Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Investiture de Donald Trump : Déni, colère, acceptation... Les cinq étapes du deuil des anti-Trump

Il y a d’abord eu le déni. Puis la colère, et la dépression. Mais alors que Donald Trump prête serment vendredi à midi (18h en France) et va officiellement devenir le 45e président des États-Unis, pour les jeunes Américains rassemblés autour du slogan #NotMyPresident, vient le temps de l’acceptation.

 

1. Le déni : « Ce n’est pas possible  »

Au soir de l’élection, les supporteurs de Clinton sont sonnés. « Je ne peux pas y croire, ce n’est pas possible. Ça ne peut pas se terminer comme ça », confie Melissa au QG de campagne de la candidate, à Sacramento, en Californie.

[...]

 

2. La colère : #NotMyPresident

Des milliers d’Américains manifestent dans tout le pays, rassemblés autour d’un même cri : « #NotMyPresident ». Pour James, un jeune photographe de Los Angeles, «  c’était cathartique  ». «  J’avais envie de hurler après sa victoire. Manifester aux côtés d’autres personnes est bien plus puissant que de publier quelque chose en ligne. J’ai vu des gens pleurer, s’embrasser, crier. Ça n’a rien changé au résultat mais j’en suis ressorti avec le sentiment qu’il y a encore de l’espoir pour le progrès et la tolérance dans notre pays ».

[..]

4. La dépression : « Je n’avais pas été autant affecté depuis la mort de mon père »

John (prénom modifié), qui enseigne les sciences politiques, ne se remet toujours pas de la victoire de Donald Trump. «  Je n’avais pas été autant affecté depuis la mort de mon père », confie-t-il. Il en a perdu le sommeil et fait part de ses craintes de voir la démocratie américaine doucement glisser vers le « protofascisme  ». Il se raccroche à l’espoir d’une improbable destitution. Selon lui, « si nous arrivons à prouver clairement que Vladimir Poutine est intervenu dans l’élection avec le but de faire élire Trump, alors il doit y avoir un nouveau scrutin  ».

 

5. L’acceptation : « Donald Trump est mon président  »

« Donald Trump est mon président  ». Prononcer cette phrase lui écorche la bouche mais Clare accepte la réalité.

Lire l’article entier sur 20minutes.fr

 


 

Le Figaro du jour propose une infographie avec tous les visages de l’administration Trump (cliquez sur le lien pour activer l’image).

 

 


 

Sacre de l’Amérique profonde : un immense espoir se lève pour nous autres !

«  D’abord, ils vous ignorent. Ensuite, ils vous ridiculisent. Après, ils vous attaquent et veulent vous brûler. Et enfin, vous gagnez ». Attribué au faux sage Gandhi, cet aphorisme fut en fait prononcé par le syndicaliste étasunien Nicholas Klein en 1918. Il illustre à merveille l’évolution de l’attitude des bien-pensants face à une idée ou une personne qui leur apparaît comme révolutionnaire.

 

 

L’ascension fulgurante de Donald J. Trump, malgré les moqueries et les coups bas des élites, en est un exemple probant.

L’annonce de sa candidature, le 16 juin 2015, ne fut évoquée que dans la rubrique « Humour » de certains magazines. Le milliardaire était alors crédité d’à peine 2 % des voix dans les sondages les plus optimistes. Lorsque ce score est passé à 17 puis à 25 % au cours des mois suivants, les experts n’ont pas pris la chose au sérieux : dès le début de la primaire, l’oligarque bouffi se dégonflerait comme un ballon de baudruche.

Puis, l’Iowa fut gagné haut la main. Il restait encore 49 États, arguèrent les sachants.

À la primaire de 2012, Santorum avait battu Romney dans cet État avant d’enchaîner les défaites.

Quand le candidat Trump réussit à obtenir la majorité des délégués, on prophétisa que ces derniers ne voteraient jamais pour lui, que Ted Cruz ou un autre serait désigné à sa place.

Mais les délégués suivirent le vote de leurs adhérents et l’investirent candidat. Alors, le camp du bien (aussi bien étasunien que français) passa du rire à la guerre. Une guerre impitoyable : Trump était le diable en personne ; il fallait mobiliser toutes les bonnes volontés (minorités, célébrités, monde économique et même industrie du X) contre celui vers qui tendaient de plus en plus de suffrages.

Lire la suite de l’article sur bvoltaire.fr

Trump va-t-il, peut-il changer l’Empire ? Lire sur Kontre Kulture

 

Analyses sur les orientations politiques de Trump, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Vive la démocratie ! Vive le président démocratiquement élu !


  • C’est qui le faux sage Gandhi ? Ah oui, c’est vrai qu’il avait dit qu’il fallait tendre l’autre joue, comme un certain... oh, je me rappelle plus


  • "Sacre de l’Amérique profonde : un immense espoir se lève pour nous autres !"

    Oh punaise ... maintennant j’en suis convaincu ... c’est des abrutis chez bvoltaire...

    Qui a élu Trump ?? Réponse : les grands élécteurs, l’establsihment US, le grand capital US, celui qui approuve, cautionne et finance sytématiquement la politique israelienne. Ou alors bvoltaire ment délibérement !?


  • Trump n’est pas un fils à Papa !

    Ses parents d’origine modeste lui ont transmis des valeurs !
    Sa volonté,son indépendance intellectuelle et morale,
    le distinguent singulièrement de Tous nos Politiciens .
    Souhaitons qu’il s’entende avec Poutine .
    Ah,si nous avions un de Gaulle ou Le Pen père !
    Encore faudrait-il que le peuple français sorte
    de sa "dormition".


  • L investiture de trump ne va t elle pas servir aux sionistes ?car aux dernières nouvelles il voulait se rapprocher un peu plus du président israélien et transféré l embassade américaine actuellement à Tel aviv vers Israël.Je sens que rapprochement ne vas pas être bon pour la Palestine.


  • Depuis novembre dernier beaucoup d’anti-Trump ont encore du mal à s’asseoir


  • L’élection de Trump, comme le Brexit juste avant, est un printemps Arabe qui ne dit pas son nom et qui est là pour duper les peuples d’Occident ! Trump est dans la main du système, comme tous les présidents avant lui !!! Vous croyez que les réseaux qui contrôlent ce pays ont disparu par magie ? Je prédis que le protectionnisme dont il se fait le chantre conduira à la régionalisation des Etats-unis eux mêmes et à leur dilution dans un grand ensemble nord-américain...
    ne vous y trompez pas : le système ne fait que changer de tactique : c’est la globalisation par la révolte des peuples ; il n’y a nulle montée des populismes en Occident, juste une manipulation des médias pour duper les peuples...
    Se souvenir de l’adage : il faut bien que les choses bougent pour que rien ne change.