillet quelques heures après l’incendie et l’ouverture de l’enquête, puis remis en liberté le lendemain soir. Les enquêteurs souhaitaient l’interroger car aucune trace d’effraction n’avait été constatée sur les accès à l’édifice dans lequel trois points de départ de feu avaient été constatés.

Dans le cadre de cette enquête, « plus de trente personnes » ont été entendues et une vingtaine d’enquêteurs de la police judiciaire ont été mobilisés, avec notamment le renfort du laboratoire central de la préfecture de police de Paris, afin de déterminer la cause de l’incendie, selon le procureur.

Le Rwandais a été de nouveau interpellé et placé en garde à vue le 25 juillet au matin, puis présenté dans la soirée au parquet de Nantes, qui a ouvert une information judiciaire, avant d’être mis en examen et placé en détention provisoire.

Il encourt pour cette infraction « une peine de 10 ans d’emprisonnement et 150.000 euros d’amende », a précisé Pierre Sennés dans un courriel envoyé dans la nuit.

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

113 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Aux dernières nouvelles - ce réfugié dont le visa est arrivé à expiration - a envoyé un courriel à tout le diocèse le matin avant l’incendie, pour se plaindre de ce que le renouvellement de son visa n’ait pas été accepté - MDR !! - et c’est ce qui a remis les enquêteurs sur la piste de ce demeuré, tu m’étonnes !

    Il va donc pouvoir rester en France pendant plusieurs années - quelle chance pour lui ! - et aux frais de la princesse - le double effet Kiss-Cool - le pire étant que cet abruti de Castex promet que l’Etat "prendra toute sa part dans la reconstruction", autrement dit : Français, à vos poches de contribuables !?

    On se demande bien au nom de quoi
    - le "logé-nourri-blanchi", pendant x années - de ce Rwandais devrait être payé par les Français
    - les 150.000 euros d’amende devraient passer dans la case "Pertes et profits" pour l’Etat français
    - les travaux de reconstruction devraient être facturés aux citoyens français...

    Alors que c’est l’évêché qui
    - l’a pris en charge
    - a facilité son séjour en France
    - l’a aidé à faire sa demande de visa et de renouvellement...

    Qu’il aille donc jusqu’au bout de sa démarche d’inconscient, en payant AUSSI les pots cassés - dont il est en grande partie responsable - l’Eglise étant richissime !!

    Si un certain nombre de Français ont écrit "Pigeon-Ducon" sur leur front, ce n’est pas le cas en ce qui me concerne, surtout compte tenu du montant faramineux de l’emprunt Covid (...), contracté par les brèles incapables qui nous gouvernent, et qu’il faudra bien rembourser, ne nous leurrons pas !

     

    Répondre à ce message

  • "J’ai confiance en lui comme en tous les collaborateurs "

    Curieux vocabulaire d’entreprise... Ça montre bien le niveau de spiritualité j’ai envie de dire.

    Tout le monde se demande le motif, ce n’est pas dit car il n’y en a probablement pas. Ce genre de types, déracinés et ayant vécu dieu seul sait quel horreur dans leur pays, sont des bombes ambulantes et la pesante atmosphère anti-blanche et anti-chrétienne n’aide pas à les stabiliser...

     

    Répondre à ce message

    • Impressionnant le nombre de Rwandais et de soldats du FIS algérien venus se réfugier en France
      après leurs méfaits de tortionnaires.
      Ils vivent tranquilou aujourd’hui et se sont refaits une nouvelle identité au vu et au su de l’Administration française. On aura le même phénomène avec les psychopathes de Daech reçus bras ouverts au bercail.
      Et moi qui suis réglo, une administrée modèle, je sais qu’au moindre petit faux pas, on me poursuivra pour me détruire.
      Si si ...ne rigolez pas. "Ils" n’aiment rien tant que faire la démonstration de leur pouvoir.
      (Un inspecteur des Impôts, vieille connaissance, me confiait ne jamais lâcher ses proies)

       
  • Au XVème siècle et suivants, l’affaire aurait été vite réglée. Un bourreau sur une estrade. Un bûcher sur le parvis. Avec la bénédiction des curés... Ô tempora...

     

    Répondre à ce message

  • Ce que le public français a du mal à comprendre, c’est qu’en matière de prêtres, on a pas du tout à faire à Don Camillo, à de braves curés à grosses godasses, mais à des militants féroces de la pire gauchiasse. La "catholicisme" officiel sert de gardiennage d’immeuble et surtout surtout à faire voter les quelques douairières et culs bénis qui vont encore à la messe ("il est grand le mystère de la Foi - Amen") Car ils ont de l’influence, ces salauds, et le pouvoir le sait. Ce sont des agents électoraux et ils font voter ouvertement pour tous les partis même communistes sauf pour le FN, on aura compris. Le seul parti catholique ...Bref.

    Le jour où ils s’opposeront au ministre de l’intérieur (leur vrai patron), ils n’existeront plus.

    Au fond, ce qui intéresse les prêtres, c’est la politique. Là dessus, ils ne manquent pas d’intelligence et d’astuce.

     

    Répondre à ce message

  • On lui décernera la légion d’honneur :)

     

    Répondre à ce message

  • Aucun chrétien ne peut mettre le feu à une église.

    Cest quoi la vraie histoire ?

     

    Répondre à ce message

  • Appliquant le principe du "pollueur-payeur" pourquoi ne pas réclamer le montant des dégâts, plus celui des amendes encourues, aux associations qui prônent, qui incitent à l’importation de ces nuisibles et qui dès lors, contribuent à l’ensauvagement la France ? L’idée me paraît séduisante.

     

    Répondre à ce message

  • #2512198

    Le recteur devait aussi lui laver les pieds le jeudi saint à ce rwandais !

     

    Répondre à ce message

  • Il n’y a pas suffisamment de français de souche au chômage pour que les municipalités qui ont la charge de l ’entretien des monuments historiques recrutent des clandestins.

     

    Répondre à ce message

  • de plus en plus fréquemment, On peut apercevoir ce genre de scène
    ou des bandes de crétins qui ne sont pas Chrétiens
    se réunissent en cercle concentriques et dans un silence de cathédrale
    ou plutôt de mort dans diverses places publiques
    et qui prient en silence tout en se tenant par la main ...
    pour et en faveur de l’accueil des migrants en France
    alors qu’a peine 50 mètres d’eux ...
    des SDF Français mendient comme des misérables
    dans l’indifférence générale et voire même
    dans un profond mépris de leur part !
    ce qui s’appelle de la charité Crétine !
    Honte à/sur Eux !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents