Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Netanyahu sonne la fin de la "solution à deux États"

Les accords d’Oslo, qu’Yitzhak Rabin et Yasser Arafat avaient imposé à leurs peuples, sont morts durant la campagne électorale israélienne. Benjamin Netanyahu a emmené les colons juifs dans une impasse qui sera nécessairement fatale au régime colonial de Tel-Aviv. De même que la Rhodésie ne vécut que 15 ans, les jours de l’État hébreu sont désormais comptés.

Durant sa campagne électorale, Benjamin Netanyahu a affirmé avec franchise que, lui vivant, jamais les Palestiniens n’auraient d’État à eux. Ce faisant, il a mis fin à un « processus de paix » qui traînait en longueur depuis les accords d’Oslo, il y a plus de 21 ans. Ainsi s’achève le mirage de la « solution à deux États ».

M. Netanyahu s’est présenté comme un fier-à-bras, capable d’assurer la sécurité de la colonie juive en écrasant la population autochtone.

- Il a apporté son soutien à al-Qaïda en Syrie.
- Il a attaqué le Hezbollah à la frontière du Golan, tuant notamment un général des Gardiens de la Révolution et Jihad Moghniyé.
- Il est allé défier le président Obama en dénonçant au Congrès les accords que son administration négocie avec l’Iran.

Les électeurs ont choisi sa voie, celle de la force.

Pourtant, à y regarder de plus près, tout cela n’est pas glorieux et n’a pas d’avenir.

M. Netanyahu a remplacé la force d’interposition des Nations unies par la branche locale d’al-Qaïda, le Front al-Nosra. Il lui a offert un soutien logistique transfrontalier et s’est fait photographier avec des chefs terroristes dans un hôpital militaire israélien. Cependant, la guerre contre la Syrie est une défaite pour l’Occident et les pays du Golfe. Selon les Nations unies, la République arabe syrienne ne parvient qu’à sécuriser 60 % de son territoire, mais ce chiffre est trompeur puisque le reste du pays est massivement un désert, par définition incontrôlable. Or, toujours selon les Nations unies, les « révolutionnaires » et les populations qui les soutiennent, qu’il s’agisse de jihadistes ou de « modérés » (c’est-à-dire d’ouvertement pro-Israéliens), ne sont que 212 000 sur les 24 millions de Syriens. C’est-à-dire moins d’1 % de la population.

L’attaque contre le Hezbollah a certes tué quelques personnalités, mais il a été immédiatement vengé. Alors que M. Netanyahu affirmait que la Résistance libanaise était embourbée en Syrie et ne pourrait pas répliquer, le Hezbollah avec une froide précision mathématique a tué quelques jours plus tard, à la même heure, le même nombre de soldats israéliens, dans la zone occupée des Fermes de Chebaa. En choisissant les Fermes de Chabaa, la zone la mieux sécurisée par Tsahal, le Hezbollah lançait un message de puissance absolument dissuasif. L’État hébreu a compris qu’il n’était plus le maître du jeu et a encaissé ce rappel à l’ordre sans broncher.

Enfin, le défi lancé au président Obama risque de coûter cher à Israël. Les États-Unis négocient avec l’Iran une paix régionale qui leur permette de retirer l’essentiel de leurs troupes. L’idée de Washington, c’est de parier sur le président Rohani pour faire d’un État révolutionnaire une simple puissance régionale. Les États-Unis reconnaîtraient la puissance iranienne en Irak, en Syrie et au Liban, mais aussi à Bahrein et au Yémen, en échange de quoi Téhéran cesserait d’exporter sa Révolution en Afrique et en Amérique latine. L’abandon du projet de l’imam Khomeiny serait garanti par une renonciation à son développement militaire, particulièrement mais pas uniquement, en matière nucléaire (encore une fois, il ne s’agit pas de la bombe atomique, mais des moteurs à propulsion nucléaire). L’exaspération du président Obama est telle que la reconnaissance de l’influence iranienne pourrait aller jusqu’à la Palestine.

 

JPEG - 42 ko
En 1965, Ian Smith pensa sauver la colonie britannique de Rhodésie en refusant le processus de paix. En réalité, il précipita la chute du projet colonial et, quinze ans plus tard, la Rhodésie devenait le Zimbabwe.

 

En 1965, Ian Smith pensa sauver la colonie britannique de Rhodésie en refusant le processus de paix. En réalité, il précipita la chute du projet colonial et, quinze ans plus tard, la Rhodésie devenait le Zimbabwe.

Benjamin Netanyahu endosse les habits de Ian Smith qui, en 1965, refusant de reconnaître les droits civiques des noirs de Rhodésie, rompit avec Londres et proclama son indépendance. Mais Ian Smith ne parvint pas à gouverner son État colonial qui fut dévoré par la résistance de l’Union nationale africaine de Robert Mugabe. Quinze ans plus tard, M. Smith devait renoncer tandis que la Rhodésie devenait le Zimbabwe et que la majorité noire arrivait au pouvoir.

Les gesticulations de M. Netanyahu, comme jadis celles de Ian Smith, visent à masquer l’impasse dans laquelle il a plongé les colons. En gagnant du temps, durant les six dernières années, au lieu d’appliquer les accords d’Oslo, il n’a fait qu’accroître la frustration de la population indigène. Et en annonçant qu’il a fait patienter l’Autorité palestinienne pour rien, il provoque un cataclysme.

D’ores et déjà, Ramallah a annoncé qu’il cesserait toute coopération sécuritaire avec Tel-Aviv si M. Netanyahu était à nouveau nommé Premier ministre et appliquait son nouveau programme. Si une telle rupture a lieu, la population de Cisjordanie, et bien entendu de Gaza, devrait se heurter à nouveau à Tsahal. Ce serait la Troisième Intifada.

Tsahal craint tellement cette situation que ses principaux officiers supérieurs à la retraite ont constitué une association, Commanders for Israel’s Security, qui n’a cessé de mettre en garde contre la politique du Premier ministre. Ce dernier s’est avéré incapable de constituer une autre association pour le défendre. En réalité, c’est toute l’armée qui s’oppose à sa politique. Les militaires ont bien compris qu’Israël pourrait encore étendre son hégémonie, comme au Sud-Soudan et au Kurdistan irakien, mais qu’il ne pourrait plus étendre son territoire. Le rêve d’un État colonial du Nil à l’Euphrate est irréalisable et appartient à un siècle révolu.

En refusant la « solution à deux États », Benjamin Netanyahu croit ouvrir la voie à une solution à la rhodésienne. Or, cet exemple a montré qu’il n’était pas viable. Le Premier ministre peut célébrer sa victoire, elle sera de courte durée.

En réalité, son aveuglement ouvre la voie à deux autres options : soit une solution à l’algérienne, c’est-à-dire l’expulsion de millions de colons juifs dont beaucoup n’ont pas d’autre patrie pour les accueillir, soit une solution à la sud-africaine, c’est-à-dire l’intégration de la majorité palestinienne dans l’État d’Israël selon le principe « un homme, une voix » ; la seule option humainement acceptable.

Voir aussi, sur E&R :

Retrouvez Thierry Meyssan sur Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tant que le soutient des lobbys impérialo-sionistes qui dirigent tous les pays occidentaux maintiendra l’état de chaos qu’ils ont créer avec leurs terroristes de tous poils,et que leur chantage atomique permettra de maintenir et d’aggraver cet état de fait ,les criminels de guerre qui occupent la Palestine continuerons la destruction du bordel généralisé qu’est depuis toujours le monde arabo-musulman ! Le tueurs d’enfants Netanyaou a encore de beaux massacres devant lui et c’est pour appliquer cette politique nazi qu’il a été réélu par la seule "démocratie" de mon cul sur la commode !!!

     

    • #1147697

      Le monde arabo musulman n’est pas d’avantage un bord que le fonctionnement de l’ union européenne d’une part.D’autre part cette personne semble oublier que le "bordel" en question dans le monde musulman est un produit de l’occident (France) incluse...et n’en déplaise aux militants identitaires.


  • #1146981

    Netanyaou est contre un état palestinien ? moi aussi !
    je préfère de loin un état binational...le premier ministre israélien a au moins le mérite de mettre fin à cette hypocrisie qui dure depuis 60 ans !

     

    • J’ai jamais bien compris ce concept d’état binational.. En pratique ça donne quoi ?
      il n’existe pas d’exemple dans l’histoire me trompe-je ? Toute mes recherches ramène au conflit Israelo-Palestinien..

      Et je vois pas comment ça peut régler le problème.. ça semble juste ramener à un système ségrégationniste qui fait une différence officielle entre ces citoyens (ce qui est déjà le cas.)

      Quelqu’un pour commenter ?


    • @la pythie "Netanyaou est contre un état palestinien ? moi aussi"
      Vous savez vraiment ce que vous dites ? Le projet "Israel" est un projet de colonisation, Israel est le seul pays au monde qui n’a pas de limites. S’il ya deux états Israel ne peut pas continuer a coloniser. Pour "Le grand Israel" il ya une partie de la Jordanie, Syrie, Irak, Liban et Iran. (Regarde la carte du grand Israel). Toutes les guerres au Moyen Orient vient de la.


    • @ Cyri
      Les Israéliens comme BHL, Finky, Meyer Habib etc... sont des binationaux. Ils vivent en France comme Français et ont les même droits que les Français(Goyim). S’ils décident d’aller s’installer en Israel ils le peuvent et peuvent jouir de tous les droits que les Israéliens. Prenons le cas de l’Afrique du sud. Les blancs etaient partis en Afrique du Sud a la recherche de matieres premieres(Or etc...).Apres ils ont commence a coloniser les noirs et ont impose l’Apartheid. Les noirs se sont battus aides par la Communaute internationale (Boycott,sanctions etc...) et ils ont obtenu leur independence.Aujourd’hui blancs et noirs vivent ensemble. En Palestine quand les juifs/sionistes sont arrives, ils ont chasses beaucoups des palestiniens qui sont oubliges de fouir en masse leur pays ce qui n’était pas le cas en Afrique du sud. Ces sionistes et juifs se sont implantes et les sionistes commençaient a coloniser/acheter les terres pour etendre leur domination. Des palestiniens restant se battaient/battent pour recuperer leurs terres mais en vains, car l’Occident est complice. Maintenant ces palestiniens veulent un etat mais les sionistes ne veulent pas leur garantir, car cela compromettrai a leur projet de domination. „Le grand Israel“. Un état binational revient a étouffer l’état palestinien qui contredira le projet biblique de la terre promise.Qui va résoudre ce problème ? Dieu ? Car il était celui qui leur a promis cette terre. Nelson Mendela de son vivant disait :“Si la Palestine n’est pas libre, il n’y aurait pas la paix sur la terre. Donc Israel restera le dernier pays d’Apartheid dans le monde.


    • #1147146

      à Anonyme....

      L’état palestinien que vous appelez de vos voeux sera au mieux un bandoustan qui ne dit pas son nom...et rien n’empêchera l’état hébreu de se dvelopper à l’est eu au sud....


  • la troisieme guerre mondiale en marche , inexorablement .
    Le Christ doit revenir sur une jerusalem dévastée et mettre fin au règne de satan.
    Dans un language plus populaire, cela se traduit par :

    On est vraiment dans la merde .


  • Une des choses absolument fondamentale qui a changé depuis 2000 mais surtout depuis 2006,c’est que la puissance dissuasive de l’état hébreux n’est plus.
    Ils ont perdu l’avantage militaire et plus le temps passe,plus la résistance se renforce.Surtout,ce sont des consciences qui s’éveillent,une sorte de révolution spirituelle qui prend sa source en Iran et qui s’étend de plus en plus(Syrie,Irak,Yemen,Liban,Bahrein,Oman,Afghanistan,Soudan).
    Elle s’étend même à l’Afrique,l’Asie et en Europe aussi.

    Les israéliens ont mis Netanyahu en tête mais les arabes israéliens sont 3eme,donc c’est une société israélienne divisée que par ailleurs Netanyahu emmène dans le mur puisque plus il reste dur mais il trouve dur face à lui.
    Dans le but d’affaiblir la résistance,il s’allie à nosra autrement dit à l’Arabie saoudite et il cajole isis,il se rapproche du Qatar et trouve dans la France un allé de poids,toutefois sa politique va contribuer à isoler complètement Israel qui se voit contester dans le monde entier.
    Il ne peut plus espérer l’emporter militairement face au hezbollah et il le sait.L’armée syrienne s’est avérée beaucoup plus forte que prévue,l’armée irakienne est en train de se restructurer.

    En clair,la politique sioniste menée depuis 2001 a certes produit du chaos mais elle a engendrée une résistance des populations musulmanes beaucoup plus tenace et a vu surgir des groupes de résistances un peu partout,bien entraînés,bien structurés,disciplinés et bien armés au point que l’occident n’ose même plus évoquer des interventions au sol.

    Netanyahu refuse la solution à 2 états,laquelle sauverais son régime.Il gagne du temps grâce à ses alliés américains,européens,saoudiens,qataris,jordaniens et palestiniens(Abbas et le fatah) mais il sera obliger tôt ou tard de négocier.
    En attendant il va sans doute lancer une nouvelle offensive sur Gaza.La question est:le monde supportera-il cela encore une fois ?

    Ceci dit,le projet de grand Israel est définitivement révolu,c’est en 1967 qu’il aurait pu voir le jour.


  • Bibi et Lieberman confortés, il est à prévoir que l’arrogance des sionistes ne connaisse plus de limite ; en "France" par exemple les "magistrats" sionistes vont redoubler de sévérité pour les anticonformistes .


  • #1147212

    Ce qui serait intéressant, ce serait d’avoir un regard (et donc un avis) de l’intérieur de la société israélienne.
    Un regard qui nous permettrait à nous, peuple d’ailleurs, d’éviter le piège des stéréotypes sur Israël et la Palestine.
    Vu de l’extérieur, nous pensons que l’ensemble de la population d’Israël est derrière Netanyahou.
    Et nous sommes parfois surpris de voir une partie de la population s’opposer à sa politique.
    Il y a dans l’anonymat, des gens de toutes religions qui, en Israël et en Palestine, œuvrent pour le rapprochement des Peuples.

     

    • @Martine jules
      Pour votre question je vous propose un extrait d’un entretien entre BHL, Finkielkraut et l’ancien ambassadeur d’Israel résidant en Israel qui connait bien ce qui se passe en Israel, comme ça vous pouvez avoir une idée. Moi je vois un problème, car les sionistes attendent l’arrivée d’un messie au grand Israel et ils veulent forcer son arrivée en 2017 ce qui équivaut a l’année 5777 juive semblait-il.Merci E&R de publier ce message.
      Voici l’entretien :https://www.youtube.com/watch?v=-Z5...


    • #1147393

      @ anonyme
      Votre lien n’a aucun rapport avec mon commentaire !


  • #1147436

    Finalement, c’est une bonne nouvelle.
    Dans le genre :"A quelque chose malheur est bon".
    ou "Les voies de Dieu sont impénétrables".