Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jules César aux Pays-Bas : un voyage à 150 000 morts

Veni, Vidi, Vici ! Des hauts-faits du général et homme politique romain (non, pas empereur), on connaissait le récit grâce à son ouvrage majeur : Commentaires sur la Guerre des Gaules. Et le week-end dernier, une de ses campagnes militaires a été prouvée grâce à l’archéologie !

 

Pas peu fière, l’Université Vrije d’Amsterdam a récemment annoncé qu’elle était parvenue à prouver, à grands renfort d’archives, de fouilles et recherches tous azimut, que l’imperator avait effectivement mené ses vastes troupes jusqu’au sol de ce que sont aujourd’hui les Pays-Bas. Sur le site archéologique de Kessel, situé en Brabant-septentrional (entre la ville belge d’Anvers et Rotterdam), une rude bataille fit rage entre les troupes de César et deux tribus germaniques. Menée en 55 avant JC, la boucherie héroïque se solda par la mort de 150 000 hommes.

« Seulement » consul à cette époque, César voyait dans cette campagne militaire une véritable opération tactique, préméditée et très utile, puisqu’elle allait lui permettre de glaner pouvoir et prestige, afin de gagner en importance une fois de retour à Rome. C’est donc au nom de l’établissement de son pouvoir à venir qu’il massacra sans commune mesure les Tenctères et Usipètes, deux tribus faisant partie des Suèves, un vaste groupe de peuples germaniques et celtes établis à l’est du Rhin.

Lire la suite de l’article sur exponaute.com

Les méthodes de l’Empire n’ont pas changé en 2000 ans, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Jusqu’à 476 ap JC,on ne parla que de Consulat pour désigner les règnes successifs des empereurs romains dont le titre "imperator" n’a jamais été qu’un titre militaire similaire à général d’armée....Par contre,César devint dictateur très officiellement par la suite,c’est à dire,qu’il obtint tout les pouvoirs sénatoriaux,tribunitiens et grand pontificat....Comme le seront ses succèsseurs.. !!

     

    • Vous dites vrai sur sur le titre militaire d’imperator , mais vous vous trompez ur celui du consulat. On a en effet vu plusieurs fois Auguste lui-même être consul avant -27, année dont on considère qu’elle est le début de l’Empire, et d’autres empereurs ne posséder le titre qu’un nombre limité de fois. Cela nous est confirmé par l’épigraphie : voyez par exemple pour l’empereur Trajan cette inscription (CIL VIII, 10117) : Imp(epartor) Caesar Divi / Nervae F(ilius) Nerva / Trajanus Optimus / Aug(ustus) Germ(anicus) Dacic(us) Pont(ifex) / Max(imus) Trib(unicia) Pot(estate) XVI, Imp(erator) VI / Co(n)s(ul) VI P(ater) P(atriae) / Pontem Novum A Fundamentis / Opera Militum Suorum Et / Pecunia Sua / Provinciae Africae Fecit ; soit "L’empereur Caesar, fils du divin Nerva, Trajan le très bon, Auguste, vainqueur des Germains, vainqueur des Daces, pontife suprême, revêtu de la seizième puissance tribunicienne, salué six fois imperator, salué six fois consul, père de la patrie, a fait un nouveau pont à partir des fondations, œuvre de ses soldats et au moyen de son argent, pour la province d’Afrique."

      Par ailleurs les sénateurs pouvaient toujours exercer le consulat, même sous les empereurs, comme nous le montre aussi les inscriptions funéraires qui résument leur cursus honorum.


    • #1346666
      le 16/12/2015 par ·٭·щargueri†e·٭·
      Jules César aux Pays-Bas : un voyage à 150 000 morts

      la réponse est :
      - à partir de César le titre Imperator n’est plus attribué qu’à une seule personne, c’est pour ça d’ailleurs qu’on continue depuis à l’appeler empereur... :)
      ce titre était auparavant conféré à un général vainqueur remarquable, acclamé... et a été confisqué, en raison de son prestige le plus haut de tous, par le dictateur.
      Mais c’est aussi par là instaurer que c’est la force des armes qui fait l’empereur, ce qui peut finir par être dangereux...
      - il y a aussi le titre de Pontifex Maximus, qui n’est attribué qu’au seul empereur, à partir d’Auguste, dans le genre confiscation...
      - consul et autres sont des titres partagés avec le reste de l’aristocratie, au fil des carrières. Le consulat est resté très longtemps en même temps une véritable fonction, même dégradée et quasi honorifique elle a conservé un aspect réel, au Sénat.
      - le principe de l’Empire est d’être dynastique, l’empereur a pour successeur un fils, ou un fils adoptif. Sauf renversement et substitution d’une autre dynastie, presque toujours par la force des armes, cf. le principe même de l’imperator...
      César bien que premier empereur a échoué à établir sa dynastie, puisque son fils l’a trahi ( "toi aussi mon fils" ! ). Mais jusqu’à Néron, on reste quand même dans la même famille, élargie et/ou adoptée, la gens Julia, disons un clan aristocratique
      - Auguste, succédant à César a de plus introduit une rupture cruciale : il a rétabli la République [ sic.] c’est la base de toute sa légitimité.
      César s’orientait vers une dictature à l’orientale, c’est à dire totalement détenue par lui seul. Auguste a rétabli les institutions anciennes, républicaines, surtout le Sénat, tout en ayant de fait les pleins pouvoirs, mais avec acquiescement du système aristocratique des familles.
      C’est un aspect profondément universel depuis : une dictature est stable et perdure si elle est institutionnelle ! au contraire, elle tombe vite si elle est personnelle.


    • #1347008

      la dictature sous la république romaine est une juridiction d’exception qui donne les pleins pouvoirs à un homme sensé être capable de sauver la république lors d’une crise majeure, il a certes les pleins pouvoirs mais pour une durée limitée à 6 mois, il rend le pouvoir après cette période, mission accomplie ou non.
      quant à l’imperium, c’est tout simplement le pouvoir suprème (symbolisé par des verges liées autour d’une hache portées par les licteurs), sous la républiques ce sont les deux consuls qui partagent ce pouvoir, puis après les révoltes de la plèbe on y ajoute un puis plusieurs préteurs pour alléger la charge des consuls.
      le dictateur aussi reçoit l’imperium le temps de sa dictature, il en est alors le seul détenteur durant cette période.
      quant au pontifex maximus, c’est le pouvoir sacerdotal (l’imperium sacerdotal si on veut) sous la monarchie ce pouvoir est détenu aussi par le roi, mais sous la république, le pontifex maximus est un titre à part des fonctions politiques ou militaires, (il y a séparation des pouvoirs)


  • Ouais, les Ceasar ils balayaient tout et pourtant il n’y a pas de "ouinouin, ouinouin, on a souffert". On les voit même comme des grands hommes respectables. Par contre les petites croisades de rien du tout, qu’est ce que ça chiale...


  • 150 000 morts, c’est à prendre avec des pincettes, c’est quand même 0.1% de la population mondiale de l’époque. Peu crédible.

     

    • C’est possible, mais il se trouve cependant que la majorité des historiens s’accordent pour dire que la Guerre des Gaules a été l’une des guerres les plus meurtrières de l’Antiquité, avec ses massacres, l’usage de la terre brûlée, ses sièges. A priori entre 800 000 et un million de gaulois seraient morts durant les hostilités. Il y a eu assez peu à cette époque de massacres d’une telle ampleur, on pourrait aussi citer les guerres judéo-romaines qui ont aussi tués plus d’un million de juifs.


    • On estime le nombre de morts lors de la bataille de Bagdad en 1258 à près de 2 050 000 en comptant les civils (0,5% de la pop mondiale).).
      Il y’aurait eu 400 000 combattants en présence lors d’Alésia, sans compter les esclaves et serviteurs des romains. Donc un chiffre de 150 000 tués est tout à fait crédible.


    • Rien que la première campagne de César contre les Helvètes a fait près de 100 000 morts. Donc le nombre de 150 000 morts concernant les tribus germaniques en question n’est pas fantaisiste.


  • #1346182

    Je vais me faire l’avocat du diable, mais un système, comme celui de la confédération des Gaules qui tombe en à peine 7 ans, avait de grandes chances d’être un système pourri de l’intérieur.

    Comment un petit condottiere italien a-t-il réussit à mettre à bas un système de plusieurs millions d’individus ? C’est comme la victoire de Cortès face aux aztèques. La simple discipline des hommes et un vague surcroit matériel par rapport à un ennemi qui compte sur le nombre et sur la connaissance du terrain ne suffit pas. Si César a réussit c’est parce que de nombreux gaulois ont été de son côté (chose rappelée par Asselineau). Mais dans ce cas alors, pourquoi ces gaulois si fiers ont-ils été si nombreux à se ranger du côté des envahisseurs italiques ? Ne serait-ce pas parce que le système confédéral gaulois était critiquable ?

    La Gaule fonctionnait ainsi : elle était composée d’un patchwork de cités-états, certaines étaient des monarchies, d’autres des républiques/aristocraties...et toutes étaient unies sous la férule d’un gouvernement élitiste occulte nommé "l’assemblée des druides". Ces druides étaient pour la plupart des aristocrates qui se caractérisaient par leur haut niveau d’étude et leur propension à s’organiser en cercles secrets où ils prenaient des décisions sensées être approuvées (imposées ?) aux chefs des différentes cités-états derrière lesquels ils gouvernaient (soit disant en les "conseillant"). Si on fait le lien entre ce genre d’organisation élitiste se voulant être un pouvoir occulte (se plaçant derrière le trône pour diriger) et visant à faire le bonheur des gens en leur donnant des ordres, et une forme ancienne de franc-maçonnerie (je vous renvoie aux travaux qui ont été menés sur les liens entre la culture franc-maçonne et la mythologie indo-européenne (les celtes étant presque des indo-européens purs)) on comprendra alors pourquoi tant de gaulois ont préféré se rebeller contre ce genre "d’aristocratie de robe" avant l’heure quitte à choisir un se placer du côté d’un envahisseur étranger mais qui était aussi un "aristocrate en armure".

     

    • #1346422

      Ce qui est très surprenant également lorsque l’on veut expliquer la GUERRE DES GAULES , c’est que les troupes de CESAR sont composées majoritairement d’italiques( les ailes de cavalerie se composant de celtes et de germains ), et , on peut constater que, dans l’histoire militaire ....jamais leurs descendants n’ont réitéré les exploits de Jules ...Et il devait le savoir, luiaussi car son premier souci fut d’enroler des légions celtes pour les autres campagnes . Pour la maçonnerie, la musique, la peinture, le belcanto et les pates , les italiens sont champions, pas pour la guerre !


    • Lis "la guerre des Gaules"plutôt que de regarder les conférences de l’énarque au triple menton, et tu comprendras comment César a pu vaincre les Gaulois : ceux-ci étaient un rassemblement des peuples non coordonnés, et composés d’agriculteurs et non de guerriers professionnels et vétérans de plusieurs campagnes militaires comme les Romains l’étaient.

      Sinon, les Druides s’occupaient du spirituel et non de la guerre, ils ne sont pas cités par César qui pourtant a beaucoup négocié avec les chefs Gaulois. Expliquer que la conquête de la Gaule est due à la franc-maçonnerie des druides...ça relève de la monomanie paranoïaque. D’ailleurs, tu ne savais pas que Agamemnon de l’Iliade était franc-maçon ? C’est grâce à ses contacts occultes qu’il a pu persuader les troyens de faire rentrer le fameux cheval de bois ! TOUT S’EXPLIQUE !


    • #1346532

      J’ai bien aimé le début, mais la fin... Quelles sont tes sources sur ce fonctionnement "occulte" des druides ? Et si c’est occulte, par définition c’est inconnu du bon peuple. Alors comment peut-il se "rebeller" contre quelque chose dont il ignore l’existence ? Pour moi tout ça relève du fantasme et de l’anachronisme (laissons la FM là où elle est, c.à.d 2000 ans postérieure !).

      Quand même : en matière de petite élite qui impose ses décisions brutalement au reste du monde, Rome a fait bien plus fort que les celtes !! Donc les bonhommes sautent de joies à l’idée de mourir par centaines de milliers, prix à payer pour dépendre de lointains romains au lieu d’une cabale bien de chez eux ? (dont le bon vieux Jules n’a jamais parlé il me semble). Alors oui les gaulois avaient sûrement bien des faiblesses, mais les qualifier de société "pourrie de l’intérieur", ça sonne très "histoire écrite par les vainqueurs".

      Globalement, on en sait très peu sur ce qu’étaient véritablement les druides. Et à mon avis, on passe trop souvent à côté de leur dimension chamanique (intermédiaire entre le ciel et les hommes) qui pour moi était pour beaucoup d’entre eux leur fonction principale dans la communauté - comme dans beaucoup d’autres peuples. A notre époque très individualiste et isolée, ça ne nous dit plus rien du tout... d’où le besoin d’être très prudent dans notre approche du sujet !


    • les indiens d’Amérique du Nord ont été conquis , puis exterminés de la même façon . Divisés, . incapables de s’unir, crédules sur les intentions réelles des colons, collaborateurs pour certaines tribus, fascinés par l’avance technologique des envahisseurs et pour finir victimes des fourberies des colons .


    • #1346635

      @ MX

      Je vous remercie pour votre conseil et je vous le retourne. Assurément, si vous aviez lu les livres que vous me conseillez de lire, vous ne diriez pas ce que vous dites.

      Déjà, vous confondez les celtes (qui sont un groupe ethnique) et les gaulois (qui sont une entité politique).

      Ensuite, si les celto-gaulois ne comptaient pas de guerriers professionnels dans leurs rangs, alors comment se fait-il que l’ensemble des cités méditerranéennes s’arrachaient-elles les mercenaires gaulois ? (On a retrouvé des tombeaux celtes jusqu’en Afghanistan, extrémité orientale de l’empire Séleucide). Et quid des Galates qui ont terrifié le monde hellénique pendant de longues années ? Des gaulois n’ont-ils donc pas combattus comme auxiliaires aux côtés d’Hannibal Barca ?

      Ensuite, dans votre culture et votre propension à faire la morale aux autres, vous semblez confondre druides et prêtres (comme certains confondent druides et shamans). La religion celto-gauloise possédait son propre clergé, centralisé ou non, (prêtres et ovates) quant aux druides, eux, ils constituaient un cercle de savants qui protégeaient leur savoir des "incultes" un peu à la façon des pythagoriciens. Les druides n’étaient pas les prêtres et ils se consacraient à l’ensemble des domaines intellectuels et scientifiques (astronomie, politique, mathématique, etc.)

      Si vous aviez lu les livres que vous me conseillez de lire : vous sauriez tout ça.


    • @voronine

      Pour la maçonnerie, la musique, la peinture, le belcanto et les pâtes , les italiens sont champions, pas pour la guerre !

      on est pas dans le cliché là cava......"les italiens" ça existait déjà sous la Rome......pas sur


    • #1346643

      @ ilan



      les indiens d’Amérique du Nord ont été conquis , puis exterminés de la même façon . Divisés...



      Faux ! Il faut comparer ce qui est comparable, les indiens ne formaient pas un seul bloque avec un gouvernement plus ou moins central (comme l’était la gaule) et ne sont pas tombés d’un coup. La conquête de l’amérique par les blancs s’est faite en plusieurs temps et sur plusieurs siècles et s’est achevée par un génocide là où les romains se sont contentés de placer leurs partisans à la tête des cité gauloises vaincues.


    • #1346646

      @ Aurelien



      Quelles sont tes sources sur ce fonctionnement "occulte" des druides ?



      Nos ancêtres les gaulois de Jean-Louis Bruneaux
      La guerre des gaules de qui vous savez
      Religion et société en gaule de Goudineau
      Des origines païennes de la franc-maçonnerie.

      Il suffit d’avoir lu des ouvrages ayant trait au druidisme et d’avoir un peu de déduction pour comprendre comment la société gauloise fonctionnait. Pour quelle raison fait-on une distinction entre germains et gaulois ? Les Belges qui faisaient partie de la confédération des Gaules étaient des germains eux aussi. Comme l’explique Francis Cousin, les germains vivaient encore dans une anarchie première telle que les européens l’avaient toujours connu auparavant.
      Les gaulois n’étaient pas du tout dans la même logique. Ils étaient organisés en cités avec des hiérarchies semblables à celles présentes dans le monde méditerranéen...sauf qu’il y avait un lien qui unissait toutes ces cités : l’assemblée des Carnutes où se retrouvaient une fois l’an les druides. Ils y faiaient état de leurs avancées scientifiques dans un domaine qui leur était propre et établissait également une feuille de route pour diriger la confédération. Ils étaient le vrai gouvernement central des Gaules et était collectivement secret (raison pour laquelle on en sait si peu sur eux) mais individuellement ils étaient connus car il y avait un druide par cité-état et qui siégeait aux côtés du pouvoir en place.


    • #1346648

      @ Aurelien



      Alors comment peut-il se "rebeller" contre quelque chose dont il ignore l’existence ? Pour moi tout ça relève du fantasme et de l’anachronisme (laissons la FM là où elle est, c.à.d 2000 ans postérieure !).



      Dans les cités où (par exemple) un monarque dirigeait, placé sur un trône, un druide siégeait à ses côtés. Mais contrairement à ce que l’on pense : le monarque était tenu d’appliquer les conseils que lui donnait le druide pour que sa cité puisse fonctionner en coordination avec les autres pour que l’ensemble confédéral marche.

      La construction des "oppida" dans des zones neutres situées sur les axes solsticiens, où les talents commerciaux, artistiques et scientifiques des différentes cités se regroupaient était exactement la traduction de cette volonté de cette organisation d’aristocrates-savants de gommer les inimitiés (spécificités) des différentes cités-états composant la confédération des Gaules...imaginez telle cité qui se bat depuis des siècles avec telle autre cité et à qui une aristocratie qui vous est étrangère vous ordonne une cohabitation que vous ne désirez pas forcément. Si ça n’est pas une bonne raison de se révolter contre cette autorité centrale que l’on considère comme étrangère quitte à s’allier avec d’autres étrangers (romains) ; je sais pas ce qu’il vous faut.

      Je te conseille de lire cet ouvrage.


    • #1346651

      @ Aurélien



      Quand même : en matière de petite élite qui impose ses décisions brutalement au reste du monde, Rome a fait bien plus fort que les celtes !!



      Ca, ce n’est pas une première dans l’histoire : le peuple qui soutient des envahisseurs qu’il ne connait pas contre des ennemis qu’il connait déjà. Les tlaxcaltèques qui ont soutenu les espagnols contre leurs ennemis (mais néanmoins parents) aztèques, sont là pour en témoigner.



      mais les qualifier de société "pourrie de l’intérieur", ça sonne très "histoire écrite par les vainqueurs".



      Une société qui tombe comme a pu tomber la société gauloise n’a pu le faire que parce qu’elle était divisée et cette division a une explication, il suffit de la chercher.

      Si on garde une vision totalement uniforme de la société gauloise "société de gentils campagnards qui font des banquets" ; on peut continuer à rester dans l’illusion que la gaule n’était peuplé que de gens faibles, tellement faibles qu’ils sont tombés face à une Rome forcément très forte. C’est une vision totalement simpliste de l’histoire. Mais si on cherche quelles sont les particularités de la société gauloise, en quoi on pouvait la qualifier de "civilisation" (avec tout ce que ce mot implique de bonnes et de mauvaises choses), là, on est bien forcé de voir quelles sont les facteurs qui ont pu favoriser la chute de la société gauloise là où la société germanique a pu se maintenir face à rome.



      Globalement, on en sait très peu sur ce qu’étaient véritablement les druides. Et à mon avis, on passe trop souvent à côté de leur dimension chamanique (intermédiaire entre le ciel et les hommes)



      Aïe ! Aïe ! Aïe ! Le piège typique dans lequel tombent les fans de d&d. Le shaman est dans une tribu "familiale" l’intercesseur entre la nature spirituelle du monde et le monde terrestre séculaire ... le druide, lui, est marqué par la culture hellénique (et même orientale), il est garant de l’ordre social en place dans la cité (ils est presque toujours un aristocrate) et est plus comparable au bramhane indien qu’au shaman turco-mongol. D’ailleurs les grecs et les romains classaient les gaulois comme un peuple oriental et non pas en tant que peuple nordique comme les germains.


    • #1346728

      C’est beaucoup plus compliqué que cela , commerce , alliance militaire , rivalité entre tribus..

      En réalité ce sont les Eduens qui ont aidé et favorisé le conquête romaine



      C’est l’historien Florus (iie siècle, qui s’est inspiré de l’œuvre de Tite-Live) qui nous renseigne sur l’aide militaire que les Romains vont apporter aux Éduens en 121 av. J.-C. en écrasant les Allobroges et les Arvernes au confluent du Rhône et de l’Isère :




      Les Éduens étaient établis dans les actuels départements français de la Nièvre et de Saône-et-Loire ainsi qu’au sud de celui de la Côte-d’Or (correspondant approximativement à l’arrondissement de Beaune) et à l’est de celui de l’Allier. Bibracte était leur capitale. Ils disposaient des riches terres de la partie occidentale de la plaine de Saône. Leurs voisins et ennemis étaient les Séquanes au nord-est et les Arvernes au sud-ouest. Les Lingons étaient leurs alliés au nord.

      Ils étaient régis par un chef électif, le vergobret.

      Ils ont formé avec plusieurs peuples voisins qui étaient clients ou tributaires, une puissante confédération, rivale de celle des Arvernes.

      Les Romains firent, dès le ier siècle av. J.-C., alliance avec eux, et le Sénat romain les proclama frères de la république. Rome profita de la rivalité qui divisait les Éduens et les Arvernes pour intervenir dans les affaires de la Gaule et l’asservir plus facilement.

      Alliés des Romains, ils avaient appelé ceux-ci à leur secours devant la menace des Helvètes . Fournisseurs de contingents militaires à César, ils se rallièrent tardivement (et non sans réticences) à Vercingétorix au cours de l’année 52 av. J.-C..



  • #1346521

    Si ça continue on va arriver à 6 millions avec ces parpaillots flamands. Qu’ils trouvent les cadavres de 150.000 guerriers et on en reparlera.
    Il est vrai que pour l’intendance des armées de centaines de milliers de combattants cela faisait de la viande pour les survivants, non ?
    Dans notre coin on cherche toujours les champs catalauniques, là où l’on mit une branlée à Attila ….. qui envahit ensuite l’Italie… Il y a des jours où l’on a le droit de se marrer un bon coup.

     

    • #1347335

      Merci, j’attendrais aussi de voir les 150000 squelettes avant de gober ce poisson la. J’ai toujours eu le même picotement typique de la sensation de se faire enfler quand on nous vendait les chiffres des massacres antiques ou médiévaux en cour d’histoire.


  • Et s’il fallait aussi revisiter l’Histoire jusqu’aux temps de Jules César ?
    Et si Jules César avait été un bon souverain, jalousé, calomnié, comme certains historiens commencent à l’envisager ?
    Et si, en allant jusqu’au bout de l’idée, Jules César était le personnage historique de Jésus Christ dont les historiens classiques ne trouvent aucune trace en Judée ?
    Il offrait des repas à la population (des petits pains ?)
    Il était respecté des Juifs.
    Il semble qu’une comète soit apparue à sa naissance, et même à sa mort.
    Il a été déifié après sa mort par la population...
    Nous avons bien eu Hugo Chavez, et maintenant Poutine, ou à notre échelle Alain Soral, qui ont cessé de tendre l’autre joue...