Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Italie : le M5S s’allie désespérément avec les Démocrates pour contrer Salvini

Les deux partis ont convenu que le Premier ministre sortant Giuseppe Conte restera à la tête du prochain gouvernement.

 

Le chef du Parti démocrate italien, Nicola Zingaretti, a informé mercredi le président de la République Sergio Mattarella que son parti était prêt à former un gouvernement de coalition avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S) de Luigi Di Maio. Le chef du M5S a de son côté confirmé au chef de l’État avoir conclu un accord en vertu duquel Giuseppe Conte, un proche du M5S, serait reconduit au poste de président du Conseil.

(...)

« Dans des moments difficiles comme celui-ci, nous ne pouvons pas nous permettre de nous détourner de notre responsabilité », a ajouté le dirigeant du parti de centre-gauche. Bien qu’à couteaux tirés depuis des années, le PD et le M5S négocient depuis plusieurs jours un accord de coalition afin d’éviter un retour aux urnes très risqué pour eux, alors que la Ligue d’extrême droite est largement en tête des sondages.

(...)

Le M5S a en effet annoncé mardi qu’il soumettrait tout accord à l’approbation de ses membres, par un vote en ligne. Or, nombre de militants du mouvement antisystème ne cachent pas leur hostilité au Parti démocrate et sont hostiles à une alliance avec lui.

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

L’Italie en mouvement, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le M5S est comme tous les autres partis finalement ils veulent juste garder le pouvoir pour profiter de leur rente.

    Ce parti n’est-il pas anti-euro de base et aujourd’hui alliance avec le Parti Démocrate. Giuseppe Conte même combat que Tsiparas

    Salvini fait au moins tomber les masques espérons qu’il n’y ait pas de bourrage d’urnes

     

    • celui qui a voulu garder le pouvoir c’est salvini et c’est lui qui a foutu la merde, avec son immense envi de devenir premier ministre, tu aura beau retourner le problème dans tout les sens.


    • @ Tutti Quanti

      Salvini ne pouvait pas aller tenir tête à l’UE s’il y avait des traîtres dans ses rangs et, habile manœuvre, c’est alliance de la carpe et du gauchiste prouve que le M5S n’était pas fiable. Maintenant que Conte a fait revenir le loup libéral dans la bergerie gouvernementale et qu’ils feront le forcing, non seulement pour défaire tout ce qu’a fait Salvini (les lois migratoires) mais également pour achever de remettre en place des mesures ultralibérales de nivellement économique et fiscal par le bas ; Salvini n’a qu’à attendre les multiples retombées négatives, du gouvernement des traîtres et des européistes, qui ne sauraient tarder : et un nouveau fait divers impliquant un migrant (viol, trafic de drogue, acte de cannibalisme...ils l’ont déjà fait par le passé, il peuvent le refaire, il ne faut pas perdre espoir) et une nouvelle manifestation de sage-femmes ou d’urgentistes pris à la gorge, et une augmentation des taxes ou des dépenses de santé ... tu aura beau retourner le problème dans tout les sens ; mais on ne peut pas accuser Salvini quand on a de tels ennemis face à soit et derrière soit. C’est l’UE qui fout la merde.

      Et pour finir, quand on a un Macron à la tête de son pays, on évite de faire la morale aux autres. Question de crédibilité !

      Les Italiens ont prouvé qu’ils étaient plus matures que les Français que Macron peut mener par le bout du nez pour les 5, 10 voir 15 ans à venir juste avec la fable de l’anti-lepenisme. Alors merci de garder son italophobie pour soit.


    • #2267232
      le 29/08/2019 par Un bon gauchiste se balance au bout d’une corde
      Italie : le M5S s’allie désespérément avec les Démocrates pour contrer (...)

      M5S est une FI, il n’y a plus rien a attendre de l’extreme gauche europeenne. Ils vont s’humilier tout seul avec les socialistes et seront degager comme ceux qu’ils pretendaient degager. Vive la Ligue, rien que le nom balance (les autres c’est 5 etoiles comme les hotels attaliens



    • Les Italiens ont prouvé qu’ils étaient plus matures que les Français que Macron peut mener par le bout du nez pour les 5, 10 voir 15 ans à venir juste avec la fable de l’anti-lepenisme. Alors merci de garder son italophobie pour soit.



      La problème n’est pas que Macron. Il ne faut pas oublier le saccage de notre pays depuis plus de 200 ans après la chute de la Monarchie et les conséquences qui ont suivis.

      Et puis, tout est décidé par avance.

      Coluche : Si voter était utile, on l’aurait interdit.


    • @ Edward



      Et puis, tout est décidé par avance.
      Coluche : Si voter était utile, on l’aurait interdit.



      Ce genre de phrase lapidaire est exactement ce que les puissants veulent entendre chez les faibles. Les élections où tout les candidats sont achetés sont inutiles, les élections ou les référenda ont une utilité et une chance de passer sont utiles.
      Ou alors mieux vaut arrêter de parler de politique et se contenter de se laisser exploiter bêtement puisque "tout est joué d’avance".


    • @ Bayinnaung
      C’est vous qui paraissez complètement contradictoire. Si vous en avez assez du peuple élu, ne votez plus.

      C’est simple à comprendre. Votez confine à l’immobilisme. Cesser de voter, et agir en direct ou via proxy sur le réel procure plus de résultats que n’importe quel vote.

      Le sauveur Salvini n’existe pas. Ce sont des groupes d’intérêts contre d’autres groupes d’intérêts, des loups qui se font la guerre pour accéder à la gamelle, selon des règles qui les épargnent, eux, mais qui n’épargnent pas les profanes, bien au contraire. Les règles sont pensées dans ce but : écraser le plus de monde possible pour faciliter la domination du pyramidion, et de sa garde rapprochée : ouane tou tri, vive la confrérie.

      Salvini, c’est fini, et dire que c’était . . .

      Peu importe que cette alliance tienne. La banque placera d’autres tronches sur la scène, comme ils ont fait avec la France insoumise en propulsant Manon Aubry, via l’asso Oxfam, entres autres.

      La politique est une impasse mortifère dans laquelle aiment à s’entasser les amoureux du pilpoul et les pucelles.


    • Salvini, enivré par sa propre popularité, a été trop gourmand . Il risque de tout perdre . Il rebondira si le gouvernement des traîtres ré-ouvre la porte aux migrants .


    • @ Norbert
      Pourquoi employer le conditionnel concernant la dictature immigrationniste ?

      @ alderic-dit-le-microbe



      C’est vous qui paraissez complètement contradictoire. Si vous en avez assez du peuple élu, ne votez plus.



      Non, je fais la part des choses.



      C’est simple à comprendre.



      Certains diront même simpliste.



      Votez confine à l’immobilisme. Cesser de voter



      conduit à des gouvernements qui se feront élire par 10 voix (les leurs) et se contenteront de dire : "les absents ont tort".



      Le sauveur Salvini n’existe pas.



      Et pourtant, les minibots ont recrée le concept de monnaie nationale en Europe de l’ouest ! Je ne sais pas ce qu’il te faut comme miracle.



      Ce sont des groupes d’intérêts contre d’autres groupes d’intérêts, des loups qui se font la guerre pour accéder à la gamelle, selon des règles qui les épargnent, eux, mais qui n’épargnent pas les profanes, bien au contraire.



      simplisme.



      Les règles sont pensées dans ce but : écraser le plus de monde possible pour faciliter la domination du pyramidion, et de sa garde rapprochée : ouane tou tri, vive la confrérie.



      Une punchline adolescente n’a jamais rien changé...le vote par contre : regarde le brexit.



      Salvini, c’est fini, et dire que c’était . .



      Et pourtant, il va revenir et il le sait.



      Peu importe que cette alliance tienne. La banque placera d’autres tronches sur la scène



      Sauf si un autre populiste, comme Salvini, revient au pouvoir.



      comme ils ont fait avec la France insoumise en propulsant Manon Aubry, via l’asso Oxfam, entres autres.



      Ben justement, en se séparant de M5S et en le mettant devant sa trahison, Salvini s’assure que le peuple ne voit que la Lega comme alternative aux européistes et à la banque.



      La politique est une impasse mortifère dans laquelle aiment à s’entasser les amoureux du pilpoul et les pucelles.



      C’est ce genre d’affirmation qui est une impasse. Il est des pays où elles est bloquée (Grèce, France) et d’autres où elle marche encore (USA, Venezuela, GB). Les réponses simples sont bien souvent simplistes.


    • La politique n’est que du spectacle. Les élus ne conduisent pas l’action du gouvernement et des institutions selon les souhaits des électeurs, ni selon leur bien être. C’est tout l’inverse.

      Sachant cela, à quoi bon voter ? Que ce soit Pierre, Paul , ou Macron, de toutes façons, les ordres lui tomberont sur le nez, et il fera ce que les puissants, les puissants, les puissants, lui diront de faire.

      Et la puissance, elle n’est pas dans le bulletin de vote. Et les puissants, ils s’en contrefoutent de ton vote. Ils ne comprennent qu’une et unique chose : le bâton d’un plus puissant.

      D’abord, ils créent les conditions rendant nécessaire la politique et la loi, en entassant des populations sur des petites parcelles de terrain. La promiscuité engendre alors pertes de libertés, pertes de biens, pertes de conditions de vie, pertes d’autonomie.

      Puis, ils créent les conditions rendant nécessaire la banque, c’est l’aliénation. Et enfin, les conditions qui te poussent à abandonner ta vie à leur volonté, c’est l’abandon.

      Voter est le fruit de leur volonté. Ne pas voter, c’est rependre la main sur notre destinée.

      Le premier acte de résistance, c’est de les ignorer complètement, eux et leurs institutions, leurs rituels et leurs injonctions.

      Ne pas voter, c’est le premier pas vers le redressement d’un individu dont l’échine est courbée, Julien. Tu ne changeras absolument rien par la politique. Mais si tu désires continuer de t’illusionner, qui suis-je pour te l’interdire ? Ainsi soit-il ?


    • @ alderic

      1) Alors déjà, tu peux les ignorer, eux ne t’ignoreront pas quand il faudra te pressurer.

      2) Je ne dis pas que les élections se valent dans tous les pays, je dis juste qu’il est des pays où ça compte encore (GB, USA) et d’autres non (France, Grèce) et d’autres où l’on ne sait pas encore si le vote amènera un candidat vraiment anti-système (l’Italie).

      3) Le meilleur moyen de perdre un combat, ça reste encore de ne pas le mener.

      4) L’illusion, c’est de confondre champs politique français et champs politique étranger.


  • Un nouveau gouvernement de centre gauche ,

    C’est ce que Salvini avait prévu je suppose,
    et c’est la réponse logique du système .
    Les Italiens vont découvrir ébahis que M5S, est un parti de
    pitres financés comme tous les mouvements gauchistes
    par la Finance Internationale .
    Les médias vont crier Victoire,mais pas ...longtemps !


  • Il est temps que M5S se sente " désespéré " ...

    Tutti quanti !!!


  • ça va faire gonfler le vote Salvini. Parfait ! Patience, patience...


  • Un bel exemple pour les amoureux de la proportionnelle:tel notre 4ème République,un gouvernement qui change tous les 6 mois,laissant le pays pour des semaines ingouverné,là ce fut pour une question d’autoroute reliant France à Italie.
    Salvini comprend qu’il faut une MAJORITE pour gouverner:maintenant c’est l’alliance des deux ennemis qui s’allient contre lui ;s’ils venaient à gagner,le résultat serait connu d’avance...

     

    • la proportiionnelle permet justement d’éviter qu’une minorité gouverne contre le peuple et que si elle le tente (comme cette alliance de merde) çà va coincer CE QUI EST UNE BONNE CHOSE.
      on ne doit changer les choses que si la majorité est d’accord, autrement il vaut mieux que les institutions ne fonctionnent pas (excepté l’administration du pays, mais c’est le fait des fonctionnaires et non des politiciens)) la Belgique est restée plus d’un an sans gouvernement et personne ne s’en est rendu compte). l’histoire de l’autoroute est un prétexte, le fond du problème c’est l’Euro et les migrants mais le M5S ne va pas le crier sur les toits tout comme Macron ne crie pas qu’il travaille pour la banque.
      Plus cette coalition de merde durera et s’empêtrera dans ses contradictions et fera traîner les choses et plus les prochaines elections seront favorables à Salvini


    • @ paramesh

      La proportionnelle permet JUSTEMENT à des groupuscules d’avoir leurs mots a dire, et surtout, leurs permets d’exister ad vitam eternam...


    • L’unique défaut de la proportionnelle c’est l’instabilité ministérielle . Curieux que les constitutionalistes n’aient pas trouvé un moyen pour y remédier, il doit bien exister pourtant . Mais ça vaut mieux que d’avoir, comme en France, un parti qui a la majorité absolue grâce au tour de passe passe du scrutin majoritaire . Grâce à ce mode de scrutin scélérat, depuis 1958 nous n’avons eu que des gouvernements illégitimes, des Assemblée Nationales illégitimes qui votent des lois spoliatrices et liberticides, sur ordre des sionistes et de leurs pantins de l’Elysée . A cause de ce scrutin nous sommes en dictature car il n’y a plus de séparation entre l’exécutif et le législatif : l’exécutif fait voter les lois qu’il veut par sa majorité-godillot - et, répétons le, illégitime . D’ailleurs je ne crois pas qu’à l’Ecole Supérieure de la Magistrature on enseigne aux élèves (des filles à 80%) la différence entre ce qui est légal et ce qui est légitime, ça risquerait de les rendre intelligentes .



    • L’unique défaut de la proportionnelle c’est l’instabilité ministérielle




      uniquement quand il n’y a pas de claire majorité, ce qui est une bonne chose, autant ne rien faire que de faire contre l’avis du peuple. quand au principe des coalitions, c’est le principe même de la démocratie, on se met d’accord pour faire quelque chose ensembles,mais cela ne fonctionne que si on a les mêmes buts sociaux.
      ce qui se passe en Italie aujourd’hui est une tentative, grâce à cette coalition de merde) de reporter au plus tard possible des élections nécessaires puisque la chambre est maintenant ingouvernable et qui devraient pousser Salvini au pouvoir puisque le M5S trahit de plus en plus le mandat de ses électeurs. c’est un coup monté qu’une petite réforme de la constitution italienne pourrait facilement contrer.


    • Je me souviens de la vidéo de Tatiana Ventose sur la scolarité. Elle regrettait que la france copiait des mesure étrangère, en expliquant que ça ne servait à rien puisque c’était le package - l’ensemble du système - éducatif qui était à prendre, et pas seulement 1 ou 2 mesures à piocher.
      Je pense que c’est exactement la même chose pour un système institutionnel. La 5e République était un excellent système, mais on a des éditocrates qui ont influencé les politiques pour modifier la constitution.

      1) Le quinquennat. Avec le septennat, il y avait des élections que l’on peut appelé de mi-mandat. Si on était mécontent d’une politique, on envoyait une majorité opposée dans la tronche de l’exécutif (du moins avant Maastricht, après, c’est devenu kifkif bourricot. A l’étranger, les chefs d’état sont élus entre 4 et 6 ans, Alors notre chère presse grassement subventionnée a fait du lobbying pour imposer le quinquennat.

      2) Le non cumul des mandats. Avec le cumul des mandats, Une personne pouvait être élu Maire, député et président de région. Il devenait ce qu’on appelait "un baron". Si l’exécutif proposait un texte qui déplaisait à sa région, ces barons montaient à Paris et les parisiens faisaient dans leurs frocs. Un exemple : Je ne suis pas sûr que l’aéroport de Toulouse aurait été vendu dans ces conditions. Ce cumul allait de pair avec le scrutin majoritaire à 2 tours car les élections sont locales. Depuis la fin des cumuls, on a des députés presse-bouton qui appliquent sans réfléchir la ligne du parti (bon c’était le cas avant, mais depuis 10 ans cela atteint des proportions innimaginables). En plus cela nous coute plus d’argent car avec le cumul des mandats, un élu ne pouvait pas gagner plus de 6500€ d’indemnités (à peu près). Maintenant on a 3 personnes : 1 maire (2500€) 1 député (5500€) 1 président de région (3500€), ce qui fait 11 500 € de dépenses au lieu de 6500 € (je sort ces chiffres du trou de balle, même si ce n’est pas si éloigné de la réalité).

      Encore une fois, on veut toujours prendre des mesurettes des pays voisins en ignorant totalement notre spécificité.

      Pour revenir au scrutin proportionnel, jamais un parti populiste ne pourra le remporter. C’est d’ailleurs pour ça que le FN le réclame depuis des années. La meilleure solution est le système grec (je crois qu’en Italie ce n’est pas très éloigné). Scrutin proportionnel avec prime au vainqueur (30% des siège). De cette manière, on aura plus de chance d’avoir une stabilité institutionnelle.


  • C’est ce qui s’appelle un putsch , non ?

     

  • Méthode Trump : je divise et panique l’ennemi et jette la lumière dans les coins sombres où ils entassent leur merde et leurs cadavres...comme ça ils l’ont dans l’Q
    Une des meilleures modes qui nous soient venues des staitss.


  • Le gouverne et ment Italien recycle un peu comme la raie publique Française. Un manque d’effectifs viables dans leurs rangs peut-être ?


  • .... Ce qui ne manquera pas de renforcer la popularité de Salvini, d’évidence.

     

    • C’est très possible, mais j’aurais pas dit "évident"

      Il y a quand même quelques facteurs qui poussent en sens inverse :
      - dans un premier temps, salvini perd des points (en quantité inconnue, à moins de croire les sondages, qui ne sont d’ailleurs pas d’accord entre eux) parce que certains italiens ne voyaient pas l’utilité de faire péter la coalition
      - ensuite, il est pas dit que le système, ayant retrouvé les manettes du pouvoir, se comportera exactement comme avant. Il avait été autiste tant qu’il croyait que jamais le pouvoir ne lui échapperait. Il est possible qu’il soit devenu plus prudent et lâchera un peu du lest, car il ne peut plus ignorer que, sinon, il reperdra le pouvoir à la première occasion

      Et par contre :
      - une proportion (inconnue) de la base du M5S ne va pas suivre la nouvelle combinazione (on peut même imaginer que cela la fasse claquer très rapidement). Certains pourraient rejoindre Salvini
      - peut-être qu’au lieu de lâcher du lest, le système essaiera un autre truc (ou essaiera même pas) pour conserver le pouvoir. Rien n’ayant changé, le mécontentement repartira vite à la hausse.


    • @ JP



      il est pas dit que le système, ayant retrouvé les manettes du pouvoir, se comportera exactement comme avant. Il avait été autiste tant qu’il croyait que jamais le pouvoir ne lui échapperait.



      La sagesse guiderait d’apprendre un peu comment le système fonctionne...depuis le temps. Le système ne changera pas d’un iota sa politique, précisément parce qu’il est autiste, mais surtout parce que sa politique n’en est pas une, c’est une religion.



      Il est possible qu’il soit devenu plus prudent et lâchera un peu du lest, car il ne peut plus ignorer que, sinon, il reperdra le pouvoir à la première occasion



      Salvini sait très bien que non et sait qu’il n’y a rien de mieux que le rôle de sauveur pour mener une politique radicale jusqu’au bout...surtout maintenant qu’il est sûr que les traîtres du M5S ont tombé le masque.
      Il faut savoir maîtriser un peu ses sujets, JP.



      - peut-être qu’au lieu de lâcher du lest, le système essaiera un autre truc (ou essaiera même pas) pour conserver le pouvoir.



      Probable, accrocher Salvini ou un de ses collaborateurs sur une petite affaire à la noix, la monter en épingle et le rendre inéligible.

      Puisque tu es un grand praticien en psychopathologie, tu devrais nous faire un dossier complet sur la situation.


  • Le chef de M5S n’est pas encore au pouvoir qu’il rêve déjà de devenir Tsipras...


  • Pour moi, Salvini, 1) se pensant très malin, s’est sabordé, lui-même, à la façon Le Pen (référence au débat du 2è tour), ou bien ne sentait pas à la hauteur des enjeux ; 3) il a probablement sous-estimé ses capacités, la férocité et la méchanceté de ses adversaires européens [l’UE, l’Allemagne, les ONG pro-immigrationnistes financées par Soros (l’expulsion des immigrés des côtes italiennes), les banques centrales et privées (via la création de ses mini-bots, monnaie de substitution à l’Euro)] qui répètent comme un leitmotiv les vocabulaires éculés repris par les médias de propagande (fasciste, raciste, extrême droite, national socialiste, nazi, blabla...).

    Même s’il se hisse, pour l’instant, assez haut dans les sondages, le temps peut jouer à sa défaveur entre le mariage de la carpe (M5S) et du lapin (PD). Sachant que le président Matarella, gauchiste et eurolâtre à fond les ballons, tiendra son siège jusqu’en 2022 puisque l’élection présidentielle italienne s’effectue tous les 7 ans au suffrage universel INDIRECT. Il n’est pas dit qu’il organise une élection anticipée sachant la possible victoire de Salvini sauf que le temps aidant et la propagande médiatique, les choses peuvent se dérouler de façon inattendue en défaveur de Salvini qui risque de tout perdre (la tête de son parti ainsi que les élections à venir) sur son souhait d’anticiper les élections. Il n’est pas certain qu’il gagne.

    L’immoralité en politique est d’une banalité confondante et consternante : pour se maintenir au pouvoir tout connard incompétent cosmopolite (c’est-à-dire le politicien) peut, sans programme sérieux, s’unir avec un autre parti ayant des intérêts opposés et divergents ou par déstabilisation de la commission européenne via ses technocrates, des USA et d’isrhell. Ce qui permet aux technocrates (non élus) de l’EU d’assujettir les Etats membres en mettant une pression psychologique sur leurs dirigeants étatiques d’adhérer à leurs politiques puisque l’EU n’est QUE le réceptacle des recyclage des copains [Van der Layen et Goulard placées par le minable de l’Elysée], des coquins et serpillères humaines (en réf au propos de N. Farage à Van Rompoy) de lobbyistes [Goulard qui travaillait pour un think tank américain ; Lagarde (Ex ministre des finances de Sarkozy, puis directrice du FMI + future présidente de la BCE] sans compter les coups de boutoir répétés des Allemands qui mettent en coupe réglée les dirigeants des autres états membres.


  • Il est très difficile de prendre le pouvoir comme souverainiste et bcp plus facile de le garder : Italie versus Hongrie.
    C’est tout le problème des demooooocratieeees occidentales. Mais l’Histoire se joue des pronostiques car chaque victoire est une victoire à la Pyrrhus pour le système. Sa force ? Assumer le chaos. Et ça c’est pas rien. Respect.


  • Dommage, le mouvement 5 Stelle avait une belle fraîcheur à l’époque de Beppe Grillo.
    Une alliance avec la Democrazia Cristiana ? Vergogna !!!!!!! (Honte à vous)

     

  • Puissent les Italiens envoyer à la poubelle les partis, tous, y compris Salvini, qui n’est qu’un énième avatar pour cornaquer la plèbe.
    Et du même coup, inaugurer les opérations de nettoyage des colons. Du haut et du bas.


  • Les fameuses gauches « antisystèmes » à la Tsipras, Mélanchon et maintenant le M5S qui s’allie avec les pourries !
    Ça ne va qu’accentuer la rage du peuple italien qui est déjà en train de bouillir !


  • Très intelligent de la part de Salvini :

    - Soit la coalition avait échoué et il aurait eu les quasi-pleins-pouvoirs sur l’Italie, lui permettant de s’extraire rapidement du bourbier qui s’annonce,

    - Soit la coalition fonctionne (ce qui est arrivé), mais au prix de la légitimité du M5S qui va s’écrouler dans les sondages au profit de la Ligue, tout en laissant les manettes aux démocrates pour le crash économique qui s’annonce d’ici deux mois, entre récession allemande et Brexit.

    Un beau coup de maître mais qu’il faut savoir gérer maintenant.


  • L’eviction de Salvini ouvre la voie au CETA. A qui profite le crime ? Comme en grece avec Tsipras, c’est encore une fois la gauche soit disant populaire (elue sur examen de conscience) qui trahit


  • "Dans des moments difficiles comme celui-ci... "
    Difficiles pour qui ?


  • Salvini n’était pas sûr d’avoir la majorité si les élections avaient eu lieu maintenant. Mais d’ici quelques années, ou quelques mois avec un peu de chance, ça se fera sans problème et le M5S, lui, sera dans les poubelles de l’histoire.


  • La vérité c est que Salvini c est un malika le pen masculin, il reste quoi en italie, casapound ?
    Quand on pense que contrairement à la france en italie il existe une conscience raciale, c est dire l état de la politique européenne tout est à jeter , aucune solution politique, peu importe le parti


  • C’était écrit, tous ces gauchistes genre LFI ne choisiront jamais le nationalisme puisqu’ils sont internationalistes par définition.
    Et ceux qui rêvent d’alliance entre les patriotes et les gauchistes déguisés en guerilleros sont bien naïfs ...


Commentaires suivants