Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Israël-Palestine : après l’échec de la solution à deux États, que faire ?

Le « Grand Isräel » et l’« État juif » contre l’État unique multiconfessionnel

Les Palestiniens et les Israéliens sont de plus en plus convaincus que la solution à deux États n’est plus une option, en raison de la politique israélienne consistant à construire des colonies dans toute la Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem.

Cette dernière étant censée devenir la capitale de l’État palestinien édifié dans les frontières de 1967. L’on doit constater que la solution à deux États n’a jamais été une option sérieuse dans l’esprit des gouvernants et du public israéliens. On a seulement créé une Autorité palestinienne avec des responsabilités sécuritaires et économiques en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Cela a été prévu pour qu’Israël puisse se soustraire à la responsabilité morale et judiciaire d’avoir à fournir aux Palestiniens soins médicaux, éducation et autres nécessités en tant que puissance occupante. Au lieu de cela, Israël a voulu occuper et garder un contrôle total, surtout de la zone dite Zone C, qui couvre environ les deux tiers de la Cisjordanie, sans avoir à assumer l’ensemble des frais d’occupation. Il voulait aussi garder le contrôle des passages frontaliers, de Jérusalem, de l’espace aérien, des sources aquifères et autres ressources palestiniennes.

Dans ce contexte, les déclarations du président américain Barack Obama à Benjamin Nétanyahou il y a quelques semaines, selon lesquelles il n’est plus possible de revenir aux négociations entre les Palestiniens et les Israéliens pendant le restant de son mandat présidentiel, peuvent être interprétées comme étant l’abandon par Washington du processus politique au Moyen-Orient. Il est arrivé à une impasse et a échoué.

Les déclarations de plusieurs officiels et analystes US sont d’accord sur ce point : la solution à deux États n’existe plus, non seulement en tant qu’option israélienne, mais aussi internationale. Il y a quelques jours, l’ancien secrétaire d’État Henry Kissinger a déclaré que l’établissement d’un État palestinien n’est plus une proposition valable et n’offre aucun avantage. En fait, il est dangereux, vu la fragmentation des pays arabes qui sont établis depuis des années et des siècles ainsi que le contrôle par Daech de zones dans ces pays. Cela confirme l’affirmation d’Israël selon laquelle la solution à deux États serait de toute façon hors de question si l’État palestinien devait tomber sous l’emprise de Daech ou d’autres mouvements extrémistes.

On spécule aussi que si la solution à deux États est en panne, l’option d’« un État et de deux nationalités » pourrait alors être viable. Le secrétaire d’État US John Kerry l’a récemment évoquée au cours du Forum Saban, qui pourrait être comprise comme une reconnaissance de l’échec des efforts américains pour une solution à deux États tout en essayant d’effrayer Israël quant à une solution à un État et créer ainsi l’optimisme chez les Palestiniens.

C’est important, non seulement parce que certains Israéliens et Palestiniens la considèrent comme une solution idéale, permettant le retour des réfugiés palestiniens en Palestine historique, du Jourdain à la mer, tout en partageant le pays avec Israël. Pour quelques Israéliens, ce serait la réalisation du Grand (« Eretz ») Israël, avec une approbation palestinienne, arabe et musulmane.

Israël a contrecarré la solution à deux États parce qu’elle est en contradiction avec le projet du Grand Israël, ce qui signifie que le mouvement national palestinien a aussi échoué à créer son état-croupion, bien que ce soit l’ambition minimale des Palestiniens.

Un tel État serait trop restreint pour être viable et Israël et l’Amérique insisteraient sur le fait qu’il n’a pas d’armée régulière, bien qu’il place les intérêts d’Israël au-dessus des siens. Les blocs de colonies étant conservés ainsi que le contrôle des frontières, de l’espace aérien et des eaux territoriales, le mini-état palestinien serait alors privé des plus importants éléments de sa souveraineté.

De plus, nous avons assisté au déclin du statut de la cause palestinienne dans les communautés arabes et internationales pour plusieurs raisons, comme la scission du mouvement national palestinien et la transformation de l’AP en deux autorités rivales qui ont échoué à convaincre Israël d’adopter une position différente envers le problème palestinien.

Tout cela me mène à conclure que ceux qui rejettent la solution à deux États rejetteront aussi la solution à un État, compte tenu de l’insistance d’Israël à se définir en tant qu’« État juif » et de sa puissance militaire et économique actuelle. Son contrôle sur les gisements naturels récemment découverts en Méditerranée orientale le renforce. En vérité, Israël estime avoir le droit de contrôler d’autres territoires au Moyen-Orient et pas seulement en Palestine historique.

La mise hors-la-loi par le gouvernement israélien de la branche Nord du Mouvement islamique à l’intérieur d’Israël et le passage de lois racistes qui abolissent les droits individuels et collectifs des citoyens palestiniens d’Israël, en sont la preuve. Ceci a lieu bien que les Palestiniens en Israël soient non seulement ressortissants de l’État, mais aussi la communauté autochtone, contrairement à la majorité des juifs israéliens, dont les racines familiales et les liens se situent ailleurs.

Comme telles, si les deux solutions à un ou deux États ne sont pas viables, il y a une troisième option, qui serait extrêmement attractive pour la plupart des Israéliens. Cela consisterait à ce qu’Israël isole les communautés palestiniennes en Cisjordanie et les évacue totalement de Jérusalem ; les Palestiniens vivraient alors dans des îlots fragmentés et démembrés dans un océan de colonies israéliennes, et contenus par une forte présence militaire, des murs de séparation et des routes d’accès réservées aux seuls colons.

En fait, cela reviendrait à une tacite annexion de la plus grande partie des territoires palestiniens occupés et toute notion d’un « État palestinien » serait alors reléguée à l’Histoire.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et pourtant, tout le monde sait que la seule solution possible pour que la paix perdure au Proche-Orient est la création d’un état fédéral regroupant une entité israélienne à majorité juive et une entité palestinienne à majorité arabe musulmane et chrétienne avec Jérusalem comme capitale neutre de cet état... Avec un gouvernement et un parlement composé de moitié de ministres et députés israéliens et de ministres et députés palestiniens avec un président qui serait soit Israélien ou Palestinien et qui serait succédé par un Palestinien s’il est Israélien, par un Israélien si c’est un Palestinien, etc.

     

    • Tu accepterais que la France soit partagée comme tu le recommande ... avec les émigrés africains qui vont bientôt totaliser 15 millions ?!!! L’Israélien n’a rien à faire en Palestine. Point. L’Etat d’Israel ne doit pas exister. Point. Les "terroristes" du Parti populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) proposaient dans les années 1970 la solution d’un Etat palestinien laïc : ils étaient malheureusement marxistes pour l’Empire, qui a changé la donne en confessionnalisant l’occupation (tel que souhaité par les sionistes) ... La solution à long terme est la suivante : les sionistes finiront tous par fuir, car la liberté ne peut jamais être vaincue !!!!


  • La solution à deux états étant invivable pour la partie palestinienne, l’idéal d’un état multiconfessionnel aurait été la voie à suivre s’il n’y avait pas eu toutes ces guerres, toute cette haine.
    Il faut être réaliste et regarder les exemples de décolonisation algerien ét sud-africain. En Algerie, bien que le fln était d’accord pour octroyer la nationalité algerienne aux pieds noir, le fossé qui s’était creusé entre les deux communautés durant la guerre a conduit aux départs des derniers arrivants. En Afrique du Sud ils ont pu resté car il y avait moins de haine et ils l’ont joué plus fine.
    Les israeliens ont deux choix si ils veulent vivre en paix. Tuer tout les palestiniens, voir tout les arabes, tout les musulmans et tout les antisemites. Ou rentrer chez eux. On sait maintenant grâce à la génétique que la plupart d’entre eux sont des khazars, leur patrie ancestrale se trouve donc en Europe de l’est. L’ironie du sort c’est que les palestiniens sont très certainement les descendants des tribus de Ismael et d’Israël dont se prévalent les israeliens pour revendiquer la terre de Palestine.

     

    • Ce qui est génial chez certains, c’est l’idée de comparer des situations qui sur pleins de points n’ont aucune liaisons, si en effet on peut trouver des "ressemblances" entre l’apartheid sud-africain et la situation en Palestine
      trouver un point d’accord avec ce qu’il en fut en Algérie est complétement biaisé voir de mauvaise fois.
      (même si je ne nie pas de mauvaises prise de décisions)

      Loin de moi de défendre l’ancienne colonie, pour lequel je suis globalement contre et n’ayant aucun point familiale historique, je suis plutôt tranquille sur le sujet mais je trouve ce rapprochement malhonnête.
      Évidemment toujours fait par des "anonymes".


  • Je ne peux oublier les images du massacre de Gaza en 2014...
    La Palestine, si chère à mon cœur, n’en finit plus de saigner et de pleurer ses morts.
    Le génocide qu’elle subit depuis des décennies n’est que le reflet d’une volonté de destruction programmée.
    Avec la complicité de la communauté internationale, hypocrite et incapable de prendre des sanctions économiques à l’encontre de l’État oppresseur.
    La population palestinienne est certainement l’une des populations les plus opprimée au monde.
    La liste des exactions menées par Israël à l’encontre des Palestiniens (hommes, femmes et enfants) déshonore l’Humanité toute entière.
    Les images du massacre de Gaza en 2014 continuent de me hanter...
    Il n’y a jamais eu de "solution" concernant le conflit israélo-palestinien car la politique d’Israël est basée depuis sa création sur une seule idéologie : le sionisme.


  • Quand Josué envahit le pays de Canaan il extermina tous ses habitants, à l’exception de Rahan, une prostituée qui avait caché des espions hébreux . Les rabbins d’Israël doivent trouver les dirigeants actuels d’Israël bien pusillanimes...


  • Il n’y a pas de solution.
    Israël règnera sur le Monde avant sa fatale disparition en 2022 au plus tard. C’est une sorte de déterminisme eschatologique. Cela peut faire sourire voire rire, n’empêche que la grande « déflagration », qui fera sombrer les USA et ses satellites et laissera le terrain libre à l’Etat sioniste, est imminente et beaucoup à défaut de mourir deviendront fous… wait and see.

    Le Meilleur DK


  • La seule solution est un état multiconfessionnel géré par des Chrétiens arabes.

     

  • et pendant ce temps, le nettoyage ethnique dans le nord de l’Irak et la Syrie se poursuit au profit d’un Kurdistan comme l’a affirmé Thierry Meyssan.
    même les mainstream confirment désormais

    http://www.lapresse.ca/internationa...

     

  • Le 3eme Temple et la vache rousse !
    Il n’est pas possible de croire que les dirigeants de l’État le plus sioniste du Moyens Orient ( car Israël n’est pas le seul état sioniste au Moyen Orient ; il y a aussi l’Arabie Saoudite et l’Iran aussi...et toutes les autres monarchies) , revient à la case départ en laissant une partie de la Palestine aux arabes (musulmans), alors que ce grand complot des "sionistes" a été imaginé et mis en place , guerre après guerres depuis très longtemps déjà ( 1ere guerre mondiale, 2eme guerre mondiale, les accords de Balfour en 18.. etc ) pour construire le 3eme Temple. et faire revenir le Machia’h ( L’Antéchrist / Le Dejjal)
    Aujourd’hui il ne s’agit plus plus de s’inquiéter du cas de cet "État Palestinien " qui ne verra jamais le jour , mais de s’inquiéter de voir naitre la vache rousse "Para Adouma" et qui sera sacrifiée sur l’actuelle Esplanade de la mosquée Al Aqsa et dont les cendres vont servir à bénir l’endroit ou sera bâtit le nouveau 3eme Temple qui hâtera le retour du Machia’h ( l’Antéchrist / le Dejjal) pour installer le Nouvel Ordre Mondial avec Jérusalem pour Capital du Monde.


  • Le 3eme Temple et la vache rousse !
    Il n’est pas possible de croire que les dirigeants de l’État le plus sioniste du Moyens Orient ( car Israël n’est pas le seul état sioniste au Moyen Orient ; il y a aussi l’Arabie Saoudite et l’Iran aussi...et toutes les autres monarchies) , revient à la case départ en laissant une partie de la Palestine aux arabes (musulmans), alors que ce grand complot des "sionistes" a été imaginé et mis en place , guerre après guerres depuis très longtemps déjà ( 1ere guerre mondiale, 2eme guerre mondiale, les accords de Balfour en 18.. etc ) pour construire le 3eme Temple. et faire revenir le Machia’h ( L’Antéchrist / Le Dejjal)
    Aujourd’hui il ne s’agit plus plus de s’inquiéter du cas de cet "État Palestinien " qui ne verra jamais le jour , mais de s’inquiéter de voir naitre la vache rousse "Para Adouma" et qui sera sacrifiée sur l’actuelle Esplanade de la mosquée Al Aqsa et dont les cendres vont servir à bénir l’endroit ou sera bâtit le nouveau 3eme Temple qui hâtera le retour du Machia’h ( l’Antéchrist / le Dejjal) pour installer le Nouvel Ordre Mondial avec Jérusalem pour Capital du Monde.


  • Le concept de "deux états" n’était qu’un leurre que chacun savait inapplicable et inacceptable !

    L’abandon de ce projet verra donc l’émergence d’une autre proposition ....qui sera bien entendu inapplicable et inacceptable...et ainsi de suite....dans l’espoir que les palestiniens , fatigués , lâchent le morceau et acceptent d’émigrer sous d’autres cieux. Et pourquoi pas vers l’Europe comme le proposerait certainement Kalergi, grand inspirateur du sionisme, s’il vivait encore !


  • Cétait juste pour gagner du temps… Je ne penses pas une seule seconde que les sionistes veulent un Etat Palestitien…


  • L’ONU voudrait, comme Attali et plusieurs avant lui, faire de Jérusalem la capitale mondiale, étant donné son rôle central dans les trois dites "religions du Livre". Or cette idée est en contradiction totale avec le projet sioniste d’un Jérusalem 100% juif ! "Jérusalem capitale du monde... vous y pensez pas ?" Du coup Jérusalem se trouvera rempli d’étrangers, de non-juifs liés à différentes religions, issus de partout dans le monde ou revenant tout simplement vivre sur les terres d’où ils ont été chassés... Les juifs ont très peur de carrément disparaître s’ils se trouvent obligés de partager Jérusalem avec des populations non-juives, chrétiennes, musulmanes ou autre. C’est pourquoi Israël a décidé il y a longtemps qu’il fallait rendre la vie impossible aux musulmans et aux chrétiens dans la région, afin d’assurer une pleine possession juive à 100% de Jérusalem.


Commentaires suivants