Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Qui a tué Jésus ?

Depuis deux siècles, les historiens académiques interprètent l’histoire tragique de Jésus comme un épisode de l’affrontement entre les juifs et les Romains. Mais leur exégèse critique des Évangiles focalisée sur la judéité de Jésus et sur la culpabilité des Romains ne peut occulter le fait que les quatre évangélistes présentent les juifs (Pharisiens, Sadducéens, Hérodiens, et Judéens en général), et non les Romains, comme les ennemis mortels de Jésus.

 

 

Leur version des faits est sans ambiguïté : les élites représentatives juives ont livré Jésus aux autorités romaines en le dénonçant comme un dangereux séditieux fomentant la révolution pour s’instaurer « roi des Juifs ». Ponce Pilate ne trouve aucun fondement à cette accusation ; bien que notoirement peu porté à la clémence, il est réticent à condamner Jésus, car « Il se rendait bien compte que c’était par jalousie que les grands prêtres l’avaient livré » (Mc 15.10). Lorsque Pilate s’adresse directement à « la foule » pour proposer de relâcher Jésus, ce sont « les grands prêtres » (une élite composée de quelques grandes familles sacerdotales) qui « excitèrent la foule à demander qu’il leur relâchât plutôt Barabbas » (15.11). En résumé, c’est bien Pilate qui « après avoir fait flageller Jésus, le livra pour être crucifié » (15.15), mais le récit évangélique établit clairement l’ordre des responsabilités : les élites juives veulent la mort de Jésus mais, n’ayant pas juridiction pour cela, montent la foule contre lui et forcent la main à Pilate. Cela justifie le raccourci qu’emploie Paul lorsqu’il écrit aux Thessaloniciens que les juifs « ont tué le Seigneur Jésus » (1Th 2.15), ou encore Pierre évoquant, devant le Sanhédrin, « Jésus Christ le Nazaréen, celui que vous, vous avez crucifié » (Ac 13.26).

Ce récit évangélique confirmé par Paul a été battu en brèche par la critique historique moderne. Les évangélistes, nous dit-on, auraient chargé les juifs pour plaire à Rome, en présentant leur Christ comme un ami de Rome, innocent des charges pour lesquelles il fut crucifié ; pour la même raison, les évangélistes auraient également innocenté Pilate de cette erreur judiciaire en inventant la scène où il s’adresse à « la foule », une scène que les historiens jugent peu crédible. Les évangélistes, et Paul davantage encore, auraient ainsi fondé sur un mensonge l’antisémitisme chrétien. Dans Who Killed Jesus ? par exemple, John Dominic Crossan entend « dévoiler les racines de l’antisémitisme dans le récit évangélique de la mort de Jésus [1] ».

La thèse n’est pas sans argument : il est indéniable que le récit évangélique blanchit Jésus de toute sédition contre Rome, et il est certain que, ce faisant, il blanchit un peu trop Pilate de toute hostilité envers Jésus (une tradition apocryphe s’appuyant sur Mt 27.19 lui donnera comme épouse « sainte Procula » et prétendra que Pilate lui-même se serait converti). Tout ce que l’on sait de Pilate et de son administration contredit ce portrait : usant sans ménagement de la crucifixion, il fut démis par son supérieur le légat de Syrie Vitellius, et convoqué devant l’empereur Tibère pour répondre des accusations des juifs et des Samaritains contre son gouvernement tyrannique.

La scène où Pilate offre à la foule le choix entre Jésus et Barabbas est peu crédible, et il est tentant de l’expliquer par la récriture d’un récit originel dans lequel Jésus et Barabbas ne faisaient qu’un ; en effet, Barabbas signifie en araméen « fils du Père » (Abba est la façon dont Jésus s’adressait à Dieu, par exemple en Mc 14.36, pour le supplier de lui « épargner cette coupe ») et, de surcroît, certains manuscrits le désignent comme « Jésus Barabbas », soit Jésus fils de Dieu [2] ; selon cette hypothèse, la foule aurait réclamé en vain la libération de Jésus, mais Marc, suivi par Matthieu et Luc, aurait transformé la scène à l’avantage de Pilate. Mais il faut alors noter qu’il préserve l’irresponsabilité de « la foule » en déclarant qu’elle a été manipulée par les « grands prêtres ». Dans un cas comme dans l’autre, la responsabilité de la mort de Jésus est imputée aux élites sacerdotales de Jérusalem.

 

 

L’analyse historico-critique des Évangiles est un domaine parfaitement légitime de la science historique, qui soumet ces textes aux mêmes tests que toute autre source historique, et qui bénéficie dans ce cas précis de l’avantage considérable d’avoir quatre versions interdépendantes (trois si l’on se contente des Évangiles dits « synoptiques ») ; cela permet de faire des hypothèses assez solides sur les couches rédactionnelles successives [3]. On ne peut donc raisonnablement rejeter en bloc tout questionnement sur la fiabilité historique des Évangiles. La question, ici, est de savoir si le récit évangélique est foncièrement mensonger, ou simplement schématique, s’il inverse la réalité ou l’exagère simplement. Y a-t-il des raisons objectives de mettre en doute la thèse évangélique du complot des élites judaïques ? Cela reviendrait à adopter la thèse des élites juives décrites dans l’Évangile, selon laquelle Jésus était bel et bien un séditieux antiromain, un prétendant à la royauté. Nous sommes bel et bien ici dans la situation de choisir entre deux thèses : une thèse complotiste et réputée antisémite défendue par les évangélistes (qui sont juifs, rappelons-le), et la thèse politiquement correcte s’en tenant à la responsabilité matérielle des Romains dans l’exécution par crucifixion.

D’un point de vue historique, le récit évangélique me semble parfaitement plausible dans ses grandes lignes. Rien, sinon le « politiquement correct », ne justifie de le récrire à l’envers. Il est d’autant plus crédible qu’il correspond à une situation qui se reproduisit souvent dans les deux premiers siècles de notre ère. Tertullien, Justin, Origène et Eusèbe affirment que les juifs incitent à la persécution des chrétiens et les dénoncent aux autorités sous des accusations calomnieuses, comme celle de manger des enfants égorgés dans des réunions nocturnes ; « les Juifs étaient derrière toutes les persécutions des chrétiens », affirme saint Justin (vers 116) [4]. Que Jésus ait été victime des mêmes méthodes est donc assez vraisemblable.

De plus, supposer que les évangélistes ont falsifié cette partie de l’histoire oblige à supposer qu’ils ont totalement dénaturé le sens du ministère de Jésus. Car jamais, selon le récit évangélique, Jésus ne s’en est pris aux Romains ou à l’autorité de Rome. Lorsque des pharisiens et des hérodiens le questionnent, avec l’intention de le piéger, sur ce qu’il pense de l’impôt exigé par Rome, Jésus répond en exhibant le portrait de l’empereur sur une pièce romaine : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mc 12.17), ce qui est une façon claire de prendre ses distances par rapport aux mouvements de révolte contre l’autorité et la fiscalité romaines. Dans cette scène, ce sont bien les autorités juives qui complotent contre Jésus en cherchant un moyen de le dénoncer aux Romains. La scène est parfaitement crédible, et le caractère mémorable de l’esquive de Jésus évident.

 

 

Il convient de comparer cet épisode à un autre ayant également l’argent pour thème central : celui où Jésus renverse les étales des changeurs et marchands du Temple, les accusant de transformer le temple en « un repaire de brigands » (Mc 11.17). L’activité principale des changeurs consistait à changer les pièces de monnaie variées légalement en cours, en la seule monnaie autorisée pour acheter les animaux du sacrifice et s’acquitter de l’impôt religieux : le demi-shekel. Ce trafic financier fort lucratif relevait du commerce de l’argent au même titre que l’usure, et donnait lieu à de nombreux abus. Ainsi, la seule violence à laquelle Jésus s’est laissé emporter ne fut pas contre les Romains, mais contre les institutions du Temple ; non pas contre l’impôt à Rome, mais contre les pratiques financières des juifs. Et c’est encore « les grands prêtres et les scribes » qui, voyant cela, « cherchaient comment le faire périr ; car ils le craignaient, parce que tout le peuple était ravi de son enseignement » (Mc 11.17-18).

Pour contextualiser cet épisode, il faut savoir que les premières banques de dépôt furent les temples, car c’étaient des lieux sûrs bien gardés. Le contemporain de Jésus Philon d’Alexandrie, philosophe juif dont le frère Alexandre est directeur des douanes (alabarque) et banquier du roi de Judée Agrippa Ier, évoque un tel « dépôt au temple » dans son livre Contre Flaccus [5]. La vocation du Temple de Jérusalem à amasser les richesses est particulièrement marquée, et le Yahvé biblique a quelque chose de l’oncle Picsou lorsqu’il s’exclame, à travers le prophète Aggée (2.7-8) : « J’ébranlerai toutes les nations, alors afflueront les trésors des toutes les nations et j’emplirai de gloire ce Temple, dit Yahvé. À moi l’argent ! À moi l’or ! Oracle de Yahvé Sabaot (Yahvé des Armées) ! » Ou encore, en Josué 6, 19 : « Tout l’argent et tout l’or, tous les objets d’airain et de fer, seront consacrés à l’Éternel, et entreront dans le trésor de l’Éternel. » D’une certaine manière, c’est autant la Banque que le Temple que détruit symboliquement Jésus.

Son message est très souvent dirigé directement contre l’amour de l’argent qui gangrène la société juive de son temps : « Comme il sera difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le Royaume de Dieu » (Mc 10.23) ; « amassez-vous des trésors dans le ciel […] Car où est ton trésor, là sera aussi ton cœur » (Mt 6.20-21). Il est aussi dirigé contre le légalisme obsessionnel des pharisiens, qui bientôt donnera naissance au judaïsme rabbinique. La vision de Jésus du règne de Dieu parmi les hommes est à l’opposé, tant du règne de l’argent que du règne de la loi ; c’est le règne de l’Esprit descendu parmi les hommes, et accueilli par eux inconditionnellement. Ses disciples expliqueront plus tard que sa mort était nécessaire pour qu’il envoie l’Esprit saint (Paraclet), dès lors plus ou moins confondu avec le Christ ressuscité devenu « esprit vivifiant » (1Co 15.45). Mais il est peu probable que Jésus fît reposer cet espoir sur son propre sacrifice. L’Esprit saint est pour lui une réalité qui éclot dans le cœur des hommes pour se réaliser socialement, dans une convivialité qui brise les barrières érigées par la loi au nom de la pureté : « ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme ; mais ce qui sort de sa bouche, voilà ce qui souille l’homme » (Mt 15.11).

Rien n’exprime mieux la progressive maturation du Règne que les paraboles « organiques » de Jésus selon Marc, reconnues comme parmi les plus certainement authentiques des logia : « Le Règne des Cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est bien la plus petite de toutes les graines, mais, quand il a poussé, c’est la plus grande des plantes potagères, qui devient même un arbre, au point que les oiseaux du ciel viennent s’abriter dans ses branches » (Mc 4.30-32). Il n’y a aucune place pour la lutte armée contre Rome dans ce programme.

L’ennemi numéro un du Christ est bien le judaïsme, dans ses composantes sacerdotale-financière, pharisienne-puritaine et zélote-antiromaine (dans l’ordre). Et tout concourt à confirmer que Jésus fut victime d’un complot des élites juives de Jérusalem, qui se sont arrangées, par des « faux témoignages » et des citations sorties de leurs contextes (Mt 26.59-61), pour faire éliminer par les Romains un pacifiste opposé à leur chauvinisme antiromain (et antisamaritain, voir Lu 10.29-37). En le dénonçant comme un ennemi de Rome, ces élites juives ont de surcroît voulu donner des gages de leur loyauté aux autorités romaines, avec une hypocrisie machiavélique. Mais en même temps, faire crucifier par les Romains un prophète aimé du peuple signifiait exacerber le sentiment antiromain que Jésus avait au contraire tenté d’apaiser. Dans leur arrogante confiance en Yahvé, ils attireront finalement sur eux la destruction que Jésus voyait venir. Deux siècles de critique historique biaisée ne pourront effacer cette vérité évangélique.

Notes

[1] John Dominic Crossan, Who Killed Jesus ? Exposing the Roots of Anti-Semitism in the Gospel Story of the Death of Jesus, HarperSanFrancisco, 1995.

[2] Keith Elliott et Ian Moir, Manuscripts and the Text of the New Testament, T&T Clark, 1995, p. 65.

[3] Voir par exemple Marie-Émile Boismard, L’Évangile de Marc, sa préhistoire, Gabalda, 1994.

[4] Martin Peltier, L’Antichristianisme juif. L’enseignement de la haine, Diffusion Internationale Édition, 2014, p. 38-49 ; Michael Jones, The Jewish Revolutionary Spirit and its Impact on World History, Fidelity Press, 2008, p. 68.

[5] Joseph Mélèze-Modrzejewski, Les Juifs d’Égypte de Ramsès II à Hadrien, PUF, 1997, p. 232.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

96 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1157316
    le 05/04/2015 par rationnaliste
    Qui a tué Jésus ?

    Quand finira-t-on par admettre, sur E&R, qu’un personnage, NE D’UNE VIERGE, n’appartient pas à l’histoire rationnelle, telle qu’elle fut inventée par Hérodote il y a 25 siècles, mais à un type de récit antérieur à Hérodote, farci d’interventions "divines" et de "miracles" ?...

     

    • #1157495
      le 05/04/2015 par 3888
      Qui a tué Jésus ?

      L’histoire fut inventée non par Hérodote (ce ne ferait pas 25 siècles révolus) mais par Thucydide (environ 24 siècles). Hérodote n’était nullement un esprit scientifique !

      É&R n’a jamais dit que Jésus était né d’une vierge (la rupture de l’hymen n’est d’ailleurs pas nécessaire à la procréation), et pour discuter du message de Jésus il n’est pas plus nécessaire de croire en l’éternelle virginité de Marie qu’il n’est besoin de croire que César est né par césarienne pour étudier sa vie.

      Si votre volonté est en fait de prêcher que Marie, au contraire de ce que disent chrétiens et musulmans, n’était pas vierge quand naquit Jésus, alors je vous laisse ici : il vous restera ensuite à détruire toutes les autres religions de ce monde, y compris la prétendue "laïcité", en prouvant l’impossibilité des miracles.


    • #1157716
      le 06/04/2015 par stef1304
      Qui a tué Jésus ?

      Douter de l’historicité de Jésus, c’est facile.
      Mais prendre le temps de vérifier la dimension d’historicité du personnage, cela demande un peu de travail de lecture ou de visionnage, mais au moins, cela évite de croire à des bêtises dépassées.

      Ps - cette dimension d’historicité se trouve établie indépendamment de la foi (qu’on soit pour ou contre)


    • #1157793
      le 06/04/2015 par big boss phantom pain
      Qui a tué Jésus ?

      Cela ne change rien à l’impact qu’il a eu sur notre humanité .


    • #1157806
      le 06/04/2015 par big boss phantom pain
      Qui a tué Jésus ?

      Il nous a tous de prés ou de loin influencés dans notre vie et notre façon de concevoir les options de chaque instant et ce même si c’est un personnage fictif.


    • #1157911
      le 06/04/2015 par utopien converti
      Qui a tué Jésus ?

      Et quand , dans un commentaire, on ne prend aucun recul humble face à ce que vous pensez ""savoir"" des sujets dont vous niez la possibilité !? ,et dont très certainement vous n avez probablement pas lu en chercheur Objectif , ou alors parcourue dans le seul but de trouver un prisme de delegitimation. Et renforcé une conviction déjà établie - Comment vous dire ? ; moi athée jusqu’à 40 ans car bon élève de la doxa républicaine, lorsque moi même ai assimilé la dimension mensongère et subversive des enseignement académique tout orientée à l athéisme Darwinien ( souvent la base de vos croyances) , la plus évidente chose à en retiré est que nos propres opinions ou mode de penser sera biaisé puisque pour nous tous basé sur ces enseignements tronqués, et donc à qui veut enfin tenter de comprendre devra desaprendre pour réapprendre sur d’ autres fondements que l approche des savoirs inculqué par ceux qui sont l ennemi des peuples et rentiers du mensonge !!?? Et enfin pour ce qui concerne les textes eux même : si vous n y comprenez rien sachez que même les ’’croyants’’ pas suffisamment sincères ou attachés à la bonne connaissance, eux même ne pourront comprendre, il est amplement décrit tout et + , même le fait que seul les coeurs sincères et non aveugler par les biens terrestres pourront accéder aux profondeurs et sagesse de la vérité ’’biblique’’ . terme general concernant tout textes sacrés) , bien à vous Frère en humanité, je ne vous mépriserais pas, vous souhaite le meilleur même si vous me derestiez, c’est cela aussi la vraie direction spirituel .


    • #1157972
      le 06/04/2015 par Samir34
      Qui a tué Jésus ?

      C’est fatiguant, c’est démoralisant de constater toute l’arrogance et l’ignorance de ce genre de propos ! J’ai 3 questions :

      - Qui a fixé l’intensité de la gravité, de l’interaction forte et faible et de l’electromagnétisme, car si elle ne divergaient que de 1 pour 10000 la vie ne serait pas apparue ?
      - Qu’est ce que la matière ? Un arbre est composé d’atomes, un atome est composé de protons, neutrons, et electrons, un proton est composé de quarks et ? On sait que les quarks et les electrons sont des particules elementaires c’est a dire composé d’aucune autres particules, alors de quoi est fait un electron ? D’énergie ? Mais cela est un mot, qu’est ce que l’energie, qu’est ce qu’un photon ?

      Qu’est ce que la matiere noire ?

      Ce qui est affligant est que les 99% des rationalistes ne connaissent strictement rien à la science sauf ce que Jamie et son pote leur a dit ! Meme les chercheurs en tranhumanismes abandonnent leurs recherches depuis quelques années car ils ont compris que le biologique est impossible a comparé à une machine, même nanotechnologique !

      Savez vous au moins que les derniers travaux en cosmologie admettent que l’Univers est le seul etre qui existe par lui-meme (parler d’avant big bang n’ayant aucun sens puisque le temps est né avec lui, il n’ y a donc pas d’avant), comme la doctrine catholique explique que Dieu est le seul etre qui puisse exister par lui-meme.

      Bref, vous racontez n’importe quoi, il est historiquement prouvé que JC a existé c’est un fait ! Qu’il ait marché sur l’eau est de l’ordre de la foi mais nier son existence est stupide.

      Le genre de personne que vous etes me fatigue car si vous aviez grandi dans une société religieuse vous seriez totalement fanatique, comme vous etes un rationaliste ayant grandi dans une société libérale, veuillez sortir de l’etat de minorité dans lequel vous vous trouvez, il suffit !


    • #1157983
      le 06/04/2015 par Simone Choule
      Qui a tué Jésus ?

      C’est une association trans-courant et la parole du Christ n’est pas incompatible avec des idées anti-capitalistes et la charité envers les pauvres. Et la rationalité n’est pas non plus incompatible car de St Augustin (Aristotélicien) à St Thomas d’Aquin, le Logos Grec a été magnifié dans la parole du Chist (essayez d’inverser la parole du Christ pour voir). De plus un peu de surnaturel, d’exceptionnel, de magie ne peut pas faire de mal dans un monde matérialiste si gris et si prosaïquement animal.


    • #1158067
      le 06/04/2015 par stef1304
      Qui a tué Jésus ?

      @Simone Choule
      "un monde matérialiste si gris et si prosaïquement animal".

      Oui pour le monde monde matérialiste si gris et si prosaïque...

      Mais non, sur la dimension animale... En effet, la relation que nous entretenons à nos instincts n’a plus rien de spontané, d’organique et d’animal justement (cf. lettre à un jeune poète de Rainer Maria Rilke, il en parle très bien et c’est un des plus grands poètes de langue allemande).

      La réduction de notre nature mammifère à la "pulsion" utilitaire/consommée est une erreur fondatrice et un détournement utile au système économique. D’ailleurs, assimiler l’orgasme à une "petite mort" (cf. Lacan & co), plutôt qu’à l’aspiration profonde de l’animal social à la communion des âmes, des coeurs et des corps est d’une grande veulerie... typique de vieux mâles cyniques, habitué à se soulager chez les putes, ou à se stimuler avec de petites étudiantes de passage, excitée par la posture du maitre.

      Cette réduction "ad pulsionem" s’accompagne en fait d’un assèchement de l’âme et du coeur. Et donc d’un aveuglement progressif sur les aspirations de notre nature profonde qui s’exprime qu’à travers la résonance coeur/corps/esprit... qui elle a besoin de confiance et de vérité.

      A mon sens, c’est un des dispositifs social de césure de la relation corps/coeur/esprit, plutôt que d’éducation de la relation à soi/autrui/au monde. On y fait implicitement passer le message d’un corps instrument de consommation à dresser (libéral autoritaire) sinon utile pour consommer (libéral libertaire), plutôt que d’un corps partenaire de vie à écouter et à apprivoiser (cf. le petit prince et le renard de Saint Exupéry. C’est bien le renard qui demande à être apprivoisé,pas le petit prince).

      Cette conception a pour effet d’entretenir la guerre avec nous même et avec le partenaire. En d’autres termes, la vision actuelle, prosaïque et pornographique de l’animalité, n’est que masque et travestissement de notre nature profondément sensuelle, de la poésie qui l’habite/l’anime/la nourrit et à laquelle nous aspirons profondément.

      Bref, l’élan vital, organique et animal est à rapprocher du spiritus latin = le pneuma grec = le ruah araméen soit le souffle organique, et donc de la communion avec l’esprit sain ( qui souffle où il veut... et qui sait accueillir/aimer notre nature animale avec la compassion du coeur et la délicatesse de l’intelligence plutôt qu’à la consommer/caricaturer/stigmatiser...

      Bien @ vous


  • #1157317
    le 05/04/2015 par exégète
    Qui a tué Jésus ?

    Dans l’évangile selon St Matthieu il est clairement indiqué que les Juifs ont menacé Ponce Pilate de le dénoncer à l’empereur s’il ne mettait pas à mort un rabbi qui s’auto-proclamait "le roi des Juifs" et donc qui était un rebelle à l’autorité impériale . Chantage : "ou tu le crucifies, ou on te dénonce et au mieux tu perds ta place" .

     

    • #1159120
      le 08/04/2015 par Miville
      Qui a tué Jésus ?

      Non, non, jamais Pilate n’aurait toléré un tel geste de manipulation de la part d’une engeance qu’il exécrait, jamais en fait un être aussi snob n’en aurait daigné reconnaître en avoir entendu un seul mot, si bien que si de tels propos furent échangés entre lui et la foule juive c’était voulu et arrangé par lui et par ses agents, ce que le texte évangélique montre fort bien. Une foule en rut qui ne contrôle pas ses émotions, comme la meute communautaire réclamant la mort de Jésus, est toujours téléguidée par celui qui la méprise avec le plus de flegme et souvent fait mine de la contenir dans ses débordements violents une fois bien déchaînée.

      Pilate savait par ailleurs se faire obéir des foules en tout genre en usant d’un savoir surtout occulte (les religions dites païennes n’étaient pas composées que de fables pour le peuple mais aussi d’outils puissants pour les bons entendeurs rusés), c’était la qualification première pour son genre d’emploi. Ces gens avaient le sens et la science très exacte (aujourd’hui apanage des maçons) du théâtre grec et du cirque romain.

      Pilate avait décidé du sort de Jésus depuis longtemps, et voyant que le type était un héros tragique de modèle sans doute frisant la perfection, décida de faire d’une pierre deux coups, de l’utiliser au mieux pour humilier, pour sodomiser de la belle manière le peuple qu’il administrait : en faire une digne plèbe de cirque romain, ivre de voir couler toujours plus de sang innocent. C’est de cette manière que toutes les populations de l’empire étaient soumises, par le devoir de hurler avec les loups en rond contre les victimes désignées par le pouvoir, c’est de cette même manière que les mafias sud-italiennes procèdent toujours, en commandant l’enthousiasme d’applaudir à leurs crimes et pour les plus privilégiés d’avoir droit de les réclamer. L’archéologie montre bien que Pilate fut toute sa vie durant dépourvu du moindre trait de compassion ou d’honnêteté.

      Le "pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font" s’appliquait uniquement aux très nombreux désinformés dans l’affaire qui croyaient sincèrement, juifs ordinaires ou soldats romains, mettre à mort une sorte de Ben Laden, trouvé tout exprès pour eux. Il ne s’appliquait pas à Pilate, pas aux ingénieurs romains du coup, non plus qu’aux menteurs professionnels composant l’assemblée nationale juive du temps.


  • #1157324
    le 05/04/2015 par Bomek
    Qui a tué Jésus ?

    Oui, je plussoie : l’assassinat de Jésus après des procès bidons est bien le fruit d’un complot des élites juives.

    Mais je ne plussoie pas sur un point récurrent ici : l’opposition entre, d’une part, Yahvé (Jéhovah, YHWH) et, d’autre part, Jésus... C’est comme si on avait besoin obsessionnel de cette opposition entre le Père et le Fils pour séparer les juifs des chrétiens... Jésus était proche de son père, il le priait tout le temps, il avait pleine confiance en lui.

    Ce n’était donc pas une arrogante confiance de qui que ce soit en Yahvé, le problème. Le problème, c’était ces élites qui étaient supposées représenter Yahvé ici bas et qui piétinaient sa loi au nom de leurs propres traditions orales pour leurs propres intérêts. Ils piétinaient la loi divine volontairement : ces hypocrites, fils de serpents, n’échapperaient d’ailleurs pas au jugement de la géhenne, d’après Jésus.

     

    • #1157538
      le 05/04/2015 par Druide
      Qui a tué Jésus ?

      Yahvé n’est point le dieu Père, il est le dieu national des anciens Hébreux (d’où leurs commandements racistes et ultraviolents) ! Le Christ, le Fils de Dieu, vient directement du Père, il est donc supérieur à Yahvé car celui-ci n’est pas le Père. Yahvé n’était qu’un reflet déformé, lunaire-sémitique, annonçant la venue de la lumière solaire du Christ. Après le meurtre du Christ par les juifs, le gardien du judaïsme est le Juif Errant, une entité démoniaque ! Le retour au principe de Yahvé de nos jours est la source des problèmes actuels liés au racisme et au nationalisme haineux, et ce principe ne s’exprime pas que chez les juifs mais chez tous les peuples qui se croient supérieurs et "Élus de Dieu", destinés à étendre leur empire en détruisant ou en soumettant les autres peuples (ex : l’exceptionnalisme américain).


    • #1157977
      le 06/04/2015 par Samir34
      Qui a tué Jésus ?

      @Druide :

      Moi non plus je ne comprends pas vos propos, les juifs étaient le peuple élu de Dieu mais ses élites l’ont bafoué, cela ne remet pas en cause le fait que Yahvé (qui n’est qu’une traduction pour Dieu, comme Allah) soit le Dieu des juifs et des hommes ! La nouvelle alliance a admis tous les hommes en tant "qu’élus" alors je ne vois pas pourquoi vous différenciez Yahvé du Père (ou d’Allah), on est pas chez les grecs il n’ y a pas 15 dieux !


    • #1157993
      le 06/04/2015 par Miville
      Qui a tué Jésus ?

      YHWH, c’est tout simplement le son de la respiration libre : Yah ! (inspiration) - Aah ! (rétention) - Whhh (expiration) - Euh ! (repos). Il ne s’agit donc en l’invoquant que de se concentrer sur son propre souffle. Le texte est on ne peut clair : dès que le mot YHWH apparaît, le mot Ruëh (souffle) n’est jamais très loin. D’où le fait qu’on ne puisse pas vraiment prononcer le mot avec des voyelles, à moins de se laisser aller à des grognements, auquel cas la première voyelle est plutôt un aah comme dans atchoum !, son indiqué par la voyelle patah ("ouvert"), et la seconde plutôt un euh comme dans meuh ! ou dans chleuh (pas un eh comme dans eh !), son indiqué par la voyelle shewa ("creux"). Autrement dit, la lecture de ce texte d’un point de vue de conquête du monde par une secte ou une autre abreuvée des bons slogans est une supercherie absolue, et pour faire triompher laquelle il a fallu faire des efforts millénaires et désespérés pour interdire au peuple et égarer pour soi-même aussi ce mantra de respiration libre, le plus élémentaire et universel de tous les yogas. Les promesses de maîtrise éventuelle de tout l’univers et de bienveillance envers soi des hommes et des animaux les plus méchants décrites par Isaïe sont rigoureusement les mêmes que Patanjali fait aux praticiens de son yoga : pour les mériter il faut d’abord renoncer à ses appétits et à ses biens mondains, comme l’ont fait tous les auteurs de ces textes. Il n’y a pas d’autre peuple élu que celui qui se met à l’écoute de sa respiration, et réserve des temps où il ne fait que cela.

      Que vient faire Jésus dans tout ça ? D’abord son nom est Y-eh-Shhh-Whhh-Aaaaëuh, le Shh du milieu indique une rétention forcée, méditative du souffle dans ses poumons, et non plus libre, avec une expiration plus volontaire jusqu’au plus creux des poumons (le ë final comme dans oeil), c’est le pranayama, ce n’est pas du tout le souffle libre mais c’est cet exercice qui à la longue entraîne à respirer mieux. De plus le personnage historique Jésus, bien plus encore que contre les changeurs, chargeait contre les intellectuels, les adorateurs du mental, les représentants de ce qui fut toujours le plus opposé au souffle : l’intellect discursif cher aux dialecticiens et aux avocats.

      Jésus représentait un courant juif plus ancien qui interdisait à ce peuple tous les métiers intellectuels (dont l’astrologie, non qu’elle fût fausse, mais spéculative) : c’en fut trop pour la nouvelle élite sophistiquée.


    • #1160182
      le 10/04/2015 par Druide
      Qui a tué Jésus ?

      Augustin reconnaissait que le christianisme originel existait déjà chez les païens dont la mission était de préparer la venue du Sauveur Christ. Un fait que Paul avait déjà révélé avant lui. Avant de prendre un corps humain en la personne de Jésus, l’être cosmique du Christ est apparu aux hommes sous forme de "nuages" de "colonnes de feu" et de "buisson ardent". La lettre de Paul aux Corinthiens, chapitre 10, 1-4, le dit expressément : " Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu’ils ont tous passé au travers de la mer, qu’ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, qu’ils ont tous mangé le même aliment spirituel, et qu’ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ."

      Le Christ préchrétien a guidé les Juifs hors d’Égypte - Moïse suivait le Christ - et sous diverses formes (Ahura-Mazda en Perse) il a également guidé les autres cultures pré-chrétiennes.


  • #1157327
    le 05/04/2015 par agnostique
    Qui a tué Jésus ?

    Un chrétien c’est celui qui, lorsqu’il est malade, fait une prière à Jésus , le Sauveur Universel, pour qu’il le guérisse . Vous en connaissez beaucoup ? Au Moyen-Age, quand l’Eglise empêchait tout progrès médical, ça se faisait, mais aujourd’hui les soi-disant "chrétiens" ne pensent même plus à Jésus quand ils sont malades, ils font venir le médecin : l’homme de science a remplacé le prétendu "homme de Dieu", la science est la religion inventée par l’homme blanc, infiniment supérieure à la vieille imposture-escroquerie juive, la charlatanerie "évangélique"...

     

    • #1157604
      le 05/04/2015 par Pierre
      Qui a tué Jésus ?

      "Au Moyen-Age, quand l’Eglise empêchait tout progrès médical", écrivez-vous !
      Où êtes-vous allé chercher une stupidité pareille ? L’Eglise n’a jamais empêché les progrès médicaux ; j’en veux pour preuve l’Ordre des Chevaliers de l’Hôpital, par exemple, dont descend actuellement l’Ordre de Malte, qui a révolutionné la médecine sur le champs de bataille, en créant la caraque Santa Maria, le premier navire hôpital de l’époque, sans parler de ce qu’ils ont réalisé dans la chirurgie, tous les hôpitaux créés et dirigés par l’Eglise, les soins apportés aux pauvres, aux démunis ("Tuitio Fidei et Pauper Obsequiuum" : pour la défense de la Foi et le Service aux Pauvres).
      Je refuse, oui je refuse d’entendre que l’Eglise s’est opposée aux progrès médicaux ! C’est faux ! On oublie trop souvent qu’en Europe, après la chute de l’Empire Romain, c’est grâce à l’Eglise, aux monastères, que le savoir s’est conservé et diffusé à travers toute la chrétienté, grâce, notamment aux moines copistes, puis aux écoles, à l’enseignement donné par l’Eglise !
      D’où le fait que les gens avaient une plus grande culture religieuse et sociale que maintenant, et le fait qu’ils n’avaient pas l’Iphone 6 ne fait pas d’eux pour autant des imbéciles incultes vivants dans les ténèbres !
      Tordons le cou à ces idées préconçues imbéciles sur le "Moyen-Age obscurantiste" une bonne fois pour toutes !


    • #1157664
      le 06/04/2015 par Bomek
      Qui a tué Jésus ?

      Un chrétien, c’est un partisan de l’enseignement du Christ.
      Quand il est malade, le chrétien va voir son toubib.
      Enfin, perso, c’est ce que je fais, hein...


    • #1157809
      le 06/04/2015 par ole
      Qui a tué Jésus ?

      Le saviez-vous ?

      Saint Thomas d’Aquin recommandait les bains.
      C’est à partir de la Renaissance qu’on a affirmé que le bain d’eau chaude, dilatant les pores, permettait aux miasmes d’entrer dans le corps.


    • #1158713
      le 07/04/2015 par PL
      Qui a tué Jésus ?

      " Au Moyen-Age, quand l’Eglise empêchait tout progrès médical "

      — -
      L’Église empêchait tellement le progrès médical et scientifique qu’elle a créé toutes les facultés de médecine comme Bologne ou Montpellier, qu’elle a aussi fondé les universités, l’enseignement primaire et secondaire.

      L’Église était tellement contre le progrès scientifique qu’elle a eu des papes comme par exemple Gerbert d’Aurillac (Sylvestre II), mathématicien inventeur des suites harmoniques, de l’échappement pour les pendules, des règles d’opérations, etc.., et que tous les grands savants controversés étaient des moines comme Copernic ou Galilée.


    • #1160849
      le 10/04/2015 par Vent Couvert
      Qui a tué Jésus ?

      « Au Moyen-Age, quand l’Eglise empêchait tout progrès médical »



      Monsieur a bien retenu son histoire républicaine.


  • #1157354
    le 05/04/2015 par Marie59
    Qui a tué Jésus ?

    Ce serait bien trop commode de rejeter ainsi la faute sur les Juifs ! Nous ne serions, alors, pas mieux que Ponce Pilate, qui s’en lava les mains...

    Ne nous leurrons pas, c’est nous les chrétiens, qui en portons la plus lourde responsabilité : comme ce furent les pêcheurs eux-mêmes qui furent les auteurs et les instruments de tout ce qu’endura le Christ, aujourd’hui encore, c’est nous, les chrétiens qui retombons dans nos péchés, qui le crucifions à nouveau. Et, il faut le reconnaître, notre crime à nous, dans ce cas, est bien plus grand que celui des Juifs. Car, eux, au témoignage de l’Apôtre, "s’ils avaient connu le Roi de gloire, ils ne l’auraient jamais crucifié" (1Co : 2,8)
    Puisque ce sont nos crimes qui ont fait subir à Notre-Seigneur Jésus-Christ le supplice de la croix, à coup sûr ceux qui se plongent dans les désordres et dans le mal "crucifient de nouveau dans leur coeur, autant qu’il est en eux, le Fils de Dieu par leurs péchés et le couvrent de confusion" (He 6,6). Nous, au contraire, nous faisons profession de Le connaître. Et lorsque nous Le renions par nos actes, nous portons en quelque sorte sur Lui nos mains meurtrières (Catechisme romain 1, 5, 11).

    Et les démons, ce ne sont pas eux qui l’ont crucifié ; c’est toi qui avec eux l’as crucifié et le crucifies encore, en te délectant dans les vices et les péchés (S. François d’Assise, admon. 5,3).


  • #1157364
    le 05/04/2015 par damien
    Qui a tué Jésus ?

    Bonjour
    permettez je vous prie que je nuance votre analyse.

    l’ennemi de Jésus ne sont ni les Romains ni les Juifs mais bien le père des mensonges (ie Satan) par qui la faute originelle est arrivée.
    Jésus ne rejette personne, encore moins les "pécheurs" ; il a demandé à son Père le pardon et s’est sacrifié pour toute l’humanité.

    Quand les Juifs durant le procès ont dit : "que son sang soit sur nous", ce n’est pas une malédiction mais au contraire, malgré eux, leur sanctification (cf. Symbole de sanctification du sang dans l’exode, Jésus qui a dit à la cène "le sang versé pour la multitude en rémission des péchés"). Comme les romains reconnurent malgré eux la messianité de Jésus ("salut à toi roi des Juifs", cf. Couronne d’épines).

    Jésus dénonce le mensonge pas les menteurs (cf. le fait que Jésus dîne avec les pharisiens prouve qu’il ne les rejette pas).
    il dénonce les hypocrites pour les exhorter au repentir par pour les condamner ("je ne suis pas venu pour condamner le monde mais pour le sauver").

    Jésus chasse les marchands du Temple, pas les juifs.

    les nombreux niveaux de lecture des Évangiles servent à nous identifier à chaque personnage selon notre vécu (nous sommes tour à tour le paralytique guéri puis le pharisien hypocrite puis la femme pécheresse puis pierre qui renie voire judas qui trahit, mais on devient le fils prodigue etc.)
    Jésus n’à jamais mit fin à l’Alliance ("je ne suis pas venu abolir mais accomplir les lois", St Paul dans Romain dit "la promesse de Dieu est irrévocable").
    Dieu ne blâme pas les Juifs car il est "lent à la colère et pleins de miséricorde". Accuser les Juifs de déicide c’est se condamner dans les ténèbres de la mort, car Jésus est mort à cause des péchés de tous les pécheurs de la Terre.

    Merci de cesser d"enfermer la parole de Dieu dans une interprétation qui inciterait au rejet se l’autre, prétexte pour cautionner la haine. St Jean à dit "comment espères tu aimer le Dieu invisible si tu n’aimes pas ton prochain qui est visible"

    Que celui qui a des oreilles entendent


  • #1157371
    le 05/04/2015 par Toutatis
    Qui a tué Jésus ?

    Le reproche principal que je fais aux humains, y compris et surtout à ceux qui se veulent membres d’une religion, est leur vision toujours matérialiste des événements, .
    La mission de Jésus fut d’abord et avant tout spirituelle et seule une analyse spirituelle en permet une lecture et une compréhension pleine et entière. Jésus est venu porter la Vérité ; je dirais même qu’Il était la Vérité. Or, que c’est-il passé ?
    L’Humanité, dans sa double composante, la religieuse (les Juifs) et la païenne (les Romains) a refusé la Vérité.Je ne doute pas qu’il en serait de même aujourd’hui. Il y a donc complicité tacite pour préférer le mensonge, la position personnelle, le pouvoir temporel à la Vérité, à l’humilité et à l’observance des Lois de la Vie. Rechercher un quelconque coupable historique est une absurdité matérialiste. Seul compte la question : "Dans ma vie, est-ce que je condamne, moi aussi, Jésus à la croix en préférant mes avantages et mon confort matériels à une remise en question spirituelle inconfortable mais salutaire ?"
    Toutatis


  • #1157377
    le 05/04/2015 par Sidious
    Qui a tué Jésus ?

    C’est très bien que ce site parle enfin de l’opposition entre l’ancien et le nouveau testament. Parce que j’ai l’impression qu’il caresse les religions "officielles" dans le sens du poil depuis trop lomptemps.
    J’en profite donc pour aller plus loin et parler de la croyance gnostique (du pays Cathare et de certains chrétiens de l’Egypte antique), selon laquelle le dieu de l’ancien testament n’était pas le même que celui du nouveau testament. Le dieu Yahvé est appelé "le démiurge", un faux dieu qui a créé un monde imparfait et qui cherchait à garder l’humanité en esclavage. Ce démiurge est en fait le diable, "le grand archonte", qui a pactisé avec Moïse et a exigé que son peuple fasse des guerres et des génocides, ainsi que des sacrifices. Jésus, qui représentait le vrai dieu, a dit aux juifs "Vous avez pour père le diable." (Jean 8:44).
    Quiconque a un jour lu l’ancien testament et a été choqué devrait se renseigner là-dessus. Effectivement, quand on lit certains passages, on ne reconnait pas du tout le dieu qu’on nous présente à l’église.

     

    • #1157529
      le 05/04/2015 par Faraway
      Qui a tué Jésus ?

      Ce qui est intéressant aussi avec les gnostiques, c’est qu’ils rejettent la résurrection physique et la "rumeur" du tombeau vide. Ils sont fidèles en cela à Paul, qui n’a jamais compris la résurrection de Jésus comme se rapportant à son cadavre.
      Selon certains historiens du christianisme (Walter Bauer, par exemple), les premiers chrétiens d’Alexandrie (où vivaient la moitié des Juifs du monde) étaient gnostiques, et l’orthodoxie est un développement secondaire bâtie sur les ruines des courants condamnés comme "hérétiques".


    • #1157612
      le 05/04/2015 par paramesh
      Qui a tué Jésus ?

      attention, le gnosticisme est une véritable déformation cabalistique du christianisme des premiers temps, en grande majorité alexandine et juive dans ses origines. le problème d’un Dieu juif ou non juif a été posée par un vrai chrétien, (un évèque) Marcion. là est la véritable origine du questionnement. Si la pensée de Marcion avait prévalu peut être que l’histoire du christianisme aurait été radicalement changée. Mais Marcion et ses fidèles se sont soumis. (très difficile de trouver des sources sérieuses sur internet, elles sautent les unes après les autres),
      le but du jeu étant de passer d’un Dieu légaliste à un Dieu d’amour. l’alliance contre nature du christianisme à l’état Romain (purement légaliste) en est certainement la conséquence qui nous donnera Borgia et Calvin (en réaction)


    • #1160176
      le 10/04/2015 par Druide
      Qui a tué Jésus ?

      Saviez-vous que c’est le vilain "hérétique" Marcion qui est à l’origine des expressions "ancien testament" et "nouveau testament" ? Cela vous surprend-il ?


  • #1157392
    le 05/04/2015 par listener
    Qui a tué Jésus ?

    Voilà une question ! Ce qui semble le plus certain, c’est que Jésus a fait l’objet, parce qu’il créait du trouble avec sa petite bande (la "montée" à Jérusalem où devait de produire selon ses prédictions, une parousie théophanique), d’une simple opération de la police romaine qu’il a été arrêté par elle et jugé par le procurateur qui seul a décidé de sa mise à mort comme il en avait le pouvoir.

    Mais les évangiles n’ont nullement le souci du vrai qui les dérange plutôt, et qui suinte tout de même et malgré eux de leurs récits : ils veulent justement contourner la réalité qui les gênait et qui devait être un souvenir assez bien ancré dans la population lorsqu’ils écrivaient (comme d’ailleurs le simple fait de sa mort ignominieuse et donc son échec, d’où la résurrection qui est l’escamotage du fait de sa mort). Car il s’agissait alors non plus de convertir les "juifs", mais plutôt les "gentils" et de se mettre bien avec les autorités romaines. Il est de fait que les évangiles tentent bien de dédouaner les romains et Ponce Pilate qui apparaît comme un honnête homme et accablent les juifs et leurs tribunal, le sanhédrin qui n’est sans doute pas intervenu. Les évangiles ont été rédigés après les faits alors que la rupture entre juifs et premiers chrétiens était presque totale. Les évangélistes donc "fayotent" les romains car leur préoccupation d’alors n’était pas l’exactitude historique. Ils étaient habités par une haine inouïe des juifs. Les évangiles sont tout imprégnés de cette haine. C’est ce qui explique tout et rend le récit du procès si compliqué alors qu’il tiendrait en une ligne. Il s’agit d’accuser les juifs et d’innocenter les romains (au moyen-âge, on a pensé sanctifier Ponce Pilate !)..

    Ce qui rend l’affaire encore plus curieuse, c’est que les juifs, au lieu de se défendre en disant qu’ils n’y étaient pour rien, ont accepté de prendre cela à leur compte, et se sont ainsi rendus encore plus odieux aux chrétiens. D’où la haine irréductible entre les deux sectes. Les juifs ont avoué ce qu’ils n’avaient sans doute pas fait et ont prétendu que Jésus méritait son supplice alors qu’il semble assez certain qu’il n’y ont aucune part.

    Lire à cet égard surtout le grand Loisy ("Les Evangiles Synoptiques") et Charles Guignebert ("Jésus". Collection Evolution de l’Humanité) et Robert Mordillat qui vient de faire un livre étonnant.

     

    • #1157638
      le 06/04/2015 par hahaha
      Qui a tué Jésus ?

      Les Evangiles ont été transcrits entre 33 et 100 après jc, or les romains ont martyrisés les chrétiens jusqu’à au moins 300 après jc, donc dire que les Evangiles ont été écrits pour se mettre en bonne grâce (d’autres dirait du marketing) me parait un peu léger, (Persécuteurs Néron, etc... faites vos recherches jusqu’à Constantin celui qui a arre^té la persécution)


  • #1157393
    le 05/04/2015 par amar rabah
    Qui a tué Jésus ?

    Quelques remarques : 1- Jésus n’est pas juif (thèse sioniste de BHL) mais aryen par sa mère , araméen , Cananéen donc palestinien ( thèse chrétienne de la Rose- Croix et thèse du Coran aussi qui ne parle jamais de la judéité de Marie la Vierge ) et fils de Dieu ( thèse chrétienne , reprise avec nuance par le Coran comme Immaculée Conception)
    2- c’est vrai que Jésus a été dénoncé par le Sanhedrin juif et exécuté sur leur insistance , , leur chantage et leur recommandation par les romains , mais cela ne veut pas dire que les générations juives ou italiennes sont responsables de ce crime , ni les juifs actuels ou la Juventus de Turin doivent quelque repentance à qui que ce soit ( comme l’exige l’aberration l’idéologique sioniste de BHL et d’Arno Karlsfeld et leurs épigones aux pauvres français , aux pauvres allemands et à la terre entière , concernant les destructions humaines de la 2eme guerre mondiale ... Pas plus que les français actuels ne sont coupables ou responsables ou doivent se repentir des crimes de l’armée française du 19 eme siecle ou du 20 eme siècle en Algérie ... en toute chose il faut être juste !!

     

    • #1157517
      le 05/04/2015 par Faraway
      Qui a tué Jésus ?

      1) Jésus était Galiléen, et la Galilée avait été convertie de force sous les Hasmonéens, quelques siècles plus tôt. Donc, d’une certaine manière, il n’est pas Juif, puisqu’à l’époque, Juif (ioudaios) signifie encore Judéen. Il est clair par ailleurs qu’il se sent proche des Samaritains, qui eux se considèrent comme israéliens et non judéens et rejettent le culte de Jérusalem.


    • #1157568
      le 05/04/2015 par zuleya
      Qui a tué Jésus ?

      Dsl mais c’est précisément la thèse des pharisiens et de leurs descendants talmudistes que de nier à jésus sa judeite. Et si les talmudo-sionistes nient à jésus sa judeite alors que lui même l exaltait, je préfère croire jésus.
      En particulier la parabole du bon samaritain est une preuve que jésus se considérait juif et voulait ouvrir le judaïsme sur l universel. La parabole parle d un voyageur juif qui a été dévalisé sur la route très usitée mais très dangereuse reliant Jérusalem à Jericho.
      Plusieurs juifs passent ( dont un rabbin ce qui montre le côté taquin de jésus. .. ) sans porter assistance à leur coreligionnaire gisant au bord du chemin. Passe un samaritain ( là il faut savoir que les juifs et les samaritains se haïssaient ce que tous les juifs qui écoutaient les sermons de jésus savaient et ils comprenaient donc immédiatement la " punch line" de cette histoire. ..) et pourtant celui-ci lui vient en aide, le soigne et lui offre l’hébergement. Plus tard il revient et prend de ses nouvelles.
      Cette parabole signifie que le meilleur peut exister chez "nos ennemis" et le pire peut se manifester en nous. C est une ode à l universalisme, à l abandon du tribalisme des juifs et c’est pour cela que jésus était haï de l’élite juive.
      Cette parabole n’a de sens qu en comprenant bien ce que représentaient les samaritains pour les juifs ( des mécréants indignes et dangereux) et que si jésus était juif et prêchait pour des juifs.
      Un autre exemple . Pourquoi un samaritain se serait trouvé au temple de Jérusalem pour la paque juive et en aurait chassé les marchands ?
      Il est étrange que la parabole du samaritain qui est pourtant limpide pour comprendre jésus, son origine et ses aspirations, soit systématiquement tordue et mal interprétée.
      Peut être n est ce pas étonnant après tout...Il vaut mieux pour ses ennemis que jésus soit incompris...


    • #1160862
      le 10/04/2015 par Vent Couvert
      Qui a tué Jésus ?

      Jésus descend de David et par sa mère et par Joseph.


  • #1157395
    le 05/04/2015 par agent 47
    Qui a tué Jésus ?

    A qui profite le crime ?


  • #1157398
    le 05/04/2015 par Bromélia
    Qui a tué Jésus ?

    Poser la question c’est rater le message évangélique.

    Pour comprendre les évangiles il faut adopter un axiome de croyant. Ce dernier, contrairement au dénégateur, distingue :
    1) Les connaissances basées sur les conjectures
    2) Les connaissances révélées

    Que disent les conjectures ?
    « Jésus est crucifié, il y a un coupable, cherchons-le » (le raisonnement de l’inspecteur de police)

    Que dis le Verbe (Vérité révélée) ?
    « Père pardonne-leurs ils ne savent pas ce qu’ils font »
    Il n’y a pas de coupable, la faute est rejetée sur le diable qui possède.

    Se baser que sur la conjecture et chercher un coupable humain c’est ne pas reconnaitre la vérité du Verbe et nier la rédemption.

    On peut aussi se référer au Coran où on a exactement la même opposition entre conjectures et vérité révélée.

    « … Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié ; mais ce n’était qu’un faux semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude : ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures »

    Les chrétiens qui cherchent des coupables sont autant à côté de la plaque que les musulmans qui inventent des histoires de sosie ou les juifs qui y voient de l’antisemitisme

     

    • #1157609
      le 05/04/2015 par robotech
      Qui a tué Jésus ?

      approche saine des événements concernant la vie de Jésus. Je pense comme toi !


    • #1157686
      le 06/04/2015 par dams
      Qui a tué Jésus ?

      "Poser la question c’est rater le message évangélique."

      Exact, pour un croyant, Jésus est divin et d’un battement de paupière si je puis dire, il aurait pu arrêter tout ça.

      Mais c’est sans compter que le Judaïsme vieux et le Christianisme, sont des religions d’alliance, dans une espèce de dialectique à ce moment le Père propose son agneau sur l’autel, sa nouvelle alliance.
      Certains l’ont refusé pour préserver le Temple, peu importe le Temple sera détruit et l’alliance sera faite avec d’autres.
      Alliance toujours vivante et en mouvement, car a priori il faut bosser pour le Royaume de Dieu et ici-bas ! même si il est aussi acquis dans l’Au-delà (c’est comme l’Apocalypse il faut la lire en 3 versions, personnelle, générationnelle et la fin).

      Après pour les cartésiens curieux, peut se poser les questions de l’articulation du truc, c’est ce qu’on appelle l’étude scientifique ... biblique. La Bible est pour le moment un des seuls textes sacrés qui a été étudié scientifiquement.
      Ailleurs, combien savent que le Coran a été fixé 2 siècles après sa révélation ?


    • #1157794
      le 06/04/2015 par Louis Delga
      Qui a tué Jésus ?

      Ne pas se poser de questions sur les faits impliquant celui que l’on vénère, c’est aussi devenir un mouton manipulable. La pensée critique est utile à tous les niveaux. Avoir la foi, oui, mais tout accepter sans réfléchir, non.


    • #1157885
      le 06/04/2015 par Bromélia
      Qui a tué Jésus ?

      A Louis Delga,

      Un raisonnement suit une méthode et implique une référence. Par exemple on fait de la géométrie en décidant que deux droites se coupent en un seul point. Une fois l’axiome défini, on ne peut poser une question dont une réponse possible contredirait l’axiome.

      Si je décide d’appeler « mammifère » les animaux à poils, la question « les plumes des mammifères sont-elles vertes ? » n’a pas de sens.

      Il est rapporté que Jésus a proclamé l’humanité innocente sur la croix.

      Si je prends comme axiome « Jésus dit vrai » :

      1) Comme les conjectures contredisent sa parole, elle peut être rangée dans la catégorie Vérité révélée
      2) La question « qui a tué Jésus » n’a pas de sens car y répondre contredit l’axiome

      Si je prends comme axiome « Jésus se trompe »

      1) Jésus n’est pas prophète, sa parole n’est pas Vérité.
      2) La question de qui a tué Jésus peut se poser, mais il ne peut à pas s’agir du meurtre d’un prophète car cela contredirait l’axiome

      Conclusion : peu importe l’axiome retenu, il est logiquement impossible d’accuser les hommes d’avoir tué un prophète qui a proclamé l’humanité innocente.


    • #1158014
      le 06/04/2015 par lucile
      Qui a tué Jésus ?

      Excellent raisonnement,Bromélia. Il me semble qu’il s’agit exactement du raisonnement qu’attend l’Eternel des serviteurs plein d’humilité !


  • #1157431
    le 05/04/2015 par ole
    Qui a tué Jésus ?

    Sans compter que la thèse des apôtres menteurs et antisémites se mange la queue :

    Où ces Juifs auraient-ils été pécher leur supposé antisémitisme ?
    C’est une explication qui n’éclaire rien et dont le seul but est de blanchir les autorités pharisiennes.


  • #1157472
    le 05/04/2015 par legrandsec
    Qui a tué Jésus ?

    Très beau papier, cela me donne envie de lire le nouveau testament. Merci à l’auteur.


  • #1157496
    le 05/04/2015 par frank
    Qui a tué Jésus ?

    lire a ce sujet les commentaires grandioses et eclaircissants de Rudolf Steiner sur les Saints Evangiles. Bonne lecture !!

     

    • #1157616
      le 05/04/2015 par Alex
      Qui a tué Jésus ?

      "Nommé Secrétaire général de la branche allemande de la Société Théosophique par Annie Besant, fondateur de la revue Luzifer (1904, renommée Lucifer-Gnosis) et de l’anthroposophie inspirant la pédagogie Steiner-Waldorf (près de 1,000 écoles dans le monde) Rudolf n’aura pu malheureusement voir l’UNESCO valider (1994) ses théories éducatives..."

      Il était également membre de l’O.T.O. (explicitement luciférienne) et de la Golden Dawn.


  • #1157573
    le 05/04/2015 par Frère Tuck
    Qui a tué Jésus ?

    Article intéressant mais encore une fois vous faites passer le Dieu des hébreux pour celui qu’il n’est pas, à savoir le Dieu des pharisiens et des saducéens.
    Comment peut-il annoncer dès le livre de la Genèse le moyen par lequel toutes les nations seront bénies, (à savoir Jésus) et d’un autre coté comme vous le représentez le Dieu de l’argent qui persécute les Chrétiens ???
    Je ne comprend pas cet aveuglement, ce manque de logique...

    "L’Ange de Yahvé appela une seconde fois Abraham du ciel et dit : Je jure par moi-même, parole de Yahvé : parce que tu as fait cela, que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable qui est sur le bord de la mer, et ta postérité conquerra la porte de ses ennemis. Par ta postérité se béniront toutes les nations de la terre, parce que tu m’as obéi."
    Bible de Jérusalem, genèse 22, 15 à 18

    "Et voici qu’il y avait à Jérusalem un homme du nom de Syméon. Cet homme était juste et pieux ; il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint reposait sur lui. Et il avait été divinement averti par l’Esprit Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint donc au Temple, poussé par l’Esprit, et quand les parents apportèrent le petit enfant Jésus pour accomplir les prescriptions de la Loi à son égard, il le reçut dans ses bras, bénit Dieu et dit : « Maintenant, Souverain Maître, tu peux, selon ta parole, laisser ton serviteur s’en aller en paix ; car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples, lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple Israël. »
    Luc 2, 25 à 32


  • #1157575
    le 05/04/2015 par Anna
    Qui a tué Jésus ?

    C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui. Ils ont inventé la "laicité", la "diversité" et "l’antiracisme". ils font semblant d’être aux côtés des faibles et des exclus. Ils font punir ceux qu’ils disent ne pas être aux côtés des faibles.
    Ils savent que leur projet mène à la destruction de la famille, de la croyance, de l’identité. Mais ils en font éloge au nom de la liberté.
    De celui qui n’en veut pas, ils font l’ennemi de la diversité, de l’antiracisme, de la laicité. Ils en font un criminel. Mais ils laissent l’état exécuter. Ils le forcent, l’état, à exécuter. S’il ne le fait pas pour eux, ils traîtent l’état de construction raciste ou arbitraire.
    2 avantages : 1. eux, ils sont du côté du faible. 2. D’un seul coup ils se débarassent de toute la culture chrétienne qui s’oppose à leur style de vie.
    Voici que ce n’est plus un problème de faire de la politique proisraelienne quand t’es chef de Métrobus- Tu prétends agir au nom de la laicité. Une autre fois ce sera au nom de l’antiracisme.

    Mais ils croient la populace en dessous d’eux. Et ils se trompent.


  • #1157587
    le 05/04/2015 par Claire Colombi
    Qui a tué Jésus ?

    Monsieur Guyénot,
    Je croyais que vous étiez spécialiste de la littérature médiévale occidentale, très bel article très peu sourcé. Qui sont les défenseurs "académiques" qui rejettent la version des évangiles ? Quels sont leurs sources ?

    En tant que défenseur des théories récentistes, vous ne suivez donc pas les assertions de Mr Fomenko qui affirme pourtant que le Christ a été crucifié au XII eme siècle à Constantinople et que sa mère, la Vierge Marie était russe ?

    Sur un plan materiel : Ceux qui ont tué le Christ sont mort depuis 2000 ans.
    Sur un plan spirtituel : La vengeance est vétéro-testamentaire, le pardon est évangélique

     

    • #1157659
      le 06/04/2015 par Faraway
      Qui a tué Jésus ?

      J’ai aussi un petit bagage (un Master) en études bibliques. Les exégètes savants auxquels je fais allusion sont légion (j’en cite un paquet dans mon livre Jésus et Jean Baptiste, que je ne vous conseille pas) : ils sont catholiques, juifs ou protestants. Il serait difficile d’en trouver un, dans cette école dite "historico-critique" depuis 200 ans, qui n’adopte pas la thèse que je leur prête (et que je ne conteste d’ailleurs qu’en partie : les évangélistes ont effectivement trop blanchi Pilate).
      Je suis impressionné et convaincu par une partie des théories de Fomenko, en gros : 1) la nécessité de retirer entre 600 et 800 ans (pas plus, à mon avis) entre l’Antiquité et le 13ème siècle, 2) le caractère frauduleux d’un grand nombre d’oeuvres littéraires de l’Antiquité, en réalité des faux de la Renaissance (idem pour l’architecture). Mais, dans l’état actuel de ma compréhension, leur thèses sur Jésus et l’origine du christianisme me semblent irrecevables (je ne vois aucune raison de douter du caractère essentiellement historique des évangiles, du message de Jésus et de sa crucifixion ; tout comme me paraît insuffisamment fondée l’idée de mettre Jérusalem à Constantinople, Moscou ou ailleurs. Il y a chez Fomenko et ses associés un certain hubris, j’en conviens. Mais, bien qu’ayant lu les 4 volumes disponibles en anglais, je ne sens pas encore très compétent. Bien à vous. Laurent Guyénot


    • #1157711
      le 06/04/2015 par Romain
      Qui a tué Jésus ?

      @ Claire Colombi :

      Suite à une vidéo sur le récentisme, de vous et Marion Sigaut, j’avais évoqué le site Mediatala. Erreur, je parlais du site Diatala : et sur celui-ci, on trouve des perles, et même des boules de pétanque, en matière de récentisme et de révisionnisme historique/culturel/symbolique extrême (malgré un discours apparemment réinformatif).

      En espérant que celà nourrisse vos réflexions sur cette mouvance (Tavistockienne ?).


    • #1157734
      le 06/04/2015 par Laurent Franssen
      Qui a tué Jésus ?

      Allons jusqu’au bout de l’absorption temporelle,
      soyons présentistes.


    • #1157792
      le 06/04/2015 par Mike
      Qui a tué Jésus ?

      Visiblement votre désaccord n’a rien d’un désaccord d’historiens. C’est un problème de croyances.

      Avant de donner ses conclusions historiques, il est sans doute nécessaire de s’intéresser justement à la littérature biblique et ce qu’elle représente, à travers les travaux de Dennis MacDonald ou Joseph Atwill par exemple.

      A mon avis Laurent Guyénot est encore très loin de la solution, mais sa méthode hypercritique à la manière de Mommsen me semble la bonne.


    • #1157829
      le 06/04/2015 par Claire Colombi
      Qui a tué Jésus ?

      Monsieur Faraway, je suis très impressionnée par votre parcours : école d’ingénieur, ensuite direction les USA pour travailler pour le complexe miliatro-industriel américain. Ensuite un master d’études bibliques, puis une thèse sur le Graal. Par quel autre parcours êtes-vous devenu un spécialiste de l’histoire contemporaine américaine (11 septembre et assassinat de Kennedy) , en relations internationales et manipulations sionistes ?

      Par ailleurs vous avez publié entre temps un article dans Psychanalyse pour expliquer que les femmes qui se plaignent d’inceste perpétré dans leur enfance sont en réalité, dans 95 % des cas, induites en erreur par leur thérapeute, qui leur suggère de faux souvenirs.
      http://www.signesetsens.com/psycho-...
      Votre article a eu tellement d’influence qu’il fut repris et noté dans la bibliographie du rapport au ministre de 2007 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires ( MIVILUDE).
      http://www.derives-sectes.gouv.fr/s...
      Quelle autorité dans un domaine qui n’est pas le vôtre !

      Puisque vous avez lu les 4 volumes de Fomenko, je suis surprise que quelqu’un de votre niveau ne comprenne pas immédiatement que Fomenko réécrit l’histoire pour donner à la Russie la première place et lui faire dominer le monde.

      Comment, en étudiant la "matière de Bretagne", c’est-à-dire les récits liés à la légende arthurienne, avez-vous acquis les compétences pour établir que les chartes, les traités, les contrats, les lettres de changes, datés des années du bas et moyen moyen-âge ont été falsifiés, ou mal datés ? Pouvez-vous nous donner des exemples précis et sourcés de ces falsifications afin que l’on puisse vérifier ?

      Bien à vous


    • #1157839
      le 06/04/2015 par Faraway
      Qui a tué Jésus ?

      @Mike
      Selon Dennis McDonald, semble-t-il (mais je n’ai pas étudié sa thèse) le NT est imité d’Homère. Mais Homère est, selon une thèse récentiste que j’admets (pour une bonne dizaine de raisons), une fabrication de la Renaissance ou de la fin du MA. Dans ce cas, il se pourrait que l’influence (si influence il y a, je ne vois pas très bien la ressemblance) soit dans le sens inverse.De toute manière, les ressemblances s’expliquent beaucoup plus simplement selon moi : sur le plan de la narration mythique qui se développe en même temps que le culte, Jésus est un héros, au sens grec du terme (un homme immortel, éventuellement un demi-dieu), et tous les récits de héros reprennent les mêmes éléments et s’empruntent mutuellement.Cela explique aussi les ressemblances entre César et Jésus (Joseph Atwill). Mais ces remarques ne concernent que les aspects mythiques des évangiles, et non le coeur de l’histoire et du message du Christ.


    • #1157844
      le 06/04/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Qui a tué Jésus ?

      @ Claire Colombi

      J’ai osé un commentaire livrant mon avis mais il n’est logiquement pas passé. Soyez certaine que les gens honnêtes et qui pensent juste vous aideront à lutter contre la sophistique de bazar qui permet d’orienter les débats dans une direction qui ignore la raison (et sert accessoirement les intérêts d’un petit groupe qui n’existe pas) pour construire la nouvelle illusion planétaire de demain.
      Venez à moi, nous rédigerons ensemble un livre qui fera état de toutes les hypothèses... sauf la bonne ! Y’a moyen d’un p’tit billet !


    • #1158571
      le 07/04/2015 par Faraway
      Qui a tué Jésus ?

      @ Claire Colombi
      Chère Claire,
      Bravo, mais encore un effort. Vous n’avez pas encore tout découvert sur moi. Cherchez bien ! Il vous faudra encore quelques heures à farfouiller sur le Net. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Bon courage.
      Quant à l’article que vous citez, je vous conseille de le lire au lieu de dire n’importe quoi : il n’est pas mal du tout. Mais c’est vrai que vous ne lisez pas beaucoup. Merci en tout cas de l’avoir signalé.
      Aurais-je détecté un soupçon dans vos propos au sujet de mes diplômes, ou bien est-ce de la jalousie ? Dans le premier cas, je vous enverrai volontiers toutes les copies (j’ai aussi le Bac C avec félicitations du jury et un titre de champion de France de volley-ball cadet : et tac !).
      Bisous
      Laurent


    • #1158667
      le 07/04/2015 par Inference.deductive
      Qui a tué Jésus ?

      @ Monsieur Guyénot,

      Connaissez vous "Le Déicide" - Par M. l’abbé Curzio Nitoglia (Texte repris de Sodalitium, n° 28, juin 1992) ?

      Connaissez vous QUI A TUE JESUS-CHRIST ? La responsabilité des juifs dans la crucifixion du seigneur ; par le Père Isidoro da Alatri ?

      Que pensez vous de ces livres/revues aux sources aussi nombreuses que fiables, qui vont totalement à l’encontre de ce que vous racontez dans votre article ?

      Cordialement.


    • #1158727
      le 07/04/2015 par Faraway
      Qui a tué Jésus ?

      @Claire Colombi
      J’interromps vos recherches pour répondre à vos autres questions :



      “Par quel autre parcours êtes-vous devenu un spécialiste de l’histoire contemporaine américaine (11 septembre et assassinat de Kennedy) , en relations internationales et manipulations sionistes ?”



      J’ai passé quatre ans de ma vie à m’informer sur ces sujets.



      Comment, en étudiant la "matière de Bretagne", c’est-à-dire les récits liés à la légende arthurienne, avez-vous acquis les compétences pour établir que les chartes, les traités, les contrats, les lettres de changes, datés des années du bas et moyen moyen-âge ont été falsifiés, ou mal datés ? Pouvez-vous nous donner des exemples précis et sourcés de ces falsifications afin que l’on puisse vérifier ?




      Vous ne lisez pas bien les messages auxquels vous répondez. J’ai écrit que je ne me considérais pas comme compétent.
      De plus, j’ai écrit que les siècles à retirer étaient, à mon humble avis, forcément avant le 13ème siècle, soit avant le Moyen Moyen Âge.
      Mais continuez à chercher. Vous verrez qu’il y a quelque chose d’encore plus suspect dans ma biographie que dans vos rêves les plus fous.Moi-même, quelque fois, je ne sais plus si je suis un agent double ou triple.
      Laurent Aaron Guyenovitch


    • #1159372
      le 08/04/2015 par Claire Colombi
      Qui a tué Jésus ?

      Monsieur Faraway

      Je ne doute pas de vos diplômes, ne perdez pas votre temps à interpréter mes sentiments, mes intentions ou mes rêves.
      Vous ne signez pas d’articles dans votre domaine de compétance universitaires, à savoir la littérature.
      Vous vous exprimez publiquement sur l’inceste, la pornographie, l’Arabie saoudite, René Girard, le récentisme … Bientôt le climat et la vaccination ?
      Les informations que vous prétendez apporter n’en sont pas puisqu’elles n’ont pas de sources.

      Il faut bien se rendre à l’évidence : les personnes qui ont vraiment subi un abus sexuel l’ont rarement oublié. Comment le savez vous ?

      Depuis deux siècles, les historiens académiques interprètent l’histoire tragique de Jésus comme un épisode de l’affrontement entre les juifs et les Romains. Qui ? Quand ? Ou ? De quoi parlez vous ?

      Un peu de sérieux s’il vous plait...

      Le Moyen Moyen-âge ou Moyen-âge central c’est XI, XII et XIII eme siècle. Donc avant le XIII eme c’est bien Bas et
      Moyen M.A.
      Enfin N’oubliez pas de m’envoyer des références des chartes et diplômes médiévaux falsifiés.

      Bien à vous


    • #1159595
      le 09/04/2015 par Faraway
      Qui a tué Jésus ?

      @ Claire Colombi
      Je signale tout de même aux lecteurs que l’article que me reproche Mme Colombi date des années 1990, à l’époque où, étant éditeur, j’ai publié "le syndrome des faux souvenirs". Ma vision de beaucoup de choses a bien changé depuis (et j’espère qu’en grandissant un peu, Mme Colombi pourra en dire autant à 55 ans), mais la réalité des faux souvenirs (y compris d’enlèvement par des ET) induits sous hypnose est bien connue aujourd’hui, et je ne vois pas en quoi cet article est fautif.
      Mme Colombi me reproche de parler en dehors de mes "domaines de compétence". Faux-il un diplôme pour s’estimer compétent et avoir le droit de s’exprimer ? Ridicule.
      Par contre, elle ne semble pas avoir encore enregistré ce que j’ai dit : je ne suis pas compétent sur le récentisme (mais tout de même un peu plus qu’elle, qui n’a pas lu Fomenko).
      Elle me reproche de ne pas sourcer mes articles ? Ridicule. La plupart de mes articles sont bourrés de notes.
      Celui-ci sur Jésus l’est peu, car le livre que je cite de Crossan, "Qui a tué Jésus ?" suffit à illustrer le point de vue. Mais mon livre sur "Jésus et Jean-Baptiste" est plein de notes. Je m’exprime uniquement sur les sujets que je crois maîtriser suffisamment (sans toutefois prétendre avoir le dernier mot : je ne cesse d’apprendre, grâce à ER en particulier).
      Qu’est-ce qui motive cette agressivité ? Que viennent faire ces attaques personnelles dans un article sur la mort de Jésus ? Mes contributions lui font-elles de l’ombre ? Ce n’est pas mon intention. Pourquoi insiste-t-elle pour m’appeler M. Faraway ? Elle me soupçonne d’être un troll ?
      Allons Mme Colombi, un peu d’esprit "réconciliation nationale". Je soutiens le combat d’ER et Alain Soral, c’est la seule raison de mes contributions. Vous souhaiteriez que je cesse de contribuer ? Pourquoi ? Je fais du tort à la cause ? Ou bien est-ce à votre propre crédibilité ? Travaillons ensemble, plutôt que nous diviser en chamailles ridicules. Si j’ai pu vous blesser dans un commentaire sur sa vidéo sur le récentisme, je m’en excuse. Allez-vous me poursuivre de votre vengeance jusqu’à la mort ? Ce n’est pas très constructif. Si vous avez des critiques sur mon article, formulez-les.


    • #1159699
      le 09/04/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Qui a tué Jésus ?

      @ Claire Colombi

      Mademoiselle (oui je sais, mais si cela peut froisser les féministes de bazar, cela me réjouit), voici, non pas pour vous car vous n’en avez nul besoin, mais pour tous ceux qui doutent honnêtement. Un rappel aux visées didactiques sur la recrudescence des attaques "trollesques" donc.

      Le 12 juin à 07:53 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Lettre ouverte de Farida Belghoul à Monseigneur Rey, évêque de (...)

      @ chris777

      La recrudescence du phénomène doit effectivement être considérée comme un bon signe, il marque l’inquiétude de l’ennemi et cela est bon pour le camp du bien.
      Il faudrait peut-être d’ailleurs publier un document didactique pour décrire le modus operandi de ces parasites.
      Vous avez bien raison sur les pseudos’ utilisés, comme les pervers qui les payent, ils utilisent des moyens qui permettent de les démasquer pour celui qui est "initié", les anagrammes et l’inversion des valeurs étant par exemple souvent de mise.
      Toutes les techniques de manipulation sont développées par eux (dialectique éristique en particulier) mais la plupart du temps mal maîtrisées (ils sont jeunes) et donc sans véritable effet.
      Ils se prévalent souvent de titres usurpés (médecin, docteur en une discipline qui n’existe pas etc.) mais écrivent comme les jeunes qu’ils sont, c’est à dire sans maîtrise objective de notre langue. Quand un "médecin en retraite" qui est passé par l’Ecole lorsqu’elle existait encore parle comme un étudiant de sciences-popo, c’est qu’il s’agit d’un étudiant de sciences-popo !
      Puis il y aussi le terrain de prédilection de leurs basses-œuvres, le plus souvent les sujets sensibles comme l’histoire, l’éducation ou le climat.
      Vous remarquerez qu’ils ne répondent jamais directement à ceux qui les démasquent car ils savent très bien que la puissance intellectuelle et morale n’est pas de leur camp.
      Lors de vifs échanges, ils font mine d’abandonner la partie mais reviennent à la charge après coup pour être certains que leur commentaire sera en fin (c’est le dernier qui parle qui a "raison"...) et que leur contradicteur ne reviendra pas perdre son regard sur une joute qu’il a remportée.


    • #1161429
      le 11/04/2015 par Martinus Allobrox Œnophemus
      Qui a tué Jésus ?

      Pour ce qui est des critiques des XIXe et XXe s. des Évangiles, remarquons :

      ● Que les considérations sur la psychologie de Pilate, que l’on connaît fort peu, sont sans autre valeur que de prouver le penchant des interprétateurs. Issus des Lumières, ils inclinent à croire, et à faire accroire, que Jésus doit être davantage rattaché à l’Ancien Testament.

      ● Que les Évangiles ne peuvent guère avoir menti sur le motif de condamnation ; se dire fils de dieu était pour les Romains si peu un blasphème que tous descendaient de Mars, et César (-100/-44) de Vénus par-dessus le marché !

      ● Que la comparaison des quatre Évangiles permet de retrouver le message de Jésus comme la comparaison de Platon et Xénophon permet de trouver celui de Socrate. Cette méthode aussi donne tort aux interprétations des XIXe et XXe s.

      ● Que Duvivier, en 1934, fait arrêter Jésus par les Romains, allant contre les Évangiles mais suivant les critiques à prétention scientifique des XIXe et XXe s., mais que depuis on reconnaît que le Sanhédrin avait à sa disposition une milice, raison pour laquelle à bon droit Mel Gibson, dans La Passion du Christ, fait arrêter Jésus selon le témoignage des Évangiles.

      Bien conscient que ni mes diplômes ni mes facultés ne me mettent au niveau de M. Guyénot ou de Mme Colombi, je crois toutefois devoir envoyer ce message, en espérant qu’on ne me corrigera d’abord qu’avec indulgence si je me trompe.


    • #1175142
      le 02/05/2015 par Martinus Allobrox Œnophemus
      Qui a tué Jésus ?

      Selon le Dr Jean-Michel Darves-Bornoz (Syndrome traumatique du viol et de l’inceste, Masson, Paris, 1996) près de la moitié des victimes d’abus sexuels auraient vécu des périodes d’amnésie de ces faits.


  • #1157713
    le 06/04/2015 par stef1304
    Qui a tué Jésus ?

    Texte lumineux et, oh combien d’actualité.
    MERCI


  • #1157739
    le 06/04/2015 par Un cendy
    Qui a tué Jésus ?

    Nous sommes bel et bien ici dans la situation de choisir entre deux thèses : une thèse complotiste et réputée antisémite défendue par les évangélistes (qui sont juifs, rappelons-le), et la thèse politiquement correcte s’en tenant à la responsabilité matérielle des Romains dans l’exécution par crucifixion.

    Aujourd’hui encore les mêmes causes produisent les mêmes effets.
    Le politiquement correct est invariablement entretenu par une élite communaire prompte à désigner des méchants tout trouvés.
    Les "reopen" et autres analyses relatant les conditions réelles de l’assassinat de Kennedy alimentent de la même manière ceux qui ont faim de verité et veulent en savoir plus sur le bien fondé des thèses dites complotistes.
    La veracité historique des évangiles ne peut que convaincre ces mêmes sceptiques, mêmes les non catholiques.

     

    • #1158507
      le 07/04/2015 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Qui a tué Jésus ?

      @ Un cendy

      Là, je crois que vous êtes définitivement irrécupérable, c’est terminé, rien ne vous fera plus filer droit... je ne sais pas pourquoi mais cela me réjouit (vous verrez, on s’habitue à être déviant) ! Plus nous serons nombreux à contrer les agents de l’Empire dont la mission est de brouiller les pistes et nous empêcher de "dissider" honnêtement, plus l’ennemi sera contraint de se dévoiler... pour un meilleur service de ces vérités qu’on nous cache.

      Amitiés (il en faut).


  • #1157802
    le 06/04/2015 par Anonyme
    Qui a tué Jésus ?

    Le prophète Jesus (Paix sur Lui) n’est pas mort… Et ceux qui ont cru le tuer sont les mêmes, que ceux qui ne reconnaissent pas les prophètes venus d’autres communauté… On les appels les tueurs de prophète… Rappelez vous de la phrase de ben Gourion… Leur DIEU n’est pas notre DIEU… Dans cette phrase tous est dit et tous s’explique…

     

    • #1158853
      le 08/04/2015 par Mika
      Qui a tué Jésus ?

      Si vous voulez dire que Jésus n’est pas mort sur la croix...
      Ceci est un point de vue musulman. Il n’engage que les musulmans qui tiennent ceci pour vérité, libre à eux...
      Ce n’est pas le cas pour les chrétiens qui considèrent qu’Il est bien mort sur la croix puis ressuscité d’entre les morts et ce dernier point est très important, car cela signifie que Jésus est toujours vivant.
      Le débat n’a pas lieu d’etre ici entre chrétiens et musulmans, c’est un point absolument inconciliable entre les deux religions.
      Qui plus est, en période de pâques c’est limite de la provocation étant donné l’importance de ceci pour les chrétiens.

      Merci d’essayer de voir plutôt les points sur lesquels s’accorder, inutile de se diviser sur ce genre de débat stérile par nature.


    • #1159544
      le 09/04/2015 par Bromélia
      Qui a tué Jésus ?

      A Mika,

      Le point de vue musulman c’est le Coran. Dans ce dernier il est indiqué que, contrairement aux apparences, ils n’ont pas tué Jésus.
      De ce fait, le Coran dit exactement la même chose que ce que révèle la parole de Jésus proclamant l’Humanité innocente en rejetant la faute sur le démon qui nous possède :"Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font"

      P.S. Je suis musulman et je vous concède que ce n’est pas une majorité qui lit attentivement le Coran. On peut faire le même reproche aux chretiens qui dénient la parole de Jésus sur la croix en se posant la question de qui a tué Jésus.


    • #1159609
      le 09/04/2015 par Français-Musulman
      Qui a tué Jésus ?

      Pour Micka,

      Je suis complètement d’accord avec vous, le point de vue est inconciliable entre les deux religions (Chrétiens et Musulmans) sur le fait que Jésus (que la paix soit sur lui) soit mort sur la croix ou pas.
      De plus ce n’est pas le débat, et qu’il est plus constructif de développer les points concordants, notamment
      sur la certitude pour l’Islam et la Chrétienté que le Prophète Jesus (as) est toujours vivant.

      Je suis de confession musulmane, je suis fidèle à mes convictions, mais je veux préciser à mes frères (sincères et adeptes des 3 religions monothéistes) que ma religion m’enseigne à respecter leurs croyances, leurs livres sacrés, et qu’il n’y a que les bonnes actions qui peuvent nous niveler en piété devant Dieu.

      Voila pour la parenthèse, et ceci dit c’est un très bon article, qui me rappelle le vieux film avec Anthony quinn dans le rôle de barabas, quand je relis l’attitude des pharisiens. Décidémment aujourd’hui n’est qu’un remake de ce qui s’est passé il ya plus de 2000ans.


  • #1157893
    le 06/04/2015 par nesuferit
    Qui a tué Jésus ?

    Peu importe qui a tué Jésus, l’essentiel est ailleurs :
    "C’est lui (Jésus-Christ) que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus." (romains 3 : 25-26)

     

    • #1158048
      le 06/04/2015 par cephas
      Qui a tué Jésus ?

      victime expiatoire ...pour ceux qui croiraient.( et donc pour eux uniquement)


  • #1158094
    le 06/04/2015 par La Voix du Nord
    Qui a tué Jésus ?

    Jésus a bien été d’abord rejeté, puis fait prisonnier et enfin livré par les élites sacerdotales juives au tribunal de l’occupant romain , qui n’a fait qu’ avaliser le jugement ( d’ailleurs " il" s’en lave les mains ) ! - enfin c’est ce que j’en ai compris , depuis l’âge de raison -


  • #1158160
    le 06/04/2015 par kader
    Qui a tué Jésus ?

    oui il semble que Barabas veut dire le fils du père, et s’appelait Jésus et que son prénom ait été enlevé des textes vers le 4e siècle.

    Par ailleurs d’après Wikipédia la Galilée n’était pas peuplée de juifs à l’époque de Jésus, c’est apres la destruction du temple en 70 par les romains que les juifs sont allés en Galilée.
    Donc Jesus n etait peut être pas juif, et Jésus ne dit jamais qu’il est juif. Dans Jean XIII par exemple, Il dit "comme je l’ai dit au Juifs...."
    Après oui c’est clair en l’an 136 Bar Kohkba a ete reconnu messie par le sanhédrin car il a chassé les romains de Jérusalem. Mais chasser les romains n’était pas le combat de Jesus.. c’est pour cela aussi qu’il fut livré.
    Je suis ravi d’avoir un article sur Jésus vrai et juste qui les choses simplement, comme elles sont...

    "Ce monde passera, mes paroles resterons". a t Il dit.

     

    • #1158711
      le 07/04/2015 par PL
      Qui a tué Jésus ?

      " Donc Jesus n’était peut être pas juif, et Jésus ne dit jamais qu’il est juif. "

      Si, les évangiles disent qu’il est de la lignée de David, de sang royal.
      Deux généalogies un peu différentes sont données, peut-être celles de Marie et de Joseph, on ne sait pas.

      Pour la Galilée, il serait possible que ce soit une des multiples traces d’un peuplement gaulois comme la Galatie, la Galice, la Galicie, le pays de Galle, la Walonie, etc. Mais il n’y a pas de sources pour le dire ou l’infirmer.


  • #1158270
    le 06/04/2015 par Mawuton yanvode
    Qui a tué Jésus ?

    Cet article, apporte une réponse de paix autour de moi. En effet, les gens la dernière fois en étaient venus aux mains quant à l’assassinat de Jésus l’Unique Homme de l’histoire dont on n’aura jamais fini de parler.
    Ceux-là ne peuvent avoir calomnié quelu’un des leurs et le livrer à l’occupant romain pour être tué comme un vulgaire bandit, c’est à dire le plus mauvais homme que l’humanité ait connu.
    Tous les écrits sont formels là-dessus : l’amour de ce peuple pour l’argent est inqualifiable. La Bible dans Apocalypse chapitre 3 verset 9 a bien dit d’eux quelque chose.... et c’est bien dommage. J’aimerais bien que l’auteur de cet article explique au monde, la relation de ces gens avec la création des tensions partout dans le monde. Quand j’étais petit, j’ai connu un monsieur qui parlait à un arbre pour aider les uns et les autres autour de lui et il n’avait pour habit qu’un seul pagne noué autour des reins. Le jour de sa mort, il y avait eu une grande lumière bleutée comme la couleur de la tunique de la Sainte Mère Marie autour de son cadavre : pourtant, c’était un analphabète endurci et n’avait jamais de sa vie tenu en main une Torah, Talmud, Bible ni CORAN.
    On dira qu’il est impur et Samaritain : mais mon tout petit coeur me disait qu’il était un bienaimé de Jésus.
    Le reste on s’en fout comme cet adolescent d’eux, qui bouscule sans excuse aucune les gens sur son passage avec sa trotinette puis se retourne qui plus est pour narguer les gens ; ceci en présence de gens en bleu nuit avec des tu-tu qui ne réagissent aucunement de peur de perdre leurs 2.000€ mensuels. Voyez-vous çà !


  • #1158520
    le 07/04/2015 par Vide grenier
    Qui a tué Jésus ?

    Très intéressant, tant pour l’article que les commentaires, merci les modos d’avoir laissé toutes les tendances s’exprimer.

     

    • #1160179
      le 10/04/2015 par Donni
      Qui a tué Jésus ?

      Pareil, les commentaires sont enrichissants, meme pour un agnostique :)


  • #1158562
    le 07/04/2015 par ERICBASILLAIS
    Qui a tué Jésus ?

    Qui a livré Jésus contre 30 pièces d’argent ?
    Qui l’a donc "acheté" et arrêté ?
    Qui l’a condamné ?
    Qui l’a exécuté ?

     

    • #1160118
      le 09/04/2015 par mimi
      Qui a tué Jésus ?

      Ce ne sont ni les juifs ni les romains qui ont tué Jésus.
      Jésus souffre, est humilié, maltraité à chacun de nos péchés.
      Chaque fois que nous faisons le mal, Jésus est en souffrance, est crucifié.
      Jésus dans son immense Amour , meurt sur la croix pour nous racheter et nous délivrer de tous nos péchés.
      Le Pape François nous parle de l’Année de la Miséricorde.
      Je prie pour que nous nous en approchions tous car Jésus est venu nous sauver.
      Alléluia
      Bénis soit-il.


    • #1160973
      le 10/04/2015 par sandy
      Qui a tué Jésus ?

      Oui Jésus ,Fils de David (tribu de Juda ) selon sa filiation humaine, était Juif ; Il est venu d’abord pour les Juifs et a été tué par des Juifs mais pour toute l’humanité....Il devait être rejeté par les siens, selon les prophéties bibliques pour se révéler au monde entier, en attendant que son peuple Israël le reconnaisse enfin dans les temps eschatologiques.


  • #1158818
    le 07/04/2015 par Scoop
    Qui a tué Jésus ?

    Qui a tué Jésus ?

    D’après Porochenko et l’AFP ce serait Poutine.


  • #1158898
    le 08/04/2015 par jean_live
    Qui a tué Jésus ?

    Ne pas oublier la nécessité de la résurrection alors même que Jésus s’est offert en OFFRANDE.
    Le désir ET la nécessité du martyr justifient voir associent le bourreau à la gloire du ressuscité.

    Avec ce raisonnement, on peut aussi affirmer que Jésus a poussé Judas au suicide en l’encourageant à le trahir : "ce que tu as à faire fais-le ".

    SURTOUT : " pardonne-leurs, ils ne savent pas ce qu’ils font ".
    Alors le chrétien pardonne comme Jésus l’a fait à ceux qui ne connaissent que : ni pitié, ni pardon.

    La différence entre un adhérent et un élu.


  • #1158981
    le 08/04/2015 par Albert
    Qui a tué Jésus ?

    Le pouvoir politique et militaire subordonné à une autorité illégitime au détriment des justes, autrement dit une situation synarchique, ce n’est bien sûr pas de l’ordre du complot. C’est donc normal alors.


  • #1160157
    le 09/04/2015 par internaute77
    Qui a tué Jésus ?

    Ceux qui disent que Jésus est mort sur la croix sont les mêmes à abolit la loi de Dieu, inventé la trinité, prient devant les statues, et se contredisent en disant qu’Abraham allait sacrifier son fils UNIQUE Isaac alors qu’Ismaël était le FILS LEGITIME AINE d’Abraham.
    J’ai étudié les trois religions, et j’ai compris pourquoi les églises sont vides aujourd’hui. Mes chers chrétiens, ne prenez pas ce que je dis comme attaque. Je n’ai pas de problème avec ce que dit le Christ dans l’Evangile. J’ai un problème avec ce qu’a fait le Vatican, les marchands du Temple ainsi que les prétendus apôtres qui disent dans certains cas le contraire de ce que disait le Christ. Mais trop malins, il savant comment déformer le message tout en restant "cohérents" aux yeux des chrétiens.

     

    • #1164123
      le 16/04/2015 par Poipoi31
      Qui a tué Jésus ?

      Lisez donc le travail extrêmement sérieux du Pere Gallez, ca répondra a vos questions sur les origines de l’Islam et le soi-disant "enlèvement" du Christ juste avant la crucifixion... ca vous éclairera....


  • #1161848
    le 12/04/2015 par Jax
    Qui a tué Jésus ?

    S’attacher à dénoncer la propension globalement rétrograde de certaines catégories de personnes (comme les juifs français, mais aussi les catholiques, les musulmans, les franc-maçons ou autres groupes régionalistes, nationalistes, élitistes, oligarchiques, marchands de tromperie, d’exploitation et de haine), c’est à dire dénoncer la propension au néocapitalisme, à l’impérialisme, au racisme, au bellicisme, à l’ethnicisme, etc., c’est agir au bénéfice de tout le monde.

    Mais, aller chercher dans l’histoire ancienne – qui plus est en grande partie légendaire – les motifs d’une différence de nature indépassable entre certaines populations, c’est préparer le terrain aux pires conflits et cruautés qu’on puisse imaginer.

    Cet article résonne, dans le contexte actuel, comme une vraie forme d’essentialisation et, par là, d’antisémitisme. Ce n’est pas mieux que de prétendre que la terre de Palestine appartient aux juifs depuis 3000 ans.

    L’histoire n’a pas la continuité qu’on lui attribue. On peut forcer le trait pour interpréter le présent et réaliser des politiques qu’on juge utiles, mais il ne faut pas être dupe : les personnes, cultures, configurations et contextes sociaux varient avec le temps, relativisant totalement les concordances et responsabilités transhistoriques.

    Ne vous laisser pas impressionner par ces apparentes logiques – fort regrettables venant de la part de cet auteur...

     

    • #1162514
      le 13/04/2015 par Martinus Allobrox Œnophemus
      Qui a tué Jésus ?

      « Nature indépassable » ? « Essentialisation » ? Nous n’avons pas dû lire le même article !

      Peut-on parler des Évangiles sans être accusé d’antisémitisme ? Cet article n’est pas plus antisémite que les Évangiles à mon sens, et même moins en fait : c’est dire !

      Le judaïsme rabbinique n’existait pas au temps de Jésus, et à moins qu’on croie au mythe d’une « race juive » on sait bien que les Juifs actuels ne descendent qu’en partie des Judéens du Ier s. Et quand bien même, aucune culpabilité n’est héréditaire !

      Il faudrait d’ailleurs être un grand censeur pour vouloir interdire de rappeler que le judaïsme rabbinique est né entre l’an 90 de Jésus-Christ et le Ve s. du courant pharisien qui, selon les Évangiles, joua un grand rôle dans la mort de Jésus, et d’ailleurs le Talmud revendique haut et fort ce crime.

      Le refus du message christique a certes des implications. Au nom de quoi interdire de les rappeler ? Et pourquoi parler de « nature indépassable » et d’« esssentialisation » ? La culture n’est justement ni indépassable, ni essence !


  • #1162156
    le 12/04/2015 par gordo
    Qui a tué Jésus ?

    Qui a tué Jesus ? réponse : l’Homme !
    Il est venu pour nous, pour la rémission des pêchés. Il est mort sur la croix pour nous.


  • #1162546
    le 13/04/2015 par OB1
    Qui a tué Jésus ?

    j’ai mis un poste sur le sujet et en tant que musulman cette hypothèse (celle que j’avais écrite) n’est pas crédible... la cause, il avait déjà assassiné Zacharie et Jean dit Jean le Baptiste et c’est pour cela que je pense plutôt (en tant que musulman) que si Dieu le tout puissant ne l’avait pas élevé auprès de Lui dans les cieux ils auraient fait de même avec Jésus... sur la croix par contre, 2000 ans après et si cela à vraiment eu lieu, j’ignore absolument qui a subit cette crucifixion

    Salam


  • #1163244
    le 15/04/2015 par Mika
    Qui a tué Jésus ?

    Le plus important n’est pas de savoir qui a tué Jésus, mais que doit-on retenir de son message.
    Pourquoi Jésus est mort sur la croix pour nous, mais aussi à cause de nous.

     

    • #1169694
      le 24/04/2015 par Nathalie
      Qui a tué Jésus ?

      Cet article est très enrichissant. Il est vrai qu’on peut débattre sur la véracité de certains évènements décrits dans la Bible, notamment sur la condamnation de Jésus mais je suis tout à fait du même avis que Mika. Ce qu’il faut retenir c’est les enseignements qu’il a voulu faire partager.


  • #1163870
    le 16/04/2015 par BMN
    Qui a tué Jésus ?

    monsieur Guyénot,
    connaissez-vous ce texte savant, assez ancien, dont le lien suit :
    http://www.a-c-r-f.com/documents/Mg...


  • #1164022
    le 16/04/2015 par marmiedoise
    Qui a tué Jésus ?

    De meme que ce ne sont pas les romains qui sont qualifies par Jesus de "serpents, race de vipères". Seulement les evangiles a l epoque du 2.0 badigeonnee de bien-pensance et commemoration shoanesque ca pese pas lourd ! Qui sait au rythme ou vont les choses, demain nous aurons peut etre droit a un film documentaire sur Jesus qui poussera le ridicule a le presenter au nombre des antisémites ! Vu la situation actuelle, ca n a rien de delirant, voyez de quelle manière sont consideres depuis le debut le Christ et Marie par les tenants du judaisme... Comme le souligne si bien Soral la notion de Judeo-chretien n est valable que pour le sioniste désireux d asseoir sa "paternalite" religieuse et le chretien en errance cherchant a s arrimer vaille que vaille a une epoque ou la chretiente a force d esbroufe de concessions et de parodie tombe en deliquescence... La ou les choses finissent de tourner en ridicule c est que cet imbecile toujours plus recycle dans le sein de l evangelisme US n est meme pas foutu de realiser qu il s accroche a ce qui a été la plus farouche adversite qu ait rencontre Jesus au cours de sa mission lui faisant etablir une filiation manifeste entre les juifs du sanedrin et le diable ! Voila aujourd hui pour qui roulent une part croissante de chrétiens bien cretins meme pas foutus de realiser qu ils font la part belle et soutiennent ceux qui des le debut ont voulu eteindre la lumiere descendue avec Jesus ! Ces gros couillons franchouillards bien americanises sont tout sourire et tapinent comme jamais au profit de ceux qui vomissent le plus leur modele et reference religieuse dans les faits ! Le syndrome de Stockholm est une realite qui se generalise dans cette societe ou ne triomphe plus que le beauf inculte, vrai sous prolo US dans tout ce qu il a de plus con et de plus degueulasse !!


Afficher les commentaires suivants