Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

Conférence de Pierre de Brague à Lyon

« Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse » : une intervention de Pierre de Brague lors de la conférence intitulée « Avant-garde et combat culturel » donnée le 13 octobre 2018 à Lyon en compagnie de Dany Colin.

 

 

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

117 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On peut ajouter à ça : Netflix et Snapchat.


  • Pourquoi il n’y a pas de nouvelles stars qui ont émergé ces dernières années ? Ben tout simplement, parce qu’on ne définit les stars que parce qu’elles durent dans le temps. Donc impossible de dire si des nouveaux arrivants qui crèvent l’ecran vont durer à l’avance. J’ai un peu l’impression que Brague transforme la réalité pour la faire adhérer à ses conclusions...

    Maintenant que le cinéma français ait sombré, que l’usage de la musique, du ciné ait changé et que sa qualité se soit réduite c’est clair.

     

    • #2141738

      Très bonne observation !
      J’avais justement un doute sur le sens du lien causal entre "Psychologie actuelle" et "Société sans stars à associer au développement technologique" tel qu’il était présenté dans la vidéo ; mais une fois reposée la méthode de définition de ce qu’est une star c’est directement plus simple : merci !


  • Le massage colombien fait fureur dans la nouvelle génération, il y a des personnes qui se forment à l’utilisation de machines qui modèlent les fesses en faisant remonter la graisse des cuisses dans le derrière, pour avoir la même silhouette que Kim Kardashian.

    Il y a trente ans en arrière, notre rêve était de faire de belles études... aujourd’hui c’est d’avoir un gros c*l....


  • Super ! Merci Pierreaussi fort que Soral


  • Très bonne conférence de Pierre DB.
    Sur le fond, c’est un sujet fort intéressant qui mérite d’être approfondie. J’espère voir la suite de son travail d’analyse.
    Sur la forme, PDB semble de plus en plus à l’aise dans sa transmission de savoir. Ce qui rend la complexité du discours plus assimilable. Donc continue le taff gars !
    Je trouve également que l’ajout de la post production est très intéressante. J’espère qu’il y en aura d’autres ainsi.
    La lutte continue ! Force et honneur à ER !


  • En rire, tu ne peux pas : mais, paradoxalement, tu ne sais même pas s’il faut en pleurer.
    Dans les premières minutes j’ai enregistré la vidéo que je pensais montrer à mes anciens, qui sont à dix mille lieues de ces technologies, sans parler des supports-médias et qui râlent après les smartphones des jeunes à table (et en tous lieux), tout en nous faisant une « thèse » qu’avant c’était autrement, etc... De quoi - à vouloir rééduquer sur une réprimande répétitive, l’impossible, tant la vague est gigantesque - gâcher chaque période de vacances, irrémédiablement.
    Mais à bien réfléchir pour l’avoir visionnée jusqu’à la fin, je ne sais s’il faut la leur montrer, même en attendant le printemps en souhaitant que l’hiver les ait épargnés : par sûr qu’ils tiennent le choc face à l’étude sociologique que nous leur reprochons de ne pas avoir fait et qui leur aurait permis de saisir l’ampleur de ce qui leur arrive ; là, c’est trop condensé, trop brutal.
    Même ma pomme, qui fraye entre les deux mondes, maîtrisant les technologies et leur modernité, a du mal à accepter ce qu’elles nous offrent de lamentable : à la vitesse de la lumière, qui plus est.
    Tiens, je vais aller regarder du snooker sur le Net, ça va me détendre...

     

    • #2131664

      En effet, on aimerait bien partager avec nos anciens, c’est un réflexe humain.
      Mais s’ils ne maîtrisent pas les nouvelles technologies, mais que surtout ils ne sont pas curieux d’apprendre ou de comprendre, lâchez l’affaire.
      J’ai essayé longtemps : ce fut peine perdue. Libre à vous.
      C’est dommage, du coup on se comprend de moins en moins, c’est frustrant, énervant... déprimant.
      Trop d’accroches, moi j’ai presque arrêté, je perds pas espoir mais bon, on peut pas forcer quelqu’un à s’intéresser contre sa volonté.
      Surtout que s’ils sont déconnectés, il y a beaucoup de choses à rattraper, çà ne sert (presque) à rien d’envoyer un truc de temps en temps.
      Il reste la parole, le dialogue, mais là, çà plombe un peu l’ambiance ! Moi dans toute ma famille, je suis le seul éveillé ! Çà fait du monde et un peu d’amertume...
      Courage !


    • Je prends le problème dans l’autre sens : je veux montrer ce reportages aux jeunes de mon entourage, pour qu’ils puissent percevoir l’absurdité que le système leur vend.


    • @ giustizia et France occupée,

      Mon propos était de faire entendre que je voulais montrer cela à mes anciens pour éviter qu’ils ne pestent sans cesse contre « cette » jeunesse qui est la leur, le plus souvent, mais dont ils n’ont pas la charge directe, sans parler qu’ils sont tous plus ou moins, les initiateurs du fameux « interdit d’interdire » et que donc ils payent la casse de leurs propres pots : slogan qui ne vaut plus lorsque l’on devient vieux et un peu *on, comme le dit le dicton ?
      L’idée était donc de pouvoir leur faire saisir l’époque qui leur a malheureusment échappée à la vitesse grand V : or, au fil de la conférence, le fossé m’est apparu - pour eux - trop grand (sauf pour ceux qui sont encore à l’étude de la société), en terme de compréhension de ce qui se joue : pas de l’utilisation d’une tablette ou d’un smartphone.

      Aussi, quel que soit le sens, Giustizia, j’entends bien, mais il y a un hic (sauf pour les jeunes qui ont pris conscience qui leur fallait être diplômés ou capables professionnellement parlant) : j’ai par ici quelques exemples qui échappent au bons sens : une jeune donzelle, mineure encore, qui entre dans le panel de ce qu’évoque PdB, à savoir qu’elle fraye avec quelques belettes et gus de la téléréalité et que sa chaîne lui rapporte 3 500 balles au bas mot et sans diplôme encore : je lui explique l’absurdité que le système lui vend au regard de l’intérêt du SMIC (lui aussi sans diplôme) ? Sans parler de ses fumeux followers qui l’encensent : alors qu’au SMIC et à la cafèt’, il est rare que vous le soyez par la foule dès votre arrivée en caisse...
      D’autres encore de ce panel qui se prennent Uber et Airbnb et qui se font des soirées (alcoolisées et tutti quanti) comme jamais nous n’avons fait. Vous leur expliquez que c’est mieux un gratin de pâtes chez Papa-Maman autour du Monopoly ou du Trivial Pursuit avec trois potes dont les parents « sont au courant que » et tout le monde au lit à 0h00 ?
      Pour ma part, au-delà du fait que je n’ai pas cette problématique, je sais qu’avec le gabarit, je peux éventuellement l’imposer (aux potes des potes de la copine de l’autre) : pas sûr que l’ancienne féministe qui se retrouve seule, caissière 20h chez Mammouth à élever ses deux gosses dans la téci va pouvoir faire montre d’aborder le problème dans l’autre sens afin que ses deux moutards puissent percevoir l’absurdité que le système leur vend : le plus souvent cela se ponctue (à l’adolescence) par un : « Mais ferme ta gueule, kes tu comprends ?! »


  • Le prédécesseur d’instagram est skyblog. Lisez les commentaires sur les blogs, mais cette plateforme(skyblog) est 100% nationale.Cordialement.

     

    • Oui, avec le recul, c’est vrai ;
      mais une chose frappe : sur les skyblogs, (disons pour la génération née dans les années 90), le texte avait sa part d’importance, les photos avaient plus un rôle de pure illustration ; instagram, c’est exactement l’inverse


  • Bienvenue en enfer


  • Excellente vidéo de la part de Pierre de Brague

    Je ne sais pas si le commentaire passera mais sur le concept de Jeune-Fille vous pouvez lire :
    Premiers matériaux pour une théorie de la Jeune-Fille de Tiqqun (2006)

    Je vous donne même un lien dropbox :
    Jeune-Fille de Tiqqun


  • #2131531

    Bienvenue en médiocratie ou la laideur généralisée est reine. C’est une conférence très instructive, c’est juste dommage qu’il n’y ai pas la partie de Dany Colin.

    Apparemment les féministes qui n’arrêtent pas de nous bassiner avec la prostitution n’ont rien contre celles des mineurs.

    Comme quoi Moix avait bien raison, aucun homme ne veut d’une vieille peau, c’est de l’hypocrisie de prétendre le contraire.

     

    • A vous suivre, aucun homme ne voudrait donc d’une femme, dit plus poliment aucun homme ne voudrait se lier a une femme jusqu’a la fin. C’est evidemment faux.

      Je n’ai pas suivi la conf, mais c’est en realite vous qui semblez dans la formulation particuliere de votre commentaire ceder a ces injonctions sociales. Des injonctions qui s’etendent a des couches de populations de plus plus agees, comme annonce par certains deja il y a moultes decennies (Clouscard bien sur. Mais il faudrait aussi citer le grabataire apocalyptique Jacquou l’Attalien, qui preche toujours un gvt mondial afin d’ accompagner une decomposition morale dont jamais a aucun moment il ne veut se faire le condamnateur).

      - Pleurer que les choses soient ainsi n’avance a rien.
      - Se plier a ce nouvel etat de fait l’aggrave.
      - Rester ou devenir un etre humain traditionnel comme unique reponse (Jacquou l’Attalien faisant le bon constat ne donne jamais la solution, et pour cause...).

      Mais comment dire, si certains commentateurs sur E&R l’expriment tres bien, ce n’est pas forcement si general, beaucoup ici semblent deja avoir acte la transition symbolique de mai 68 et "ses avancees societales", au niveau des moeurs affiches. Avec le temps il faut souhaiter que de plus en plus comprendront, mais peu importe l’evolution de cette quantite, l’unique solution reside aux echelles individuelles, dans la philosophie, la foi ou le bon sens de chaque personne.


    • Désolée, c’est archi-faux !. Cela m’a moi-même sidérée d’avoir fait cette découverte : des couples se forment chez les personnes âgées et l’amour - ne vous en dèplaise - est réellement au rendez-vous, y compris physiquement (avec qq arrangements ...mais bon ça marche paraît-il !). Il y a aussi des séparations mais c’est souvent parce l’un des conjoints se barre avec qq’un d’autre.
      Ces gens que je côtoie dans une association de sports et loisirs dansent, chantent, voyagent, font du théâtre, donnent des spectacles sans être le moins du monde gênés d’exhiber leurs "vieilles peaux’ comme vous dîtes.


    • #2131649

      Mon commentaire risque d’en froisser certain(e)s mais j’y vais quand même :
      Le fait d’être attiré par une belle et jeune femme a tout de l’instinctif, c’est quelque chose de gravé en chaque homme. La seule et unique manière de s’en débarrasser est la castration, entendue au sens élargi.

      Hors, contrairement aux hommes, les femmes disposent d’une fenêtre vitale assez réduite, comprendre une fenêtre d’intérêt. Cette dernière est bien nécessaire pour que les femmes ressentent le désir et l’urgence de se mettre en couple et d’enfanter, car un enfant venu assez tardivement n’aura jamais la même attention qu’un enfant dont la mère s’occupe avec la force, de patience et d’endurance, qui caractérisent la jeunesse. Ce sont les plus belles années de la vie d’une femme et appelées ainsi à raison. C’est ce qui est recherché par tout Homme et qui le pousse, contre la raison des fois, à se mettre en couple dans une telle situation. Ça a toujours fonctionné et toujours donnée des sociétés viables.

      Pour celles qui y voient une injustice, sachant qu’un homme a une fenêtre largement plus étendue (il n’y a qu’a voir les milliardaires de 90 piges avec des canons de moins de 30 ans), il faut le voir comme un contrat social : la femme donne à son mari (pas son copain, ni son mec), les plus belles années de sa vie (avant la quarantaine) avec des enfants sains et équilibrés, en contre parti, l’homme le lui rend en restant avec elle pendant les meilleures années de la sienne, l’attirance physique de la jeunesse (appelée coup de foudre) cédant la place au véritable amour qui se construit par le vécu et la complicité.

      Maintenant, il faudrait voir les cibles qu’on a pris le temps de détruire pour arriver au constat qu’on fait dans la conférence :
      - On détruit le contrat moral qui unit hommes et femmes par le mariage traditionnel. Les taux de divorce en occident ont crevé le ciel parce qu’on ne se marie plus en considérant ce que je dis plus haut mais par coup de foudre ou par attirance, dés que ces derniers disparaissent, le mariage devient caduc.
      - On détruit la masculinité par toutes sortes de procédés, chimiques, légaux et psychologiques.
      - On pousse les jeunes filles à perdre les plus belles années de leur vie dans des futilités (un peu comme quelqu’un qui hérite de millions et plutôt que de les investir dans quelque chose de durable, préférè les dépenser à faire la teuf).

      Ces trois notions (entre autres) constituent le cercle vicieux de la société moderne.


    • Excellent choix de mot que mediocratie  !
      Effectivement, nous sommes dans le culte du médiocre où le banale veut plus de reconnaissance que l’exceptionnel.
      Faut dire qu’être supérieure demande beaucoup d’effort, alors qu’etre mr-tout-le-monde ne prend pas beaucoup de temps !


    • Je ne veux pas d’une peau, vieille ou jeune. La femme n’est pas une marchandise sexuelle à consommer, c’est une compagne de vie, d’intelligence, d’amour et de tendresse. Moix s’y connaît peut être en partouze, mais c’est visiblement un petit crétin ignare en Amour. Tous les parents du monde trouvent leurs enfants beaux, c’est ce qui arrive quand on Aime, on perçoit la vraie beauté, celle qui transcende l’apparence.

      Les abrutis disent que l’Amour rend aveugle, en vérité il rend la vue.


  • Très bon.
    On souhaite une suite !


  • Par contre, les "stars" pullulent dans les sport, et particulièrement dans le foot. Et ça c’est plutôt en augmentation. Je ne sais pas si certains peuvent l’expliquer.

     

    • #2131625
      le 25/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

      L’expliquer ?
      Peut-être parce que c’est lié à une vraie performance, un vécu concret à travers lequel le sportif se réalise ?
      Tandis que "ça va pas, j’me drogue, j’vais me suicider", ça ne fait pas rêver, non ?

      Et d’ailleurs, Kurt Cobain des années 90, il pouvait encore lui s’appuyer sur son oeuvre, un vrai boulot d’artiste, tandis que ce qui est montré dans la conférence, c’est du néant clipé, du vent vaguement ambiancé, de la fragrance qui n’a même pas d’odeur : ce n’est même pas de la merde, puisque la merde a une consistance !


    • C’est à nuancer, car dans le sport, le long terme n’existe pas non plus. Une carrière sportive étant relativement courte en comparaison à la chanson, le cinéma, l’écriture... et les produits dopants toujours plus efficaces.


    • Je pense que dans le sport c’est différent malgré le côté people de certains joueurs de foot.
      Il montre bien dans son analyse que le système créé des monstres sans talent tandis que dans le sport sans talent tu n’es rien.


  • Si je me souviens bien Orwell disait "l’avenir sera une botte qui écrase un visage humain pour l’éternité" mais il s’était trompé : ce serait plutôt simplement un cul sans visage humain (et probablement sans mains non plus) pour l’éternité !

     

    • peut-être certain(e)s ont ils interprétés les livres sur la vie des saints en prenant le mot phonétiquement à la lettre et le confondant avec cette partie mamaire donnée aux femmes pour allaiter des enfants...
      sinon UN grand respect à Pierre de Brague, qui est lui même de ma génération ( le passage de tékila et son angoisse d’apparaitre comme un vieux est énorme ! mort de rire...) et que les jeunes s’inspirent de nous, maintenant que l’on est vieux depuis 2018 !


  • Pendant que j’ai regardé cette conférence, une citation m’est venue à l’esprit "les premiers seront les derniers"
    Cette manie que le système a à mettre en avant des gens médiocre partout à la radio, dans les lieux public, dans le bus,... c’est insupportable, j’écoute de plus en plus des morceaux des années 60, 70 ; on peut comparer le top hit des années 70 avec le top hit 2017 et y voir la décadence flagrante.

     

    • La médiocrité et l’ennui sans fin... je suis comme vous, je visionne essentiellement des vieux films (des trésors) d’avant les années 70 tellement le cinéma depuis 50 ans est devenu laid, violent et sans pudeur.


  • youtube,instagram et deprime

    interessant.
    Jordan peterson dans son livre 12regles de vie contre cela en conseillant plutot que de se comparer aux autres a travers les reseaux sociaux de se comparer a celui qu’on etait la veille : "me suis je amelioré depuis hier ?
    "une ame qui s’eleve,eleve le monde"
    et merci a er de participer a l’elevation du niveau general de comprehension du monde.


  • #2131630
    le 25/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

    Lorsque par le passé dans les commentaires, certains bourrins disaient "le rap, c’est de la merde !"
    Moi je répondais : le rap, ça n’est qu’une forme, à habiter.

    Et maintenant, Pierre vous a montré des exemples, où il n’y a même plus personne pour habiter la forme.
    Tu prends un baltringue au coin de la rue, tu lui fais un p’tit look (cheveux multicolores, etc...), et il faut consommer immédiatement la vapeur...

    It Takes a Nation of Millions to Hold Us Back, deuxième album studio de Public Enemy, sorti le 14 avril 1988, c’est toujours autant une bombe, aujourd’hui.
    Et les mecs avaient une fierté, une culture, ils étaient vertébrés.
    Au rayon rap, chez le disquaire, y’a beaucoup de rééditions de vieux albums, à côté des nouveaux trucs, déjà périmés.

    C’est comme le siècle d’or de la Peinture hollandaise, l’âge d’or du Cinéma italien...

     

    • #2131776

      N’empêche que le rap, c’est d’la merde...


    • #2131877
      le 25/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

      Effectivement, lorsqu’on ne fait aucun effort pour aller chercher par soi-même quoi que ce soit, TOUT est probablement de la merde...
      Ce dont tu sembles te contenter, autosatisfait de ton commentaire.


    • #2132270

      Je ne voulais pas trop m’appesantir sur ce sujet qui me semble superficiel... mais tu as l’air de le prendre mal et de manière agressive. Précisons donc.
      La forme n’est pas neutre et participe du fond. Saturation sonore, vulgarité, "accent" surfait, reproduction à la chaîne (samples)... Le rap est un produit de la dégénérescence moderne propre à la "culture" (les guillemets s’imposent) américaine comme l’ont été le jazz, le rock... dans une constante descente aux enfers de ce qui n’est plus même de la musique (en l’occurrence, je sais de quoi je parle : je suis un bourrin musicien). C’est un produit industriel du spectacle marchand.
      Évite les formules creuses du style "chercher par soi-même". Pourquoi serait-il nécessaire de se forcer à apprécier le rap quand tout nous rebute dans cette... chose ?
      Je l’avais exprimé légèrement dans une intention humoristique sans injurier ceux qui aiment ce... truc. Mais voilà que tu te fais accusateur : "si tu n’aimes pas ce que j’aime, tu es un bourrin, un paresseux narcissique". Tu m’obliges donc à contre-attaquer : les rappeurs et leurs fans sont de serviles marionnettes de l’impérialisme yankee, les "crétins inutiles" de la dégénérescence moderne incapables de résister à l’enlaidissement du monde. Mais bon... rien de personnel hein !


    • #2132376
      le 26/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

      - Évite les formules creuses du style "chercher par soi-même".

      On me met sous le nez du Amélie Nothomb, du Marc Lévy :
      DONC la Littérature, c’est de la merde, si je suis ton raisonnement...
      Tandis que si effectivement, je cherche par moi-même, je prends le risque de tomber sur du Louis-Ferdinand Céline, sait-on jamais ?

      - Mais voilà que tu te fais accusateur : "si tu n’aimes pas ce que j’aime, tu es un bourrin, un paresseux narcissique".
      Jamais je n’ai écrit ça, mais du coup, tu confirmes toi-même ton côté narcissique, et de surcroît émotif, avec une couche de mensonge diffamatoire qui sent fort l’inversion accusatoire.
      Le "j’aime/ j’aime pas", je le laisse aux spectateurs-consommateurs à zapette.
      Je l’ai déjà dit, ma tante adore Céline Dion, et j’aime pas les betteraves : aucun intérêt.

      Pour revenir dans le cadre de la conférence, le rap est initialement une forme de musique, d’expression véritablement populaire.
      Elle a certes été récupérée, vampirisée par le spectaculaire marchand, comme quasiment TOUT, du moins, en surface, là où précisément, tu t’es arrêté, légitimant ainsi cette aliénation, malgré tes envolées lyriques de perroquet.


    • #2132470

      « On me met sous le nez du Amélie Nothomb, du Marc Lévy :
      DONC la Littérature, c’est de la merde, si je suis ton raisonnement... »

      Tu n’as pas bien suivi mon ami... C’est parce que on peut a priori (c’est-à-dire avant l’expérience de la chose) savoir que les facéties nombrilistes de Nothomb ou Lévy sont autre chose que de la littérature qu’il est inutile de perdre du temps à les lire. Idem pour le rap : c’est autre chose que de la musique.

      « Tandis que si effectivement, je cherche par moi-même, je prends le risque de tomber sur du Louis-Ferdinand Céline, sait-on jamais ? »
      Ce n’est pas en "cherchant par toi-même" que tu es "tombé" sur Céline mais parce que quelqu’un (dont l’avis comptait pour toi) te l’a conseillé.
      Statistiquement, tu as plus de chance de bouffer de la merde (tu as cité Nothomb ou Levy ; il y en a plein d’autres) que de tomber sur une perle. Je ne doute pas qu’il y ait quelques rares perles d’intelligence (et encore...) dans le rap mais je renonce à les chercher dans un marigot infect qui m’insupporte et me dégoûte.

      "Jamais je n’ai écrit ça [ "si tu n’aimes pas ce que j’aime, tu es un bourrin, un paresseux narcissique"]."
      Si, si : "les bourrins qui disent que le rap c’est de la merde" ; "autosatisfait" renvoie au narcissisme ; "cherche par toi-même" renvoie à la paresse. Relis-toi mon ami... ne reproche pas aux gens de te comprendre.
      A propos de "chercher (ou penser) par soi-même" et de "perroquet", l’utilisation de l’expression "inversion accusatoire" à tort et à travers dénote, pour le coup, une tendance au psittacisme soraloïde qui ne plaide pas pour une grande indépendance d’esprit... l’habit ne fait pas le moine.
      "le rap est initialement une forme de musique"
      Non : c’est une industrie de recyclage de la musique (je reviens aux samples et aux loops qui sont à la base du rap). Une infime minorité de rappeurs serait capable de faire de la musique sans l’attirail technologique indispensable (une guitare, un piano... même une simple percu). La musique est un savoir et une technique. Le rap est autre chose.

      En conclusion : chacun fait ce qu’il veut. Tu aimes le rap et ça ne me pose aucun problème. Mais que tu accuses ceux qui ne l’aiment pas (qui "ne font pas l’effort") d’être tout ce que tu as dit mais que tu n’as pas dit tout en le disant... c’est un peu culotté. J’en reste à Bach, Marais, Mozart... Brel, Brassens... et tant d’autres musiciens et te laisse sans problème Booba et Cie. D’la meeeeerde !
      Yo mon frère !


    • #2133217

      A Emilien, je suis plutôt de votre avis sur le rap mais pas sur jazz quand vous dites qu’il est un produit de la dégénérescence moderne de la culture américaine. De quel jazz parlez-vous ? Le jazz est à la musique classique ce que l’improvisation est a la partition. Le mélange des deux a donné de belle choses sur la petite île de Cuba il me semble, le tout avec un contexte politique anti-capitaliste. Avez-vous déjà vu des allemands se retrouver face à un gros imprévu ? Moi si, dans mon travail, et croyez-moi c’est à mourir de rire. C’est comme si on retirait les partitions aux musiciens d’un orchestre symphonique. En fait ce que j’aime dans la musique classique, c’est le compositeur alors que dans le jazz, ce sont les musiciens. Quant au rock, on est d’accord, c’est un courant vecteur de médiocrité et de sous culture, comme le rap l’est et l’a toujours été, destiné au lumpenprolétariat. Quant à la chanson française, c’est de la chanson et non de la musique, et ça, c’était avant !


    • #2134156

      @ Aldebaran
      J’ai dû mal m’exprimer. Je ne juge pas tel ou tel style de musique plus ou moins digne d’être écouté mais dis simplement, au-delà de ce qu’on peut apprécier, que le mouvement global de l’histoire, du monde est une succession de dégénérescences.
      J’ai du mal avec certains styles de jazz (notamment le free jazz !) mais il est sans conteste plus "savant" que le rock tchac-poum tchac-poum.
      Je fais la différence entre ce que j’aime personnellement (Bach, Mozart, The Beatles, Electric Light Orchestra, Bob Marley, J.J. Cale, Léonard Cohen, Jacques Brel, Francis Cabrel... et même France Gall, si, si... j’avoue) et ce que manifeste "l’évolution" de la musique. J’aime, pour des raisons émotionnelles, sentimentales qui me regardent, des chanteurs ou musiciens qui sont le produit d’une dégénérescence objective, comme je suis moi-même - et parce que je suis moi-même le produit dégénéré de la modernité. Je ne chercherais en aucun cas à reprocher à quiconque de préférer Miles Davis ou Django Reinhardt à France Gall (un comble !).
      J’aime bien les Chaussettes Noires mais c’est objectivement de la merde musicale.
      Quant au rap, je persiste, ce n’est déjà plus de la musique... mais libre à chacun d’aimer Booba, Eminem ou autre... je renvoie seulement leur bourrinitude aux plaisantins qui jugent bourrins ceux qui ne partagent pas leur avis confondant l’émotionnel et le mental...
      Tout ça n’est pas très important.


  • Excellente conférence, sujet à approfondir et capital pour comprendre l’époque, et la façonner.

    Sujet connexe : l’importance des memes (quelle serait une traduction de ce mot ?) et leur impact sur le champ de perception d’un groupe (exemple : le role de Pepe the frog dans la campagne de Trump).
    Apparemment René Girard a écrit une théorie sur la mimétique, mais ne l’ayant pas lu je ne sais pas s’il y a un rapport. Ce que je sais c’est que R. Girard a la méga cote auprès de personnes influentes dans la Sillicon Valley (Peter Thiel). Si un érudit passant sur ER peut nous aiguiller..


  • passionnant. Je n’écoute rien de ce qui c’est fait après 2000 et avec cet excellent boulot, ça m’a mis direct au courant.


  • Conférence excellente.
    Merci à toute l’équipe d’ER et à Pierre.
    C’est génial.

    A quand les suites ?


  • #2131661

    Excellente analyse dans sa quasi-totalité.

    Bémol concernant la comparaison avec Kurt Cobain, héritier du courant punk et de l’indé (Pixies), grand bosseur devant l’éternel.
    Quand on crée son groupe, qu’on compose à la guitare, qu’on répète 6 jours par semaine pendant des années, qu’on enchaîne des centaines de dates dans des clubs minables, le succès, étrangement, traverse les années.

    La morbidité est une composante des émotions humaines.
    Ou alors il faut remonter plus loin et « condamner » Ian Curtis (Joy Division) mais aussi Nick Drake, et pourquoi pas la mélancolie de Brian Wilson.

    La symphonie Leningrad de Shostakovich n’est pas non plus un sommet de festivité.. Et Don Giovanni est sans doute l’opéra le plus sinistre de tous les temps...

    (Quid de Francis Bacon pour la peinture ?)

    Excellent travail cependant,
    bien à vous !

     

    • #2131917

      Oui Kurt Cobain a créé une œuvre forte dans le rock, à la fois chanteur, guitariste, auteur compositeur, dessinateur, la preuve c’est l’épreuve du temps. 25 ans après sa mort il jouit toujours d’une renommée critique et commerciale, des centaines de millions de personnes écoutent toujours ses chansons alors qu’il n’est plus promu depuis longtemps, et elles touchent toujours les nouvelles générations. Et faut se mettre dans le contexte de l’époque il a été en opposition avec tout le style musical de l’époque (hard rock FM) et l’a complètement transformé. Smells like teen spirit approche le milliard de vues sur Youtube. Pas mal pour un type qui n’a été actif en gros que 5 ans. Qui écoutera encore XXX tentation dans 25 ans ?
      Après il a peut être été un symbole du désarroi de sa génération, mais ses chansons sont beaucoup plus dans la rage que la noirceur en général et ça ne l’empêchait pas d’avoir pas mal d’humour. D’ailleurs sur sa mort il y aurait pas mal de choses à dire, il y a des enquêtes très convaincantes qui disent qu’il s’est fait assassiner, mais c’est pas le sujet.
      Sinon très bonne conférence merci à Pierre de Brague.


    • Autant j’ai pu apprécier Nirvana, autant je trouve que çà n’a pas très bien vieilli... Peut-être que mes goûts ont beaucoup trop évolués également.
      En tout cas, demandez à un gamin de 20 ans aujourd’hui, relativement commun, qui est Kurt Cobain. Vous devriez faire un gros flop.


  • Très bonne intervention de Pierre de Brague. Ce qu’il dit est tout à fait exact et c’est la continuité du projet de destruction de toutes les cultures sauf une, laquelle reste solide depuis des milliers d’années tout en tendant, à long terme, à vouloir asservir toutes les autres. A qui la faute ?
    Le problème n’est pas la technologie ou son évolution exponentielle mais les dérives de l’utilisation qui en est faite. Les "beurettes" pour reprendre son expression, avant de se vendre sur internet pour gagner des séjours à Dubaï ou à Paris, se vendaient déjà dans les bars des hôtels de Marrakech depuis belle lurette et leur arrière-arrière grand mère se vendaient déjà dans les souk à pirates de Tétouan ou Tanger donc finalement, ce qu’apporte internet, hormis un nivellement des classes par la consommation massive et la débauche comme signe distinctif d’appartenance, c’est la maximisation des profits et l’ouverture vers le rêve à défaut de sortir réellement de la misère.
    Instagram est un outil, tout comme internet, et il ne sont pour rien dans la dépravation des mœurs et le délabrement de notre société. On a ce que l’on mérite et on récolte ce que l’on sème.
    Le pire est devant nous...


  • Il suffit d’aller faire un tour sur le forum 18-25 de jeuxvideo.com pour constater les dégats de cette culture de masse . Le tittytainment est promis à un bel avenir


  • #2131685

    L’aspect purement organisationnel de la culture n’a pas été abordé.

    La culture a été transformé en instrument dirigé par les financiers mondiaux. Donc, indépendamment de son contenu, l’instrument doit être contrôlable par ceux qui le dirigent.

    Il est donc impensable de pousser des "vraies" stars avec du talent. Car ces stars au bout d’un moment deviendraient incontrôlables, elles auraient des exigences morales par exemple.

    Par contre si vous créez des pseudo stars sans talent, comme c’est le cas aujourd’hui, vous pouvez les contrôler totalement. Si une pseudo star n’obéit plus, vous la virez à coup de pied dans le cul et vous la remplacez le jour même.

    Dieudo a été rejeté par le système dès qu’il a refusé le contrôle. S’il n’avait pas eu de talent on n’en entendrais plus parler aujourd’hui.

    Le système l’a bien compris et il sponsorise maintenant des merdes sans talent.


  • Très bien vu de la part de Pierre de Brague, la disparition des stars est un phénomène que personne n’avait analyser aussi finement. Je l’ai remarquer aussi, il n’y a plus que des stars éphémère depuis l’avènement des boys band et girls band, fin des années 90.

    Il n’y a plus de film culte non plus, tous va plus vite et les succès doivent se succéder en permanence pour ne pas lasser.
    On produit du "contenus" en masse pour alimenter des vidéothèque en ligne comme Netflix, peut importe ce que c’est au final, il faut donner du choix et renouveler le contenus. Toujours en véhiculant les idéologies les plus délétères évidement, lgbtisme, consumérisme, individualisme et autres joyeusetés du genre.

    En visionnant la conférence j’ai pensé que les cagnottes de soutien, qui se multiplient comme des ptits pains, participaient du même mouvement. Je serais curieux d’avoir l’avis de Pierre la dessus. La dernière cagnotte en date soutien les saisonniers sinistré de Courchevel.
    Mais on voit bien depuis l’apparition des plateformes de crowdfunding qu’il y a une véritable économie de "soutien" qui génère un pognon de dingue, comme dirait l’autre, avec la aussi tout un panel de projet, ou de cause à soutenir.

    Bravo en tous cas à Pierre et E&R pour ces analyses éclairantes sur ces changements qu’on voit tous sans parfois bien les comprendre.

     

    • #2132515
      le 26/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

      "Il n’y a plus de film culte non plus"

      Quelle est la définition d’un "film culte", ce n’est pas évident.
      Ça peut aussi bien être un film vénéré par des connaisseurs, et que la critique officielle va "découvrir" au bout de 20 ou 30 ans, généralement d’ailleurs au gré d’une nouvelle exploitation commerciale...

      Drive, thriller noir américain réalisé par Nicolas Winding Refn, sorti en 2011, est probablement un film culte : il a su imposer une esthétique visuelle, musicale, d’attitude et d’ambiance générales.

      Les néons du visuel de la conférence viennent de Drive, par exemple.
      lol, le problème, c’est que ça a complètement fait foirer le réalisateur.


  • Excellente conférence , pour la prochaine sur le même sujet je vous suggère de parler des nouveaux réseaux sociaux et " applis " dont les dérives, observés sur certain d’entre eux sont tout a fait "inquiétantes" comme "Tiktok" qui est un genre d’ instagram fréquenté en en grande partie par de très jeune filles parfois de moins de 12 ans , qui immitent litéralement leurs idoles d’internet dans les attudites et les photos , appli qui est déjà considérée comme un terrain de chasse pour les prédateurs pédophiles .


  • Je n’ai qu’une chose à dire : crise de la baisse du taux de profit ! On est en plein dans la baisse du taux de profit avec tout ce qu’elle entraîne : compensation par la masse, obsolescence programmée, publicité ultra agressive... le satanisme de la marchandise est sans limite.


  • #2131792
    le 25/01/2019 par ça n’existe plus.
    Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

    Sujet au combien intéressant, j’ai envie de dire que finalement c’est un peu comme tout.
    Le cinéma, la télévision surtout chez les humoristes !
    Plein de nouvelles gueules, ça sort de partout mais j’arrive pas à retenir leur nom.
    Même si je lis leur nom cent fois je ne le retiendrai jamais.
    Tout simplement parce qu’ils sont vides et qu’ils n’ont pas de talent que ce soit de Hollywood en passant par le cinéma Français où le café des artistes.
    Des milliers de nouveaux artistes mais aucun nouveau talent, le football c’est pareil.
    On va pas comparer l’équipe de France 98 avec celle de 2018.
    C’est le jour et la nuit.
    Les phénomènes n’existent plus.


  • Merci pour le travail... je vais de ce pas montrer la vidéo a mon fils de 15 ans ... même s’il en est conscient lors de nos conversations...


  • comme j’évite toute cette dobe (rap, youtubeurs, cinéma merdique d’aujourd’hui...)
    car cela m’agresse plutôt qu’autre chose, je remercie ER pour cette conférence.
    Je n’étais pas naïve sur cela mais maintenant grâce à vous j’ai une vision plus complète de la chose, et franchement ça fait peur ! Leur niveau de connerie fait peur !
    ces jeunes filles qui se filment 24h/24h pire que des prostituées donc car elles n’ont plus aucune intimité ! ces youtubeurs qui font semblant pour vendre, vous disent que leurs problèmes sont des problèmes de riches, se croient intelligents mais sont d’une débilité atterrante ! ces rappeurs d’une laideur et d’une haine incroyable ! ces pseudos stars d’aujourd’hui du cinéma qui ont été pistonnées grâce à leurs amis juifs pour tourner et qui sont d’une médiocrité affligeante ! etc... monde de merde bonjour ! et la cerise sur le gâteau les milliardaires qui viennent chercher leur petite gamine à baiser (et à tuer !) sur le net comme des papas gâteaux ! et tout cela librement....
    MONDE DE FRIC = MONDE DE MERDE = BIENVENUE EN ENFER !
    Jésus au secours !!!!!!!!!!!!
    Heureusement qu’il y a encore DELON, BéBEL, etc... pour nous faire rêver parce que c’est l’asphyxie totale !!!!!


  • Si sur le plan musical vous voulez du neuf il faut aller en … Russie . Ils ont dépassés les USA , qui l’aurait cru il y a 20 ans ? .

     

  • #2131934

    tres bonne conférence . On vit vraiment dans une époque de merde totale ! Jamais l ’humain n’a descendu aussi bas dans la médiocrité . Tous les vices y sont présent . La luxure et l’avarice sont dominant dans ce monde ; L’ humain est devenu une marchandise . On est fier de montrer son cul au monde entier . Les artistes et les youtubeurs sont a l’image de notre époque . On est bien loin du moyen age !


  • très intéressant comme sujet. Mais dommage que le temps manquait..beaucoup de "on pourrait en parler".
    ça pourrait faire l’objet d’une émission de radio non ?


  • #2131979

    Je suis un peu largué maintenant. J’ai bien compris le concept des culs de filles de 16 ans sur instagram et des mecs qui deviennent des stars en 3 jours en disant dans un autotune qu’ils font de la merde et qu’ils veulent crever, mais j’avoue que je comprends pas bien le truc de la fille pas très jolie à moitié endormie dans son lit qui baille des banalités et se prend des tips de 100 euros. Qui est-ce qui lui file ça ? C’est le prix de 2 passes. Pour avoir 100 euros à claquer il faut bosser donc c’est pas des jeunes de 13 ans, peut être 25. Et quel est l’intérêt ? C’est une compétition entre mecs pour prouver que c’est eux qui ont le plus de virilité ? Ils n’ont aucun contact réel avec des filles et croient qu’elle va tomber amoureuse d’eux en retour ? Ou alors c’est des vieux pervers qui espèrent se taper une jeunette comme les émiratis ?...
    Quelqu’un sait pourquoi ils font ça bordel ?
    En tous cas ça me fait réaliser que je suis heureux de ne pas avoir 20 ans maintenant...

     

    • Bien vu ! C’est clair , c’est quoi exactement le truc ?
      Même les streap teaseuses ne prennent pas autant de tips.
      Des cassos auxquels elle fait croire qu’ils ont une chance ? Je vois que ca !


    • bah des allumeuses y en a toujours eu.Des pigeons pour se faire plumer aussi.
      Sur 9gag, y a eu un meme ou les mecs s’amusaient a denoncer au fisc les nanas dans ce genre.Apres ils prenaient en capture d’ecran les commentaires de la nana qui se plaignait d’avoir un controle du fisc americain...

      Decadence morale du a de la creation monetaire excessive par les banques centrales et pendant ce temps d’autres crevent de faim le 15 du mois : c’est weimar puis 1929 et apres 39-45...


  • C’est synthétique, c’est bien vu, c’est rempli d’analogies et d’aperçus. Une des meilleures conférences E&R.


  • #2132077

    C’est vrai que j’avais remarqué qu’il n’ya plus de vraies stars depuis longtemps. Vous prenez un film de Sergio Leone, même les acteurs de seconds rôle ont une "gueule", une tronche ou une présence à l’écran qui contraste avec ceux d’aujourd’hui qu’on nous présente comme star.

     

    • #2132499
      le 26/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

      Il y a toujours des stars, des acteurs sur le nom desquels un film se fait :
      Mark Wahlberg, Matt Damon... lol, même Liam Neeson !

      Alors, ce sont souvent des films d’action/ divertissement...
      Et c’était pas "mieux avant" : Jean-Paul Belmondo a fait ça de la fin des 70’s au début 80.
      Des produits français qui louchaient fort vers les US.
      Ses plus gros succès publics.

      Et il y a le cas de la franchise Expendables, intéressant à ce sujet, certaines stars ayant décliné l’offre.


    • Mark Wahlberg ou Matt Damon ne font pas rêver les femmes (ou les hommes) comme Bruce Willis et Tom Cruise.
      Liam Neeson a quelque chose de la grande star, un peu... m’enfin c’est pas George Clooney.

      Quant à Bébel ou Delon, oui ils ont fait beaucoup de films de merde ; mais leur présence magnétique dans leur filmographie des années 60 font encore rêver les cinéphile du monde entier, du Brésil au Japon. Mark Wahlberg ne fait pas rêver.

      Et concernant Expandables, il faut préciser que l’attrait de la franchise est basé sur le mythe de Stallone, Jet Li et Schwarzenegger principalement. Sans oublier Bruce Willis, Lundgren, Van Damme... des stars des années 80-90 donc. La même franchise avec seulement Statham, Couture et Hemsworth ? Euh...


    • @ignatius ; oui, assez d’accord : l’idée de stallone sur "expendables" est assez bien trouvée, c.à.d parier sur le charisme (pour moi évident) des films d’action des années 80-90, comparé aux produits formatés d’aujourd’hui.
      Et en réalisation, Mctiernan ou Cameron avaient beaucoup plus de talent.
      ...Même chose d’ailleurs pour la franchise james Bond : fini l’impertinence de roger Moore et la bestialité ambigüe de sean Connery, on a daniel Craig, à savoir un produit fade et insipide.


  • Attention aux amalgames ! La durée n’est pas le Temps... mais de l’espace. Quand la raison intellectuelle aura saisi cela, peut-être alors pourra-t-elle s’interroger sur la notion de Temps afin d’envisager la possibilité d’une Loi d’Evolution de l’Esprit, allant de pair avec la Loi d’Evolution physiologique.

    La première Loi de l’Enracinement est celle de l’Esprit pour que le corps puisse grandir en accord avec sa nature profonde, c’est-à-dire avec son âme qui seule possède une force capable de délivrer au corps une puissance énergétique de régénérescence, lorsque la Conscience est intégrée... Le cas contraire, on végète et on joue à se faire croire qu’on est adulte, épanoui etc...

    Effectivement, à ne pas confondre avec l’évolution seulement physiologique brimée par le masque de compensation. Ce n’est pas parce qu’un corps vieilli, qu’il a forcément grandi en maturité, c’est-à-dire en force vitale... Le pourrissement dans la chair d’un sujet conditionné, c’est-à-dire civilisé commence très tôt dans notre société qui est infantile puisque le premier des enracinements est ignoré...


  • Très intéressant. J’ai 23 ans, et si vous saviez comme quand on fait partie de cette jeunesse dépravée, on se sent mal quand on se rend compte de tout ça !
    Je suis si triste pour la génération de jeunes actuelle. Ma petite soeur est face à tout ça et ca m’inquiète (même si elle prend soin d’elle et ne s’expose pas, j’ai cette chance). Je ne sais pas où on va.
    Quoi qu’il en soit je vais vite partager cette vidéo autour de moi, je remercie M. de Brague pour cette vidéo plus qu’intéressante, et j’espère vivement une partie 2, comme beaucoup de gens je pense !


  • #2132167
    le 25/01/2019 par Bébert de Montcuq dans le 46800
    Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

    Moi je me suis fait un compte Instam-Gras , mais ça n’a pas marché, la quarantaine bien passé , 102 kil, j’ai eu zero folowers, zero likes, zero Instam-Grammer, et j’ai fait des videos en demandant que l’on paye , comme dit Pierro de Brague dans sa conference , pour que je continue de parler, total 57 secondes après fini et le seul qui a payé, c’était pour que je ferme ma gueule, j’ai pas les codes
    Y’a un tutoriel ?


  • Excellent. De Brague s’améliore. De plus, il a coupé sa barbe et il passe mieux à l’image.


  • Merci E&R pour cette conférence. Le décryptage de la culture actuelle est pertinent et permet d’assembler le puzzle de la décadence dans son ensemble. Très gros travail de Pierre de Brague, félicitations et vivement la suite.


  • #2132213

    Allocution passionante ;
    ...Ca fait du bien une sociologie non-neutre !
    Ce projet d’obsolescence programmée des artistes, jusqu’où cela ira-t-il ?
    car, si on suit cette logique, l’excès de normalité peut produire la disparition même de la notion de génie (que Rimbaud appelait "voyant", donc aussi avant-gardiste..)
    L’occident s’est d’ailleurs construit sur l’excellence et l’individu qui se démarquait (cela va des grands alpinistes aux romantiques à la Wagner) ; Si on va contre cela, nous n’aurons que la médiocrité et des artistes qui feront des concerts via skype !


  • Il n’y a plus de super star parce que les codes culturels nécessaires à leur création ne sont plus autorisés par le système. Par exemple pour créer une super star masculine il faut de la virilité et d’autres vertus traditionnellement associées à la masculinité. Pour créer une super star féminine il faut de la grâce...or de nos jours conformément à l’idéologie de l’indistinction des genres le système interdit l’émergence de stars en fonction de ces critères traditionnels. Donc que reste-t-il comme "matière" pour créer une star à notre époque ? La mise en avant de la vulgarité, de la laideur, de la bêtise...or cela ne permet pas de créer de super stars sur la longue durée...car si on peut corrompre la nature humaine on ne peut pas totalement effacer la nature profonde des humains. On peut faire d’un efféminé comme Justine Bieber une starlette mais cela ne sera jamais rien de plus qu’un épiphénomène éphémère qui sera vite oublié.


  • #2132228

    J’ai 28 ans et je tiens a préciser que ce délire collectif à commencé avec ma génération. Porno/Youtuber/Instagram/Groupies de stars dégénérés, narcissisme et ego-centrisme délirant.
    Aujourd’hui ce sont vraiment les moins de 25 ans surtout la tranche 10-20 ans qui est la plus touché et ceux qui sont dans ces âges là actuellement vont littéralement parachever Sodome et Gomorrhe lorsqu’ils vont atteindre les 25 ans et plus.
    Ça va être la dégénérescence totale dans tout les domaines et à moins qu’un sursaut conservateur et autoritaire ne survienne, personnellement je ne vois pas ce qui pourrais stopper cette société d’âmes perdus.

     

    • J’ai 27ans et je me suis fais la même réflexion que vous : tout cela avait déjà commencé quand on avait 16ans mais de façon moins intensive. En fait c’est juste la même merde qui passe à un stade supérieur de délire à chaque génération. On a eu l’époque de la ménagère comme cœur de cible du capital pour la consommation, avec l’intensification de la baisse du taux de profit et la saturation du marché on est passé à l’adolescente qui encore plus influençable que la ménagère. Donc de façon logique, tout consommateur/produit doit être transformé en adolescente pour devenir adéquat aux besoin du marché qui fuit la crise de surproduction.

      Sur-émotivité, impulsivité, etc, rien n’est plus malléable que l’adolescente.

      Le satanisme ne se cache même plus... il se montre au grand jour comme projet théologique du mode de production capitaliste.


  • L’espèce de séparation entre la culture d’antan et la culture contemporaine dérange un peu car l’une ne va pas sans l’autre. Dans les beatles est déja contenu justin bieber et dans catherine deneuve nabila etc. Vouloir les opposer, c’est s’empêcher de comprendre la dynamique réelle du capital. Intégrer la masse à la consommation narcissique nécessite une certaine progression. On commence avec Alain Delon et on finit par Omar Sy.

    La culture a simplement changé de forme, pas de fond. Ce qu’il faut critiquer, c’est pas la culture dominante mais la Culture tout court.

    Le conférence de Pierre de Brague est intéressante cela dit mais très sommaire.

    Conseil de lecture pour compléter : Asphyxiante culture (1968) de Jean Dubuffet.

    « La culture tend à prendre la place qui fut naguère celle de la religion. Comme celle-ci, elle a maintenant ses prêtres, ses prophètes, ses saints, ses collèges de dignitaires. Le conquérant qui vise au sacre se présente au peuple non plus flanqué de l’évêque mais du Prix Nobel. Le seigneur prévaricateur, pour se faire absoudre, ne fonde plus une abbaye mais un musée. C’est au nom de la culture maintenant qu’on mobilise, qu’on prêche les croisades. À elle maintenant le rôle de l’« opium du peuple ».

     

    • #2132488
      le 26/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

      "On commence avec Alain Delon et on finit par Omar Sy."

      Ouais.
      T’essaieras de jeter un oeil au film de Jean-Pierre Melville, Le Samouraï, sorti en 1967.

      Et puis Jean Dubuffet, dans la série "faites ce que je dis, pas ce que je fais", il est gentil, Pépère...

      La Culture, c’est ce qui nous élève, pas ce qu’on subit, à partir de là, c’est clair, non ?


    • #2132776

      Ce qui est fustigé c’est la dégénérescence de cette culture.


  • #2132278

    "Le temps est un grand professeur mais malheureusement il tue ses élèves." aurait écrit Hector Berlioz.
    On dirait bien qu’il a, de plus, essuyé un certain nombre de réformes de l’Éducation nationale.

    When you look in the mirror do you see yourself ?
    Do you see yourself on your TV sreen ?
    Do you see yourself in the magazines ?
    When you see yourself does it make you scream ?

    X Ray Spex. Identity.

     

  • Conférence intéressante, et bien que les exemples de cette nouvelle culture émergente soient tout à fait pertinents, je trouvais que la présentation était beaucoup trop descriptive, que cela manquait de liens conceptuels, sous-jacents à tous ces exemples (manifestation d’une phase avancée du capitalisme et de la liquéfaction de la société, comme expliqué par Zygmunt Bauman), qu’il aurait fallu approfondir.


  • Très belle vidéo merci. Celà m’a permis de me mettre à jour quand à la "sous-culture actuelle" qui avance, je le constate, à la vitesse de la lumière. Ce qui me choque c’est que 80% de ces vidéos ou posts auraient été censurés il y a ne serait-ce que dix ans portant atteinte à la sensibilité des mineurs... mais aujourd’hui ce qui est censuré ce sont les gens dénonçant ces déviances. Mon dieu !! (et je ne suis pas croyant) Que va donner cette génération ??
    Autre chose je suis tout à fait d’accord avec vous (car je l’avais déja remarqué), au sujet de l’anti-héros. A mon époque nous avions les mangas et les arts martiaux avec toute la philo qui va avec. Dans la cour de récrée nous nous prenions pour les chevaliers du zodiac et nous amusions à nous battre, nous rêvions d’avoir des supers-pouvoirs, ce qui m’encouragea à pratiquer plus tard, alors ado, différents arts martiaux. Ensuite est arrivé Bob l’éponge et tout un tas de personnages dans les dessins animés idiots et "anti-héros". Aujourd’hui à quoi jouent les enfants dans les cours de récré, que veulent-ils devenir plus tard ? Réponse d’un enfant d’un client à moi : "Youtubeur !!". oh mon dieu !! (une deuxième fois)...


  • je ne sais pas vous mais toute ces conneries de transhumanisme, de dictature médicale, théorie du genre, véganisme...c’est vraiment le truc qui m’angoisse le plus ! Autant une dictature à la papa à coups de pieds dans le cul mais qui par ailleurs ne touche pas à la cellule familiale, ne n’inculque pas des idéologies farfelu touchant l’intégrité du corps et de l’âme humaine en restant ancrer dans le réel cela ne m’effraie pas, autant un système qui inculque des trucs morbides s’attaquant à l’essence même de l’humain et du vivant m’horrifie ! Face à cette folie on se sent impuissant et comme une bête traquée...


  • Assez effrayant en effet. Chaque fois que je voyais un truc étrange/drôle, je disais pour déconner "Où va le monde ?", mais la j’ai la réponse, et ça fait peur.

    J’ai quand même un espoir...
    Dans toute l’histoire de l’humanité, la jeunesse s’est révolté contre la génération précédente en voulant faire tout l’inverse. La dernière fois c’était dans les années 60 et malheureusement pas pour le meilleur.
    Quand je vois l’hyperconnectivité qu’il y a en ce moment chez les 15-35 ans, je me dis que leurs enfants n’auront pas forcément une vie heureuse et qu’ils voudront à leur tour se révolter en boycottant les réseaux sociaux. Je pense qu’ils existeront toujours, mais reviendront à leurs origines : juste un moyen de communiquer avec des personnes dont on a perdu le contact.

    J’ai un point de désaccord quand même, c’est sur les stars. Ce qui défini une star, c’est la durée. Il est normal qu’aucune star ne soit né en 2017 ou 2018.

     

    • #2132508
      le 26/01/2019 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

      "J’ai un point de désaccord quand même, c’est sur les stars. Ce qui défini une star, c’est la durée. Il est normal qu’aucune star ne soit né en 2017 ou 2018."

      C’est vrai, mais pas complètement.
      Bruce Lee et James Dean ont tourné dans une poignée de films.
      Mais ils ont incarné quelque chose de plus fort qu’eux.

      Et John Travolta ?
      Oublié jusqu’à ce que Quentin Tarantino le repêche...


    • " Ce qui défini une star, c’est la durée. Il est normal qu’aucune star ne soit né en 2017 ou 2018."
      Est-il normal qu’aucune star ne soit née en 2007 alors ?

      En 1986, quand Top Gun est sorti, Tom Cruise était une star. En 1996, quand Mission : Impossible est sorti, Tom Cruise était toujours une star.

      En 2007, en "stars du moment" masculines et jeunes, il y avait Tobey Mc Guire et Daniel Radcliffe.


    • #2132780

      La generation Z est déjà en train de se mobiliser contre 68.


  • #2132471

    votre exposé est trop long pour une introduction du sujet
    il manque une partie essentielle c’est " la prospective qui sera induite par les technologies prochaines EX : la 3D en hollogramme et en couleur .
    Compme pour les systèmes bancaires ou monétiques qui sont passé à l’electronique vitesse lumière .
    depuis l’apparition des moyens médiatiques (radio télévision, téléphone ,internet et après .... ? la culture ( création et prestations ) s’est cristalisée autour de ces médias et s’est appauvrie en contenant au profit du propagant emeteur élargi au mondial .

    On est là en plein détournement de majeurs parlons pas des mineurs par la manipulation de leur etre humain "in situ " (quel finesse et quel art d’envahir ou de coloniser le mental, le cerveau, les émotions ...bref toutes les aptitudes humaines passent à la moulinette manipulatoire par l’etre humain lui meme et cela en manipulation de toutes sortes ,toutes catégories et toutes sciences toutes branches .
    Autre contagion : la fuite en avant , le temps n’est plus, , les techniques et les technologies (émanant des sciences ) nous font aller de plus en plus vite sans pouvoir rien rattrapper ; alors il y a ceux qui en profitent ( les marchands toutes catégories ) et ceux qui aquièssent de plein gré et volonté , ceux qui subisssent , et ceux qui pâtissent et ceux qui souffrent ( les authentiques culturels ).
    Il s’agit dès lors de déclarer par quels moyens au sein de ces machinations il ya encore moyen , radical ou pertinent ou efficace , de renverser ces tendances aveugles et aliénantes des masse humaines sur toute la planète .
    Donc il faut extrapoler pour prévoir ce qui va advenir des cultures s’il n’y a pas de contre tendance voir de vigilance prospective qui doit passer par l’éducation dans les nations ,régions , communautés, groupes ,villages respectifs .
    En conclusion comme pour l’E- bourse, l’E- banque , l’E-administration ETC...
    l’E-culture telle qu’elle évolue ira à une vitesse ou une allure et forme qui l’anéantira inéluctablement .

     

  • Une société remplie de phénomènes de foire, égocentriques et sans talent, inspirants à la fois perplexité et dégout. Qui plus est ceux qui les suivent et les portent aux nues, ceux qui ont perdu tout sens de la culture et tout intérêt au savoir, baignant dans une époque tellement déprimante que ces seules références médiocres suffisent à les contenter quotidiennement.
    Comme je l’ai lue sur un post ici, médiocratie est un excellent terme qui résume le malaise de notre société actuelle. Hélas.
    Je suis heureux d’avoir pu vivre des périodes plus reculées et bien plus passionnantes, où les valeurs et le bon sens prédominaient, et je plains les générations qui vivent aujourd’hui avec de tels modèles.


  • Bonne conférence , mais je trouve qu’on ne vas pas assez loin.
    Alain Soral avait fait remarquer qu’il y avait un culte du super héros depuis de nombreuses années pour bénéficier de l’individualisme et casser la révolte populaire. Je pense qu’on va vers une deuxième étape : l’idée que le super héros c’est nous et seulement nous. Le super consommateur , le héros de télé réalité moderne. Je ferais remarquer également pour pour créer , il faut transgresser , et avoir de l’imaginaire . Les hommes ne transgressent plus et les enfants ne s’ennuient jamais , un point pourtant capital pour développer l’imaginaire . Bref il y aurait beaucoup à dire

     

    • #2141741

      Effectivement avec les progrès technologiques de ces dernières années la virtualisation/dématérialisation de notre monde permet un confort (social, culturel, physique) jamais atteint auparavant ; plus d’ennuis mais que des faciliter pour occuper son temps :

      - Le mobile directement dans la poche, avec la possibilité d’être en contact avec n’importe qui (fénéantisation de la pratique sociale par la restriction de son réseau de connaissances réelles) ou de regarder et écouter n’importe quoi

      Comme vous le disiez : plus d’ennuis !
      Et en ajoutant la possibilité de faire "le choix de la facilité" en permanence, quelle force faut-il avoir pour une génération peu acquise au goût de l’effort pour mener la bataille pour l’éducation ?

      En vérité cette facilité à "l’animation débilisante" réduit considérablement la longueur des pensées et des pratique des activités, qui auparavant étaient, dans un certains sens et pour ne pas manquer de rigoler un peu, délimitées par les besoins primaires : se nourrir et aller pisser !


  • En résumé :

    - "Les gens ont soif de considération bien plus que de mérite."

    - " Quand la loi redevient celle de la jungle, c’est un honneur que d’être déclaré hors-la-loi."


  • Sur le plan culturel vous inquiétez pas la relève est assurée https://youtu.be/bAYvKfNIbII


  • #2132917

    Merci M. De Brague pour cette conférence, j’ai beaucoup appris. Bel effort de synthèse de la culture d’aujourd’hui.
    Vraiment sympa de nous faire comprendre :
    - cette culture de la médiocrité, de la moyenne, de M. Tout le monde qui est interressant.
    - cette primauté de la jeune fille, qui capte l’attention et qui obtient tout juste en étant désirable et qui est un produit de consommation et un étendard publicitaire.
    - cette difficulté des hommes à trouver leur place, et donc le coaching émerge de partout pour aider et palier à cette souffrance masculine.
    - cette culture de la dépression qui pousse à se sentir mal et à être en anomie, malgré certains avantages indéniables du monde moderne.
    Pour moi, la culture est un vecteur, une arme, une construction pure, de l’Elite à destination de la classe populaire. Mathias Cardet l’avait pas si mal montré dans son livre Rap Game.
    Dans la prochaine conférence on voudrait bien du coaching lol ! On veut pas de la contre culture, on veut des contre mesures, on veut bien vivre, ou à la limite survivre.

     

    • #2137013

      Tu veux un conseil qui fonctionne, une "contre-mesure" efficace ?
      J’en ai une, implacable. C’est pas celle que tu souhaites entendre, c’est très probablement celle que tu rejetteras (je ne peux que supposer d’où tu parles si je me trompe pardonne moi), mais c’est pourtant la plus efficace, fruit de 2 millénaires de perfectionnement de l’intelligence humaine dans ce qu’elle a de plus élevée et de connectée avec le Bien, le Beau, le Vrai.

      Tu vas sur portelatine.org, tu trouves le lieu de culte de la Fraternité St Pie-X le plus proche de chez toi, tu lèves tes fesses de ton bureau, tu vas frapper à la porte de la chapelle / du prieuré responsable, et tu demandes à parler au Prieur. Tu lui dis que tu souhaites te convertir, mais que tu as d’abord besoin de réformer ta vie car tu sens bien que tu vas nulle part.

      Et tu écoutes. En général, régler sa vie selon les injonctions de la Sainte Eglise (selon la Tradition et pas la secte conciliaire évidemment) et de Notre Seigneur Jesus Christ c’est ce qui permet le mieux de toucher au bonheur et au Sens.

      Evidemment, il faut être prêt à faire des efforts, car il t’en sera demandé. Mais avec les sacrifices, viendront les fruits, dont on ne découvre l’existence qu’après avoir fait la démarche tant cette société pourrie les a cachés et nous a fait croire qu’ils n’existaient plus.

      Je te souhaite le meilleur !


  • Un contre-exemple : Gojira.

     

    • Premier album en 2001, reconnaissance internationale en 2005 avec From Sirius..., donc pas du tout contemporain au sens où le définit P. de Brague.
      De plus, le métal reste un marché de niche en France. Si vous demandez à des jeunes lambda si ils connaissent Gojira, ça risque d’être un bide.
      Excellent groupe au demeurant !


    • 2012 : L’enfant sauvage
      2016 : Magma
      2017 : double nomination aux Grammy Awards pour le meilleur album rock et meilleur album métal de l’année (Magma).
      Le groupe tourne actuellement toujours (Cf. leur site internet).

      Si on se fie aux paroles et à la démarche artistique, Gojira, groupe landais, est un contre-exemple.


    • De Brague explique dès le début que la conférence parle de la culture de masse ultra contemporaine : qu’est-ce qui vend le plus en ce moment, qu’est-ce qui est de la culture pour les enfants et ados de nos jours ?

      Gojira ont trouvé leur voie à une toute autre époque, avant le streaming, avant la crise du disque, avant Youtube, avant les réseaux sociaux, avant la crise de 2008. Qu’ils aient sorti un album récemment n’en fait pas un contre exemple de la "Culture de masse ultra contemporaine", puisqu’ils appartiennent à une autre culture. Sinon dans ce cas Radiohead aussi est un contre exemple, et pourquoi pas les Rolling Stones tant qu’à faire ?


  • Les clips en fin de vidéo sont diffusés partout, grandes surfaces, tendances youtube, albums en top du playstore etc...
    C’est il y a quelques mois en me faisant couper les cheveux que je prend connaissance de 6ix9ine, qui apparaissait sur un gros ecran dans un clip avec nicki minaj.. ce fut un choc, je m’étais arrêté au rap des années 2010... les gamins grandissent dans cet environnement culturel completement malade.
    Une pépite d’il y a quelques semaines :
    https://m.youtube.com/watch?v=6Pqg6...
    Ça a 16 ans, ça brule des billets, ça écoute 6ix9ine, les filles font les p$#@ etc...
    Ça représente bien cette nouvelle culture...

     

    • Surcharger l’audition, la vue par toutes ces déviances de manière à les normaliser et ainsi, permettre de mieux les banaliser. C’est effrayant.
      A 27 ans, je constate cette effective affligeante décadence ; et cela ne rassure absolument pas pour le présent mais aussi et surtout pour l’avenir.

      Personnellement, la plupart des "artistes" de la nouvelle génération présentée par Pierre de Bragues m’était inconnue...Et vous en avez ajouter une couche avec votre lien ! C’est similaire à ce Bilal hassani... je n’ai pas de mots pour évoquer ce fléau !


  • #2134082

    Le spleen a toujours fait parti du bagage minimal de l’artiste, et du spleen à la névrose il n’y a qu’un pas.
    Arthaud, Beaudelaire étaient de grands malades.. et de grands artistes. La névrose c’est (en partie) ce qui a rendu Cobain beaucoup plus talentueux et poignant qu’Axel rose par exemple. Après on peut préférer Claude François a Jacques Brel en effet.
    L’interview de Tekilatex est assez amusante par ailleurs, son groupe (ttc pour les connaisseurs) était inventif , frais et réellement enthousiasmant à ses débuts, leur premier album était pourtant sombre, la musique et les textes reflétaient leur misère affective, sexuelle, et finalement l’a sublimait. À partir du moment où ils ont connu le succès, ils sont devenus inintéressants et se sont mis à raconter les mêmes conneries que leurs collegues rappeurs.
    Le mec a fait des albums avec La caution, James Delleck ou même Fuzzati, et il vient nous expliquer 15 ans après que le rap "sombre" le gonfle. Quelle blague.
    Le tout est de faire quelque chose de son spleen, de l’utiliser, de s’en moquer, plutôt que de se complaire dedans.

     

    • Je vois pas en quoi Cobain était plus talentueux qu’Axl Rose. Nirvana c’était quand même pas des virtuoses, il n’y avait souvent que trois-quatre accords de guitare. Niveau névrose, voir une certaine forme de Folie (et donc de génie), Axl Rose est quelques crans au dessus. On peut préferer Nirvana, mais les compos, les arrangements instrumentaux et la minutie des chansons des Guns n’Roses sont supérieurs.


    • Faire simple et bien c est extrêmement difficile, ca demande une grande maîtrise figurez vous.

      Je suis graphiste/illustrateur je sais de quoi je parle. Plus on vieillis et plus on comprend que l’on se sublime vraiment lorsque l’on se sépare du superflu, de la mode.

      Nirvana a bouleversé les codes du rock tout en s inspirant d autre artiste comme bowie ou les vaselines. Les reprises sur l album unplugged sont même meilleure que les originales car justement ce groupe avait quelquechose de plus. Du génie.

      quand à la drogue, le spleen ce n est pas un arguments pour juger la qualité où la crédibilité d’un artiste ou d’une œuvre. Combien d icône du jazz de la soul ou du rock étaient toxicomanes ou alcoolique ?

      de Billy Holliday a Ray Charles en passant par Prince etc...

      dsl mais cet exposé n est pas bien préparé.

      la seule réalité c est que nous vivons une période creuse car nous n arrivons pas à nous réinventé.

      On on rejoue des actes, des époques. La dernière nouveauté en matière de musique c est la techno et ça date.

      il n y a rien a dire sur notre époque car il est très difficile de juger l immédiat mais dans 10 ans alors nous pourrons regarder en arrière et vous verrez qu il y a eu de super artistes comme NightBeats Mac Demarco Ty segall Brian Jonestown massacre etc... etc... DeBrague sort de la culture de masse, voilà 20 ans que l indé explose !!! King khan and the shrines etccc ce gens font salle comble et sont cultes.


  • Difficile d’être attentif avec toutes ces images de culs, mais bonne conférence, très instructive. Merci P. de Brague !

     

  • Je viens de m’apercevoir que je suis d’un autre monde !


  • #2139502

    Excellente conférence. Certainement un gros travail derrière.
    Les tendances de fond sont vraiment bien mise à jour. On voit que le système agit clairement pour imposer cette dégénérescence.
    La banalisation de la pédophilie est déjà là. Elle est déjà entrée de fait dans la "culture" , il ne reste plus qu’à la libérer légalement.
    Une autre tendance culturelle qui commence à apparaitre maintenant, c’est celle du transhumanisme et même du posthumanisme.
    Je pense là, à la Youtubeuse Poppy (voir la vidéo sur le site d’Alexandre Lebreton) qui est extrèmement perverse.
    Dommage de ne pas avoir accès à la vidéo questions/réponses.


  • #2141737

    Merci beaucoup pour cette vidéo de grande qualité !
    Un sujet intéressant et très vaste, qui mérite de nombreuses analyses et qui, au moins pour ma part, me fait attendre la suivante avec impatience et m’a permis d’établir pas mal de liens intéressants.

    Juste un petit doute à propos du sens du lien causal entre "société sans stars et de la consommation de plus en plus courte de moindre valeur" et "développement technologique"

    Dans tous les cas une conférence qui laisse présager une digne succession aux analyses de Michel Clouscard : bravo et merci !


  • une suggestion pour er : pourquoi ne pas faire un site spin off er plus oriente "filles" ?
    il y a possibilite d’avoir un public a reinformer,eventuellement de se faire du pognon ( pour soutenir la cause) avec de la pub plus ou moins "legitime".

    Je me souviens avec une certaine nostalgie du magazine 20ans auquel le patron avait collabore me semble t il .
    Un site de rencontre "honnete" pourrait etre aussi une piste pour se financer tout en footant une quenelle au systeme.


  • pouahhh les extraits musicaux sont courts mais çà a été suffisant pour me casser les oreilles bien comme il faut.... quelle merde


  • Très intéressant, beaucoup de choses justes mais développement trop court. Merci.


  • #2148919
    le 21/02/2019 par anti culture cul-cul
    Instagram, YouTube, déprime : la nouvelle culture de masse

    La cul-ture moderne ?
    De la merde en barre. aucune inspiration.


Commentaires suivants