Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ingrid Riocreux : la fabrique du langage journalistique dominant

Interrogée par David L’Épée, Ingrid Riocreux, auteur du livre La Langue des médias, explicite le phénomène de la parole médiatique dominante, ce langage des journalistes qui charrie plus ou moins consciemment l’injonction oligarchique, une pensée spécifique sur tous les grands thèmes d’actualité soumise au règne de la « dépêche « AFP », ce syndrome du copier-coller. Unicité due au formatage des écoles de journalisme, les individus formatés formatant ensuite le public. D’où le concept de « dérapage », qui condamne toute sortie de route.

 

 

Analyse du noyau idéologique et du suivisme des médias, sur Kontre Kulture

 

Ingrid Riocreux, sur E&R :

Illustration des ravages de la pensée dominante dans le journalisme, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1702392
    le 14/04/2017 par Pierre-Albert Espénel
    Ingrid Riocreux : la fabrique du langage journalistique dominant

    Imbitable, reprendre chaque premier mot deux fois c’est du journalisme ?


  • Ceux qui fréquentent E&R savent tout cela depuis longtemps .

     

    • #1702682

      Oui c’est ce que je pensais aussi... Jean-Yves Le Gallou avait d’ailleurs commencé à regrouper des termes sur son site Polémia dès 2009, avant de sortir son Dictionnaire de Novlangue ! (mis à jour depuis)


  • ça va mieux en le disant ! Et puis cette vidéo peut voyager .


  • #1702458
    le 14/04/2017 par envolées_des_incultes
    Ingrid Riocreux : la fabrique du langage journalistique dominant

    A retenir : quand on nous montre une photo d’enfant mort, ça n’est pas pour nous informer, mais c’est pour nous commander de ...
    Ça n’est pas une information, c’est une injonction, c’est un ordre.


  • Voilà pourquoi Asselineau, qui sort lui aussi d’un moule, tremble à l’idée de déraper...
    Ce que je peux tout à fait comprendre, mais dans ce cas il ne faut pas vouloir devenir notre président, mais seulement briguer un poste de ministre (et encore), de conseiller ou de ... conférencier !!!!


  • La video de cette dame je me disais voilà enfin qqu’un qui a tout cerné sur le formatage pratiqué par les écoles de journalopes.. et puis elle s’attaque tres vite aux sites de réinformation qui procederaient d’une autre escroquerie.. je me pose la question pour qui roule cette pseudo psychanalyste ?? Lol

     

    • Vous vous posez la question parce que pour vous, comme pour les journalopes, il y a les bons et les méchants : c’est ce que la dame expliquait, entre autres choses, concernant les sites de réinformation. J’ajouterais que toute information (et tout d’abord son choix, puis son traitement) n’est jamais "neutre" : la réalité qu’elle est sensée transmettre est toujours accompagnée de la croyance de son émetteur ou de la croyance que l’émetteur souhaite véhiculer, et qui plus est, l’information est reçue par des individus ayant déjà leurs propres croyances. Ce qui fait que la réalité c’est-à-dire "l’exact ou l’inexact", que ce qui est donc du domaine des faits, se revêt, par le biais de l’information, de ce qui appartient au domaine de la croyance c’est-à-dire de la vérité ou du mensonge, "le vrai ou le faux". En d’autres termes, la réinformation est de l’information (ou pour le dire autrement, la contre-propagande est aussi de la propagande) et la réalité n’est que la réalité et non la vérité. Lol !


    • Peut etre qu’un peu d’auto critique ne peux pas faire de mal parfois, non ?


    • Je ne crois pas qu’elle s’attaque réellement au medias dissidents, mas plutôt qu’elle émet une alerte tout à fait juste à leur encontre.

      C’est-à-dire qu’un media comme ER peut à terme devenir qu’un media copié collé dans les méthodes journalistiques d’un journal comme Le Monde. Et qu’en terme de pluralité journaliste on aura simplement une antithèse d’une saloperie et non une volonté de se rapprocher t’en que faire ce peu de la vérité même si l’information "est toujours orientée" comme elle le dit.

      ER est pro Marine Le Pen à fond, donc l’objectivité est forcément moindre même si je comprends l’intérêt.


    • Tout à fait d’accord. ER devrait prendre le temps d’écouter les 53 minutes de cette interview parce que c’est à plusieurs reprises une attaque en règle dirigée contre lui.

      De plus , elle est dans le sophisme le plus total. Si sa question primordiale est : Pourquoi faire confiance aux journalistes Mainstream et pourquoi faire confiance à leurs détracteurs dans la éréinfosphère", la question corollaire logique est : pourquoi lui faire confiance à elle ?


  • Plus qu’un analyse..une dissection , un décryptage et un mode d’emploi pour les nuls du discernement.. pas complètement inutile pour ceux qui auraient des doutes sur leur niveau de soumission aux médias dominants, mais pour ceux qui persistent à l’ignorer, point de salut !


  • Mes oreilles sont toujours heurtées d’entendre les politiques et les médias négliger les plus élémentaires liaisons, comme par exemple dans "peuvent être" ou "doivent être" : tous prononcent "peuvêtre" et "doivêtre".
    C’est choquant, irrespectueux, et minable.


  • Bravo à la clarté, le courage, l’intelligence mesurée et précise du travail de Madame Ingrid Riocreux sur le formatage journalistique !!! Cela fait du bien de mettre des mots précis sur cette censure perverse que nous subissons tous les jours !!! Et merci à ER de nous faire découvrir ce livre

     

    • Exactement ce que je pense. Parfois cette destruction de la langue est si sournoise et omniprésente que, si on n’y prend pas garde, la nôtre s’appauvrit, et, ce faisant, nous prive de notre pouvoir d’expression...et de notre pouvoir tout court.