Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Israël : la langue arabe reléguée au second plan

Sionisme = mise à l’écart des Palestiniens

Un comité ministériel a approuvé un projet de loi controversé définissant l’État d’Israël comme le « foyer national du peuple juif » et retirant à l’arabe sa place de langue quasi-officielle.

 

Selon un projet de loi, approuvé le 7 mai par le comité ministériel, l’hébreu devient l’unique langue officielle d’Israël tandis, que l’arabe, parlé par 17,5 % de la population, n’aura qu’un « statut particulier ». D’après le site de la Knesset, le Parlement israélien, l’hébreu et l’arabe ont été les langues officielles en Israël depuis la création de l’État en 1948, sans qu’une loi ait été votée en ce sens.

« Les valeurs de l’État d’Israël comme État juif et démocratique seront fixées dans l’esprit des principes fondateurs de l’État d’Israël », lit-on dans le projet de loi.

Israël n’a pas de constitution mais des lois fondamentales. Du temps de la Palestine mandataire, il y avait trois langues officielles, l’anglais, l’hébreu et l’arabe, mais avec la création de l’État d’Israël, l’anglais a cessé d’être une langue officielle, les deux autres restant les langues de tous les documents officiels de l’État.

Pour le député Avi Dichter, du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahou, ce projet de loi dont il est l’un des promoteurs est « le moyen de fixer dans la loi notre identité nationale tout en restant un État démocratique ».

Les adversaires de ce projet de loi, adopté par le gouvernement et qui prévoit de définir Israël comme « l’État national du peuple juif », estiment qu’il va à l’encontre de la démocratie et qu’il institutionnalise les discriminations contre les minorités.

Il a été dénoncé par le chef de la Liste arabe unifiée, le député Ayman Odeh, pour qui cette loi « bafoue les droits des minorités en nous transformant légalement en citoyens de seconde zone ».

Le projet de loi doit être présenté au Parlement pour être entériné. Benjamin Netanyahou avait défendu en 2014 ce projet de loi destiné à renforcer le caractère « juif » de l’État.

« Le but de cette loi est d’assurer l’avenir du peuple juif sur sa terre », avait-il assuré, critiquant ceux qui « de l’intérieur veulent remettre en question le droit national du peule juif sur cette terre ».

La réalité du sionisme, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1722287

    Les palestiniens qui fricotent avec Israel ne méritent rien de bien ... Ils sont eux-mêmes sionistes !


  • #1722343

    Israël est un état non seulement psychopathe et sociopathe, mais aussi ethnopathe et logopathe.


  • #1722380

    là personne de dit rien alors qu’en France la directive Molière fut écarté vous irez vous en chantier donner des consignes de sécurité à des étrangers qui ne parle pas la langue ou ne la comprennent pas bien le français les termes techniques ce n’est pas des dialogues à la Nabilla ou à la Hannouna


  • #1722453

    État juif et démocratique




     ??????
    Contradiction pour 20% d’une population non juive et non encore génocidée,
    Allez Bibi encore un effort, pour que tes rêves deviennent réalité


  • #1722468
    le 08/05/2017 par Je te prends tout ce que tu aime : Est-ce un problème ?
    Israël : la langue arabe reléguée au second plan

    Pour ceux qui conteste la possibilité d’une immigration de remplacement (génétique ET culturelle simultanément) à l’époque moderne ...


  • #1722503

    Qu’ils apprennent d’abord l’hébreu authentique, langue sœur de l’arabe dont il est très proche. Il va falloir remettre au goût du jour les lettres sémites et leur prononciation : " ’ain" " ع", "ha" ح, "ha" هاء etc... Purger le vocabulaire yiddish, se réapproprier la bonne prononciation, grammaire.
    Ils s’apercevront très vite que la langue des palestiniens est bien plus proche de l’hébreu ancien que leur parlé créolisé.

     

    • #1723443

      Ca fait plusieurs fois que je lis vos commentaires bizarres sur l’hébreu moderne. Je ne sais pas d’où vous tirez vos informations, ni votre niveau de connaissance de la langue, mais en tout état de cause, vous écrivez des choses inexactes. D’abord il y a très peu de yiddish dans l’hébreu moderne. Il y a beaucoup plus de vocabulaire en commun avec l’arabe. D’ailleurs quand on apprend l’hébreu moderne et l’arabe littéraire, on s’en aperçoit facilement. Un hébraïsant peut naturellement comprendre certains mots en entendant parler l’arabe. Le yiddish en revanche lui sera incompréhensible si il ne l’a jamais étudié ou entendu. Par ailleurs c’est assez drôle quand vous dites que l’hébreu moderne est un "parlé créolisé", car dans ce cas, on pourrait dire la même chose de la plupart des dialectes arabes parlés au moyen-orient et en Afrique du Nord, l’arabe littéraire étant rarement parlé au quotidien. Quant à la prononciation, oui, la prononciation actuelle est différente de la prononciation ancienne... Comme c’est le cas pour beaucoup d’autres langues. Enfin, dire que l’hébreu ancien est plus proche de l’arabe palestinien que de l’hébreu moderne, c’est une théorie intéressante, mais qui semble difficile à défendre, un idiome ne se définissant pas par la prononciation d’une ou deux lettres.


  • #1722523

    Israël est un état non seulement psychopathe et sociopathe, mais encore ethnopathe et logopathe.


  • Terminer ASAP. Avec tous nos helpers, ce job est un done business. Déjà les people sont in the loop. Trop cool. Forward : Julien Dray.

     

  • #1722604
    le 08/05/2017 par Chevalier Lefebvriste
    Israël : la langue arabe reléguée au second plan

    Il leur faudrait un libérateur comme on a chez nous !!
    Macron.....
    Avec de bons collabo-rateurs comme Najat Vallaud-Belkacem, Christiane Taubira, Manuel Valls, Vincent Peillon, Jack Lang et tutti quanti....


  • #1723058

    La fine équipe Trump, son gendre et BiBi vont faire un malheur en Terre sainte cette été. Un vrai truc d’enfer !

    Je rappelle la conférence (historique) de nos deux dirigeants il y a peu.


  • #1724707

    Elizer,
    Tu as le site Babel où tu peux voir sur le forum pas mal de discussions sur l’hébreu notamment ancien.
    Pour le reste, mes connaissances en hébreu moderne sont très limités mais j’ai lu des articles et vu un certain nombre de commentaires qui disaient que l’hébreu moderne est vraiment différent de l’ancien.
    Je n’ai pas de connaissances poussées de la grammaire de l’hébreu moderne, mais je sais que la prononciation sémitique originelle est largement altérée, il suffit de comparer à l’arabe, l’araméen, l’akkadien et même les autres langues de la famille chamito-sémitique pour s’en rendre compte.
    Les consonnes gutturales ne sont pas prononcées : exemple, on prononce " ḥā" de hamas dans toute les langues sémites et non "khamas".
    On a aussi une altération des racines trilitères dans l’hébreu moderne qui devrait être pratiquement les mêmes dans toutes les langues sémitiques.

    Il ne fait aucun doute que l’arabe, l’araméen, les langues sud-arabiques et autres langues sémitiques modernes sont bien plus représentatives et dans la continuité des anciennes langues sémitiques que l’hébreu moderne.

     

    • #1726058

      Créponné,

      Vous faites bien peu de cas de la prouesse que représente le développement de l’hébreu, langue devenue essentiellement liturgique pendant des siècles, en une langue vivante parlée par des millions d’hommes. Certains phonèmes ont été perdus, soit. Sur le plan strict de la phonologie, l’arabe parlé aujourd’hui dans l’espace arabophone ressemble probablement plus aux langues sémitiques anciennes que l’hébreu parlé en Israël, je vous le concède. Cela représente toutefois une perte tout à fait mineure en comparaison avec le développement prodigieux qui a été accompli.

      Sur le plan de la grammaire, vous nous dites que les racines ont été altérées. Soit, admettons que vous ayez raison. Si on fait une comparaison avec la situation de la langue grecque, par exemple, on constate que l’hébreu ancien, tel qu’il apparaît dans la bible, est parfaitement compréhensible pour un locuteur d’hébreu moderne. Ce n’est certes pas le cas du grec ancien, pour un locuteur de grec moderne. Ainsi, l’hébreu moderne est, de façon certaine, plus proche de l’hébreu ancien, que le grec moderne du grec ancien. Allez-vous sommer les Grecs de revoir leur grammaire afin de prouver qu’ils sont des Grecs authentiques ?

      Les arguments que vous avancez dans votre deuxième message sont donc loin d’appuyer vos propos tenus dans le premier, assez méprisants, il faut bien le dire, où vous qualifiez l’hébreu moderne de "parlé créolisé" et où vous prétendez qu’il devrait être "purgé du yiddish", lequel a d’ailleurs un apport tout à fait marginal en hébreu moderne, où il se cantonne à quelques termes de cuisine et des insultes, et en ce qui concerne ce dernier champs lexical, il est toute façon aujourd’hui dominé par le vocabulaire sémitique, souvent arabe, d’ailleurs.

      En outre, la prononciation de l’arabe elle-même connait des variations très importantes dans l’espace arabophone, et je ne parle même pas de certaines langues sémitiques qui ont une phonologie encore bien plus éloignée que l’Arabe que l’hébreu moderne, l’Amharique, par exemple, et pourtant c’est bien une langue sémite.

      Cordialement.


    • #1727080

      Eliezer,
      Si tu passes par là, j’ai été un peu péremptoire dans mon premier commentaire, il est vrai que l’hébreu moderne a été reconstruit largement sur l’hébreu biblique même s’il diffère sur plusieurs points, le support écrit et liturgique ne permet pas de retranscrire la phonologie, la grammaire totalement.
      Il me semble que même l’hébreu biblique a subit une certaine influence grec, et j’ai trouvé sur internet l’affirmation que dès la période grec puis romaine, il commence à s’éloigner du proto-sémitique.
      En substance, je voulais dire que l’hébreu originel, parlé par les hébreux se rapproche énormément de l’arabe, les hébreux (3BR) et les arabes bédouins (3RB) étaient un même peuple au deuxième millénaire avant JC originèrent du désert syro-mésopotamien, la génétique le confirme aussi.
      Il faut savoir que l’arabe bédouin est certainement la langue qui retranscrit le mieux l’ancien sémitique car elle est parlée par des bédouins du désert qui n’ont pas été sous influence des centres civilisationnels non sémitique (Egypte, Grèce, Rome, Ethiopie, Perse) .
      C’est donc un parlé très conservateur, même aujourd’hui dans le monde arabe, on considère que la prononciation bédouine est la plus "pure" et représentative de la langue originelle.
      C’est pourquoi j’ai considéré et les spécialistes des langues sémitiques aussi que l’arabe bédouin nous renseigne particulièrement bien sur les anciennes langues.
      C’est aussi vrai que l’hébreu moderne perd et altère beaucoup les racines trilitères qui sont les mêmes dans toutes les langues sémitiques, exemple : Kippour vient de la racine sémite GHFR qui est la mieux préservée en arabe, Olam de la racine 3LM mieux préservée en arabe.


Commentaires suivants