Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Inversion accusatoire

Ou les dégâts de la soumission intellectuelle

Personne ne connaît Aurélien Bellanger. C’est un écrivain sarkozyste de gauche qui aimerait être Houellebecq ou avoir autant de succès que lui. C’est pas gagné, surtout quand on voit la prose qui va suivre. Dans le climat actuel de lynchage anti-Soral, les flicaillons de la pensée se bousculent en espérant placer leur bille, leur tête, pour enfin exister et, peut-être, avec un peu de chance, gratter un job, une place, une invitation dans la lumière par la communauté du même nom. La lumière des médias, celle qui assoit son intellectuel, celle qui en fait un récurrent, un sorti de l’ombre. Sauf qu’Aurélien, qui a déjà connu les plateaux télé pour son livre sur le Grand Paris, ne fait pas partie de la bonne communauté et à ce titre, il faut qu’il soit plus sioniste que le roi pour avoir droit à sa petite portion d’éternité. Mais trop de sionisme tue le sionisme...

 

C’est France Culture, pas chienne, qui la lui offrira (la portion d’éternité) mardi 23 octobre 2018 en lui accordant trois minutes de démonstration amphigourique qui débouche sur une inversion accusatoire burlesque. Parce que si on écoute Aurélien, c’est Soral qui est responsable du racisme en France. C’est la dernière nouveauté du Système, un tir sans queue ni tête mais on sait jamais, les Français sont tellement cons, pensent-ils, que ça peut marcher.

Tout ce qui est excessif est insignifiant, disait l’autre. Aurélien a tenté un coup, passer de l’ombre à la lumière en un texte, mais il s’est perdu au milieu des multiples injonctions de la dominance culturelle. Il s’est donc ridiculisé. Au moins Éric Zemmour, qu’Aurélien conchie aussi dans son texte (on pense qu’il s’agit plus de jalousie littéraire que d’opposition idéologique) dit des choses justes, malgré son objectif sioniste antifrançais. Mais il a le mérite de créer le débat. Aurélien, que même la presse bien-pensante trouve moyen, décide d’un coup de faire une « sioniste » (une figure intellectuelle tordue), mais si mal que ça en devient gênant.

« Dans L’Express, Jérôme Dupuis n’est pas élogieux, trouvant le livre ennuyeux. Il y voit un Houellebecq “sans humour, sans sexe, sans aphorisme et sans mélancolie”. Quant au style littéraire d’Aurélien Bellanger, Sylvain Bourmeau le qualifie de volontairement transparent, inspiré du style de l’encyclopédie Wikipédia. Le directeur du magazine Lire, Philippe Delaroche, qualifie cette écriture de “poison Wikipédia”. » (Source : Wikipédia)

Passons à son intervention historique dans La fabrique de l’Histoire, un canal de plus sur le service public pour la propagande :

« Le cas Soral est en cela emblématique.

Les premiers lecteurs de Soral, les plus anciens amateurs de ses vidéos complotistes, c’était des gens comme moi. Des gens sans histoire, sans grand background idéologique et mollement initiés à la politique par les grandes manifestations anti-Front national du premier mai 2002. C’étaient des gens qui, sans être jamais d’accord avec aucune des théories formulées, trouvaient ce folklore intellectuel plutôt divertissant.

On oublie, d’ailleurs, que Soral s’est toujours pensé lui-même comme un intellectuel, un intellectuel qui se serait révélé à lui-même, après plusieurs samedi passés à observer la foule au milieu des Halles cosmopolites des années 80, par un livre qui a prétendu expliquer les mouvements de mode aux parents : Soral, dans l’intention initiale, c’est Bourdieu lecteur de Barthes.

Et c’est devenu, trois décennie plus tard, l’antisémite le plus articulé qu’on ait vu depuis Faurisson.

Le projet intellectuel de Soral et des tous les nouveaux racialistes a longtemps paru si grotesque, comme un attentat au bon sens, qu’il a pu s’opérer en pleine lumière : c’était comme un énorme gag pour intellectuels.

L’opération a presque réussi, pourtant, à transformer une société organiquement étrangère au racisme en une société finalement rattrapée par lui, et tout excitée à l’avance par les futurs massacres qu’il l’autorisera peut-être à commettre contre elle-même. »

Si avec ça les ingénieurs sociaux responsables de l’antiracisme d’hier puis du revirement raciste d’aujourd’hui ne lui refilent pas un caramel, c’est à désespérer de la trahison intellectuelle !

D’habitude, on analyse les âneries qu’on écrit sur nous mais là, pas besoin de se creuser la tête : c’est tellement idiot – Soral « racialiste » – que ça s’effondre tout seul. On espère qu’Aurélien trouvera des arguments un peu plus solides pour nous faire la chasse, car c’est pas avec ça qu’il va « péter » du gros gibier, comme disent les chasseurs.

Il est à la fois valorisant et inquiétant de voir tous ces plumitifs, écrivains ou journalistes, envoyés contre nous par le pouvoir profond. Depuis quelque temps, on a droit aux fonds de tiroir. Déjà, les diatribes haineuses d’un Haziza n’étaient pas vraiment au niveau, et d’ailleurs le propagandiste sioniste de service public a fini par se faire jeter, après bien des turpitudes.
Les représentants du lobby n’étant pas chauds pour se faire secouer en première ligne, surtout dans les combats au corps-à-corps (qu’ils ne sont pas sûrs de gagner [1]), ils envoient des proxies, de pauvres mercenaires payés en surface médiatique, puisque ce sont les lobbyistes qui tiennent le haut du pavé en la matière.
On peut dire que les intellos précaires poussés au front sont les combattants de Daech du lobby sioniste français. On voit ce que ça a donné en Syrie : les Russes les ont écrasés. De la même façon, Israël n’enverra jamais son armée contre une vraie armée, le risque est trop grand de disparaître, comme en 1973 (guerre du Kippour).

Ce qui est dommage, c’est que Bellanger est loin d’être con et il le prouve dans cette émission de France Inter... qui n’a pas réussi à le rendre célèbre :

 

Le vrai problème est là : quand on n’a pas la carte, on n’existe pas. Et ceux qui distribuent la carte fonctionnent de manière clanique avec une impitoyable discrimination à l’embauche. Lorsqu’on ne fait pas partie de ce cercle d’élus entouré d’un cercle de larbins, on n’existe pas médiatiquement. On doit alors travailler et ramer deux fois plus.
Au lieu de trahir, si tous les intellos français victimes de cette ségrégation pour le coup bien raciale formaient un front commun, on n’en serait pas là. Mais ce système de terreur intellectuelle ne produit que de la division, de l’individualisme et de la lâcheté. Ils sont pas nombreux les résistants !

Las, Aurélien Bellanger a choisi de devenir un soldat de Daech en sandales qui travaille pour le Grand Israël. Ci-joint son épitaphe :

Notes

[1] On parle de confrontation médiatique face à face, en plateau, ce qui nous est interdit, pas d’un combat à la baïonnette ou au couteau.

De quoi ont peur les intellectuels français ?
Lire sur Kontre Kulture

 

Les lâches et les traîtres, sur E&R :

 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2070019
    Le 25 octobre à 13:56 par Grégory Forest médocain adepte de la route des vins
    Inversion accusatoire

    Un seul mot : ignoble ce type.

    Impossible qu’il ne sache pas que le coupable du racisme en France et de la guerre civile en préparation n’est pas Soral dont l’oeuvre littéraire et L’association E&R est tout l’opposé du racisme,
    C’est plutôt toi Adrien qui t’es soummis aux vrai racistes par intérêt pour ta propre imposture littéraire, très mal critiquée et pour causes.

    Traître. À ton pays, et à tout les méritants qui ont fait la littérature française.

    J’ai pas d’autres mots en ce qui te concerne.

     

    Répondre à ce message

  • #2070020
    Le 25 octobre à 13:58 par Grégory Forest médocain ect...
    Inversion accusatoire

    Aurélien et non Adrien.

    J’aime bien ces 2 prénoms remarque.

     

    Répondre à ce message

  • #2070058
    Le 25 octobre à 14:53 par rectificateur
    Inversion accusatoire

    Il s’est fait une coiffure à la Caro pour maximiser l’effet sioniste ? Ou c’est du BHL raté (faut rajouter la chemise blanche sinon ça marche pas) ?

     

    Répondre à ce message

  • #2070068
    Le 25 octobre à 15:03 par vincesampras
    Inversion accusatoire

    C’est le frère de Catherine Fourest ?

     

    Répondre à ce message

    • #2070308
      Le 25 octobre à 21:42 par rectificateur
      Inversion accusatoire

      Caroline, pas Catherine ! Y’en a qui suivent pas, au fond...

       
  • #2070103
    Le 25 octobre à 15:56 par JUL
    Inversion accusatoire

    Ah ben on sent que la fin de l’année approche et qu’on nous sort les soldes sionistes avec le bas du panier intellectuel, les invendus culturels et les fins de series avec rabais pour défaut de construction du gauchisme.

    Il est fort possible que ce petit commentaire ait plus de style que toute l’oeuvre de ... de qui déjà ?

     

    Répondre à ce message

  • #2070152
    Le 25 octobre à 17:24 par IGGY et ZIGGY
    Inversion accusatoire

    CE GENRE de bobo faussement réac, réac dans le sens qu’il va dans la destruction de nos valeurs en terme de patrimoine : le trip hors sol, les villes c’est que dalle, juste bon a s’arreter dans un hotel ou y vivre et faire son bizness :
    ce genre de mec me donne la gerbe.

     

    Répondre à ce message

  • #2070186
    Le 25 octobre à 18:22 par Mitou
    Inversion accusatoire

    D’une vacuité sans nom... impossible de tenir jusqu’au bout.

     

    Répondre à ce message

  • #2070200
    Le 25 octobre à 18:39 par yoshi120
    Inversion accusatoire

    En ouvrant l’article j’ai cru que la miniature c’était Caroline Fourest ! Voilà

     

    Répondre à ce message

  • #2070371
    Le 25 octobre à 22:50 par Pépé
    Inversion accusatoire

    Ce qui frappe quand on prend le périph c’est l’anarchie des constructions, ici une tour en forme de suppositore, là en forme de parallélépipède : aucune harmonie car aucun plan d’ensemble, c’est l’anarchie capitaliste . Quand on pense aux réalisations d’Haussmann, ces avenues magnifiques où tout était prépensé pour former un ensemble triomphale, on est consterné . Alors il y avait des règlementations architecturales, on ne pouvait pas faire n’importe quoi .

     

    Répondre à ce message

  • #2070384
    Le 25 octobre à 23:20 par Marie Kanyakou
    Inversion accusatoire

    je viens de perdre 8 mn de ma vie, je ne vous dis pas merci

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents