Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

Pour les autres et pour soi

La violence, c’est mal, mais la désinformation permanente, ce n’est pas mieux. Deux journalistes qui suivaient la manifestation de Marseille ont été pris à partie par des manifestants. Les Français n’aiment pas beaucoup qu’on leur mente, qu’on les méprise, et qu’on ne les écoute pas. BFM TV, malheureusement, met ses journalistes en difficulté en choisissant le camp du Mal, celui de l’oligarchie, contre le camp du Bien, celui du peuple français.

 

 

La question que l’on se pose : ces journalistes comprennent-ils que ce choix est dangereux, pour eux et pour les autres ? Pour eux parce qu’ils se coupent des gens, et pour les autres parce qu’ils déforment les faits qu’ils rapportent ?

Contrairement à ce que répète Fogiel, qui dirige cette chaîne franco-israélienne, BFM TV ne fait pas dans l’information, mais dans l’opinion. Le problème, c’est de ne pas le reconnaître et de faire semblant d’être impartial, alors que la partialité de BFM saute aux yeux de n’importe quel imbécile.

Cependant, au vu des réactions corporatistes sur les réseaux sociaux, il ne s’agirait pas d’une équipe de BFM mais de France 3 Régions. Ce qui ne change rien au problème : quand on désinforme les gens, ils réagissent mal.

 

 

Le service public audiovisuel est devenu, en quelques années, le bras armé officiel de la propagande. Il ne reste plus rien de l’impartialité d’antan, quand on voyait des penseurs nationalistes chez Pivot ou des journalistes communistes sur TF1. Tout le PAF a été normalisé, nettoyé, et pillé par les forces du Système.

Qui, doté d’une intelligence normale et d’un solide bon sens, peut supporter un « journal » de France 3, une émission « documentaire » de France 2 ?

Retournant la charge de la faute, la rédaction nationale ne voit que la violence populaire et reste dans le déni de sa propre soumission aux forces occultes qui ont détruit la démocratie chez nous, pour entraîner le pays dans une dictature inédite. Le problème, il est là, pas dans une petite poursuite de rue qui n’en est que le symptôme.

 

 

Heureusement (c’est une façon de parler, car nous respectons la personne humaine, pas forcément la fonction), nous avons retrouvé des vrais journalistes de BFM TV pris à partie par la foule, mais à Paris. L’information dans notre titre n’est donc pas une fake news.

Igor Sahiri  : « On m’a empêché de faire mon travail avec une grande violence, c’est donc très perturbant, ça c’était déjà arrivé lors d’un samedi de manifestation de Gilets jaunes, il y a quelque temps, mais là on avait encore passé un cran. Je suis venu couvrir ce nouveau rassemblement, comme je l’avais fait déjà hier soir, et je réalise un direct, hors champ, c’est-à-dire pas face caméra, pour éviter justement tout risque qu’on s’en prenne à moi, à ma cameraman, et à BFM TV, parce que je suis souvent identifié comme un personnage de terrain de BFM TV. Et lorsque je termine mon direct, je comprends qu’on m’a reconnu, qu’on a reconnu la chaîne. Quelqu’un a dit “regardez, il filme ici, il filme ici”, et on arrive vers moi, une personne, deux, puis trois, puis cinquante, et puis cent ! »

 

 

Au lieu de déposer des plaintes contre les Français en colère qui se sentent insultés par cette information tronquée ou cette désinformation permanente, les rédacteurs en chef de ces chaînes devraient peut-être faire un mea culpa. Les Français savent pardonner, si la demande est sincère.

 

Précision d’importance

Igor Sahiri, qui fait son boulot de remontée d’images, n’est pas en cause : il prend clairement pour sa direction. C’est le traitement de ses images par la chaîne, c’est-à-dire par sa rédaction en chef, qui pose problème.

« Soutien à IgorSahiri philippine david ! S’attaquer aux journalistes, c’est s’attaquer aux faits … BFM TV continuera évidemment à raconter l’actualité sans se laisser impressionner …. » (Marc-Olivier Fogiel)

Les faits sont une chose, leur interprétation en est une autre. C’est là que le bât blesse, et que la désinformation intervient.

Les manifestants en colère devraient donc s’en prendre à la direction plutôt qu’aux JRI (journalistes reporters d’images), aux généraux plutôt qu’aux soldats. Et par s’en prendre on ne veut pas dire poursuivre dans la rue, mais dénoncer, critiquer, boycotter. Ne pas frapper les journalistes mainstream mais frapper leurs chaînes d’indignité nationale. Tant que l’oligarchie se servira des médias mainstream pour faire ruisseler son énorme mensonge sur le peuple, il y aura cette réaction que les médiamenteurs appellent violence, mais qui n’est qu’une réaction de défense, un bouclier spontané contre la désinformation.

 

 

Bonus : on a trouvé des gens qui soutiennent BFM TV !

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2773497

    Les médias merdes de la propagande et de la désinformation sont la clé de voûte du système oligarchique , les faire tomber , c’est couper les tantacules de la pieuvre, le reste crevera de lui-Même !
    Cette camisole de force mediatique passée aux français , permet toutes les villenies commises à leurs encontre , virus fabriqué par big-pharma, interdictions de soigner, violences des FDO dans les manifs , mensonges continue sur les vaccins expérimentaux, destructions de toutes les libertés fondamentales par le chantage , la terreur , terrorisme sous faux drapeaux , culpabilisation des français avec les invertions accusations , fake neews en continue....etc..etc... !
    Pour des raisons idéologiques et/ou financières , les speakerines qui n’ont de journalistes que le nom , ne sont en réalités que les hauts parleurs de la maffia qui les rénumère , ironie du sort, avec l’argent des francais , français premières victimes de la magouille COVID et de tout le reste !

     

    Répondre à ce message

  • #2773578
    Le 25 juillet à 17:25 par the gate of bills
    Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

    "Pour avoir fait son métier, c’est-à-dire avoir relaté des faits. C’est intolérable... Liberté d’informer !"



    Des medecins ont été interdit d’utiliser des produits tres efficaces contre le covid pendant plus d’un an. En gros on les a interdit de soigner des gens et sauver des vies : on les a empecher de faire leurs metiers quoi. Etrangement ca ne vous a pas scandalisé. Et ca comparer a ton travail de pute, qui n’est pas de faire de l’information mais de la propagande, c’est inaceptable et tres tres fort condamnable. De plus arretez de faire semblant de travailler, nous savons tous que vous faites des copier coller de l’AFP, reuters, bloomberg et je ne sais quel agence israeliene.

     

    Répondre à ce message

  • #2773618
    Le 25 juillet à 18:14 par Bernard Lapotre
    Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

    A ce rythme-là, avec tous ces reporters en fuite, les mainstreams vont peut-être récupérer feu Vincent Lapierre, qui a quelques compétences démontrées dans le domaine !

     

    Répondre à ce message

  • #2773723
    Le 25 juillet à 21:26 par Miroir
    Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

    Et ces journalistes se sente victime ou font perversement mine de le croire. Ca vient peut etre d’un mal entendu, l’un deux dit qu’il faisait simplement son travail. Travailler pour des milliardaires qui ont comme fonction de s’enrichir sur les malheurs des gens et de les provoquer via leur infos c’est pas faire un travail de journaliste en fait. C’est le truc qu’ils faut qu’ils comprennent mais apparemment aucun n’a réussit à le déduire tout seul, c’est bizarre alors que meme le plus idiot des Français sauf débile profond qui n’a pas d’avis, sait que au mieux, les médias ne disent pas forcément la vérité à cause des enjeux de pouvoirs, en fonction de qui est le patron. Mais eux non. Ca s’appelle de la perversité, le dénie du réel, c’est participer au malheur de tous lui y compris et sa feme et ses enfants à plus ou moins long terme pour de l’argent. En fait ce sont des collabos, des traitres et des criminels pour beaucoup c’est un fait, c’est manifeste, logique. C’est pour cela qu’ils deviennent comme tous ceux qui bouffe injustement sur la vie des gens, des "racistes" sociaux anti peuple et arrivent à se convaincre par perversité et racisme sociale qu’ils sont du coté du raisonnable, parce qu’ils en bouffe grassement et que le système leur offre une pseudo couverture d’illusion et une protection d’injustice. Parce qu’ils savent dans le fond qu’ils participent à un système criminel et mensonger. D’idiot utiles ils deviennent souvent des agents lucides et pervers. Bref ça donne des Berléant, des Enthoven, des CBarbier, des V.Lapierre (dans un style nouveau lol), des Gilles Verdez, l’autre abrutit de clébard malsain Castaldi. C’est infame, je viens encore de me représenter la bassesse de Verdez, de Barbier, et je vois la tete de haziza c’est grotesque. lol qu’ils sont vils et laids. Si ils devaient passer devant un tribunal non biaisé, beaucoup d’entre eux, selon la loi actuelle, mériteraient milles fois la peine maximum. Aucunes peines est à la hauteur de leur crimes pour beaucoup. Ce sont des aberrations, de la merde gogole vicelarde satanisé, des hontes et déchets humains. Leur existence est une pédophilie scatophage zoophile trisomique tortionnaire permanente. Ils vont le payer atrocement cher. Ce sont des dingues. :)

     

    Répondre à ce message

  • #2773725
    Le 25 juillet à 21:28 par GoyClub
    Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

    Que ces putes qui méprisent le peuple depuis belle lurette et nous la font à l’envers systématiquement, se mettent au chômage, puis suivent une formation de toiletteur canin, histoire que la reconversion professionnelle ne soit pas brutale voire dépaysante. Comprenne qui pourra.

    Question violence, Laurent Guimier, Igor Sahiri et compagnie ont toujours leurs deux mains et leurs deux yeux bien ouverts, alors on se détend dans les propos utilisés.

    Les médias, ou le chemin de fer de la propagande, du mensonge et de la désinformation, et après ça vient chouiner sur twitter de manière pathétique et démesurée.

    La presse pourrie aux ordres dans toute sa splendeur.

     

    Répondre à ce message

  • #2773750
    Le 25 juillet à 22:32 par Paul
    Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

    35294 cartes de presse en France.

    Ces énergumènes représentent 0,1% de la population active en France mais sont responsables de 100% de la diffusion des mensonges de l’oligarchie et contribuent avec zèle à la domination illégitime de la classe dirigeante ignoble.

    Ils méritent un sort à la mesure de leur dévouement.

     

    Répondre à ce message

  • #2773790

    du coup les vrais journalsites sont ceux qui filment les faux journalistes avec leur telephone CQFD

     

    Répondre à ce message

  • #2773879
    Le 26 juillet à 08:28 par leperigourdin
    Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

    Nous avons été et nous sommes encore trop bisounours.

    Je félicite les gens clairvoyant. Les journalistes et les politiques ne doivent plus penser qu’acheter la paix sociale dans les banlieues et auprès des cassos va leur permettre de jouir des méfaits qu’ils provoquent.

    Car je le répète dés que je peux. C’est nous, la classe moyenne et supérieure qui par fainéantise, gentillesse et naîveté avons laissé ses crapules de journalistes devenir ce qu’ils sont =

    1/ chasser les pédagogistes gauchistes de l’educ nat
    2/ supprimer TOUTES aides ou subventions ou médias
    3/ remettre des jurys POPULAIRES qui pourraient condamner des médias qui mentent.

     

    Répondre à ce message

  • #2773934
    Le 26 juillet à 09:39 par Jaoram
    Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

    usurpation du titre de journaliste ,propagandiste LREM serait plus adéquat.

     

    Répondre à ce message

  • #2774200
    Le 26 juillet à 17:06 par Bouboule
    Journaliste à BFM TV et France 3, un métier dangereux

    Ces fouille-merde ne méritent que leur place ....celle des chiottes de l’Histoire !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents