Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Interview d’Edwin Black sur son ouvrage : "Le contrat de transfert"

Partie 1 :

Partie 2 :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce monsieur se trompe ou ment...


  • C’est moi ou à certains moments de l’entretient, il inverse sioniste et antisioniste ?

    Car si je comprends bien, pour lui c’est les sionistes qui manifestaient dans la rue et les antisionistes qui ont établi le contrat de transfert ? Ou alors j’ai rien compris ..

    Si ce mec à eu autant de succès et de soutiens auprès de la communauté juive sioniste, j’imagine que c’est parce qu’il valait mieux que ca soit un pro-sioniste qui en tire des conclusion et en parle.

     

  • Décidément cette période de l’histoire est loin d’être simple. Plus j’essaie de comprendre plus ça devient compliqué ; Si les sionistes ont dealé avec les nazis, ils n’étaient donc pas pour déclencher la guerre à Hitler ? Finalement, y-aurait il chez les sionistes d’importants antagonistes, malgré leur solidarité étroite ?

    Par ailleurs, cet Edwin Black, malgré tout ce travail accumulé, semble toujours croire au génocide juif ou je me trompe ?

    Merci de m’éclairer un peu sur le sujet...

     

    • J’ai surtout vu qu’il évitait cette question le plus possible dans l’entretien.

      Mais de toute facon pour vendre ses livres, être connu ect ... il sait très bien ce qu’il peut et ne peut pas dire.


    • Il faut se rappeler que jusqu’à la Shoananas, les élites juives étaient loin d’être complètement acquises au sionisme. Beaucoup de leaders de la communauté considéraient qu’il était plus sûr pour les juifs de se faire une bonne place dans les puissants et modernes Etats occidentaux, plutôt que d’aller perdre son temps à cultiver la terre au milieu des arabes arriérés...
      Donc oui les sionistes de l’époque, qui ne dominaient pas la communauté, avaient intérêt objectivement à la pérennité du régime nazi, pour que les juifs allemands indésirables aillent s’installer en Palestine et rejoignent leur cause.
      Ca ne change rien au fait que les puissantes communautés juives occidentales se sont effectivement mobilisées contre l’Allemagne nazie. Les sionistes essayaient juste à côté de profiter discrètement de la situation pour renforcer leur cause.


    • Non seulement il croit au génocide, mais son travail sert d’argumentaire factuel contre les négationnistes, car d’après lui certains négationnistes avaient tiré argument de ce contrat pour mettre tous les juifs dans le même panier et dire qu’en vertu d’un tel accord, l’holocauste était impossible. Donc d’après lui, le contrat de transfert a été porté par un courant du sionisme mais combattu par un autre courant sioniste, ainsi que par les anti-sionistes, ce qui a rendu possible l’holocauste. C’est ce que j’ai compris, mais je ne voudrais pas galvauder sa pensée. Je n’ai encore lu aucun de ses bouquins, mais l’un d’entre eux a l’air de traiter plus spécifiquement de l’holocauste.


  • #186778

    C’est du lourd.
    Je vais le dire à Karsfeld...


  • Dommage que ce livre ne soit pas traduit en français ! Ecrit par un juif en plus !


  • Quelques petites remarques :

    - Hitler et Roosevelt sont arrivés au pouvoir exactement le même mois (mars 33), financés par exactement les mêmes gens (principalement Rothschild, financier Juif, et ses relais à Wall Street), pour produire une politique exactement même de contrôle total de l’Etat sur l’économie (New Deal, et son corollaire quasi identique, en Allemagne, le Nouvel Ordre).
    (la même source de financement, pour la même politique de contrôle total -l’Homme Nouveau- qu’en URSS)

    - Dès son accession au pouvoir, et sachant la menace que faisait ouvertement peser Hitler sur les Juifs Allemands, Roosevelt a fermé les USA à l’immigration juive.

    - Les principaux conseillers de Roosevelt étaient Juifs (c la même aujourd’hui pour Obama, et juste avant pour Bush).

    - Les alliés n’ont jamais bombardé les infrastructures des camps nazis. (alors qu’ils ont bombardé des villes Allemandes entières, peuplées de civils innocents)

    Comment expliquer toutes ces anomalies avérées, sourcées, et documentées ?

    Parce que le but (des Rothschild) était de peupler Israël, un désert où aucun Juif occidental ne voulait aller.

    Pour qu’ils acceptent de partir en Palestine, il fallait que ces Juifs réticents soient pris entre le marteau (Hitler) et l’enclume (les frontières fermées des USA, et de la plupart des pays contrôlés par l’Empire Britannique, ainsi que celles d’URSS, leur alliée).

     

    • "Les alliés n’ont jamais bombardé les infrastructures des camps nazis. (alors qu’ils ont bombardé des villes Allemandes entières, peuplées de civils innocents)"

      Biensur que si !

      Il y’a même des videos d’epoque prises depuis les bombardiers !

      Vous vous moquez de nous ?


    • @ Claude : effectivement j’ai fait une erreur sur ce point. Il me semble cependant qu’Auswitch n’a jamais été bombardé ? (sans doute parce que c’était en fait un immense contre industriel pétro-chimique (IG Farben) dans lequel des financiers et capitalistes Américains avaient des intérêts : v. Antony Sutton)

      @ Goldie : Il semble qu’il y ait eu 2 temps :
      - Un premier d’entente et de collaboration entre les Nazis et les Sionistes, durant lequel la majorité des Juifs Allemands ont émigré en Palestine.
      - Un second de rupture entre les Nazis et les Sionistes, peut-être dû à la trahison de ces derniers (concrétisé par la déclaration de guerre des Alliés), ou au fait que les Nazis se soient repentis devant les exactions perpétrées par les Sionistes contre les populations Arabes : on sait qu’aussi bien Hitler que Himmler ont fait des déclarations pour critiquer sévèrement le traitement infligé aux Palestiniens par les Sionistes (v. les liens en commentaire ci-dessous).


  • Aussi à remarquer :

    Hitler ne voulait pas la destruction des Juifs (elle lui était impossible, puisque la plus grande part du monde était hors de son contrôle) : il voulait leur expulsion d’Allemagne.
    Ainsi s’explique l’accord qu’il a trouvé avec les sionistes : les intérêts de ces derniers (peupler Israël) correspondaient aux siens.
    En tant que racialiste nationaliste, Hitler partageait l’idéologie des racialistes nationalistes Juifs (ce qu’étaient les sionistes) : les 2 considéraient que leurs 2 races ne devaient pas se mélanger ; devaient garder leur pureté génétique : les 2 se considéraient comme des peuples supérieurs (race de Seigneurs pour les Nazis, peuple Elu pour les Sionistes) devant régner sur leur propre espace vital naturel (le Grand Reich pour les Nazis ; le Grand Israël pour les Sionistes).

    C’est dur à admettre mais c’est ainsi : s’il n’avait été mis au pied du mur par le boycott mondial et la guerre mondiale contre lui (ce sont les alliés qui lui ont déclaré la guerre), Hitler aurait aidé jusqu’au bout la création d’Israël ; tous les Juifs d’Allemagne et des territoires occupés par celle-ci auraient émigré en Israël, et l’Holocauste n’aurait jamais eu lieu.

    C’est la guerre totale des alliés contre Hitler qui l’a entraîné dans la Shoah (si tant est qu’elle ait eu lieu ; en tout cas dans son développement gazier) ; sans cette guerre, tous les Juifs d’Europe auraient émigré sans encombres en Israël, en conservant leurs biens.

     

    • Je suis en désaccord sur un point : Hitler ne voulait pas déporter les Juifs en Palestine mais à Madagascar, en Ouganda, en Amérique du Sud et même pendant la guerre, en Europe de l’Est.
      Voici ce que disait Himmler en janvier 1945 :
      "Nous affectons les juifs au travail et, bien entendu, y compris à des travaux durs tels que la construction de routes, de canaux, les entreprises minières et ils ont là une forte mortalité. Depuis que sont en cours les discussions sur l’amélioration du sort des juifs, ils sont employés à des travaux normaux, mais il va de soi qu’ils doivent, comme tout Allemand, travailler dans l’armement. Notre point de vue sur la question juive est la suivante : la prise de position de l’Amérique et de l’Angleterre quant aux juifs ne nous intéresse d’aucune façon. Ce qui est clair, c’est que nous ne voulons pas les avoir en Allemagne et dans le domaine de vie allemand en raison des décennies d’expérience après la [première] guerre mondiale et que nous n’engagerons aucune discussion à ce sujet. Si l’Amérique veut les prendre, nous nous en féliciterons [Wenn Amerika sie nehmen will, begrussen wir das]. Mais il doit être exclu, et là-dessus une garantie devra nous être donnée, que les juifs que nous laisserons sortir par la Suisse puissent jamais être refoulés vers la Palestine. Nous savons que les Arabes, tout autant que nous Allemands le faisons, refusent les juifs et nous ne voulons pas nous prêter à une indécence [Unanständigkeit] telle que d’envoyer de nouveaux juifs à ce pauvre peuple martyrisé par les juifs [diesem armen, von den Juden gequälten Volke]. – Economiquement nous adoptons le même point de vue que l’Amérique. Tout comme chaque immigrant aux Etats-Unis doit verser mille dollars, chaque émigrant quittant le domaine de souveraineté allemand doit également verser 1 000 dollars. L’argent, même en devises, ne nous intéresse pas. Nous souhaitons que, pour l’argent qui sera versé en Suisse, s’ensuive une livraison de marchandises selon les lois de la neutralité car l’argent en soi ne nous intéresse pas et ne nous intéressent pas non plus les médicaments proposés comme le Cibasol, que nous produisons nous-mêmes. J’ai spécifié que nous intéressaient tracteurs, camions et machines-outils."



    • C’est dur à admettre mais c’est ainsi : s’il n’avait été mis au pied du mur par le boycott mondial et la guerre mondiale contre lui (ce sont les alliés qui lui ont déclaré la guerre), Hitler aurait aidé jusqu’au bout la création d’Israël ; tous les Juifs d’Allemagne et des territoires occupés par celle-ci auraient émigré en Israël, et l’Holocauste n’aurait jamais eu lieu.



      Mais sans la shoah Israel n’aurait jamais pu être créee, elle a servi de moyen de pression aux sionistes (c’est encore le cas aujourd’hui comme nous le savons tous) et à légitimer l’idée d’un état juif dans lequel ils seraient à l’abri de persécutions. Il fallait donc déclencher la guerre, et ce malgré l’alliance momentanée avec Hitler.


    • Dès son arrivée au pouvoir (AH), son ministre de l’économie signe avec l’Agence juive (sioniste) l’accord du 28 août 1933, accord favorisant le "transfert" ("Haavara" en hébreu) des juifs allemands en Palestine.
      Source : Broszat, Jacobsen, Krausnick : Anatomie des S.S. Staates, Munich. 1982. vol. II, p. 263.
      Source : Garaudy.


    • @goldie c’est faux puisque les armées sionistes de la Hagana se battaient déjà pour ça et terrorisaient l’empire Britannique avant la 2eme guerre mondiale. L’accord de Balfour allait dans ce sens. La "Shoah" a juste accceleré les choses.


  • Faut ajouter que des sionistes comme Warburg, Rothshild, Rockefeller, Deterding et Mendelssohn ont financé le NSDAP et Hitler. C’etaient eux, qui lui ont franchi le chemin au pouvoir avec le soutien de la part des patrons allemands.

     

  • une nouvelle "ouverture" dans la perspective historique.
    l’alliance entre le sionisme et le nazisme n’est pas inconnue les jurdrenates étaient choisis par les SS parmis les sionistes bien sur qu’il y a plus d’affinité entre les nazis et les sionistes qu’entre les nazis et les juifs religieux ou entre les nazis ou les juifs assimilés.
    mais l’occasion de ce discours est de légitimer l’alliance actuelle entre le sionisme actuel et les extrêmes droites d’Europe de lacher du lest sur les histoires de "négationisme" "révisionisme" surtout en temps de crise à conditions de diriger ce qui en reste vers la négation de la palestine.

    l’histoire des orangers cultivée par les juifs en terre des palestiniens dans les années 30 est vraiment ridicule et ne peut être avalée que par des américains ou par des petits artisans ou patrons de PME en mal de marché.
    l’histoire est a mon avis trop pimentée et trop mise en scène avec trop de "roulage de mécanique" et peu d’information mais elle sert d’alibi historique pour préparer des ententes idéologique entre extrême droite et sionisme tout en faisant miroité des intérêts économiques.
    attention dernière tentative pour continuer a arnaquer les peuples d’Europe avant l’explosion décisive.

     

    • En réalité, avant les sionistes, les "bédouins" (en fait céréaliers) exportent 30.000 tonnes de blé par an ; la superficie des vergers arabes triple de 1921 à 1942, celle des orangeraies et des autres agrumes est multipliée par sept entre 1922 et 1947, la production est multipliée par dix entre 1922 et 1938.
      Pour ne retenir que l’exemple des agrumes, le Rapport Peel, présenté au Parlement britannique, par le Secrétaire d’Etat aux colonies, en juillet 1937, se fondant sur la rapide progression des orangeraies en Palestine, estime que, sur les trente millions de cageots d’oranges d’hiver dont s’accroîtra la consommation mondiale dans les dix années à venir, les pays producteurs et exportateurs seront les suivants :
      Palestine : 15 millions Etats-Unis : 7 millions Espagne : 5 millions Autres pays (Chypre, Egypte, Algérie, etc...) : 3 millions.
      Source : "Rapport Peel", chapitre 8, § 19, p. 214.
      Source : Roger Garaudy, Les mythes fondateurs .....


  • Ah ah ah ! Plié de rire !
    26éme seconde : "Rabbin Stuart Weinblatt" et Edwin Black, qui a publié "IBM et l’holocauste (shoahnanas)". On est vraiment au cirque.

    Plus sérieux, Faurisson cite Hitler : "Interdiction aux juifs d’aller en Palestine à cause du noble et vaillant peuple arabe qui a déjà suffisamment souffert".
    http://www.dailymotion.com/video/xs5t1s_hitler-et-la-palestine-robert-faurisson_news

    Et accessoirement :
    28 avril 1939 : Hitler évoque le cas de la Palestine


  • Sincèrement je ne sais plus quoi en penser...
    Apparement il y’a bien eu un holocauste d’après ses dires, qu’alors certains négationnistes contre dise cette thèse.

    Une autre question se pose, mais je ne suis pas sure d’avoir compris, les sionistes sont censés être du bon côtés car ils ont contribués à sauver des juifs, même si ils ont étaient obligés de financer la guerre du 3 reich...

    La question est : qui croire ?


  • Nous sommes au delà du mensonge, c’est la vérité qui est maquillée, rien de pire.


  • Hitler avait pour mandat d’établir l’Union Européenne pour le compte de l’Empire Britannique et du même coup peupler de juifs la Palestinne (protectorat britannique) pour y établir Israël comme pont stratégique du pétrole britanique (Iran) vers la Méditéranée. Le tout supervisé par la banque Rothschild dont les lieutenants étaient les Warburg en Allemagne et USA.

    Hitler a jouer son rôle parfaitement jusqu’en 1938. Il décida alors que l’Allemagne et non Londres serait aux commandes de cette Union Européenne associée à Wall Street (nouvel empire). Il expulsa Max Warburg. Autant dire qu’il explusa la banque Rothschild et la Banque de Londres.

    Londres n’allait pas le permettre.

     

  • Bonsoir.
    Juste une petite réflexion, bombarder les camps n’aurait rien apporté et d’ailleurs que bombarder ?
    L’Allemagne de cette époque est complètement sous contrôle policier, c’est même un état policier.
    Imaginons qu’un millier d’internés s’échappent d’un camps, après que les pilotes Alliés est visé juste, en détruisant, spécifiquement, les miradors et les clôtures (ce qu’ils ne savaient, de toutes façons, pas trop faire), sans réaliser trop de dégâts ailleurs, ils seraient allé ou, en habits rayés ? Tous ceux qui ont étudié un peu le troisième Reich savent que la durée de vie d’un homme en fuite était très réduite, faut pas rêver, Papa shultz n’est pas très représentatif du "feldgendarme" moyen.


  • Edwin Black n’est pas dans notre camps, les amis...

    Le cas de son livre a été déboulonné :

    * dans "The Hyenas of High Finance" (via Balder Ex Libris http://www.balderexlibris.com/index... )

    * ainsi que par Gilad Atzmon dans son vieil article "De la Reine Esther à l’AIPAC". Quel retard à rattraper vous avez chers amis...


  • Tiens, c’est marrant, les vidéos marchent plus...


  • Putain, je n’ai pas eu le temps de voir la deuxième partie !
    Ca veut dire quoi exactement : pour non respect des conditions d’utilisation.. ?


  • Voici ce que dit R.F. du Transfer Agreement :

    Dès août 1933, l’Agence juive pour la Palestine et les autorités du IIIe Reich concluaient discrètement le « Pacte de transfert » (« Haavara Agreement » ou « Transfer Agreement ») qui permettait de sauver l’économie allemande mise en péril par la décision de boycottage des marchandises allemandes prise par les organisations juives mondiales en mars 1933. Ce pacte facilitait l’émigration de juifs allemands en Palestine. La législation allemande antérieure à l’arrivée de Hitler au pouvoir interdisait le transfert de capitaux à l’étranger, mais Hitler contourna cette interdiction et permit aux juifs d’exporter d’importantes sommes vers la Palestine et cela jusqu’à peu de mois après le commencement de la guerre de 1939.

    Pendant la guerre, les contacts entre certains milieux sionistes et les Allemands persistèrent. En 1941, l’Irgun (Organisation militaire nationale) ou « Groupe Stern » ou « Lehi » alla jusqu’à proposer une alliance militaire à l’Allemagne contre la Grande-Bretagne. Un émissaire rencontra à Beyrouth le diplomate Otto Werner von Hentig mais l’offre fut déclinée, peut-être parce que l’Allemagne ne voulait pas « se prêter à une manœuvre tendant à permettre aux juifs de chasser le noble et vaillant peuple arabe de sa mère-patrie, la Palestine ». Shamir, actuel premier ministre d’Israël, fit partie du Lehi au moins à partir de 1944 et, à cette époque, consacra toutes ses forces à la lutte contre la Grande-Bretagne (qui exerçait un protectorat sur la Palestine) et non contre l’Allemagne. En novembre 1944, ce groupe assassina au Caire Lord Moyne, ministre d’État britannique pour le Moyen-Orient. La lutte contre l’armée britannique prit les formes habituelles du terrorisme : les juifs allèrent jusqu’à faire enlever, fouetter et pendre des militaires britanniques. L’explosion de l’hôtel King David, dû au même groupe terroriste juif, causa quatre-vingt-onze morts.


  • J’espère que vous réalisez que Edwin Black c’est aussi un grand propagandiste de la shouina, qui blâme IBM pour l’Holocauste, et qui prend pour acquis toutes les conclusions du tribunal de Nuremberg.

    American Corporate Complicity Created Undeniable Nazi Nexus
    This article is based on the just released book, Nazi Nexus : America’s Corporate Connection’s to Hitler’s Holocaust (Dialog Press
    http://www.thecuttingedgenews.com/i...


  • Une bien meilleure source que cet anti-nazi holocaustique primaire Edwin Black, il y a Udo WALENDY, qui a été emprisonné pour délit d’opinion sur cette Shoah qu’il ne faut pas contester.

    The Transfer Agreement and the Boycott Fever of 1933, by Udo Walendy
    http://www.multiupload.com/WOH356M15E

    Mais sur le site de Soral qui n’aime pas Hitler faut pas aimer Hitler parce qu’Hitler méprisait ce qu’était devenue la France, un Ennemi,un obstacle, il voyait en outre que la France était tenue par la franc-maçonnerie ("républicanisme", immigrationnisme) et les juifs, ce à quoi les NS ont tenté de remédier, notamment par la production du film "Forces Occultes" EN FRANÇAIS, "Die Rothschilds - Aktien auf Waterloo", Der Ewige Jude....

     

  • Afficher les commentaires suivants